Août 2014
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31



Choisissez les catégories :



















s'inscrire au RSS  

External links
RSSVoir tous les RSS
dans une nouvelle fenêtre

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 220]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 220]
Date d'envoi: 2010-04-16 16:42:43
Publication #: 32
Contenu:
CTA Newsletter
 
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.

  1. 18ème Briefing de Bruxelles sur l'aide humanitaire et le développement rural
  2. Notre invité vidéo: Mr. Mamadou Cissokho
  3. Principaux évènements ACP-UE pour la semaine du 19 au 23 Avril 2010
  4. L'UE préconise des investissements agricoles étrangers responsables
  5. L'UE veut aider les petits agriculteurs dans les pays en développement
  6. Il y a quelque chose de pourri dans les supermarchés européens
  7. Réunion de hauts fonctionnaires UE-ALC
  8. L'UE face à ses promesses en matière d'aide sanitaire
  9. L'UE blâme Mkapa à propos de l'APE
  10. Le débat sur la PAC post-2013 est lancé
  11. Une bande dessinée de la Commission européenne sur l'aide humanitaire
  12. African highways et information superhighways
  13. Bourses ouvertes aux décideurs ACP pour une formation en microfinance
  14. PAC : les députés prennent leurs responsabilités en vue de sa réforme
  15. Réforme de la pêche : plus réglementer les importations de poisson ?
  16. CE: Analyse des principales solutions de financement innovantes
  17. Le système d’aide au développement de la France et du Royaume-Uni
  18. Les banques multilatérales continueront à soutenir l’économie
  19. Le rhum caraïbe court un grand danger
  20. Les nouveaux membres de l'UE et la politique de développement
  21. Le Kenya obtient une tranche d'un gâteau de 3 milliards de shillings
  22. Le sommet européen et ses engagements sur le changement climatique
  23. Un consensus sur l'après-2013 de la PAC reste difficile à atteindre


  1. 18ème Briefing de Bruxelles sur l'aide humanitaire et le développement rural
    2010-04-16
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Le 18ème Briefing sur le Développement de Bruxelles portera sur les catastrophes naturelles, l'aide humanitaire et le développement rural et aura lieu le 12 Mai 2010 (8h30-13h00 au Centre Borschette, salle 1A. Les discussions porteront sur les évolutions récentes, les défis et les approches novatrices en matière d’assistance humanitaire pour répondre aux défis futurs. Le tremblement de terre en Haïti comme beaucoup d'autres catastrophes naturelles récentes ont mis en évidence la fragilité de certains Etats et la nécessité d'institutions fortes capables de renforcer les mécanismes de réduction des risques et la préparation aux catastrophes et d'accroître l'efficacité de réponse. Le besoin de coordination et d'efficacité dans les interventions des donateurs et des acteurs est un autre élément clé. Il convient de partager les leçons tirées des expériences récentes et examiner l'impact sur le développement rural et aussi le rôle de l'agriculture et du développement rural dans les efforts de reconstruction et de réhabilitation. Les intervenants viendront de divers organisations internationales comme la FAO, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ainsi que le Programme Alimentaire Mondial. Nous recevrons aussi des contributions de part des fonctionnaires travaillant à la DG ECHO et DG développement.

    Pour plus d'informations, veuillez contacter boto@cta.int ou pruna@cta.int  et consultez le matériel en ligne à : http://bruxellesbriefings.net/
     


