Juillet 2017
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Mardi, 25 janvier 2005
Lors d'une réunion organisée avec les ministres des pays ACP exportateurs de sucre, la Commission a dévoilé son plan d'action visant à atténuer les éventuelles conséquences de la réforme du régime communautaire du sucre et à accompagner le processus d'ajustement dans les pays ACP signataires du Protocole sucre. Plusieurs États ACP sont économiquement très dépendants de leurs exportations de sucre vers l'Union européenne et pourraient connaître, à la suite de la réforme du régime du sucre, certaines perturbations au niveau de leur développement socioéconomique. La Commission propose de mettre en place un partenariat pour les aider à relever ce défi, au moyen d'une série de mesures favorables aux échanges et au développement.

Lundi, 24 janvier 2005
Afrique: la Commission adopte une série de mesures d’aide humanitaire d’un montant supérieur à 80 millions d’euros
La Commission européenne a adopté une série de mesures d’aide humanitaire en faveur des victimes des crises de longue durée qui affectent l’Afrique. Parmi les pays concernés figurent ceux d’Afrique occidentale côtière (31,3 millions d’euros), l’Ouganda (20,62 millions d’euros), le Burundi (20,99 millions d’euros) et la Tanzanie (13,5 millions d’euros). Les projets envisagés seront exécutés par les organismes humanitaires qui interviennent dans les régions cibles. Les ressources sont gérées par l’Office d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO), sous la responsabilité du Commissaire chargé du développement et de l’aide humanitaire, M. Louis Michel.

Mercredi, 15 décembre 2004
Le conseil d'administration du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) a désigné Madame Zsuzanna Jakab, haut responsable de la santé publique originaire de Hongrie, en tant que premier directeur du Centre. Cette nomination marque une étape essentielle du démarrage du CEPCM, une nouvelle agence communautaire destinée à renforcer les moyens de défense de l'Europe contre les maladies infectieuses. Des épidémies telles que le SRAS en 2003 et la grippe aviaire en 2004 ont montré avec quelle rapidité ce type de maladies peut se propager à l'échelle internationale. Avec la résurgence du VIH/SIDA en Europe et la préparation à une possible épidémie de grippe, qui figurent au premier rang des préoccupations des ministres de la santé de l'UE (cf. MEMO/04/283), le CEPCM est considéré comme un élément clé de la mise en oeuvre du programme de travail de l'UE dans le domaine de la santé publique. Markos Kyprianou, commissaire en charge de la santé et de la protection des consommateurs, s'est félicité de la décision prise aujourd'hui. “Madame Jakab possède une expérience impressionnante de la coopération internationale dans le domaine de la santé publique. J'ai la certitude qu'elle apportera au Centre le rôle de chef de file dont il a besoin pour démarrer ses activités et asseoir sa réputation”. Madame Jakab se présentera devant une commission du Parlement européen au début de 2005 avant de prendre ses fonctions. Une fois confirmé dans ses fonctions, le directeur peut commencer à recruter le personnel du Centre et à mettre en place son réseau européen de spécialistes du contrôle des maladies

La Banque européenne d’Investissement (BEI) a signé trois contrats de financement pour un montant total de EUR 54,6 millions ce jour à Dakar, avec la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) qui y tenait son conseil d’administration.

La BEI, l’institution de financement à long terme de l’Union européenne, accorde ainsi son soutien à la BOAD au moyen (1) d’un prêt global de EUR 25 millions sur ressources propres, (2) d’une opération de garantie de EUR 25 millions ainsi que (3) d’un apport de fonds propres de EUR 4,6 millions au titre de la Facilité d’investissement de l’Accord de Cotonou. L’opération de garantie est la première du genre à être réalisée dans le cadre de la Facilité d’investissement.

Le prêt global qui lui est accordé donnera à la BOAD un meilleur accès à des sources de financement à long terme stables. Les bénéficiaires finaux seront de petites et moyennes entreprises du secteur privé, notamment ceux qui exercent des activités génératrices de devises.

L’objectif poursuivi au travers de la facilité de garantie est d’augmenter le volume et l’éventail des instruments financiers disponibles dans la région et d’y renforcer les marchés de capitaux. Le dispositif mis en place permettra à la BEI d’accorder des garanties sur prêts ou des contre garanties pour des opérations (émissions publiques et privées) réalisées sur les marchés des capitaux de sa zone d’intervention.

La BEI va aussi élever la participation qu’elle détient dans la BOAD dans le cadre de l’augmentation générale de capital que cette institution envisage d'opérer dans les prochains mois. En portant sa participation de 0,5 % à 1 % du capital, la BEI réaffirme son soutien à l’institution bancaire de financement du développement régional en Afrique de l’Ouest, en tant que partenaire stratégique.

Avec ce quatrième prêt global et les instruments de participation et de garantie accordés en même temps à l’institution, la BEI témoigne de l’importance qu’elle attache à l’intégration régionale et à la qualité des opérations de la BOAD.

La Facilité d’investissement a pour objectif principal d’améliorer l’accès des promoteurs du secteur privé aux financements à moyen et long terme à des conditions compétitives et de soutenir le développement du secteur financier dans les pays ACP. Les lignes de crédit que sont les prêts globaux renforcent la capacité des banques à financer des initiatives de dimension relativement modeste et des projets d’investissement entrepris par des PME, en mettant à leur disposition des ressources financières qu’elles ne trouveraient pas auprès d’autres sources. Les banques et institutions intermédiaires telles, en l'occurrence, la Banque ouest-africaine de développement, agissent en toute indépendance et appliquent leurs propres critères de décision et leur propre tarification.

Vendredi, 10 décembre 2004
L’Eurobaromètre 62, réalisé entre le 2 octobre et le 8 novembre 2004, indique que le climat de l’opinion s’est amélioré depuis le printemps, même si le chômage demeure au cœur des préoccupations de l’opinion. L’Union européenne bénéficie d’une image plus positive et l’idée d’une Constitution pour l’Union est approuvée par les deux tiers des citoyens. On assiste à un quasi-consensus sur le principe d’une politique étrangère et de sécurité commune.
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>