Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Septembre 2018
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 253]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 253]
Date d'envoi: 2010-12-16 15:01:19
Publication #: 65
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.

  1. Meilleurs vœux à tous nos lecteurs!
  2. Principaux évènements UE-ACP pour la semaine du 20/12 au 24/12 2010
  3. Le CTA recrute un(e) stagiaire
  4. Accord avec le Cap-Vert sur les services aériens
  5. Possibilités de pêche pour 2011 et 2012 – Stocks d’eau profonde
  6. Accord de partenariat entre l’UE et la Micronésie
  7. La PAC à l’horizon 2020
  8. Relations contractuelles dans le secteur du lait et des produits laitiers
  9. Kadhafi met en garde contre le déséquilibre du commerce UE-Afrique
  10. EU cooperation with the African Union: Problems and potential
  11. Une perception nouvelle de la politique étrangère de l’Espagne en Afrique
  12. Financement « fast-start » de l’UE : Cancún sous le vent de la colère
  13. La Jamaïque participe à la réunion des pays producteurs de sucre du groupe ACP à Londres
  14. PEW critique la décision du Conseil de l’UE sur les quotas de pêche en eau profonde
  15. Crise laitière: premières réactions au plan de la Commission
  16. Nouvelles mesures pour la stabilité des produits laitiers
  17. Le rapport européen sur le développement
  18. La BEI : un acteur engagé pour l’environnement
  19. 2,2 milliards d’euros consacrés à la lutte contre le changement climatique
  20. La Commission dresse le bilan de la stratégie d’aide humanitaire
  21. Le Conseil adopte de nouvelles règles en matière d'étiquetage


  1. Meilleurs vœux à tous nos lecteurs!
    2010-12-16

    Chère lectrice, cher lecteur
     
    A l’ occasion des fêtes de fin d’année, les principales activités des Institutions UE et ACP siégeant à Bruxelles seront suspendues. En conséquence, la publication des nouvelles sur notre Weblog et la diffusion du Bulletin hebdomadaire reprendront le lundi 3 janvier 2011.
     
    Nous vous souhaitons une excellente 2011!

     




  2. Principaux évènements UE-ACP pour la semaine du 20/12 au 24/12 2010
    2010-12-16

    Présidence de l'UE (Bruxelles):
    -20 Décembre : Conseil Environnement
    -31 Décembre : Dernier jour de la Présidence Belge. La Hongrie assurera, pendant six mois la présidence.

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter notre calendrier à la page http://bruxelles.cta.int/




  3. Le CTA recrute un(e) stagiaire
    2010-12-16

    Le CTA recrute un stagiaire (junior chargé/e d'études). Un contrat de 6 mois renouvelable une fois pour une période maximale de 6 mois. sera proposé à partir du 1er février 2011. Consultez la note en annexe pour connaître le profil du poste et la procédure à suivre


    Link CTA_Stagiaire.pdf

  4. Accord avec le Cap-Vert sur les services aériens
    2010-12-16

    Lors de sa 3059ème session, qui s’est tenue à Bruxelles les 13 et 14 décembre 2010, le Conseil « Agriculture et Pêche » a autorisé la signature d’un accord entre l’UE et la République du Cap-Vert sur les services aériens. Cet accord remplace les accords bilatéraux existants conclus entre les Etats membres et ce pays, et met leurs dispositions en conformité avec le droit de l’UE, notamment en ce qui concerne l’accès sans discrimination de tous les transporteurs aériens de l’Union européenne aux liaisons aériennes entre l’UE et le Cap-Vert, la taxation du carburant d’aviation et les règles de concurrence.

