Teknoloji Haberleri Teknoloji Blogu Internet Haberleri Defterdar | Bir Bilgenin Defteri HDFilmİzle Full HD izle Türkçe Dublaj izle
Weblog du Bureau de Bruxelles
Juin 2018
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 247]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 247]
Date d'envoi: 2010-11-06 13:47:01
Publication #: 59
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Principaux évènements UE-ACP pour la semaine du 8 au 12/11 2010
  2. Résistance à la tentative de prise de pouvoir de l’UE sur le commerce
  3. Londres souhaite étendre ses relations commerciales avec Dakar
  4. Du courant pour le continent africain: la deuxième Facilité Energie de l’UE
  5. Le Cameroun et l’Allemagne renforcent leurs liens économiques
  6. 8,5 milliards de FCFA de l’UE pour aider le Bénin
  7. Un prêt de 6,5 milliards de FCFA à une banque camerounaise
  8. Actualisation du mandat de l'Agence européenne pour la sécurité maritime
  9. Des préoccupations douanières font échouer les pourparlers commerciaux
  10. L’UE et la RD Congo luttent contre l’abattage illégal
  11. Un accord commercial entre l’UE et la SADEC est peu probable en 2010
  12. L’UE doit prendre des mesures pour les conteneurs perdus en mer
  13. La Grande-Bretagne renforcera sa collaboration avec l’OECO
  14. Karel De Gucht rencontre les ministres européens du développement
  15. Retenez bien cette date et venez nombreux aux JED
  16. Lait: trois États membres risquent des prélèvements de 19 millions €
  17. Lignes directrices pour concilier l'énergie éolienne et biodiversité
  18. Poursuite du remaniement de l'encadrement supérieur de la Commission


  1. Principaux évènements UE-ACP pour la semaine du 8 au 12/11 2010
    2010-11-05
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Parlement européen (Bruxelles):
    -09 Octobre: Echange d’opinions avec le Commissaire de Gucht & Consultation sur les IDE
    -10-11 Novembre: Session plénière
    Présidence de l'UE (Bruxelles) :
    -10 Novembre : Conseil Compétitivité
    -11 Novembre : Conseil Affaires Economiques et Financières
    Secrétariat ACP (Bruxelles):
    - 8-10 Novembre : 92ème Session du Conseil des ministres ACP

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter notre calendrier à la page http://bruxelles.cta.int/

     

     


    Link Parlement européen
    Link Présidence belge de L'UE
    Link Secrétariat ACP


  2. Résistance à la tentative de prise de pouvoir de l’UE sur le commerce
    2010-11-05
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Les diplomates de l’UE se rencontrent à Bruxelles aujourd’hui (5 novembre) afin de discuter d’une proposition de la Commission visant à revoir la procédure de comitologie en accord avec le Traité de Lisbonne. La procédure rapide, qui est accusée d’être trop opaque et complexe, implique de puissants comités d’experts nationaux qui font passer la mise en œuvre des actes accompagnant la législation de l’UE, basée sur une proposition de la Commission. Les décisions sur les quotas laitiers ou sur l’approbation des substances chimiques, par exemple, sont habituellement prises via la comitologie. Le principal avantage de la procédure est que celle-ci est beaucoup plus rapide que le fonctionnement législatif normal. Cependant, elle court-circuite le Parlement européen sur des décisions qui sont parfois de grande importance. L’influence des Etats membres, spécialement des plus petits, est aussi disproportionnée. Le Traité de Lisbonne, adopté en décembre de l’année dernière, a réformé la procédure de comitologie en augmentant la voix de la Commission et du Parlement dans le système. Dans le système précédant, les capitales nationales pouvaient bloquer une proposition de la Commission par une simple majorité. La nouvelle procédure consacrée dans le Traité de Lisbonne prévoit plutôt que les Etats membres ne seront capables de stopper une décision de la Commission que par une majorité qualifiée.

    Source: Euractiv

     


    Link En savoir plus
    Link Commerce extérieur
    Link Comitologie


  3. Londres souhaite étendre ses relations commerciales avec Dakar
    2010-11-05
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    La Grande Bretagne souhaite renforcer son partenariat commercial avec le Sénégal dans le but "d'ouvrir de nouveaux marchés et de lever les obstacles à l'investissement", annonce un communiqué de son ministère des Affaires étrangères reçu à l'APS. "Nous voulons bâtir, entre la Grande-Bretagne et le Sénégal, un réseau de relations bilatérales renforcées qui agissent comme autant de veines et d'artères capables d'assurer la circulation des échanges commerciaux afin que nos deux pays puissent croître et prospérer ensemble", souligne le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, cité dans le texte. "Nous devons tout mettre en oeuvre pour que la reprise économique s'amorce en Grande-Bretagne même, mais c'est au-delà de nos frontières que nous devons chercher de nouvelles opportunités et de nouveaux partenaires", ajoute M. Hague.

