Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 231]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 231]
Date d'envoi: 2010-07-09 16:16:56
Publication #: 43
Contenu:
CTA Newsletter
 
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.

  1. Financement de l'agriculture
  2. Notre invité vidéo: Mme Karen Hoehn, DSW
  3. Principaux évènements ACP-UE pour la semaine du 12 au 16 Juillet 2010
  4. Révision de l'évaluation des incidences sur l'environnement
  5. Feu vert du Parlement à la proposition d’adhésion de l’Islande à l'UE
  6. L’UE prend de nouvelles mesures en matière d'investissements
  7. Commerce agricole de l’UE: à nouveau sur les rails ?
  8. La Commission fournit des informations sur les bénéficiaires de fonds UE
  9. Dessiner contre la pauvreté: rencontrez les 14 lauréats du concours
  10. Service diplomatique européen: l'accord de Madrid entériné
  11. Statut économique et infection à VIH dans les pays africains
  12. Nouvel accord entre producteurs et consommateurs de cacao
  13. Chastel présente les priorités du programme de la présidence belge
  14. PAC : appel d'offres relatif à une évaluation des programmes
  15. L'acrimonie à l'égard de l'APE touche peut-être à sa fin
  16. La compétitivité internationale du modèle agroalimentaire européen
  17. SADC: Un accord commercial 'controversé' de l'UE est fortement
  18. Libérer les possibilités qu’offre le manioc aux petits agriculteurs
  19. Hongrie : extension de l'interdiction d'achat des terres par les étrangers
  20. Signature de partenariat entre le Groupe BANK OF AFRICA et l'AFD
  21. Nouvelles règles d’étiquetage européennes, y compris un nouveau logo bio
  22. L'UE contribue pour 30 millions € à la promotion des produits agricoles
  23. Prix alimentaires: une nouvelle législation s'impose
  24. Projet d’élaboration de la grille de la légalité des produitsde la filière 'bois'


  1. Financement de l'agriculture
    2010-07-09
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le 20ème Briefing de Bruxelles sur le développement aura pour thème:  le  Financement de l'agriculture et aura lieu le 15 septembre (8h30-13h00). En tant que contribution au Sommet des Nations Unies sur les OMD, qui se tiendra à New York les 22-26 Septembre 2010, nous allons discuter de questions liées au financement du développement dans le contexte de l’agriculture et du développement rural. Il s’agira notamment des questions liées à l ‘aide et à  l’apport  publique au développement, la fiscalité (les recettes fiscales intérieures), l’investissement privé (bailleurs de fonds nouveaux) et la génération de revenus.

    Pour plus d’information, veuillez contacter : lopes@cta.int ou boto@cta.int


    Link Briefings de Bruxelles
    Link Vidéos du dernier Briefing
    Link Briefings précédents


  2. Notre invité vidéo: Mme Karen Hoehn, DSW
    2010-07-09
    Catégorie(s) : Archives, Efficacité Aide, Développement rural

    Notre invité pour la semaine est Mme Karen Hoehn, Directrice adjointe et Directrice des Affaires Internationales à la Fondation Allemande pour la Population Mondiale (DSW) à Bruxelles. Dans cette interview, Mme Hoehn explique le travail du bureau de liaison de DSW à Bruxelles. Sur le fond, Mme Hoehn parle des défis à relever dans le domaine de la santé reproductive et de la jeunesse dans le milieu rural. Plus particulièrement, Mme Hoehn insiste sur la question de financement du développement dans les pays donateurs et dans les pays en voie de développement. Elle nous livre aussi quelques détails sur l’approche de la DSW dans l’éducation des jeunes dans le milieu rural en Afrique.
    Link Voir la vidéo
    Link DSW Bruxelles
    Link Santé et droits en matière de procréation


  3. Principaux évènements ACP-UE pour la semaine du 12 au 16 Juillet 2010
    2010-07-09
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Parlement Européen (Bruxelles):
    - 12 au 13 Juillet : Réunion de la Commission du développement
    - 12 au 15 Juillet : Réunion de la Commission Agriculture et développement rural
    Présidence UE :
    - 12 Juillet (Bruxelles): Conseil Agriculture et pêche
    -12 au 13 Juillet (Gant) : Réunion informelle des ministres de l'environnement
    -13 Juillet (Bruxelles) : Conseil des affaires économiques et financières
    Secrétariat ACP (Seychelles) :
    -13 au 16 Juillet : 5ème Réunion régionale Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter notre calendrier à la page http://bruxelles.cta.int/


    Link Parlement européen
    Link Présidence belge de l'UE
    Link Secrétariat ACP