    Source: Conseil de l'Union Européenne


    Link En savoir plus
    Link DG MOVE
    Link DG Environnement


  5. Possibilités de pêche pour 2011 et 2012 – Stocks d’eau profonde
    2010-12-16
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Lors de sa 3059ème session, qui s’est tenue à Bruxelles les 13 et 14 décembre 2010, le Conseil « Agriculture et Pêche » a adopté un règlement établissant, pour 2011 et 2012, les possibilités de pêche des navires de l’UE pour des stocks de poissons de certaines espèces d’eau profonde. Le 29 novembre 2010, les ministres étaient parvenus à un accord politique unanime sur ce règlement. Ce règlement établit, pour 2011 et 2012, les totaux admissibles des captures (TAC) et les quotas pour certains stocks de poissons d’eau profonde. Les stocks d’eau profonde sont des stocks de poissons capturés au-delà des principaux lieux de pêche sur le plateau continental. Ces espèces ont une croissance lente et vivent longtemps, ce qui les rend particulièrement vulnérables à l’activité de pêche. Bien qu’elles ne permettent pas encore d’évaluer complètement l’état des stocks, les connaissances scientifiques sur la longévité et la croissance de ces espèces s’améliorent lentement, ce qui permet de mieux cibler les mesures proposées. A cet égard, la Commission et le Conseil sont convenus d’améliorer la publication des données nécessaires aux instances scientifiques pour progresser dans l’évaluation des stocks d’espèces d’eau profonde. En 2011, la Commission lancera à ce sujet des études visant à développer des engins plus respectueux de l’environnement et plus sélectifs.

    Source:  Conseil de l'Union Européenne


    Link En savoir plus
    Link Conseil Agriculture et pêche


  6. Accord de partenariat entre l’UE et la Micronésie
    2010-12-16
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Lors de sa 3059ème session, qui s’est tenue à Bruxelles les 13 et 14 décembre 2010, le Conseil « Agriculture et Pêche » a adopté une décision concernant la signature, au nom de l’Union européenne, et l’application provisoire du protocole à l’accord de partenariat entre la Communauté européenne et les Etats fédérés de Micronésie concernant la pêche dans cette région. Cet accord de partenariat dans le secteur de la pêche a été conclu en 2006. Le protocole établissant les possibilités de pêche et la contrepartie financière prévues dans l’accord a expiré le 25 février 2010. Afin de garantir la reprise rapide des activités de pêche des navires de l’UE, le protocole devrait être appliqué à bref délai. Le Conseil a adopté un règlement relatif à la répartition des possibilités de pêche au titre du protocole à l’accord de partenariat entre la CE et les Etats fédérés de Micronésie concernant la pêche dans cette région. A la suite de la signature et de l’application provisoire du protocole fixant les possibilités de pêche et la contrepartie financière prévues par l’accord de partenariat dans le secteur de la pêche entre la CE et les Etats fédérés de Micronésie, ce règlement prévoit la répartition des possibilités de pêche entre les Etats membres.

    Source: Conseil de l'Union Européenne


    Link En savoir plus
    Link DG Affaires maritimes et pêche
    Link Relations extérieure avec les Pays d'Océanie


  7. La PAC à l’horizon 2020
    2010-12-16
    Catégorie(s) : Développement rural

    Lors de la 3059ème session du Conseil de l’Union européenne « Agriculture et Pêche » qui s’est tenue à Bruxelles les 13 et 14 décembre 2010, les ministres ont tenu un débat d’orientation sur la communication de la Commission intitulée « la PAC à l’horizon 2020 : Alimentation, ressources naturelles et territoire – relever les défis de l’avenir ». La production alimentaire viable ayant été retenue comme l’un des principaux objectifs de la future PAC dans la communication de la Commission, la présidence a organisé le débat autour de ce thème. Pour de nombreuses délégations, la viabilité des produits alimentaires est liée au revenu des agriculteurs et y contribue. Les paiements devraient être considérés comme une compensation pour les normes strictes de l’UE par rapport à celles qui sont en vigueur dans les pays tiers. Pour certains Etats membres, améliorer la compétitivité du secteur agricole signifierait s’adapter au marché et miser sur la recherche et l’innovation, tandis que d’autres insistent sur la nécessité que les producteurs s’organisent en vue d’un meilleur équilibre de la chaîne alimentaire. La plupart des délégations considèrent qu’un soutien financier à l’agriculture dans les régions défavorisées est nécessaire pour préserver la diversité des paysages agricoles. La future présidence hongroise organisera deux débats d’orientation sur cette communication en janvier et en février 2011. Ils auront pour thèmes les deux autres objectifs retenus par la Commission dans sa communication : 1) une gestion durable des ressources naturelles et des mesures en faveur du climat et 2) un développement territorial équilibré.

