Août 2014
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31



Choisissez les catégories :



















s'inscrire au RSS  

External links
RSSVoir tous les RSS
dans une nouvelle fenêtre

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 209]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 209]
Date d'envoi: 2010-02-02 16:51:40
Publication #: 21
Contenu:
CTA Newsletter
 
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.

  1. Sondage Weblog/Bulletin CTA
  2. Principaux évènements ACP-UE de la semaine du 1er au 5 février 2010
  3. Notre invité vidéo: Mr. Mona Herbert, DSW
  4. PAC et changement climatique: la contribution de l'agriculture
  5. 5 milliards € injectés dans les programmes de développement rural
  6. L'UE s'associe à l'accord de Copenhague
  7. Une feuille de route sur une stratégie indicative de recherche (2011-2013)
  8. Les ministres veulent améliorer le pouvoir de négociation des agriculteurs
  9. L'UE doit intensifier ses efforts en matière de sécurité alimentaire
  10. Espagne: Que l'UE donne ses excédents de produits agricoles au Haïti
  11. La candidate bulgare renonce à sa candidature à la CE
  12. Une aide broyée: la fragmentation de l'aide
  13. L'UNIFEM lance un fonds d'autonomisation des femmes
  14. L'Agence européenne pour l'environnement publie un message clé
  15. UE: une relation trilatérale ONU-UA-UE en gestation
  16. Pourquoi l'Italie donne-t-elle la priorité au développement de l'Afrique?
  17. Développement: l'aide européenne sert à la prise d’empreintes digitales
  18. Présidence espagnole: des opportunités de financement du développement
  19. L'aide aux pays du tiers-monde donne ‘bonne conscience’
  20. Nouvelle Commission européenne: qui est qui?
  21. ONG espagnoles: Une autre Europe pour éradiquer la pauvreté!
  22. Royaume-Uni: Association bovine nationale
  23. Peu de produits des pays en développement entrent en Europe
  24. Discussions du Conseil sur Haïti
  25. L'UE reprend la coopération au développement avec la Mauritanie
  26. Conclusions du Conseil sur la mission de formation en Somalie


  1. Sondage Weblog/Bulletin CTA
    2010-02-02

    Cette semaine est votre dernière chance pour remplir le questionnaire et nous dnner votre avis sur ce service d’actualités. L'équipe du Weblog de Bruxelles vous serait très reconnaissante de bien vouloir consacrer quelques minutes pour répondre au questionnaire ci-dessous concernant la qualité du Service d’actualités ACP-UE de Bruxelles (http://bruxelles.cta.int). Votre feedback nous est extrêmement utile pour garantir que ce service continue à répondre à vos besoins et attentes.

     

    Cliquez sur ce lien, cela ne vous prendra pas plus de 3 minutes:
    http://www.surveymonkey.com/s/news_ACP_UE_Bruxelles

     

    Merci d’avance pour vos réponses,
    L’équipe du Weblog


    Link Accéder au questionnaire
    Link Le site du CTA
    Link Le Weblog en anglais


  2. Principaux évènements ACP-UE de la semaine du 1er au 5 février 2010
    2010-02-02

    Parlement Européen (Bruxelles):
    - 4 février (Bruxelles) : Commission Développement sur l’Assemblée de l'ONU et sur les priorités de la présidence espagnole en matière de coopération au développement.

    Présidence UE (Bruxelles et Cadiz):
    - 3 février (Cadiz): Sommet européen des ministres femmes.

    Secrétariat ACP (Bruxelles):
    - 1er février: Groupe thématique III ACP-CE de la Révision de Cotonou
    - 4 février: Groupe thématique I – 2ème Revision de l’Accord de Cotonou
    - 5 février: 3ème Réunion conjointe ACP-CE au niveau des Ambassadeurs

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter notre calendrier à la page http://bruxelles.cta.int/


    Link Commission du développement
    Link Conseil européen des jeunes agriculteurs
    Link Le Comité des Ambassadeurs UE-ACP


  3. Notre invité vidéo: Mr. Mona Herbert, DSW
    2010-02-02
    Catégorie(s) : Santé & développement, Genre & développement, Développement rural, Efficacité Aide

    Mr. Mona Herbert est notre invité pour la semaine. Il travaille pour la Deutsche Stiftung Weltbevölkerung (DSW), la fondation allemande pour la population du monde, en Ouganda. A l'occasion de son intervention à Bruxelles au Briefing sur la croissance démographique et ses implications pour le développement rural des pays ACP, Mr. Mona Herbert nous a expliqué les implications de la croissance démographique pour la jeunesse en Ouganda et dans la région. Il a insisté sur la nécessité de créer des centres de conseil pour les jeunes. Mr. Mona Herbert a aussi attiré l'attention sur la carence d'enseignants comme obstacle à l'objectif du millénaire pour le développment concernant l'éducation primaire universelle.
    Link Regarder la vidéo
    Link Briefing sur la croissance démographique
    Link En savoir plus sur la DSW en Ouganda


  4. PAC et changement climatique: la contribution de l'agriculture
    2010-02-01
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural, Environnement

