Teknoloji Haberleri Teknoloji Blogu Internet Haberleri Defterdar | Bir Bilgenin Defteri HDFilmİzle Full HD izle Türkçe Dublaj izle
Weblog du Bureau de Bruxelles
Juin 2018
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 244]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 244]
Date d'envoi: 2010-10-18 20:21:52
Publication #: 56
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Renforcer le secteur privé agro-alimentaire des Caraïbes- Suivre en live !
  2. Notre invité vidéo: Meghan Sapp, Secrétaire générale de pangea
  3. Principaux évènements UE-ACP pour la semaine du 18 au 22/10 2010
  4. L'UE réalise des réductions d'émission plus importantes que prévu
  5. Un projet financé par l'UE aide à cartographier la pollution
  6. L'Allemagne a dégagé 59 580 dollars US pour l'agriculture
  7. La recherche dans le domaine du commerce de l’AECF
  8. 1,2 milliard de dollars d’aide au commerce et à l’infrastructure
  9. Les négociateurs de l’UE et de la CDAA débattent de l’APE
  10. Nouvelles propositions de recherche marine et maritime
  11. UE-AFRIQUE : il faut un approfondissement des liens interuniversitaires
  12. Budget 2011:nouvelles priorités politiques
  13. L’UE demande une intensification des efforts de lutte contre la piraterie
  14. Les commissaires aux comptes évaluent le rôle des études d’impact
  15. Engagement de l’UE en Afrique du Sud
  16. Relance des échanges commerciaux entre l’UE27 et l’Afrique du Sud
  17. Le secrétaire général, le Dr. Chambas, rencontre le président Zuma
  18. Débat sur le commerce et signature d'un accord d’aide à l’éducation
  19. Rapport : bonnes pratiques de culture et coexistence avec le maïs GM
  20. Piebalgs aux assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI
  21. La Commission expose ses idées en vue de taxer le secteur financier
  22. Biodiversité: une évaluation confirme que l'UE n'a pas atteint l'objectif


  1. Renforcer le secteur privé agro-alimentaire des Caraïbes- Suivre en live !
    2010-10-18
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le CTA et ses partenaires vont tenir le deuxième Briefing  régional aux Caraïbes, ce briefing aura pour thème : «Le renforcement du secteur privé  agro-alimentaire des Caraïbes-défis pour les PME dans le secteur agro-alimentaire des Caraïbes". Il se tiendra le 18 au 19 Octobre 2010 à l'occasion de la semaine de l'agriculture des Caraïbes. Les  Briefings régionaux ACP sont liés aux Briefings de Bruxelles (http://brusselsbriefings.net). Ce Briefing discutera des défis auxquels le secteur privé caribéen est confronté dans le contexte des crises financière et alimentaire ainsi que l'augmentation conséquente de la demande  des produits agricoles. En regardant  l'environnement économique dans son ensemble, il examinera les questions clés liées aux  chaînes de valeur et grappes. L'accès au financement par le secteur privé ayant toujours été un défi majeur et les PME continuant ainsi de lutter pour l'accès au financement en raison de certaines exigences strictes par les banques commerciales, il s’agira de revoir les potentiels mécanismes existants à l'appui du secteur privé au niveau régional. Enfin, le dernier panel se penchera sur les stratégies nécessaires pour repositionner l'agriculture des Caraïbes.
    Le Briefing pourra être suivi en direct sous les liens suivants : www.acmediaworkers.com   et www.livestream.com/acmediaworkers.  La retransmission en direct sera accompagnée  d’un chat en direct et les journalistes sont encouragés à y participer en s’inscrivant avec leurs comptes facebook ou Twitter. Il y a également un blog sous www.acmediaworkers.blogspot.com  où des mises à jour régulières seront postées, et vous êtes aussi encouragés à y faire des commentaires.


    Link Le programme
    Link Briefings régional ACP


  2. Notre invité vidéo: Meghan Sapp, Secrétaire générale de pangea
    2010-10-18
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Notre invité pour la semaine est le Mme Meghan Sapp, elle est secrétaire générale de PANGEA, une organisation basée à Bruxelles et spécialisée dans les énergies renouvelables. Pendant sa visite au bureau de Bruxelles du CTA, Mme Sapp nous a accordé une interview, où elle explique des sujets aussi controversés comme la tension entre l’objectif de sécurité alimentaire et les biocarburants. Mme Sapp aborde aussi les questions touchant à l’environnement et au développement rural dans le cadre des relations UE-ACP. En expliquant les opportunités offertes par les biocarburants aux pays en voie de développement, Mms Sapp fait le tour des enjeux techniques et politiques y afférant. 