    Source: Allafrica

     


    Link En savoir plus
    Link Relations de l'UE avec le Sénégal
    Link DFID


  4. Du courant pour le continent africain: la deuxième Facilité Energie de l’UE
    2010-11-05
    Catégorie(s) : Environnement

    La plu­part des afri­cains ha­bi­tant les zones ru­rales et se­mi-ru­rales n’ont pas accès à l’élec­tri­ci­té. Confron­tés à ce pro­blème d’accès, la po­pu­la­tion uti­lise des com­bus­tibles tra­di­tion­nels qui sont une source de pol­lu­tion et d'émis­sion de CO2. Ils consti­tuent éga­le­ment une me­nace po­ten­tielle pour la santé. Dotée d’un bud­get total de 200 mil­lions d’euros, la Fa­ci­li­té Éner­gie de l’Union Eu­ro­péenne co­fi­nance di­vers pro­jets sur le ter­rain, ainsi que des pro­grammes de gou­ver­nance vi­sant à per­mettre à cha­cun, et sur­tout aux plus pauvres, d’ac­cé­der à des ser­vices du­rables et mo­dernes sur tout le conti­nent.

    La Fa­ci­li­té et le Par­te­na­riat Afrique-UE pour l’éner­gie (PAAE)


    Lancé en 2007 lors du 2e som­met Afrique-UE, le par­te­na­riat Afrique-UE pour l’éner­gie (PAEE) a été mis sur pied afin d’ac­croître les in­ves­tis­se­ments eu­ro­péens et afri­cains dans les in­fra­struc­tures et in­ter­con­nexions éner­gé­tiques, au sein de l’Afrique ainsi qu’entre le conti­nent et l’Eu­rope. La Fa­ci­li­té est l’une des prin­ci­pales clés mises en place en vue de la réa­li­sa­tion cet ob­jec­tif. Les chiffres de la pre­mière phase de la Fa­ci­li­té in­diquent que près de sept mil­lions de per­sonnes ont bé­né­fi­cié de 74 pro­jets co­fi­nan­cés par la Fa­ci­li­té. Le mon­tant total de l’in­ves­tis­se­ment était de 196 mil­lions d’euros sur un coût total de 430 mil­lions d’euros pour l’en­semble des pro­jets. 97% des pro­jets fi­nan­cés étaient axés sur la gé­né­ra­tion d’éner­gie à par­tir de sources re­nou­ve­lables et de so­lu­tions hy­brides. La pre­mière phase montre éga­le­ment que la Fa­ci­li­té s’avère ef­fi­cace pour ob­te­nir des fonds d’autres or­ga­ni­sa­tions telles que le sec­teur privé, les banques de dé­ve­lop­pe­ment eu­ro­péennes, les ONG et les États membres de l’UE.

    La deuxième Fa­ci­li­té Ener­gie


    La deuxième Fa­ci­li­té Éner­gie ac­corde la prio­ri­té aux pro­jets en­cou­ra­geant le re­cours à des éner­gies re­nou­ve­lables telles que les sources géo­ther­miques, l’éner­gie so­laire, les parcs d’éo­liennes et la bio­masse en plus d’une op­ti­mi­sa­tion de l’ef­fi­ca­ci­té éner­gé­tique dans les im­meubles. L’ob­jec­tif de ces pro­jets vise à dé­ve­lop­per l’accès aux ser­vices éner­gé­tiques pour les plus dé­mu­nis. Cette deuxième Fa­ci­li­té Ener­gie, dotée d’un bud­get de 200 mil­lions d’euros. sera no­tam­ment mise en oeuvre au tra­vers de deux ap­pels à pro­po­si­tions dont le pre­mier , d’un mon­tant de 100 mil­lions d’euros, a été lancé le 30 no­vem­bre2009. La Fa­ci­li­té en­glo­be­ra éga­le­ment deux nou­veaux ins­tru­ments de co-fi­nan­ce­ment : un sou­tien fi­nan­cier à la gou­ver­nance dans le sec­teur de l’éner­gie par la Fa­ci­li­té de Dia­logue et de Par­te­na­riat dans le cadre de l’EUEI (EUEI-PDF) et un mé­ca­nisme de poo­ling qui im­pli­que­ra les ins­ti­tu­tions eu­ro­péennes fi­nan­cières et le sec­teur privé. Cette deuxième Fa­ci­li­té Ener­gie en­cou­rage la par­ti­ci­pa­tion du sec­teur privé, et plus par­ti­cu­liè­re­ment celle des pe­tites et moyennes en­tre­prises lo­cales (PME) et des éven­tuels in­ves­tis­seurs dans le sec­teur de l’éner­gie. La par­ti­ci­pa­tion des ac­teurs lo­caux (PME, au­to­ri­tés lo­cales et com­mu­nau­tés) est pri­vi­lé­giée. Au ni­veau na­tio­nal, les au­to­ri­tés du sec­teur éner­gé­tique sont par­ti­cu­liè­re­ment im­pli­quées dans la com­po­sante de la gou­ver­nance. Dans un souci de co­hé­rence avec les prio­ri­tés na­tio­nales, les pro­jets de­vront être ap­prou­vés par ces au­to­ri­tés.

