Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 234]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 234]
Date d'envoi: 2010-07-30 16:00:51
Publication #: 46
Contenu:
CTA Newsletter
 
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.


  1. Accès à la terre, acquisitions de terres et développement rural
  2. Financement de l'agriculture
  3. Une protection commerciale en faveur de l’Afrique
  4. Le troisième sommet Afrique-Union européenne
  5. Le redressement de l´IED dans les pays développés
  6. Pacifique: gel du financement contre le réchauffement climatique
  7. Le FMI annule la dette haïtienne
  8. Les délégués veulent interdire l’exportation de matières premières
  9. Internet haut débit : un câble sous-marin pour l’Afrique de l’Ouest
  10. L’UE inaugure un fonds de recherche de plusieurs milliards
  11. Droits de propriété intellectuelle
  12. Pêche: Les femmes rompent avec la tradition
  13. Somalie: La CE alloue 35 millions d'euros en faveur des victimes
  14. Hommage au Président sortant du Comité des ambassadeurs
  15. L’UE doit promouvoir une 'vision territoriale' de l’agriculture
  16. Vieux PC : une opportunité ou une menace pour l’Afrique ?
  17. Le commerce d’agrumes entre l’Afrique australe et l’Europe
  18. L’UE réfléchit aux moyens de mieux s’exprimer aux UN
  19. Les efforts écologiques de l’industrie alimentaire
  20. Commerce international, normes européennes
  21. Partenariat UE-Afrique sur le coton
  22. La Commission propose une reprise de l'aide en faveur du Niger
  23. Les ambassadeurs ACP en réunion à la BEI
  24. Le Commissaire Piebalgs sur la santé maternelle et infantile


  1. Accès à la terre, acquisitions de terres et développement rural
    2010-07-30
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    La terre est un bien d’une importance primordiale pour des milliards de personnes qui vivent dans les zones rurales des pays en développement. La nature des droits sur la terre et la manière dont ces habitants peuvent en disposer varient grandement selon la compétition pour cette terre, le degré de pénétration du marché et le contexte institutionnel et politique global. La situation est certes très diverse mais, les pressions sur la terre ne feront qu’augmenter ces prochaines décennies en raison de l’impact de la croissance démographique, l’urbanisation, la globalisation des marchés et l’impact du changement climatique.
     
    Le Briefing sur le développement rural en Afrique Centrale « Accès à la terre, acquisitions de terres et développement rural: nouveaux enjeux, nouvelles opportunités » qui se tiendra à Yaoundé, Cameroun les 27 et 28 septembre 2010 examinera les liens entre les droits de propriété, les investissements et la création d’opportunités économiques dans les zones rurales; les Politiques et gouvernance foncières et forestières ; L’acquisition de terres à grande échelle et leur contribution au développement   et  la promotion des investissements agricoles internationaux responsables. Le groupe cible est plus de 130 décideurs de la région Afrique Centrale et d’autres régions d’Afrique qui seront conviés à échanger leur expertise et expérience.


    Pour plus ‘information, veuillez contacter : boto@cta.int ou verginelli@cta.int


    Link Programme du Briefing
    Link Programme_du_Briefing_1.pdf Programme_3.pdf

  2. Financement de l'agriculture
    2010-07-30
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le 20ème Briefing de Bruxelles sur le développement aura pour thème:  le  Financement de l'agriculture et aura lieu le 15 septembre (8h30-13h00). En tant que contribution au Sommet des Nations Unies sur les OMD, qui se tiendra à New York les 22-26 Septembre 2010, nous allons discuter de questions liées au financement du développement dans le contexte de l’agriculture et du développement rural. Il s’agira notamment des questions liées à l ‘aide et à  l’apport  publique au développement, la fiscalité (les recettes fiscales intérieures), l’investissement privé (bailleurs de fonds nouveaux) et la génération de revenus. Parmi les intervenants, nous aurons le Centre pour la politique de l’environnement au Collège Impérial de Londres, le Partenariat pour la fin de la faim et pauvreté en Afrique, CONCORD, OCDE, Banque africaine de développement, Banque de développement caribéenne,  YARA, Organisations régionales d’agriculteurs africains.

    Pour plus d’information, veuillez contacter : lopes@cta.int ou boto@cta.int


    Link Briefings de Bruxelles
    Link Vidéos du dernier Briefing
    Link Briefings précédents


  3. Une protection commerciale en faveur de l’Afrique
    2010-07-30
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire

    Le plus haut responsable des marchés européens, Michel Barnier, a promis d’initier des mesures spéciales pour protéger les pays africains de la spéculation, responsable de la baisse des cours des matières premières et des produits alimentaires. Prenant la parole au cours de sa deuxième visite au siège de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba, M. Barnier a déclaré qu’il avait pris des mesures visant à assurer une totale transparence dans les marchés internationaux pour protéger les producteurs africains. Le commissaire des marchés internes européens a déclaré que les producteurs africains des matières premières telles que l’huile, le cuivre, l’or et le charbon étaient vulnérables à la spéculation dans les marchés internationaux qui a touché les prix des principales ressources naturelles de l’Afrique. « Ce continent est particulièrement vulnérable face aux spéculations sur les ressources naturelles et les produits agricoles, dont l’importance s’est accrue ces dernières années », a déclaré la délégation de l’Union européenne (UE) à Addis-Abeba dans un communiqué citant Barnier. Le commissaire de l’UE a rencontré le président de la Commission de l’UA, Jean Ping, et d’autres hauts responsables pour discuter de la crise économique et financière mondiale, de l’instabilité des marchés financiers causée par la spéculation, entre autres points touchant les matières premières de l’Afrique.