    Link En savoir plus
    Link Matériel vidéo
    Link Briefings précédents


  2. Notre invité vidéo: Mr. Mamadou Cissokho
    2010-04-15
    Catégorie(s) : Développement rural

    Notre invité vidéo cette semaine est Mr. Mamadou Cissokho. Il est le Président honoraire du ROPPA, le Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest. Mais c'est en sa qualité de facilitateur de la « Plateforme Panafricaine des Organisations Paysannes et de Producteurs Agricoles » que nous l'avons rencontré dans les loacaux de la Commission européenne à Bruxelles. Dans cette interview, Mr. Cissokho nous explique les origines et les objectifs de cette nouvelle plateforme. Il mentionne le parallèlisme entre la création de cette plateforme et la réforme institutionelle de l'Union Africaine. Cependant si ce form a pour objectif d'articuler des positions communes autour des enjeux continentaux, il n'a toutefois pas vocation à absorber les plateformes régionales, conformément au principe de subsidiarité. Mr. Cissokho note également que cette plateforme est aussi un vecteur d'une intégration régionale mené par la société civile. A la veille de l'assemblée constitutive de cette plateforme, le 24 Mai 2010 à Addis Abbeba sous le patronage du Président de la Commission pour l'Union Africaine, Mr. Cissokho lance un appel pour soutenir cette initiative.
    Link Voir la vidéo
    Link ROPPA
    Link Déclaration sur la Plateforme


  3. Principaux évènements ACP-UE pour la semaine du 19 au 23 Avril 2010
    2010-04-15

    Parlement Européen (Strasbourg):
    - 19 au 22 Avril: Séance plénière 
    - 19 Avril:  Réunion extraordinaire de la Commission du commerce international 
    Présidence UE:
    - 19 au 20 Avril (Luxembourg): Conseil agriculture et pêche
    - 23 Avril (Espagne): IIe édition de « África Vive » (L'Afrique vit)
    Secrétariat ACP (Bruxelles):
    - 22 Avril: Comité des ambassadeurs

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter notre calendrier à la page http://bruxelles.cta.int/ 


    Link Séance plénière
    Link Présidence espagnole UE
    Link Secrétariat ACP


  4. L'UE préconise des investissements agricoles étrangers responsables
    2010-04-15
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Développement rural

    L'Union européenne exhorte les étrangers qui investissent dans les terres agricoles des régions en développement, comme l'Afrique, à respecter les droits humains locaux, les moyens de subsistance et les ressources. La flambée des prix alimentaires dans le monde en 2008 a poussé de grands importateurs de denrées alimentaires comme l'Arabie Saoudite, la Chine et la Corée du Sud à louer des terres agricoles à l'étranger - souvent en Afrique - pour s’assurer qu’ils pourront nourrir leurs populations. Mais des critiques – dont l'UE - ont souligné que ces accords, qualifiés par certains d'accaparement des terres, manquent souvent de transparence et peuvent compromettre les moyens de subsistance des agriculteurs locaux dans les pays en développement. Le document propose un nouveau cadre politique européen afin de lutter contre les problèmes de sécurité alimentaire dans les pays en développement. Il affirme que le soutien devrait se concentrer sur l’accroissement de la production vivrière des petits agriculteurs dans des pays à risque, en particulier en Afrique et dans le sud de l'Asie. Il demande aussi une ‘intensification écologiquement rationnelle’ de la production vivrière des petits producteurs, en particulier des agricultrices, en améliorant l'accès aux ressources et notamment à la terre, à l'eau, au crédit et autres intrants agricoles. Mais il ajoute que cette intensification ne doit pas encourager des technologies non durables ou incompatibles avec la capacité du pays à réglementer et à gérer les risques. D'autres priorités européennes devraient prévoir une augmentation de 50 pour cent du soutien à la recherche agricole ‘induite par la demande’ et se concentrer sur l'amélioration de la qualité nutritionnelle des aliments.

    Source: The Guardian


    Link En savoir plus
    Link Accaparement des terres ou développement?
    Link La sécurité alimentaire


  5. L'UE veut aider les petits agriculteurs dans les pays en développement
    2010-04-15
    Catégorie(s) : Développement rural