    Source: Afriqueavenir


    Link En savoir plus
    Link Deuxième Facilité Energie


  5. Le Cameroun et l’Allemagne renforcent leurs liens économiques
    2010-11-05
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le Ca­me­roun et l’Al­le­magne se sont ac­cor­dé sur le raf­fer­mis­se­ment des liens éco­no­miques entre les deux pays au terme ven­dre­di à Doua­la des pre­mières jour­nées éco­no­miques ger­ma­no-​ca­me­rou­naises. Or­ga­ni­sée à l’ini­tia­tive du Club des amis de l’Al­le­magne (CAA), cette ren­contre qui a vu la par­ti­ci­pa­tion d’une qua­ran­taine d’opé­ra­teurs éco­no­miques al­le­mands et leurs par­te­naires du Grou­pe­ment inter pa­tro­nal du Ca­me­roun (GICAM), a éga­le­ment bé­né­fi­cié de l’appui ins­ti­tu­tion­nel du gou­ver­ne­ment ca­me­rou­nais et de l’am­bas­sade d’Al­le­magne. Pen­dant trois jours qu’au­ront duré les tra­vaux, les deux par­ties ont jugé la né­ces­si­té de ren­for­cer leurs liens éco­no­miques, la par­tie al­le­mande ayant no­tam­ment ain­si­té sur l’amé­lio­ra­tion du cadre ré­gle­men­taire fa­vo­ri­sant l’in­ves­tis­se­ment. Il s’agit no­tam­ment d’amé­lio­rer la gou­ver­nance ju­di­ciaire, l’as­sou­plis­se­ment des dé­marches ad­mi­nis­tra­tives, l’in­ci­ta­tion fis­cale et la lutte contre la cor­rup­tion qui sont de na­ture à dé­cou­ra­ger les in­ves­tis­seurs étran­gers, a dé­cla­ré Jacques Bimaï, le pré­sident du CAA.

    Source: Afriqueavenir.org


    Link En savoir plus
    Link Relations de l'UE avec le Cameroun


  6. 8,5 milliards de FCFA de l’UE pour aider le Bénin
    2010-11-05

    L’Union européenne (UE) va accorder au gouvernement béninois, un appui financier de 8,5 milliards de FCFA (soit 13 millions d’euro), pour aider ce pays à faire face à la crise économique mondiale. Un accord dans ce sens a été signé ce mardi à Cotonou par le ministre béninois des Finances, Idriss Daouda et le Chef de Délégation de l’Union Européenne au Bénin, Mme Françoise Collet. « Lors du Sommet du G20 en avril 2009, l’Union eu¬ro¬péenne s’est engagée à soutenir les pays ACP dans la gestion des conséquences de la crise économique et financière mondiale », a expliqué, le Chef de Délégation de l’Union Européenne au Bénin. A l’issue d’un examen attentif et d’une évaluation des besoins spéciaux du Bénin résultant des conséquences de la crise, a souligné, Mme Françoise Collet, l’Union européenne a alloué des ressources supplémentaires au Bénin qui avait déjà bénéficié de cet instrument de réponse à la crise en 2009. Selon Mme Françoise Collet, ce montant de 8,5 milliards de FCFA (soit 13 millions d’euro) pourra être décaissé sous forme d’appui budgétaire général. « Il permettra au gouvernement béninois de faire face aux conséquences de la crise économique et contribuera à la mise en œuvre de la Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté et à poursuivre les efforts entrepris pour atteindre les objectifs du mil¬lé¬naire en ma¬tière de développement », a-t-elle précisé. Les relations entre le Bénin et l’Union européenne sont fondées sur le dialogue politique entre partenaires responsables et sur une coopération qui a touchée un très grand nombre de domaines. Depuis son indépendance, le Bénin a reçu, au titre du FED, plus de 900 mil¬lions d’euros d’aide communautaire, sans compter les ressources de la coopération régionale et du budget de la Commission européenne. La coopération entre le Bénin et la Commission européenne a été mar¬quée par une continuité dans les stratégies pas¬sées (7e, 8e et 9e FED) avec des interventions dans les transports routiers, la santé et l’appui budgétaire macro-économique.

