Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Accueil
Septembre 2018
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Vendredi, 28 avril 2006
La 2724e session du Conseil de l’Agriculture et de la pêche qui s’est tenue à Luxembourg le 25 avril 2006 a adopté une décision autorisant la Commission à négocier les accords appropriés pour les prix garantis applicables au sucre de canne originaire des pays ACP et d’Inde, livré en 2006/2007. Dans le Protocole sur le sucre de l’Accord de partenariat ACP-CE et de l’accord CEE - Inde sur le sucre de canne, la Communauté s’est engagée à acheter et à importer des quantités de sucre à des prix garantis. Les prix garantis s’appliquent au sucre de canne blanc et brut en conformité avec les prix de référence établis pour l’année commerciale 2006/2007. Ces prix devront être fixés d’ici le 1er mai.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
La Tanzanie a entamé une révision de sa Stratégie nationale d’adaptation afin d’avoir accès aux fonds de l’Union européenne alloués au soutien des producteurs de sucre. L’an dernier, une version précédente du document de stratégie avait été envoyée à la Commission de l’UE à Dar es Salam. La semaine dernière Mathew Kombe, directeur du Conseil du sucre de la Tanzanie, a déclaré que cette révision de la stratégie a permis d’arrêter à 240 millions d’euros (288 millions $) le montant nécessaire pour rester compétitif au moment même où les effets des nouveaux prix du sucre européen commencent à se faire sentir au niveau des producteurs.

Cette stratégie doit établir la manière dont un pays comme la Tanzanie, dont le secteur du sucre emploie directement et indirectement 66 000 personnes envisage de s’adapter aux nouveaux prix. L’an dernier, l’UE a constitué une réserve de 40 millions d’euros (48 millions$) pour l’élaboration d’un mécanisme d’adaptation visant à compenser les effets des nouveaux prix du sucre exporté vers le marché européen par le bloc des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Le nouveau régime du prix du sucre découle d’un accord politique conclu en fin d’année dernière par les ministres de l’agriculture de l’Union européenne qui prévoyait une restructuration du système des quotas de production de l’UE et une réduction du prix de 36 pour cent sur quatre ans. L’UE a néanmoins indiqué que dans le cadre de cette stratégie révisée elle ne soutiendrait que les acteurs de la filière du sucre de Tanzanie à concurrence de 10 millions d’euros (12 millions $) jusqu’en 2013. Et pour commencer, elle a obtenu pour l’année 2006, 500 000 euros (600 mille $) pour la Tanzanie sur les 40 millions d’euros (48 millions $) affectés au bloc ACP.
Le ministre de l’agriculture, Roger Clarke, a déclaré que la Jamaïque avait reçu à ce jour plus de 29,5 millions d’euros dans le cadre du Programme d’appui à la banane de l’Union européenne (UE).
Ce programme est la composante locale de l’initiative du Cadre Spécial d’Assistance (CSA) pour les producteurs traditionnels de bananes des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) mise en place par l’UE en juin 1999 pour améliorer la compétitivité des producteurs de bananes des ACP et les aider à se diversifier.
Le programme d’appui à la banane comporte deux volets : le Programme d’amélioration de la banane conçu pour aider les planteurs nationaux et les exportateurs de bananes et de bananes plantains, et le Programme de diversification rurale à l’intention des anciens planteurs de bananes et de bananes plantains qui ont abandonné cette industrie au cours de ces dix dernières années, des ouvriers dans les plantations et dans les ports qui ont perdu leur travail et de ceux qui dans les communautés bananières ont été touchés par le déclin de l’industrie.
Les sous projets inclus dans le cadre du programme concernent les entreprises de production agricole, notamment l’agriculture biologique, les cultures protégées, les cultures maraîchères, les herbes et les épices ; les entreprises non agricoles comme le travail du bois, le recyclage du plastique, la confection de blocs, les industries extractives et l’artisanat ; et les projets de tourisme incluant l’écotourisme, le tourisme patrimonial, l’agrotourisme et les projets d’hébergement en chambre et petit déjeuner.
D’autres services ont également été retenus comme le bâtiment et la construction, le transport, le commerce de détail, le marketing sur Internet, et le soutien agricole notamment la main d’œuvre.
Mardi, 25 avril 2006
Les représentants de la Société Civile ACP se sont réunis à Bruxelles du 19 au 21 avril 2006 pour leur 2ème Forum, sous la présidence de Lucien Tape Mambo, Président de l’Union des ONGs de Côte d’Ivoire (UOCI), et ont adopté une Déclaration afin de promouvoir et renforcer le rôle des acteurs non étatiques (ANE) dans le cadre de l’accord de Cotonou.
Lundi, 24 avril 2006
Le CTA a organisé à l’intention de ses partenaires régionaux, un atelier sur la préparation et la gestion des projets. L’atelier s’est tenu au siège du CTA à Wageningen du 10 au 13 avril 2006. Quinze organisations et réseaux partenaires du CTA de toutes les régions des ACP y ont participé. L’atelier avait pour objectif d’aider les participants à améliorer la formulation et la gestion de leurs projets régionaux. Il leur a permis d’avoir une idée plus claire des exigences du CTA concernant la préparation, la gestion et le reporting (technique et financier) des projets. Les partenaires régionaux ont également eu la possibilité de préparer des profils de projets pour la période 2006-2007.

Le Secrétariat des ACP a organisé du 11 au 13 avril une réunion technique suivie de la première réunion des Ministres ACP chargés des questions d’asile, de migration et de mobilité. Aux termes de ses travaux, cette réunion a adopté la déclaration de Bruxelles sur les questions d’asile, de migration et de mobilité ainsi qu’un plan d’action. Le CTA a participé à cette importante rencontre et a eu l’occasion de présenter ses produits et services et de contribuer aux discussions.
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>