  4. Révision de l'évaluation des incidences sur l'environnement
    2010-07-09
    Catégorie(s) : Environnement

    La Commission européenne a lancé une vaste consultation publique sur la révision de la législation relative à l'évaluation des incidences sur l'environnement (EIE). La consultation porte sur des sujets tels que la vérification préliminaire des projets pour l'EIE, la qualité du processus d'EIE, l'harmonisation des exigences relatives à l'évaluation entre les États membres, les difficultés transfrontalières rencontrées lorsque les projets concernent plus d'un État membre, le rôle des autorités compétentes et la création de synergies avec d'autres politiques de l'UE, telles que celles en matière de changement climatique et de biodiversité. Les résultats de la consultation seront pris en compte lors de l'examen que la Commission effectuera l'année prochaine. Toutes les parties intéressées – citoyens, parties prenantes et organisations concernées par les évaluations environnementales – sont invitées à répondre à la consultation publique avant le 24 septembre 2010. Le questionnaire est disponible dans les 22 langues de l'Union.

    Source: Commission Européenne


    Link En savoir plus
    Link Le document de consultation
    Link Pour plus d’informations sur la directive EIE


  5. Feu vert du Parlement à la proposition d’adhésion de l’Islande à l'UE
    2010-07-08
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Commerce ACP-UE

    Le Parlement européen a favorablement accueilli la candidature de l’Islande pour rejoindre l’UE dans un futur proche, mais a également appelé le pays à cesser complètement la pêche à la baleine comme condition préalable, dans une résolution adoptée mercredi (7 juillet). Les eurodéputés ont soutenu la récente décision des dirigeants européens d’ouvrir le dialogue sur l’adhésion du pays nordique, lequel, suite à la dévastation de son système bancaire dans la crise financière globale, espère rejoindre le bloc d’ici 2012. La résolution, ébauchée par l’eurodéputé roumain Cristian Dan Preda (Parti Populaire Européen), prend note de la forte culture démocratique du pays et déclare que l’adhésion de l’Islande permettra à l’UE de jouer un rôle plus actif dans la région arctique. L’adhésion islandaise à l’Espace Economique Européen (EEE) signifie qu’une grande partie de ses lois sont déjà en accord avec celles de l’UE. Cependant, des négociations seront de mise dans un certain nombre de domaines politiques – à savoir l’agriculture, l’industrie de la pêche, les impôts, les politiques économiques et financières et les relations externes. L’organisation et le fonctionnement d’un système de supervision financière – la faiblesse institutionnelle principale de l’économie du pays – requerra des réformes particulièrement importantes, ont affirmé les eurodéputés.

    Source: Euractiv

     


    Link En savoir plus
    Link L' UE et l'Islande
    Link DG Elargissement


  6. L’UE prend de nouvelles mesures en matière d'investissements
    2010-07-08
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    La Commission européenne a pris aujourd’hui deux initiatives qui constituent une première étape vers une politique européenne globale en matière d’investissements internationaux. Un document stratégique expose comment les nouvelles compétences de l’UE en matière d’investissements directs étrangers peuvent être utilisées pour stimuler la compétitivité et les échanges, favorisant ainsi la croissance et l’emploi. En même temps, un projet de règlement fixe des dispositions transitoires proposant des garanties sur les traités d’investissements bilatéraux existants ou en cours de négociation entre l'UE et des pays tiers. En vertu du traité de Lisbonne, la politique d’investissement sera conçue et gérée au niveau européen, donnant à l’UE une marge de négociation renforcée pour fournir à l'ensemble des entreprises européennes une meilleure protection en matière d’investissements. Karel De Gucht, commissaire européen chargé du commerce, a déclaré: «Pour prospérer, les investisseurs européens ont besoin d’un environnement économique ouvert, sain et prévisible. Les présentes propositions visent donc à renforcer la capacité de l’UE d’assurer des conditions équitables aux investisseurs. À long terme, une politique d’investissement globale permettra à l’Europe de rester l’acteur mondial numéro un dans le domaine des investissements directs étrangers, assurera les meilleures conditions possibles à l’ensemble des entreprises européennes et favorisera la croissance et l’emploi durant cette période charnière.»

    Les mesures en matière d’investissements se fondent sur deux documents: premièrement, le document de stratégie «Vers une politique européenne globale en matière d’investissement international», qui examine comment les meilleures pratiques en matière de politique d’investissement peuvent contribuer à une croissance intelligente, durable et inclusive – autant d'objectifs de la stratégie Europe 2020. Deuxièmement, une proposition de règlement, qui établirait des modalités transitoires concernant les accords d’investissements bilatéraux que les pays de l’UE ont conclu avec d’autres régions du monde avant le traité de Lisbonne. Dans ce domaine, la Commission assure à la fois une certitude juridique aux investisseurs de l’UE et aux investisseurs étrangers sans pour autant empêcher l'UE de négocier de nouveaux traités d'investissement au niveau européen.

