Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Accueil
Mars 2019
L Ma Me J V S D
25 26 27 28 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Mardi, 24 janvier 2006
Durant la Présidence autrichienne du Conseil de l’UE, le ministre fédéral Josef Pröll assure la présidence du Conseil «Agriculture et pêche».
Chaque mois, tous les ministres européens de l’Agriculture et de la Pêche se réunissent avec les commissaires en charge de l’agriculture, de la pêche, de la santé et de la protection des consommateurs afin d’approfondir la politique agricole européenne, la politique européenne de la pêche et la politique rurale européenne. Le Conseil « Agriculture et pêche » compte parmi les plus anciens de l'Union européenne, tout comme les Conseils « Affaires générales » et « Affaires économiques et financières ».
Depuis 1960, l’agriculture relève de la politique agricole commune (PAC).
La PAC a pour objectif de permettre aux agriculteurs de bénéficier d’un niveau de vie raisonnable et de fournir aux consommateurs des denrées alimentaires de qualité à des prix abordables. La manière de réaliser ces objectifs a évolué au fil des ans et depuis le début des années 1990, la PAC connaît un processus de réforme continu. Les réformes visent principalement à améliorer la compétitivité de l’agriculture en diminuant les prix de soutien et en compensant cette réduction par l’introduction de paiements directs aux agriculteurs. Une étape décisive a été franchie par la réforme de 2003 avec le découplage des aides directes de la production et le recentrage sur les préoccupations des consommateurs. Cette réforme représente un grand pas en avant vers une PAC durable prenant en compte les exigences du marché. La sécurité alimentaire et la préservation du milieu rural sont en effet plus que jamais au centre des préoccupations.
La politique commune de la pêche (PCP) de l’Union européenne a pour objectif de permettre une exploitation durable des ressources aquatiques vivantes et de l’aquaculture en tenant compte des aspects environnementaux, économiques et sociaux de manière équilibrée.
Programme de la Présidence autrichienne :
Dans le domaine de l’agriculture, la Présidence autrichienne se penchera principalement sur la consolidation de la PAC et plus particulièrement sur la sécurité et la sûreté de la population fermière.
La réunion informelle des ministres de l’Agriculture qui se tiendra à Krems du 28 au 30 mai 2006 aura pour thème « Le facteur humain dans l’espace rural ». Elle se concentrera donc particulièrement sur l’apport de la formation, du conseil, de la recherche et de l’innovation avec l’objectif de rendre les espaces ruraux plus compétitifs.
Informations complémentaires sur les thèmes clés du programme de la Présidence qui seront abordés lors des Conseils « Agriculture et pêche » sur le site.
Le CTA recrute un(e) stagiaire pour le Bureau de Bruxelles à compter du 1er mars 2006. Pour connaître les modalités, veuillez consulter le texte ci-joint de l'annonce.
La 2 703ème Session du Conseil sur l’agriculture et la pêche tenue à Bruxelles le 23 janvier 2006 a adopté une réglementation (13539/05) approuvant un protocole relatif aux opportunités de pêche et à la contribution financière prévus dans le cadre d’un accord conclu entre l’UE et les Seychelles sur la pêche au large de cette île, pour la période allant du 18 janvier 2005 au 17 janvier 2011. Ce protocole fixe le nombre de navires autorisés (40 thoniers senneurs et 12 palangriers de surface) et concerne l’Espagne, la France, l’Italie et le Portugal.
La contribution financière s’élève à 24,750 000 millions d’euros (dont 4,125 000 millions versés annuellement pendant 6 ans.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
La 2 703ème Session du Conseil sur l’agriculture et la pêche tenue à Bruxelles le 23 janvier 2006
Le Conseil a adopté à l’unanimité et en première lecture une Réglementation proposée conjointement par celui-ci et le Parlement européen, relative aux mesures d’accompagnement du protocole sur le sucre pour les pays touchés par la réforme du régime sucrier de l’UE. Le vote fait suite aux observations émises par le Parlement le 15 décembre dernier et s’appuie sur un texte de compromis rédigé par les deux institutions.