    Source: Europafrique.net


    Link En savoir plus
    Link DG Marché intérieur et services
    Link Partenariat UE-Afrique


  4. Le troisième sommet Afrique-Union européenne
    2010-07-30
    Catégorie(s) : Environnement, Sécurité alimentaire

    Le troisième sommet Afrique- Union européenne qui se tiendra en Libye mettra l’accent sur la croissance économique et la paix et la sécurité du continent africain, a déclaré mercredi un haut responsable de la Commission de l’Union africaine (UA). René N’Gettia Kouassi, directeur du département des Affaires économiques de la Commission de l’Union africaine, a indiqué qu’un consensus a été atteint pour discuter des questions importantes telles que le changement climatique et la sécurité alimentaire lors de la réunion du 29 au 30 novembre. Les deux continents devraient également évaluer leur partenariat et les priorités de leur furure coopération. L’Afrique fait fac actuellement à une série de conflits dont la crise en Somalie et la crise du Darfour au Soudan. Les experts ont averti que la plupart des pays africains n’arriveraient pas à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) d’ici 2015 fixés par les Nations Unies. M. Kouassi a également révélé que l’un des défis auxquels l’Afrique confronte dans sa coopération avec l’UE est la pression croissante sur les pays africains pour qu’ils signent les Accords de partenariat économique (APE). « Selon l’UE, si nous ne signons pas cet accord, nous violeront certains accords de l’Organisation mondiale du commerce. Nous avons en effet nos propres intérêts à défendre, nous avons encore des situations à traiter », a-t-il ajouté.

    Source: Europafrique.net


    Link En savoir plus
    Link Union Africaine
    Link Partenariat UE-Afrique


  5. Le redressement de l´IED dans les pays développés
    2010-07-29
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Les flux d´investissement étranger direct (IED) à destination et en provenance des pays développés ont chuté de plus de 40 % en 2009, à 566 milliards de dollars et 821 milliards de dollars, respectivement, après un repli similaire l´année précédente, selon l´étude annuelle de la CNUCED sur les tendances de l´investissement dans le monde. Mais le repli n´a pas été aussi important que celui observé durant la précédente récession économique, en 2000-2003. Le Rapport sur l´investissement dans le monde 2010, sous-titré Investing in a Low-Carbon Economy (Investir dans une économie à faible intensité de carbone), rendu public aujourd´hui (22 Juillet) indique que les flux d´IED vers les pays développés ont été néanmoins quatre fois supérieurs, au premier trimestre de 2010, à leur niveau durant la même période de 2009 (voir le tableau 1 pour certains pays). La crise économique et financière mondiale a touché de manière inégale les entrées d´IED selon les régions. L´Amérique du Nord a été la plus touchée. Les entrées d´IED aux États-Unis - premier pays d´accueil d´IED dans le monde - ont chuté de 60 %, et au Canada elles ont reculé de plus de la moitié. Les entrées d´IED au Japon se sont contractées de 51 %. Les 27 membres de l´Union européenne (UE) ont mieux résisté au choc (-33 %). Si les entrées d´IED ont diminué dans certains grands pays d´accueil, comme le Royaume-Uni, la Belgique et l´Espagne, elles ont progressé dans d´autres, comme l´Allemagne, l´Irlande et les Pays-Bas. Il en résulte un classement différent en 2009 des principaux pays développés de destination (fig. 1). Si les apports d´IED aux pays développés viennent essentiellement d´autres pays développés, les sociétés transnationales (STN) de pays en développement sont devenues elles aussi des investisseurs actifs en 2009.

    Source: Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement

     


    Link En savoir plus
    Link Lire le rapport
    Link Base de données


  6. Pacifique: gel du financement contre le réchauffement climatique
    2010-07-29
    Catégorie(s) : Environnement

    Malgré la création d’un nouveau Groupe consultatif de haut niveau sur le financement de la lutte contre le changement climatique, un groupe d’Etats insulaires du Pacifique fortement touchés a soulevé la question du versement en temps voulu de l’aide promise. « Les petits Etats insulaires en développement (PEID) du Pacifique ne sont presque pas responsables de l’apparition du phénomène du réchauffement climatique, mais nous en supportons les conséquences aujourd’hui … Le réchauffement climatique est la conséquence de l’insouciance humaine et la réparation des dégâts occasionnés se fait attendre depuis longtemps », a déclaré Marlene Moses, Représentante permanente de la République de Nauru auprès de l’ONU. Le groupe consultatif a été chargé d’élaborer des propositions innovantes sur les voies et moyens d’identifier des mécanismes financiers novateurs et de mobiliser de nouvelles ressources financières publiques et privées supplémentaires pour mettre en œuvre et assurer le suivi des engagements prix lors de la conférence de Copenhague en décembre dernier. Les leaders mondiaux se sont engagés à mobiliser 100 milliards de dollars EU par an d’ici 2020. Les fonds, non disponibles pour le moment, seront mis à disposition des pays en développement afin de mettre en place des stratégies d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. Considérée comme étant l’une des zones les plus vulnérables au changement climatique, les PEID du Pacifique sont confrontés à des défis tels que la sécurité alimentaire, la sécurité hydrique et l’intégrité territoriale.

