Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Décembre 2018
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 221]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 221]
Date d'envoi: 2010-04-26 10:57:45
Publication #: 33
Contenu:
CTA Newsletter
 
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.

  1. 18ème Briefing de Bruxelles sur l'aide humanitaire et le développement rural
  2. Principaux évènements ACP-UE pour la semaine du 26 au 30 Avril 2010
  3. L'impôt et le développement
  4. L'UE : partenaire d'investissement mondial
  5. Principes d’un soutien européen aux pays en développement
  6. La Belgique doit montrer l’exemple dans le cadre de sa présidence de l'UE
  7. La CE lance un appel aux États membres pour intensifier et améliorer l'aide
  8. Ce que les Européens pensent de l'agriculture et de la PAC
  9. Positions de Coordination SUD sur la politique UE de développment
  10. Les forêts mondiales se retrouvent dans nos toilettes
  11. Marché mondial du coton et réforme des politiques
  12. Diversification économique – du sucre à l'éthanol
  13. L'EFSA publie une analyse des niveaux de dioxine
  14. Le jeu de l'UE en matière de politique de l'aide
  15. Demande d'un seul instrument financier pour le développement
  16. Renforcement de la participation populaire dans l'Union africaine
  17. IFPRI: Etude sur la réglementation de l'UE en matière de biocarburants
  18. UE : polémique à la Commission au sujet de la pomme de terre GM
  19. L'Afrique du Sud devient une zone à haute teneur en carbonne
  20. La BEI soutient l'installation d'éoliennes à Vanuatu
  21. Pacifique Sud: Convention sur la pêche
  22. Dialogue Structuré - Pour un partenariat efficace pour le développement
  23. De Boer : les objectifs climatiques 2020 de l'UE, de la rigolade


  1. 18ème Briefing de Bruxelles sur l'aide humanitaire et le développement rural
    2010-04-23
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Le 18ème Briefing sur le Développement de Bruxelles portera sur les catastrophes naturelles, l'aide humanitaire et le développement rural et aura lieu le 12 Mai 2010 (8h30-13h00 au Centre Borschette, salle 1A. Les discussions porteront sur les évolutions récentes, les défis et les approches novatrices en matière d’assistance humanitaire pour répondre aux défis futurs. Le tremblement de terre en Haïti comme beaucoup d'autres catastrophes naturelles récentes ont mis en évidence la fragilité de certains Etats et la nécessité d'institutions fortes capables de renforcer les mécanismes de réduction des risques et la préparation aux catastrophes et d'accroître l'efficacité de réponse. Le besoin de coordination et d'efficacité dans les interventions des donateurs et des acteurs est un autre élément clé. Il convient de partager les leçons tirées des expériences récentes et examiner l'impact sur le développement rural et aussi le rôle de l'agriculture et du développement rural dans les efforts de reconstruction et de réhabilitation.

    Pour plus d'informations, veuillez contacter boto@cta.int ou pruna@cta.int  et consultez le matériel en ligne à : http://bruxellesbriefings.net/
     


    Link En savoir plus
    Link Matériel vidéo
    Link Briefings précédents


  2. Principaux évènements ACP-UE pour la semaine du 26 au 30 Avril 2010
    2010-04-23

    Parlement Européen (Bruxelles):
    - 26 au 27 Avril: Réunion de la Commission du Développement avec la participation de la Commissaire à l'Aide Humanitaire, Kristalina Georgieva
    - 27 au 28 Avril:  Réunion de la Commission du commerce international
    Présidence UE (Luxembourg):
    - 26 Avril: Conseil Affaires étrangères et Défense
    - 27 Avril : Conseil Affaires générales et conseil Affaires étrangères 
    Secrétariat ACP (Bruxelles):
    - 27 Avril: Bureau élargi du Comité des ambassadeurs
    - 27 Avril: Sous-Comité Développement durable
    - 29 Avril: Réunion du Comité des Ambassadeurs ACP –UE

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter notre calendrier à la page http://bruxelles.cta.int/


    Link Parlement européen
    Link Présidence espagnole de l'UE
    Link Secrétariat ACP


