Mai 2017
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Vendredi, 11 novembre 2005
- Un des grands débats du Sommet du 16 au 18 novembre concernera la gouvernance d’internet et notamment l’attribution des noms de domaines actuellement contrôlée par une la société privée californienne, ICANN qui travaille en accord avec l’administration américaine.
- Viviane Reding, commissaire chargé de la Société de l’information et des médias défendra cette position pour l’UE avec la Présidence britannique lors du Sommet mondial.
- L’UE souhaite une approche multilatérale laquelle permettra de réduire la fracture numérique entre le Nord et le Sud auquel elle contribue déjà par sa politique d’aide au développement.
- La société de l’information doit être ouverte à tous, respectueuse des droits de l’homme, de la liberté d’expression et de la diversité culturelle et linguistique.
- Les technologies de l'information et des communications (TIC) figurent parmi les facteurs les plus importants de la croissance et du développement durable dans les économies actuelles.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
La Commission européenne a annoncé l'octroi d'une aide supplémentaire de 133 millions d'euros à Madagascar. Cette annonce a été faite au cours d'une rencontre à Bruxelles avec des membres du gouvernement malgache pour procéder à la revue à mi-parcours du 9ème FED (Fonds européen pour le développement). Cette nouvelle enveloppe budgétaire portera sur l'approfondissement des programmes en cours comme le développement rural, la décentralisation avec un élargissement à d'autres secteurs d'activités tels que l'éducation, le développement de la capitale, l'eau et l'énergie. Le chef de la délégation de la Commission européenne à Madagascar a aussi annoncé la tenue de la revue annuelle de programme de la commission à la fin du mois de novembre. Par ailleurs, soulignons que le montant de la 10ème FED pour la période 2007-2013 sera connu à la fin de l'année en cours.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
Dans une allocution prononcée le 3 novembre dernier devant les responsables du Mouvement des entreprises de France (MEDEF), le commissaire européen au Développement, M. Louis Michel, a présenté sa stratégie pour l’Afrique. Il a exhorté les sociétés françaises et européennes à investir davantage en Afrique, soulignant que « le développement sans la participation du secteur privé n’est rien d’autre que de l’aide inefficace, de la charité ».
Pour Louis Michel, il faudra d’énormes investissements sur de nombreuses années pour doter l’Afrique des infrastructures nécessaires. « Le concept clé de ce programme s’articule autour de ‘l’interconnectivité’, c’est-à-dire, la construction de grands réseaux de communication transafricains tels que des voies ferrées, des autoroutes, des ports et des aéroports, des réseaux de télécommunication, l’énergie et l’eau », a t-il précisé. Il a également insisté sur la nécessité de mettre un accent particulier sur l’agriculture et toute la valeur ajoutée que ce secteur est capable de générer (industries de transformation, etc.).
Enfin, M. Michel a confirmé la création d’un forum économique permanent euro-africain, qui se réunira pour la première fois en avril prochain. Ce forum aura pour principaux objectifs l’établissement de partenariats efficaces entre entreprises européennes et africaines, ainsi que la promotion de l’implantation des petites et moyennes entreprises (PME-PMI) qui manquent cruellement en Afrique.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
La Commission européenne et l’ONU organisent une Conférence sur les politiques de développement visant la promotion de l’égalité homme-femme et l’éradication de la pauvreté.
Du 9 au 11 novembre 2005, la Commission européenne et le Fonds de développement des Nations unies pour la femme (UNIFEM) organisent à Bruxelles (Belgique) une conférence destinée à évaluer l’impact de la coopération pour le développement sur les efforts visant à promouvoir l’égalité homme-femme et à lutter contre la pauvreté. Cette conférence entend donner suite à trois événements importants qui ont eu lieu en 2005 et qui ont inscrit les engagements en faveur de l’égalité homme-femme dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) : la réunion d’évaluation décennale de la Plate-forme d’action de Beijing, l’adoption de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide et le Sommet 2005 des Nations unies. Les journalistes sont invités, ce jeudi 10 novembre 2005 à 13h00 à l’Hôtel Renaissance de Bruxelles, à une rencontre avec la presse animée par Lieve FRANSEN, responsable du département Développement humain et social et Égalité homme-femme à la DG Développement, et Noeleen HEYZER, directrice exécutive de l’UNIFEM.
Mardi, 08 novembre 2005
En plus des actions proactives lancées depuis le mois d’avril en réponse à l’évolution préoccupante de la sécurité alimentaire au Malawi, la Commission européenne vient d’allouer 5 millions d’euros supplémentaires pour des interventions d’urgence destinées à venir en aide aux groupes les plus vulnérables. L’aide sera fournie via la DG ECHO, le service d’aide humanitaire de la Commission européenne, sous la responsabilité du commissaire Louis Michel. Les fonds seront acheminés par l’intermédiaire d’ONG et d’agences des Nations unies et permettront de réaliser toute une série d’interventions urgentes en matière d’aide alimentaire, de fourniture d’eau et d’assainissement, de fourniture de moyens de production agricole et de logistique. Les interventions financées par la DG ECHO viseront particulièrement à éviter toute nouvelle détérioration de la situation nutritionnelle des groupes les plus vulnérables.
Ce financement supplémentaire vient compléter les importantes contributions européennes en faveur d’interventions de sécurité alimentaire au Malawi, pour un montant de 17 300 000 euros, dont 16 800 000 euros ont été affectés à l’aide alimentaire et le reste à des programmes de protection. Cette action illustre pleinement l’approche à différents niveaux privilégiée par la Commission européenne, qui s’efforce de soutenir de bonnes politiques durables tout en apportant des secours immédiats.
La Commission et les autres donateurs, en collaboration avec le gouvernement du Malawi, ont commencé à se mobiliser en avril afin de répondre à la pénurie qui s’annonçait. À ce jour, les donateurs et le gouvernement du Malawi ont réuni 214 000 MT de maïs, 18 000 MT de légumes à cosse et 26 millions de dollars. La Commission compte continuer à collaborer avec le gouvernement du Malawi afin de suivre de près l’évolution de la situation et de réagir en conséquence.
L’Afrique méridionale est confrontée à une crise de sécurité alimentaire encore aggravée par des problèmes politiques et économiques. Cette crise doit être abordée plus globalement : elle n’est pas uniquement le fait de conditions météorologiques défavorables (sécheresse, inondations), mais aussi des circonstances politiques et économiques de chacun des pays concernés et de leurs effets combinés dans un contexte régional.
En outre, l’impact de la pandémie de VIH/sida vient non seulement exacerber la situation actuelle, mais compromet également les capacités de reprise de la région. La crise prend dès lors une dimension régionale au-delà des différentes crises nationales.
Cette année, le Malawi a connu la production agricole la plus faible des 7 dernières années, ce qui a amené son président à décréter l’état de catastrophe nationale le 14 octobre 2005.
On estime qu’environ 4,2 millions de personnes (soit 34 % de la population) disposent de moyens de production ou de revenus insuffisants pour faire face aux besoins alimentaires minimums d’ici à la prochaine récole, en mars 2006. La pénurie de denrées est aggravée par l’augmentation des prix du maïs, qui rend la nourriture encore plus inaccessible pour les foyers les plus vulnérables, au sein desquels de nombreuses personnes sont affectées et affaiblies par le VIH et le sida. La majorité des personnes en danger sont des enfants.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>