Teknoloji Haberleri Teknoloji Blogu Internet Haberleri Defterdar | Bir Bilgenin Defteri
Accueil
Avril 2018
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Lundi, 19 décembre 2005
Encourager les scientifiques à appliquer leurs connaissances aux situations de la vie réelle dans les pays en développement, et puis donner aux étudiants les moyens de mettre ces connaissances en pratique, telle est l’idée géniale qui sous-tend le grand Concours des écoles (« Imagine… school competition ») organisé par la Foundation Imagine... Life Sciences, l’organisme néerlandais créateur de ce concept original dernièrement présenté dans le cadre de la Conférence du CER (Conseil européen de la recherche) 2005 accueillie par l’Union européenne (UE).
Les chercheurs spécialisés dans les sciences de la vie sont invités à soumettre des propositions concernant l’application d’une technologie particulièrement utile et bon marché dans les pays les moins avancés (PMA). Il est demandé ensuite à des étudiants (âgés de 16 à 18 ans) travaillant en groupes de 2 à 5 de choisir un projet et d’élaborer un « business plan » (plan d’exploitation) à mettre en oeuvre en situation réelle. Travaillant en étroite collaboration, les scientifiques et les étudiants mènent alors des expériences pour tester la faisabilité du projet en question avant de soumettre leur « business plan ». Le projet déclaré vainqueur est, par la suite, mis effectivement en oeuvre avec la participation des étudiants initialement impliqués.
Du rêve à la réalité
En 2004, les chercheurs Wouter van Winden et Bran van Beek ont présenté un projet portant sur la production de biodiesel à partir d’algues cultivées dans des bassins spécialement aménagés à cet effet. Les étudiants Sonja Boas et Chang Liu ont opté pour ce projet, élaboré leur « business plan » et remporté le concours. Leurs idées sont aujourd’hui mises en pratique dans le petit village d’Elalane au Mozambique. Les étudiants et les chercheurs ont ainsi eu l’occasion de visiter le site du projet durant l’été 2005. De plus, l’un des chercheurs se rendra au Mozambique en 2006 pour aider à la construction du bassin de culture d’algues. Pour les chercheurs, ce concours leur a offert l’opportunité de travailler sur autre chose. De l’avis de Wouter van Winden, « cela inspire que d’essayer de faire quelque chose de concret pour un pays en développement ». Pour les étudiants, c’était là une occasion unique de vivre une expérience précieuse et d’explorer de manière très concrète la réalité du monde scientifique. La « Foundation Imagine… Life Sciences » est soutenue par le gouvernement néerlandais mais aussi par la communauté des affaires, les ONG et les universités.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
Jeudi, 15 décembre 2005
La Commission européenne a décidé d’accorder une aide humanitaire de 2 millions d’euros aux victimes de tensions ethniques dans le nord du Kenya. Jusqu’à 450 000 personnes bénéficieront des actions humanitaires qui seront ainsi financées pour améliorer leur situation. Il s’agit de couvrir les besoins en nourriture, eau et assainissement, et de protéger les personnes prises dans des affrontements ethniques. L’aide se traduira notamment par un soutien nutritionnel, par la réhabilitation de points de forage, de réservoirs d’eau, de puits de surface et d’enclos à bovins, et par la mise en place de centres de protection et de conseil.
Le Kenya figure parmi les pays les moins développés du monde. Le niveau de pauvreté et de chômage rend vulnérables à la criminalité et à l’insécurité ses régions du nord et du nord-est, limitrophes de la Somalie, de l’Éthiopie et de l’Ouganda. Les habitants y sont confrontés à plusieurs difficultés: le changement climatique, qui a une incidence négative sur les terres arides et semi-arides, et une forte croissance démographique, qui avive la concurrence entre les communautés rurales pour obtenir des ressources essentielles comme l’eau et les pâturages. Ces facteurs ne font qu’exacerber les tensions ethniques et la violence. Les affrontements qui se sont produits en début d’année ont fait de nombreux morts et entraîné le déplacement de 6 500 Kenyans. En outre, le nord du Kenya a vu récemment affluer jusqu’à 27 000 Somaliens qui ont fui leur pays pour y demander le statut de réfugiés ou y chercher refuge.
Rien ne permet d’indiquer que le nombre de réfugiés et de personnes déplacées diminuera dans un avenir proche, au contraire. Les actions d’aide humanitaire financées par la décision de la Commission adoptée aujourd’hui seront mises en oeuvre l’année prochaine. Les ressources transiteront par ECHO, le service d'aide humanitaire de la Commission européenne, placé sous la responsabilité du commissaire Louis Michel.
Mercredi, 14 décembre 2005
Le budget 2006 de la Coopération au Développement (Division 14/54) a été fixé à 901 millions d'euros ce qui représente une augmentation de +/- 100 millions d'euros (12,5%) par rapport au budget initial de 800,934 millions d'euros voté pour 2005. La Belgique, s'est engagée à atteindre les 0,7% du Revenu National Brut (RNB) en 2010. Dans la lignée de Monterrey en 2002, le Conseil "Affaires générales et relations extérieures" (CAGRE) de l'UE du 24 mai 2005 consacré aux questions de la coopération au développement, a décidé d'atteindre l'objectif de 0,7% du RNB en 2015 pour les pays membres de l'Union européenne.
Le tableau en annexe indique les montants réalisés et les prévisions pour la coopération au développement, sur base des données actuelles connues pour le RNB, afin d'atteindre cet objectif. A partir de 2007, les prévisions font l'hypothèse que 60% des dépenses sont inscrites au budget de la coopération au développement.