  3. L'impôt et le développement
    2010-04-23
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Pourquoi avons-nous besoin d'une communication relative à l'impôt et le développement? Aider les pays en développement à mobiliser des recettes intérieures et dans la lutte contre la fraude fiscale est un élément clé dans les efforts pour éradiquer la pauvreté tels que mesurés par les Objectifs du Millénaire pour le développement.  L'augmentation des recettes intérieures de ces pays permet de dépenser plus d'argent sur le développement durable des services publics nécessaires pour atteindre ces objectifs. Des systèmes fiscaux efficaces, justes et durables sont également essentielles pour le renforcement de l'Etat et la promotion de la démocratie ainsi qu'une meilleure gouvernance économique. L'UE s'est engagée à aborder la question de la gouvernance fiscale dans les pays en développement, et d'attirer l'attention au niveau international à l'impact considérable que les taxes ont sur le développement. La fiscalité a des conséquences mondiales - partout dans le monde, les gouvernements perdent des milliards de dollars en revenus chaque année à cause des pratiques fiscales dommageables - les pays développés et en développement sont touchés.  Selon une commission du gouvernement norvégien, les flux d'argent illégaux en provenance des pays en développement ont été au moins sept fois plus élevé que l'aide publique au développement. 

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Fiscalité et développement
    Link Réformer la fiscalité des pays en développement


  4. L'UE : partenaire d'investissement mondial
    2010-04-22
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    L'intérêt et l'implication de l'Union européenne (UE) dans les investissements directs étrangers (IDE) n'a rien de nouveau. Toutefois, ce n'est que relativement récemment que l'on a pu commencer à percevoir les particularités d’une approche européenne spécifique des IDE, en particulier quand on les replace dans un contexte de développement plus large. L'approche a été le mieux mise en évidence pendant les négociations des accords de partenariat économique (APE) en cours avec le groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Bien que la relation entre l’UE et les ACP soit fréquemment présentée (par l'UE) comme un modèle de coopération mutuelle et salutaire entre des États économiquement divergents, en fait, la relation met en évidence des défis politiques et normatifs pour les deux parties. En particulier, bien que l'UE ait cherché à utiliser ses liens avec les pays ACP pour se fabriquer un rôle international unique, la pratique suggère que cette relation est beaucoup plus problématique pour les deux parties. Et ce qui s’était avéré exact pour le commerce dans le passé, s'avère tout aussi exact en ce qui concerne les IDE. Cet article veut aborder de manière critique le rôle de l'UE en tant qu'acteur international en termes d'investissement, en se concentrant en particulier sur les synergies supposées entre les IDE en tant qu'instrument d'aide au développement et les IDE comme moyen de promouvoir une libéralisation du marché. Ce point est particulièrement significatif étant donné que l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne en décembre 2009 a introduit, pour la première fois, la première référence explicite à un investissement étranger dans les dispositions du traité de l'UE.

    Source: Norman Girvan
     


    Link En savoir plus
    Link Rapport sur l´investissement dans le monde
    Link La BEI et les ACP


  5. Principes d’un soutien européen aux pays en développement
    2010-04-22
    Catégorie(s) : Archives, Environnement

    L'engagement d’accorder un nouveau financement destiné à soutenir des mesures de lutte contre le changement climatique dans les pays en développement était l'un des rares domaines dans lesquels des progrès tangibles ont été réalisés pendant la réunion CdP de Copenhague. Compte tenu de ce qui précède, garantir un système qui favorise ces flux financiers vers les pays en développement est un défi immédiat pour la communauté internationale. Cet article examine les modalités d’octroi d’un tel financement par l'Europe.  Un certain nombre de choix s'offrent à l'Europe dans l’immédiat et jusqu'en 2012 : soit continuer à se focaliser sur une mobilisation des fonds, soit concentrer davantage ses efforts sur la conception de circuits de déboursement optimaux dans les pays en développement ; soit poursuivre une série d'initiatives, soit reconnaître une redondance ou une concurrence et y remédier ; et comment s'aligner sur des intérêts mondiaux externes, notamment les États-Unis, pour maintenir en vie le processus de la CCNUCC.