    Link Regarder la vidéo
    Link Pangea


  3. Principaux évènements UE-ACP pour la semaine du 18 au 22/10 2010
    2010-10-15
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Parlement européen (Strasbourg):
    -18- 21 Octobre: Séance plénière 
    Présidence de l'UE :
    -18 Octobre (Luxembourg: Conseil Affaires Economiques et Financières
    -21-22 Octobre (Bruxelles): Conseil informel du Développement
    Secrétariat ACP (Bruxelles):
    -20-21 Octobre: Comité Ministériel Commercial ACP
    - 22 Octobre : Comité Ministériel Commercial Mixte ACP-UE

     Pour de plus amples informations, veuillez consulter notre calendrier à la page http://bruxelles.cta.int/

     


    Link Parlement européen
    Link Présidence belge de l'UE
    Link Secrétariat ACP


  4. L'UE réalise des réductions d'émission plus importantes que prévu
    2010-10-14
    Catégorie(s) : Environnement

    Mme Connie Hedegaard, membre de la Commission européenne chargé de l'action pour le climat, a déclaré à ce propos: «L'Union européenne ne s'est pas contentée de signer le protocole de Kyoto, et nous ne nous sommes pas contentés de contracter des engagements au titre de ce protocole. Les faits montrent que le monde peut compter sur l'Union européenne; les engagements que nous prenons, nous les tenons. Nous sommes d'ailleurs sur le point de dépasser nos objectifs.»

    Engagements au titre du protocole de Kyoto

    Au titre du protocole de Kyoto, les 15 États membres que comptait l'Union européenne au moment de son adoption se sont engagés à réduire collectivement leurs émissions de gaz à effet de serre de 8 % en moyenne par rapport à l'année de référence choisie (1990 dans la plupart des cas) au cours de la période 2008 2012. Cet engagement collectif a été traduit en objectifs nationaux de réduction des émissions distincts pour chacun des États membres de l'UE 15. Ces objectifs sont contraignants en vertu du droit de l'UE. Aucun objectif collectif n'a été fixé pour les émissions de l'UE 27. Sur les douze États membres qui ont rejoint l'Union européenne en 2004 et 2007, dix ont souscrit, au titre du protocole de Kyoto, des engagements individuels leur imposant de réduire leurs émissions de 6 % ou 8 % par rapport aux niveaux de l'année de référence d'ici à 2008 2012. Seuls Chypre et Malte n'ont pas d'objectif en matière d'émissions.

    Émissions à ce jour

    Comme cela a été annoncé en juin 2010 (voir IP/10/659), les émissions de gaz à effet de serre de l'UE 15 en 2008, dernière année pour laquelle des données complètes sont disponibles, ont été inférieures de 6,9 % aux niveaux de l'année de référence alors même que l'économie de l'UE 15 a enregistré une croissance de près de 45 % au cours de la même période. Pour l'UE 27 dans son ensemble, les émissions ont baissé de 14,3 % entre l'année de référence et 2008. Dans un rapport distinct, l'Agence européenne pour l'environnement a présenté des estimations provisoires selon lesquelles les émissions ont fortement baissé en 2009 en raison de la situation économique. En 2009, les émissions de l'UE 15 ont été inférieures de 12,9 % aux niveaux de l'année de référence alors que les émissions de l'UE 27 ont été inférieures de 17,3 % par rapport aux niveaux de 1990.

    Source: EU@UN Partnership in actions


    Link En savoir plus
    Link Le rapport de la Commission
    Link DG Environnement


  5. Un projet financé par l'UE aide à cartographier la pollution
    2010-10-14
    Catégorie(s) : Environnement, Archives

    Des cartes en temps réel de la pollution de l'air, du sol et de l'eau peuvent maintenant être mises à la disposition de chacun grâce à un projet de recherche financé par l'UE et intitulé INTAMAP. Le projet INTAMAP a élaboré un logiciel de spécifications libre permettant d'établir des cartes de contours qui montrent non seulement l'emplacement exact des zones polluées mais aussi l'origine et la destination de la pollution. De telles informations permettent aux pouvoirs publics de prendre plus rapidement les décisions appropriées pour s'attaquer aux causes de la pollution et aux particuliers de l'éviter. Des chercheurs d'Autriche, de Belgique, d'Allemagne, de Grèce, des Pays-Bas et du Royaume-Uni ont travaillé sur le projet qui a bénéficié d'un financement de l'UE de l'ordre de 1,8 million d'euros. Les applications de la recherche dans le domaine des TIC au service des citoyens et des entreprises d'Europe sont un élément clé de la stratégie numérique pour l'Europe adoptée par la Commission en mai 2010. «Le projet INTAMAP est un bon exemple de la manière dont la recherche peut aider à améliorer la vie quotidienne en Europe» a déclaré Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne chargée de la stratégie numérique. «Les cartes de pollution en temps réel peuvent être un outil crucial pour aider les pouvoirs publics à repérer les causes des pollutions et à déterminer la meilleure façon de s'y attaquer. Elles peuvent également aider les particuliers à éviter une pollution telle que le smog.»

