Juillet 2017
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Jeudi, 03 mars 2005
D’après le dernier sondage d’opinion Eurobaromètre, deux tiers des citoyens de l’Union européenne approuvent l’évolution récente de la distribution des crédits dans le cadre de la politique agricole commune. Dans le premier sondage réalisé dans l'UE des 25 États membres, il se dégage un large soutien en faveur du passage des aides à la production aux aides directes aux agriculteurs et à une assistance accrue de l’économie rurale dans son ensemble. L’enquête a porté sur 25 000 personnes dans les 25 États membres entre le 22 novembre et le 19 décembre 2004.

Mercredi, 02 mars 2005
La 2638ème session Conseil des Affaires Economiques et financières du 17 février 2005 a adopté un règlement approuvant la conclusion d'un protocole fixant les possibilités de pêche et la contrepartie financière prévue dans l'accord entre la Communauté et le Madagascar concernant la pêche au large de Madagascar pour la période du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2006. Les possibilités de pêche fixées par le protocole sont réparties entre l'Espagne, la France, l'Italie et le Portugal et concernent les thoniers senneurs et les palangriers de surface. Le montant de la contrepartie financière est fixé à 825000 euros par an.
La Commission européenne a annoncé aujourd’hui sa décision de lancer un processus de consultation sur la politique maritime future de l’Union. Dans une communication présentée conjointement par le président José Manuel Barroso et le commissaire Joe Borg, la Commission expose les raisons motivant cette initiative. La communication souligne que la contribution de la mer à notre subsistance et à notre bien-être est considérable, comme l’est également son potentiel de croissance économique. L’enjeu est de tirer le meilleur profit de ce potentiel d’une manière durable. Une approche intégrée contribuera à éviter les conflits et à optimiser les synergies entre les diverses activités maritimes de façon à dynamiser leur potentiel économique et à protéger l’environnement. Elle encouragera également une participation accrue des parties prenantes et permettra à toutes les parties concernées de considérer la mer comme un tout et de comprendre les implications de chaque type d’activités sur ce tout. Une Task Force constituée des commissaires chargés des politiques liées à la mer et présidée par le commissaire Joe Borg préparera un document de consultation sur la politique maritime future de l’Union. La publication de ce document, prévue pour le premier semestre de l’année prochaine, lancera une large consultation sur les options possibles d’une politique maritime de l’Union. La Commission examinera ensuite toutes les contributions et décidera quelle forme la nouvelle politique devrait revêtir avant de préparer des propositions dans ce sens.
Dansles délibérations du Conseil de l'UE Agriculture et pêche du 28/02/200, La délégation espagnole, appuyée par les délégations italienne,autrichienne, belge, portugaise hellénique et finlandaise, a souhaité que le Conseil "Agriculture" analyse les conséquences sur le secteur sucrier européen de la proposition de règlement relative au système de préférences
généralisées et qu'un débat s'engage sur les modifications sectorielles entraînées par cette proposition.Cette délégation a fait valoir qu'en l'état actuel cette proposition génèrerait des déséquilibres commerciaux pour la Communauté, les pays ACP et les pays les moins avancés (PMA). Lors du dernier Conseil une réunion informelle des ministres de l'UE avec leurs homologues des pays ACP/PMA avait eu lieu, portant notamment sur l'impact de la réforme envisagée du régime communautaire du sucre, au cours de laquelle avait été évoquée la possibilité de classer le sucre comme produit sensible. Dans cette optique cette délégation a souhaité que la portée du règlement "tout sauf les armes" (TSA) ne soit pas modifiée et que cette initiative soit poursuivie. Les délégations française et irlandaise ont souligné la nécessité de tenir compte, y compris éventuellement hors du cadre de la réforme de l'OCM sucre, des préoccupations des ACP/PMA. Les délégations danoise, britannique, allemande, suédoise, lettone et maltaise, ont rappelé leur souhait d'une réforme rapide de l'OCM sucre afin de rendre ce secteur plus compétitif et ont souligné que les demandes formulées par les ACP/PMA devaient être prises en compte dans le cadre du Plan d'action proposé par la Commission. La Commissaire Fischer a souligné que les préoccupations des ACP/PMA seraient prises en compte dans le cadre d'un plan d'action et que la révision de l'initiative TSA était exclue. La Présidence a noté la persistance de divergences d'opinion sur le contenu et la portée de la réforme envisagée de l'OCM sucre. La Présidence a indiqué que le calendrier des travaux devrait tenir compte des résultats du panel OMC, de la proposition législative de la Commission, avant d'entamer ultérieurement les discussions avec les principaux pays intéressés.
Mardi, 01 mars 2005
Le prix international Roi Baudouin pour le Développement 2004-2005, d’un montant de 150 000 euros, sera remis à M. Ousmane Sy le 3 mai 2005 au Palais royal de Bruxelles. Ce prix, décerné tous les deux ans depuis 1980, vise à couronner l’action de personnes ou d’organisations qui aportent une constitution importante au développement des pays du Sud.
Ousmane Sy est né en 1949 au Mali et il est la figure de proue de la décentralisation en Afrique. La décentralisation permet assurément de consolider le processus démocratique, en élargissant sa base. Elle l’ancre au niveau local, en soumettant la démocratisation à l’épreuve des réalités de l’échelle locale. Elle constitue également un levier pour la dynamisation de l’économie locale, en rapprochant les décideurs des acteurs locaux (…) Désormais, les décideurs sont des proches, issus du terroir, et non plus des gens nommés par le pouvoir centeral. Par ailleurs Ousmane Sy préside depuis 1992 la fondation rurale pour l’Afrique de l’Ouest (FRAO) et il a aussi créé son propre centre d’expertise et de conseil , le CEPIA (Centre d’expertise politiques et institutionnelles en Afrique). Fort de son experience, il a aussi fondé avec d’autres pays africains le réseau “ Dialogue sur la gouvernance en Afrique” qui couvre actuellement 14 pays d’Afrique occidentale et centrale dont notamment le Tchad et le Togo ou il poursuit actuellement ses expériences.
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>