Ces mesures d’accompagnement s’inscrivent dans le cadre d’une stratégie pluriannuelle d’adaptation visant à améliorer la compétitivité du secteur du sucre et de la canne, mais aussi à garantir sa viabilité économique par la prise en compte de la situation des différentes parties prenantes de la chaîne de production et la promotion de la diversification économique des secteurs dépendants de cette denrée de base. A cet effet, un programme d’assistance spécifique sera élaboré en 2006, avec pour points focaux la rentabilité du secteur (rapport coût-efficacité), l’impact durable, la définition claire des objectifs à atteindre et le suivi des indicateurs concernant sa mise en oeuvre.
Un montant de 40 millions d’euros a été prévu pour financer ces mesures en 2006, au profit des 18 pays ACP concernés par le Protocole sur le sucre.
  • Bookmark and Share
  • Email
  • Imprimer
Mardi, 24 janvier 2006
Le Directeur du CTA lance dans le Courier ACP-UE un appel a plus de science, technologie et d’innovation (STI) pour le spays ACP.
« Les gouvernements doivent accroître la productivité de leurs populations en offrant un meilleur enseignement, en faisant la promotion de la science et de la technologie, ainsi qu’en développant de nouvelles compétences », Tomaz Augusto Salomão, Malkata,12 décembre 2005.
Il est mondialement reconnu que les pays en développement (PVD) doivent mettre l’accent sur la science, la technologie et l’innovation (STI) pour atteindre un développement durable. La région ACP est aux prises avec la hausse du chômage, la pauvreté et l’insécurité alimentaire ainsi qu’avec un déclin de leur présence sur les marchés internationaux. Les gouvernements comprennent qu’il est nécessaire de construire des compétences STI au niveau local afin de répondre efficacement à ces défis. Les pays ayant peu de compétences STI indigènes possèdent des économies faibles ou sous-performantes. En 2004, l’Académie internationale des sciences a recommandé que chaque nation développe une stratégie STI basée sur les priorités locales et a préconisé que les pays en développement consacrent de 1 à 1,5 % de leur produit intérieur brut à la création de compétences STI. Le Dr Mashelkar (2005) a identifi é plusieurs facteurs critiques dans la construction de compétences technologiques indigènes dans les PVD. Ces facteurs comprennent un contexte politique favorable, un esprit d’entreprise, la promotion d’une culture de l’innovation, l’accès à la technologie, une main-d’oeuvre instruite et compétente et la mise en évidence des eff orts indigènes en matière d’«apprentissage par la pratique». L’ accent doit être surtout mis sur le contexte politique, qui influence la capacité d’innovation des entreprises et l’ampleur du capital humain disponible pour soutenir cette transformation.
Le manque de stratégie en matière de politiques STI, l’inadéquation des processus de coopération et les ressources humaines et financières limitées mettent à mal les progrès du processus STI dans la région ACP.
Une plateforme a été mise sur pied en 2002 pour améliorer la collaboration STI au sein même des régions ACP ainsi qu’entre la zone ACP et l’UE. Depuis lors, le Centre technique pour la coopération agricole et rurale (CTA) a soutenu les réunions annuelles du Comité consultatif en matière de STI pour le développement rural de la zone ACP et a contribué à la création de compétences. Le Comité a encouragé le CTA à travailler en collaboration avec ses partenaires afi n de renforcer la capacité de la zone ACP à analyser et à formuler des stratégie. Lors de la 4ème réunion (em novembre 2005 au siège du CTA Wageningen, Pays-Bas), le Comité a suggéré la diffusion des conclusions concernant la politique ACP en matière de biotechnologies et de biodiversité ainsi que de la méthode d’analyse et de correction proposée par le système Agriculture, Science, Technologie et Innovation (ASTI) élaboré par le CTA et ses partenaires ACP. Une attention particulière devrait être accordée à l’enseignement supérieur en agriculture, à la réorganisation des universités de la zone ACP, plus précisément au cursus agricole, et à l’urgence de soumettre ces problèmes à l’attention des décideurs politiques. du CTA.
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>