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Intamap


  6. L'Allemagne a dégagé 59 580 dollars US pour l'agriculture
    2010-10-14
    Catégorie(s) : Développement rural

    Le gouvernement allemand a dégagé 59 580 dollars US pour un projet de soutien à des familles d’agriculteurs de la municipalité d’Ombadja, dans le Sud de la province de Cunene. Ce programme est mis en œuvre par l’Association pour le développement de la communauté rurale (Mafiko). S’adressant à l’ANGOP, le coordinateur de Mafiko chargé de l’agriculture, Miguel Arcanjo Molunda, a déclaré que le projet, qui a débuté en août dernier, vise à soutenir des familles regroupées au sein d’associations agricoles installées à Ombadja dont les parcelles de terrain sont situées le long du fleuve Cunene. Il a précisé en outre que Mafiko travaille en partenariat avec l’Institut de développement agraire pour identifier et sélectionner les associations agricoles. D’après Miguel Arcanjo Molunda, les fonds servent à acquérir des semences, charrues, fertilisants, du matériel d’irrigation, des pompes hydrauliques et autres équipements. La Mafiko a été créée en 1997, et son siège se trouve à Ondjiva City, dans la province de Cunene.

    Source: Angola Press


    Link En savoir plus
    Link Relations de l'UE avec l'Angola
    Link EuropeAid-Angola


  7. La recherche dans le domaine du commerce de l’AECF
    2010-10-14
    Catégorie(s) : Développement rural

    Le fonds ‘Africa Enterprise Challenge Fund’ (AECF) lancera le 15 octobre 2010 son second concours RIB (RIB R2) consacré à la recherche sur le commerce. L’AECF soutient l’innovation commerciale basée sur la recherche agricole. Si votre entreprise a une excellente idée dans ce domaine, vous devriez tenter d’attirer notre attention et visiter notre page spéciale AECF RIB. Si votre entreprise a une idée innovante et commercialement viable, qui aura un impact sur le développement mais implique des risques qui vous retiennent, le concours RIB de l’AECF s’adresse à vous. Le concours RIB porte sur des opportunités commerciales dans toute l’Afrique et s’adresse tant aux candidats africains qu’internationaux. Le RIB ne financera aucune recherche primaire mais examinera toute idée pouvant convertir une recherche existante (ou pratiquement achevée) en une activité commerciale rentable. Nous lançons un appel à des propositions qui combinent rentabilité et impact social et de développement. En mettant à disposition une subvention et un financement de subvention remboursable, le concours RIB de l’AECF veut promouvoir la prise de risques et l’innovation pour encourager les entreprises à étendre leurs activités principales de façon à créer des opportunités pour les populations rurales à faibles revenus.

    Source: Africa Enterprise Challenge Fund


    Link En savoir plus


  8. 1,2 milliard de dollars d’aide au commerce et à l’infrastructure
    2010-10-13
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Un comité tripartite composé de responsables des communautés économiques régionales de la Communauté de l’Afrique orientale (CAO), de la Communauté de développement de l’Afrique australe (CDAA) et du Marché commun de l’Afrique australe et orientale (COMESA) a récemment commencé à examiner des demandes de candidats qui pourraient bénéficier d’une allocation de fonds des États membres de la tripartite dans le but de soutenir des projets, a déclaré un responsable. « Lors du sommet de Lusaka et avec le soutien des partenaires de développement, nous avons rassemblé plus de 1,2 milliard de dollars pour couvrir les coûts d’un programme global d’aide au commerce et à l’infrastructure qui doit améliorer l’infrastructure routière, ferroviaire, portuaire et énergétique. L’examen des candidatures débute cette semaine à Dar es Salam », a déclaré le président du comité tripartite et secrétaire général de la CAO, Amb Juma Mwapachu. « Cet examen sera suivi par la désignation de professionnels qui aideront la Banque de développement de l’Afrique australe (DBSA), notre conseiller financier, à évaluer les candidatures », a-t-il déclaré lors d’une réception au cours de laquelle l’ambassadeur de Belgique, Paul Jansen, et le Haut commissaire du Canada en Tanzanie, Robert Orr, ont présenté leurs lettres d’accréditation au secrétariat de la CAO à Arusha. Il a précisé que la création du fonds s’expliquait par le fait que les États membres sollicitent des prêts et des subventions auprès de banques et de partenaires de développement qui exigent un ‘contre-financement’ avant d’accorder les fonds. « S’ils s’adressent à des organisations telles que la ‘Japan International Cooperation Agency’ (JICA) et la ‘United States Agency for International Development’ ou à des banques de développement, elles leur demandent un contre-financement à titre de commission d’engagement avant de leur accorder le prêt ou la subvention. Aussi utiliserons-nous cet argent pour aider les pays membres à disposer plus rapidement des fonds prévus pour la réalisation des projets durant la période planifiée », a-t-il expliqué. Les candidatures font suite à une résolution adoptée par les trois communautés économiques de mettre en œuvre un vaste programme d’aide au commerce comprenant des projets en matière de transport, d’énergie et de facilitation commerciale le long du corridor Nord-Sud, qui traverse huit pays d’Afrique orientale et australe.