    L'agriculture peut contribuer à ralentir le  changement climatique, mais devra être prête à s'adapter aux effets du  réchauffement de la planète, ont déclaré les députés européens de la commission  de l'agriculture et des scientifiques, lors d'une audition publique ,ce  mercredi."L'agriculture peut fournir des solutions pour  l'avenir", étant donné son lien direct avec la terre et les êtres vivants, a  déclaré rapport du rapporteur du Parlement européen sur l'agriculture et le  changement climatique Stéphane Le Foll (S&D, FR). Une nouvelle politique  agricole commune (PAC) est donc nécessaire tenir compte et à atténuer l'impact  du réchauffement climatique. "Une nouvelle PAC", en tant que "gestionnaire de la  biosphère" pourrait garantir la transition vers un nouveau modèle de production  "écologiquement, économiquement et socialement efficace de l'agriculture",  a-t-il ajouté.La future PAC peut contribuer à atténuer  l'atténuation du réchauffement global de trois manières : la limitation de son  propre gaz à effet de serre (GES), la promotion du stockage du carbone dans le sol et la production d'énergies durables et renouvelables, souligne le projet de  rapport de M. Le Foll. L'audition de mercredi a contribué à la discussion de ce  rapport, qui doit être soumis à un vote en commission le 17 mars.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Agriculture et développement rural
    Link Agriculture et environnement


  5. 5 milliards € injectés dans les programmes de développement rural
    2010-02-01
    Catégorie(s) : Développement rural, Commerce ACP-UE

    Le comité pour le développement  rural a approuvé la dernière vague de propositions des États membres et des  régions concernant l'utilisation du financement disponible dans le cadre du plan  européen de relance économique et du bilan de santé de la PAC, ainsi qu’au titre  d’autres transferts au sein de la PAC. Ce financement doit permettre d’apporter  une réponse à des problèmes tels que la crise économique et laitière et le  changement climatique. Entre les mois d’octobre 2009 et de janvier 2010, tous  les programmes de développement rural ont été modifiés, et un montant  complémentaire d’environ 5 milliards € est maintenant prêt à être investi dans  l’agriculture, dans l’environnement et dans les infrastructures à large bande en  milieu rural. Lors de sa réunion de janvier 2010, le comité pour le  développement rural a approuvé les sept dernières modifications. La majeure partie des fonds sera concentrée dans les domaines de  la biodiversité (31,2 % du total, soit 1,5 milliard €) et de la gestion de l'eau  (26,9 %, soit 1,3 milliard €). La restructuration du secteur laitier bénéficie  de 14,5 % du budget total (0,7 milliard). Les mesures liées au changement  climatique représentent 14,2 % (0,7 milliard) de ce budget, alors que le soutien  aux énergies renouvelables se voit octroyer 5,6 % du financement complémentaire  (0,3 milliard €). Le développement des infrastructures à large bande reste une  question importante pour les zones rurales. Les États membres ont donc décidé de  consacrer à ces infrastructures 35 % des fonds disponibles au titre du plan de  relance de l'UE, soit 360,4 millions € sur un total de 1 milliard €.

    Source: Europa


    Link En savoir plus
    Link La PAC
    Link Agriculture et changement climatique


  6. L'UE s'associe à l'accord de Copenhague
    2010-01-31
    Catégorie(s) : Environnement

    Dans une lettre commune, l'UE et ses États membres confirment aujourd'hui leur volonté de s'associer à l'accord de Copenhague, négocié pendant la conférence des Nations Unies sur le changement climatique en décembre 2009. Parallèlement, l'UE rappelle qu'elle reste bien décidée à négocier pour la période postérieure à 2012, unaccord juridiquement contraignant en matière de protection du climat qui limite l'augmentation de la température moyenne mondiale à moins de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels.Comme l'exige l'accord de Copenhague, la lettre précise également l'objectif de l'UE en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020 : par le biais de ce que l'on appelle le « paquet énergie – climat », l'UE a déjà une législation en vigueur qui prévoit une réduction de 20% des gaz nocifs pour le climat par rapport aux niveaux de 1990. Pour contribuer à un accord planétaire et général, l'UE maintient son offre conditionnelle d'une réduction de 30% à condition que d'autres pays développés s'engagent à des réductions comparables de leurs émissions et que les pays en développement contribuent de manière appropriée, en fonction de leurs responsabilités et de leurs capacités.

    Source: Conseil

     

     


    Link En savoir plus
    Link Convention sur les changements climatiques
    Link DG Environnement


  7. Une feuille de route sur une stratégie indicative de recherche (2011-2013)
    2010-01-31

    À partir de 2011, la recherche dans le cadre du programme SSH suivra une feuille de route sur une stratégie de recherche intégrée générale qui s’étendra sur la période 2011-2013. Elle devrait permettre à la communauté scientifique et à la Commission européenne de mieux planifier et coordonner les activités. La feuille de route est basée sur les objectifs et les activités présentés dans le programme spécifique 'Coopération'. Elle tient compte des sujets abordés dans les programmes de travail précédents et des projets financés dans le cadre des activités. De plus, les évolutions politiques actuelles et les besoins politiques (exprimés notamment par d'autres services de la commission au sein de l'interservice Consultations) sont pris en compte. Dans la lignée de la nouvelle approche du programme SSH, la feuille de route identifie, à travers chacune des activités du programme spécifique, les grands 'défis sociétaux' qui devront être abordés dans une perspective à moyen et long terme et/ou des sujets qui seront traités en général dans des projets de recherche à petite ou moyenne échelle ou dans des actions de coordination et de soutien qui visent soit à répondre à des besoins urgents soit à compléter le programme de recherche sur les défis sociétaux.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link DG Recherche


