Novembre 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Jeudi, 29 septembre 2005
La Commission européenne rencontre les organisations régionales africaines au sujet de la stratégie de l’UE pour l’Afrique
Le Commissaire Louis Michel rencontre aujourd’hui les organisations régionales africaines, afin d’examiner la proposition de la Commission en faveur d’une nouvelle stratégie de l'UE pour l'Afrique, qui doit être adoptée le 12 octobre. Cette réunion a été précédée, pendant deux mois, de consultations écrites approfondies sur les principaux aspects de la stratégie. Celle-ci doit fixer un cadre commun, cohérent et global, permettant à tous les États membres de l’UE et à la Commission européenne de soutenir les efforts de l’Afrique pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (OMD).
Nous avons assisté, ces dernières années, à l’émergence, dans toute l’Afrique, d’organisations régionales puissantes, ainsi que d'une gouvernance politique au niveau du continent, incarnée par l’Union africaine (UA). Ces organisations jouent un rôle de premier plan dans le renforcement de l'intégration et du commerce au niveau régional, deux facteurs essentiels pour la paix et la prospérité en Afrique. Pour Louis Michel, «ce sont ces organisations qui seront les moteurs de l'intégration et de la coopération africaines. C’est pourquoi nous devons leur proposer notre soutien économique et politique, ainsi que notre expérience en matière d’intégration et de coopération régionales.»
Au sujet du contenu des propositions de la Commission européenne, M. Louis Michel a souligné la nécessité d’une approche globale, couvrant les domaines qui sont des conditions préalables au développement durable (paix et sécurité, bonne gouvernance), ceux qui créent l’environnement économique propice à la réalisation des objectifs du millénaires pour le développement (croissance économique, commerce et infrastructures) et ceux qui influent plus directement sur les progrès vers la réalisation de ces OMD (services sociaux, environnement). La communication de la Commission proposera également de faire un bond qualitatif en matière de collaboration au sein de l’UE et fera des suggestions concrètes sur les moyens de renforcer l’efficacité de l'aide communautaire, conformément à la proposition présentée le 13 juillet dernier.
Le Conseil et la Commission préparent actuellement une stratégie pour l'Afrique qui sera adoptée au mois de décembre. La stratégie a quatre volets - la paix et la sécurité, la gouvernance, l'intégration et le commerce régional, et l'aide au développement - dont les engagements principaux proposés sont :
i) Paix et sécurité
- Renforcer la Facilité Africaine pour la Paix pour appuyer les forces africaines de maintien de la paix
- Renforcer des programmes de prévention des conflits
- Plus de moyens financiers pour les pays post-conflit
- Aborder la question de la gestion des ressources naturelles
- Arrêter les flux d'armes dans les zones de conflits
ii) Gouvernance
- Renforcer les institutions africaines, l'Union Africaine, le NEPAD et le Mécanisme Africain de Révision par les Pairs (MARP) en particulier
- Appuyer les Etats qui luttent contre la corruption, avec plus d'aide pour ceux qu'on estime 'bien gouvernés'.
- Appuyer la gouvernance politique par le biais entre autres, des missions d'observation des élections
iii) Intégration régionale et Commerce
- Renforcer les infrastructures pour une intégration régionale
- Renforcer les capacités africaines de faire du commerce par un appui au développement des capacités d'exportation et un accès aux marchés sans quotas pour les pays APE, ainsi qu'une simplification des règles d'origine pour les produits africains.
iv) Aide au développement
- Une augmentation de volume et de qualité (0.56% du PIB en 2010, la moitié de ces fonds est destinée à l'Afrique)
- Un engagement pour améliorer la rapidité et l'efficacité de l'aide humanitaire
- Un allègement de la dette pour les pays plus pauvres
- Un accent sur les secteurs de santé et d'éducation, y compris des objectifs pour l'appui financier au VIH/SIDA, à la tuberculose et au paludisme.