    Source: East African Business Week


    Link En savoir plus
    Link COMESA
    Link Communauté de l'Afrique de l'Est


  9. Les négociateurs de l’UE et de la CDAA débattent de l’APE
    2010-10-13
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Entre le 27 septembre et le 1er octobre 2010, les négociateurs de l’Union européenne et du groupe APE de la Communauté de développement de l’Afrique australe (CDAA) se sont réunis à Johannesburg (Afrique du Sud) pour discuter de la manière de progresser vers la conclusion d’un accord de partenariat économique (APE) régional complet. Les discussions au niveau technique et au niveau des hauts responsables portaient sur les échanges de marchandises, y compris les règles d’origine, la clause de la nation la plus favorisée (NPF), l’industrie naissante, les taxes à l’exportation et d’autres questions spécifiques qui intéressent certains pays du groupe APE de la CDAA, comme la pêche pour la Namibie.  D’autres discussions ont eu lieu à propos des services, de l’investissement, de la concurrence, des droits de propriété intellectuelle, etc. pour déterminer dans quelle mesure ces points seront traités dans cet accord. Le prochain tour de négociations aura lieu la semaine du 8-12 novembre dans la région du groupe APE de la CDAA. Il sera suivi d’autres négociations au début du mois de décembre, toujours dans la région. Le groupe APE de la CDAA comprend l’Angola, le Botswana, le Lesotho, le Mozambique, la Namibie, l’Afrique du Sud et le Swaziland. En 2007, le Botswana, le Lesotho, le Swaziland, la Namibie et le Mozambique ont approuvé un APE provisoire avec l’UE qui a ensuite été signé en 2009 par le Botswana, le Lesotho, le Swaziland, et le Mozambique.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link APE-SADC
    Link ACP-UE Commerce


  10. Nouvelles propositions de recherche marine et maritime
    2010-10-13
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    L’an dernier, dans le contexte de la stratégie européenne pour la recherche marine et maritime, des données sur des propositions pouvant avoir des applications dans le secteur maritime ont été compilées, vérifiées et analysées afin de donner aux parties prenantes une vue d’ensemble complète et fiable des propositions se rapportant à la marine dans les quatre programmes spécifiques du FP7 :
    • Coopération
    • Idées
    • Personnes
    • Capacités
    Cette étude est une première tentative de présenter une analyse quantitative et qualitative ainsi qu’un inventaire des propositions se rapportant à la marine, sélectionnées dans le contexte du 7ème programme-cadre pour la recherche (FP7). En présentant cette analyse, la Commission répond au besoin exprimé par la communauté scientifique lors de la consultation sur le Livret vert ‘Vers une future politique maritime de l’Union européenne’ de garantir des échanges d’informations réguliers sur la recherche marine et maritime traitée dans les différents programmes du 7ème programme-cadre pour la recherche.

    Source: Commission européene


    Link En savoir plus
    Link Affaires maritimes et pêche


  11. UE-AFRIQUE : il faut un approfondissement des liens interuniversitaires
    2010-10-13

    De nouveaux programmes d’élargissement des échanges entre les universités africaines et européennes ont été dévoilés lors d’une conférence qui se tenait la semaine dernière à Bruxelles et pendant laquelle 150 délégués des deux continents ont débattu du renforcement des liens dans l’enseignement supérieur. La conférence était axée sur un Livre blanc récemment publié. Celui-ci traite des dispositions visant à rapprocher les institutions et à renforcer la coopération entre les universitaires d’Europe et d’Afrique sub-saharienne. Ses conclusions font suite à des études et des discussions organisées dans le cadre du projet ‘Pour renforcer la confiance et les échanges entre l’Europe et l’Afrique (2008-2010)’, financé par l’Union européenne. Les organisateurs affirment que ce projet est le premier de ce type. Les principaux partenaires étaient l’Association des universités africaines et l’Association des universités européennes. La Belgique, qui occupe actuellement la présidence tournante de l’UE pendant six mois, a organisé un copieux programme de relations européennes et africaines entre aujourd’hui et la fin de l’année, et la conférence en fait partie. D’après l’organisateur de la conférence universitaire, Michael Hörig, directeur du programme de l’AUE, les délégués ont insisté sur la nécessité d’une plus grande participation africaine aux programmes Erasmus Mundi. Tous reconnaissent que les échanges sont disproportionnés. Environ 18% de la population universitaire de l’UE est originaire d’Afrique et la majorité se rend au Royaume-Uni, en Allemagne et en France, dans cet ordre.