    Source: Commission européenne


    Link E savoir plus
    Link Fiche questions-réponses
    Link Document stratégique et projet de règlement


  7. Commerce agricole de l’UE: à nouveau sur les rails ?
    2010-07-07
    Catégorie(s) : Développement rural, Commerce ACP-UE

    Les évolutions récentes du commerce agricole, en particulier dans le commerce de l’UE et ses résultats par rapport à d’autres acteurs mondiaux de premier plan sont le sujet du dernier MAP. L’UE demeure le premier bloc commercial dans le monde. Parallèlement, les Etats-Unis sont le premier exportateur de produits agricoles et restent de loin le plus grand importateur au monde. Dans cette newsletter de la DG Agriculture de la Commission européenne, l’impact de la récente crise économique sur le commerce est pris en compte. Le commerce a joué un rôle essentiel en stimulant la croissance économique mondiale pendant des décennies. Au cours des dernières années, nous avons assisté à une croissance spectaculaire du commerce agricole mondial avant la récession. Cette croissance a été aidée par le fait que de nombreuses entreprises organisent de plus en plus leur production selon des chaînes de production mondiales. En 2009, la crise économique a fait sentir ses effets avec une forte baisse de 13% de la valeur du commerce agricole mondial. Après plusieurs années de croissance consécutive, le commerce agricole de l’UE a également régressé. Les exportations ont diminué de 8% en valeur par rapport à 2008, tandis que les possibilités offertes aux exportateurs de l’UE étaient limitées par le ralentissement économique des marchés clés. Les exportations vers la Russie, le deuxième plus grand marché de l’UE, ont baissé de 21%, tandis que les ventes aux Etats-Unis, qui restent notre premier marché, ont baissé de plus de 8%.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link DG Agriculture
    Link ACP-UE Commerce


  8. La Commission fournit des informations sur les bénéficiaires de fonds UE
    2010-07-07
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    La Commission européenne a rendu publique l'identité des bénéficiaires de fonds de l'UE en 2009 dans des domaines d'action comme la recherche, l'éducation et la culture, l'énergie et les transports ou encore l'aide extérieure. La base de données en ligne, qui contient aujourd'hui plus de 114 000 entrées remontant jusqu'en 2007, a fait l'objet d'améliorations offrant des possibilités de recherche supplémentaires. À présent, elle procure aussi des renseignements sur les dépenses administratives de la Commission. M. Janusz Lewandowski, membre de la Commission européenne chargé de la programmation financière et du budget, a déclaré: «Très peu d'administrations publiques dans le monde ont poussé aussi loin la transparence financière. Nous procurons aux citoyens européens un accès aisé à des informations détaillées sur les bénéficiaires de nos subventions et contrats. J'ai la conviction que cette démarche contribuera à renforcer l'obligation de rendre compte et à améliorer la qualité des dépenses de l'UE.»

    Le système de transparence financière

    Lancé en 2008, le système de transparence financière (STF) fournit des informations sur les bénéficiaires de lignes budgétaires gérées directement par la Commission et ses agences exécutives. Ces données sont accessibles par le biais d'un moteur de recherche sur l'internet comportant différents critères de recherche, tels que le pays du bénéficiaire, le nom du programme ou le montant. Les informations, qui sont extraites des comptes de la Commission, sont fondées sur les montants financiers engagés dans le budget en faveur d'un bénéficiaire donné. Cette année, pour la première fois, la base de données intègre les marchés publics passés par la Commission pour sa gestion journalière.

    Source: Commission européenne


    Link Read more
    Link Le STF
    Link Les bénéficiaires de l'UE


  9. Dessiner contre la pauvreté: rencontrez les 14 lauréats du concours
    2010-07-07
    Catégorie(s) : Archives

    Quatorze enfants venant des quatre coins de la planète ont remporté le concours international de dessin sur l'égalité entre les hommes et les femmes, lancé par la Commission le 8 mars 2010, à l'occasion de la journée internationale de la femme. Ils se verront offrir chacun un prix d'une valeur de 1 000 euros, qui servira à acheter des livres ou des ordinateurs, à payer les frais de scolarité ou les droits d'accès aux bibliothèques, ou encore à se procurer d'autres supports didactiques. Ils ont été environ 50 000 enfants de 8 à 10 ans issus de 61 pays d'Afrique, d'Asie, des Caraïbes, du Pacifique, d'Amérique latine, de la Méditerranée, du Moyen-Orient et des pays voisins de l'est de l'Union européenne à exprimer dans un dessin leur vision du thème de l'égalité entre les hommes et les femmes, où comment des filles et des garçons, des femmes et des hommes peuvent contribuer ensemble à bâtir un monde meilleur. Les dessins gagnants seront exposés à Bruxelles entre le 9 et 26 novembre 2010.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Les dessins gagnants 2010
    Link Plan d'action de l'UE sur l'égalité des genres


