Juin 2017
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
Vendredi, 23 juin 2017

L'Afrique doit favoriser les partenaires dans le monde développé pour stimuler davantage son commerce international et sa croissance économique. C'est le consensus lors du dernier forum sur "Belarus-Africa: New Frontiers" tenu en Biélorussie. Le forum, organisé par la African Export Import Bank (Afreximbank) et le Gouvernement biélorusse, a réuni des représentants du gouvernement et des entreprises au Bélarus et en Afrique pour explorer davantage d'opportunités sur les relations commerciales. Dr Bernard Oramah, président d'Afreximbank, qui a marqué le débat sur le forum, a déclaré que, bien que le commerce africain total ait augmenté d'un billion de dollars en 2016, l'Afrique pourrait augmenter le volume commercial de manière exponentielle au cours des prochaines années.

Les membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) se sont réunis récemment pour discuter du tableau de bord du climat d'investissement visant à débloquer les investissements dans la région. Dans un entretien avec CNBC Afrique, Kalilou Traore, commissaire à la promotion de l'industrie et du secteur privé de la CEDEAO, a parlé de la nécessité d'un commerce plus formel dans la région et de l'intégration du Maroc dans l'organisation. Dans le domaine de l'intégration économique, notre objectif est de créer un marché commun régional en matière de commerce, d'industrialisation, d'investissement et de nombreuses autres questions dans différents secteurs.

La Banque africaine de développement a approuvé une facilité de 100 millions de dollars US pour financer les opérations de la chaîne de valeur des produits à faible revenu (ETG) en Afrique subsaharienne. Cette facilité de financement de produits doux (SCFF) est l'un des principaux instruments de financement du commerce dans la Banque, structuré de manière innovante pour fournir des financements avant et après expédition dans les différentes étapes des opérations de la chaîne de valeur des produits de l'ETG dans les 17 pays qui devraient bénéficier de l'initiative . Cette intervention aidera les agriculteurs locaux et les fournisseurs de produits doux à augmenter leurs revenus et à produire des cultures de qualité pour l'exportation.

Les semences officielles d'essais de pommes de terre envoyées au Kenya ont passé des tests de laboratoire initiaux et se développent maintenant bien dans trois endroits. AHDB et SASA ont travaillé ensemble pour ouvrir le marché kenyane à des semences GB avec un accord bilatéral signé par les gouvernements écossais et kenyans à la fin de l'année dernière. Depuis lors, il y a eu beaucoup de travail dans les coulisses pour transporter, tester et semer des semences dans les fermes kenyanes. Le chef du développement de marché des exportations de culte de AHDB, Rob Burns, explique: "Avant que les producteurs commerciaux ne puissent accéder au marché, les essais doivent être testés et cultivés sur deux saisons dans au moins trois endroits géographiques au Kenya. Heureusement, au Kenya, il y a deux saisons de plus en plus annuellement, alors nous espérons arriver à la fin de ce processus et ouvrir le marché au début de 2018.

L'accent est actuellement mis sur la culture du nombril échoué dans cette saison d'importation de citron sud-africaine. "Pour l'instant, cela a entraîné une perte de 100% du volume d'exportation pour certains agriculteurs du Cap-Est. Dans le Cap-Ouest, 25 à 30% du produit a été perdu. Dans l'ensemble, il a été un événement traumatisant pour Les producteurs dont les fruits se répartissent sur le sol », déclare Tjeerd Hoekstra, directeur commercial de Total Produce Rotterdam. Tout cela garantit de bons prix pour les oranges d'outre-mer, et d'autres produits à base d'agrumes ont également un bon prix. "Il y a moins de pamplemousses envoyées, ce qui reflète dans les prix. Les prix ont été bons depuis le début de la saison et avec un niveau compris entre 17 et 19 cents, reste sur le haut", déclare Tjeerd.

Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>