    Source: universityworldnews.com


    Link En savoir plus
    Link UE-ACP enseignement supérieur


  12. Budget 2011:nouvelles priorités politiques
    2010-10-13

    Les députés veulent que les futurs budgets de l'UE s'ajustent aux nouvelles priorités politiques et négocier de nouvelles sources de financement. La commission des budgets a inséré de nouvelles lignes budgétaires pour les priorités du traité de Lisbonne et de nouvelles sources de revenus, y compris le transfert des crédits non dépensés, renvoyés jusqu'ici vers les États membres. Ces lignes budgétaires sont vides à présent, mais l'intention est d'ouvrir des négociations sur le budget après 2011.
    Lors de son vote final sur le budget 2011 ce jeudi, la commission des budgets, sous la houlette des rapporteurs Sidonia Jędrzejewska (PPE, PL) et Helga Trüpel (Verts/ALE, DE), a instamment demandé que les plafonds budgétaires fixés en 2006 soient ajustés en fonction de la réalité d'aujourd'hui. Les députés ont souligné que le budget de l'UE devrait être considéré non pas comme un fardeau supplémentaire pour les budgets nationaux, mais plutôt comme une opportunité permettant de préparer les initiatives nationales et les investissements auxquels il peut apporter une valeur ajoutée. Toutefois, les députés ont tenu compte des pressions exercées sur les budgets des États membres et ont rompu avec la tradition de proposer un budget beaucoup plus élevé que la Commission ne le propose et ne l'ont augmenté que très légèrement. La Parlement a convenu un total de 130, 140 milliards d'euros pour  les paiements et de 142, 650 milliards d'euros pour les engagements (par rapport à la Commission qui proposait 130, 140  milliards d'euros  pour les paiements et 142, 560 milliards d'euros pour les engagements).

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Budget 2011 - calendrier des négociations
    Link La commission des budgets


  13. L’UE demande une intensification des efforts de lutte contre la piraterie
    2010-10-12
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Vendredi, l’Union européenne a préconisé des efforts internationaux pour lutter contre la piraterie galopante le long des côtes d’Afrique de l’Est. Le chef de la délégation de l’UE au Kenya, Eric van der Linden, a déclaré que bien que les forces navales européennes et autres continuent à décourager et à stopper la piraterie en haute mer, les pays de la région devraient prendre eux aussi leurs responsabilités et sécuriser les côtes d’Afrique de l’Est. « Juger et emprisonner des suspects est un moyen d’y contribuer ; c’est un élément très important de la stratégie destinée à ne pas laisser impunis le piratage de bateaux et la prise en otage de marins innocents », a déclaré M. van der Linden à Nairobi. La semaine dernière, les forces navales européennes ont sauvé 9 pêcheurs kenyans de la ville côtière de Malindi qui avaient été pris en otage à bord du MS Sherry.Des dizaines de pirates ont été condamnés et d’autres ont été capturés et remis aux autorités kenyanes, une évolution que l’émissaire de l’UE qualifie de bon exemple de coopération entre l’UE et le Kenya.

    Source: english.peopledaily.com.cn


    Link En savoir plus
    Link EU NAVFOR


  14. Les commissaires aux comptes évaluent le rôle des études d’impact
    2010-10-12

    Les évaluations d’impact ont été généralement efficaces pour soutenir les prises de décision au sein des institutions européennes, mais elles n’ont pas réussi à tenir compte des amendements à la législation réalisés par le Parlement européen et les États membres, lit-on dans un rapport de la Cour des comptes européenne publié hier (28 septembre). Les évaluations d’impact ont été « largement utilisées au sein des institutions européennes et ont réussi à soutenir les prises de décisions », a déclaré Henri Grethen, membre de la Cour des comptes européenne, qui présentait le rapport hier à Bruxelles. 85% des experts interrogés à propos du rapport reconnaissent que le système d’évaluation d’impact de la Commission améliore réellement la législation. « Mais il y a des points à améliorer en ce qui concerne les procédures principales, le contenu et la présentation des rapports », a déclaré M. Grethen. Les évaluations d’impact ont pour objectif de contribuer au processus de prise de décisions de l’UE en rassemblant et en analysant systématiquement les informations sur les interventions législatives planifiées et en évaluant leur impact possible sur les citoyens et l’économie. Elles tentent d’aider les institutions de l’UE concernées par la formulation de la législation à décider quelle est la manière la plus appropriée de s’attaquer à un problème particulier.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Cour des comptes européenne