    Pour accroître la sécurité alimentaire dans les pays en développement, la Commission européenne a proposé que l'on soutienne les petits agriculteurs et que l'on s’efforce de garantir le respect de leurs droits sur leurs terres. La plupart des pauvres et des affamés dans le monde vivent dans des régions rurales où une agriculture de faible envergure constitue la principale activité économique, note la Commission européenne dans un document politique publié le 31 mars. En conséquence, la Commission estime que « l'aide de l’UE devrait se concentrer sur une production vivrière de faible envergure et durable afin d’accroître la disponibilité des denrées alimentaires dans les pays en développement ». Le document politique sur la sécurité alimentaire dans les pays en développement a été adopté dans le cadre du 'package de printemps' de l'exécutif européen sur le développement et du rapport à mi-parcours de cette année relatif aux objectifs de développement du millénaire des Nations Unies (MDG). L'un de ces objectifs est de diviser par deux le pourcentage de la population mondiale qui souffre de la faim d'ici 2015. Le document constate que l'aide européenne devrait considérer les méthodes d'intensification agricole ‘durables et écologiquement rationnelles’ comme une priorité, en optimisant les intrants agricoles et en soutenant, par exemple, une lutte intégrée contre les organismes nuisibles, une meilleure gestion des sols et de l’eau, et des variétés de cultures résistantes au stress.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Le document de la Commission
    Link Agriculture et développement


  6. Il y a quelque chose de pourri dans les supermarchés européens
    2010-04-15
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Un nouveau rapport révèle que la majorité des supermarchés ne prennent pas leurs responsabilités en matière de conditions de travail et de relations commerciales équitables dans leurs chaînes d'approvisionnement alimentaire. Le rapport intitulé ‘Les supermarchés au banc d'essai : les supermarchés sont-ils à la hauteur de leurs responsabilités en matière de conditions de travail dans les pays en développement ?’, publié par Consumers International, a sondé les consommateurs de six pays européens pour évaluer s'il leur est facile ou difficile d'effectuer des choix durables. Il révèle une approche inadéquate et parfois contradictoire dans la lutte contre des conditions de travail inacceptables dans les pays en développement. De grands supermarchés en Belgique, au Danemark, en France, en Grèce, en Italie, en Pologne, au Portugal et en Espagne ont fait l'objet d'une étude sur leurs politiques en matière de conditions de travail et de relations commerciales dans les pays en développement. Bien que les consommateurs européens soient de plus en plus préoccupés par l'impact que leurs choix peuvent avoir sur autrui, il est clair que les initiatives des supermarchés en matière de RSE (responsabilité sociale des entreprises) ne s'appliquent pas toujours à tous les produits. D’une manière générale, les politiques et les codes de conduite des supermarchés pèchent par l’absence de mesures capables de garantir des relations commerciales équitables. Seulement six des dix-sept entreprises signalent que leurs politiques précisent que les contributions aux promotions doivent être volontaires. Seulement cinq des seize entreprises prévoient un engagement en termes de salaire minimum vital, et seulement trois ont mis en place un mécanisme de réclamation. Cependant, il y a aussi des bonnes pratiques. Toutes proportions gardées, il semble que les bonnes pratiques les plus cohérentes soient mises en œuvre, de façon générale, par la société Coop Italia, suivie par Coop Danemark. Le rapport montre en outre qu'il est nécessaire d'intégrer les questions de durabilité à tous les niveaux de la prise de décision.

    Source: Inter Press Service News Agency


    Link En savoir plus
    Link Lire le rapport
    Link Le commerce équitable


  7. Réunion de hauts fonctionnaires UE-ALC
    2010-04-15

    Réunion de hauts fonctionnaires UE-ALC sur les sciences et la technologie, Buenos-Aires, Argentine, 25 et 26 février 2010, et prochaines étapes avant le sommet. La rencontre des hauts fonctionnaires de l'Union européenne, de l'Amérique latine et des Caraïbes sur les sciences et la technologie, qui s'est tenue les 25 et 26 février à Buenos-Aires, faisait partie du programme préparatoire au Sommet officiel UE-ALC. Elle revêtait une importance particulière étant donné que le sommet prévu pour les 18 et 19 mai 2010 à Madrid se concentre sur le thème 'Innovation et technologie pour un développement durable et une intégration sociale'. La réunion de hauts fonctionnaires a débouché sur des propositions concrètes qui seront examinées pendant la réunion ministérielle sur les sciences et la technologie, prévue les 13 et 14 mai, et qui seront reprises dans la déclaration et le plan d'action du Sommet. Les principales décisions ont été l'adoption d'une version amendée du Livre blanc, préparée essentiellement par les deux co-présidences (l'Espagne pour l'Europe et l'Argentine pour l'ALC), en consultation avec la Commission européenne et des représentations des pays des deux côtés de l'Atlantique.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Lisez le livre blanc
    Link ACP-UE science et technologie


