Juin 2017
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Vendredi, 10 juin 2005
Les ministres auront un échange de vues, lors d'une réunion informelle (conclave) le dimanche 12 juin, sur un cadre de négociation (negotiating box) élaboré par la présidence en vue de l'établissement d'un cadre budgétaire pour l’UE pour la période 2007-13. (9637/05). La troisième version du document, diffusée le 2 juin, contient des indications plus précises sur les montants par catégories de dépenses ainsi que l'esquisse d'une proposition au sujet des ressources
propres de l'UE. L’intention de la présidence est de parvenir à un accord sur le nouveau cadre financier lors de la réunion du Conseil européen des 16 et 17 juin prochains. Pour ce faire, la présidence a actuellement une série d'entretiens bilatéraux avec les Etats membres au niveau des chefs d'Etat ou de gouvernement qui devrait se poursuivre jusqu'au 14 juin. Elle se propose d'ajuster une dernière fois le cadre de négociation à la lumière de ces entretiens. Le cadre financier est établi en vertu d'une décision commune de la Commission, du Conseil et du Parlement européen. Sur la base de propositions de la Commission, le Conseil européen doit parvenir à un accord sur lequel se fonderont les négociations sur l'accord interinstitutionnel. Préparation du Conseil européen des 16-17 juin Le Conseil examinera un projet de conclusions en vue de la réunion du Conseil européen qui se tiendra à Bruxelles les 16 et 17 juin prochains.
Le projet de conclusions aborde les questions suivantes:
• Cadre financier pour le budget de l’UE durant la période 2007-13;
• Stratégie de réformes économiques, développement durable;
• Justice et affaires intérieures (terrorisme, notamment);
• Elargissement de l'UE;
• Relations extérieures.
Un projet d'ordre du jour annoté a été présenté au Conseil lors de sa session du 23 mai; les travaux se sont depuis lors poursuivis sur la plupart de ces questions au sein des différentes formations du Conseil ainsi qu'au Comité des représentants permanents.
Le Conseil européen devrait également discuter de l'état des ratifications du Traité constitutionnel par les Etats membres.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
Jeudi, 09 juin 2005
Le nouveau portail Xplora, nouvelle porte d’accès à l’enseignement des sciences en Europe, est lancé aujourd’hui. Dans la mesure où un besoin croissant de chercheurs se fait sentir pour stimuler l'innovation, de telles initiatives joueront un rôle important dans le renforcement de la position économique de l'Europe ces prochaines années. Le portail Xplora, qui offre des ressources en matière d’enseignement primaire et secondaire, s’adresse aux enseignants, aux élèves, aux scientifiques, aux professionnels de la communication et autres concernés par l'enseignement des sciences. L'élaboration de Xplora a été financée par la ligne d'action «science et société» du sixième programme-cadre de recherche et de développement.

L’objectif de Xplora est de stimuler l’enseignement des sciences pour attirer davantage les jeunes. Voici les éléments essentiels de ce portail:

Megalab – partie du portail qui présente des approches et des projets pratiques et novateurs dans le domaine des sciences,
une base de données, normalisée et consultable dans sa totalité, qui contient des ressources d’apprentissage numériques pour l’enseignement des sciences, des activités virtuelles – débats en ligne entre des experts et des écoles, des instructions sur les logiciels gratuits à source ouverte pour l’enseignement des sciences, des outils pour créer des communautés en ligne,
les nouveautés en matière d'enseignement des sciences, des informations, des astuces et des idées pour l'enseignement, ainsi que des simulations et des activités scientifiques.
Le projet à l’origine de Xplora – connu sous le nom de Pencil – est unique puisqu’il réunit des experts de l’enseignement des sciences, spécialisés dans les méthodes formelles et informelles, pour développer des approches et un matériel innovants de nature à éveiller l'intérêt des élèves, leurs connaissances et leur motivation. Le projet Pencil comprend plus de 13 institutions scientifiques et fait partie du cadre plus général de Nucleus, un agrégat de projets d'enseignement des sciences impliquant les principaux laboratoires de recherche en Europe, tel que le CERN et l'Agence spatiale européenne.

En outre, Xplora a créé des partenariats de contenu avec d'autres institutions et organisations scientifiques. Le portail est supervisé par une équipe d'enseignants spécialisés dans les sciences et originaires de toute l’Europe, qui s’assure de la qualité et de la pertinence du contenu, et propose des activités, des ressources et des contenus.