  8. Les ministres veulent améliorer le pouvoir de négociation des agriculteurs
    2010-01-31
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Développement rural, Environnement, Efficacité Aide

    Les 27 ministres européens de l'agriculture ont convenu le 18 janvier de soutenir des mesures visant à garantir à tous les acteurs de la chaîne d'approvisionnement alimentaire et en particulier aux agriculteurs, une rémunération équitable pour leur travail. Les ministres européens de l'agriculture se sont réunis pour discuter de propositions de la Commission visant à améliorer le fonctionnement de la chaîne d'approvisionnement alimentaire en Europe, le but étant d'améliorer les relations commerciales entre les producteurs et les consommateurs. La ministre espagnole des affaires rurales, Elena Espinosa, qui présidait la réunion ministérielle, a déclaré que les discussions portaient sur une plus grande transparence des prix et du marché, la lutte contre les pratiques commerciales déloyales, les relations contractuelles, la coopération intersectorielle entre les organisations professionnelles, et la position concurrentielle générale du secteur alimentaire européen au niveau international. Elle a déclaré que tous les ministres ont salué l'initiative de la Commission, qui présente des mesures destinées à garantir le bon fonctionnement de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. Elle a exprimé l'espoir de voir les mesures européennes entrer en vigueur «le plus rapidement possible». En outre, de nombreuses délégations ont insisté sur la nécessité de nouvelles mesures visant à assurer une «répartition équitable de la valeur ajoutée tout au long de la chaîne d'approvisionnement alimentaire», en soulignant la nécessité de veiller à ce que «chaque maillon de la chaîne bénéficie d'une rémunération équitable» pour le travail qu’il réalise dans le processus, a déclaré la présidente du conseil espagnol à la presse.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Une chaîne d'approvisionnement alimentaire plus performante en Europe
    Link DG Agriculture


  9. L'UE doit intensifier ses efforts en matière de sécurité alimentaire
    2010-01-31
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Efficacité Aide, Développement rural

    Les participants au sommet international sur la sécurité alimentaire ont été informés de ce que l'UE veut intensifier ses efforts pour lutter contre la faim et la malnutrition dans le monde. Mardi, Simona Mari, haut fonctionnaire de la Commission, a pris la parole pendant le sommet et déclaré que l'UE finance déjà des programmes de sécurité alimentaire dans le monde. Mais elle a ajouté qu’à la lumière de la crise alimentaire croissante qui sévit dans différents pays, l'UE doit s'impliquer encore davantage. S’adressant aux participants du sommet de Dakar, Sénégal, Mme Mari s’est aussi prononcée en faveur des demandes des autorités régionales en Europe qui souhaitent qu'un rôle plus important leur soit dévolu pour leur permettre de contribuer à s’attaquer au problème. Elle a déclaré que le financement d’initiatives locales est la 'pierre angulaire' de la gestion locale de la sécurité alimentaire. Mais bien qu’il existe tout un éventail d'instruments de financement, ils ne suffisent pas et ne permettent pas à certaines régions, par exemple en Afrique, de relever le défi actuel. Ce problème est dû à un manque de coordination, de dialogue et de clarté à propos de ce que les régions font en matière de sécurité alimentaire. Mme Mari, qui dirige le département de la commission chargé de la sécurité alimentaire, a exprimé l'espoir que les régions puissent jouer un rôle plus important dans le futur.

    Source: The Parliament


    Link En savoir plus
    Link Sommet de Dakar
    Link Document d'analyse de la CE sur le sécurité alimentaire


  10. Espagne: Que l'UE donne ses excédents de produits agricoles au Haïti
    2010-01-31
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Sécurité alimentaire

    La présidence espagnole a proposé aux ministres de l'agriculture de l'Union européenne d’envoyer leurs excédents de produits alimentaires, comme le lait, aux victimes du tremblement de terre qui a ravagé Haïti. C’est ce qu’a annoncé la ministre de l'agriculture, Elena Espinosa. «Nous voulons que Haïti sache qu'il ne bénéficie pas seulement du soutien de l'Espagne mais que la solidarité européenne lui est aussi acquise», a-t-elle déclaré aux participants à la réunion, qui ont précisé quels vivres peuvent être envoyés. Le débat sur la situation en Haïti a été ajouté en dernière minute à l'ordre du jour du premier conseil des ministres de l'agriculture européens sous la présidence espagnole. Par ailleurs, le Conseil des affaires étrangères de l'Union européenne, réuni à Bruxelles, soutient l'initiative française visant à convoquer une conférence internationale sur la reconstruction des infrastructures. Les 27 montrent que l'effort de reconstruction doit se concentrer sur des «priorités nationales» en tenant compte des risques de désastre et du principe «d’efficacité» de l'aide et qu’il faut prendre des mesures pour «renforcer» les institutions haïtiennes pour qu'elles puissent remplir leurs fonctions gouvernementales indispensables. Dans ce contexte, l'UE veut examiner le plus rapidement possible une «réponse globale» aux besoins de reconstruction et de développement de l’utilisation à long terme des ressources d’Haïti. Cette réponse pourrait prendre la forme d’une expertise et de fonds de l'UE et de ses États membres. Cette réponse doit intégrer les partenaires européens au développement, en tenant compte de l'impact potentiel de cette crise dans les pays voisins et du formidable effort de la communauté internationale en faveur d’Haïti. «La première priorité était d'envoyer des équipes de secours, y compris des militaires et des travailleurs civils, pour fournir une aide médicale, de l'eau, des médicaments, des abris, des vivres et des télécommunications». Le Haut représentant de l'UE aux affaires étrangères et à la politique de sécurité, Catherine Ashton, a convoqué cette réunion spéciale du Conseil, en coordination avec la présidence espagnole de l'UE et la Commission européenne, pour faire un «geste» de solidarité avec les victimes et souligner l'importance d'une réponse humanitaire «rapide et coordonnée».