    Source:  Conseil de l'Union Européenne


    Link En savoir plus
    Link Conseil Agriculture et Pêche
    Link DG Agriculture et développement rural


  8. Relations contractuelles dans le secteur du lait et des produits laitiers
    2010-12-15
    Catégorie(s) : Développement rural

    Lors de la 3059ème session du Conseil de l’Union européenne « Agriculture et Pêche » qui s’est tenue à Bruxelles les 13 et 14 décembre 2010, les ministres ont reçu des informations sur une proposition de règlement modifiant le règlement (CE) n° 1234/2007 en ce qui concerne les relations contractuelles dans le secteur du lait et des produits laitiers. La plupart des délégations ont accueilli favorablement la proposition de la Commission, en relevant les dispositions autorisant les producteurs à se regrouper pour négocier et établir des contrats avec les laiteries. L’importance du rôle des organisations interprofessionnelles et celle d’une transparence accrue ont aussi été soulignées. Certains Etats membres ont toutefois rappelé que le bon fonctionnement du marché unique devrait en tout état de cause être garanti.En ce qui concerne les relations entre les producteurs de lait et les laiteries, la concentration de l’offre est souvent inférieure à celle qui prévaut dans le secteur de la transformation. Il en résulte un déséquilibre entre les pouvoirs de négociation respectifs de ces deux niveaux. La proposition prévoit la possibilité, sans obligation, de recourir à des contrats de livraison de lait cru qui seraient passés à l’avance et par écrit entre l’exploitant et la laiterie ; ces contrats préciseraient les éléments clés de calcul du prix, ainsi que le calendrier et le volume des livraisons et la durée du contrat. Les organisations interprofessionnelles couvrent tout ou partie de la chaîne d’approvisionnement : exploitants agricoles, transformateurs, distributeurs et détaillants. Elles peuvent jouer un rôle utile en matière de recherche, d’amélioration de la qualité, de promotion et de diffusion des meilleures pratiques et méthodes de production et de transformation. Il est proposé d’appliquer, avec les adaptations adéquates, les règles des organisations interprofessionnelles existantes du secteur des fruits et légumes au secteur des produits laitiers ; elles permettraient d’améliorer la connaissance de ce secteur de production et de ce marché et de favoriser une plus grande transparence.

    Source: Conseil de l’Union européenne

    Source:


    Link En savoir plus
    Link Conseil Agriculture et Pêche
    Link Politique Agricole Commune (PAC)