    Source: Inter Press Service News Agency


    Link En savoir plus
    Link PEID
    Link Relations entre l'UE et le Pacifique


  7. Le FMI annule la dette haïtienne
    2010-07-29
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé l’annulation totale de la dette haïtienne, d’un montant de 268 millions de dollars EU. Il a également approuvé un nouvel accord triennal en faveur d’Haïti au titre de la facilité élargie de crédit (FEC), qui avait été sollicité par les autorités à l’appui de leur programme de reconstruction et de croissance du pays. Ces deux décisions font partie d’une vaste stratégie de soutien au programme de reconstruction à long terme du pays, après le tremblement de terre dévastateur du 12 janvier 2010. Dans les jours qui ont suivi cette catastrophe, M. Dominique Strauss-Kahn, Directeur général du FMI, avait plaidé en faveur de l’annulation de la dette existante dans le cadre d’un effort international concerté qui serait déployé en vue de lancer un « plan Marshall » pour la reconstruction du pays. Le nouveau programme fournit un cadre de référence solide et prospectif à l’appui de la stabilité économique et de la reconstruction, et contribuera également à catalyser des contributions des donateurs. « Les donateurs doivent rapidement tenir leurs promesses envers Haïti », a déclaré M. Strauss-Kahn, « afin que l’on puisse accélérer la reconstruction, améliorer rapidement les conditions de vie et apaiser les tensions sociales ». Lors d’une conférence de donateurs de haut niveau en mars dernier, la communauté internationale s’est engagée à fournir 9,9 milliards de dollars EU pour la reconstruction d’Haïti, dont 5,3 milliards sont à encaisser au cours des 18 prochains mois.

    Source: caribbean360.com


    Link Read more
    Link FMI et Haiti
    Link Relations de l'UE avec Haïti


  8. Les délégués veulent interdire l’exportation de matières premières
    2010-07-29
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Les participants à une réunion de la Commission du commerce et de l’industrie de l’Union africaine ont proposé hier l’adoption de politiques visant à décourager l’exportation de matières premières vers le Tiers-Monde. Lors d’un briefing médiatique organisé à Munyonyo (Kampala), Mme Elizabeth Tankeu, Commissaire au commerce et à l’industrie, a déclaré : « Nous exportons nos matières premières vers l’Europe depuis l’époque coloniale, lorsque les Européens ont commencé à s’établir en Afrique. Aujourd’hui encore ils exploitent nos ressources, mais l’Afrique reste le continent le plus pauvre de la planète ». « Dans le cadre de ses accords de partenariat économique (APE), l’Union européenne veut négocier des tarifs douaniers à zéro pour cent avec l’Afrique. Ils disent qu’ils souhaitent établir des accords bilatéraux de commerce réciproque, mais nous pensons qu’il faut encore créer les conditions requises pour réaliser à terme une libéralisation commerciale réciproque entre l’UE et l’Afrique. Nous leur avons dit que nous allions stopper les exportations de matières premières ». Mme Tankeu a déclaré que des hauts fonctionnaires de l’UE se sont récemment rendus au Secrétariat de l’Union africaine à Addis Abeba (Ethiopie) pour négocier l’ouverture de nouveaux marchés et la normalisation de tarifs commerciaux. Et d’ajouter, « En tant que fervent partisan du développement, l’Europe ne prône pas l’adoption de mesures commerciales restrictives ».

    Source: Daily Monitor


    Link En savoir plus
    Link ACP-UE Matières premières


  9. Internet haut débit : un câble sous-marin pour l’Afrique de l’Ouest
    2010-07-29
    Catégorie(s) : Archives

    France Telecom et un consortium de 20 membres du secteur des télécommunications ont signé un accord samedi pour construire un câble sous-marin entre l’Europe et l’Afrique du Sud. Ce câble en fibre optique permettra de fournir 19 pays africains en haut débit d’ici 2012. Un câble en fibre optique de 17 000 km reliera les 23 pays de la France à l’Afrique du Sud à partir de 2012. L’agrément de construction est signé et le câble construit « mais l’exploration des fonds sous-marins pour l’implanter dans des zones non-protégées et autorisées prendra un an et demi, précise Didier Duriez, directeur des réseaux internationaux d’Orange. La pose durera un an, puis il faudra connecter le câble au réseau existant », ajoute-t-il. Le système ACE (Africa Coast to Europe) sera le premier câble sous-marin à desservir 23 pays africains et européens. Gambie, Guinée, Guinée équatoriale, Libéria, Mauritanie, Namibie, République démocratique du Congo, Sao Tomé-et-Principe et la Sierra Leone seront pour la première fois reliés à un câble sous-marin. Il connectera également l’Afrique du Sud, l’Angola, le Bénin, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Espagne, la France, le Gabon, le Ghana, le Mali, le Niger, le Portugal, le Sénégal. E Mali et le Niger, qui ne disposent pas d’un accès à la mer, seront connectés via un câble terrestre.