  8. L'UE face à ses promesses en matière d'aide sanitaire
    2010-04-15
    Catégorie(s) : Santé & développement

    Les gouvernements européens doivent consacrer 0,1 % de leur revenu à la fourniture de services de santé universels dans les pays en développement. C’est ce que déclarent des militants qui accusent les dirigeants européens de ne pas faire des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) une priorité. Étant donné que l’échéance de 2015 sur les OMD se profile à l'horizon, la pression politique monte pour que l'on respecte les engagements pris il y a une décennie. La Commission européenne s'est engagée dernièrement à intensifier ses efforts pour s'attaquer aux problèmes de santé dans le ‘monde en développement’, mais les militants sont sceptiques. « L'Europe a de magnifiques documents politiques à son actif mais ses résultats sont lamentables en ce qui concerne leur réalisation », a déclaré Frazer Goodwin de la campagne Action for Global Health. Goodwin affirme que l'UE devrait consacrer 0,1% du RNB – une mesure du revenu national – aux soins de santé dans les pays en développement pour aider à réduire considérablement des maladies évitables telles que le HIV et la tuberculose, la mortalité infantile et la mortalité en couches. Il a ajouté que, de leur côté, les pays qui bénéficient d'une aide devraient consacrer 15% de leurs dépenses nationales aux soins de santé.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Santé mondiale: Appel de la CE
    Link Santé et développement


  9. L'UE blâme Mkapa à propos de l'APE
    2010-04-15
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    L'Union européenne (UE) justifie l'accord de partenariat économique (APE) et affirme que l’objectif du dispositif n’est pas de réintroduire le colonialisme en Afrique. La délégation de l'UE dans le pays a déclaré que, au contraire, l'accord est destiné à stimuler l'économie africaine. Et ce, en réponse à des questions que posait ce journal suite aux récentes remarques de l’ex-président Benjamin Mkapa à Nairobi, qui conseillait aux États d’Afrique de l’Est de se méfier d’un APE qu’il considère comme une autre forme de colonisation du continent par l'Europe. S'adressant à la conférence panafricaine organisée par le groupe Nation Media il y a deux semaines, le président Mkapa a déclaré que l'APE était destiné à réfréner la croissance de l'Afrique. Il a qualifié l'APE, dont l'UE se fait le chantre, de nouvelle « ruée sur l'Afrique » et a ajouté qu’il a toutes les chances d'affaiblir le bloc régional du point de vue économique. Mais la Commission européenne a déclaré à ce journal que l'APE entend promouvoir le processus d'intégration régionale et qu’il soutient notamment des mesures prises par les groupes régionaux mêmes pour favoriser le développement du commerce avec leurs voisins et la communauté internationale au sens large. « Bien qu'ils soient peut-être nés de la nécessité de veiller à ce que chaque mesure préférentielle accordée par l'UE soit compatible avec l'OMC, ils font aussi partie intégrante du partenariat global entre l'Union européenne et le groupe des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) », a déclaré la CE en réaction aux questions posées par The Citizen.

    Source: The citizen


    Link En savoir plus
    Link Communauté de l'Afrique de l'Est
    Link Négociations APE