  15. Engagement de l’UE en Afrique du Sud
    2010-10-12
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Une relation solide s’est établie entre l'UE et l'Afrique du Sud depuis la naissance de la démocratie sud-africaine en 1994. Cette relation se fonde sur l'accord sur le commerce, le développement et la coopération (TDCA) signé en 1999, qui établit la base légale de relations étroites en matière de commerce, de développement, de coopération économique et de dialogue politique.
    La mise en place d'un partenariat stratégique en 2007 a encore renforcé l’importance que l’Afrique du Sud revêt pour l’UE. Le partenariat stratégique repose sur deux piliers principaux : (i) l’amélioration du dialogue politique sur des questions d’intérêt commun comme le changement climatique, l’économie mondiale, le commerce bilatéral et la paix et la sécurité et (ii) un dialogue politique et une coopération sectorielle dans toute une série de domaines (par ex. l’environnement, les sciences et la technologie, les transports, l’espace, etc.). La coopération au développement entre l’UE et l’Afrique du Sud est financée par le budget de la Communauté (instrument de coopération au développement). Il est opérationnel depuis 1995 et, depuis lors, les engagements financiers annuels s’élèvent en moyenne à 125 millions d’euros. En ce qui concerne les perspectives financières 2007-2013, le montant indicatif que l’UE a alloué à la coopération avec l’Afrique du Sud est de 980 millions d’euros, soit 140 millions d’euros par an. L’UE est de loin le principal donateur de l’Afrique du Sud : la Commission et les États membres de l’UE représentent ensemble environ 70% de la totalité des fonds de coopération dont le pays bénéficie.

    Coopération commerciale 

    L’UE dans son ensemble est de loin le principal partenaire commercial de l’Afrique du Sud : en 2009, elle représentait 28% de la valeur totale des flux commerciaux avec l’Afrique du Sud.
    Les flux commerciaux entre l’UE et l’Afrique du Sud représentaient plus de 36 milliards d’euros en 2008 et plus de 25 milliards d’euros en 2009, la diminution étant largement imputable à la récession économique mondiale.
    L’UE est la principale destination des exportations de l’Afrique du Sud, avec une part de 23% des exportations totales du pays en 2009.
    L’UE est aussi la principale source des importations sud-africaines puisqu’elle représentait 32% des importations totales du pays en 2009.

    Conseil conjoint de coopération UE - Afrique du Sud 
    Le 15 septembre 2010, le Conseil conjoint de coopération UE - Afrique du Sud (l’organisme qui supervise la mise en œuvre générale de l'accord sur le commerce, le développement et la coopération (TDCA) s’est réuni le 15 septembre à Pretoria. Il s’était réuni précédemment à Bruxelles en juillet 2009 pour dresser le bilan des progrès réalisés dans la mise en œuvre du TDCA et discuter de la manière de progresser dans les nombreux domaines pour lesquels des dialogues politiques et une coopération ont été établis dans le contexte du partenariat stratégique UE - Afrique du Sud.

    Source: Commission européenne

     

     

     


    Link En savoir plus
    Link Partenariat stratégique avec l'Afrique du Sud
    Link Délégation UE en Afrique du Sud


  16. Relance des échanges commerciaux entre l’UE27 et l’Afrique du Sud
    2010-10-12

    La valeur des exportations de l'UE27 vers l'Afrique du Sud a augmenté de façon constante, passant de 11,8 milliards d'euros en 2000 à un pic de 20,5 milliards en 2007 avant de retomber à 16,0 milliards en 2009. Les importations sont passées de 14,7 milliards en 2000 à un pic de 22,4 milliards en 2008, puis elles sont retombées à 14,9 milliards en 2009. Après un ralentissement significatif du commerce de l'UE27 avec l'Afrique du Sud en 2009, les chiffres du premier semestre 2010 indiquent une nouvelle croissance. Les exportations de l'UE27 vers l'Afrique du Sud sont passées de 7,4 milliards d'euros au premier semestre 2009 à 10,1 milliards au premier semestre 2010, et les importations ont augmenté de 7,6 milliards à 8,8 milliards. Par conséquent, la balance des échanges commerciaux de l'UE27 avec l'Afrique du Sud est passée d'un léger déficit de 0,2 milliard au premier semestre 2009 à un excédent de 1,3 milliard au premier semestre 2010. L'Afrique du Sud représentait environ 1,4% du commerce extérieur de l'UE27 et était le treizième partenaire commercial de l'UE27 au premier semestre 2010. À l’occasion du troisième sommet UE - Afrique du Sud qui se tiendra le 28 septembre à Bruxelles, Eurostat, le bureau des statistiques de l'Union européenne, publie des chiffres sur le commerce et les investissements entre l'Afrique du Sud et l’UE.

    Source: Eurostat


    Link En savoir plus
    Link ACP-EU Trade
    Link Délégation UE en Afrique du Sud


  17. Le secrétaire général, le Dr. Chambas, rencontre le président Zuma
    2010-10-12

    Le Dr. Chambas a exprimé sa reconnaissance au président pour avoir accepté de le rencontrer malgré un emploi du temps très chargé. Pendant leur réunion, il a informé le président des problèmes majeurs des ACP, en particulier en ce qui concerne l’Afrique du Sud, l’un des principaux membres de l’organisation.Le Dr. Chambas a souligné que la rencontre avec le président Zuma met en évidence toute l’importance que l’Afrique du Sud attache au groupe des ACP.Alors qu’elle signait lundi le second accord révisé de Cotonou avec l’Union européenne, la ministre sud-africaine des relations internationales et de la coopération, Mme Maite Nkoane-Mashabane, a répété que les ACP représentent une force formidable dans le monde.Elle ajouté que sa signature de l’accord révisé témoigne de l’engagement de son pays à l’égard du groupe des États ACP. L’Afrique du Sud est le dernier État ACP à avoir signé l’accord qui a été révisé en juin de cette année à Ouagadougou, au Burkina Faso.