    Source: Afrik-news.com
     


    Link En savoir plus


  10. L’UE inaugure un fonds de recherche de plusieurs milliards
    2010-07-29
    Catégorie(s) : Environnement, Sécurité alimentaire

    L’irlandaise Máire Geoghegan-Quinn, membre de la Commission européenne responsable de la recherche, de l’innovation et de la science a annoncé hier (19 juillet) que la Commission allait investir près de 6,4 milliards d’euros dans la recherche et l’innovation d’ici fin 2011. Ce financement, le plus important jamais réalisé dans ce domaine, vise à renforcer la compétitivité de l’Europe et contribuera à relever des défis sociétaux tels que le changement climatique, la sécurité énergétique et alimentaire, la santé et le vieillissement de la population. Máire Geoghegan-Quinn a déclaré : « Investir dans la recherche et l’innovation est la seule manière intelligente et pérenne de sortir de la crise et de garantir une croissance durable et socialement équitable. Ce financement européen contribuera à la création de biens et services de meilleure qualité, à une Europe plus compétitive et plus respectueuse de l’environnement, ainsi qu’à une société meilleure avec une qualité de vie plus élevée ». Et d’ajouter que cette enveloppe financière devrait permettre la création de plus de 165 000 emplois.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Europe 2020


  11. Droits de propriété intellectuelle
    2010-07-29
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    La Commission européenne lance une étude sur les droits de propriété intellectuelle (DPI) La Commission européenne a lancé une étude sur le respect et la protection DPI dans les pays tiers, afin de collecter des informations auprès de sociétés européennes et d’autres parties prenantes.Cette étude est liée à la stratégie visant à assurer le respect des droits de propriété intellectuelle dans les pays tiers, adoptée en 2004 par la Commission européenne. Les conclusions issues de cette nouvelle étude permettront de réexaminer les priorités actuelles en ce qui concerne la mise en œuvre des mesures nécessaires pour lutter efficacement contre les violations des DPI en dehors des frontières de l’UE.

    Source: Commission européenne


    Link Participer à l’étude
    Link Stratégie pour le respect des DPI
    Link Directive 2009 relative au respect des DPI


  12. Pêche: Les femmes rompent avec la tradition
    2010-07-29
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Il y a quelques années encore, la pratique de la pêche était pour ainsi dire interdite aux femmes. Une prise record de 130 kg de poissons pêchés en moins de deux heures par le groupe de conservation Baraka Makongeni, sur le côte sud du Kenya, a ouvert une nouvelle voie d’accès à la création d’activités génératrices de revenus en milieu rural. Traditionnellement, ce type de tâches n’était pas confié aux femmes. Pourtant, étant donné les modes de pêche actuels, elles dévoilent désormais leur jeu. La diminution des stocks de poissons fit naître l’idée d’un projet d’élevage en bordure d’océan, notamment lorsque les vagues sont les plus hautes, explique Mariam Mwalimu, présidente du groupe. « Nous n’aurions jamais pensé réaliser un tel exploit au début, et pourtant nous avons l’océan ». Au moment de sa création en 2004, le groupe était constitué d’hommes et de femmes, 30 au total. Il n’était pas facile de creuser des bassins suffisamment grands pour stocker l’eau. L’Union européenne, à travers le Centre de formation de Kwetu, a reconnu les efforts constructifs déployés par le groupe. « Les experts du centre ont manifesté beaucoup d’intérêt à notre égard et nous ont initié à la pisciculture. Contrairement à la pisciculture d’eau douce traditionnelle, nous avons dû identifier les alevins et estivaux adéquats à stocker pour éviter la mise en présence prédateurs/proies, précise Mme Mwalimu. Leur plus grand défi à présent est d’augmenter l’importance des bassins (en nombre et en superficie). Selon le coordinateur du programme régional de gestion durable des zones côtières des pays de l’Océan Indien (ProGeCo), Patrick Kimani, le groupe a bénéficié de la participation d’experts venus de Tanzanie et des Philippines, où ce type de programme a été mené avec succès. Dans sa phase pilote, le projet est financé par l’Union européenne, dans le cadre du programme ProGeCo, et le Centre de Kwetu pour un montant de 10 millions de shillings kenyans. « Ce type de projet, qui comprend également l’élevage de crabes, est mis en œuvre pour la première fois au Kenya. Nous devons donc veiller à son bon déroulement. Le succès de la récolte des poissons présents dans l’un des sept bassins sera utilisé comme critère incontournable pour la participation communautaire dans des projets de conservation et de génération de revenus, a expliqué M. Kimani. Le groupe a servi de modèle et certains membres se sont rendus à Mtwara, en Tanzanie, pour apprendre comment les communautés locales pratiquent ce genre d’élevage avec un certain succès. Certains hommes ont même décidé de s’initier au projet, mais dans le domaine de l’aquaculture. Il semble que la pisciculture en bassins produise des rendements plus élevés et que l’on ne considère plus la pêche comme une pratique exclusivement réservée aux hommes, même si les femmes sont encore réticentes à l’idée de monter dans une embarcation pour aller à la pêche.

