Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 250]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 250]
Date d'envoi: 2010-11-29 17:18:19
Publication #: 62
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Principaux évènements UE-ACP pour la semaine du 29/11 au 03/12 2010
  2. La CE propose de créer un corps volontaire européen d’aide humanitaire
  3. Lutte contre la pauvreté le principal défi des relations UE-Afrique
  4. Troisième sommet Afrique-UE
  5. L’élevage de crevettes ressent l’impact viral
  6. Les robots peuvent apprendre à « penser »
  7. Kenya : nouvelle formation en matière de sécurité alimentaire par l’UE
  8. La Pologne demande que l’on renvoie le financement agricole de l’UE
  9. La Commission alloue une aide supplémentaire de 20 millions € au Sahel
  10. Evaluer le travail de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE
  11. Sécurité alimentaire : les Européens préoccupés
  12. Le Groupe ACP est opposé à l’approbation du projet sur la CCLAT
  13. Nouvelles règles douanières entre les PMA et l'UE
  14. Sécurité alimentaire: la Commission cherche à perfectionner le BTFS
  15. La Commission donne les grandes lignes d'une PAC
  16. Elargissement : 27 Etats aujourd'hui, combien dans les années à venir ?
  17. Pour une agriculture qui réponde aux attentes de la société
  18. Avenir de la PAC : premières réflexions de la commission de l'agriculture


  1. Principaux évènements UE-ACP pour la semaine du 29/11 au 03/12 2010
    2010-11-29
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Parlement européen (Bruxelles):
    -30 Novembre - 1 Décembre : Commission sur l’agriculture et le développement rural
    -1- 2 Décembre: Commission sur le commerce international
    Présidence de l'UE (Bruxelles):
    -29 - 30 Novembre : Sommet UE-Afrique
    -29 - 30 Novembre : Conseil Agriculture et Pêche
    -3 Décembre : Conseil Transports, Télécommunications et Energie
    Secrétariat ACP (Kinshasa):
    - 2 - 4 Décembre : 20ème Séssion de l’Assemblée Parlementaire Paritaire ACP-UE

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter notre calendrier à la page http://bruxelles.cta.int/




  2. La CE propose de créer un corps volontaire européen d’aide humanitaire
    2010-11-26

    La Commission a adopté une communication visant à l'établissement du Corps volontaire européen d’aide humanitaire, comme le prévoit le traité de Lisbonne. Ce document examine la situation du volontariat en Europe, définit les besoins d'un tel corps de volontaires et passe en revue les conditions qui lui permettront de contribuer de manière positive aux opérations d'aide humanitaire européennes. «Le Corps permettra aux Européens d'exprimer l'attachement de l'Union à la solidarité et de travailler ensemble en tant que citoyens de l'UE. En apportant de l'aide aux personnes touchées par les catastrophes, nous pouvons contribuer à accroître la cohésion de la société européenne», a déclaré Mme Kristalina Georgieva, commissaire européenne chargée de la coopération internationale, de l’aide humanitaire et de la réaction aux crises. Grâce à la sélection, à la formation et au déploiement de volontaires, le Corps volontaire européen conférera une valeur ajoutée aux programmes de volontariat existants. Il créera des synergies importantes avec les organisations et les structures de volontariat existantes. Afin d'éviter la duplication et le détournement des fonds, le Corps agira sur demande et en fonction des besoins, apportant son appui aux capacités locales. La Commission a entamé la consultation des parties intéressées et lancera officiellement une consultation publique d'ici la fin de l'année. La Commission continuera d'examiner avec les acteurs concernés les possibilités et éventuelles modalités de coopération. Elle réalisera également une analyse du rapport coût-efficacité et une évaluation de l'incidence sociale des actions du Corps dans ses domaines d'intervention possibles.

