Juillet 2017
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Dimanche, 02 octobre 2005
L’Union Européenne a consulté l’Afrique pour s’assurer que les montants accrus consacrés à l’aide seront utilisés avec efficacité, a dit un haut responsable de l’Union Européenne à l'Agence Reuters.
Le mois prochain, l’exécutif de la Commission Européenne prévoit de dévoiler un plan directeur sur la façon dont le bloc des 25 pays riches peut stimuler la croissance économique et lutter contre la pauvreté en Afrique subsaharienne.
Après avoir rencontré les organisations régionales africaines pour une discussion sur la future stratégie de développement du bloc, Louis Michel Commissaire européen chargé du Développement et de l’Aide humanitaire déclare : «Trop souvent, les politiques sont rédigées pour ou autour des partenaires africains plutôt qu’avec eux ».
« Il est absolument crucial que cette stratégie reflète la vision et les priorités de l’Afrique » a-t-il ajouté.
Dans le nouveau plan d’aide pour l’Afrique, l’exécutif de l’UE prévoit de se concentrer sur des questions comme la paix et la sécurité sur le continent, la bonne gouvernance, l’amélioration de l’infrastructure et les liens commerciaux ainsi que les services sociaux, l’éducation et l’environnement.

L’UE qui est déjà le plus grand donateur d’aide au développement, a accepté un peu plus tôt au cours de cette année d’accroître ses dépenses consacrées à l’aide à hauteur de 0,51 pour cent du revenu national brut (RNB) en 2010 et à 0,7 pour cent en 2015.
Elle a également accepté que la moitié de ces fonds supplémentaires soient destinés à l’Afrique, ce qui nous dit Michel signifierait plus de 20 milliards d’euros (24,11 milliards $) d’aide pour le continent.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
Samedi, 01 octobre 2005
SFP Info est le nouveau bulletin d’information du Programme SFP (Strengthening Fishery Products Health Conditions in ACP/ OCT Countries ou Amélioration de l’Etat sanitaire des Produits de la Pêche dans les Pays ACP et les PTOM ). Désormais, grâce à cette publication trimestrielle bilingue, le SFP vous informera régulièrement sur le programme et les activités entreprises en vue de l’amélioration de l’état sanitaire des produits de la pêche et de l’aquaculture dans les pays ACP et Pays et Territoires d’Outre-Mer.

SFP Info s’adresse à l’ensemble des acteurs concernés par le programme : autorités compétentes pour le contrôle sanitaire des produits aquatiques, laboratoires d’analyse, pêcheurs, aquaculteurs et industrie de la pêche, consultants et sociétés du contratcadre, ainsi que les institutions européennes et ACP.Dans chaque numéro, SFP Info traitera
« A la une » d’une problématique d’actualité,avec des interviews et des reportages. La rubrique « Sur le terrain » présentera un ou plusieurs projets concrets dans une région ou
un pays bénéficiaire. La section « Profil » donnera la parole à un acteur public ou privé. Enfin, la rubrique « En bref » introduira quelques nouvelles courtes d’actualité.
Louis Michel plaide pour une meilleure implication de la société civile dans la politique de développement

Intervenant devant le Comité Economique et Social lors de l’adoption d’un avis-clé sur la future politique de développement, le Commissaire au développement et à l'aide humanitaire Louis Michel a plaidé pour une plus grande implication de la société civile. Lors de son discours "La nouvelle politique de développement de l'Union européenne” M. Michel a présenté la Communication de la Commission qui vise à promouvoir une plus grande cohésion et coordination entre les politiques de l’UE et des états membres pour rendre la politique de développement de l’UE plus efficace. M. Michel a remercié le Comité pour son soutien tout au long de l’élaboration de ce document crucial. Il a notamment mis en valeur la fonction consultative et la promotion du dialogue social, en collaboration avec l’OIT et d’autres organisations internationales, notamment dans les politiques qui revêtent d’un intérêt particulier pour la société civile, comme la cohésion sociale ou le travail décent. M. Michel compte sur le CESE « pour nous appuyer dans cet effort et pour nous assister dans un dialogue renforcé avec les pays partenaires, y compris les partenaires économiques et sociaux. »
La future politique de développement – point de vue de la société civile
M. Michel a ensuite assisté au débat sur l’avis du Comité « La future politique de développement de l'UE – Les points de vues de la société civile », préparé par M. ZUFIAUR (Groupe II, Salariés, Espagne). Dans cet avis le Comité propose que la politique de développement de l’UE ait le même statut que la politique de sécurité.

