Septembre 2017
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Mardi, 26 avril 2005
(2657ème session du Conseil Agriculture et Pêche- Lux, 26 avril 2005)

Le Conseil considère que la définition d'un nombre limité d'objectifs quantitatifs clairs au niveau national
et mondial, qui devraient être liés à des objectifs généraux de développement durable, tels qu'ils ont été adoptés lors du Sommet mondial sur le développement durable (SMDD) qui s'est tenu à Johannesburg en 2002, et à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, constitue le meilleur moyen pour atteindre ces objectifs;ces objectifs pourraient être:
– le doublement, d'ici 2015, de la surface forestière gérée de façon durable;
– la réduction de moitié, d'ici 2015, du nombre de personnes dont la subsistance dépend des forêts qui vivent dans une extrême pauvreté et;
– la réduction de moitié, d'ici 2015, du rythme de la déforestation et de la dégradation des forêts dans le monde;
Un instrument juridiquement contraignant constitue le meilleur moyen
d'atteindre les objectifs prioritaires et les buts spécifiques mentionnés ci-dessus.
Conclusions du Conseil sur l'Environnement réglementaire de la
politique commune de la pêche
(2657ème session du Conseil AGRICULTURE ET PECHE - Lux, 26 avril 2005)

entre autres points, celui qui intéresse nos lecteurs ACP sur la nécessité, parallèlement à d'autres mesures envisageables à court terme, d'améliorer l'accès aux textes communautaires à l'aide de moyens électroniques, d'élaborer des brochures d'information sur des domaines spécifiques, de réduire la charge de travail et les restrictions pesant sur les pêcheurs et d'autres acteurs du secteur de la pêche et d'alléger la charge administrative des administrations nationales, et invite la Commission à élaborer des initiatives dans ces domaines.
Mardi, 26 avril 2005
Alors que les gouvernements se préparent à l'Assemblée générale des Nations Unies de septembre 2005 à New York, les ONG européennes se sont réunies aujourd'hui pour présenter publiquement pour la première fois leurs recommandations et leurs analyses des progrès réalisés par l'Union européenne pour atteindre les Objectifs de Développement du Millénaire (ODM).
Un mois avant le Conseil européen des Affaires Générales et des Relations Extérieures (CAGRE) qui décidera des orientations européennes à New York, CONCORD, la confédération européenne des ONG d'Urgence et de Développement, a rassemblé différents secteurs de la société civile pour remettre une déclaration commune contenant des recommandations clés pour l'évaluation à mi-parcours de la Déclaration du Millénaire. Les ONG ont remis officiellement ces recommandations à la présidence du Conseil de l'Union européenne, en la personne de Jean-Louis Schiltz, Ministre luxembourgeois de la Coopération et de l'Action humanitaire, qui a promis de les remettre aux autres ministres européens du Développement. Il a souligné que si l'Union européenne ne consacrait pas davantage de fonds, l'Europe raterait les Objectifs du Millénaire !

Les ONG de développement européennes membres de CONCORD et les organisations de la société civile de toute l’Europe demandent aux ministres européens :
- soutenir vigoureusement l’annulation totale et immédiate de la dette bilatérale et multilatérale des pays les plus pauvres
- assurer tous les mécanismes innovants pour lever des ressources pour le développement
- garantir qu’au moins 70% de l’APD sera dépensée dans des pays à faible revenu
- soutenir le renforcement de l’appropriation nationale des politiques de développement
- accroître l’efficacité et l’acheminement de l’aide en déliant totalement toute l’aide
- rendre les politiques commerciales de l’UE cohérentes avec le développement durable
- démocratisation et meilleure gouvernance des institutions internationales
Dimanche, 24 avril 2005
La nouvelle Constitution européenne est cruciale pour l’avenir de la politique communautaire de coopération au développement. Non seulement elle détermine l’étendue et la profondeur des relations extérieures de l’UE, mais elle nous permet également de mieux asseoir notre rôle d’acteur majeur sur la scène internationale. Qui plus est, elle inscrit la lutte contre la pauvreté comme objectif primordial de la politique de développement de l’UE. De même, la nouvelle Constitution prévoit plusieurs dispositions légales en faveur d’un agenda de développement potentiellement favorable à l’Europe élargie. Autant d’évolutions jugées comme un progrès à la fois significatif et salutaire pour l’Union.
Eurostep lance un site Web sur le Traité constitutionnel de l’UE et le développement. Ce site se propose d’analyser les implications de ce Traité pour la politique européenne de coopération au développement, ainsi que la contribution de l’UE aux Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) que s’est fixés les Nations unies. Son but est de fournir une analyse bien documentée de la nouvelle Constitution européenne, vue sous l’angle de la coopération au développement, d’alimenter les débats tant au niveau national que communautaire et, compte tenu des processus de ratification en cours dans les pays membres de l’Union, de contribuer ainsi au débat sur le rôle de l’Europe dans le monde.
Le dernier rapport de l’ONU sur l’état de la planète a révélé que 60% des écosystèmes permettant la vie sur Terre ont été dégradés. Une évolution alarmante en particulier pour les écosystèmes marins qui jouent un rôle primordial dans la régulation du climat, déplore le ministre français de la Recherche, François d'Aubert. S’exprimant à l’occasion du coup d’envoi du nouveau projet du Sixième programme cadre de l’UE (FP6) sur les écosystèmes marins, M. D'Aubert a salué le lancement du Réseau d’excellence EUR-OCÉANS qui se consacrera à l’étude de l'évolution des écosystèmes marins face au changement climatique et aux problèmes de la pêche, notamment en développant des outils de modélisation avancée.
Financé pour quatre ans par la Commission européenne à hauteur de dix millions d’euros, le réseau EUR-OCÉANS regroupe 160 scientifiques appartenant à 66 instituts de recherche et universités de 25 pays. Les recherches qui y seront menées concerneront aussi bien l'Atlantique nord et ses mers adjacentes (Méditerranée et Baltique), que les océans polaires (Arctique et Antarctique) ou les systèmes d'upwelling côtiers du Portugal à l'Afrique du Sud. L’objectif global du réseau EUR-OCÉANS est d’arriver à une intégration durable des instituts européens de recherche qui travaillent sur le changement climatique, les écosystèmes marins et d’autres disciplines scientifiques connexes. Ce projet permettra désormais d’associer trois communautés de chercheurs qui, jusqu’ici, travaillaient de manière indépendante : physiciens et chimistes marins, experts en écosystèmes marins et spécialistes d’une approche écosystémique des ressources marines. Les programmes de recherche seront ainsi progressivement intégrés, aux fins de mettre au point des modèles d’évaluation et de prévision des impacts climatiques et l’influence de l’activité humaine sur la dynamique du réseau trophique (structure, fonction, diversité et stabilité) des écosystèmes pélagiques en pleine mer, expliquent les partenaires au projet.
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>