Le “Fonds Efico", visant à améliorer les conditions de vie de populations pauvres qui produisent du café dans des pays en développement”, géré par la Fondation Roi Baudouin (FRB), est constitué afin de contribuer à atteindre l’objectif de la Fondation Efico, fondation privée instituée par acte notarié le 5 décembre 2003.
Vous pouvez introduire vos projets continuellement en complétant le formulaire de candidature ci-dessous et en l’envoyant par e-mail au secrétariat du fonds à l’adresse suivante: efico.fund@kbs-frb.be.

Les projets peuvent être soutenus pendant une ou plusieurs années à concurrence d’un montant maximum de 20.000 € par an. Le jury peut accorder une exception si celle-ci est motivée dans le dossier de candidature.
Les projets qui souhaitent participer au prochain cycle de sélection, doivent être introduits avant le 31 janvier 2006. Le Fonds assurera la sélection, la répartition des moyens financiers et le suivi des projets. Ceux-ci contribueront directement ou indirectement à améliorer de manière structurelle et durable la situation de populations pauvres qui produisent du café dans des pays en développement. Ils pourront aussi comporter des actions humanitaires d’aide et de réhabilitation au profit de populations pauvres dans ces pays.
Le Conseil des Ministres ACP, réuni à Bruxelles du 5 au 8 décembre 2005, sous la direction de son Président Roger Marie Rafanomezantsoa, Ministre de l'Industrialisation, du Commerce et du Développement du Secteur Privé de Madagascar, s’est prononcé sur le lieu du prochain Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement ACP et a adopté une déclaration sur le coton, ainsi que des décisions et résolutions notamment sur les produits de base (bananes, sucre), le projet REACH, la situation alimentaire au Malawi et en Afrique australe et le textile.
Il a également approuvé les recommandations sur les positions et stratégies ACP en vue de la 6ème Conférence ministérielle de l’Organisation Mondiale du Commerce qui lui avaient été présentées par les Ministres du Commerce ACP, réunis les 29 novembre et 1er décembre 2005.
Parmi les points discutés par le Conseil des Ministres :
- OMC. Le Conseil a entériné la Déclaration ACP et les recommandations de la Réunion des Ministres du Commerce ACP en vue de la 6ème conférence ministérielle de l’OMC.
Sommet ACP. Dans le cadre de la mise en œuvre de la décision des Chefs d’Etat et de Gouvernement lors du 4ème Sommet tenu en juin 2004 à Maputo désignant le Soudan pour accueillir le 5ème Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement ACP, le Conseil a décidé de tenir le 84ème Conseil des Ministres ainsi qu’une réunion conjointe du Conseil des Ministres et des Ministres des Affaires Etrangères ACP avant le Sommet. Les dates du 5ème Sommet, qui aura lieu en 2006, seront fixées par voie de consultation avec le Gouvernement du Soudan.
- Textile. Profondément préoccupé par le démantèlement de l’Accord multifibres fin 2004 entraînant ainsi la fermeture de nombreuses usines textiles et de vêtements dans les Etats ACP, le Conseil des Ministres a adopté une décision sur le textile et les vêtements appelant à la mise en œuvre des engagements pris par les donateurs internationaux de participer au processus de soutien au secteur coton. Les Ministres ont invité l’Union et la Commission européennes à réserver une dotation spécifique dans le cadre du 10ème FED pour financer la Facilité pour le textile et les vêtements des pays ACP.
- Coton. Gravement préoccupés par le maintien des soutiens internes et subventions à l’exportation au profit d’agriculteurs des pays développés. Les Ministres ont souligné qu'une solution au dossier coton à l'OMC est indispensable pour donner un signal positif sur l'engagement réel des partenaires, et ce, pour faire du cycle en cours un véritable cycle de développement, et aider à la poursuite des négociations dans le cadre du Programme de Doha pour le Développement. Les Ministres ont insisté sur le fait qu'au-delà des PMA, les solutions recherchées dans le cadre de l'initiative portée par les 4 pays (Bénin, Burkina Faso, Mali et Tchad) devraient prendre en compte un appui à tous les pays ACP producteurs de coton.
- Bananes. Les Ministres ont réitéré leur appel à l’Union Européenne pour désigner la banane produit sensible dans le cadre des négociations de l’OMC en cours en vue de la libéralisation du commerce des produits agricoles. Ils ont fait part de leur soutien à toutes les démarches engagées par les Communautés européennes devant l’OMC visant à proroger la dérogation actuellement en vigueur jusqu’au 31 décembre 2007. Par ailleurs, le Conseil des Ministres a demandé à l’Union européenne de veiller à ce que tout effort en vue d’un accord avec les pays NPF inclut une réelle concertation avec les pays, et que dans l’hypothèse d’une procédure de règlement des différends liée au régime de la banane, l’UE soutienne le droit des pays ACP à y participer.
- Sucre. Les Ministres ont invité l’Union européenne à veiller à ce que les Etats ACP fournisseurs de sucre n’aient pas à supporter une part trop grande des coûts de la réforme du régime communautaire du sucre et que celle-ci soit mise en œuvre dans le plein respect des obligations internationales de l’UE telles que définies dans le protocole Sucre ACP-UE, notamment les garanties d’accès, d’intervention, de durée indéterminée et de prix négociés, ainsi que la possibilité de vendre tous types de sucre. Ils ont appelé la Commission européenne à déclarer le sucre produit sensible aux fins des négociations sur l’agriculture qui se déroulent dans le cadre du programme de travail de Doha et lors de la Conférence ministérielle de Hong Kong. En outre, le Conseil des Ministres a invité l’UE à veiller à ce que les modalités de mise en œuvre du nouveau régime, notamment ce qui concerne le mécanisme d'alerte lié au contrôle du volume d'importation en provenance des PMA, soient précisés de manière à ne pas handicaper les exportations légitimes de ces PMA vers l'UE.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>