    Source: Barcelona Reporter


    Link En savoir plus
    Link Séisme en Haïti
    Link Délégation de l'UE en Haïti


  11. La candidate bulgare renonce à sa candidature à la CE
    2010-01-31
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Développement rural, Sécurité alimentaire, Santé & développement, Genre & développement

    La candidate de la Bulgarie au poste de commissaire de l'UE, Rumiana Jeleva, a retiré sa candidature après que des politiciens compatriotes l'aient accusée de dissimuler certaines relations d'affaires. La Bulgarie a désigné un haut fonctionnaire de la Banque mondiale pour la remplacer. Rumiana Jeleva, la candidate de la Bulgarie à la Commission européenne, et le ministre des affaires étrangères de son pays ont renoncé à sa candidature mardi après que des politiciens bulgares au Parlement européen aient mis en doute ses compétences et l'aient accusée de pratiques commerciales douteuses. Jeleva avait été désignée pour occuper le poste européen de l'aide humanitaire. Pendant son audition de confirmation le 12 janvier, elle avait été accusée d'avoir dissimulé des conflits d'intérêt potentiels au moment de sa nomination au Parlement européen en 2007. Le président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso a accepté la nomination d'une nouvelle candidate, Kristalina Georgieva, haut fonctionnaire à la Banque mondiale. La nomination de dernière minute intervient le dernier jour des audiences des candidats à la Commission européenne. Dès que tous les candidats auront été nommés, les présidents des différents groupes du Parlement européen se réuniront pour discuter des candidats et aplanir les différences. La controverse autour de la nomination de la candidate de la Bulgarie au poste de commissaire a fait craindre que Barroso ne reporte la formation de sa commission. La Commission européenne est désignée tous les cinq ans et a des compétences en matière réglementaire et législative et pour l'élaboration des politiques de l'Europe des 27.

    Source: Deutche-Welle


    Link En savoir plus
    Link En savoir plus sur Rumiana Jeleva
    Link En savoir plus sur Kristalina Georgieva


  12. Une aide broyée: la fragmentation de l'aide
    2010-01-28
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Cet article fait partie d'une série d'études sur les questions d'aide au développement qui ont été publiées par le centre de développement de l'OCDE (et font suite à Frot et Santiso 2008 et Frot et Santiso 2009) et par le DAC/DCD de l'OCDE. Après avoir examiné les tendances de l’acheminement de l'aide et les problèmes de fragmentation de l'aide au niveau d'un pays, nous approfondissons ici l'analyse et étudions la fragmentation de l'aide au niveau sectoriel. Comme dans les études précédentes, cet article exploite des informations tirées de bases de données uniques, en combinant des statistiques officielles de l'OCDE sur l'aide au développement. L'objectif général est aussi de stimuler l'analyse et les recommandations politiques relatives à l'aide que le centre de développement de l'OCDE élabore en complément d'autres travaux consacrés à ceux que l'on appelle les «donateurs émergents» comme la Chine (par exemple Reisen et Ndoye, 2008) et pour contribuer aux prochaines Perspectives du développement mondial de l'OCDE (2010). L'objectif est double: contribuer à l'analyse des politiques d'affectation des donateurs sur des questions clés et prévoir la possibilité d'élaborer un indice d'efficacité de l'aide. À cet effet, cet article propose un indice potentiel de fragmentation de l'aide au niveau sectoriel. Combiné aux articles connexes antérieurs dans lesquels des mesures et des méthodes de fragmentation et de volatilité avaient été développées ainsi que des mesures de groupage de l'aide, il offre la possibilité de créer un point de référence et un indice agrégé sur l'efficacité de l'aide, du point de vue des donateurs et des pays récipiendaires

    Source: OCDE


    Link En savoir plus
    Link Financement pour le développement
    Link DG Développement


  13. L'UNIFEM lance un fonds d'autonomisation des femmes
    2010-01-28
    Catégorie(s) : Genre & développement

    Le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM) a lancé le Fonds pour l'égalité des sexes. Celui-ci accordera des subventions visant à soutenir des initiatives d'autonomisation des femmes dans le monde et à promouvoir leur participation politique et leurs droits à la propriété. Les subventions soutiennent des partenariats entre le gouvernement et la société civile. Elles s’adressent à des femmes vulnérables, y compris des femmes indigènes, des groupes à haut risque et des femmes touchées par le HIV/SIDA, ainsi que des agricultrices confrontées à l'insécurité alimentaire et exposées aux effets négatifs du changement climatique. Le Fonds de 68 millions US dollars est une initiative multilatérale, soutenue par les gouvernements d'Espagne et de Norvège. L'affectation initiale du Fonds, soit 9 millions US dollars, ira à 27 initiatives dans 26 pays qui soutiennent des femmes dans le secteur informel au Cameroun, en Égypte et aux Philippines. Les subventions serviront aussi à promouvoir une participation politique en Bosnie et Herzégovine, en République dominicaine, en Ouganda, au Maroc et dans les îles du Pacifique.

