Juillet 2015
L Ma Me J V S D
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2



Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Vendredi, 24 juillet 2015

Lors du 14e séminaire régional des groupes d’intérêts économiques et sociaux États ACP-Union européenne qui s’est tenu récemment, des experts se sont prononcés haut et fort pour procéder à des évaluations de l’impact de l’accord de partenariat économique (APE) entre l’UE et l’Afrique centrale sur le développement durable. Selon eux, ces évaluations sont essentielles pour répondre aux réalités économiques, notamment celles liées aux intérêts des consommateurs, à la taille des entreprises, au marché de l’emploi, à l’éradication de la pauvreté, aux femmes, aux jeunes et autres groupes vulnérables. Ils ont souligné la nécessité de supprimer les obstacles techniques et économiques qui entravent l'amélioration des relations commerciales et qui sapent le processus endogène d'intégration régionale africaine, tout en soulevant des questions relatives à la perte de recettes fiscales à cause de la mise en œuvre de l'APE.

L'Union européenne et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ont lancé un nouvel accord de partenariat visant à renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, l'agriculture durable et la résilience, dans au moins 35 pays. La nouvelle initiative consiste en deux programmes quinquennaux liés : (i) le mécanisme FIRST (impact sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle, résilience, durabilité et transformation) visant à accroître les capacités des gouvernements et des administrations régionales en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle, ainsi que de mise en œuvre de politiques agricoles durables. Pour cela, l’UE fournira un appui en termes de politiques et de développement des capacités ; (ii) le programme INFORMED (informations pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la résilience au service des décisions).

Réunis à Suva (Fidji) le 17 juillet dernier, les ministres de la pêche et du commerce PACP ont appelé l’UE à s’engager dans les négociations sur l’APE. Les principales questions soulevées concernaient notamment : (i) les préoccupations suscitées par la proposition de l’UE de reporter les négociations sur l’APE ; (ii) l’importance des relations UE-Pacifique après l’accord de partenariat de Cotonou qui vient à expirer en 2020 ; (iii) la nécessité d’établir un APE axé sur le développement et offrant des règles d’origine plus souples ; (iv) malgré la ferme volonté qui a été affichée et les efforts déployés en faveur du maintien d’une gestion et d’une préservation rigoureuses des pêcheries, notamment en matière de lutte contre la pêche illicite non déclarée et non réglementée, la nécessité d’une coopération et d’une assistance continues de la part des nations qui pratiquent la pêche lointaine, et notamment de la part de l’UE.

La 32e édition de la Foire internationale de Luanda (Filda/FIL) s’est ouverte cette semaine avec la participation de 40 pays et territoires, ainsi que 930 exposants nationaux et internationaux. Les participants à ce salon de quatre jours sont venus du Brésil, du Japon, de l'Espagne, de la France, de l'Inde, de la Turquie, de la Zambie, de l'Égypte, du Sénégal, du Nigeria, de la Chine, de l'Indonésie ou encore de Macao. Les forums économiques Allemagne-Angola et Angola-Italie sur l'agriculture et l'industrie alimentaire devraient figurer parmi les événements majeurs du salon. Salvador Cardoso, directeur des relations institutionnelles pour la foire, a précisé que « l'Allemagne, qui est l’invitée d’honneur cette année, a renforcé sa présence avec la participation de 28 entreprises de renommée internationale, dont certaines opèrent déjà dans le pays ».

L'édition 2015 du programme de tutorat des communautés régionales de pêcheurs, qui s’est tenue à Antigua, du 6 au 9 juillet, a réuni plus de 21 tuteurs et personnes-ressources originaires de 16 pays des Caraïbes. Le programme a été établi en 2013 afin de soutenir et encourager la participation active des pêcheurs dans la gouvernance et la gestion de la pêche. Parmi les principaux objectifs de l'atelier, figuraient notamment : (i) le renforcement des capacités des tuteurs en termes d’encadrement, de facilitation et de gestion du cycle de projet; (Ii) la familiarisation avec les opinions des pêcheurs sur les politiques de pêche et les autres questions-clés relatives au développement de la petite pêche dans les Caraïbes. Les pêcheurs ont également été en mesure d’échanger sur des problèmes communs, tels que l’inadaptation des structures au débarquement, au stockage, à la transformation et à la commercialisation du poisson et des produits halieutiques, les capacités limitées en termes de conservation de la qualité du poisson entre la pêche et la commercialisation.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>