    Source: Allafrica


    Link En savoir plus
    Link Recomap
    Link Affaires maritimes et pêche


  13. Somalie: La CE alloue 35 millions d'euros en faveur des victimes
    2010-07-29

    La Commission européenne a adopté une décision de financement d'un montant de 35 millions d'euros afin de soutenir les activités humanitaires en Somalie. Selon les estimations, quelque 3,2 millions de personnes, soit environ 42 % de la population somalienne, auraient besoin d'une assistance humanitaire d'urgence et/ou de moyens de subsistance au cours du premier semestre de 2010. Par ailleurs, les évaluations réalisées sur le terrain semblent indiquer qu'une amélioration de la situation au second semestre de cette année est peu probable. La décision portant sur un montant de 35 millions d'euros, couvrira toute une série d'interventions de secours dans les secteurs suivants: la santé, la nutrition, l'aide et la sécurité alimentaires, l'eau et l'assainissement, les produits non alimentaires et le logement, la réduction des risques de catastrophe, la logistique, la sécurité et la coordination des opérations partenaires.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link ECHO
    Link Relations de l'UE avec la Somalie


  14. Hommage au Président sortant du Comité des ambassadeurs
    2010-07-29

    La semaine dernière, le Bureau du Comité des ambassadeurs du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Groupe ACP) a fait ses adieux à son Président, S.E. M. René Makongo, ambassadeur du Gabon. Dans une brève intervention, le Secrétaire général, le Dr Mohamed Ibn Chambas, a évoqué en des termes élogieux la présidence du Comité assurée par l’ambassadeur de février à juillet 2010. Le Dr Chambas a loué les qualités de chef, la diligence et l’engagement dont il a fait preuve durant son mandat qu’il a assumé pendant une période critique marquée par la révision puis la signature de l’Accord de Cotonou, et l’arrivée d’une nouvelle Direction au Secrétariat ACP. S’exprimant au nom du Président entrant (Guyana), S.E. M. Gerhard Hiwat, ambassadeur de Suriname, a déclaré qu’il partageait les sentiments exprimés par le Secrétaire général, avant de féliciter à son tour son collègue pour avoir veillé à ce que la mise en place de la nouvelle Direction du Secrétariat ACP se fasse en douceur. Il a déclaré que le statut et le leadership de l’ambassadeur Makongo au sein du Groupe faisaient de lui la personne la mieux placée pour superviser cette prise de fonctions. Au nom du Comité des ambassadeurs et du Secrétariat ACP, le Dr Chambas a remis des cadeaux au Président sortant, appelé à occuper de nouvelles fonctions à Moscou (Russie).

    Source: Secrétariat ACP


    Link En savoir plus


  15. L’UE doit promouvoir une 'vision territoriale' de l’agriculture
    2010-07-29
    Catégorie(s) : Développement rural

    Lors d’une rencontre à Bruxelles plus tôt cette semaine, des représentants d’intérêt de l’agriculture venant de toute l’Europe ont appelé l’UE à s’écarter de l’agriculture intensive pour se diriger vers un modèle plus durable qui soutiendrait la reprise économique dans les zones rurales. Une conférence organisée par la Commission européenne à Bruxelles la semaine dernière (les 19 et 20 juillet) a permis de rassembler les divers éléments des contributions présentées par divers groupes d’intérêt à l’aube d’une nouvelle réforme de la politique agricole commune (PAC) dans le courant de l’année. Beaucoup considèrent cette réforme comme une opportunité inégalée d’observer un « changement de paradigme », soit le passage d’une production intensive centralisée à une approche plus territoriale mettant en valeur les différences locales et l’environnement. Selon Sabine Laruelle, ministre belge de l’agriculture, qui assure actuellement la présidence tournante de l’UE, la diversité des produits locaux et des identités culturelles peut être une « source de richesse » qu’il conviendra de promouvoir.Parmi les idées avancées pour diversifier l’activité économique en milieu rural, il y a entre autres la promotion des énergies renouvelables, l’appui aux agriculteurs qui transforment eux-mêmes leurs matières premières et aux initiatives visant à promouvoir le tourisme.

    Source: Euractiv

     


    Link En savoir plus
    Link Les quatre grands défis de la PAC
    Link  Agriculture et Développement Rural


  16. Vieux PC : une opportunité ou une menace pour l’Afrique ?
    2010-07-29
    Catégorie(s) : Archives

    Les entreprises sont de plus en plus obligées de contrôler leurs émissions de gaz à effet de serre et leur impact sur l’environnement. La réglementation spécifique aux déchets électroniques (e-déchets) oblige désormais les entreprises à gérer l’élimination des déchets issus des matériels informatiques ou autres. Conformément à la directive européenne relative aux déchets électroniques et électriques (DEEE), les e-déchets doivent être démontés ou recyclés par des spécialistes compte tenu des risques de toxicité. Si l’élimination des équipements TI usagés représente un défi de taille pour de nombreuses grandes organisations, la possibilité de voir l’Afrique se transformer en un véritable dépotoir de matériels obsolètes constitue une réalité distincte. Est-ce là un problème si ces équipements sont encore utilisables remis en état ? Deux réponses sont possibles : un équipement encore utilisable constitue une valeur ajoutée indéniable, mais jusqu’à quel point ; s’il ne l’est plus, c’est un cadeau empoisonné. Pour bon nombre d’entreprises, la donation d’équipements obsolètes, mais néanmoins encore utilisables, constitue une filière pratique d’élimination des déchets et l’un des piliers fondamentaux de la responsabilité sociétale des entreprises.