    Source: Afriqueavenir.org

     


    Link En savoir plus
    Link Relations de l'UE avec le Bénin


  7. Un prêt de 6,5 milliards de FCFA à une banque camerounaise
    2010-11-05

    La Banque d’investissement d’Allemagne (DEG) a accordé un prêt de 6,5 milliards de francs CFA au titre de sa participation à Afriland First Bank du Cameroun aux termex d’une convention de partenariat signée entre les deux institutions bancaires, a appris APA, mardi de source bancaire.
    La signature de cette convention devrait permettre à Afriland Fisrt Bank « d’octroyer un volume plus important de crédits et élargir son offre à des régions qui n’ont pas jusque-là accès aux prestations des banques », a déclaré le directeur général de la DEG Philip Kreutz.
    « A travers ce prêt à caractère de participation, nous consolidons la surface financière d’un client de longue date et lui permettront d’élargir davantage son offre de financement », a-t-il précisé. Partenaires depuis la création de Afrliand First Bank, les deux institutions financières développent depuis quelque temps, « une coopération innovante » qui permet à cette banque locale avec plus de 12 pour cent du marché de figurer au troisième rang des banques exerçant au Cameroun, juste après deux banques internationales françaises. L’efficacité d’un secteur bancaire dans les pays comme le Cameroun permet le financement des entreprises et peut « contribuer à faire du Cameroun un pays émergent » à l’horizon 2035 comme le prévoit le gouvernement. C’est dans cette perspective a indiqué Alamine Ousmane Mey le directeur général de Afriland First Bank, que cette structure entend s’engager dans le financement des entreprises camerounaises et sous régionales à forte croissance à travers le « Catalyst fund 1 » qui permet de mettre des capitaux pour des financements à long terme.

    Source: Afriqueavenir.org


    Link En savoir plus
    Link DEG


  8. Actualisation du mandat de l'Agence européenne pour la sécurité maritime
    2010-11-05
    Catégorie(s) : Environnement

    La Commission européenne a adopté une proposition modifiant le mandat de l'Agence européenne pour la sécurité maritime (AESM) afin de permettre à celle-ci de relever les nouveaux défis d'un monde en évolution constante. Il est communément admis que l'AESM joue un rôle important dans la politique de l'Union européenne en matière de transport et de sécurité maritimes, en étroite collaboration avec la Commission, les États membres et les acteurs du secteur. Or, la situation a changé depuis que l'AESM est entrée en fonction en 2003 et il convient d'actualiser quelque peu son mandat. Siim Kallas, vice-président de la Commission européenne chargé des transports, a déclaré: «La sécurité est la pierre angulaire de la politique des transports de l'UE. Aussi l'Agence européenne pour la sécurité maritime a-t-elle été créée en 2004 pour tenter d'éviter des catastrophes comme celles du ferry Estonia ou des pétroliers Erika ou Prestige et je suis très satisfait de constater qu'elle est devenue aujourd'hui un interlocuteur respecté qui fournit des services professionnels de haute qualité au transport maritime et au-delà. Pour lui permettre de continuer dans cette voie avec le même succès, il est désormais temps d'actualiser son mandat.»

