Avril 2017
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Vendredi, 21 avril 2017

Avec la concurrence pour l'utilisation des ressources forestières en constante augmentation, le projet financé par l'UE, DIABOLO, vise à suivre plus efficacement les perturbations et la dégradation. Voir le bois pour les arbres avec une technologie de détection avancée © Traveler Martin, Shutterstock Dans le cadre de ce qu'on appelle l'infrastructure verte, les forêts européennes sont à l'avant-garde des disques concurrents. Ils remplissent diverses fonctions, y compris: l'approvisionnement en matières premières pour la production d'énergie, la séquestration du carbone pour compenser les émissions de gaz à effet de serre, la fourniture d'un sanctuaire pour la conservation de la biodiversité et la protection de l'eau, ainsi que l'offre de possibilités récréatives.

Le gouvernement du Libéria a signé un accord de partenariat volontaire (VPA) avec l'Union européenne pour renforcer et renforcer le secteur forestier du pays. L'accord a été signé par l'Ambassadeur Tina Intelmann, Chef de la délégation de l'Union européenne et Sœur Mary Laurene Browne, Présidente du Conseil d'Administration de l'Autorité de Développement Forestier lors d'une conférence de presse à la mairie de Monrovia, le vendredi 7 avril 2017. Le L'accord de partenariat volontaire vise à améliorer la gouvernance forestière, à traiter l'exploitation forestière illégale et à promouvoir le commerce de produits juridiques légers vérifiés du Libéria vers l'Union européenne. S'exprimant lors de la conférence de presse, l'Ambassadeur Intelmann a déclaré que l'Union européenne a joué un rôle énorme en aidant le Libéria à construire le secteur forestier, ajoutant qu'il est temps pour le pays de maîtriser complètement sa forêt et de commencer à le financer.

De nouveaux chiffres confirment que l'Union européenne et ses Etats membres ont consolidé leur place en tant que premier bailleur d'aide au monde en 2016. Mais les ONG et les députés disent que la photo est déformée et que les chiffres de l'aide sont gonflés. Les chiffres préliminaires de l'OCDE montrent que l'aide publique au développement (APD) fournie par l'UE et ses États membres a atteint 75,5 milliards d'euros en 2016. Cela représente une augmentation de 11% par rapport aux niveaux de 2015. Le niveau le plus élevé à ce jour L'assistance de l'UE a augmenté pour la quatrième année consécutive et a atteint son niveau le plus élevé à ce jour, a déclaré la Commission dans un communiqué de presse hier (11 avril). En 2016, l'APD collective de l'UE représentait 0,51% du revenu national brut (RNB) de l'UE, passant de 0,47% en 2015.

La Commission européenne a annoncé une aide humanitaire de 47 millions d'euros pour aider les personnes dans le besoin dans les régions des Grands Lacs et de l'Afrique australe et de l'océan Indien, qui continuent de faire face aux conséquences des années de conflit et de déplacement, ainsi que d'une insécurité alimentaire et de catastrophes naturelles répandues . Sur les 47 millions d'euros annoncés, 32 € seront destinés aux populations de la région des Grands Lacs - y compris la République démocratique du Congo (RDC), le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie, tandis que 15 millions d'euros seront destinés à la région de l'Afrique australe et de l'océan Indien , Y compris Madagascar, Malawi, Zimbabwe, Mozambique, Swaziland et Lesotho.

Mercredi, 19 avril 2017

Les chiffres de l'aide publique au développement (APD) dépensée par les pays donateurs en 2016, tels que vient de les publier l'OCDE, indiquent un montant record de 142,6 milliards de dollars. Cela représente non seulement une augmentation de 8,9% par rapport à 2015, mais aussi le double du montant nominal de l'APD en 2000. Les Objectifs du millénaire pour le développement, adoptés en septembre 2000 par l'Assemblée générale des Nations Unies, ont donc contribué à mettre un terme à la "fatigue des donateurs" qui avait marqué les années 1990, lorsque les pays donateurs, débarrassés des contraintes géostratégiques de la Guerre froide, avaient fortement réduit leurs dépenses d'APD.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>