Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Accueil
Octobre 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Mardi, 08 février 2005
Aujourd’hui, la journée de l’internet plus sûr sera célébrée par 65 organisations dans 30 pays à travers le monde, de l’Australie à l’Islande et de la Russie à Singapour. Parrainée par Mme Reding, membre de la Commission chargé de la société de l’information et des médias, la journée 2005 de l’internet plus sûr est marquée par le lancement, dans 19 pays et 16 langues, d’un concours de contes pour enfants ayant l’internet pour thème (les résultats seront proclamés en juin 2005). Cette journée s’inscrit dans le cadre d’une campagne mondiale de sensibilisation visant à promouvoir une utilisation plus sûre d’internet, en particulier auprès des jeunes. Elle est organisée par le réseau européen INSAFE, lequel est coordonné par le Réseau scolaire européen et cofinancé par la Commission européenne. D’autres activités sont attendues comme des conférences, le lancement de programmes scolaires de formation à l’utilisation d’internet, des communiqués de presse à la radio et la télévision et le lancement de plusieurs sites web consacrés à ce sujet.

Les autorités "antispam" de 13 Etat membres ont convenu de partager les informations et d'instruire les plaintes au-delà des frontières afin de combattre au niveau européen l'envoi non sollicité de courriels. Elles coopéreront dans l'instruction des plaintes déposées en n'importe quel point du territoire de l'UE afin de repérer et de poursuivre plus facilement les "spammeurs".

Saluant cet accord, Viviane Reding, commissaire responsable de la société de l'information et des médias, a instamment invité tous les États membres de l'UE à en devenir partie : "Les autorités des États membres chargées de faire appliquer la loi doivent être en mesure de réagir efficacement aux spams venus d'autres pays de l'UE, même si la plupart proviennent pour l'instant de pays tiers. Parallèlement à cet accord, nous travaillons en coopération avec les pays tiers sur une base bilatérale et dans des forums internationaux comme l'OCDE et l'Union internationale des télécommunications”.

Plus de la moitié des citoyens européens interrogés dans le cadre d'un sondage Eurobaromètre sur "Lisbonne" ont déclaré qu'ils prévoyaient une amélioration de la situation de l'économie dans l'Union au cours des cinq prochaines années. Le sondage révèle que plus de la moitié (55% exactement) des personnes interrogées au sein de l'UE-25 s'attendent à ce que la situation économique de l'Europe s'améliore au cours des cinq prochaines années - c'est-à-dire à l'horizon 2010, date fixée comme échéance pour la réalisation des objectifs dits "de Lisbonne".
Lundi, 31 janvier 2005
La Commission et les États membres ont défini d’un commun accord des lignes directrices destinées à faciliter l’application des principales dispositions de la législation alimentaire générale (règlement 178/2002), entrée en vigueur le 1er janvier 2005. Le comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale, composé de représentants des États membres, a adopté ce document d’orientation commun afin de rendre plus aisée une mise en œuvre harmonisée dans tous les États membres. Parmi les obligations spécifiques couvertes par le document d'orientation figurent la traçabilité des produits alimentaires, le retrait du marché des produits alimentaires dangereux, les responsabilités des exploitants, ainsi que les exigences applicables aux importations et aux exportations.

25 lois nationales plus deux directives communautaires garantissent que les consommateurs peuvent se fier aux indications de poids sur tous les produits emballés comme les denrées alimentaires, les produits d’hygiène et de nettoyage, les peintures, etc. Mais les lois nationales sont différentes, ce qui entraîne une augmentation des coûts pour les producteurs en matière d’emballage et d’étiquetage. Les consommateurs ont affaire à des étiquettes différentes sur les emballages. Reprenant une recommandation du programme SLIM (Simpler Legislation for the Internal Market – simplification de la législation du marché intérieur), la Commission vise à harmoniser les diverses lois existantes dans le cadre d’une directive unique (contre deux à l’heure actuelle), tout en balayant quelque 25 réglementations nationales différentes dans ce domaine et en réduisant les coûts et le casse-tête réglementaire pour les fabricants. Pour associer toutes les parties prenantes et les consommateurs à la préparation de cette nouvelle directive, la Commission a lancé une consultation publique pour recueillir les avis des producteurs et des citoyens sur ses projets de simplification de la législation actuelle et d’alignement sur les normes internationales formulées par l’OIML (Organisation Internationale de Métrologie Légale).

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>