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link EMSA
    Link Transport maritime UE


  9. Des préoccupations douanières font échouer les pourparlers commerciaux
    2010-11-05
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Vendredi, les négociateurs commerciaux de l’Union européenne et de ses anciennes colonies n’ont pas réussi à trouver un accord sur la manière de sortir de l’impasse en ce qui concerne les accords commerciaux régionaux, et ils ont seulement convenu qu’il est nécessaire de les conclure rapidement. Les efforts pour sceller des accords entre l’UE et six groupes différents de pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) sont bloqués depuis des années. « Les négociations sont dans l’impasse depuis 2007. Nous ne pouvons pas rester ici éternellement », a déclaré le responsable européen du commerce, Karel De Gucht, aux journalistes, à l’issue d’une réunion avec les ministres du commerce et de l’économie des États ACP. Les pays africains en particulier – dont beaucoup dépendent des revenus douaniers pour leur budget national  -- ont regimbé face aux exigences de l’UE de remplacer les taxes douanières régionales au sein de leurs propres groupes régionaux par d’autres formes de revenus fiscaux, comme la TVA. « L’Europe a besoin des pays africains », a déclaré aux journalistes Paul Boundoukou-Latha, ministre de l’économie et du commerce du Gabon, à l’issue de la réunion. Il rappelait ainsi la richesse des ressources du continent et l’intérêt croissant de la Chine, de l’Inde et du Brésil pour la conclusion d’accords avec les pays africains.
    Les ministres européens du développement qui se réunissaient à Bruxelles vendredi ont déclaré que le bloc des 27 doit continuer à s’efforcer de conclure des pactes avec les six groupes de pays ACP. Le mois dernier, les négociateurs commerciaux d’Afrique du Sud ont demandé une approche moins ambitieuse des pourparlers. On s’attend à ce que le sommet UE-Afrique qui se tiendra fin novembre cherche à trouver de nouvelles idées sur la manière de progresser ou de débloquer les discussions. (Compte rendu de Juliane von Reppert-Bismarck révisé par Alison Williams).

    Source: Reuters


    Link En savoir plus
    Link Commerce UE-ACP


  10. L’UE et la RD Congo luttent contre l’abattage illégal
    2010-11-05
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE

    En vertu d’un accord qui devrait être finalisé à la mi-2013, le bois et les produits du bois de la République démocratique du Congo, qui sont vendus dans l’Union européenne, devront être porteurs d’une licence prouvant son origine légale. Jeudi à Bruxelles, de hauts responsables de l’UE et de la RDC ont signé une déclaration visant à lancer les négociations relatives à un accord de partenariat volontaire sur l’exportation vers le marché européen de bois abattu légalement, et ce conformément au plan d’action 2003 sur l’application des réglementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux, ou FLEGT. Le ministre de l’environnement, de la protection de la nature et du tourisme de la RDC, Jose Bononge Endundo, le commissaire européen en charge du développement, Andris Piebalgs, et le ministre belge de la coopération au développement, Charles Michel, qui représentait la présidence belge, ont signé la déclaration. « La décision de la République démocratique du Congo de s’engager à lutter contre l’exploitation illégale des forêts est une bonne nouvelle tant pour la RDC que pour l’UE. Elle aidera le secteur forestier de la RDC à se développer de manière durable et à créer des emplois », a déclaré M. Piebalgs. « De leur côté, les Européens auront l’assurance que tous les produits du bois provenant de la RDC auront été produits et exportés légalement », a déclaré M. Piebalgs. Un accord de partenariat volontaire est un accord commercial compatible avec l’Organisation mondiale du commerce, qui est conclu entre un pays producteur et l’UE pour mettre fin conjointement à l’abattage illégal. En dépit de leur caractère volontaire, les accords de partenariat volontaires, une fois signés, sont juridiquement contraignants pour les deux parties.

    Source: ens-newswire.com


    Link En savoir plus
    Link FLEGT / FLEG
    Link Relations UE avec la RDC


  11. Un accord commercial entre l’UE et la SADEC est peu probable en 2010
    2010-11-04
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Les espoirs de la SADEC de conclure avant décembre les négociations sur un nouvel accord de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne (UE) s’estompent étant donné que les nouvelles exigences de l’UE menacent de saboter les chances d’un nouveau pacte commercial. Les pays de la Communauté de développement d’Afrique australe négocient actuellement des conditions préférentielles avec l’UE suite à l’expiration de l’ancien accord commercial en 2008.
    Les États africains négocient un nouveau pacte commercial avec l’UE depuis 2002, lorsque l’accord de Cotonou a pris fin. Les négociations ont été bloquées étant donné que les pays de la SADEC ont rejeté un premier  projet dont ils estimaient qu’il penchait lourdement en faveur de l’UE. Annascy Mwanyagapo, directeur du commerce international auprès du ministère namibien du commerce et de l’industrie, a exprimé ses doutes quant à la conclusion prochaine d’un pacte. En tout cas, M. Mwanyagapo a déclaré au Southern Times que l’UE avait indiqué au cours de la dernière réunion des négociateurs qui s’est tenue à Johannesburg au début du mois « qu’il n’y a pas d’urgence » alors qu’elle tente de mettre en avant toute une série de ‘questions de nouvelle génération’, comme les marchés publics, les services, la politique de concurrence et les droits de propriété intellectuelle. L’insistance de l’UE sur la clause des questions de nouvelle génération pourrait saboter les chances des parties de conclure un jour un accord.