    Source: Commission européenne




  3. Lutte contre la pauvreté le principal défi des relations UE-Afrique
    2010-11-25

    Un numéro spécial de l'Eurobaromètre sur les relations UE-Afrique, publié dans la perspective du sommet UE-Afrique qui se tiendra en Libye les 29 et 30 novembre, montre que les citoyens de l'UE approuvent les grands axes de la coopération entre les deux partenaires. Ils considèrent en effet que les principales priorités de la coopération sont la pauvreté (38 %), la paix et la sécurité (34 %), et les droits de l'homme (33 %). Ces priorités répondent à l'objectif premier de la politique de développement de l'UE qui consiste à éradiquer la pauvreté, comme le stipule le traité de Lisbonne et l'indique le récent Livre vert de la Commission intitulé «La politique de développement de l’UE en faveur de la croissance inclusive et du développement durable». Andris Piebalgs, commissaire chargé du développement, a déclaré: «La priorité du partenariat de l'UE avec l'Afrique demeure la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement et la lutte contre la pauvreté. Je suis heureux de voir qu'il s'agit aussi d'une priorité pour les citoyens de l'UE. Au début du mois, la Commission européenne a présenté des propositions en vue de consolider nos relations en les renforçant et en se centrant sur la croissance inclusive et durable à long terme. Le sommet de Tripoli offrira une excellente occasion de débattre des moyens d'améliorer notre coopération à cet égard.»

    Source: Commission euopéenne




  4. Troisième sommet Afrique-UE
    2010-11-25
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Efficacité Aide, Sécurité alimentaire, Archives, Environnement, Développement rural

    Les 29 et 30 novembre, le président du Conseil européen Herman van Rompuy, M. José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, et M. Andris Piebalgs, commissaire au développement, participeront au sommet Afrique-UE à Tripoli, en Libye. Sous le thème général «Investissement, croissance économique et création d’emplois», quatre-vingts chefs d’État et de gouvernement européens et africains se réuniront afin de donner une dimension nouvelle et plus ambitieuse à la coopération entre les deux continents. Dans le contexte du partenariat Afrique-UE établi en 2007, les deux continents poursuivent, en tant que partenaires égaux, des intérêts et des objectifs stratégiques communs, au‑delà de la politique traditionnelle d’aide au développement. Au cours du sommet, les participants devraient prôner une croissance inclusive et durable en tant que principal moteur du développement et de la lutte contre la pauvreté. Un renforcement du secteur privé et une participation accrue de celui-ci sont indispensables pour y parvenir, de même qu’une plus grande coopération dans les domaines du changement climatique et de la paix et de la sécurité. Le président du Conseil européen, Herman van Rompuy, a déclaré à la veille de la réunion : "Dans un contexte de globalisation croissante et de crise économique et financière, le partenariation de l'Union avec l'Afrique est d'une importance stratégique. Nous aborderons des sujets clés comme la paix et la sécurité, la gouvernance globale et l'intégration régionale. Nous allons également renforcer nos efforts conjoints pour encourager l'investissement, la création d'emplois et la croissance".

