Teknoloji Haberleri Teknoloji Haberleri Teknoloji Blogu Internet Haberleri Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Accueil
Juillet 2018
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Lundi, 06 juin 2005
Les contributions des États membres au budget de l'UE pour 2005 seront une nouvelle fois réduites, cette fois de 526 millions d'euros. C'est la deuxième fois cette année que la Commission adapte à la baisse le montant des contributions des États membres. Cette modification est principalement liée à la publication de nouvelles données économiques et à un excédent du Fonds de garantie des actions extérieures provenant du dernier exercice. Dans un nouveau budget modifié, la Commission propose des changements importants pour les États membres, et notamment pour le Royaume-Uni, (- 909 millions d'euros) et l'Allemagne (- 320 millions d'euros). Au début du mois de mai, la Commission a proposé de réduire de 2 737 millions d'euros le montant des contributions des États membres en raison d'un excédent du budget 2004. Si l'on ajoute la proposition d'aujourd'hui, c'est la contribution de la plupart des États membres qui sera réduite.

Voir en annexe les contributions au budget 2005 de l'UE par État membre
Les préparatifs pour le deuxième sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), qui se tiendra à Tunis du 16 au 18 novembre 2005, sont entrés dans une phase cruciale. Ce sommet devrait aboutir à un consensus international sur deux questions essentielles non résolues lors de la première phase: gouvernance de l’internet et mécanismes financiers pour réduire la fracture numérique entre les pays développés et les pays en développement. La Commission européenne a adopté une communication dans laquelle elle expose les priorités de l’UE pour la réunion de Tunis. Afin de promouvoir une société de l’information pour tous, respectueuse des droits de l’homme, de la liberté d’expression et de la diversité culturelle et linguistique, l’UE souhaite préserver et renforcer les bases saines établies lors du premier sommet à Genève.
Principes de l’UE pour la deuxième phase du SMSI

Pour parvenir à des résultats dans les domaines examinés lors de la première phase du SMSI, il est important de ne pas rouvrir le débat sur les questions qui ont déjà été réglées mais de se concentrer sur l’application des principes convenus. L’UE aimerait tirer profit des progrès accomplis par les économies émergentes en soutenant un plus large accès à l’internet par des stratégies globales de développement de la société de l’information, y compris le développement de contenus et d’applications créatifs.
En ce qui concerne les mécanismes financiers destinés à réduire la fracture numérique dans les pays en développement, l’UE se félicite de la création du Fonds volontaire de solidarité numérique à Genève en mars 2005. Elle estime toutefois qu’une approche plus holistique est nécessaire pour mobiliser les ressources humaines, financières et technologiques en vue d’une meilleure intégration des TIC dans les politiques de développement.
Pour ce qui est de la gouvernance de l’internet, la question de l’internationalisation de la gestion des ressources fondamentales de l’internet, à savoir le système de noms de domaine, les adresses de protocole internet (IP) et le système de serveurs racine, est actuellement à l’examen. L’UE estime qu’un nouveau modèle de coopération est nécessaire pour concrétiser les termes du SMSI en ce qui concerne le rôle crucial des parties prenantes dans la gouvernance de l’internet (gouvernements, secteur privé, société civile et organisations internationales).
Pour assurer une mise en œuvre adéquate du plan d’action de Genève et le suivi politique du SMSI, l’UE doit insister sur le fait que ce mécanisme doit être simple et efficace, en exploitant pleinement les organisations des Nations unies et les organismes gouvernementaux existants, et en garantissant la pleine participation de la société civile et du secteur privé.
Le 8 juin aura lieu le lancement d’une initiative européenne intitulée « Les chercheurs en Europe en 2005 ». Cette initiative vise à mieux sensibiliser le public à la vie et aux carrières passionnantes des chercheurs, qui sont des gens comme tout le monde, mais animés d’une passion pour la science, et sans lesquels le progrès serait impossible. Toutes sortes d’activités auront lieu entre juin et novembre 2005 pour faire mieux comprendre au public l’importance du rôle que jouent les chercheurs et attirer les jeunes dans des carrières scientifiques. Il y aura des journées portes ouvertes, des expositions et des représentations théâtrales. Le clou sera la nuit des chercheurs européens, le 23 septembre, au cours de laquelle toutes sortes d’événements auront lieu simultanément dans des villes et des régions dans toute l’Europe.
Dimanche, 05 juin 2005
Plus de 140 participants, représentant 27 administrations nationales, Européennes et internationales, des organisations non gouvernementales et d’autres acteurs de la société civile de même que des membres de différentes branches des médias ont pris part à une conférence sur la sensibilisation et l’éducation au développement (ED) en faveur de la solidarité NORD-SUD à Bruxelles, les 19 et 20 mai 2005. Le programme de deux jours englobe plusieurs sessions plénières et les quatre ateliers spécialisés suivant :

1. L’élargissement de l’Union et les engagements politiques liés à la sensibilisation
2. Médias et stratégies de communication
3. L’intégration de l’éducation au développement dans les systèmes d’éducation
4. Qualité, impact et évaluation en matière d’éducation au développement (ED) et sensibilisation.

