Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 260]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 260]
Date d'envoi: 2011-02-18 16:07:03
Publication #: 72
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.

  1. Principaux évènements UE-ACP pour la semaine du 21/2 au 25/2/2011
  2. Notre invité vidéo : Dr. Hans Herren, IAASTD
  3. Le conseil adopte une recommendation concernant le FED
  4. Le conseil approuve un APE intérimaire avec les Etats Pacifiques
  5. L’UE prolonge les sanctions contre le Zimbabwe
  6. EC propose la suspension des taxes d'importation pour certaines céréales
  7. Sécurité alimentaire en péril: une réponse globale s'impose
  8. G20 : Paris va proposer une taxe sur les transactions financières
  9. Tollé face au projet de l'UE visant à combiner l'aide et la politique étrangère
  10. Andris Piebalgs demande davantage de coordination entre les donateurs UE
  11. Canne : Élie Hoarau et Younous Omarjee appellent à la vigilance
  12. Rapports du groupe APRODEV sur la réforme de la PAC
  13. Un haut magistrat de l'UE veut durcir la législation sur les OGM
  14. Dominique et les ACP reçoivent une aide de l'UE
  15. Les gouvernements britanniques n'ont pas soutenu l'agriculture biologique
  16. Gouvernement britannique dynamise le commerce en Afrique
  17. Afrique de l'Ouest : l'UE donne 597 millions d'euros à la région
  18. Reprise des négociations commerciales entre la SACU et l'UE
  19. L'UE et la CEDEAO signent un accord pour soutenir l'intégration
  20. La CAE veut la suppression immédiate des barrières non-tarifaires
  21. Feuille de route pour moins de carbone: réductions de 25 % d'ici 2020
  22. Les services diplomatiques de l'UE « otages des contraintes budgétaires »
  23. En Côte d’Ivoire les banques internationales commencent à suspendre leurs activités
  24. L’Espagne fait un don d’1 million pour soutenir les pays les moins avancés


  1. Principaux évènements UE-ACP pour la semaine du 21/2 au 25/2/2011
    2011-02-18
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Conseil de l’Union Européenne (Bruxelles):
    -21 Février: Conseil des affaires étrangères
    -21 Février: Conseil de l'agriculture et de la pêche
    -21 Février: Conseil Affaires Générales
    -22 Février: Conseil de l'agriculture et de la pêche
    -22 Février: Conseil informel développement
    -23 Février: Coreper II, Coreper I
    Commission Européenne (Bruxelles):
    -
    23 Février: Session d'information sur le lancement du Programme de mobilité universitaire Intra-ACP
    Secrétariat ACP
    (Bruxelles):
    -21 Février: Sous-comité Développement durable
    -22/23 Février: Facilité ACP-UE pour les Catastrophes naturelles
    -24 Février: Comité des Ambassadeurs

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter notre calendrier à la page http://bruxelles.cta.int/.


    Link Commission européenne
    Link Conseil des ministres
    Link Sécretariat ACP


  2. Notre invité vidéo : Dr. Hans Herren, IAASTD
    2011-02-18
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Notre invité de la semaine est Dr. Hans Herren, président du Millenium Institute et co-président de l'IAASTD. Nous avons parlé avec lui en marge d'une conférence organisée le 2 février par le CTA, la DG DEVCO, Concord et le Sécretariat ACP au sujet de la Géopolitique de l'Alimentation.


    Link Regarder la vidéo
    Link Millenium Institute
    Link IAASTD


  3. Le conseil adopte une recommendation concernant le FED
    2011-02-18
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Efficacité Aide

    Le Conseil a adopté une recommandation adressée au Parlement européen concernant la décharge à donner à la Commission concernant l'exécution des opérations des 8e, 9e et 10e Fonds européens de développement pour l'exercice 2009 (doc. 5469/11, 5472/11, 5473/11). Il a pris note, en outre, d'observations formulées par le groupe "ACP" du Conseil sur le rapport annuel de la Cour des comptes concernant ces opérations (doc. 6003/11), ainsi qu'une déclaration sur la déclaration d'assurance de la Cour relative à ces transactions (doc. 6053/11).

    Source: Conseil des ministres


    Link En savoir plus
    Link Texte de la recommendation
    Link Cour des comptes européenne


  4. Le conseil approuve un APE intérimaire avec les Etats Pacifiques
    2011-02-18
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Pêche Régionale

    Le Conseil a approuvé la conclusion d'un accord de partenariat économique intérimaire avec les États du Pacifique, à savoir la Papouasie - Nouvelle Guinée et les Îles Fidji (doc. 5536/11 + COR1). Les négociations relatives à cet accord intérimaire se sont achevées en novembre 2007. Le Parlement européen a donné son approbation le 19 janvier 2011 à la conclusion de l'accord, dont le texte figure dans le document 5558/2/09 REV 2.