Le portail Xplora sera lancé lors de la conférence de l’ECSITE, qui aura lieu du 10 au 12 juin à Vantaa en Finlande. Le Professeur Benoît Mandelbrot, l’éminent mathématicien qui a découvert les fractales, et Ray Kurzweill, expert de premier plan en matière d’intelligence artificielle, parraineront le portail Xplora. Le portail est géré par European Schoolnet, un réseau regroupant 28 ministères de l’Éducation.
Mercredi, 08 juin 2005
Lors de la 2666ème session du Conseil UE des Affaires économiques et financières-
Luxembourg, tenue le 7 juin 2005, le Conseil a eu un échange de vues sur la stratégie de l'UE sur les questions soulevées pour le financement de la coopération du développement par l'évaluation des progrès faits depuis 2000 dans la réalisation des objectifs du millénaire. La stratégie sera présentée lors de la réunion du G8 du mois prochain ainsi que lors d'un sommet des Nations Unies à New York du 14 au 16 septembre.
Sur la base d'un document établi conjointement par les présidences actuelle (Luxembourg) et future (Royaume-Uni), le débat a focalisé sur le caractère facultatif d'un prélèvement sur la vente de billets d'avion envisagé afin de contribuer aux financements nécessaires pour atteindre les objectifs fixés en matière d'aide publique au développement. Le Conseil avait approuvé lors de sa session relations extérieures des 23 et 24 mai derniers de nouveaux objectifs collectifs, à la suite des engagements déjà pris au niveau international pour atteindre une proportion de 0,7% d'aide aux pays en voie de développement (et de 0,39% du RNB en 2006) par rapport au revenu national brut (RNB) à moyen terme. Les nouveaux objectifs consistent pour les Etats membres à porter la proportion à 0,56% d'ici 2010, ce qui signifie un montant annuel supplémentaire de 20 milliards d'euros. Ceux qui n'ont pas encore atteint les 0,51% se sont engagés à le faire d'ici 2010, dans le cadre de leurs processus respectifs de dotation budgétaire, et ceux parmi les dix nouveaux Etats membres qui n'ont pas encore atteint un rapport de 0,17% s'efforceront, dans le cadre de leurs processus respectifs de dotation budgétaire, d'atteindre ce niveau d'ici 2010. Les Etats membres se sont engagés à atteindre le rapport de 0,7% d'ici 2015, les nouveaux Etats membres s'efforçant d'atteindre, quant à eux, un rapport de 0,33% d'ici cette date.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
Lundi, 06 juin 2005
Les contributions des États membres au budget de l'UE pour 2005 seront une nouvelle fois réduites, cette fois de 526 millions d'euros. C'est la deuxième fois cette année que la Commission adapte à la baisse le montant des contributions des États membres. Cette modification est principalement liée à la publication de nouvelles données économiques et à un excédent du Fonds de garantie des actions extérieures provenant du dernier exercice. Dans un nouveau budget modifié, la Commission propose des changements importants pour les États membres, et notamment pour le Royaume-Uni, (- 909 millions d'euros) et l'Allemagne (- 320 millions d'euros). Au début du mois de mai, la Commission a proposé de réduire de 2 737 millions d'euros le montant des contributions des États membres en raison d'un excédent du budget 2004. Si l'on ajoute la proposition d'aujourd'hui, c'est la contribution de la plupart des États membres qui sera réduite.

Voir en annexe les contributions au budget 2005 de l'UE par État membre
Les préparatifs pour le deuxième sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), qui se tiendra à Tunis du 16 au 18 novembre 2005, sont entrés dans une phase cruciale. Ce sommet devrait aboutir à un consensus international sur deux questions essentielles non résolues lors de la première phase: gouvernance de l’internet et mécanismes financiers pour réduire la fracture numérique entre les pays développés et les pays en développement. La Commission européenne a adopté une communication dans laquelle elle expose les priorités de l’UE pour la réunion de Tunis. Afin de promouvoir une société de l’information pour tous, respectueuse des droits de l’homme, de la liberté d’expression et de la diversité culturelle et linguistique, l’UE souhaite préserver et renforcer les bases saines établies lors du premier sommet à Genève.
Principes de l’UE pour la deuxième phase du SMSI

Pour parvenir à des résultats dans les domaines examinés lors de la première phase du SMSI, il est important de ne pas rouvrir le débat sur les questions qui ont déjà été réglées mais de se concentrer sur l’application des principes convenus. L’UE aimerait tirer profit des progrès accomplis par les économies émergentes en soutenant un plus large accès à l’internet par des stratégies globales de développement de la société de l’information, y compris le développement de contenus et d’applications créatifs.
En ce qui concerne les mécanismes financiers destinés à réduire la fracture numérique dans les pays en développement, l’UE se félicite de la création du Fonds volontaire de solidarité numérique à Genève en mars 2005. Elle estime toutefois qu’une approche plus holistique est nécessaire pour mobiliser les ressources humaines, financières et technologiques en vue d’une meilleure intégration des TIC dans les politiques de développement.
Pour ce qui est de la gouvernance de l’internet, la question de l’internationalisation de la gestion des ressources fondamentales de l’internet, à savoir le système de noms de domaine, les adresses de protocole internet (IP) et le système de serveurs racine, est actuellement à l’examen. L’UE estime qu’un nouveau modèle de coopération est nécessaire pour concrétiser les termes du SMSI en ce qui concerne le rôle crucial des parties prenantes dans la gouvernance de l’internet (gouvernements, secteur privé, société civile et organisations internationales).
Pour assurer une mise en œuvre adéquate du plan d’action de Genève et le suivi politique du SMSI, l’UE doit insister sur le fait que ce mécanisme doit être simple et efficace, en exploitant pleinement les organisations des Nations unies et les organismes gouvernementaux existants, et en garantissant la pleine participation de la société civile et du secteur privé.
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>