Mars 2017
L Ma Me J V S D
27 28 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Vendredi, 10 mars 2017

La banane de Guadeloupe et de Martinique «mieux que bio»... La provocation des planteurs antillais n'est pas passée inaperçue au salon de l'Agriculture. Le but : pousser l'Europe à contrôler davantage la banane bio importée d'Amérique latine « Mieux que bio » la banane française ? Le slogan des producteurs de Guadeloupe et de Martinique, sur le stand du salon de l'agriculture, est une vraie provocation : la banane antillaise n'est pas labellisée bio, sauf exception. Mais les producteurs de Guadeloupe et de Martinique estiment qu'ils ont fait des efforts en réduisant de moitié l'usage des pesticides en dix ans. Alors que selon eux, les bananes de République dominicaine, d'Equateur ou du Pérou, sont importées avec le label biologique européen, mais ne respectent pas la réglementation.

Trois nouvelles ambitions à atteindre d’ici à 2030 sont définies dans le ‘’Rapport Nestlé et la société : Création de Valeur Partagée et respect de nos engagements 2016’’, rapporte la multinationale. Ces ambitions sont ‘’Aider 50 millions d’enfants à vivre en meilleure santé’’; ‘’Améliorer les moyens de subsistance de 30 millions de personnes dans les communautés en contact direct avec nos activités opérationnelles’’ et ‘’Faire en sorte que nos activités aient un impact environnemental nul’’. Elles visent pour le groupe à illustrer sa raison d’être qui est d’améliorer la qualité de vie et contribuer à un avenir plus sain, dans le but de continuer à jouer sa partition pour atteindre les Objectifs mondiaux de développement durable (ODD). Nestlé a également défini 42 engagements à l’horizon 2020 pour supporter ses ambitions et continuer à avoir un impact positif sur la société partout où nous avons des activités et aussi dans notre région d’Afrique de l’Ouest et Centrale.

L'Union européenne (UE) va accorder 8,1 milliards de francs CFA au Congo pour contribuer au renforcement de l'économie congolaise et à la création des emplois de manière à promouvoir le développement socio-économique harmonieux du Congo-Brazzaville, a annoncé mercredi la radio publique. L'UE accorde cette enveloppe dans le cadre de la deuxième phase du Projet de renforcement des capacités entrepreneuriales et commerciales (PRCCE II), lancé mardi à Brazzaville par le ministre de la Construction, de l'Urbanisme, de la Ville et du Cadre de vie, Claude Alphonse N'silou. D'une durée de 4 ans, le projet vise à former et à accompagner 5.000 PME, associations et créateurs d'entreprises; structurer 1.250 PME en clusters; renforcer chaque année les capacités de 200 bureaux d'études et cabinets de conseils locaux; accompagner 300 demandeurs de crédits; rendre opérationnelles deux antennes du Centre de médiation et d'arbitrage du Congo (CEMACO).

Mercredi, 08 mars 2017

Le Fonds national de développement agro-sylvo-pastoral (FNDASP) a profité de la 54-e édition du Salon international de l’agriculture de Paris (SIA, 25 février-5 mars) pour nouer des contacts avec diverses organisations françaises, pour accompagner la structuration des filières et interprofessions. "Nous avons entrepris avec la Coopération de France un partenariat pour la concertation et l’appui à la structuration des filières/interprofessions (mise en place de sociétés coopératives, partage de l’expérience française et appui méthodologique) et le partage du savoir-faire technique, notamment dans la première transformation sur le lait, par exemple", a dit, vendredi à Paris (France), le directeur général du FNDASP, Jean Charles Faye.

Après le Burkina Faso et avant de poursuivre sa tournée africaine en Tunisie et en Egypte, le ministre de la Coopération et du développement économique Gerd Muller, était à Abidjan (Côte d’Ivoire) où il a présenté le « plan Marshall » du gouvernement allemand, qui peut aider l’Afrique à relever certains défis. « Même si l’Afrique reste un continent d’opportunités avec un développement très dynamique et une jeunesse forte et prometteuse, celui-ci fait face à de nombreux défis », a déclaré Gerd Muller. Pour répondre à l’accroissement de sa population appelée à atteindre 2 milliards d’individus d’ici à 2050, l’Afrique devra créer 20 millions d’emplois par an et multiplier le nombre d’établissements d’enseignement et de formation, a-t-il souligné.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>