    Source: European Development Co-operation to 2020


    Link En savoir plus
    Link CCNUCC
    Link Les changements climatiques


  6. La Belgique doit montrer l’exemple dans le cadre de sa présidence de l'UE
    2010-04-22
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Une aide au développement suffisante et efficace : la Belgique doit montrer l’exemple dans le cadre de sa présidence européenne! En 2005, lors du sommet du G8 de Gleneagles en Écosse, le G8 déclarait vouloir    «faire disparaître la pauvreté» et doubler l’aide à destination des pays pauvres. Cinq ans plus tard, alors que les Nations Unies sont sur le point d’évaluer les progrès pour l’atteinte des objectifs du millénaire pour le Développement (OMD), les budgets de l’aide publique au développement demeurent insuffisants, en-deçà des promesses et engagements du passé. L’OCDE vient de publier les chiffres de l’Aide publique au Développement pour ses membres en 2009. Le tableau est assez mitigé. L’aide européenne, prise globalement, a diminué à 0,44% du PNB   en 2009 et ne sera pas suffisante pour atteindre l’objectif de 0,56% du RNB en 2010. Seuls 5 Etats sur 23 que compte l’OCDE atteignent ou dépassent l’objectif des 0,7%. En termes d’augmentation de l’effort de l’aide (pourcentage du revenu national brut  ), 10 pays enregistrent une hausse, dont la Belgique (11,5% de plus qu’en 2008). Quant à l’Afrique, qui avait pourtant été identifiée comme prioritaire, elle ne recevra certainement que moins de la moitié de l’aide annoncée en 2005. En cette année charnière vers le délai 2015 fixé pour atteindre les OMD, les enjeux de la quantité, côtoient ceux de la qualité et de la cohérence. Toutefois, les défis posés par les crises globales (alimentaire, climatique, financière) et les biens publics mondiaux sont tels que l’aide publique au développement risque de ne pas être suffisante. C’est pourquoi, au-delà de l’aide, des mécanismes de financement novateurs sont régulièrement réclamés par la société civile. Obtenir des taxes sur les transactions financières, lever des fonds additionnels à l’aide pour lutter contre le réchauffement climatique, obtenir une meilleure régulation des acteurs économiques transnationaux, afin qu’ils respectent des normes sociales et environnementales partout où ils interviennent, sont autant de pistes proposées. Le CNCD-11.11.11 demande à la Belgique de continuer son effort d’augmentation de l’aide et de promouvoir une amélioration de la quantité et de la qualité de l’aide au niveau européen, dans le cadre de la présidence belge du second semestre 2010. Les six mois de présidence belge qui s’annoncent constituent dans ce sens une occasion historique pour la Belgique de pousser la communauté internationale à se doter effectivement des moyens nécessaires à la réussite des objectifs de développement qu’elle s’est fixés.

    Source: Centre National de Coopération au Développement


    Link En savoir plus
    Link Service public fédéral Affaires étrangères
    Link Conseil de l'UE


  7. La CE lance un appel aux États membres pour intensifier et améliorer l'aide
    2010-04-22
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    La Commission européenne a adopté un ambitieux plan d'action destiné à accélérer les progrès de l'UE dans la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD). En 2009, le niveau des aides apportées par l'UE a diminué légèrement pour se situer à 49 milliards d'euros, soit 0,42 % du RNB de l'UE, ce qui est encore loin de l'objectif collectif intermédiaire de 0,56 % du RNB d'ici 2010, puis de 0,7 % du RNB à l'horizon 2015. Prodiguant plus de la moitié de l'aide internationale, l'UE reste le donateur le plus généreux dans le monde. La Commission propose aux États membres un certain nombre d'actions venant à l'appui des OMD. Celles-ci visent à accroître le niveau de l'aide en augmentant son efficacité et en l'orientant davantage vers les pays et secteurs qui en ont le plus besoin. Afin de contribuer au plan d'action, la Commission a aussi adopté une communication sur la fiscalité et le développement, qui a pour objet d'augmenter les revenus nationaux des pays en développement en instaurant des régimes fiscaux plus forts et en luttant contre la fraude fiscale sur le plan international. Le plan d'action expose la position que l'UE pourrait adopter dans la perspective du sommet des Nations unies sur les OMD de septembre prochain.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Le plan d’action de l’UE à l’appui des OMD
    Link L'atlas des donateurs de l'UE


  8. Ce que les Européens pensent de l'agriculture et de la PAC
    2010-04-21
    Catégorie(s) : Développement rural

    Les citoyens européens soutiennent largement les nouveaux objectifs de la politique agricole conduite au niveau de l'Union européenne et sont majoritairement en faveur du maintien de son budget. C’est une des principales constatations d’une enquête consacrée à l’attitude des citoyens vis-à-vis de l’agriculture et de la politique agricole commune. Faisant suite à deux sondages récents du même type réalisés en 2006 et en 2007, cette nouvelle enquête confirme que les orientations et les objectifs de la PAC recueillent une majorité de réactions favorables. Commandée à TNS Opinion par la direction générale de l’agriculture et du développement rural de la Commission européenne, l’enquête a été réalisée entre le 13 novembre et le 9 décembre 2009. Conformément à la méthode classique de l'Eurobaromètre, un millier d’entretiens individuels ont été menés dans chacun des vingt-sept États membres de l’Union européenne.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Le rapport
    Link Eurobaromètre