    Pour leur part, les bénéficiaires ont la chance d’entrer dans le monde de l’électronique et de l’informatique. Mais ce contrat social a un côté sinistre. En effet, d’après une enquête menée par des activistes environnementaux de Greenpeace, il s’avère que des ordinateurs (et des pièces d’ordinateurs) complètement inutilisables et irréparables quittent l’Europe chaque jour pour l’Asie et l’Afrique. Selon le magazine PC World, Greenpeace a déclaré que « certaines vieilles machines seront réparées et reconditionnées, mais que d’autres sont irréparables ; autrement dit, elles finiront dans des décharges où l’on semble peu au fait des possibilités de recyclage ».

    SOurce: Allafrica


    Link En savoir plus
    Link Déchets d'équipements électriques


  17. Le commerce d’agrumes entre l’Afrique australe et l’Europe
    2010-07-28
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Comme chaque année, l’Europe importe de grandes quantités d’oranges en provenance notamment d’Afrique du Sud et du Zimbabwe.Si l’on compare avec l’Afrique du Sud, le contexte économique difficile qui affecte les entrepreneurs au Mozambique et au Zimbabwe explique les faibles quantités exportées vers l’Europe cette année. Cela étant, le programme d’importation des variétés d’oranges (Valencia, Delta, Midknight et Turkey en provenance du Zimbabwe) peut être considéré comme exceptionnel. A titre de comparaison, De Groot International B.V. (Pays-Bas) importera cette année des quantités raisonnables en provenance de ces pays. Les produits agrumicoles du Zimbabwe sont de très bonne qualité. Cette région produit généralement des variétés plus précoces que dans les principales zones de culture situées en Afrique du Sud. En général, les oranges Valencia ont une teneur en jus d’environ 35 %, alors que les oranges zimbabwéennes (Don Mario) présentent une teneur en jus excédant 40 %. De plus, les oranges sud-africaines ont une teneur en matière sèche soluble de 9 ou 10° Brix, alors que dans les oranges zimbabwéennes, on relève une teneur en matière sèche soluble comprise entre 12 et 13° Brix. Ces oranges ont donc une teneur plus élevée en jus et sont plus savoureuses.

    Source: Fresh Plaza


    Link En savoir plus
    Link ACP-UE portail
    Link Future Trade policy


  18. L’UE réfléchit aux moyens de mieux s’exprimer aux UN
    2010-07-28

    En vertu des projets de réforme approuvés par les Etats membres, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, pourra à l’avenir s’exprimer à la tribune de l’ONU au même titre que le Président des Etats-Unis Barack Obama ou le leader iranien Mahmoud Ahmedinejad. Lors de réunions qui se sont déroulées à Bruxelles et à New York, les Etats membres se sont mis d’accord pour présenter à l’Assemblée générale des Nations Unies une résolution visant à accorder le droit de parole à l’Union européenne, a-t-on appris d’une circulaire ministérielle du 14 juillet adressée aux parlementaires britanniques et vue par EUobserver. L’UE ne jouit pour l’heure que d’un statut d’observateur aux Nations Unies. Ses délégués ne siègent pas parmi les Etats membres de l’ONU, mais avec des entités comme le Vatican, la Croix-Rouge et la Ligue Arabe. L’attribution symbolique des sièges n’est pas due à des changements. Pourtant, si la motion (qui devrait être présentée dans les prochaines semaines) est approuvée par l’Assemblée générale, l’UE se verra conférer d’autres privilèges accordés jusqu’alors aux Etats membres à part entière des Nations Unies (tels que le droit de soumettre des propositions et des amendements, le droit de réponse, le droit de soulever des points d’ordre et le droit de distribuer des documents officiels). Des sièges supplémentaires seront également attribués à la haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères, Catherine Ashton, et à ses collaborateurs. Selon un diplomate de l’UE, l’idée à la base de ces changements est de permettre à l’Union européenne d’apparaître sur la scène internationale en tant qu’entité distincte de ses Etats membres.