    Source: UNIFEM


    Link En savoir plus
    Link UE Égalité entre les femmes et les hommes
    Link Genre et VIH


  14. L'Agence européenne pour l'environnement publie un message clé
    2010-01-28
    Catégorie(s) : Environnement

    L'Agence européenne pour l'environnement a publié le premier des «10 messages de 2010» qui se concentre sur le changement climatique et la biodiversité. Les messages porteront sur différents thèmes et seront publiés tous les mois jusqu'à la dixième réunion de la conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique qui se tiendra en octobre 2010. Ce premier message souligne que la variété de la vie est à la base du bien-être social et économique et prendra de plus en plus d’importance dans la lutte contre le changement climatique. Il met en garde contre les modes actuels de consommation et de production qui ôtent aux écosystèmes leur capacité à résister au changement climatique et à fournir des services. Il comprend des recommandations visant à s'attaquer à l'interdépendance entre la perte de biodiversité et le changement climatique, à adopter une méthode de lutte contre le changement climatique basée sur l'écosystème et à prendre des mesures d'adaptation.

    Source: Agence européenne pour l'environnement


    Link En savoir plus
    Link Convention sur la diversité biologique
    Link Agriculture et environnement


  15. UE: une relation trilatérale ONU-UA-UE en gestation
    2010-01-28
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Environnement

    L'Union européenne a réaffirmé son solide engagement avec les Nations Unies, en particulier en Afrique où une relation trilatérale entre l'ONU, l'Union africaine (UA) et l'UE est déjà en gestation pour renforcer la coopération régionale. La déclaration a été faite alors que le chef par intérim de la délégation européenne, Pedro Serrano, s'adressait au conseil de sécurité pendant un débat ouvert sur la coopération entre les Nations Unies et les organisations régionales et sous-régionales de maintien de la paix et de la sécurité dans le monde. « Une véritable relation trilatérale ONU-UA-UE est déjà en gestation », a déclaré Serrano. Il a ajouté que l'UE poursuit un engagement de haut niveau avec l'ONU, en particulier en Afrique. «L'UE a déployé deux opérations militaires en République démocratique du Congo (RDC) pour soutenir la mission de l'ONU en RDC (MONUC)», a déclaré Serrano. Serrano a réaffirmé le soutien de l'UE au programme d'intégration régionale, qui doit permettre d'arriver à une croissance économique et à la paix là où - dit-il - l'UE a élaboré des stratégies régionales en partenariat avec toutes les régions du monde. «Les défis auxquels la communauté internationale est confrontée - pauvreté, conflits, terrorisme, non-prolifération, changement climatique - sont étroitement liés et d'une ampleur telle qu’ils exigent une action collective», a conclu Serrano.

    Source: Xinhua


    Link En savoir plus
    Link UE et Nations Unies
    Link MONUC


  16. Pourquoi l'Italie donne-t-elle la priorité au développement de l'Afrique?
    2010-01-28
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE, Efficacité Aide

    L'Italie prête de plus en plus d'attention à l'Afrique parce qu'elle est convaincue qu'il existe un autre continent que celui que l'on dépeint traditionnellement comme une terre de pauvreté, de maladie et de conflits. L'Afrique est un jeune continent avec un énorme potentiel de capital humain. C'est un continent qui n'est pas seulement un fournisseur majeur de matières premières, c'est aussi un marché de 900 millions de consommateurs avec un formidable potentiel d'investissement. Au niveau politique, l'Afrique est devenue un partenaire clé dans le cadre du dialogue sur des questions stratégiques telles que la sécurité énergétique. Et c’est un partenaire vital lorsqu'il s’agit de relever des défis planétaires,  depuis le changement climatique jusqu’à la lutte contre le terrorisme. J'ai pu m'en rendre compte par moi-même pendant ma visite en Afrique occidentale en février 2009, et je souhaite en apprendre davantage lors de ma prochaine visite en Mauritanie, en Éthiopie, au Kenya et en Ouganda. Bien sûr, tout cela ne signifie pas que les graves problèmes et les nombreuses contradictions qui touchent l'Afrique sont sur le point d'être résolus. C’est un fait, surtout à une époque où le développement du continent s'est arrêté brutalement en raison de crises économiques, financières et alimentaires. Il y a une prise de conscience du fait que le partenariat UE-Afrique pourrait être l’instrument adéquat qui permettra d’atteindre plus facilement deux objectifs: la création d'une architecture de paix et de sécurité en Afrique et l'intégration économique du continent. Il y a essentiellement quatre directions à suivre pour développer le partenariat Europe-Afrique: le maintien de la paix et de la sécurité; les crises régionales et les conflits oubliés; les droits et la démocratie; et une nouvelle manière de «faire» du développement.