  9. Positions de Coordination SUD sur la politique UE de développment
    2010-04-20
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Le gouvernement français prépare actuellement une stratégie française pour la politique de développement de l'Union européenne, en parallèle de la rédaction de son document cadre global pour la politique de coopération de la France. Dans cette perspective, Coordination SUD a rédigé un document de position, reprenant les demandes et attentes des différentes commissions de travail de Coordination SUD vis-à-vis de la politique européenne de développement. Le 8 avril dernier, Coordination SUD a rencontré le ministère des Affaires étrangères et européennes (MAEE) pour discuter des modalités de concertation sur cette stratégie. Une nouvelle réunion aura lieu pour discuter plus en détail du contenu de la proposition de stratégie de la France, au cours de laquelle Coordination SUD pourra faire des suggestions, sur la base de son document de position.

    Source: Coordination Sud


    Link En savoir plus
    Link Politique UE de développement
    Link EuropeAid


  10. Les forêts mondiales se retrouvent dans nos toilettes
    2010-04-20
    Catégorie(s) : Environnement

    Alors que la population mondiale augmente et que l'accès aux sanitaires s'améliore, les forêts mondiales sont au centre de la convoitise de l'industrie papetière, avec des entreprises qui se font concurrence pour répondre à la demande croissante des consommateurs pour le papier toilette, le seul papier produit qui ne peut pas être recyclé après usage, affirme le Worldwatch Institute.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link La stratégie forestière de l’Union européenne
    Link Worldwatch Institute


  11. Marché mondial du coton et réforme des politiques
    2010-04-20
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le Cycle de Doha de l’OMC pourrait avoir un impact positif significatif sur les prix mondiaux du coton et pourrait contribuer à l’accroissement de la production et des exportations de coton dans les pays en développement. Toutefois, les chances d’obtenir un tel résultat dépendent largement de la hauteur des réductions en matière de soutien interne adoptées par les Membres de l’OMC. Le faible bilan des réformes internes dans les principaux pays qui octroient des subventions et le refus des États-Unis de se conformer aux recommandations de l’Organe de règlement des différends (ORD) de l’OMC mettent en évidence l’importance des négociations commerciales multilatérales dans le traitement des distorsions importantes qui caractérisent le marché mondial du coton. Les réformes internes unilatérales dans l’UE et aux États-Unis ont eu un impact limité, ou même aucun impact, sur les marchés mondiaux du coton. La réforme de 2003-04 de la Politique agricole commune (PAC) de l’UE a donné lieu à un changement de politique, d’un prix minimum garanti pour le coton en une combinaison de paiements couplés et prétendument découplés. Aux États-Unis, la Farm Bill 2008 a maintenu les subventions au coton essentiellement inchangées, ce qui témoigne de la réticence à se conformer aux décisions du groupe spécial de l’ORD ou aux mandats émanant de la Déclaration ministérielle de Hong-Kong.

    Source: International Centre for Trade and Sustainable Development


    Link En savoir plus
    Link ACP-coton
    Link Produits de base agricoles UE-ACP


  12. Diversification économique – du sucre à l'éthanol
    2010-04-19
    Catégorie(s) : Environnement

    En septembre 2005, la Guyane a signé un accord avec le Brésil voisin afin de nous fournir la technologie nécessaire à la production d'éthanol. En deux mots, l'éthanol est un carburant à haut indice d'octane, fabriqué avec de la canne à sucre et pouvant être utilisé comme alternative ou comme additif à l'essence.
    Étant donné la décision de l'Union européenne de mettre fin au tarif préférentiel des pays ACP, cette technologie nous offre certainement un autre moyen viable de soutenir notre industrie du sucre. Cependant, si nous jouons bien nos cartes, l'éthanol pourrait être bien plus qu'un remède rapide à une situation fiscale angoissante. Il serait sage de nous montrer agressifs dans la mise en œuvre de cette alternative étant donné les prix plus bas que nous obtiendrons sur nos marchés sucriers traditionnels. Ce qui permettrait d'enrayer les pertes d'emploi potentielles chez les travailleurs du secteur sucrier en raison d’une industrie du sucre en recul et de réduire notre dépendance à l'égard des combustibles fossiles importés qui absorbent une part significative de nos recettes en devises étrangères. Le Brésil, qui est le premier producteur de sucre au monde, est aussi le premier producteur d'éthanol de la planète. Le pays a commencé sur une petite échelle dans le but d'être moins tributaire de la hausse du coût de l'essence : le type de carburant qui permet à nos voitures de circuler chaque jour dans les rues. Mais étant donné l’augmentation constante de la demande d'éthanol, le Brésil est devenu un modèle en matière de recherche et d'utilisation de ce nouveau carburant. En fait, la demande d'éthanol au Brésil est tellement élevée qu'on s'attend à ce que deux sur trois voitures neuves vendues soient des voitures à polycarburant (flex fuel). Le 'flex fuel' est un mélange composé de 85% d'éthanol et de 15% d'essence. Un journal écossais a publié un article sur l'accord entre le Brésil et la Guyane. Cet article citait le nouveau président de Ford Brésil : « La demande est incroyable. Je ne crois pas qu’aucune autre technologie ait connu un succès aussi fulgurant ».