  10. Le débat sur la PAC post-2013 est lancé
    2010-04-15
    Catégorie(s) : Développement rural

    Un projet de rapport du Parlement européen prend position en faveur d'une PAC doté d'un budget conséquent. Le texte est en revanche peu précis sur la régulation. Les eurodéputés de la commission Agriculture ont examiné pour la première fois, lundi 12 avril, un projet de rapport sur l’avenir de la politique agricole commune. Cette audition marque l’ouverture des longues discussions sur la PAC post-2013. Ce rapport, écrit par le libéral britannique George Lyon, prend position pour une PAC forte, maintenue sur « tout le territoire européen » et doté d’un important budget. Le texte développe cinq « axes prioritaires »: la sécurité de l’approvisionnement alimentaire et le commerce équitable, la durabilité, l’agriculture dans toute l’Europe, la préservation de la biodiversité et la protection de l’environnement, et enfin la croissance verte. Le texte souligne notamment que « la sécurité de l’approvisionnement alimentaire reste le défi central de l’agriculture européenne », dans un contexte de croissance de la population mondiale. « La PAC doit répondre immédiatement aux effets de la crise économique sur les entreprises agricoles, tels que le manque d’accès au crédit pour les agriculteurs, les pressions exercées sur les revenus agricole et la hausse du chômage dans les zones rurales », peut-on également lire dans le document. En revanche, il reste assez peu précis sur la mise en place d’instruments de régulation. Mais il affirme tout de même qu’il « convient de mettre en place un filet de sécurité minimal dans le cadre de la future PAC afin de gérer la volatilité extrême des prix sur les marchés ».

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Le projet de rapport de George Lyon
    Link PAC après 2013:consultation publique


  11. Une bande dessinée de la Commission européenne sur l'aide humanitaire
    2010-04-15

    "Face à l'urgence" est une fiction qui illustre la manière dont le Service d'aide humanitaire de la Commission (ECHO) répond aux crises humanitaires. Son auteur est un artiste de bande dessinée belge, Erik Bongers.  Cette publication gratuite est disponible pour l'instant en anglais, français, allemand, néerlandais et italien et peut être commandée en ligne.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link ECHO


  12. African highways et information superhighways
    2010-04-14

    La troisième réunion du Comité directeur du Partenariat UE-Afrique pour les infrastructures a eu lieu à Tunis, en Tunisie, le 7 avril. Cette réunion s'est focalisée sur les moyens de construire et de consolider les infrastructures en Afrique, qui a été qualifié de priorité transversale pour les huit partenaires stratégiques de l'UE-Afrique.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link UE-Afrique Infrastructure
    Link BEI


  13. Bourses ouvertes aux décideurs ACP pour une formation en microfinance
    2010-04-14

    Bourses ouvertes aux décideurs politiques pour une formation de haut niveau dans le domaine de la microfinance. Le Programme-cadre UE/ACP sur la microfinance offre, pour la quatrième année consécutive, des bourses aux décideurs de politiques ACP pour pouvoir participer au Programme de Formation en Microfinance Boulderà Turin, en Italie, du 19 juillet au 6 août 2010. Le Programme de Formation en Microfinance Boulder, qui aura lieu au Centre International de Formation de L'Organisation internationale du travail (OIT), est l’un des meilleurs programmes de formation en microfinance dans le monde. Il inclut un « policy track », c'est à dire des cours spécifiques destinés aux décideurs politiques. Il se tient en anglais et en français et les enseignants sont d’éminents experts de la microfinance. Les décideurs politiques participant à la formation lors des années précédentes l'ont fortement recommandée. La bourse s’élève à 3,100 Euros et couvre les frais de scolarité pour les trois semaines de formation. Les candidats doivent faire la preuve qu'ils peuvent couvrir leurs frais de déplacement et d’hébergement, et qu’ils maîtrisent l’anglais ou le français. Les candidates éligibles sont des fonctionnaires des pays d’Afrique Sub-Saharienne, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), qui élaborent ou appliquent des politiques ayant un impact sur l’accès aux services financiers. Ce sont des cadres travaillant pour des banques centrales, au Ministère des Finances ou pour les autorités de réglementation et de supervision. La date limite pour les demandes de bourses est fixée au 10 mai 2010.