Dans le nouveau contexte de la mondialisation, la promotion du modèle social européen devrait construire un pilier central de la politique de développement de l’UE. Le Comité considère que la réduction des subventions aiderait considérablement à réduire la pauvreté. Le CESE propose que les accords d’association entre l'EU et les divers pays et les régions incorporent une dimension sociale.
L’avis souligne que la promotion des cadres stables et démocratiques pour des relations sociales et un dialogue social sont des objectifs essentiels de la politique de développement de l’EU. Le CESE propose que les mesures d'annulation des dettes (approuvé par les pays de G8) soient prolongées pour couvrir la pauvreté de certains pays. Le découplage de l'aide devrait être l'un des objectif-clés de la stratégie de développement de l’EU.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
Créé en octobre 1998 sur initiative suédoise, le Réseau européen de promotion de l’entrepreneuriat féminin (WES) a été officiellement lancé en juin 2000. Il compte 16 membres issus de tous les pays de l’Union européenne (à l’exception du Luxembourg), mais aussi de l’Islande et de la Norvège. Les membres du réseau sont des représentants des gouvernements respectifs et des institutions nationales en charge de la promotion de l’entrepreneuriat féminin.
Pour promouvoir l’entrepreneuriat féminin, le WES s’est fixé les objectifs suivants :
- accroître la visibilité des femmes entrepreneurs ;
- créer un climat favorable aux femmes entrepreneurs ;
- multiplier le nombre de femmes à la tête d’entreprises ;
- accroître la taille des entreprises existantes dirigées par des femmes.
Afin d’atteindre ces objectifs, le WES entend :
- être à la fois partenaire et interlocuteur de l’Union européenne (Commission européenne et Parlement européen) ;
- coopérer activement avec les organisations et réseaux existants ;
- mener des activités axées sur l’analyse comparative et l’échange d’informations et de bonnes pratiques ;
- mettre en oeuvre des projets communs.
Les réseaux de femme dans les pays ACP ont tout intérêt à se mettre en contact avec ce réseau européen.
Le Commissaire Européen au Commerce Peter Mandelson se rend à Ste Lucie pour le lancement de la troisième phase des négociations sur l’Accord de Partenariat Economique entre l’Union Européenne et la Région des Caraïbes. Cette troisième phase cruciale concerne les négociations sur le texte d’un accord final, englobant l’intégration continue de l’économie régionale des Caraïbes et l’accès au marché des biens et services européen. Peter Mandelson échangera également des idées avec ses partenaires caribéens sur les négociations commerciales de Doha de l’OMC.
Que sont les APE?
Les Accords de Partenariat Economique sont des accords commerciaux et de développement que l’Union Européenne est actuellement en train de négocier avec 6 régions d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Ils remplaceront les chapitres commerciaux de l’Accord de Cotonou de 2000 entre l’UE et les pays ACP. L’exception à ces chapitres dans la jurisprudence de l’OMC expirera en 2008, exigeant des deux parties d’avoir mis en place une alternative compatible avec l’OMC. L’Union Européenne est déterminée à s’assurer que les APE se concentrent sur le développement et les conditions commerciales préférentielles dont bénéficient actuellement les pays ACP, tout en respectant les obligations de l’OMC. L’UE mène des négociations en parallèle avec les six régions ACP. Au début de son mandat, le Commissaire Européen au Commerce Peter Mandelson a entrepris une révision complète du processus des APE, mettant en place un nouveau système de référence et un suivi d’experts pour s’assurer que les APE sont de véritables instruments de développement.
De la phase deux à la phase trois dans les Caraïbes
Les Accords de Partenariat Economique étant conçus non seulement pour garantir l’accès des pays ACP au marché de l’UE, mais aussi pour encourager leur développement économique, ils placent principalement l’accent sur la création de marchés régionaux entre les pays ACP, le renforcement des capacités commerciales et l’instauration des conditions nécessaires pour attirer les investissements dans la région. Ceci permettra aux plus petits états des Caraïbes de profiter de leur participation économique dans une économie fondée sur les échanges commerciaux et aidera à diversifier l’économie caribéenne et à atténuer son actuelle vulnérabilité économique.
La phase deux du processus des APE dans les Caraïbes a mis l’accent sur l’instauration des conditions nécessaires à l’intégration régionale et permettant d’attirer un investissement régional nouveau et d’encourager un commerce régional. Les états des Caraïbes ont affirmé leur intention de créer un marché unique caribéen d’ici la fin de 2005. La phase trois poursuit ce travail et va se pencher sur un accord sur les conditions d’accès au marché pour les deux régions. L’UE va continuer à améliorer l’accès au marché déjà élargi aux pays ACP- 97% des importations des ACP entrent déjà dans l’UE sans taxes ni droits de douane.
La question de l’ouverture progressive des marchés ACP ne sera traitée qu’à la fin du processus des APE – une dizaine d’années ou plus- et selon un calendrier déterminé sur la base de l’évaluation que la région des Caraïbes fait de ses propres besoins. Le processus des APE s’attache principalement à encourager les pays ACP à ouvrir leurs marchés entre eux.

Investir dans le développement dans les Caraïbes
Bien que l’aide au développement ne fasse pas partie des APE mêmes, la Commission continuera, en parallèle du processus des APE, à investir massivement dans les Caraïbes au travers du Fonds Européen de Développement, en particulier pour les aider à sortir des économies agricoles vulnérables. L’UE et les autres bailleurs de fonds se sont engagés à apporter une aide financière au processus des APE.
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>