    Source: Daily Nation


    Link En savoir plus
    Link La coopération italienne au développement
    Link Partenariat Europe-Afrique


  17. Développement: l'aide européenne sert à la prise d’empreintes digitales
    2010-01-28
    Catégorie(s) : Migration & développement, Efficacité Aide

    Suite à une décision des fonctionnaires européens, l’aide traditionnellement réservée au maintien en vie des victimes de guerres et de catastrophes peut désormais servir à des projets en rapport avec la sécurité, comme la prise des empreintes digitales des réfugiés. Bien que l'Office d'aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO) publie régulièrement des déclarations détaillant la quantité de vivres, de couvertures ou de médicaments qu'elle distribue aux populations en détresse, il n'a pas attiré l'attention sur l’élargissement de son champ d’action ces dernières années. Via un partenariat avec le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l’Office a financé le développement d'un système informatique destiné à stocker les empreintes digitales et autres données biométriques des réfugiés.  Un document interne d'ECHO daté de septembre 2009 affirme qu’il est nécessaire de soutenir ce type d’activités parce qu'elles font partie d'une approche 'innovante' visant à améliorer la réponse des agences internationales aux crises. Mais les activistes des droits civils sont inquiets de voir que l'aide humanitaire sert à inclure la prise d’empreintes digitales, une technique associée aux enquêtes criminelles partout dans le monde, dans des projets d’encadrement des réfugiés. «Si l'UE veut financer des projets de sécurité, elle doit le faire avec l'argent réservé à ce type de projets (et non avec les fonds de l'aide humanitaire)», a déclaré Ben Hayes de l'organisation Statewatch à IPS. Depuis 2004, un projet appelé a permis au HCR d'enregistrer les empreintes digitales de plus de 2,5 millions de réfugiés dans quelque 20 pays. Le projet a bénéficié d’environ quatre millions d'euros (six millions de dollars) provenant du volet ‘aide humanitaire’ du budget de l'UE. Outre la prise d’empreintes digitales, le HCR a enregistré des photos des yeux de réfugiés afghans qui retournaient dans leur pays d'origine après avoir fui vers le Pakistan voisin. Des pièces d'identité sont délivrées aux réfugiés dans le cadre du projet, en collaboration avec les gouvernements des pays où les réfugiés se trouvent.

    Source: Global Issues


    Link En savoir plus
    Link Statewatch
    Link ECHO


  18. Présidence espagnole: des opportunités de financement du développement
    2010-01-28
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Le début de l’année 2010 est marqué par la présidence espagnole de l'UE et ce, pour la deuxième fois depuis l’adhésion de l’Espagne à l'UE en 1986. En tant que pays à la présidence, l'Espagne est dans une position de premier plan pour soutenir des accords de financement du développement plus solides. Dans une interview vidéo sur les responsabilités de l'Espagne pendant les six prochains mois, Nuria Molina, directeur d'Eurodad, aborde des questions telles que l'aide, la fuite des capitaux, le traité de Lisbonne et la raison pour laquelle il ne faut pas que l'argent du développement transite par des institutions financières internationales. 

    Source: Weber Shandwick

    Link En savoir plus
    Link Programme de la Présidence espagnole
    Link Eurodad


  19. L'aide aux pays du tiers-monde donne ‘bonne conscience’
    2010-01-28
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Développement rural, Sécurité alimentaire

    Il y a quelque temps, mon université a organisé une semaine internationale. Un court métrage était projeté dans le hall principal: des Africains nous suppliaient de les aider. Le film était destiné à promouvoir une organisation qui aide des étudiants à se rendre dans les pays du tiers-monde et à y faire du 'bon travail'. Est-ce utile? L'université n'est pas la seule organisation à promouvoir du 'bon travail' dans le tiers-monde. Le gouvernement néerlandais est l'un des plus généreux donateurs à l'égard de ces pays. Son objectif est de renforcer la démocratie et la société civile et de combattre la pauvreté. Les Néerlandais dépensent des milliards d'euros en aide internationale aux pauvres. L'ancien parlementaire Arend-Jan Boekestijn a écrit un livre sur ce thème, 'Le prix de la mauvaise conscience', dans lequel il affirme que ces dons sont pratiquement inutiles. 

    Source: Newropeans Magazine


    Link En savoir plus
    Link Aide octroyé par les Pays-Bas
    Link Arend-Jan Boekestijn


  20. Nouvelle Commission européenne: qui est qui?
    2010-01-28
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural, Environnement

    Les candidats à la Commission européenne des 27 espèrent obtenir le soutien des eurodéputés, lorsque chacun aura été interrogé pendant des auditions de confirmation. Cette Commission-ci, tout comme la précédente, est dirigée par Jose Manuel Barroso, un politicien portugais conservateur et chevronné. Les commissaires ont un mandat de cinq ans et sont responsables de la rédaction de la législation européenne et de son application. Mais qui sont les principaux acteurs de la nouvelle équipe?