    Source: Stabroek News


    Link En savoir plus
    Link Sucre ACP-UE
    Link La production de bioéthanol dans l'UE


  13. L'EFSA publie une analyse des niveaux de dioxine
    2010-04-19
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire

    L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié une analyse des niveaux de dioxines et substances apparentées dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux. Préparé par l’unité ‘Collecte de données et exposition’ de l’EFSA, le rapport se base sur plus de 7 000 échantillons collectés par 21 pays européens entre 1999 et 2008. La Commission européenne a demandé à l’EFSA d’évaluer les niveaux de contamination par les dioxines par rapport aux niveaux maximum établis pour différentes catégories de denrées alimentaires et d’aliments pour animaux au sein de l’UE, afin de protéger les consommateurs. Les dioxines et composés similaires, tels que les polychlorobiphényles de type dioxine (PCB), contiennent toute une série de substances toxiques, formées par des processus de combustion – notamment, l’incinération de déchets ou les incendies de forêts – et certains processus industriels. Leur présence dans l’environnement a diminué depuis les années 1970, suite à des efforts concertés au niveau de l’UE. De faibles niveaux de dioxines sont présents dans de nombreux aliments. Les dioxines n’entraînent pas de problèmes de santé immédiats, mais une exposition à long terme à des niveaux élevés s’est avérée être à l’origine de toute une série d’effets, dont le cancer.  Par conséquent, leur persistance et le fait qu’elles s’accumulent dans la chaîne alimentaire, notamment dans la graisse animale, continuent de susciter des inquiétudes en termes de sécurité. Les niveaux moyens les plus élevés de dioxine et de PCB de type dioxine par rapport au taux de graisse ont été observés dans le foie et les produits dérivés du foie provenant des animaux. Les niveaux moyens les plus élevés par rapport au poids total du produit se trouvent dans le foie de poisson et les produits dérivés de celui-ci. Dans les aliments pour animaux, les niveaux moyens les plus élevés ont été constatés dans l’huile de poisson.

    Source: L’Autorité européenne de sécurité des aliments


    Link En savoir plus
    Link La sécurité alimentaire
    Link Sécurité des denrées alimentaires


  14. Le jeu de l'UE en matière de politique de l'aide
    2010-04-19
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Il semble que les pauvres du monde soient devenus des pions dans une bataille politique autour du nouveau corps diplomatique de l'Union européenne (UE). Catherine Ashton, responsable de la politique extérieure du bloc des 27 pays, insiste pour que la responsabilité de l'aide au développement relève du domaine de compétence du Service européen pour l'action extérieure (SEAE) qu'elle est en train de constituer. Dans de récentes déclarations, Mme Ashton a déclaré que si l'UE veut mener une politique de développement efficace, celle-ci doit être compatible avec ses stratégies plus larges sur des questions telles que la sécurité. Cependant, de nombreux observateurs de la politique européenne soupçonnent la baronne britannique d’être intéressée par la prise de contrôle d'un budget considérable plutôt que par le fait que l'aide au développement doit apporter des avantages tangibles aux pauvres. Avec un montant de 15 milliards de dollars par an, l'aide au développement représente l'un des cinq principaux postes de dépenses gérés par l'organe exécutif européen, la Commission européenne.

