Novembre 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Lundi, 19 septembre 2005
La Commission a publié en juillet une Communication proposant un ‘consensus de Bruxelles’ sur la coopération au développement, ainsi que des lignes de conduite pour la mise en pratique de la politique de développement par la Communauté. Les trois institutions de l’UE devraient en discuter et trouver un accord à la fin de l’année. Ceci servira de base pour discuter des défis auxquels doit faire face la coopération européenne au développement dans le contexte de l’événement que sera l’évaluation de la situation concernant les Objectifs du Millénaire (ODM). La cohérence et la qualité de l’aide dans la pratique, l’amélioration de l’efficacité de l’aide et l’état actuel des discussions entre les trois institutions seront des points sur l’agenda de la 11ème Conférence Générale de l'EADI sur Insécurité et Développement qui se tiendra à Bonn (Allemagne) les 21-24 septembre 2005.
Louis Michel, Commissaire européen pour le Développement et l’Aide humanitaire interviendra dans cette session.
L’Association Européenne des Instituts de Recherche et de Formation en Matière de Développement (EADI) fête aussi à cette occasion ses 30 ans.
La 2 677ème session du Conseil de l’Union européenne (Agriculture et Pêche) se tiendra les 19 et 20 septembre 2005 (à 11h) au Justus Lipsius Building à Bruxelles, sous la présidence de Mme Margaret BECKETT, secrétaire d’État à l’Environnement, à l’Alimentation et aux Affaires rurales du Royaume-Uni.
L’attention du Groupe ACP se portera sur les points suivants inscrits à l’ordre du jour des discussions :
Agriculture
- Secteur du sucre : note d’information de la présidence concernant la réunion informelle des ministres des pays ACP et PMA producteurs de sucre et échange de vues ;
Pêche
- réglementation du Conseil concernant les politiques de gestion et d’exploitation des ressources halieutiques en Méditerranée et modification des règlements (CEE) n° 2847/93 et (CE) n° 973/2001 ;
- Accord politique ;
- Options et principes d’amélioration de la reconstitution du stock ichtyologique ;
- Échanges de vues.
En marge de la session du Conseil, se tiendra le lundi 19 septembre à 14h30 une réunion informelle des ministres des pays ACP et PMA producteurs de sucre.
La présidente du Conseil organisera une conférence de presse à la fin de la session.
Le Directeur du CTA, Dr Hansjörg Neun, a fait une présentation au Groupe ACP du COREPER au Conseil des Ministres de l'UE le 6 septembre dernier.

Dr Hansjörg Neun a cité les principales réalisations du CTA et la nécessité de faire des choix stratégiques sur base des évaluations en cours et de l'identification de nouveaux besoins. Il a rappelé qu'environ 8000 organisations ACP (dont les associations d’exploitants agricoles, ONG, ministères gouvernementaux et autres institutions du secteur public) ont directement bénéficié des produits et services du CTA chaque année alors que 80 organisations locales, nationales et régionales des six régions ACP reçoivent un soutien davantage ciblé. L’évaluation du CTA montre que les partenaires et bénéficiaires du CTA apprécient grandement les principaux produits et services que le CTA offre.
Tandis que les conclusions et recommandations de la récente évaluation serviront de source d’inspiration pour le CTA pour préparer le prochain plan stratégique, le plan en soi reposera en grande partie sur les réalisations et points forts du Centre. Pour la première fois en 20 ans d’existence, le CTA oeuvrera sur la formulation d’un plan quinquennal qui cherche à étendre davantage l’impact du Centre en s’appuyant sur ses points forts tels que :(i) un solide réseau avec de nombreuses organisations et parties prenantes ACP, ainsi que des relations établies avec diverses organisations européennes et internationales; (ii) une riche variété de produits et de services réussis; (iii) une base solide de connaissances et plus de 20 ans d’expérience dans son domaine de compétences.
Le Groupe COREPER a félicité le nouveau Directeur pour son excellente présentation qui a enrichi leur connaissance du CTA ainsi que la présentation de certains programmes, comme le Service Question Réponse, ayant une prise directe sur les acteurs dans les pays ACP.
Le Groupe a encouragé le directeur dans la ligne qu’il entend suivre et examiner des sujets comme l'avantage comparatif du CTA par rapport à d'autres organisations internationales, la nécessité de développer davantage les services du CTA orientés vers les utilisateurs finaux et les producteurs et le besoin d’augmenter l’échange d'information avec d'autres organisations.