    Source: Commission européenne




  5. L’élevage de crevettes ressent l’impact viral
    2010-11-24

    Le syndrome des taches blanches (WSSV – White spot syndrome virus) a un impact dévastateur sur l’élevage de crevettes (ou crevetticulture) dans le monde entier, devenant de plus en plus agressif à chaque éruption épidémique, contrairement aux autres virus tels que celui de la grippe qui déclinent progressivement. Des chercheurs de l’Université de Wageningen, aux Pays-Bas, ont découvert que le WSSV évoluait en fonction de l’adaptation des pratiques de crevetticulture. Ils espèrent qu’en comprenant mieux ce phénomène, on pourra mieux contrôler et enrayer la maladie. Leurs résultats ont récemment été publiés dans la revue PLoS ONE.La production mondiale de crevettes a augmenté au cours de la dernière décennie. Elle est passée de 750 000 tonnes dans les années 1990 à plus de 3 millions de tonnes ces cinq dernières années, affectant considérablement les écosystèmes et les moyens de subsistance. D’après les chercheurs, le WSSV est un virus pathogène pour la crevette et constitue une grande menace pour la crevetticulture ces vingt dernières années.Cette maladie mortelle et contagieuse extermine les populations de crevettes. Les éruptions de WSSV ont décimé des populations entières de crevettes d’élevage dans le monde entier en seulement quelques jours. Au fil du temps, le virus s’est manifesté de manière plus sévère ; les éruptions connues en Chine en 1992 et en Equateur en 1999 ont montré une diminution de 70 % de la production locale de crevettes. Le virus s’est propagé sur la face entière du globe et se rencontre fréquemment chez les crustacés sauvages d’Europe.Pour comprendre pourquoi le comportement du WSSV est si différent des autres virus, les chercheurs de l’Université de Wageningen ont reconstruit la trajectoire génétique et géographique du virus de la crevette à partir d’une source ancestrale putative. Ils ont découvert que la résistance du virus augmente dans le temps et que son génome diminue de façon similaire aux prévisions théoriques de biologie évolutive.

    Source: Union Européen




  6. Les robots peuvent apprendre à « penser »
    2010-11-24
    Catégorie(s) : Archives

    Des scientifiques financés par l’UE ont mis à l’essai une théorie révolutionnaire selon laquelle les robots apprennent à « penser » aux actions qu’ils peuvent effectuer sur un objet. Les robots peuvent apprendre à travers un apprentissage fondé sur leurs observations et expériences. Ce dernier développement est le résultat du projet PACO-PLUS (« Perception, action and cognition through learning of object-action complexes »), financé au titre du domaine thématique « Technologies de la société de l’information » (TSI) du sixième programme-cadre de l’UE (6ème PC) à hauteur de 6,9 millions d’euros.Les partenaires du projet PACO-PLUS ont cherché à tester la théorie appelée « complexes objet-action » (COA). Les COA sont des unités de « pensée à travers l’action » et cette approche conçoit des logiciels et un matériel qui permettent au robot de penser à des objets en termes d’actions pouvant être accomplies. Par exemple, si un robot voit un objet avec une poignée, il pourrait l’attraper. S’il voit une ouverture, le robot peut potentiellement insérer quelque chose dans l’ouverture ou le remplir de liquide. S’il voit un couvercle ou une porte, le robot peut potentiellement l’ouvrir. Les objets, par conséquent, obtiennent leur signification par la gamme d’actions possibles que peut exécuter un robot sur eux.Cela donne à penser que les robots peuvent réfléchir de façon autonome ; en effet, cette découverte implique la possibilité d’un comportement émergent, des comportements complexes qui surviennent spontanément en raison de simples règles, selon les partenaires.

    Source: Union Européen




  7. Kenya : nouvelle formation en matière de sécurité alimentaire par l’UE
    2010-11-24

    L’UE a mis en place un nouveau programme d’appui au profit des producteurs locaux de poisson, de thé et de produits frais pour les aider à protéger leurs marchés intérieurs en préservant la conformité de leurs produits aux exigences strictes de sécurité alimentaire.Le projet, dont la délégation est basée à Nairobi, est piloté par EDES, un programme financé par l’UE visant à aider les pays en développement à renforcer et à ajuster leurs régimes réglementaires en vue de répondre aux normes de qualité très exigeantes des marchés européens.« Le Kenya a été choisi comme pays test dans la région compte tenu de l’importance du volume d’échanges avec l’Union européenne et dans la mesure où ses liens commerciaux avec l’Europe relèvent d’une longue tradition », a indiqué à Nairobi Marie Josee, responsable du département Information et communication du programme EDES.La réglementation de l’UE en matière de sécurité des aliments a subi d’importants changements au cours de ces dernières années, avec notamment la mise en œuvre du concept de traçabilité des produits « de la fourche à la fourchette » qui requiert des pays en développement un alignement de leurs systèmes de contrôle de la sécurité sanitaire et phytosanitaire (SPS) des aliments avec les systèmes de l’UE.Le programme EDES vient renforcer la confiance de l’UE pour les produits kenyans alors que l’avenir des relations commerciales entre l’Europe et le Kenya suscite débats et interrogations suite à la signature tardive d’un accord commercial préférentiel contraignant par la Communauté d’Afrique de l’Est.