  10. Service diplomatique européen: l'accord de Madrid entériné
    2010-07-07

    Deux semaines après la conclusion de l'accord de Madrid sur le Service européen d'action extérieure (SEAE), les recommandations sur l'organisation et les méthodes de travail du futur service diplomatique, énoncées dans le rapport d'Elmar Brok (PPE, DE), ont été approuvées par la Commission des Affaires étrangères ce mardi. Le nouveau service diplomatique est l'une des innovations majeures du traité de Lisbonne. Bien que le Parlement n'ait été formellement que consulté sur l'organisation et le fonctionnement du SEAE, les députés ont obtenu lors des négociations des modifications substantielles par rapport à la proposition initiale, en date du mois de mars, de la Haute représentante de l'Union européenne (HR), Catherine Ashton.
    Coopération extérieure
    Le contrôle des instruments financiers extérieurs de l'UE (politiques de développement et de voisinage) restera de la compétence de la Commission, contrairement à la proposition initiale de Mme Ashton, qui souhaitait donner plus de pouvoir au SEAE dans ce domaine. Les propositions de changements dans la politique de développement (Fonds européen de développement et Instrument de coopération au développement), seront établies conjointement par le SEAE et la Commission, sous la responsabilité du commissaire, puis présentées conjointement pour approbation par le Collège des commissaires.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link SEAE
    Link DIscours de Catherine Ashton


  11. Statut économique et infection à VIH dans les pays africains
    2010-07-06
    Catégorie(s) : Archives

    Une étude de la relation entre la prévalence de l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et les facteurs structuraux sous-jacents de la pauvreté et de la richesse a été menée dans plusieurs pays africains et publiée dans le bulletin de juillet 2010 de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).La relation entre la prévalence de l’infection à VIH et le quintile de richesse des ménages ne suivait pas une tendance similaire dans tous les pays :
    -les taux d’infection par le VIH dans les pays à haut revenu n’augmentaient pas avec le niveau de richesse ;
    -en Tanzanie par exemple, la relation entre richesse et infection par le VIH pouvait évoluer au cours du temps dans un contexte donné, avec une baisse de la prévalence dans les groupes les plus aisés se produisant en même temps que l’augmentation de cette prévalence parmi les femmes pauvres.

    Les résultats de cette enquête montrent donc que la richesse, comme la pauvreté, peuvent conduire à des comportements potentiellement dangereux ou protecteurs. Il faut donc tenir compte de ces constatations pour mettre au point des interventions mieux ciblées contre le VIH dans les pays africains.

    Source: femmesida.veille.inist.fr


    Link En savoir plus
    Link Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé
    Link Justin Parkhurst


  12. Nouvel accord entre producteurs et consommateurs de cacao
    2010-07-06
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural

    Producteurs et consommateurs de cacao se sont entendus pour assurer une meilleure transparence des marchés et un développement durable de la filière débouchant sur des politiques de pris équitables. Convoqués sous les auspices de la Cnuced, la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement, c’est par consensus qu’ils ont approuvé un nouvel accord international sur le cacao. Il entrera en vigueur en 2012 à l’échéance de l’actuelle entente. Les 42 pays concernés – il s’agit des principaux exportateurs et acheteurs de fèves – s’étaient donnés pour objectif de mettre en place des mécanismes de contrôle, de stimulation des échanges, de renforcer la qualité du cacao et de permettre par un vaste échange d’informations d’assurer la stabilité du marché. Des deux côtés on a manifesté un grand intérêt quant aux prévisions de production et de consommation. Alors que les signataires – ils réalisent 80% de la production et 60% des importations – s’attendent à connaître un marché en légère évolution il convenait de promouvoir d’une part la qualité et de l’autre d’assurer aux pays essentiellement tournés vers cette production un avenir meilleur. Placées sous la présidence d’Alain Gauze, ancien ministre des Matières premières de Côte d’Ivoire et actuel ambassadeur à Genève, les négociations menées une semaine durant ont été relativement rudes. Mais la Cnuced qui entend retrouver le rôle qu’elle a tenu jadis dans la régulation des marches des produits de base a facilité le rapprochement des protagonistes. Il fut d’autant plus aisé qu’il ne s’agissait pas d’élaborer une échelle de prix, pas plus de mettre en place et de gérer un stock régulateur. Cette formule a été abandonnée depuis longtemps. Au final l’accord va faciliter les relations entre producteurs et consommateurs notamment à propos des stocks de fèves, des produits dérivés et du beurre de cacao. Pour Alain Gauze le nouvel accord va assurer à la filière cacao « un développement durable et équilibré. »