  9. Kadhafi met en garde contre le déséquilibre du commerce UE-Afrique
    2010-12-15

    Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a averti l’Union européenne le 1ere Décembre que l’Afrique se tournerait vers d’autres partenaires commerciaux si l’Union européenne continue à vouloir dicter sa volonté au continent. Mouammar Kadhafi a en fait repris, lors du sommet UE-Afrique auquel ont participé plusieurs hauts responsables européens, les critiques formulées par d’autres dirigeants africains qui accusent l’Europe de tenter de convaincre les pays africains d’ouvrir leurs frontières au commerce, sans pour autant rien imposer en contrepartie. « Nous avons librement choisi de coopérer d’égal à égal avec notre voisin européen, mais si l’Afrique échoue dans son partenariat avec l’Europe, elle peut recourir à d’autres alternatives », a affirmé Mouammar Kadhafi dans son discours d’ouverture du troisième sommet Afrique-UE à Tripoli. « L’Afrique peut s’orienter vers tout autre bloc mondial tel que l’Amérique latine, la Chine, l’Inde ou la Fédération de Russie », a-t-il précisé. Un document interne de l’Union africaine divulgué ce mois-ci fait référence aux réserves émises par certains gouvernements africains sur les accords commerciaux proposés par l’UE. Des accords qui, selon ces gouvernements, sont inéquitables. Ce document indique que l’UE a demandé aux pays africains de libéraliser leur économie pour se conformer aux règles de l’Organisation mondiale du commerce mais qu’elle ne contribuait pas suffisamment au développement économique de ces pays. « Nous ne tirons pas profit de l’OMC. Nous réclamons sa dissolution », a souligné le numéro un libyen. « Son unique souci est d’ouvrir nos frontières aux produits manufacturés pour tuer les industries nationales dans tous les pays du tiers-monde, c’est pourquoi j’appelle à ne pas traiter avec elle ». Il a en outre vivement critiqué la tendance de l’UE à conditionner l’aide aux pays africains au respect des droits de l’homme et à la bonne gouvernance.

    Source:Truth About Trade & Technology


    Link Read more
    Link Troisième sommet entre l'Union européenne et l'Afrique
    Link Le Fonds européen de développement (FED)


  10. EU cooperation with the African Union: Problems and potential
    2010-12-15

    L’Union européenne envisage d’établir un partenariat privilégié avec l’Union africaine pour améliorer le cadre quelque peu archaïque des relations ACP et renforcer la stratégie conjointe UE-Afrique. Si ce partenariat est porteur d’un grand potentiel, il n’est pas sans poser problème : l’Union africaine est-elle suffisamment compétente en tant qu’organisation internationale pour être en mesure de combler ses carences fonctionnelles ?Comme le montre cette note d’orientation, la sécurité et la promotion d’une bonne gouvernance présentent le meilleur potentiel de coopération UE-UA, tandis que les communautés économiques régionales ont un rôle déterminant à jouer pour encourager le développement économique.

    Source: FRIDE

     


    Link En savoir plus
    Link Partenariat Afrique-UE
    Link Union africaine


  11. Une perception nouvelle de la politique étrangère de l’Espagne en Afrique
    2010-12-15

    Face à l’impact de la crise économique, à la réforme des institutions espagnoles et aux bouleversements sur la scène internationale (en Afrique comme en Europe), il est nécessaire pour l’Espagne de réorienter sa politique étrangère.Cette note d’orientation préparée par Manuel Manrique a pour objectif de mettre en lumière la nécessité de développer une vision stratégique novatrice qui tient compte de la réalité complexe du continent et va bien au-delà des discours philanthropiques orientés vers l’aide au développement.

    Source: FRIDE


    Link En savoir plus
    Link Ministère E spagnol des Affaires étrangères et de la Coopération


  12. Financement « fast-start » de l’UE : Cancún sous le vent de la colère
    2010-12-15
    Catégorie(s) : Environnement, Efficacité Aide

    Dans l’une des premières annonces majeures faites lors des négociations des Nations Unies sur le climat à Cancún (Mexique), l’UE a divulgué les détails de sa contribution au financement à mise en œuvre rapide (« fast-start ») pour aider les pays les plus pauvres de la planète à faire face aux effets néfastes du changement climatique à court terme.Toutefois, les agences d’aide et les gouvernements des pays en développement se sont aussitôt accaparés l’information lorsqu’ils ont su que près de la moitié des sommes allouées se présenteraient sous forme de prêts ou de fonds propres des entreprises locales plutôt que de subventions. Les dissensions concernant le financement « fast-start » ont engendré l’année dernière une grave rupture de confiance entre pays riches et pays pauvres. Parmi les quelques initiatives concrètes post-Copenhague figurent notamment une promesse de financement de 30 milliards de dollars EU (en fonds « nouveaux et supplémentaires ») pour aider les pays pauvres à lutter contre le réchauffement climatique. Pourtant, les pays riches se sont jusqu’à présent montrés peu enthousiastes à l’idée de débloquer les fonds. Soulignant la contribution de l’Europe au financement de cette initiative, estimée à 7,2 milliards d’euros sur trois ans, le principal négociateur de la Commission européenne, Artur Runge-Metzger, a déclaré le 30 novembre que l’octroi de prêts – à défaut de subventions – permettrait de créer une situation « gagnant-gagnant » pour tous.