    Source: Business Daily




  8. La Pologne demande que l’on renvoie le financement agricole de l’UE
    2010-11-24
    Catégorie(s) : Développement rural

    Un haut fonctionnaire polonais en charge de l’agriculture a fustigé la politique agricole commune de l’UE – ou PAC – en affirmant qu’elle est « à double vitesse » et « n’a de commun que le nom ». Il demande un nouveau système qui réduira les paiements directs aux agriculteurs et augmentera les fonds destinés à restructurer le secteur.S’adressant à des journalistes, M. Marek Sawicki, membre du parti conservateur paysan de Pologne, a exprimé son soutien à une option reprise dans une proposition de réforme de la PAC de la Commission européenne qui sera présentée la semaine prochaine et a ajouté que le contenu d’un récent mémorandum franco-allemand était « de pure forme ».

    Source: Euobserver




  9. La Commission alloue une aide supplémentaire de 20 millions € au Sahel
    2010-11-24
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Sécurité alimentaire

    La Commission européenne a modifié le 22 novembre une décision financière existante pour doubler son engagement financier dans la région du Sahel qui passe ainsi de 20 millions € à 40 millions €. Ce financement permettra d’apporter une aide humanitaire et alimentaire aux couches les plus vulnérables de la population, portant ainsi l’aide financière totale en faveur du Sahel à 74 millions € pour 2010.Le risque de crise alimentaire au Sahel avait déjà été mis en avant par les experts de l'aide humanitaire de la Commission européenne en septembre 2009. Depuis lors, le Service d'aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne (ECHO) collabore étroitement avec ses partenaires en matière d'aide humanitaire et alloue des fonds pour fournir de la nourriture aux plus démunis et contrôler, prévenir et traiter la malnutrition.Entre-temps, la situation a continué de se dégrader en raison de multiples facteurs, parmi lesquels des précipitations irrégulières, les mauvaises récoltes de 2009 qui ont eu pour conséquence une réduction de l’offre de denrées alimentaires sur les marchés et des prix alimentaires à la hausse. De plus, des maladies endémiques, telles que la rougeole, la malaria, le choléra et la méningite, se répandent dans plusieurs pays, posant des défis humanitaires supplémentaires.

    Source: Union Européen




  10. Evaluer le travail de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE
    2010-11-23

    En tant que forum parlementaire du dialogue en profondeur entre l'Union européenne et l'Afrique, les Caraïbes et le Pacifique (ACP), l'Assemblée parlementaire paritaire, estiment les députés, doit suivre de près les négociations en cours des Accords de partenariat économique (APE) entre l'UE et les pays ACP, qui prévoient l'ouverture réciproque des marchés.
    Dans le contexte du prochain sommet UE-Afrique qui se tiendra les 29 et 30 novembre en Libye, les députés déplorent le fait que "l'Assemblée parlementaire paritaire (APP) n'ait pas été dûment consultée lors de l'élaboration de la stratégie commune UE-Afrique et expriment l'espoir que l'Assemblée sera activement impliquée dans la mise en œuvre de la stratégie. Tenant compte de l'impact de la crise financière sur les pays ACP, l'APP devrait rechercher des sources supplémentaires et innovantes de financement du développement, comme une taxe sur les transactions financières internationales, insistent les députés européens.Ils rappellent également la demande de longue date du Parlement européen d'inclure le Fonds européen de développement (FED) dans le budget de l'UE "afin de renforcer la cohérence, la transparence et l'efficacité de la politique de coopération au développement et de garantir son contrôle démocratique".Le FED, conclu depuis les années 1960 pour une période d'environ cinq ans, est financé par les États membres et possède ses propres règles financières. Le dixième FED couvre la période 2008 à 2013 et prévoit un budget global de 22 682 millions d'euros, dont 21 966 millions d'euros sont attribués aux pays ACP.