    Source: southerntimesafrica.com


    Link En savoir plus
    Link SADEC
    Link PE


  12. L’UE doit prendre des mesures pour les conteneurs perdus en mer
    2010-11-04
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Le rapporteur sur la politique maritime intégrée (PMI), dont le rapport a été adopté par le Parlement européen ce matin, a attiré l’attention sur le grand nombre de conteneurs perdus en mer par des navires commerciaux et sur les dommages qu’ils sont susceptibles d’occasionner à l’environnement et aux autres bateaux. « Chaque année dans l’UE, environ 2 000 conteneurs passent accidentellement par-dessus bord, souvent parce qu’ils sont trop lourds ou mal arrimés. Nous ne mesurons pas suffisamment la toxicité ou le danger que la plupart représentent. 15% des conteneurs sont finalement rejetés sur les côtes et 15% continuent à flotter sur la mer et représentent donc un danger pour les autres bateaux et l’environnement ». « Les transporteurs maritimes à courte distance détachent souvent les amarres des conteneurs avant d’entrer au port pour gagner du temps, mais en agissant ainsi ils augmentent le risque que les conteneurs passent par-dessus bord. La recherche montre en outre que 45% seulement des exploitants de navire entreposent correctement les conteneurs. Des réglementations européennes existent, il faut donc prendre des mesures pour les faire respecter ». L’amélioration de notre environnement maritime est l’un des nombreux problèmes auxquels l’UE doit s’attaquer pour une politique maritime plus intégrée : « Nous voulons un secteur maritime plus sûr, plus écologique et plus durable étant donné son importance pour notre économie. L’UE possède 320 000 km de côtes et un tiers de notre population y vit. Nos activités économiques en mer et sur la côte représentent 40% du PIB européen, et les prévisions laissent entrevoir un potentiel encore plus grand ». « Mais de récents événements tels que la marée noire dans le golfe du Mexique montrent la fragilité de l’écosystème marin. Seulement 10% des mers ont été explorés alors que nous en tirons pourtant 15 000 produits différents. La mer transporte 90% de nos exportations, dont 40% au sein de l’UE. Mais cela signifie que nous devons honorer notre engagement de réduire nos émissions de CO2 et atténuer l’impact du changement climatique sur les régions côtières et insulaires. La navigation, en particulier, devrait être intégrée dans le système communautaire d’échange de quotas d’émissions, tout comme d’autres moyens de transport ». « La mer est une énorme ressource pour la pêche, l’aquaculture, la production d’énergie et l’extraction, le tourisme et les technologies marines. Nous devons utiliser la mer de façon plus harmonieuse tout en la protégeant contre une surexploitation ».

    Source: Alliance des Libéraux et Démocrates pour l'Europe


    Link En savoir plus
    Link Affaires maritimes


  13. La Grande-Bretagne renforcera sa collaboration avec l’OECO
    2010-11-04

    Le Royaume-Uni et l’Organisation des États des Caraïbes orientales (OECO) ont établi des relations diplomatiques le 13 octobre 2010 et, à cette occasion, le représentant permanent de la Grande-Bretagne auprès de l’OECO, Paul Brummel, a confirmé que son pays avait connaissance des défis auxquels les États membres de l’OECO sont confrontés et qu’il renforcerait sa collaboration avec l’OECO pour s’attaquer aux problèmes actuels. Il a cité en particulier la collaboration actuelle du Royaume-Uni avec les pays des Caraïbes orientales en ce qui concerne la sécurité nationale et a réitéré l’engagement du Royaume-Uni d’aider les pays des Caraïbes orientales à cet égard. Après l’Espagne, le Mexique, le Brésil, l’Allemagne, la Finlande et la France, le Royaume-Uni est le septième pays à établir des relations diplomatiques avec l’OECO.