    Source: Council of Ministers


    Link En savoir plus
    Link Texte de l'accord
    Link Accord du Parlement européen


  5. L’UE prolonge les sanctions contre le Zimbabwe
    2011-02-18
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Efficacité Aide

    L’Union européenne a prolongé d’un an les sanctions contre 163 personnes et 31 entreprises impliquées dans des violations des droits de l’homme et des activités anti-démocratiques au Zimbabwe. En revanche, l’UE abandonne les sanctions contre 35 alliés du Président zimbabwéen Robert Mugabe. Ces personnes étaient interdites de voyage en Europe et leurs avoirs y étaient gelés. Après avoir procédé à des contrôles réguliers sur le terrain, l’UE a décidé de lever ces sanctions, deux ans après la mise en place d’un gouvernement d’union nationale dirigé par Morgan Tsvangirai, le leader de l’opposition au Zimbabwe. Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne, a souligné le 15 février dans un communiqué que « des progrès significatifs avaient été enregistrés pour faire face à la crise économique et améliorer les prestations de services sociaux de base au Zimbabwe ». Elle a déploré, toutefois, que « les évolutions économiques et sociales n’ont pas été accompagnées de progrès équivalents du point de vue politique ». A ce sujet, elle a exprimé « sa profonde inquiétude » face au regain de violence politique ces dernières semaines, soulignant que ces sanctions pourraient être levées à tout moment si des progrès vers la démocratisation sont réalisés. Depuis l’instauration du gouvernement d’union nationale en février 2009, l’UE a déboursé 365 millions d’euros en faveur du Zimbabwe. Ces fonds ont été répartis sur différents programmes d’appui au développement (aide sociale, sécurité alimentaire, bonne gouvernance).

    Source: European Voice


    Link En savoir plus
    Link Communiqué du SEAE au sujet du Zimbabwe
    Link La coopération de l'UE avec le Zimbabwe


  6. EC propose la suspension des taxes d'importation pour certaines céréales
    2011-02-17
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    L'application des taxes à l'importation de certaines céréales dans l'UE sera suspendue la semaine prochaine et ce, jusqu'à la fin du mois de juin 2011, afin d'alléger la pression sur le marché européen, plus particulièrement en ce qui concerne les aliments pour animaux. Cette mesure, approuvée ce matin par les Etats membres au sein du Comité de Gestion, devrait aider à maintenir un bon équilibre sur le marché communautaire. Cette suspension concerne les contingents tarifaires existants pour le blé tendre de qualité basse et moyenne et pour l'orge fourragère, pour lesquels les droits préférentiels, qui s'élèvent respectivement à 12 €/tonne et à 16 €/tonne, seront réduits à zéro pour les volumes autorisés dans le cadre des contingents. S'exprimant à l'issue du vote du Comité de Gestion, Dacian Cioloş, membre de la Commission chargé de l'agriculture et du développement rural, a déclaré: "J'espère que cette proposition réduira les tensions existantes sur le marché européen des céréales. Tant que les prix restent élevés sur le marché mondial et sur le marché européen, nous avons l'obligation de prendre toutes les mesures possibles afin de calmer la situation jusqu'à la fin de la campagne de commercialisation". L'analyse prévisionnelle des marchés céréaliers mondiaux pour 2010 /2011 suggère que les prix resteront élevés, les stocks finaux mondiaux de céréales ayant baissé de 62 millions de tonnes par rapport à la fin de la dernière campagne de commercialisation. Le règlement sera publié au Journal Officiel la semaine prochaine. Pour ne pas pénaliser les traders dont les importations de céréales vers l'Union sont en cours, le temps de transport sera pris en compte. Si le transport vers l'UE a débuté au 30 juin 2011 au plus tard, les traders seront autorisés à commercialiser les céréales sous le régime de suspension des droits de douane.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Commission: DG Agriculture
    Link Conseil des ministres