    Source: EUobserver


    Link En savoir plus
    Link Sommet de Cancun des Nations Unies sur le climat


  13. La Jamaïque participe à la réunion des pays producteurs de sucre du groupe ACP à Londres
    2010-12-15
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    La réunion du groupe sucrier tenue à Londres a permis de renforcer la collaboration au sein du groupe, qui cherche à étendre son influence sur les gouvernements européens et l’Union européenne (UE), a déclaré l’ambassadeur Derrick Heaven, président exécutif de l’autorité de l’industrie sucrière de la Jamaïque.Le groupe sucrier de Londres représente l’ensemble des producteurs de sucre des pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et les pays les moins avancés (PMA) qui approvisionnent les marchés de la CE en sucre. Cette rencontre, qui s’est tenue au Haut-commissariat de la Jamaïque à Londres, a précédé une série de réunions de l’Organisation internationale du sucre.« Nous continuons à exporter vers les marchés européens qui offrent les meilleurs débouchés extérieurs pour notre sucre. Il est crucial de collaborer avec d’autres pays qui exportent (vers l’UE) aux mêmes conditions afin de protéger nos intérêts. Nous nous sommes simplement demandés comment faire en sorte que la Commission de Bruxelles se montre à la hauteur de nos espérances », a déclaré Heaven.L’UE et les pays ACP ont négocié des dispositions d’accès au marché pour le sucre au titre des nouveaux accords de partenariat économique (APE) régionaux qui entrent en vigueur en octobre 2009 et prennent fin en septembre 2015.

    Source: Caribbean News Now


    Link En savoir plus
    Link Groupe ACP du Sucre
    Link Secrétariat du Groupe ACP


  14. PEW critique la décision du Conseil de l’UE sur les quotas de pêche en eau profonde
    2010-12-15
    Catégorie(s) : Environnement, Pêche Régionale

    Uta Bellion, directrice du Programme marin européen du Pew Environment Group, a publié le présent communiqué suite à la décision prise aujourd’hui par le Conseil des ministres de la Pêche de l’UE sur les quotas de pêche pour les espèces d’eau profonde en 2011 et 2012.« Pew Environment Group regrette la décision du Conseil de baisser les quotas de pêche pour les espèces d’eau profonde pourtant plus élevés que les limites déjà biaisées proposées par la Commission. Cette décision donne la possibilité aux flottes françaises, espagnoles et portugaises de continuer à surexploiter les stocks. C’est dans ce cadre que l’UE enfreint l’engagement qu’elle a pris devant la communauté internationale de protéger les espèces et les écosystèmes profonds dans l’Atlantique Nord-Est ».« Cette décision enfreint une résolution onusienne de 2009 qui appelait les nations à prendre des mesures « afin d’assurer la durabilité à long terme des stocks des grands fonds et des espèces non ciblées et la reconstitution des stocks épuisés » et à « faire en sorte que les navires cessent leurs activités de pêche de fond tant que de telles mesures n’auront pas été adoptées et mises en œuvre ».« Les espèces d’eau profonde sont gravement menacées par le niveau élevé de prises et de rejets en mer, les fausses déclarations et les prises accessoires, ainsi que la pêche illégale de nombreuses espèces. Le Conseil de l’UE peut et doit prendre d’urgence de nouvelles mesures pour protéger ces ressources marines vulnérables ».

