Juillet 2017
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Lundi, 21 février 2005
Les ONG ont quelques inquiétudes sur le risque d'échec dans la réduction de la pauvreté par l'UE. Elles ont envoyé à leurs ministres un communiqué qui reprend des thèmes comme la révision de la politique de développement; la réduction de la pauvreté dans les perspectives financières; le combat contre le SIDA et le volet développement dans les négociations commerciales.
Vendredi, 18 février 2005
Un nouveau site web de la Commission européenne où l'on trouve des cartes, affiches et cartes postales ainsi que des publications sur l'UE et destinées aux jeunes et ce dans les 20 langues officielles de l’Union européenne!

A l'occasion d'une réunion consultative portant sur ”Les technologies de l’information et de la communication au service de la jeunesse rurale dans les pays ACP" en septembre 2004, des groupements de jeunes ruraux ont rencontré à Bruxelles des décideurs ACP et UE. Ils ont souligné à cette occasion le besoin d'avoir plus d'information et de compréhension des institutions ACP et UE. Ce nouveau portail les aidera certainement dans cette tâche.
Les conclusions du 2638ème Conseil AFFAIRES ECONOMIQUES ET FINANCIERES (version provisoire) tenu à Bruxelles le 17 février 2005.
L' UE reconnaît la nécessité d 'adopter une attitude positive et dynamique sur la question du financement des Technologies de l’Information et de la communication (TIC) pour le développement, en réponse aux inquiétudes légitimes exprimées par les pays en développement sur la fracture numérique. L'UE attache une grande importance à la solidarité dans une société de l'information mondiale et inclusive, considérant que dans certains cas les seules forces du marché ne peuvent pas répondre aux besoins de développement.
L'objectif global de la politique de développement de l'UE est la réduction et, dans la mesure du possible, l'éradication définitive de la pauvreté. Dans ce contexte, l'UE s'est engagée à traiter les questions liées à la fracture numérique et à exploiter le potentiel des TIC comme outil pour les politiques de développement et un moyen important pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Les TIC ne sont pas une fin en soi, mais un outil pour atteindre des objectifs de développement. Par conséquent, elles ne devraient pas être considérées à part en tant qu’objectifs politiques séparés,mais elles devraient être étroitement intégrées aux objectifs et aux projets de développement fondamentaux dans les secteurs prioritaires, comme l'enseignement, la santé et l'administration publique, la gestion des crises ou la prévention des désastres.
Une attention particulière doit être portée à la situation des pays d'Afrique subsaharienne. L'UE continue d'examiner favorablement en partenariat avec ses partenaires africains, en particulier le NEPAD, et en collaboration avec le secteur privé une initiative en faveur du déploiement des infrastructures sur le continent africain.
Voir extrait du rapport portant sur ce sujet en annexe.
Jeudi, 17 février 2005
La tendance à la baisse à long terme des prix réels des produits agricoles de base menace la sécurité alimentaire de centaines de millions de personnes dans les pays les plus pauvres du monde en développement où la vente de ces produits représente souvent l'unique source de revenus en espèces, selon un nouveau rapport. La détérioration des termes de l'échange menace la sécurité alimentaire de ces pays qui, pour un grand nombre d'entre eux, ont un besoin vital d'exporter leurs produits de base pour financer leurs importations de produits alimentaires. Toutefois, le rapport reconnaît que la tendance à la baisse des prix des produits de base peut également entraîner une réduction de la facture des importations alimentaires des pays en développement. La résolution des problèmes de l'offre excédentaire et l'élimination des distorsions du marché exigent un programme d'action. Le rapport invite l'Organisation mondiale du commerce (OMC) à accorder la priorité à la baisse des droits de douane sur les produits agricoles et à la réduction aussi bien du soutien à la production que des subventions aux exportations dans les pays développés.
Le rapport recommande l'élimination de la progressivité des droits de douane, qui pénalise les exportations de produits transformés des pays en développement. Parallèlement, les pays en développement, selon la FAO, devraient réduire leurs droits de douane afin d'encourager le commerce entre eux tout en permettant aux consommateurs de bénéficier de la baisse des prix mondiaux. Les pays en développement devraient, en outre, s'employer à renforcer leurs capacités afin de tirer profit des possibilités offertes par la libéralisation du commerce. Le rapport propose des mesures susceptibles d'aider les pays les moins avancés à renforcer leurs capacités pour exploiter les possibilités d'échange et participer efficacement aux négociations commerciales. Il suggère de compenser les économies des pays à faible revenu pour toute perte de préférences commerciales résultant des négociations sur le commerce en cours à l'OMC. Le rapport recommande aussi la mise en place de programmes aux niveaux national et international pour aider les producteurs à se prémunir contre les chocs qui pourraient causer des dégâts à leurs cultures ou faire chuter les prix sur les marchés internationaux. L'assurance contre les intempéries, les systèmes de prix préférentiels et de prix de marché garantis sont également proposés pour lutter contre la volatilité inhérente aux marchés des produits agricoles.

FAO
Bureau de Liaison auprès de l'UE
30, Bld Simon Bolivar, 21étage
1000 Bruxelles
Tel: (+32.2) 203 85 87
Fax: (+32.2) 203 85 89
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
La Commission européenne a adopté aujourd'hui un rapport au Parlement européen et au Conseil sur le fonctionnement de l’organisation commune des marchés dans le secteur de la banane. Le rapport factuel fournit un aperçu du régime sur la banane depuis 1999 et des informations, graphiques et chiffres sur la structure et l'application de l'OCM dans le secteur de la banane(producteurs, organisations, aides compensatoires, mesures structurelles et commerce avec les pays tiers), sur le cadre spécial d'assistance en faveur des fournisseurs ACP traditionnels de bananes et sur l'évolution du marché dans l'UE. Une évaluation approfondie de l'application de l'OCM depuis 1993 est en cours et sera finalisée dans le deuxième trimestre de 2005. Simultanément, la Commission a
entamé des négociations dans le cadre de l’article XXVIII du GATT en vue d’appliquer, au plus tard le 1er janvier 2006, un régime uniquement tarifaire aux importations de bananes. En fonction des résultats de l'évaluation, la Commission examinera en détail, avec ses partenaires institutionnels, économiques et sociaux, les améliorations éventuelles à apporter à l'OCM. À l’issue de ces discussions, elle présentera, le cas échéant, des propositions au Parlement et au Conseil. Voir ci-joint le rapport complet.

Voir aussi Agritrade,le portail du CTA sur le commerce et, plus particulèrement, le secteur portant sur la banane
http://agritrade.cta.int/bananas/executive_brieffr.htm
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>