    Source: connectionivoirienne.net


    Link En savoir plus
    Link CNUCED
    Link Délégation UE en Côte d'Ivoire


  13. Chastel présente les priorités du programme de la présidence belge
    2010-07-06

    Ce 5 juillet, le Secrétaire d’Etat Olivier Chastel a présenté le programme de la présidence belge du Conseil de l’Union européenne devant la Conférence des organes spécialisés en affaires communautaires. La COSAC est un organe de coopération réunissant les commissions des parlements nationaux spécialisées dans les affaires européennes et des représentants du Parlement européen. Ces réunions se déroulent généralement dans la capitale du pays qui exerce la présidence de l'UE. « Nous nous focaliserons sur 6 grandes priorités pour l’Europe », a déclaré Olivier Chastel auprès des représentants de cette assemblée. La 1ère concerne la sortie de crise et le retour à la croissance économique. Pour la présidence belge, notre effort portera sur les initiatives législatives qui visent à renforcer la supervision du secteur financier. En outre, pour Olivier Chastel, « la mise en place du Comité européen de risque systémique ainsi que du système européen de surveillance financière chargé au travers de trois autorités de superviser le secteur bancaire, celui des assurances et celui des marchés financiers est urgente ». L’urgence vaut également pour le projet de directive sur les gestionnaires de fonds d’investissement visant à réguler, entre autres, les fameux « hedge funds » (fonds spéculatifs).

    Source: Présidence belge de l'UE


    Link En savoir plus
    Link COSAC
    Link Olivier Chastel


  14. PAC : appel d'offres relatif à une évaluation des programmes
    2010-07-06
    Catégorie(s) : Développement rural

    La Commission européenne a lancé un appel d'offres relatif à une évaluation post-ex des programmes de développement rural (PDR) 2000-2006 financés par le FEOGA (Fonds européen d'orientation et de garantie agricole). L'objectif de cette évaluation est double : tout d'abord, donner une évaluation complète de la pertinence, de la cohérence, de l'efficacité et du caractère rationnel des différents programmes et mesures de développement rural et, en deuxième lieu, définir les facteurs qui influencent la contribution de ces mesures aux futures priorités de la politique de développement rural. L'évaluation portera en particulier sur les aspects suivants : (i) la pertinence de la politique, sa cohérence et sa complémentarité avec d'autres instruments ; (ii) le contenu et la cohérence des PDR ; (iii) l'impact, l'efficacité et le caractère rationnel des programmes et mesures ; (iv) les systèmes de mise en œuvre, le contrôle et l'évaluation. L'évaluation concernera la totalité des 25 États qui ont été membres de l'UE pendant au moins une partie de la période 2000-2006. Elle combinera une synthèse des rapports d'évaluation post-ex au niveau des programmes, des études et des travaux sur le terrain. Le budget maximal alloué à ce projet d'évaluation s'élève à € 550 000. La date limite de dépôt des offres est le 16 août 2010. La Commission a l'intention d'attribuer le marché avant la fin 2010, après évaluation des offres reçues. L'attributaire devra procéder à l'évaluation dans les 10 mois de la signature du contrat.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Avis de marché


  15. L'acrimonie à l'égard de l'APE touche peut-être à sa fin
    2010-07-06
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Les ministres du commerce d'Afrique australe se sont engagés à signer un accord de partenariat économique (APE) considérablement réduit avec l'Union européenne (UE) avant la fin de l’année 2010. Cet engagement pourrait-il être la conclusion de plusieurs années de négociations conflictuelles ? C'était une simple phrase dans le projet de procès-verbal de la rencontre des ministres de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) qui s'est tenue à Gaborone le 17 juin : « Les ministres ont pris bonne note de la stratégie proposée par de hauts fonctionnaires et visant à conclure un APE global d'ici la fin 2010. » Un calendrier dans le document présente ensuite les grandes lignes de la signature d'un APE global et de sa notification à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) d'ici la fin de l'année.
    La décision peut sembler soudaine après les escarmouches qui ont entouré le pacte commercial controversé qui définit un régime tarifaire réciproque sur les marchandises entre les pays et l'UE. Pas plus tard qu'en mai 2010, le ministre namibien du commerce Hage Geingob avait défendu l'opposition de son pays à l'APE devant le parlement en accusant l'UE d'intimidation à l'égard de ses homologues d'Afrique australe beaucoup plus modestes. Bien que des progrès considérables aient été réalisés pendant une séance de négociation technique de haut niveau qui s'est tenue à Bruxelles début mai, quelques problèmes importants subsistent et pourraient faire reporter la signature à l'année prochaine. Un analyste indépendant de la politique commerciale, Wallie Roux, basé à Windhoek, a déclaré à IPS qu'il ne pense pas que la date butoir de décembre 2010 sera respectée.