    Source: EU Observer


    Link En savoir plus
    Link Relations UE-ONU


  19. Les efforts écologiques de l’industrie alimentaire
    2010-07-28
    Catégorie(s) : Environnement

    L’industrie alimentaire européenne finalise ses plans visant à mesurer sa performance environnementale, mais les consommateurs qui regardent les prix de près pourraient faire dérailler ces efforts, a prévenu la Commission européenne. Les représentants de l’industrie alimentaire, d’associations d’agriculteurs et de consommateurs réunis autour d’une table ronde européenne ont adopté une série de 10 principes directeurs concernant l’évaluation de l’impact environnemental des produits alimentaires et boissons tout au long de leur cycle de vie. Approuvés le mardi 13 juillet 2010, ces principes directeurs permettront de guider les travaux futurs de la table ronde sur l’élaboration d’une méthode scientifiquement fiable et uniforme concernant l’évaluation de l’impact environnemental des produits alimentaires et boissons. Ils pourront en outre servir d’outil de communication pour les organisations qui souhaitent renforcer leur crédibilité en matière d’écologie. La méthode, qui devrait être finalisée d’ici 2011, permettra de répondre aux principaux défis liés à la durabilité dans l’industrie alimentaire, y compris le changement climatique, l’efficacité des ressources, l’utilisation de l’eau et la réduction des déchets.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Plus sur la Table Round
    Link CE DG Environnement


  20. Commerce international, normes européennes
    2010-07-28
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Nous devons travailler encore davantage pour conclure les négociations du cycle de Doha pour le développement. L’aboutissement du programme de Doha est crucial pour redynamiser l’économie mondiale. Dans le contexte politique actuel, il sera très difficile de conclure avec succès en 2010 les négociations du cycle de Doha. Nous devons donc nous préparer à poursuivre les négociations en 2011, si cela s’avère nécessaire afin d’ajuster les propositions de façon à les rendre acceptables pour l’ensemble des Etats membres de l’OMC. Eu égard aux négociations commerciales multilatérales, nous allons également poursuivre notre agenda bilatéral en mettant notamment l’accent sur les pays à fort potentiel de croissance. Une partie de la croissance dont l’Europe a tant besoin pour générer des richesses au cours de la prochaine décennie proviendra des pays émergents, où la classe moyenne importe désormais des biens et services pour lesquels l’UE dispose d’un avantage comparatif. Par conséquent, nous focaliserons notre attention sur l’Asie et l’Amérique latine.En Asie, nous allons mener nos négociations avec la région ASEAN, au sein de laquelle Singapour est de loin notre principal partenaire commercial – et nous avons déjà bien progressé dans ce sens. Les négociations avec Singapour ont d’ailleurs suscité l’intérêt des autres partenaires de l’ASEAN. Par exemple, nous souhaitons engager des négociations sur les accords de libre-échange avec le Vietnam au cours du second semestre de cette année. De plus, nous négocions un accord de libre-échange avec l’Inde et notre but est de convenir des modalités de cet accord avant la fin de l’année. La Corée est le premier pays avec lequel nous avons conclu avec succès les négociations sur les accords de libre-échange. Ces accords sont non seulement bénéfiques pour l’économie européenne, mais confirment également la capacité de l’UE à libéraliser le commerce, même en période de récession, alors que les autres partenaires commerciaux s’efforcent de maintenir les marchés ouverts dans le contexte économique actuel. L’UE a également les yeux fixés sur l’Amérique latine. Au cours de mon mandat, nous avons conclu avec succès les négociations sur les accords de libre-échange avec le Pérou et la Colombie. Nous avons, qui plus est, finalisé un accord d’association entre l’Amérique centrale et l’Union européenne. En outre, la Commission a décidé tout récemment de relancer les négociations avec le Mercosur – une étape importante malgré les craintes de certains Etats membres de l’UE. Le Mercosur est un marché très intéressant pour les entreprises européennes : son PIB combiné s’élève à plus de 1 300 milliards d’euros. Les deux principaux pays du Mercosur, le Brésil et l’Argentine, ont enregistré une hausse de leur taux de croissance, passant de 4 à 6 % et de 6 à 9 % respectivement. Selon les estimations, la croissance devrait avoisiner 5 % cette année et l’année prochaine. Dans la mesure où, jusqu’à présent, ces pays étaient relativement fermés aux produits en provenance de l’Union européenne, ces accords commerciaux constituent une réelle opportunité pour les industries européennes. Hormis les négociations sur les accords de libre-échange, nous souhaitons également entretenir de véritables relations privilégiées avec les principaux acteurs économiques, avec lesquels nous n’avons pour le moment signé aucun accord dans ce sens. Nos relations avec les Etats-Unis, la Chine, le Japon ou la Russie permettront d’ici cinq ans de déterminer si l’UE a véritablement contribué à façonner les enjeux de la mondialisation plutôt qu’à aider à s’y adapter, tout simplement. Cela signifie que nous devrons dégager de réelles propositions visant à favoriser le dialogue stratégique avec les partenaires clés, afin d’ouvrir le débat sur des sujets tels que l’accès aux marchés, le cadre réglementaire, les déséquilibres mondiaux, l’accès aux matières premières, l’énergie et le changement climatique, pour n’en citer que quelques-uns. Dans l’immédiat, le défi qui se présente est bien de redynamiser à la fois le Conseil économique transatlantique (CET) avec les Etats-Unis et le dialogue économique et commercial de haut niveau avec la Chine. L’objectif est donc de déboucher sur l’organisation d’un forum pour faciliter l’accès aux marchés et prévenir aux éventuels problèmes.