Les sujets principaux de ces groupes de travail étaient surtout axés sur l’élargissement de l’UE et les objectifs du millénaire pour le développement (ODM). La nécessité de conscientiser l’opinion publique Européenne sur ces problèmes a été répétée à plusieurs reprises, surtout en ce qui concerne les nouveaux Etats membres et les pays candidats à l’accession, Afin de renforcer la compréhension des citoyens sur ces problèmes, il est très important de maintenir la coopération au développement et les dépenses publiques dans ces secteurs. Cette Conscientisation devrait à terme mener à un changement des comportements et des modes de vie des consommateurs. Un des résultats vraiment majeurs de cette conférence était que l’UE et les Etats membres s’engagent à nouveaux à augmenter l’assistance publique au développement à 0.7% d’ici 2015 et de dépenser au moins 3% de celle-ci pour la sensibilisation et l’éducation au développement.
La commission lance une stratégie étalée sur cinq ans afin de favoriser la société de l’information et des médias.
La commission a adopté l’initiative « i2010 : société européenne de l’information et des médias » afin de stimuler la croissance et l’emplois dans les industries de liées à l’information et aux médias. i2010 est une stratégie qui a pour but de moderniser et d’employer tous les instruments politiques de l’UE afin d’encourager le développement de l’économie de l’information : instrument de régulation, recherche de partenariat avec les industries concernées.
Les technologies de l’information et de la communication sont un moteur puissant de la croissance et de l'emploi. Un quart de la croissance du PIB de l’Union Européenne (UE) et 40% de celle de la productivité sont imputables aux Technologies de l'Information et de la Communication (TIC). Les différences entre les performances économiques des pays industrialisés s'expliquent, dans une large mesure, par le niveau des investissements, de la recherche et de l’utilisation des TIC, et par la compétitivité des industries du secteur de la société de l’information et des médias . Les services, les compétences, les médias et les contenus dans le domaine des TIC occupent une place croissante dans l'économie et la société.
Ces dernières années, la progression des TIC s’est accélérée atteignant le seuil d’une croissance massive du secteur de la société de l’information et des médias qui a été rendue possible par la généralisation des communications rapides, reliant de multiples terminaux. Le contenu traditionnel (comme les films, les enregistrements vidéo, la musique) est maintenant disponible en formats numériques, et on voit apparaître des nouveaux services directement créés en format numérique, comme les logiciels interactifs. La convergence numérique des services liés à la société de l'information et aux médias, des réseaux et des équipements devient enfin une réalité quotidienne. Les TIC vont gagner en intelligence, en miniaturisation, en sécurité, en rapidité, et en facilité d’utilisation, et seront connectés en permanence, avec des contenus disponibles en formats multimédias à trois dimensions.
Des politiques proactives sont nécessaires pour répondre aux profonds changements technologiques. La convergence numérique nécessite la convergence des politiques et la volonté d’adopter les cadres réglementaires lorsque nécessaire pour être en cohérence avec l’économie numérique émergente.
La Commission propose un nouveau cadre stratégique, i2010 – société européenne de l'information pour 2010, définissant de larges orientations politiques. Il contribuera en faveur d’une économie numérique ouverte et compétitive et mettra en évidence les TIC comme moteur pour l’inclusion et la qualité de vie. Pilier du partenariat renouvelé de Lisbonne pour la croissance et l’emploi, i2010 élaborera une approche intégrée de la société de l’information et des politiques audiovisuelles dans l’UE.
Fondée sur une analyse globale des défis de la société de l'information et s'inspirant d'une large consultation des acteurs sur les initiatives et instruments antérieurs , la Commission propose trois priorités pour les politiques européennes de la société de l'information et des médias :
- l’achèvement d’un espace européen unique de l’information encourageant un marché intérieur ouvert et compétitif pour la société de l’information et les médias,
- le renforcement de l’innovation et de l’investissement dans la recherche sur les TIC dans le but de soutenir la croissance et la création d'emplois de qualité,
-l’achèvement d’une société européenne de l'information fondée sur l’inclusion qui soutient la croissance et l’emploi d’une manière cohérente avec le développement durable et qui donne la priorité à l’amélioration des services publics et de la qualité de vie.
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>