    Source: Inter Press News Service Agency


    Link En savoir plus
    Link APE-SADC
    Link AC¨P-UE Commerce


  16. La compétitivité internationale du modèle agroalimentaire européen
    2010-07-06
    Catégorie(s) : Développement rural

    La 3025ème session du Conseil sur l'agriculture et la pêche qui s'est tenue au Luxembourg le 29 juin 2010 a débattu de la compétitivité internationale du modèle agro-alimentaire européen.
    Dans le cadre du droit international, il est important, en ce qui concerne les normes de l'UE, de reconnaître la nécessité de conditions de concurrence équitables entre les producteurs de l'UE et des pays tiers qui tiennent compte des exigences des consommateurs et des préoccupations sociétales (telles que la qualité, la santé, l'environnement et le bien-être des animaux). Des systèmes de contrôle efficaces dans les États membres constituent un élément clé. Il est important de garantir des contrôles sanitaires et phytosanitaires efficaces aux points d'entrée convenus aux frontières extérieures de l'UE ou, le cas échéant, sur les lieux de destination.
    • À cet égard, le Conseil attend avec impatience de recevoir le rapport et les éventuelles propositions que lui soumettra la Commission d'ici la fin de l’année 2010 en ce qui concerne l'efficacité et la cohérence des contrôles sanitaires et phytosanitaires à l'importation de denrées alimentaires, d'aliments pour animaux, d'animaux et de végétaux. Et ce, afin de maintenir un bon fonctionnement du cadre communautaire sur les importations.
    • Au niveau international, la promotion du modèle passera par sa reconnaissance dans les négociations internationales, ce qui renforcera le rôle de l'Union européenne en tant qu'acteur important dans l'établissement de règles internationales. Le rôle des systèmes de qualité, notamment les indications géographiques, devrait être renforcé afin d’en exploiter pleinement le potentiel.

    Source: Conseil de l'Union européenne


    Link En savoir plus
    Link Agriculture dans l'UE
    Link Agriculture et Développement Rural


  17. SADC: Un accord commercial 'controversé' de l'UE est fortement
    2010-07-06
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le secrétaire exécutif de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) Tomáz Salomão a critiqué l'Union européenne (UE) pour avoir tenté 'd'imposer' un accord de libre-échange préférentiel aux pays de la région. L'an dernier, l'UE a signé un accord de partenariat économique (APE) provisoire avec le Botswana, le Lesotho et le Swaziland afin de faciliter la libre circulation des marchandises entre les deux régions. Ces pays forment avec l'Afrique du Sud et la Namibie, l'Union douanière d'Afrique australe (SACU) qui a cent ans. Aucun membre de la SACU n'est autorisé à négocier un accord de libre-échange avec d'autres régions sans l’accord de l’ensemble des membres de l'Union. La décision du Botswana, du Lesotho et du Swaziland a entraîné la menace de l'AS de se retirer de l'union douanière, ce qui aurait des conséquences économiques désastreuses pour les trois pays étant donné que leurs revenus sont lourdement tributaires du mécanisme de répartition des recettes de la SACU, lui-même fortement subventionné par l'AS qui est l'économie la plus puissante de la région.

    Source: Trade Law Center for Southern Africa


    Link En savoir plus
    Link APE-SADC
    Link L'accord de Cotonou


  18. Libérer les possibilités qu’offre le manioc aux petits agriculteurs
    2010-07-06
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Développement rural

    L’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) et Farm Concern International sont conscients du fait que le manioc est une culture capable de lutter contre la pauvreté et la sécheresse en Afrique. Ils ont lancé un programme de 3 ans qui aidera 30 000 petits agriculteurs au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie à accroître la production de manioc à usage alimentaire et industriel en le transformant au niveau du village.
    Le projet, qui est le premier de ce type dans cette région, porte le nom de 'Cassava Village Processing Project' (CVPP). Afin de dynamiser les possibilités de revenus des petits agriculteurs et dépasser le cadre d’une utilisation du manioc purement alimentaire, le projet utilisera un modèle dans lequel pour chaque parcelle de terrain semée de manioc, environ un huitième des produits seront destinés à l’autoconsommation tandis qu’entre un quart et la moitié de la production sera affectée à un usage industriel.  Pendant la phase initiale, les communautés se mobiliseront pour créer 120 unités de transformation villageoises, appelées 'villages commerciaux'. Celles-ci permettront aux agriculteurs de se reconvertir en producteurs commerciaux et semi-transformateurs de manioc, ayant des liens avec des fabricants d’aliments pour animaux. Bien que le manioc soit une culture résistante à la sécheresse et capable de pousser dans des sols peu fertiles, sa grande périssabilité et son volume en limitent le transport et l’utilisation massive sur le marché, ce qui le confine aux marchés autour des villages de production. La valeur ajoutée au niveau du village devrait permettre de relever ce défi en améliorant considérablement la gestion de la chaîne d'approvisionnement, la gestion post récolte et le stockage prolongé.