Mercredi, 28 septembre 2005
L'UE demande à l'OMC de rendre un deuxième arbitrage sur sa proposition révisée concernant le régime des importations de bananes
L'Union européenne a demandé aujourd'hui un deuxième arbitrage sur sa proposition relative à un nouveau régime d'importation des bananes en provenance des pays bénéficiant du statut dit de la nation la plus favorisée. La Commission a procédé à une analyse approfondie du contenu du premier arbitrage. Elle ne doute pas que sa proposition révisée prévoyant un droit d'importation de 187 EUR/tonne pour les fournisseurs NPF et un contingent tarifaire de 75 000 tonnes à droit nul pour les bananes originaires des pays ACP débouche sur un régime aussi favorable que celui actuellement en vigueur en ce qui concerne l'accès au marché pour les fournisseurs NPF et le niveau de préférence dont bénéficient les fournisseurs ACP. L'objectif visé reste le même, à savoir un régime uniquement tarifaire opérationnel le 1er janvier 2006.
Mercredi, 21 septembre 2005
La 10ème session de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE aura lieu à Edimbourg (Royaume-Uni) du 19 au 24 novembre 2005.
Les commissions permanentes se réuniront le samedi 19 novembre toute la journée et le Forum des Femmes dans la soirée; le Bureau se réunira le dimanche 20 novembre. La session plénière sera ouverte par l'Hon. Jack McConnell, Premier Ministre d'Ecosse le lundi 21 et se terminera le jeudi 24 novembre.
L'APP traitera de sujets majeurs ayant trait au partenariat ACP-UE et adoptera les rapports suivants:
- Le rôle des parlements nationaux dans la mise en œuvre de l'accord de partenariat de Cotonou. MM. Mauro Zani et Abubakar Bawa Bwari (Nigéria), les corapporteurs, formulent des propositions concrètes afin d'accroître le contrôle des parlements des pays ACP en matière de planification et d'utilisation des fonds consacrés à l'aide au développement;
- Les produits de base agricoles et miniers. Ce rapport, présenté par MM. Louis-Claude Nyassa (Cameroun) et Nirj Deva, soulève la question de savoir comment les pays ACP peuvent mieux tirer bénéfice de leurs ressources, en particulier dans le contexte de la négociation des Accords de Partenariat économique et des négociations au sein de l'OMC, un mois avant le Sommet de Hong Kong;
- Enfin, M. Barry Faure (Seychelles) et Mme Fiona Hall présenteront un rapport sur les causes et conséquences des catastrophes naturelles, un sujet plus actuel que jamais. Ils insistent sur une politique d'alerte et de prévention précoce, y inclus la réduction des émissions de CO2. Ils s'expriment également en faveur d'une facilité pour les catastrophes naturelles.

Au-delà de ces rapports, l'APP débattra de sujets d'urgence, telle que la situation en Afrique de l'Ouest et l'enregistrement, l'évaluation et l'autorisation des substances chimiques (REACH).
L'APP entendra et débattra avec la présidence du Conseil conjoint ACP-UE, en la personne des Ministres Hilary Benn (Royaume-Uni) et Olivier Andrianarison (Madagascar), ainsi qu'avec le commissaire Louis Michel.
La Commission européenne a présenté en détail aujourd’hui sa proposition relative à un nouveau programme de financement des activités de recherche et développement pour la période 2007-2013. Les programmes spécifiques proposés par la Commission mettent en œuvre les grandes lignes présentées par la Commission en avril 2005 sous le nom de Septième programme-cadre, lequel s’articule autour de quatre grandes parties: coopération, idées, personnel, capacités. Ils vont être examinés par le Parlement européen avant d’être soumis à la décision du Conseil.

Les quatre grands programmes spécifiques présentés aujourd’hui sont les suivants:
- Coopération: le programme spécifique «Coopération» vise à faire accéder l’Europe à la première place dans des domaines scientifiques et technologiques essentiels en soutenant la coopération entre universités, entreprises, centres de recherche et pouvoirs publics dans l’ensemble de l’Union européenne ainsi qu’avec le reste du monde.