    Source: Parlement Européen

     




  11. Sécurité alimentaire : les Européens préoccupés
    2010-11-23
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire

    Selon un sondage Eurobaromètre 6 Européens sur 10 font confiance aux institutions de l'UE dans ce domaine. 60% redoutent les OGM.Près de 80% des Européens sont préoccupés par leur sécurité alimentaire. C’est l'un des principaux enseignements d’un sondage publié par Eurobaromètre, début novembre. 19% des citoyens citent spontanément les produits chimiques et les pesticides comme étant des préoccupations importantes. Les pesticides, les antibiotiques, et des polluants comme le mercure et les dioxynes sont particulièrement inquiétants pour un Européen sur trois. 72% des Européens sont par exemple préoccupés par les résidus de pesticides dans les fruits, les légumes ou les céréales. 66% redoutent les OGM. Ces chiffres sont très proches de ceux reflètant l’opinion française.

    Source: EurActiv




  12. Le Groupe ACP est opposé à l’approbation du projet sur la CCLAT
    2010-11-22
    Catégorie(s) : Archives

    Lors de la 92ème session du Conseil des ministres des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, tenue à Bruxelles du 8 au 10 novembre 2010, le Groupe ACP a réaffirmé son soutien à la finalisation des lignes directrices relatives aux articles 9 et 10 de la Convention-cadre pour la lutte anti-tabac (CCLAT), à condition que ce processus soit mené selon une approche fondée sur des preuves scientifiquement solides. La grande majorité des Etats ACP, dont 74 Etats sur 79 sont signataires de la CCLAT, ont approuvé les objectifs généraux de cette Convention.
    Dans une résolution publiée à l’issue du Conseil des ministres, le Groupe ACP a reconnu que la loi canadienne de 2009, "Loi restreignant la commercialisation du tabac auprès des jeunes", est plus restrictive que nécessaire pour atteindre l'objectif visé, qu'elle a été contestée à l'OMC par plusieurs pays en développement, et que le projet de lignes directrices relatives   aux articles 9 et 10 inclut des questions similaires à celles qui font l'objet de la contestation.

    Source: ACP Groupe




  13. Nouvelles règles douanières entre les PMA et l'UE
    2010-11-22
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    La Commission européenne a adopté aujourd'hui un règlement révisant les règles d'origine applicables aux produits importés dans le cadre du système de préférences généralisées (SPG). Ce règlement assouplit et simplifie les règles et procédures applicables aux pays en développement qui souhaitent bénéficier des régimes commerciaux préférentiels de l'UE, tout en garantissant la mise en place des contrôles nécessaires afin d'empêcher les fraudes.  Le règlement adopté par la Commission simplifiera considérablement les règles d'origine afin qu'elles soient plus compréhensibles pour les pays en développement et plus faciles à respecter. Les nouvelles règles tiennent compte, entre autres, des spécificités des différents secteurs de production et des exigences particulières en matière de transformation. Par ailleurs, elles comprennent des dispositions particulières pour les pays les moins avancés (PMA), qui leur permettront de faire valoir leurs droits sur l'origine d'un plus grand nombre de marchandises transformées sur leur territoire, même si les matières premières proviennent d'ailleurs. À titre d'exemple, un opérateur de Zambie, qui produit et exporte des matières plastiques vers l'UE, bénéficiera des nouvelles règles d'origine, car, même si la part des intrants étrangers atteint jusqu'à 70 %, les matières plastiques exportées peuvent toujours être considérées comme provenant de Zambie. Ces nouvelles règles devraient présenter de grands avantages pour les industries et les économies des pays les plus pauvres du monde.  La proposition contient également une nouvelle procédure relative à la preuve de l'origine, qui attribue davantage de responsabilités aux opérateurs. À partir de 2017, le système actuel de certification de l'origine utilisé par les autorités des pays tiers sera remplacé par des déclarations d'origine établies directement par les exportateurs immatriculés au moyen d'un système électronique. Les autorités du pays exportateur pourront ainsi consacrer leurs ressources à mieux lutter contre les fraudes et les abus et les entreprises verront leurs charges administratives diminuer.