    Source: EU Reporter


    Link En savoir plus
    Link OMC
    Link Programme de Doha pour le développement


  21. Partenariat UE-Afrique sur le coton
    2010-07-28
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Ce document présente la dernière mise à jour de la mise en oeuvre du Partenariat UE– Afrique sur le coton qui a été conclu par l'UE et les pays africains en juillet 2004 (Forum de Paris). Ce Partenariat s’est traduit par l’adoption d’un plan d'action conjoint qui a évolué vers un cadre d’action. A la suite d’une évaluation à mi-parcours du Partenariat (juin 2009)1, le plan d’action a été révisé pour devenir le cadre d’action du Partenariat. Le cadre d’action réaffirme la pertinence du Partenariat UE-Afrique sur le coton et la nécessité de le poursuivre en l’adaptant au contexte actuel. Il traite des deux composantes du Partenariat que sont le volet « Commerce » et le volet « Développement ». Le cadre d’action est à la fois un document stratégique de référence s’articulant avec les stratégies régionales coton et un outil de suivi des actions menées dans le cadre du Partenariat UE-Afrique sur le coton. En effet, il constitue un outil de suivi de l’ensemble des appuis spécifiques du coton africain qui est mis à jour périodiquement sur la base d’informations obtenues auprès des divers bailleurs de fonds et des organisations interprofessionnelles intervenant dans les filières cotonnières africaines.


    Source: Groupe des Etats ACP


    Link En savoir plus
    Link Groupe des Etats ACP
    Link Forum de Paris


  22. La Commission propose une reprise de l'aide en faveur du Niger
    2010-07-27
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Sécurité alimentaire, Développement rural, Archives, Environnement

    La Commission européenne a proposé aujourd'hui au Conseil de mettre un terme aux consultations au titre de l'article 96 de l'accord de Cotonou, le cadre politique des relations de l'UE avec les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, et de reprendre ainsi graduellement l'aide au développement en faveur du Niger, parallèlement au rétablissement de l'ordre constitutionnel dans le pays. L'aide au développement en faveur de la République du Niger est suspendue depuis la fin de l'année dernière en raison de la crise constitutionnelle survenue dans le pays. L'aide humanitaire et l'aide d'urgence ont toutefois été maintenues et ont été renforcées en juin dernier pour faire face à la crise alimentaire.

    Source: Commission Européenne


    Link En savoir plus
    Link Partenariats géographiques UE-Niger
    Link Docuument de stratégie du Niger


  23. Les ambassadeurs ACP en réunion à la BEI
    2010-07-26
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural, Efficacité Aide

    La Banque européenne d’investissement a accueilli ce 22 juillet 2010 à Luxembourg représentants des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique ; la délégation, soit 80 personnes, était composée d'ambassadeurs, de chargés d'affaires et de diplomates. Il s'agissait de la deuxième réunion de ce type ; l’occasion pour la Banque de débattre d'activités clés avec des hauts représentants de la région ACP : le Comité des ambassadeurs des pays ACP et le Secrétariat ACP, dont le siège est à Bruxelles,. Le président de la BEI, Philippe Maystadt, a accueilli la délégation, et le Vice-président, Plutarchos Sakellaris, a présenté les activités que la Banque a menées dans les pays et territoires ACP durant l'année 2009. Leurs Excellences MM. Mohamed Ibn Chambas, Secrétaire général du Secrétariat ACP et René Makongo, Président du Comité des Ambassadeurs et Ambassadeur de la République du Gabon, conduisaient la délégation. Dans son allocution d’accueil, Philippe Maystadt a rappelé le rôle de la BEI auprès des pays ACP, particulièrement en tant qu’institution « publique » de financement à long terme, dans la conjoncture actuelle. La crise globale a impacté en 2009 la croissance économique de la région ACP, notamment en réduisant les exportations, les activités d’investissement, ainsi que le tourisme. Il a envisagé avec confiance le niveau des financements de la BEI dans ces pays en 2010, estimant qu’il serait toujours en croissance.

    Source: Banque européenne d’investissement


    Link En savoir plus
    Link ACP-BEI
    Link Secrétariat du Groupe des ACP


  24. Le Commissaire Piebalgs sur la santé maternelle et infantile
    2010-07-26
    Catégorie(s) : Archives

    Du 24 au 26 juillet, Andris Piebalgs, commissaire européen chargé du développement, prendra la parole à l'occasion du 15e sommet de l'Union africaine (UA) à Kampala, en Ouganda. Le thème de la santé maternelle et infantile sera au cœur des préoccupations de ce rassemblement des 53 États membres de l'Union africaine. Le commissaire européen insistera sur la nécessité de parvenir à des avancées concrètes dans ces domaines. Des huit objectifs du millénaire pour le développement (OMD), ceux relatifs à la santé maternelle et infantile (OMD 4 et 5) comptent parmi les moins avancés pour nombre de pays en développement. Cette constatation a son importance à l'heure où l'Afrique et l'UE se préparent au sommet de haut niveau sur les OMD, qui se tiendra à New York, du 20 au 22 septembre.

    Source: Union européenne


    Link En savoir plus
    Link Sommet de l'AU
    Link Sommet sur les OMD




===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1