    Source: BBC


    Link En savoir plus
    Link Auditions au Parlement européen
    Link Le Président élu de la Commission européenne


  21. ONG espagnoles: Une autre Europe pour éradiquer la pauvreté!
    2010-01-28
    Catégorie(s) : Genre & développement, Efficacité Aide

    La plateforme espagnole des ONG de développement a lancé cette semaine à Madrid son manifeste pour la présidence de l'UE. Sous le slogan 'Nous voulons une autre Europe! Arrêtons de parler de la pauvreté et éradiquons-la', la plateforme a insisté sur la nécessité: d'une cohérence politique pour le développement; de garantir le niveau de l'APD (c'est-à-dire respecter l'engagement de 0,56% du PIB à atteindre en 2010) et son efficacité; de respecter les objectifs de la plateforme de Beijing et les obligations imposées par la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW); et de renforcer le partenariat UE-Amérique latine.

    Source: La plateforme espagnole des ONG de développement

    Link En savoir plus
    Link Les OMD
    Link La Présidence espagnole


  22. Royaume-Uni: Association bovine nationale
    2010-01-28
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Développement rural, Environnement, Efficacité Aide

    La NBA cherche une méthode de réforme radicale à l’échelle européenne afin de remplacer les systèmes actuels et dépassés par des subventions versées directement aux agriculteurs. Ces subventions doivent leur permettre de rendre leurs exploitations plus aptes à produire des aliments tout en satisfaisant aux exigences nationales sur des questions récentes, comme l'utilisation rationnelle de l'énergie et la gestion des déchets. «Des fonds d'investissements directs et facilement accessibles aux agriculteurs doivent remplacer les agences gouvernementales inefficaces et coûteuses, comme la RPA (Rural Payments Agency) et la RDA (Rural development Agency). Ces agences sont actuellement chargées de gérer les fonds du programme de développement rural mais ont lamentablement échoué dans leur mission», a expliqué Kim Haywood, directeur de la NBA. «Une plus grande efficacité de la production alimentaire nationale est exigée par un public inquiet, qui est préoccupé par les pénuries mondiales mais veut être certain que l’agriculture utilise l'énergie de manière rationnelle et que l'air et l'eau restent aussi propres que possible. Les agriculteurs sont frustrés parce que leur capacité à produire davantage d’aliments dans les conditions les plus propres possibles, est jugulée par une réglementation excessive, héritée d’une époque où la production alimentaire était une considération secondaire». «Cela signifie que le démantèlement de l'actuel système de contrôle du financement est une priorité et qu'il faut trouver une façon simple et efficace d'encourager les agriculteurs à atteindre les nouveaux objectifs de production et de gestion que l'on exige d'eux». D'après la NBA, le montant des fonds gaspillés par des agences pratiquement inutiles est scandaleux, non seulement parce que la plus grande partie de certains fonds est pratiquement inaccessible aux agriculteurs mais aussi parce qu'une grande partie de l’argent disponible est absorbée par l'administration interne et des organisations non gouvernementales quasi autonomes.

    Source: Meat Trade News Daily


    Link En savoir plus
    Link Agriculture et Développement Rural
    Link Agriculture et changement climatique


  23. Peu de produits des pays en développement entrent en Europe
    2010-01-28
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Efficacité Aide, Développement rural, Sécurité alimentaire, Santé & développement

    Des droits à l'importation élevés empêchent les produits des pays en développement d'entrer en Europe.Un problème particulier concerne l'escalade tarifaire: les tarifs d'importation augmentent à mesure que le processus de transformation du produit s’intensifie. Cette mesure a comme conséquence que la plupart des importations vers l'UE sont des produits bruts comme le café, le cacao ou les ananas que l'on ne peut cultiver en Europe. Bien que les droits à l'importation des fèves de cacao non traitées soient relativement bas, l'UE fait payer 30% sur des produits transformés à base de cacao comme les tablettes de chocolat, et 60% sur certains autres produits raffinés contenant du cacao. Dans certains cas, les tarifs peuvent grimper jusqu'à 146%, par exemple, pour certaines spécialités de fruits tropicaux en conserve. C’est ce que déclare Francisco Mari, expert en agriculture et pêche auprès de l'EED, le service des églises protestantes en Allemagne pour le développement. «L’écart est important. Si le café arabica était torréfié en Afrique, les tarifs d'importation seraient de 100 ou 120%», déclare Mari. Cette pratique empêche la concurrence de menacer les entreprises européennes de torréfaction du café. Le second problème est dû aux normes d'importation strictes de l'UE sur les produits alimentaires, ainsi qu’aux normes d'hygiène et de santé et aux réglementations sur la taille, la forme et la couleur d'un certain produit. Si les réglementations sont censées protéger les consommateurs européens, elles peuvent avoir des effets dévastateurs sur les petits fermiers dans les pays exportateurs. Au Maroc, par exemple, 40% des cultures de tomates destinées à l'exportation vers l'Europe ne satisfont pas aux normes européennes. Par conséquent, les tomates sont vendues à bas prix sur les marchés marocains au lieu d'être exportées. Les petits fermiers locaux ont des difficultés à concurrencer les produits bon marché et se battent pour leur survie.