    Source: PEW
     


    Link En savoir plus
    Link Conseil des ministres de la Pêche de l’UE
    Link DG des affaires maritimes et de la pêche


  15. Crise laitière: premières réactions au plan de la Commission
    2010-12-13

    La commission de l'agriculture a accueilli favorablement, jeudi, la proposition de règlement de la Commission sur les relations contractuelles au sein du marché laitier. Toutefois, les députés ont également souligné la nécessité de limiter la volatilité des cours et ils craignent que les plafonds proposés pour la taille des organisations de producteurs ne soient trop bas pour leur permettre d'améliorer le pouvoir de négociation des agriculteurs dans la chaîne d'approvisionnement.  La proposition de règlement vise avant tout à rééquilibrer le pouvoir de négociation dans la chaîne alimentaire, à préparer les producteurs à la fin des quotas laitiers en 2015 et à assurer des perspectives à moyen terme pour les produits laitiers européens, a indiqué Dacian Cioloş commissaire chargé de l'agriculture et du développement rural, à l'occasion de la présentation de sa proposition. Selon M. Cioloş, le marché pourrait mieux fonctionner en facilitant la création d'organisations de producteurs qui seraient mieux à même de concurrencer l'industrie agroalimentaire. Toutefois, ces organisations ne devraient guère représenter plus de 3,5 % de la production de l'UE ou 33 % de la production nationale, de manière à éviter la création de monopoles, a-t-il ajouté.La proposition, approuvée jeudi par le Collège des Commissaires, demande également plus de transparence, à travers un "observatoire européen" renforcé, impliquant des représentants des États membres et les parties prenantes, en vue de fournir aux producteurs des données actualisées sur les tendances des marchés, et de leur permettre d'agir en connaissance de cause. Elle suggère également de créer des groupes interprofessionnels pour encourager le débat entre tous les acteurs de la chaîne d'approvisionnement alimentaire. Le règlement proposé viendrait à expiration en 2020.

    Source: Parlement  Européen


    Link En savoir plus
    Link Commission: Agriculture et développement rural


  16. Nouvelles mesures pour la stabilité des produits laitiers
    2010-12-13

    La Commission européenne a adopté le 9 Novembre une proposition concernant «les relations contractuelles dans le secteur du lait». Cette proposition vise à renforcer la position du producteur de produits laitiers au sein de la chaîne d'approvisionnement et à préparer le secteur à un avenir davantage axé sur le marché et plus durable. Elle prévoit des contrats écrits entre les producteurs de lait et les laiteries, la possibilité de négocier collectivement les clauses du contrat par l'intermédiaire des organisations de producteurs de manière à équilibrer le pouvoir de négociation des producteurs de lait par rapport aux principales laiteries, des règles spécifiques de l'UE applicables aux organisations interprofessionnelles et des mesures visant à renforcer la transparence du marché. Il est proposé que ces mesures soient applicables jusqu'en 2020 et fassent l'objet de deux révisions intermédiaires. La fixation de limites appropriées applicables aux volumes faisant l'objet de négociations collectives et l'élaboration d'autres mesures spécifiques de sauvegarde devraient garantir la réalisation des objectifs visant à renforcer le pouvoir de négociation des producteurs de lait et à préserver la concurrence et les intérêts des PME. La Commission a également adopté aujourd'hui un rapport sur le marché des produits laitiers dans le cadre de la suppression progressive du système des quotas laitiers.

    Source: Union Européenne


    Link En savoir plus
    Link Direction générale de l'Agriculture et du Développement Rural
    Link Lait et produits laitiers


  17. Le rapport européen sur le développement
    2010-12-13

    La protection sociale peut aider à réduire la pauvreté et la vulnérabilité et promouvoir le développement et la croissance pour tous en Afrique sub-saharienne, selon un rapport mandaté par l'UE. Pour déclencher le potentiel complet de la protection sociale, les pays africains, l'UE et les autres donateurs doivent la placer au coeur de leurs politiques de développement.