    Source: Inter Press News Service Agency


    Link En savoir plus
    Link Service européen pour l’action extérieure
    Link Coopération au développement


  15. Demande d'un seul instrument financier pour le développement
    2010-04-19
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Le ministre espagnol des affaires étrangères, Miguel Ángel Moratinos a inauguré, à Teneriffe, la 19ème assemblée parlementaire ACP-UE, avec les deux co-présidents de cet organe, Louis Michel et Charles Milupi. Quatre cents représentants de l'UE et 78 pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique participaient à l'événement. Dans son discours, le ministre espagnol s’est dit partisan d’une gestion plus efficace de l'aide au développement afin d’éviter que neuf millions de gens meurent de faim au XXIe siècle. Les membres du groupe de travail représentant l’assemblée de l'Union européenne et des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) ont adopté une déclaration commune dans laquelle ils demandent que soit étudiée la viabilité d'un seul instrument financier pour la coopération, de manière à surmonter les difficultés provoquées par l'utilisation à cette fin du Fonds Feder. La principale demande prévue dans le document est celle visant à encourager la création d'une zone de coopération appelée 'espace atlantique euro-africain'. De plus, il y a une volonté de progresser dans le développement de l'insertion régionale ACP-RUP (régions ultrapériphériques) pour stimuler la croissance dans cette zone et garantir la sécurité et la paix dans la région tout entière.

    Source: Présidence espagnole de l'UE


    Link En savoir plus
    Link Assemblée parlementaire paritaire UE-ACP
    Link EuropeAid-ACP


  16. Renforcement de la participation populaire dans l'Union africaine
    2010-04-19

    Le nouveau plan de Catherine Ashton pour un service européen pour l'action extérieure (SEAE) suffira-t-il à conférer à l'UE le statut de puissance mondiale qu'elle revendique ? Rien n'est moins sûr étant donné la taille du colosse diplomatique envisagé, le peu d'empressement des États à lui abandonner une quelconque de leurs prérogatives et les disputes institutionnelles à propos de ses pouvoirs. L'Union africaine (UA) s'est engagée dans une vision de l'Afrique ‘intégrée, prospère et pacifique… dirigée par ses propres citoyens, une force dynamique sur la scène mondiale’ (vision et mission de l'Union africaine, mai 2004). Ce guide tente de relever le défi qui consiste à réaliser cette vision. Il s’agit d’un outil qui doit aider les militants à s'engager dans des politiques et des programmes de l'UA. Il décrit le processus de prise de décision de l'UA et passe brièvement en revue les rôles et responsabilités des institutions de celle-ci. Il comporte également un échantillon d’expériences des organisations non-gouvernementales (ONG) ayant interagi avec l'UA. D'importantes propositions de restructuration de l'UA et de ses organes sont en discussion, le but étant de progresser plus rapidement vers une intégration du continent africain. Ces discussions créent de nouvelles possibilités d'interaction entre la société civile et les organes de l'UA. Ce guide cherche à aider les organisations qui souhaitent avoir recours à l'UA mais ignorent comment s’y prendre. Il leur donne un aperçu des principales institutions et procédures et suggère des moyens pour les influencer.

    Source: Oxfam


    Link En savoir plus
    Link UE-Union Africaine
    Link Union Africaine


  17. IFPRI: Etude sur la réglementation de l'UE en matière de biocarburants
    2010-04-19
    Catégorie(s) : Environnement

    L'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) a publié un rapport intitulé ‘Étude sur les incidences commerciales et environnementales de la réglementation de l'UE en matière de biocarburants’. Il fait partie d'une série de quatre rapports commandés par la Commission européenne pour évaluer quelles sont les incidences de l'objectif de 10% d'énergie renouvelable utilisée d'ici 2020 dans les carburants destinés au transport routier. L'étude utilise un modèle d'équilibre général et planétaire, qui inclut de nombreuses matières de base d'éthanol et de biodiesel de première génération, des produits co-générés, des techniques agricoles, ainsi que l'évolution directe et indirecte de l'utilisation des terres découlant de l'augmentation obligatoire de la consommation de biocarburants. De plus, étant donné qu'il s'agit d'un modèle planétaire, il tient compte de différents scénarios commerciaux multilatéraux et bilatéraux. Les résultats indiquent qu'une évolution de l'utilisation des terres est associée à la réglementation de l'UE, mais que celle-ci permettra malgré tout de réaliser près de 13 millions de tonnes d'économies d'émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le monde sur une période de 20 ans. En outre, les auteurs estiment que la réglementation n'aura qu'un effet négligeable sur les prix alimentaires. En ce qui concerne le biodiesel, et même si l'on tient compte de l'évolution de l'utilisation des terres, l'huile de palme importée reste aussi rationnelle que le colza européen. Cependant, les auteurs précisent que les émissions dues à l'évolution de l'utilisation des terres augmentent rapidement dès qu'un certain seuil est dépassé, ce qui remet en question la durabilité des biocarburants.