    Source: caribbeannewsnow.com


    Link En savoir plus
    Link OECS


  14. Karel De Gucht rencontre les ministres européens du développement
    2010-11-04
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le vendredi 22 octobre, à Bruxelles, le commissaire européen du commerce, Karel De Gucht, et le commissaire en charge du développement, Andris Piebalgs, ont rencontré les ministres européens du développement. Cette réunion était suivie d’un comité ministériel commercial mixte (CMCM) avec des ministres du commerce africains. Le CMCM a traité en particulier du cycle de Doha pour le développement, de l’aide au commerce et du processus d’adhésion des États ACP à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). D’autres points à l’ordre du jour portaient sur l’avenir de la politique commerciale de l’UE, des informations sur les négociations sur les accords de libre-échange (ALE) de l’UE avec des pays tiers, les règles d’origine et les produits de base. Le CMCM a ensuite consacré une séance spéciale aux accords de partenariat économique (APE) entre les ACP et l’UE, avec un dialogue sur le statut et les futures perspectives.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Aide pour le commerce


  15. Retenez bien cette date et venez nombreux aux JED
    2010-11-03
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Les 6 et 7 décembre, la Commission européenne organisera la 5e édition des Journées européennes du développement (JED) à Bruxelles, en coopération avec la présidence belge de l'Union européenne. Le président de la Commission, M. José Manuel Barroso, prononcera une allocution lors de l'ouverture de cet important forum de discussion politique qui réunira d'anciens et de nouveaux chefs d'État et de gouvernement d'Europe, d'Afrique et du reste du monde, ainsi que des représentants de haut niveau de gouvernements, d'organisations internationales, de praticiens du développement, d'ONG, des médias et de la société civile. Ces Journées européennes du développement, qui auront lieu quelques jours après le sommet Afrique-UE à Tripoli et parallèlement à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Cancun, seront pour les parties prenantes et les gouvernements l'occasion d'aborder en temps utile et d'une manière ciblée les problèmes qui se posent dans le monde, dans une atmosphère ouverte et souvent informelle. Pour participer à ces Journées européennes du développement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante: http://register.eudevdays.eu/index_fr.asp.

    M. Andris Piebalgs, commissaire européen chargé du développement, s'est exprimé en ces termes: «Les Journées européennes du développement constituent un événement marquant de l'agenda européen du développement et la plus grande plateforme européenne de dialogue et d'échange dans ce domaine. Elles offrent aux acteurs du développement une occasion unique de discuter et de partager des idées et permettront au public de découvrir la musique, l'art et le cinéma des pays en développement. Cette année, ces journées auront lieu à un moment crucial, où la politique en matière de développement est en pleine évolution face au nouveau cadre institutionnel de l'UE et au contexte mondial actuel. »

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Le projet de programme des JED
    Link Le guide JED pour les médias


  16. Lait: trois États membres risquent des prélèvements de 19 millions €
    2010-11-02
    Catégorie(s) : Développement rural

    Selon les chiffres provisoires publiés aujourd'hui par la Commission européenne, le Danemark, les Pays‑Bas et Chypre sont les seuls États membres à avoir dépassé leur quota de production laitière au cours de l'année contingentaire 2009/2010, donnant lieu à des prélèvements sur les excédents qui pourraient atteindre au total 19 millions €. En comparaison, ces prélèvements s'élevaient à 99 millions € l'année dernière et à 340 millions € l'année précédente. Après le relèvement des quotas convenu dans le cadre du bilan de santé de la PAC de 2008, l'Italie a pour la première fois respecté son quota de production, tandis que l'UE enregistrait une production globalement inférieure d'environ 7 % aux volumes contingentaires globaux, contre 4,2 % au cours de l'année contingentaire 2008/2009 (avril‑mars). M. Dacian Cioloș, membre de la Commission chargé de l'agriculture et du développement rural, a déclaré à ce propos: «Bien que ces chiffres confirment que l'Italie est finalement parvenue à respecter son quota, la seule chose que nous retiendrons de l'année contingentaire 2009/2010 est la situation du marché particulièrement difficile observée dans un très grand nombre d'États membres. Par l'intermédiaire de notre groupe à haut niveau institué précisément pour analyser la crise du marché, nous avons examiné attentivement la situation et j'ai bon espoir que les propositions que je présenterai en décembre permettront aux producteurs de produits laitiers de mieux s'adapter aux évolutions du marché et offriront un environnement plus stable à mesure que nous nous rapprocherons de la fin du régime des quotas prévue en 2015.» Les Pays‑Bas, le Danemark et Chypre sont à eux trois à l'origine d'un dépassement de 70 000 tonnes de leurs quotas nationaux. Les Pays‑Bas et le Danemark ont dépassé de 0,4 % le quota qui leur a été attribué pour les «livraisons» et Chypre l'a dépassé de 0,3 %, ce qui a été sanctionné par des prélèvements respectifs de 13,03 millions €, 5,68 millions € et 125 000 €. Les Pays‑Bas ont également dépassé d'environ 2 268 tonnes leur quota réservé à la vente directe, donnant lieu à un prélèvement supplémentaire d'un montant de 631 000 € sur les ventes directes. Sur la base des déclarations annuelles des États membres, les 24 autres États membres ont tous respecté leurs quotas. Bien que les décisions prises en 2008 (relèvement des quotas et modifications du système de correction de la teneur en matière grasse) aient considérablement augmenté les possibilités de production en 2009/2010, seuls dix États membres (Belgique, Bulgarie, Danemark, Allemagne, Espagne, Luxembourg, Malte, Pays‑Bas, Autriche et Finlande) ont enregistré une augmentation de leurs livraisons.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Agriculture et développement rural