    Source: Alliance for a Green Revolution in Africa


    Link En savoir plus
    Link Manioc
    Link Faire progresser l'agriculture africaine


  19. Hongrie : extension de l'interdiction d'achat des terres par les étrangers
    2010-07-06
    Catégorie(s) : Développement rural

    Le traité d'adhésion de la Hongrie à l'Union européenne de 2004 interdisait aux étrangers d'acheter des terres jusqu'en 2011 afin d’empêcher de riches investisseurs européens de s'emparer de vastes surfaces de terre arable dans le nouvel État membre. Les mêmes clauses transitoires ont été négociées par d'autres nouveaux venus ex-communistes comme la Pologne et la République tchèque. Le nouveau ministre hongrois de l'agriculture, Sandor Fazekas, a déclaré à Reuters que la Hongrie avait l’option de prolonger le moratoire de trois ans au-delà de 2011, sous réserve d'approbation des États membres de l'UE.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Traité de Lisbonne
    Link Accaparement des terres


  20. Signature de partenariat entre le Groupe BANK OF AFRICA et l'AFD
    2010-07-05

    Le Groupe BANK OF AFRICA et l’Agence Française de Développement signent un partenariat pour contribuer au financement des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et des professionnels sur le continent africain. Le dynamisme du secteur privé joue un rôle central pour réduire la pauvreté et soutenir la croissance économique en Afrique subsaharienne, notamment grâce à la création d’emplois durables et à l’augmentation des revenus. Le groupe AFD encourage et soutient l’investissement des PME du continent africain et des pays de sa zone d’intervention, au travers de plusieurs outils créés au bénéfice des systèmes financiers locaux. Le Groupe BANK OF AFRICA (BOA) dispose d’une expérience africaine unique acquise au cours de près  trente années de développement continu de son réseau en Afrique de l’Ouest et de l’Est, à Madagascar et, plus récemment, en Afrique Centrale. Les Banques du réseau BOA sont des acteurs dynamiques de la croissance économique des pays où elles sont implantées et jouent un rôle moteur dans le financement de l’économie et du secteur privé, en favorisant l’accès au crédit à tous les acteurs économiques, dont les professionnels et les Petites et Moyennes Entreprises. En vertu de l’accord conclu, l’Agence Française de Développement garantira à hauteur de 50 % et d’une enveloppe globale de 28 millions d’Euros environ le risque assumé par les Banques du réseau BOA dans leur activité de financement des entrepreneurs. Les crédits visés sont les crédits d’investissement de montant unitaire inférieurs à 300 000 EUR. Le mécanisme de garantie est simple et rapide.

    Source: Agence française de développement


    Link En savoir plus
    Link Le Groupe BANK OF AFRICA
    Link CDE


  21. Nouvelles règles d’étiquetage européennes, y compris un nouveau logo bio
    2010-07-05
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Sécurité alimentaire

    Le 1er juillet 2010, l’Union européenne a introduit de nouvelles règles d’étiquetage des produits alimentaires biologiques, dont l’obligation d’afficher le nouveau logo bio de l’Union. Ce logo, appelé «eurofeuille», sera désormais obligatoire sur les denrées alimentaires préemballées qui ont été produites dans les États membres de l’Union et respectent les normes en vigueur. D’autres logos, à caractère privé, régional ou national, continueront à apparaître à côté du logo de l’UE, qui restera facultatif pour les produits biologiques non emballés et importés. Outre le logo, les nouvelles règles d'étiquetage prévoient également l’obligation d'indiquer le lieu d'obtention des ingrédients du produit, ainsi que le code de l’organisme chargé des contrôles. Les opérateurs disposent d’une période transitoire de deux ans pour se conformer à ces nouvelles règles. Parmi les autres nouveautés figure l’introduction de règles de l’UE applicables à l’aquaculture biologique.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link L'agriculture biologique de l'UE
    Link Conférence sur l'avenir de la PAC


  22. L'UE contribue pour 30 millions € à la promotion des produits agricoles
    2010-07-05
    Catégorie(s) : Développement rural

    La Commission européenne a approuvé 19 programmes présentés par 14 États membres (Autriche, Belgique, République tchèque, Danemark, Allemagne. France, Grèce, Italie, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Slovénie, Espagne et Royaume-Uni), destinés à fournir des informations sur les produits agricoles et à en assurer la promotion dans l'Union européenne. Les programmes sélectionnés, dont la durée d'exécution est comprise entre un et trois ans, sont dotés d'un budget total de 60,6 millions €, dont 30,3 millions € (50%) sont financés par l'UE. Les produits agricoles concernés par ces programmes sont les fruits et légumes, les produits laitiers, la viande, le miel, les fleurs, le lin textile, les AOP, IGP et STG el les produits biologiques.