    Link En savoir plus
    Link ACP-UE et la Microfinance
    Link EuropeAid-ACP


  14. PAC : les députés prennent leurs responsabilités en vue de sa réforme
    2010-04-14
    Catégorie(s) : Développement rural

    Produire plus de nourriture avec moins de terrains cultivables, moins d'eau et moins d'énergie : c'est l'enjeu auquel va se trouver confrontée l'agriculture européenne. « Les agriculteurs et la Politique agricole commune (PAC) doivent montrer qu'ils possèdent des réponses aux nouveaux défis du 21ème siècle », explique le Britannique George Lyon. Le futur de la PAC est en débat au Parlement européen. La PAC est l'une des politiques majeures de l'Union européenne, et ce malgré que son poids dans le budget de l'Union européenne (UE) soit passé de 75 % en 1985 à 40 % aujourd'hui. Avec le changement climatique et la raréfaction des ressources naturelles, elle va devoir s'adapter à un nouveau contexte : diminution de l'eau, sécheresses, augmentation du prix de l'énergie, réduction des émissions de gaz à effet de serre…Dans le même temps, le besoin de nourriture devrait doubler dans le monde d'ici 2050, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). La réforme de la PAC, prévue pour après 2013, devra donc concilier ces deux aspects. Une tâche à laquelle s'attellent les députés européens, à qui le Traité de Lisbonne donne un rôle de colégislateur dans le domaine.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Le projet de rapport de George Lyon
    Link Quelle agriculture pour l'Europe de demain?


  15. Réforme de la pêche : plus réglementer les importations de poisson ?
    2010-04-14
    Catégorie(s) : Pêche ACP-UE

    Alors que les stocks de poisson diminuent, les marins-pêcheurs européens ont de plus en plus de mal à boucler leurs fins de mois. Travaillant parfois à perte, ils sont incités à pêcher encore plus et alimentent un cercle vicieux. Dans le cadre de la réforme de la politique européenne de la pêche, l'ensemble du secteur est appelée à donner son avis sur les mesures à mettre en œuvre pour inverser la tendance. Il était présent au Parlement européen le 8 avril dernier. L'une des mesures phares de la réforme de la politique de la pêche en 2002 avait été de subventionner la mise au rebut des vieux chalutiers. La réduction de la flotte devait ainsi entraîner une diminution des prises de poisson, permettant le renouvellement des stocks et la remontée des prix.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Livre vert
    Link La Politique Commune de la Pêche


  16. CE: Analyse des principales solutions de financement innovantes
    2010-04-13

    Les services de la Commission européenne ont publié un document de travail qui analyse les principales sources de financement novatrices à l'étude. L'analyse montre que certains instruments pourraient présenter le double avantage de générer des recettes et d'améliorer l'efficacité et la stabilité du marché (fixation d'un prix pour la prise de risque dans le secteur financier et pour les émissions de carbone, notamment). Elle souligne également que la coordination au niveau mondial sera primordiale pour une mise en œuvre réussie de la plupart des instruments de financement novateurs, mais indique que les initiatives prises exclusivement au niveau de l'UE ne doivent pas être exclues.
    Link En savoir plus
    Link Financement innovants au niveau global
    Link Financement du changement climatique


  17. Le système d’aide au développement de la France et du Royaume-Uni
    2010-04-13
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Anciennes puissances coloniales, la France et le Royaume-Uni sont des bailleurs de fonds influents dans la gouvernance globale de l’aide. Cet article décrit de façon très synthétique l’histoire de leur contribution au développement, sous l’angle des institutions, des stratégies et des financements.
    Les institutions ont connu des évolutions complexes depuis les premiers pas de la mise en valeur coloniale jusqu’aux réformes les plus récentes. Les stratégies sont ambitieuses, ancrées dans une recherche substantielle, et assurent une audience multilatérale par laquelle la question coloniale a été portée au rang de défi global. L’un et l’autre pays ont une vision plus large de l’aide au développement que la comptabilisation du Comité d’aide au développement de l’OCDE. Leurs financements, dont le montant n’échappe pas aux aléas politiques, assurent une contribution importante, qui vise à répondre aux multiples besoins du développement.