    Source: Institut international de recherche sur les politiques alimentaires


    Link En savoir plus
    Link Les actions de l'UE contre le changement climatique
    Link Les biocarburants et UE-ACP


  18. UE : polémique à la Commission au sujet de la pomme de terre GM
    2010-04-19
    Catégorie(s) : Environnement, Sécurité alimentaire

    La Commission européenne a donné son autorisation à l’utilisation de la pomme de terre Amflora pour la production d'amidon et l'industrie du papier. La décision était controversée et les MPE ont interpellé le président Barroso à ce propos. Le 2 mars 2010, la Commission a adopté deux décisions concernant la pomme de terre génétiquement modifiée Amflora : la première autorise la culture dans l'UE de l'Amflora destinée à un usage industriel, et la seconde concerne l'utilisation de sous-produits de l'amidon de l'Amflora dans l'alimentation animale. La décision d'autoriser la culture de l'Amflora marque la fin d'un processus qui avait débuté en Suède en janvier 2003. Les autorisations sont valables pendant 10 ans. Les gouvernements nationaux ne sont pas parvenus à un avis décisif quant à l'approbation ou au rejet de la variété de pomme de terre, ni quand ils ont voté sur la question au sein d’un comité d'experts, ni quand le problème a été soumis aux ministres de l'agriculture. Le commissaire chargé de la santé et de la politique des consommateurs, John Dalli, a commenté la décision et déclaré : « Une innovation responsable sera mon principe de base quand je m’occuperai de technologies innovantes. Après un examen détaillé et approfondi des cinq dossiers de GM en suspens, j’ai compris qu'il n'y a pas de nouveaux problèmes scientifiques méritant une nouvelle évaluation… En prenant ces décisions, la Commission européenne joue son rôle de manière responsable. Ces décisions sont basées sur une série d'évaluations positives en matière sécurité, qui ont été effectuées pendant plusieurs années par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). En parallèle, nous avons entamé aujourd'hui une réflexion sur la manière de combiner un système d'autorisation européen avec la liberté des États membres de décider de cultiver ou non des OGM ».

    Source: FreshPlaza.com


    Link En savoir plus
    Link La CE autorise la culture d’Amflora
    Link Sécurité alimentaire


  19. L'Afrique du Sud devient une zone à haute teneur en carbonne
    2010-04-19
    Catégorie(s) : Environnement

    Avec des niveaux de pauvreté exorbitants et une espérance de vie d'à peine 51 ans, l'Afrique du Sud n'est pas un pays que l'on associe généralement avec des styles de vie extravagants et excessifs, le turbo-consumérisme et des shopping trips à New York. Alors, comment expliquer qu'en Afrique du Sud, les émissions de carbone par habitant dépassent à présent celles de nombreux pays européens. Même s'il est peu probable que la plupart des sud-Africains possèdent jamais leur propre téléviseur à écran plasma ou un Hummer, leur empreinte carbone semble à peine plus légère que celle du Japonais moyen et les émissions de carbone du pays dépassent désormais celles de la France. On comprend mieux la situation si l'on regarde la base industrielle en Afrique du Sud : 60% de l'électricité sud-africaine sont engloutis par l'industrie lourde et la plupart de cette électricité est fabriquée à partir de charbon polluant. Aujourd'hui, cet acteur climatique mondial de premier plan veut une autre centrale électrique au charbon. Celle-ci polluerait autant que les deux usines britanniques les plus polluantes réunies et provoquerait une nouvelle augmentation importante des émissions nationales – et ils veulent que vous payiez pour cela. Loin d’en profiter, les sud-Africains de la rue seront contraints de subsidier cette électricité faussement bon marché au bénéfice de multinationales minières. Il n'est pas surprenant que des mouvements de la société civile africaine encadrent l'opposition à cette évolution.

    Source: The Guardian


    Link En savoir plus
    Link Appel de la société civile
    Link Empreinte Carbone


  20. La BEI soutient l'installation d'éoliennes à Vanuatu
    2010-04-19
    Catégorie(s) : Environnement

    La BEI vient d'accorder un prêt à long terme de 4,3 millions d'EUR (650 millions de vatus) pour appuyer la construction d'un parc éolien de 2,75 MW sur l'île d'Éfaté, à 12 km à l'ouest de la capitale, Port Vila. Ce projet, qui porte sur la construction du premier parc éolien de l'archipel de Vanuatu, a pour but d'aider le pays à faire face à la croissance de ses besoins énergétiques. On escompte qu'il servira de référence pour d'autres pays insulaires du Pacifique qui sont confrontés aux mêmes problèmes énergétiques caractéristiques de ces terres reculées.