Voir le résumé de la présentation en annexe.
Un document de travail des Services de la Commission publié cette semaine contient une analyse de l’utilisation par les Etats Membres de l’UE, d’une contribution de solidarité sur les billets d’avion qui servirait à financer l’aide au développement pour réaliser les Objectifs de Développement du Millénaire (ODM). Cet article doit être replacé dans le cadre des décisions adoptées au Conseil Européen de juin, de doubler l’aide au développement, d’aller plus vite et de faire mieux.
Le document de travail des Services de la Commission demandé par le Conseil des Ministres de l’Economie et des Finances en juillet, comporte une analyse technique de deux options que les Ministres des Finances voudraient étudier plus en détail : le règlement obligatoire ou volontaire d’une contribution par les passagers dans le cadre d’un projet conjoint de l’UE auquel les Etats Membres pourraient participer sur une base de volontariat. Une approche coordonnée de l’UE constituerait un message politique de solidarité européenne envers les pays en développement, facilitant et explicitant le fonctionnement de cette mesure pour les opérateurs des compagnies aériennes et les passagers, et garantissant le respect des règles du Traité de la CE.
Le document de travail des Services de la Commission publié ce jour par la Commission est conçu pour aider les Etats Membres en leur proposant une base pour analyser plus en détail les instruments qu’ils pourraient utiliser pour financer leurs engagements d’Aide Publique au Développement. Il incombe aux Etats Membres de prendre leurs décisions sur ce point à temps pour l’Assemblée Générale des Nations Unies qui doit se tenir plus tard dans le courant du mois de septembre. En juin de cette année, l’Union Européenne avait déjà décidé d’accroître son engagement budgétaire en faveur de l’Aide au Développement de 46 milliards d’Euros en 2006 à environ 66 milliards d’Euros en 2010. L’Union Européenne a également décidé de renforcer la cohérence de la politique et d’envoyer au moins la moitié de cette augmentation de l’aide en Afrique subsaharienne, région qui a le plus de difficultés à réaliser les objectifs du Millénaire. L’Union Européenne reste le plus important bailleurs de fonds au monde de l’aide au développement et le plus important partenaire commercial du monde en développement.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
En juillet 2005, l’Union Européenne a donné son feu vert à de nouveaux arrangements facilitant la délivrance de visas à court terme à des chercheurs venant de pays tiers. De plus, on espère cet automne l’adoption accélérée d’un projet accordant aux chercheurs non ressortissants de l’UE un titre de séjour spécial délivré très rapidement. Ceci traduit clairement le souhait de faire de l’Europe non seulement la plus grande « usine de matière grise », mais également le plus grand « pôle d’attraction pour la matière grise ». La Recommandation sur les visas qui a été adoptée – et qui fait partie d’un ensemble de mesures plus vaste- demande instamment aux Etats de l’Union Européenne d’accélérer la délivrance de visas aux chercheurs venant de pays tiers en simplifiant les procédures administratives afin de faciliter leur participation aux conférences et séminaires se tenant en Europe. Cet instrument devrait permettre de régler certains des problèmes concrets auxquels sont confrontés les chercheurs à l’entrée dans l’Union Européenne avec le cadre des règles de Schengen. Cet automne, l’Union devrait donner son approbation finale aux instruments concernés : une Directive et une autre Recommandation. La Directive proposée introduit des procédures d’admission accélérées pour les chercheurs ressortissants de pays tiers effectuant un séjour de longue durée en Europe.

Passer de nouvelles frontières
La migration faisant l’objet d’un grand débat public, ce projet vient opportunément rappeler que les expériences de recherche et les compétences importées d’autres pays sont favorables au dynamisme économique et à la compétitivité de l’Europe. En plus de la recommandation adoptée rationalisant la délivrance de visas à court terme, la Directive prévoit une procédure d’admission accélérée pour les chercheurs ressortissants de pays tiers en créant un titre spécial de séjour pour eux, indépendamment de leur statut contractuel (employé, boursier, etc.). Les organismes de recherche accrédités devront remplir une simple « convention d’accueil » pour certifier le statut des chercheurs auprès des autorités de l’immigration. Avec ce nouveau titre de séjour, les chercheurs n’auront pas besoin d’obtenir un permis de séjour supplémentaire et incitation est faite aux Etats Membres de faciliter le regroupement familial. Dans ce contexte, l’autre recommandation qui anticipe en partie sur l’application de la Directive, porte sur les conditions liées au titre de séjour et la mise en place de procédures accélérées pour la délivrance des titres de séjour.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>