    Source: Revue Internationale de Politique de Développement


    Link En savoir plus
    Link Agence française de développement
    Link DFID


  18. Les banques multilatérales continueront à soutenir l’économie
    2010-04-13

    Réunis au siège de la Banque européenne d’investissement à Luxembourg, les principales banques multilatérales de développement (BMD) et le Fonds monétaire international (FMI) ont planifié leur stratégie pour soutenir une reprise durable de l’économie mondiale et ont convenu que l’Accord de Copenhague leur donnait la possibilité d'agir pour financer des mesures destinées à lutter contre le changement climatique. Après avoir noté les signes de reprise économique à l’échelle mondiale, les BMD et le FMI ont reconnu l’importance d’une coopération renforcée pour éviter une crise systémique plus large encore.  Ils ont conclu que l’économie mondiale restait fragile et que les BMD devront continuer à jouer un rôle anticyclique en 2010. Dans ce contexte, ils se sont félicités des augmentations de capital qui ont été approuvées au sein de la BAD, de la BEI et de la BID et ont souhaité que les négociations en cours au sein de la BAfD, de la BERD et du Groupe Banque mondiale sur la reconstitution de leurs ressources trouvent elles aussi une issue favorable. Au-delà de l’obligation immédiate de faire face à la crise, les BMD continuent de concentrer leurs efforts sur la prévention des crises, l’appui à une croissance et un développement durables et, en particulier, la nécessité de lutter contre le changement climatique.

    Source: Banque européenne d'investissement


    Link En savoir plus
    Link Banque africaine de développement
    Link Fonds Monétaire International


  19. Le rhum caraïbe court un grand danger
    2010-04-12
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Tous les producteurs de rhum de la République dominicaine et des pays de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) sont confrontés à la perspective peu réjouissante de perdre leurs marchés en Europe. Après avoir convaincu les négociateurs caraïbes de signer un accord de partenariat économique (APE) complet avec l'Union européenne des 27 (UE) basé sur le fait qu'il était inutile d'inclure un texte particulier sur le rhum parce que celui-ci était inclus dans la Déclaration XXV de la Convention de Cotonou. La CE revient sur sa promesse et de nombreuses entreprises de production de rhum sont confrontées à une grave crise financière. Les pays du CARIFORUM – les États membres indépendants de la CARICOM plus la République dominicaine – ont signé un APE complet en décembre 2007 sous la pression considérable de la CE, y compris la menace que s'ils ne signaient pas, un tarif douanier plus élevé serait appliqué sur leurs exportations vitales, comme le sucre, le riz et les bananes, ce qui rendrait leurs produits non compétitifs par rapport à d'autres pays. 

    Source: Caribbeannetnew


    Link En savoir plus
    Link UE-Cariforum APE
    Link Caricom


  20. Les nouveaux membres de l'UE et la politique de développement
    2010-04-12
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Environ 60 pour cent de l'aide au développement dans le monde proviennent de l'UE, et les nouveaux États membres versent de l’argent frais dans le fonds de développement. Mais leurs propres expériences en matière de transition peuvent-elles contribuer à l'efficacité de l'aide ? En dépit du montant colossal de l'aide (des milliards chaque année), quantifier le succès de l'Union européenne en Afrique reste difficile. Une chose est sûre : l'UE doit encore optimiser sa capacité à contribuer au développement et à l'éradication de la pauvreté sur le continent. En conséquence, des mesures ont été prises pour mettre au point une politique de développement cohérente et éviter les contradictions et la concurrence dans le secteur de l'aide. Pendant la présidence tchèque en 2008, la Commission européenne a commencé à compiler un European Transition Compendium (recueil relatif à la transition européenne). Il s’agit d’un document qui « rassemblera à l’intention des nouveaux États membres des exemples de bonnes pratiques qui pourraient être utiles aux pays émergents et en développement se trouvant dans une phase de transition ».

    Source: Deutsche Welle


    Link En savoir plus
    Link Le consensus européen pour le développement
    Link Commissaire Andris Piebalgs