    Source: Deutsche Welle


    Link En savoir plus
    Link Le Service allemand des Eglises Evangéliques pour le Développement
    Link UE Commerce et Développement


  24. Discussions du Conseil sur Haïti
    2010-01-26
    Catégorie(s) : Santé & développement, Efficacité Aide

    La réunion du Conseil des affaires étrangères qui s'est tenue à Bruxelles le 25 janvier 2010 a poursuivi les discussions entamées lors du conseil extraordinaire convoqué la semaine dernière par le Haut représentant de l’Union en réaction au séisme en Haïti. Immédiatement après le tremblement de terre, l'Union a mobilisé des équipes de recherche et de secours et affecté 122 millions d'euros provenant tant de la Commission que des États membres à une assistance humanitaire urgente, 100 millions d'euros supplémentaires au rétablissement urgent des capacités gouvernementales en Haïti, ainsi que 200 millions d'euros au développement à long terme.Aujourd'hui, le Conseil s'est concentré sur la coordination d’une réponse générale de l'Union au désastre dans les différents domaines de l’assistance humanitaire, de la reconstruction et de l'aide au développement, et sur la contribution des États membres en ressources militaires, sécuritaires et de protection civile dans le cadre des opérations de secours.Le Conseil a décidé que l'Union répondrait à l'appel des Nations Unies en fournissant: une expertise et des équipements d'ingénierie afin d’ouvrir des routes et faciliter l'acheminement de l'aide; une capacité logistique maritime capable d'opérer en l’absence d’installations portuaires; une contribution collective de l'UE comprenant au moins 300 policiers qui renforceront provisoirement les capacités policières de la mission de stabilisation des Nations Unies. Le Conseil a également approuvé la proposition du Haut représentant de créer une cellule à Bruxelles, EUCO Haïti, qui coordonnera les contributions des États membres en ressources militaires et sécuritaires pour répondre aux besoins identifiés par les Nations Unies.

    Source: Conseil de l'UE


    Link En savoir plus
    Link Nations Unies et l'UE
    Link Delegation UE en Haiti


  25. L'UE reprend la coopération au développement avec la Mauritanie
    2010-01-26
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Commerce ACP-UE

    Le 25 janvier, l'UE a normalisé ses relations et totalement repris sa coopération au développement avec la république islamique de Mauritanie. Suite aux élections et à la désignation de Mohamed Ould Abdel Aziz comme président, l'UE considère qu'une solution consensuelle à la crise politique a été mise en œuvre et que la Mauritanie est retournée à l'ordre constitutionnel. Elle a donc abrogé toutes les mesures appropriées concernant la Mauritanie tout en invitant le pays à s’engager dans un dialogue politique approfondi avec l'UE pour renforcer la stabilité du pays (5012/10). L'UE soutiendra les efforts permanents de la Mauritanie pour surmonter ses difficultés économiques et politiques, y compris les nouvelles menaces sécuritaires et terroristes, tout en encourageant le dialogue national ouvert prévu dans l'accord de Dakar signé entre les forces politiques le 4 juin 2009. L'UE a considéré que le coup d'état du 6 août 2008 en Mauritanie était une violation à la démocratie et à l'état de droit, deux éléments essentiels de l'accord de partenariat ACP-UE. Elle a par conséquent engagé des consultations avec la république islamique. Le Conseil les a conclues le 6 avril 2009 et établi une feuille de route en vue d'une reprise progressive de la coopération si une solution consensuelle à la crise en Mauritanie était trouvée, notamment de nouvelles élections présidentielles. Depuis la signature de l'accord de Dakar, l'UE a progressivement repris sa coopération au développement avec la Mauritanie.

    Source: Conseil de l'UE


    Link En savoir plus
    Link L'Accord de Cotonou
    Link Coopération au développement UE


  26. Conclusions du Conseil sur la mission de formation en Somalie
    2010-01-26
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    La réunion du Conseil des affaires étrangères qui s'est tenue à Bruxelles le 25 janvier 2010 a adopté les conclusions suivantes sur la Somalie. Le Conseil demeure préoccupé par la situation en Somalie et par ses implications dans la région et rappelle ses conclusions du 27 juillet. Il a déclaré qu'il continuait de soutenir pleinement le gouvernement fédéral de transition en Somalie. Il a souligné la nécessité d'une mise en œuvre totale de l'accord de Djibouti (19 août 2008). Le Conseil a réaffirmé la nécessité de remédier aux difficultés de la Somalie par le biais d'une approche globale. Par conséquent, l'UE devrait continuer à aider la Somalie à se stabiliser en lui apportant un soutien dans des domaines vitaux et prioritaires tels que le secteur de la sécurité, le développement, l'assistance à la population et le soutien au renforcement des capacités, en plus du déploiement actuel de l'opération EU NAVFOR Atalanta et de l'aide humanitaire. Le Conseil a rappelé les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies, en particulier la résolution RCSNU 1872, qui demande instamment à la communauté internationale d'offrir une assistance technique aux forces de sécurité somaliennes. Dans ce contexte, le Conseil a convenu de mettre sur pied une mission militaire qui contribuera à la formation des forces de sécurité somaliennes. Cette mission se déroulerait en Ouganda où les forces somaliennes suivent déjà une formation, ce qui faciliterait la coordination de l'action de l'UE avec la mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM). Elle serait lancée avec le prochain contingent de recrues, prévu au printemps 2010. La mission serait dirigée en étroite coordination avec nos partenaires, y compris le gouvernement fédéral de transition, l'Ouganda, l'Union africaine, les Nations Unies et les États-Unis d'Amérique.

    Source: Conseil de l'UE


    Link En savoir plus
    Link AMISOM
    Link EUNAVFOR



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1