Juillet 2017
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Jeudi, 20 juillet 2017

Conseil de l'Union européenne

juillet 24: Conseil des affaires économiques et financières

juillet 26: Coreper II

  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer

Il y a un long débat sur le volume du commerce intra-africain. Certains disent que c'est 10 p. 100, d'autres disent qu'il est sous-estimé parce que ce pourrait être plus que cela et le mettre à 12 p. 100. C'est environ 3 pour cent du commerce mondial. Selon le Centre africain de politique commerciale (ATPC) de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA), le commerce mondial (aux prix actuels) est passé de 13 billions de dollars en 2000 à environ 30 billions de dollars en 2010, mais la part de l'Afrique dans le commerce mondial Est en déclin depuis 1980 et se situe actuellement à environ trois pour cent. Selon les statistiques du commerce international de 2010 de l'Organisation mondiale du commerce par rapport à d'autres régions, le commerce intra-africain est faible.

Lors d'un séminaire organisé par les BRICS Think-tanks sud-africains (SABTT) et l'Institut pour le dialogue mondial (IGD), les experts ont exploré BRICS dans l'évolution de la dynamique mondiale. Ashraf Patel, chercheur chez SABTT, a déclaré que les institutions de Bretton Woods et leurs filiales sur le continent ont pillé les pays africains sans les avoir bénéficiés depuis plus de 50 ans. Alors que la nouvelle Banque de développement (NDB) peut copier l'élaboration de la politique et les connaissances des institutions de Bretton Woods, elle devrait changer la méthode de fonctionnement, a déclaré Patel.

Kerala cherche à collaborer avec les pays fournisseurs en Afrique afin d'éviter le rôle des intermédiaires dans l'achat de noix de cajou crues pour les centaines d'usines de transformation basées ici. Il organise un conclave de deux jours sur le «commerce de noix de cajou pour le bien commun» en association avec le Ministère des affaires extérieures (MEA) impliquant des diplomates des pays africains. REPRÉSENTATION AFRICAINE Parmi les pays africains représentés figurent Madagascar, le Kenya, le Mozambique, la Tanzanie, la Gambie, le Togo et le Mali.

Pour le 50e anniversaire de la création de l'Organisation de l'unité africaine (maintenant l'UA), les dirigeants africains ont adopté l'Agenda 2063: The African We Want - une vision pour une Afrique prospère basée sur une croissance inclusive et un développement durable. L'une des caractéristiques déterminantes de cet agenda est la transformation structurelle des économies africaines pour parvenir à une croissance partagée, des emplois décents et des opportunités économiques pour tous. Jusqu'à présent, la transformation structurelle qui affecte les ressources productives de l'agriculture et de l'industrie minière à la fabrication - ce qui a permis à de nombreux pays d'atteindre une plus grande prospérité - a contourné la plupart des pays africains.

« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>