  21. Le Kenya obtient une tranche d'un gâteau de 3 milliards de shillings
    2010-04-12
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le Kenya bénéficiera des 3,2 milliards de shillings (32,5 millions d'euros) que la Commission européenne a débloqués pour former des agriculteurs des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) à la sécurité alimentaire étant donné que les préoccupations en matière d'hygiène occupent le devant de la scène. Il s’agit de la seconde phase du Programme Initiative Pesticides (PIP), dont l'objectif est d'aider les exportateurs des pays ACP à se conformer aux normes sanitaires de l'Union européenne pour les fruits et les légumes frais.  La phase initiale soutenait 85 bénéficiaires au Kenya, notamment des entreprises exportatrices, des organisations de soutien aux petites exploitations, des fournisseurs de services et des organismes du secteur public. M. Pietro Nardi, membre de la délégation de la Commission européenne, a déclaré qu’il reste encore des défis à relever en dépit du succès de la première phase. Il a ajouté que les préoccupations grandissantes des consommateurs européens à propos des questions environnementales et éthiques se traduisent par une constante amélioration des règles et réglementations en rapport avec la distribution de produits frais.

    Source: Daily Nation


    Link En savoir plus
    Link Ressources clés: sécurité alimentaire
    Link Système de gestion des renseignements SPS


  22. Le sommet européen et ses engagements sur le changement climatique
    2010-04-12
    Catégorie(s) : Environnement

    Les dirigeants politiques européens sont accusés de s’être « une fois de plus » abstenus d’honorer une série d'engagements politiques allant de la réduction de la pauvreté au changement climatique. L'attaque émane de différents groupes d'ONG européennes et fait suite au sommet européen qui s'est tenu dernièrement à Bruxelles.Aucune nouvelle action n'a été convenue durant le sommet qui évaluait la situation après Copenhague. Les dirigeants de l'UE se sont contentés de réaffirmer leur objectif de 20 pour cent de réduction des émissions par rapport aux niveaux de 1990 d'ici 2020, ainsi que leur offre de 30 pour cent à la condition que d'autres pays augmentent leurs engagements. Sonja Meister, coordinatrice de la campagne sur le climat pour Friends of the Earth Europe, a déclaré : « Ces chiffres ne sont pas cohérents par rapport à ce que la science et la justice climatique exigent et ne permettront pas de progresser dans les négociations internationales ». Elle a déclaré que les « chefs d'État se sont à nouveau abstenus de fournir aux pays en développement une part équitable des finances européennes nécessaires pour leur permettre d'atténuer le changement climatique et de s'y adapter. L'assemblée a simplement renouvelé les offres insuffisantes de 2,4 milliards d'euros de financement à court terme qui consistent le plus souvent en une reformulation de l'aide au développement ».

    Source: The Parliament.com


    Link En savoir plus
    Link Les amis de la terre
    Link DG environnement


  23. Un consensus sur l'après-2013 de la PAC reste difficile à atteindre
    2010-04-12
    Catégorie(s) : Développement rural

    En l'absence, à ce stade, d'un consensus sur l'avenir de la politique agricole commune (PAC), la présidence espagnole de l'UE a dû, pendant le Conseil 'Agriculture' du 29 mars à Bruxelles, se contenter de présenter ses propres conclusions sur des mesures de gestion du marché et sur l’amélioration de la manière dont la chaîne d'approvisionnement alimentaire opère. En ce qui concerne le premier point, elle n'avait même pas envisagé l'adoption des conclusions par le Conseil mais pour ce qui est du second, elle a vainement tenté de faire approuver ses conclusions. Dans les deux cas, les États membres les plus libéraux ont refusé de jouer le jeu. Selon les conclusions de la présidence espagnole sur les mesures de gestion pour l'après-2013, la « majorité » des 27 ministres estiment que la PAC est « suffisamment » orientée vers le marché et recommandent qu'un « filet de sécurité » et les instruments existants – éventuellement révisés - restent en place dans l'ensemble du secteur agroalimentaire. Les présidences belge et hongroise soutiennent et « souscrivent inconditionnellement » à ces conclusions. Le texte, qui résume les échanges de vues entre les ministres pendant la réunion précédente du 22 février, indique que « certains » États membres soutiennent la création de nouveaux outils : le renforcement des organisations de producteurs et des organisations interprofessionnelles, l'établissement de « contrats standard » dans le secteur pour améliorer son fonctionnement et la transparence des prix, des revenus garantis et des revenus pour les opérateurs.

    Source: Europolitics


    Link En savoir plus
    Link CAP après 2013
    Link Commission de l'agriculture



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1