    Source : Union Européen




  14. Sécurité alimentaire: la Commission cherche à perfectionner le BTFS
    2010-11-22
    Catégorie(s) : Développement rural

    Depuis 2006, l’Union européenne a formé, dans le monde entier, 23 000 professionnels dans le but d’améliorer la sécurité alimentaire grâce à son programme «Une meilleure formation pour des denrées alimentaires plus sûres» (Better Training for Safer Food, BTSF). La Commission européenne cherche à présent à perfectionner cette initiative. Elle ouvre donc un dialogue avec les principales parties prenantes, dont l’Union africaine, en commençant aujourd’hui par une conférence de haut niveau de deux jours à Bruxelles. Les discussions s’appuieront sur un document de travail récemment adopté par la Commission au sujet du programme BTSF. Ce document décrit les défis que devra relever le programme ainsi qu’une série d’actions à mener dans ce but, parmi lesquelles une étude permettant d’estimer avec précision les besoins en formation. La conférence aura pour but d’analyser les propositions contenues dans le document de travail, tant du point de vue des activités fondamentales du programme BTSF au sein de l’UE et des pays tiers qu’à la lumière des actions menées en Afrique, dans le domaine sanitaire et phytosanitaire, au travers du programme BTSF Afrique.

    Source: Union Européen




  15. La Commission donne les grandes lignes d'une PAC
    2010-11-22

    La Commission européenne a publié ce jour une communication intitulée «La politique agricole commune (PAC) à l'horizon 2020: Alimentation, ressources naturelles et territoire - relever les défis de l'avenir». Cette réforme vise à faire de l'agriculture européenne un secteur plus dynamique et plus compétitif, et plus à même de répondre aux objectifs de la stratégie Europe 2020, à savoir promouvoir une croissance durable, intelligente et inclusive. Ce document décrit trois options pour la réforme à venir. À l'issue des débats sur la question, la Commission présentera à la mi-2011 des propositions législatives formelles.En présentant la communication, M. Dacian Cioloş, membre de la Commission chargé de l'agriculture et du développement rural, a insisté sur la nécessité de faire de la PAC une politique «plus écologique, plus équitable, plus efficiente et plus efficace». «La PAC ne concerne pas uniquement les agriculteurs, mais tous les citoyens de l'UE, en leur qualité de consommateurs et de contribuables. Il est donc important de concevoir une politique qui soit plus compréhensible pour le grand public et qui montre clairement les avantages collectifs que les agriculteurs apportent à la société dans son ensemble. L'agriculture européenne se doit d'être compétitive du point de vue tant économique qu'environnemental.» a-t-il ajouté. Il y a quelques mois, la Commission a organisé un débat public et une grande conférence sur l'avenir de la PAC. Il ressort de la grande majorité des contributions que la PAC doit se concentrer sur trois objectifs principaux: une production alimentaire viable; la gestion durable des ressources naturelles et l'action en faveur du climat; le maintien d'un équilibre territorial et de la diversité des zones rurales.