    Source: Secrétariat ACP


    Link En savoir plus
    Link Relations commerciales ACP-UE


  18. Débat sur le commerce et signature d'un accord d’aide à l’éducation
    2010-10-11
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Commerce ACP-UE

    L’UE et l’Afrique du Sud se sont montrées prudemment optimistes à l’égard d’un nouvel effort visant à signer un accord de partenariat économique (APE) d’ici la fin de l’année 2010, ont déclaré leurs dirigeants à la fin d’un sommet d’une journée qui se tenait à Bruxelles, le 28 septembre.
    En dépit des difficultés qui ont jalonné les négociations jusqu’à aujourd’hui, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a déclaré que l’ère de la « méfiance » est révolue et que les deux parties peuvent espérer conclure l’accord d’ici quelques mois. Le président sud-africain Jacob Zuma a reconnu que « nous partageons un objectif commun, à savoir conclure l’accord commercial d’ici la fin de l’année », mais il a ajouté que « si ce n’était pas le cas, ce ne serait pas la fin du monde ». M. Barroso a souligné l’importance que revêt le commerce pour aider l’Afrique du Sud à se développer et conduire ses voisins vers le développement. « Jamais aucun pays ne s’est transformé grâce à l’aide seule. C’est pourquoi il est important d’examiner d’autres mesures de croissance telles que le commerce », a-t-il déclaré. L’Afrique du Sud négocie son APE avec l’Union européenne par l’intermédiaire du groupe APE de la Communauté de développement de l’Afrique australe, qui comprend également l’Angola, le Botswana, le Lesotho, le Mozambique, la Namibie et le Swaziland. L’objectif de l’accord est d’améliorer la situation économique régionale, mais aussi la situation économique nationale de chaque pays. Le président Zuma a déclaré que l’APE « n’est pas seulement une question de commerce mais qu’il concerne également le développement, et que c’est là l’élément important pour la région ». Cependant, les dirigeants ont reconnu qu’il serait difficile de conclure les négociations dans les trois prochains mois. « La tâche est très ambitieuse, mais il était important de recevoir aujourd’hui cette impulsion des dirigeants [sud-africains] », a déclaré M. Barroso. « Nous ne voyons pas pourquoi nous reverrions nos ambitions à la baisse, nous devrions au contraire redoubler d’efforts », a-t-il ajouté. Il a expliqué que la présence de M. Zuma et de son ministre du commerce avait donné une impulsion capitale qui a permis de surmonter le problème de confiance qui existait au début » et que depuis leurs discussions franches, la relation a évolué pour dépasser ce problème. Il a conclu en disant : « Nous reconnaissons qu’il y a des problèmes à résoudre, mais notre volonté est d’y parvenir ».

    Source: Europolitics


    Link En svoir plus
    Link Partenariat stratégique avec l'Afrique du Sud
    Link Délégation UE en Afrique du Sud


  19. Rapport : bonnes pratiques de culture et coexistence avec le maïs GM
    2010-10-11

    Des mesures particulières de stockage et de prise en compte des distances d’isolement peuvent contribuer à limiter ou à éviter l’entremêlement du maïs génétiquement modifié (GM) avec le maïs conventionnel et biologique, conclut un rapport préparé par le Bureau européen pour la Coexistence. Le « Document de bonnes pratiques » publié par l’Institut d’études de prospective technologique du JRC note que le stockage adéquat des semences et l’application d’un isolement spatial (distances de séparation, zones tampons ou zones de rebut) sont les meilleurs moyens de limiter ou d’éviter l’entremêlement. Des pratiques alternatives basées sur l’isolement temporel (en modifiant les périodes de floraison des champs GM et non-GM) sont possibles dans plusieurs pays de l’UE présentant des conditions climatiques particulières.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Sécurité alimentaire