  17. Lignes directrices pour concilier l'énergie éolienne et biodiversité
    2010-11-02
    Catégorie(s) : Environnement

    Si l'énergie éolienne ne représente pas, de façon générale, une menace pour la nature, il peut arriver que des parcs d'éoliennes mal situés ou mal conçus aient des effets négatifs sur les espèces et habitats vulnérables. C'est la raison pour laquelle la Commission européenne a publié aujourd'hui des lignes directrices relatives au développement de l'énergie éolienne dans les zones naturelles protégées. Ces lignes directrices s'appliquent au réseau Natura 2000, lequel constitue non seulement la clé de voûte de la politique de l'UE en matière de biodiversité, mais également un instrument essentiel pour atteindre l'objectif que s'est fixé l'Union d'enrayer et d'inverser la tendance à l'appauvrissement de la biodiversité à l'horizon 2020. L'énergie éolienne a un rôle important à jouer dans la réalisation de l'objectif de l'UE de parvenir à 20 % d'énergie renouvelable dans la consommation d'énergie totale de l'Europe d'ici 2020, et le déploiement de ce type d'énergie dans les zones Natura 2000 n'est pas automatiquement exclu, même s'il doit faire l'objet d'une évaluation au cas par cas. M. Janez Potočnik, membre de la Commission chargé de l'environnement, a déclaré à ce sujet: «Ces nouvelles lignes directrices vont donner aux États membres et aux entreprises des indications claires en ce qui concerne la réalisation d’activités liées au développement de l'énergie éolienne en conformité avec les exigences de Natura 2000. Il ne s'agit pas de modifier la législation ou la politique, mais simplement de fournir des orientations sur le droit existant. Notre but est de veiller à ce que les objectifs en matière d'énergie renouvelable soient atteints dans le plein respect de la législation de l'UE relative à la protection des espèces.»

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Orientations sur l'énergie éolienne
    Link Biodiversité


  18. Poursuite du remaniement de l'encadrement supérieur de la Commission
    2010-11-02

    La Commission (27 octobre) a adopté aujourd'hui, sur proposition du président Barroso et du vice président Šefčovič, un ensemble de décisions visant à mettre en œuvre sa politique de mobilité à l'égard des hauts fonctionnaires. Il s'agit du second train de mesures en matière de mobilité depuis le début de son mandat. Ces mesures concernent le transfert de David O'Sullivan à la fonction de directeur général de RELEX, de manière à garantir une transition harmonieuse vers son nouveau rôle de directeur général administratif au sein du service européen d'action extérieure, comme l'a déjà annoncé Mme Catherine Ashton, haute représentante et vice-présidente de la Commission européenne, les transferts d'un ancien directeur général et d'un directeur général vers d'autres directions générales, le transfert d'un directeur général adjoint, et la promotion d'un directeur à une fonction de directeur général adjoint. Par l'adoption de cet ensemble de mesures, la Commission réaffirme d'une part, le principe selon lequel les nominations reposent essentiellement sur le mérite, et d'autre part, le principe de mobilité. Le Collège a, par la même occasion, décidé de modifier les organigrammes de plusieurs directions générales. Parmi ces décisions, on notera la fusion de la DG EuropeAid (AIDCO) et de la DG Développement (DEV) pour former la nouvelle direction générale «EuropeAid Développement et Coopération» (DG DEVCO).

    Source: Commission européene


    Link En savoir plus



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

Wemaster: Serge Kamuhinda (kamuhinda@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1