    Source: Union Européen




  16. Elargissement : 27 Etats aujourd'hui, combien dans les années à venir ?
    2010-11-22

    Quel sera le prochain pays à rejoindre l'Union européenne ? Des neuf candidats potentiel, c'est la Croatie qui tient le mieux la corde. Les négociations d'adhésions pourraient être bouclées en 2011, selon le commissaire européen Stefan Füle. Il a dressé un bilan des possibles et probables futurs membres de l'UE le 9 novembre devant les députés européens. Revue des forces en présence.De tous les avis, c'est à la Croatie que devrait revenir l'honneur d'être le 28ème Etat membre de l'Union européenne. Stefan Füle estime que les négociations pourraient être terminées au cours du premier semestre 2011. Le processus d'adhésion proprement dit prend ensuite une à deux années. « Mais parfois, c'est le dernier pas qui est le plus difficile », tempère le commissaire en charge de l'élargissement. Actuellement, le point de blocage concerne la coopération du pays avec le tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.

    Source: Parlement Européen

     




  17. Pour une agriculture qui réponde aux attentes de la société
    2010-11-22

    La Politique agricole commune est l'une des plus importantes politiques menées par l'UE. A ce titre, elle suscite de nombreuses critiques. Entre les nouveaux défis planétaires (changement climatique…), l'élargissement de l'Europe et l'évolution des modes de production et de consommation, il est devenu essentielle de la réformer. Le 18 novembre, le commissaire Dacian Cioloş a dévoilé aux députés européens les grandes lignes de sa réforme. Compétitivité et durabilité en sont les maîtres-mots.Faut-il une agriculture européenne plus compétitive ou plus engagée en faveur du développement durable ? La question de la réforme de la Politique agricole commune (PAC) est souvent posée en ces termes. Une opposition récusée par le commissaire européen en charge de l'agriculture : Dacian Cioloş souhaite que la politique agricole du futur poursuive ces deux objectifs en parallèle. La gestion des ressources naturelles pourrait ainsi être ajoutée à la dimension principalement alimentaire que la PAC poursuivait jusqu'à aujourd'hui.

    Source: Parlement Européen




  18. Avenir de la PAC : premières réflexions de la commission de l'agriculture
    2010-11-22

    Les projets de la Commission européenne visant à faire une politique agricole de l'UE plus équitable pour les agriculteurs et à mieux répondre dans le même temps aux préoccupations du public, ont été bien accueillis par commission de l'agriculture jeudi 18 Novembre. Toutefois, les députés ont également exprimé des préoccupations quant à la manière dont les agriculteurs pourraient être affectés par les projets et à la difficulté de les mettre en pratique.
    La nécessité de "relégitimer" la politique agricole commune (PAC) de l'UE aux yeux de l'opinion publique, en "ouvrant la politique aux préoccupations de notre société" a été soulignée par le commissaire à l'agriculture, Dacian Ciolos, lors de sa présentation de la communication de la Commission "La PAC à l'horizon 2020" aux députés de la commission de l'agriculture, jeudi. Le président Paolo De Castro (S&D, IT), a assuré M. Ciolos de l'appui de sa commission parlementaire, mais a également souligné que le Parlement est pleinement conscient de ses nouveaux pouvoirs législatifs dans le cadre du traité de Lisbonne. Reprenant les propositions du Parlement de juillet 2010 de faire des paiements directs plus équitables pour les agriculteurs et les États membres, la communication propose un soutien à un revenu de base pour assurer un niveau uniforme d'aide, une aide supplémentaire pour les zones présentant des contraintes naturelles, et un plafond (en option) pour les paiements reçus par les grandes exploitations nationales. La Commission propose également d'inclure une obligation d'"écologisation" des éléments dans le système de paiements directs.Tout en partageant le souhait de la Commission de conserver la structure de la PAC actuelle avec deux piliers (paiements directs et développement rural), le rapporteur du Parlement Albert Dess (PPE, DE), a déclaré: "nous devons nous concentrer sur les besoins de notre communauté agricole" et "faire en sorte que l'argent aille à l'investissement et non à la bureaucratie".

    Source: The European Parliament





===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

Wemaster: Serge Kamuhinda (kamuhinda@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1