    Source: Banque européenne d'investissement


    Link En savoir plus
    Link La BEI et les pays ACP
    Link L'UE et Vanuatu


  21. Pacifique Sud: Convention sur la pêche
    2010-04-19
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    En 2006, les gouvernements de l'Australie, du Chili et de la Nouvelle-Zélande ont pris l'initiative de lancer le processus de consultations internationales sur la création de l'organisation régionale de gestion de la pêche du Pacifique Sud (SPRFMO). Le but des consultations était de coopérer pour combler les lacunes en matière de conservation et de gestion au niveau international des pêcheries autres que celles de grands migrateurs ainsi que de protection de la biodiversité du milieu marin dans les zones de haute mer du Pacifique Sud, conformément au droit international et aux meilleures pratiques. L'Union européenne a des intérêts en matière de pêche dans le Pacifique Sud et est donc tenue, en vertu de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, de coopérer avec les autres parties intéressées pour la gestion et la conservation des ressources de la région. L'Union a participé à ce processus dès le début et y a joué un rôle actif et constructif. Le texte de la convention a été adopté en novembre 2009 et est ouvert à la signature depuis le 1er février 2010. Il est souhaitable que l'Union signe le texte de la convention à très bref délai, afin de montrer l'exemple et d'affirmer un soutien résolu à la mise en place de cette ORGP (organisation régionale de gestion de la pêche). En annexe la Décision du Conseil relative à la signature, au nom de l'Union européenne, de la convention sur la conservation et la gestion des ressources halieutiques en haute mer dans le Pacifique Sud.

    Source:


    Link En savoir plus
    Link SPRFMO
    Link Convention NU sur le droit de la mer


  22. Dialogue Structuré - Pour un partenariat efficace pour le développement
    2010-04-19
    Catégorie(s) : Environnement

    Le Dialogue Structuré est une initiative lancée par la Commission Européenne (CE) afin d'aborder la participation des organisations de la société civile et des autorités locales dans la coopération au développement de la CE. Il a pour but d'améliorer l'efficacité de l'ensemble des parties prenantes engagées dans la coopération européenne, en se basant sur les débats européens et globaux actuels. Le lancement officiel a eu lieu le 23 mars.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Blog du dialogue structuré
    Link Agenda d'Accra pour l'action


  23. De Boer : les objectifs climatiques 2020 de l'UE, de la rigolade
    2010-04-19
    Catégorie(s) : Environnement

    Yvo de Boer, secrétaire exécutif de la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC), a déclaré que l'UE n'était pas parvenue à convaincre le monde en développement qu'elle était sérieuse en termes de réchauffement climatique. S'exprimant de manière très franche, ce qui est assez inhabituel, lors d'une audition devant le Parlement européen mercredi (14 avril), M. De Boer a déclaré que les négociations climatiques de l'ONU à Copenhague l'an dernier avaient été dominées par un sentiment de suspicion. La conférence onusienne de décembre a accouché d'un accord vague, l'Accord de Copenhague, qui a laissé l'Europe déçue parce qu'il ne contient aucun engagement ferme de la part des nations mondiales pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pour beaucoup, la lenteur de ce processus peut s'expliquer par le sentiment de suspicion, en particulier de la part des pays en développement, a déclaré M. De Boer, qui démissionnera de la CCNUCC en juillet pour entrer au service de l'entreprise de consultance KPMG comme conseiller. La confiance n'existe tout simplement pas, a-t-il dit.Les dirigeants européens se référaient de manière systématique à l'objectif 2020 de l'UE de réduire les émissions de 20 % par rapport aux niveaux de 1990 comme étant l'objectif le plus ambitieux dans le monde. Toutefois, le responsable climatique de l'ONU a laissé entendre que cet objectif serait en réalité facile à atteindre, soulevant les suspicions de la part des pays en développement, qui craignent un simple écran de fumée. Beaucoup de discussions que vous avez en Europe ne sont pas très privées, a-t-il dit. Et le reste du monde sait que la Commission européenne a dit aux pays de l'UE que parvenir à une réduction de 20 % était facile et que viser 30 % ne ruinerait pas l'économie européenne. Donc les pays dans le reste du monde se posent une question : si cela est vrai, pourquoi la baisse de 30 % n'est-elle désormais plus sur la table ?, a-t-il expliqué.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Copenhagen Accord
    Link DG environnement



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1