    Source: Commission Européenne


    Link En savoir plus
    Link rapport européen sur le développement
    Link DG Développement


  18. La BEI : un acteur engagé pour l’environnement
    2010-12-13

    Avec sa force de frappe financière, la BEI est en mesure d’engager d’importants moyens en faveur de l’environnement et de la lutte contre les changements climatiques. Cette année plus de 25% du montant de ses prêts ont été accordés pour soutenir la réalisation des objectifs de l'Union Européenne en la matière. Petit tour d’horizon de la situation.Inciter la planète à transformer son mode de vie en produisant de l’énergie renouvelable et en la consommant sans gaspillage est un immense défi. La BEI y répond de trois manières: d’abord elle aide la science, en prêtant aux entreprises qui développent des programmes de recherche sur les énergies renouvelables – le soleil, l’eau, le vent, la géothermie et la biomasse.Ensuite, elle encourage la commercialisation de ces nouveaux procédés. Elle a notamment soutenu la première tour solaire commerciale au monde en Espagne, des toits solaires en Allemagne, des panneaux photovoltaïques en France, des centrales géothermiques en Islande et au Kenya ainsi que de nombreux parcs éoliens terrestres et offshore dans de nombreux pays  du monde comme en Belgique avec Belwind, le plus grand parc éolien marin de ce pays. Situé en mer du Nord, il pourrait alimenter, une fois à pleine puissance, quelques 175 000 foyers en électricité.Anticiper les perturbations climatiques.Enfin, la BEI accompagne les pays et régions les plus menacés par le changement climatique pour qu’ils s’adaptent à ces bouleversements inévitables qui menacent leur bien être et la croissance économique durable.

    Source: BEI


    Link En savoir plus
    Link La Banque européenne d'investissement


  19. 2,2 milliards d’euros consacrés à la lutte contre le changement climatique
    2010-12-13
    Catégorie(s) : Environnement, Efficacité Aide

    En 2010, l’Union européenne et ses États membres ont contribué à hauteur de 2,2 milliards d’euros au financement « fast start ». Le financement « fast start » est une aide financière rapide accordée aux pays en voie de développement, leur permettant de poursuivre le plus vite possible la lutte contre le changement climatique. Ce financement a été annoncé par l’UE le 30 novembre, lors d’un événement au sommet sur le climat de Cancun (Mexique). Il a été décidé, lors du sommet sur le climat de Copenhague en décembre 2009, que les pays développés libèrent ensemble 30 milliards de dollars au cours de la période 2010-2012 pour le financement « fast start ». Durant cette période, l’UE contribuera à hauteur de 7,2 milliards d’euros, ce qui revient à 1/3 de la somme totale. En 2010, l’UE a déjà mobilisé 2,2 milliards d’euros dans le but d’aider les pays en voie de développement à :
    • réduire leurs émissions de gaz contribuant à l’effet de serre (mitigation) : 1,06 milliard d’euros ;
    • combattre le déboisement (REDD+) : 362 millions d’euros ;
    • s’adapter aux conséquences négatives du changement climatique (adaptation) : 735 millions d’euros.