  7. Sécurité alimentaire en péril: une réponse globale s'impose
    2011-02-17
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le changement climatique et la spéculation sur les marchés des produits de base sont les principaux facteurs qui compromettent la sécurité alimentaire, tant dans l'UE qu'à l'extérieur, soulignent les députés dans une résolution adoptée ce jeudi. Ils demandent des mesures urgentes pour lutter contre la manipulation des prix des denrées alimentaires et assurer le maintien de la production alimentaire dans l'UE. La fréquence et l'ampleur accrues des phénomènes climatiques tels que les sécheresses, les inondations, les incendies et les tempêtes, diminuent les ressources naturelles et les rendements agricoles dans le monde. La gestion des sols et de l'eau devrait faire l'objet d'une attention particulière afin de prévenir la perte de terres arables, suggèrent les députés. Ils demandent également à la Commission de surveiller la mise en œuvre nationale des mesures d'atténuation du changement climatique. "Il n'est pas acceptable que "la faim des uns soit exploitée au profit des autres", soulignent les députés en critiquant la spéculation abusive qui compromet la sécurité alimentaire. Cette spéculation touche les denrées alimentaires, les matières premières agricoles et le marché de l'énergie. La résolution appelle le G20 à assurer la convergence des réglementations relatives aux marchés en impliquant également des pays qui n'en font pas partie, afin qu'ils puissent lutter contre la manipulation des prix des denrées  alimentaires. En particulier, les députés invitent la Commission à envisager la possibilité de donner à la nouvelle l'Autorité européenne des marchés financiers (AEMF); davantage de pouvoirs afin d'éviter les abus sur les marchés des produits de base. Les transactions concernant les denrées alimentaires (produits dérivés) devraient être limitées aux investisseurs qui sont réellement liés aux marchés agricoles, estiment les députés. En outre le Parlement invite les gouvernements nationaux, conformément aux recommandations de la FAO, à ne pas adopter de mesures de restriction des exportations, étant donné "qu'elles provoquent une plus grande incertitude sur les marchés et qu'elles perturbent les marchés mondiaux, et qu'elles ont donc le potentiel de continuer à faire augmenter les prix à l'échelle mondiale". Pour garantir la sécurité alimentaire dans l'UE, une politique agricole commune forte est nécessaire, stipule le texte approuvé. La baisse de revenus des agriculteurs, en raison de la hausse des coûts de production  -induite par des normes plus élevées de santé, d'environnement et de bien-être des animaux - doit être traitée d'urgence afin de s'assurer qu'il restera des agriculteurs à l'avenir dans l'UE, soulignent les députés. Les outils d'intervention du marché, tels que les stocks d'intervention et stratégiques, doivent faire partie de la politique commune, ajoutent-ils. L'agriculture étant un secteur économique clé dans les pays en développement, les députés demandent d'augmenter le montant de l'aide  financière vers ce secteur en vue de soutenir l'introduction de pratiques agricoles plus efficaces et plus durables. En outre, la propriété foncière devrait être encouragée en tant qu'outil permettant de réduire la pauvreté et de garantir la sécurité alimentaire, ajoutent-ils.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Parlement européen
    Link Présidence française du G20


  8. G20 : Paris va proposer une taxe sur les transactions financières
    2011-02-17
    Catégorie(s) : Environnement, Efficacité Aide

    La France proposera lors des réunions du G20 la création d'une taxe sur les transactions financières, a confirmé, lundi 14 février, Christine Lagarde. Cette taxe fait partie de la batterie d'instruments qui pourraient permettre de financer les engagements des pays développés vis-à-vis des pays émergents ou de faire face aux conséquences du changement climatique."La présidence française proposera notamment, en dépit d'un très relatif soutien de la part des autres membres du G20, la taxation sur les transactions financières avec, nous l'espérons, un soutien efficace et technique de la part du Fonds monétaire international", a dit la ministre des finances française lors d'une conférence de presse à Paris au côté du gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer. La présidence française du G20 veut aussi "accompagner" la transition vers un système monétaire "fondé sur plusieurs monnaies internationales", a déclaré Christine Lagarde, qui présentait ses priorités à quelques jours de la première réunion des ministres des finances du G20 à Paris, vendredi et samedi. La présidence française proposera aussi la création d'une taxation sur les transactions financières. […] S'agissant du marché des matières premières, autre priorité déclarée de la présidence française, la ministre a précisé que la France n'avait pas pour objectif d'administrer les prix, mais de mieux réguler ces marchés en faisant la lumière sur leur fonctionnement."On n'est pas en train de proposer, parce que nous serions des Français régulateurs acharnés et administrateurs déterminés, on ne veut pas proposer une administration des prix, pas du tout", a assuré Christine Lagarde. "Ce que nous souhaitons faire en revanche, c'est essayer de réduire la volatilité en faisant tout simplement la lumière sur les fondamentaux de ces marchés", a-t-elle ajouté.