    Source: Commission européen


    Link En savoir plus
    Link PAC après 2013
    Link Agriculture et développement rural


  23. Prix alimentaires: une nouvelle législation s'impose
    2010-07-05
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire

    Une nouvelle législation est nécessaire pour assurer un revenu équitable aux agriculteurs et une transparence des prix aux consommateurs. Il faut imposer une concurrence loyale tout au long de la chaîne d'approvisionnement alimentaire, ont déclaré les députés la commission de l'agriculture. Des propositions sur la manière d'assurer l'équité tout au long de la chaîne alimentaire en s'attaquant aux positions dominantes, aux pratiques commerciales et contractuelles déloyales, aux retards de paiement mais aussi en renforçant la position de négociation des agriculteurs, sont énoncées dans un rapport élaboré par José Bové (Verts /ALE, FR), approuvé par 32 voix pour, 4 contre et 2 abstentions. Ce rapport répond à une communication de la Commission sur la nécessité des réformes visant à améliorer les revenus agricoles et la transparence des prix à la consommation.

    Une nouvelle législation, notamment des sanctions, pour assurer une concurrence loyale

    Des sanctions et un mécanisme de plainte devraient être mis en place afin de décourager les comportements déloyaux des acteurs du marché, estime la commission parlementaire. Pour le suivi des relations entre producteurs et détaillants - et si nécessaire leur rééquilibrage - un instrument à l'échelle européenne pourrait être mis en œuvre par des organismes spécialisés dans les États membres. Les mesures à prendre devraient inclure une analyse sur l'éventuelle manipulation des labels privés, c'est-à-dire des détaillants ayant leur propre marque de produits et un projet pilote visant à créer un "observatoire européen" des prix et des marges agricoles, ajoute le rapport.

    La Commission est invitée à proposer une législation en vue de limiter les positions dominantes à chaque étape de la chaîne d'approvisionnement, y compris l'industrie de transformation des aliments et la distribution de détail, souligne le texte, ajoutant que les entreprises engagées dans des pratiques déloyales doivent être "montrées du doigt".

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Consommateurs UE


  24. Projet d’élaboration de la grille de la légalité des produitsde la filière 'bois'
    2010-07-05
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE

    Le plan d’action « FLEGT » (Forest law enforcement gouvernance and trade), le point sur les négociations de l’accord de partenariat volontaire (APV) et le projet d’élaboration de la grille de la légalité des produits de la filière « bois » de la RDC ont été présentés samedi aux membres du Groupe national de travail multi-acteurs pour la gestion des forêts (GNT).La présentation s’est effectuée au cours de l’atelier de lancement du projet d’élaboration de cette grille organisé les 25 et 26 juin par le GNT au Lycée Dr. Shaumba, dans la commune de Gombe à Kinshasa, a constaté l’ACP. L’atelier avait notamment, pour objectifs, d’adopter les termes de référence, de la consultance nationale chargée d’établir une première version beta de la grille de légalité et de déterminer la composition du groupe de travail ad hoc devant mettre en œuvre le projet. Le président du GNT, Augustin Mpoyi,a indiqué que ce projet a été conçu pour préparer le pays à la signature et à la mise en œuvre de l’APV avec l’Union européenne (UE). La grille de la légalité, a-t-il dit, principal support de l’APV perçu par l’UE, doit être le produit d’un consensus entre toutes les parties prenantes impliquées dans la gestion durable des forêts de la RDC. M. Mpoyi a souligné que pour la RDC, le processus d’élaboration de la grille a été confié à son institution qui est un groupe multi-acteurs comprenant les différents groupes d’intérêt concernés par la gestion des forêts dans ce pays. Le facilitateur GNT/RDC, François Makoloh, a noté, pour sa part, que les enjeux sur la production des bois sont de taille, tout en appelant les participants à comprendre le FLEGT et à élaborer cette grille, en vue de permettre au pays de résorber l’exploitation illégale du bois en RDC. Les échanges d’informations et de vues ont porté, au cours de l’atelier, sur l’articulation entre le plan d’action « FLEGT », les négociations de l’APV et le projet d’élaboration de la grille, la présentation du Draft, des PCI et lignes de conduite pour la définition et la vérification de la légalité des bois produits en RDC (2007). Un accent particulier a été mis sur la désignation des membres du groupe de travail au sein du GNT pour la mise en œuvre du projet. L’atelier s’est tenu avec l’appui du Fonds mondial pour la nature (WWF) qui assure la supervision technique du travail, conjointement avec l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) et l’UE.

    Source: mediacongo.net


    Link En savoir plus
    Link FLEGT / FLEG
    Link Forest Focus



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1