  20. Piebalgs aux assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI
    2010-10-11

    Les 8 et 9 octobre prochains, le commissaire européen chargé du développement, Andris Piebalgs, sera à Washington pour participer aux assemblées annuelles de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI). À cette occasion, il prononcera une allocution devant le Comité du développement, le forum ministériel conjoint de la Banque mondiale et du FMI consacré aux questions de développement. Le 8 octobre, il sera l'orateur principal de la conférence du German Marshall Fund, qui abordera les moyens de mettre en œuvre un développement viable en période d'austérité. Le commissaire s'exprimera également lors d'une table ronde sur le Soudan organisée par la Banque mondiale, à l'heure où la communauté internationale doit se concentrer sur la transition pacifique à opérer après le référendum sur l'autodétermination du Sud-Soudan, prévu en janvier 2011. Au cours de sa visite à Washington, il rencontrera aussi le directeur général de la Banque mondiale, Sri Mulyani Indrawati, et son vice-président chargé de l'Afrique, Obiageli Katryn Ezekwesili. Avant son départ, M. Piebalgs a fait la déclaration suivante: «Le Comité du développement de la Banque mondiale est une enceinte de dialogue essentielle pour les principaux acteurs mondiaux du développement. Je me réjouis à l'idée de pouvoir y débattre de la capacité d'adaptation des pays en développement en période de crise, des résultats obtenus en matière de développement et des réformes. Ces discussions serviront de base à l'élaboration d'un programme pour une croissance durable au profit de tous dans les pays en développement. Je lancerai prochainement une initiative concernant la future politique de développement de l'UE, qui garantira l'efficacité et la viabilité de l'action dans ce domaine. Nous devons tous affûter nos instruments afin de produire de la valeur ajoutée et des résultats concrets dans la lutte mondiale contre la pauvreté.» Et M. Piebalgs d'ajouter: «Au Soudan, une action conjointe de la communauté internationale est nécessaire pour soutenir le développement et la stabilité du pays. L'UE a déjà alloué 665 millions € d'aide au Soudan depuis 2005 et continuera à aider le pays à affronter les défis qui l'attendent.»

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link L'UE au Soudan
    Link EuropeAid et le Soudan


  21. La Commission expose ses idées en vue de taxer le secteur financier
    2010-10-11
    Catégorie(s) : Environnement

    La Commission européenne a présenté ses idées en vue de la taxation future du secteur financier. Partant du principe que ce secteur doit contribuer de manière équitable aux finances publiques, et que les États ont urgemment besoin de nouvelles sources de recettes dans le climat économique actuel, la Commission propose une approche double. Au niveau mondial, elle soutient l’idée d’une taxe sur les transactions financières (TTF), qui permettrait de lever des fonds en vue de répondre aux défis que sont notamment le développement et la lutte contre le changement climatique. Au niveau de l’Union européenne (UE), la Commission indique qu'une taxe sur les activités financières (TAF) serait préférable. Si elle est conçue et mise en œuvre avec soin, une TAF à l’échelle de l’UE permettrait de générer d’importantes recettes et contribuerait à accroître la stabilité des marchés financiers, sans faire peser de risques excessifs sur la compétitivité de l’Union. La Commission présentera ses idées au Conseil européen à la fin du mois d’octobre et au sommet du G-20 en novembre. «Il y a de bonnes raisons de taxer le secteur financier, et des moyens réalistes de le faire», a déclaré Algirdas Šemeta, membre de la Commission européenne chargé de la fiscalité, de l’union douanière, de l’audit et de la lutte antifraude. «Je pense que les idées présentées aujourd'hui par la Commission sont tout indiquées pour assurer que le secteur financier contribue de manière équitable aux problèmes les plus urgents auxquels sont confrontés l’UE et le reste du monde.»

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Le texte de la communication
    Link Q&R sur la taxe du secteur financier


  22. Biodiversité: une évaluation confirme que l'UE n'a pas atteint l'objectif
    2010-10-11
    Catégorie(s) : Environnement

    Un rapport publié ce jour confirme que l'Union européenne n'a pas atteint l'objectif qu'elle s'était fixé d'enrayer la perte de biodiversité à l'horizon 2010. L'évaluation de la mise en œuvre du plan d'action de la Commission en faveur de la diversité biologique montre que la biodiversité est toujours lourdement menacée en Europe en raison des exigences excessives que nous faisons peser sur notre environnement, notamment en ce qui concerne les changements d'affectation des sols, la pollution, les espèces invasives et le changement climatique. L'évaluation révèle néanmoins que des progrès substantiels ont été réalisés au cours des deux dernières années. Les leçons importantes que nous avons tirées de la mise en œuvre du plan d'action soutiendront la stratégie de l'UE pour l'après‑2010. M. Janez Potočnik, membre de la Commission européenne chargé de l’environnement, a déclaré à ce propos: «Nous avons tiré quelques leçons très importantes et avons réussi à placer la biodiversité au premier plan de nos préoccupations politiques. Mais il faut que tout le monde se sente concerné, et pas seulement en Europe. La menace qui pèse sur la biodiversité ailleurs dans le monde est encore plus grande que dans l'UE. C'est pourquoi il est impératif que la conférence de Nagoya débouche sur une stratégie mondiale forte en matière de protection de la biodiversité et des écosystèmes.»

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Le rapport
    Link Environnement UE



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

Wemaster: Serge Kamuhinda (kamuhinda@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1