Octobre 2014
L Ma Me J V S D
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2



Choisissez les catégories :
















s'inscrire au RSS  

External links
RSSVoir tous les RSS
dans une nouvelle fenêtre

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Jeudi, 30 octobre 2014

La France et plusieurs pays des Caraïbes ont convenu de s'engager dans "une croissance verte et bleue" privilégiant la biodiversité terrestre et maritime dans cette partie du monde, à l'issue d'une rencontre qui s'est achevée vendredi soir à Pointe-à-Pitre. 

A l'issue de la Conférence internationale sur la biodiversité et le changement climatique dans les outremer européens, réunie depuis la veille et dont les ateliers se sont tenus en différents lieux de l'île, les participants sont convenus de s'engager dans "une croissance verte et bleue" privilégiant la biodiversité terrestre et maritime des Caraïbes et des autres environnements insulaires relevant de la France et ou de l'Union européenne. "C'est la seule réponse réaliste à l'urgence écologique et le principal espoir d'un nouveau progrès humain", a affirmé Ségolène Royal, lors de la séance de clôture de la Conférence vendredi soir, après l'adoption d'un "Message de Guadeloupe".

La conférence des ministres de la Communauté des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) prévue le 30 octobre à Kinshasa, va consacrer la création du Fonds pour l’économie verte en Afrique centrale (Fevac), a déclaré lundi Bavon N’Sa Mputu Elima, ministre congolais de l’Environnement, Conservation de la nature et tourisme, à l’ouverture des travaux du segment technique en prélude à ces assises. Pour N’Sa Mputu, la conférence des ministres de la Ceeac, axée sur le thème « Diplomatie, Intégration, Gouvernance et Nouvelle économie des ressources naturelles », vise, outre la création de ce fonds et la création de la feuille de route jusqu’à son lancement, à discuter de la diversification et de la transformation structurelle de l’économie des ressources naturelles de l’Afrique centrale hors pétrole et minerais.

Comme une sorte de récompense à la ratification par le président Paul Biya de l'Accord de partenariat économique (APE) conclu en 2009, l'Union européenne ( UE) accordera au Cameroun une aide de 185 milliards de francs CFA (environ 370 millions USD) pour les 6 prochaines années et annonce l'ouverture imminente à Yaoundé d'un bureau régional de la Banque européenne d'investissement. Destinée au Programme indicatif national (PIN) pour la période 2014-2020, cette subvention vise deux domaines d'intervention prioritaires.

 

Une délégation commerciale britannique est arrivée au Zimbabwe lundi pour une visite de trois jours destinée à étudier les opportunités d'investissement dans ce pays, suggérant un dégel des relations entre les deux pays. Les relations du Zimbabwe avec son ancienne puissance coloniale sont tendues depuis une décennie suite à la décision de Harare d' entreprendre un programme de réforme agraire en 2000 pour redistribuer les terres détenues par des blancs à des membres de la population noire privée de terres. L'Union européenne avait alors accusé Harare de violations des droits de l'Homme et du droit de propriété dans l'application de cette réforme agraire, et adopté à l'encontre du Zimbabwe des sanctions qui ont paralysé l'économie de ce pays.

Plusieurs organisations internationales, dont la Banque mondiale (BM) et l’Union européenne (UE), ont promis lundi une aide de plus de 8 milliards de dollars sur plusieurs années pour le développement de la Corne de l’Afrique. L’annonce a été faite au début d’une tournée du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon dans la région. Cette tournée est consacrée au développement, mais aussi à la paix et la sécurité dans une région encore largement instable. M. Ban doit visiter l’Ethiopie, Djibouti et le Kenya, accompagné du président de la BM Jim Yong Kim, et de représentants de cinq autres organisations – UE, Union africaine (UA), Banque africaine de développement (BAfD), Banque islamique de développement et Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad).

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>