Février 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Mercredi, 22 février 2017

En plein rattrapage, l'économie du continent africain ne présente pas que des occasions en or pour les grands groupes français, spécialisés dans les infrastructures et les services publics. Les start-up, les PME et les ETI ont elles aussi de quoi tirer leur épingle du jeu. Certaines sont d'ailleurs déjà sur place. Selon les prévisions du Fonds monétaire international, l'élan de croissance qu'a connu l'Afrique ces dernières années devrait se poursuivre. Après des progressions situées entre 6 et 8 % en 2016, la Côte d’Ivoire, l'Ethiopie, le Kenya, la Tanzanie, le Sénégal et le Rwanda, par exemple, devraient afficher des performances de croissance identiques cette année, estime l'institution.

L’Inde est prête à garantir 100 millions $ pour importer du pois d’Angole du Nigéria, a annoncé à Abuja le directeur du service nigérian de quarantaine agricole (NAQS), Vincent Isegbe. Le poids d’Angole est une légumineuse connue également sous le nom de pois cajan ou pois-congo. M. Isegbe précise avoir reçu l’offre du pays asiatique après avoir mené, en collaboration avec l’Institution Internationale d’Agriculture Tropicale (IITA), une enquête sanitaire sur plusieurs produits agricoles d’exportation dont l’ananas, le sucre, le riz, le cajou, l’huile de palme et le pois d’Angole.

Le 2e colloque international sur les innovations maritimes et portuaires s’est tenu récemment à Cotonou. Il a rassemblé des chercheurs et des professionnels du Bénin, du Niger, du Togo et d’Europe. L'occasion notamment d'évoquer les investissements portuaires en Afrique de l’Ouest pour rendre les infrastructures plus performantes. Aujourd'hui l’Afrique ne représente que 3% des échanges mondiaux. Lagos, Cotonou, Lomé, Tema, Abidjan, et un peu plus loin Dakar. Tous ces ports doivent faire des aménagements pour recevoir des bateaux de plus en plus gros, qui veulent rester le moins longtemps possible.

La Commission européenne a signé six contrats de subvention pour un montant total de 20 millions d'euros le 23 décembre 2016 avec une mise en œuvre dès 2017, afin de financer des projets de soutien à la société civile sur les questions panafricaines. L'objectif principal de ces projets est d'appuyer la contribution des organisations de la société civile (OSC) à la prise de décision et au processus de formulation des politiques au niveau continental en Afrique. L'initiative est financée dans le cadre du Programme panafricain, créé pour soutenir des projets ayant une valeur ajoutée régionale ou continentale sur des sujets d'intérêt commun entre l'Union européenne et l'Afrique.

L’Union européenne (UE) a complètement revu son règlement sur la santé des végétaux en mettant l’accent sur la prévention de l’entrée ou de la propagation d’organismes nuisibles aux végétaux dans l’UE. L’idée centrale est de consacrer plus de ressources à un stade précoce afin d’éviter de lourdes pertes sur la production européenne et/ou l’environnement. Cela constitue une refonte totale de la législation phytosanitaire qui datait de 1977 avec des conséquences sur les importations des pays tiers, et donc des pays africains.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>