- Idées: le programme «Idées» créera un Conseil européen de la recherche, dont le rôle sera d’apporter un soutien aux scientifiques, ingénieurs et universitaires réellement créatifs.
- Personnel: le programme «Personnel» a pour objet d’accroître les ressources humaines disponibles pour la science et la recherche dans toute l’Europe, aussi bien du point de vue qualitatif que quantitatif.
- Capacités: le programme spécifique «Capacités» permettra de développer les moyens de recherche et d’innovation à travers l’Europe. Cela comprend des éléments tels que de nouvelles infrastructures de recherche, le soutien aux petites et moyennes entreprises, le développement de «régions de la connaissance», la libéralisation du potentiel de recherche dans les régions de «convergence» et les régions ultrapériphériques...
Plus tard dans l’année, la Commission européenne présentera une proposition relative aux règles de participation aux différents programmes spécifiques. Ces propositions contribueront grandement au travail de simplification de la Commission, qui vise à rendre le programme plus accessible et plus simple d’utilisation. La proposition présentée aujourd’hui va déjà dans ce sens car elle est structurée de manière simple et claire et réduit le nombre d'instruments de financement.
Mardi, 20 septembre 2005
Comment l'Union Européenne et ses Etats membres peuvent-ils mieux lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale des femmes? La commission des Droits de la Femme et d'Egalité des Genres du Parlement européen propose un plan d'action dans un rapport d'initiative d' Anna ZABORSKA (PPE-DE, SK) adopté ce jeudi.
Les députés ont fait remarquer "que la pauvreté se manifeste sous diverses formes" et que "de nouvelles formes de pauvreté et de marginalisation existent". La pauvreté ne se caractérise pas uniquement par des revenus insuffisants; elle peut se manifester par des accès limités ou inexistants à la santé, l'éducation, un environnement dangereux, une discrimination sociale et l'exclusion. Un emploi ne constitue pas en lui même un rempart suffisant contre l'extrême pauvreté. Le rapport appelle les États membres à prendre des mesures ciblées pour assurer aux femmes défavorisées l'accès au logement, à la santé ou à l'éducation. Il met l'accent également sur les conséquences de l'extrême pauvreté qui peuvent déboucher sur des "situations de trafic de femmes, de prostitution et de violence".

La Commission considère que "l'extrême pauvreté est plus répandue chez les femmes" : dans l'Union, le risque d'extrême pauvreté est considérablement plus élevé chez les femmes que chez les hommes dans 17 des États membres. Les familles monoparentales, dont le chef de famille est une femme, courent un plus grand risque de tomber dans la pauvreté. Une étude menée dans six États membres révèle que les femmes, chef de famille, perçoivent un salaire inférieur de 9 à 26% par rapport à celui des hommes. Ainsi, la Grande-Bretagne est en tête avec un écart atteignant 26%, suivie de la Suède, (14%), la France (12%), les Pays-Bas, l'Allemagne (10%) et l'Italie. Par ailleurs, l'écart des salaires entre hommes et femmes varie en moyenne entre 16% et 33%. Plus de femmes (30%) que d'hommes (6.6%) sont contraintes d'accepter de travailler à temps partiel, un choix souvent dicté par le manque de crèches à des coûts abordables. Prenant en considération ces observations, les députés demandent aux États membres d'adopter des mesures concrètes afin de gommer ces inégalités salariales et de promouvoir des conditions de travail de qualité qui permettent aux femmes et aux hommes de participer pleinement au marché du travail.
Ce rapport sera débattu par l'Assemblée plénière, lors de sa session des 12-13 octobre à Bruxelles, en prélude à la Journée Mondiale de lutte contre l'extrême pauvreté (le 17 Octobre).
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>