Mars 2017
L Ma Me J V S D
27 28 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Mardi, 07 mars 2017

Le vol inaugural d’Air France entre les deux capitales arrive à point nommé pour le pays qui souhaite développer ses échanges avec ses voisins francophones. Bien loin des giboulées parisiennes, c’est dans un ciel particulièrement serein et une chaleur torride qu’ont atterri ce mardi 28 février à la nuit tombée les premiers passagers du vol Paris-Accra d’Air France. Sur les pistes de l’aéroport de Kotoka où est donné un cocktail de bienvenue, entouré des personnels locaux de KLM en gilets jaunes (la compagnie hollandaise fusionnée à Air France dessert le Ghana depuis 1960), de la ministre des Transports ghanéenne, Cecilia Abena Dapaah, et de l’ambassadeur de France, François Pujolas, Jean-Marc Janaillac, PDG d’Air France-KLM, qui accomplit là son premier voyage en Afrique de l’Ouest, coupe symboliquement un ruban rouge devant le pavillon d’honneur.

L’Union européenne s’engage aux côtés des autorités maliennes, à travers le projet PARSEC Mopti-Gao. Il s’agit d’un Programme d’Appui au Renforcement de la Sécurité dans les 5e et 7e Régions administratives du Mali en proie à une recrudescence des attaques terroristes qui ne visent qu’à saper les efforts du Gouvernement et de la Communauté internationale. Le lancement du programme a été présidé par le Ministre de la Sécurité et de la Protection civile. C’est à travers une cérémonie déroulée au Département de tutelle. Ce projet est issu des consultations entre le Gouvernement malien et la Délégation de l’Union européenne avec l’appui des missions EUCAP-Sahel-Mali et EUTM-Mali. Ce projet sera mis en œuvre en concertation avec l’ensemble des partenaires techniques et financiers du Mali ayant pour objectif d’optimiser les synergies et la complémentarité des interventions. L’Ambassadeur de l’Union européenne s’est réjoui du lancement du PARSEC qui est l’un des premiers projets de sécurité financés par le Fonds fiduciaire d’Urgence.

Après quatre ans de débat, la France a enfin adopté la loi sur le devoir de vigilance des multinationales. Un texte qui ouvre la voie à des textes similaires en Belgique et en Espagne, même si le projet patine au niveau européen. Le marathon législatif de la proposition de loi sur le devoir de vigilance des multinationales s’est achevé le 21 février à l’Assemblée nationale, après 4 passages dans l’hémicycle. Discuté pendant la presque totalité du quinquennat de François Hollande par les parlementaires français, le texte vise à renforcer la responsabilité des sociétés mères et entreprises donneuses d’ordre vis-à-vis de leurs sous-traitants, notamment dans les pays en développement. Le texte a été adopté à une très large majorité des députés présents. Sur les 98 suffrages exprimés, 94 ont voté en faveur de la proposition socialiste. La gauche de l’hémicycle a voté en faveur de la proposition, tandis que les centristes de l’UDI se sont abstenus.

Les sommes investies par plusieurs États africains pour ériger bien haut leurs couleurs tous les ans au Salon international de l'agriculture donnent lieu à divers contrats et partenariats. Plutôt une bonne affaire, ont plaidé - chiffres à l'appui - plusieurs représentants du continent en marge de la 54e édition de l'événement. Chaque année, quelques pays africains se font représenter dans les travées du Salon international de l’agriculture de Paris. Et la 54e édition de la grande messe des secteurs primaires français et européens faisait à nouveau la place belle aux « produits du monde ». Et les plus habitués du continent avaient à nouveau établi leurs quartiers dans le sud de la capitale française.

Un sommet régional prévu lundi à Arusha dans le nord de la Tanzanie a été reporté. Le Sommet des chefs d'État d'Afrique de l'Est devait discuter entre autres questions des Accords de partenariat économique (APE) avec l'Union européenne, et il est désormais prévu au 6 avril, selon un communiqué publié par la Communauté d'Afrique de l'Est. Ce communiqué indique que le 18ème Sommet de la CAE sera précédé par d'autres réunions techniques à partir du 30 mars. Le report de ce sommet est dû au fait que deux pays de la région avaient d'autres activités prévues à cette date, et ont demandé en conséquence le report du sommet au 30 mars (date d'ouverture du sommet) et au 6 avril (date de la réunion principale). Le secrétaire principal kenyan en charge du Commerce, Chris Kiptoo, a confirmé lundi que la réunion avait été reportée à une date ultérieure.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>