    Source: Présidence belge du Conseil de l'Union européenne


    Link En savoir plus
    Link COP16/CMP6
    Link CCNUCC


  20. La Commission dresse le bilan de la stratégie d’aide humanitaire
    2010-12-13
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    La Commission européenne a adopté le 8 Novembre l’examen à mi-parcours portant sur la mise en œuvre de l’une des déclarations de politique générale phares de l’Union européenne: le consensus de 2007 sur l’aide humanitaire, qui détermine l’ambition commune, l’approche et les grands principes de l’UE en la matière. Ce document comporte une analyse des résultats obtenus et définit les efforts supplémentaires à réaliser pour permettre à l’UE de rester un grand pourvoyeur mondial d’aide humanitaire efficace. «La qualité de notre aide humanitaire est de la plus haute importance: il s’agit de l’une des politiques de l’Union qui permet directement de sauver et de transformer des vies: celles de quelque 140 millions de personnes chaque année», a déclaré Mme Kristalina Georgieva, commissaire à la coopération internationale, à l’aide humanitaire et à la réaction aux crises. «Nous tirons aujourd’hui le bilan de ce que nous avons déjà accompli et portons un regard sans complaisance sur ce que nous pourrions améliorer. Malgré les difficultés économiques qui les frappent, les citoyens européens continuent de soutenir massivement l’action humanitaire de l’UE dans le monde. C’est pourquoi nous nous devons de tirer le maximum du moindre euro que nous dépensons», a-t-elle ajouté.Les protagonistes de l’aide humanitaire doivent réagir à des crises d’une fréquence et d’une ampleur de plus en plus grandes, qu’exacerbent les catastrophes naturelles et les violences répétées. L’UE est le principal pourvoyeur d’aide humanitaire dans le monde. Elle s’efforce donc à ce titre de répondre aux besoins de plus en plus grands de la meilleure manière possible. Dans cette optique, les principes présidant à l’action de l’UE ont été codifiés dans le consensus de 2007 et une série de mesures concrètes a été définie dans le plan d’action qui l’accompagnait. L’examen à mi-parcours fait apparaître que l’UE a accompli des progrès importants dans la mise en œuvre de ces documents au cours des trois années écoulées. Elle a pris des mesures décisives et rapides en vue de contrer la dégradation des situations humanitaires et de réagir aux grandes catastrophes. Elle est également parvenue à limiter le coût humain des crises humanitaires de longue durée. Des progrès sont néanmoins encore possibles. Une meilleure coordination de l’effort européen est à la fois envisageable et souhaitable, en particulier entre les États membres et la Commission. La proposition de la Commission concernant le renforcement de la capacité de réaction de l’UE en cas de catastrophe constitue un exemple récent d’action allant dans ce sens. D’autres mesures seront également nécessaires pour assurer l’engagement à long terme des bailleurs de fonds. Les budgets d’aide sont soumis à une pression croissante dans l’ensemble de l’UE, ce qui pose un double enjeu: d’une part, garantir l’efficacité de l’utilisation de ressources limitées et, d’autre part, assurer un financement approprié pour répondre à des besoins humanitaires toujours plus grands. Enfin, l’examen à mi-parcours souligne la nécessité de mesures supplémentaires afin de protéger l’espace humanitaire et d’assurer la sécurité et l’efficacité de l’accès du personnel humanitaire aux populations.La Commission propose un certain nombre de mesures et de priorités pour les années à venir, notamment une action plus ciblée sur la transition de l’aide d’urgence à l’aide au développement à long terme. Cette mise à jour de l’ambition de l’Union permettra à la Commission européenne et aux États membres – principaux pourvoyeurs d’aide humanitaire dans le monde – d’être fidèles à leur promesse de solidarité et de prendre leurs responsabilités vis-à-vis des populations dans le besoin.

    Source: Union Européenne


    Link En savoir plus
    Link DG Aide humanitaire & Protection civile
    Link Consensus européen sur l'aide humanitaire


  21. Le Conseil adopte de nouvelles règles en matière d'étiquetage
    2010-12-13
    Catégorie(s) : Archives

    Le Conseil adopte de nouvelles règles en matière d'étiquetage des denrées alimentaires.Le Conseil "Emploi, politique sociale, santé et consommateurs" (EPSCO) est parvenu aujourd'hui à un accord politique en première lecture sur un projet de règlement concernant l'information des consommateurs sur les denrées alimentaires (16555/10). Ce nouveau texte législatif vise à faire en sorte que les étiquettes des denrées alimentaires présentent les informations essentielles d'une manière claire et lisible, permettant ainsi au consommateur de faire en connaissance de cause un choix diététique équilibré.L'un des éléments essentiels sur lesquels le Conseil s'est mis d'accord est le caractère obligatoire de la déclaration nutritionnelle: il devient obligatoire de faire figurer la valeur énergétique et les quantités de certains nutriments (graisses, acides gras saturés, glucides, protéines, sucres et sel).

    Source: Conseil de l'Union Européenne


    Link En savoir plus
    Link EPSCO




===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

 

Wemaster: Serge Kamuhinda (kamuhinda@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1