    Source: Le Monde


    Link En savoir plus
    Link PSE: Il est temps pour une taxe tobin européene
    Link Les MPE en faveur d'une taxe tobin


  9. Tollé face au projet de l'UE visant à combiner l'aide et la politique étrangère
    2011-02-17
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Des discussions sont en cours à propos d'une fusion potentielle de l'aide humanitaire de l'UE et des budgets consacrés à la gestion des crises et suscitent l'inquiétude d'un certain nombre d'ONG et de MPE qui craignent que l'aide de l'UE ne se politise de plus en plus. Le budget de la Commission consacré à l'aide humanitaire était de 1,2 milliard d'euros en 2010, un montant géré par la commissaire bulgare Kristalina Georgieva, alors que  les ressources  dévolues à la gestion des crises sont de plus en plus gérées par le nouveau Service européen pour l'action extérieure, sous la direction du haut fonctionnaire italien, Agostino Miozzo, qui travaille pour la  haute représentante Catherine Ashton. « L'idée (de fusionner les deux budgets) est sur la table et certaines personnes l’envisagent », a déclaré jeudi (10 février) un haut fonctionnaire de la Commission qui travaille dans le secteur de l'aide humanitaire et tient à garder l'anonymat. « Il ne s'agit pas d'une proposition officielle à l’heure actuelle, et ce n'est pas quelque chose que nous soutiendrions. » La Commission doit présenter en juin de cette année un projet relatif au prochain budget pluriannuel de l'UE. Mais certains MPE préviennent déjà qu'ils ne toléreront pas que la prise de décisions humanitaires qu'implique la fusion des budgets soit transférée à Catherine Ashton, qui dépend avant tout des États membres en dépit de ses fonctions officielles concentrées à la Commission de l'UE.

    Source: EUObserver


    Link En savoir plus
    Link DG Budget: Cadre financier pour 2007-13
    Link Le blogue de la commissaire Géorgieva


  10. Andris Piebalgs demande davantage de coordination entre les donateurs UE
    2011-02-17
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Les donateurs européens doivent mieux coordonner leurs politiques d'aide selon le commissaire européen en charge du développement, Andris Piebalgs, qui note que les États membres de l'Union européenne n'ont pas réussi jusqu’à présent à honorer leurs engagements de travailler ensemble et de se concentrer sur ce que chacun fait de mieux. « C'est inacceptable. Comment peut-on attendre d'un pays partenaire, disons africain, qu'il nous prenne au sérieux alors que quinze donateurs européens ou plus y travaillent avec des ressources limitées et en passant tellement de temps en activités coordination ? », a déclaré  M. Piebalgs aux  membres de la commission de coopération économique et de développement du  Bundestag allemand. C’est ce que l’on a pu lire dans un communiqué de presse du 11 février. « Cette situation doit changer. » Le commissaire a déclaré qu’il présentera dans les prochains mois des propositions visant à améliorer la manière dont l'UE programme son assistance. M. Piebalgs a ajouté  que l'UE ne cherche pas à exercer « une forme de contrôle européen. » « Chaque donateur doit fixer ses propres priorités mais en sachant ce que d'autres font. Pour que l'Europe ait plus de poids, nous devons mieux synchroniser notre timing, entre nous et avec le pays partenaire. C’est alors que nous aurons un impact européen vraiment coordonné », expliqua-t-il.

    Source: Devex


    Link En savoir plus
    Link Le discours de Piebalgs devant le Bundestag
    Link Le site du Bundestag


  11. Canne : Élie Hoarau et Younous Omarjee appellent à la vigilance
    2011-02-17
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Lors d’une conférence de presse tenue le 11 février par Élie Hoarau, député au Parlement européen, et son colistier Younous Omarjee, il a été question des conséquences de l’application par l’Union européenne d’un accord baissant considérablement les droits de douane sur les bananes produites par les multinationales US en Amérique latine. […] Cela introduit un dangereux précédent, car tout comme celui de la banane, le marché européen du sucre est l’objet depuis plusieurs années d’attaques provenant des multinationales qui produisent à bas-prix. […] Si l’Europe a cédé sur la banane condamnant des milliers de producteurs, la vigilance et la résistance doivent se renforcer considérablement en vue des négociations sur l’avenir du règlement sucrier à partir duquel se définit le prix de la canne payé au planteur.

    Source: Témoignages


    Link Read more
    Link Commission: Commerce UE-ACP
    Link Conférence: Africa Sugar Outlook 2011


  12. Rapports du groupe APRODEV sur la réforme de la PAC
    2011-02-17
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Commerce ACP-UE, Développement rural

    L'impact de la PAC sur les marchés alimentaires et la sécurité alimentaire dans les pays en développement n'est pratiquement jamais abordé dans les débats sur la PAC, affirme le réseau de développement APRODEV. Les questions relatives aux aspects extérieurs de la PAC doivent être évaluées et contrôlées pour identifier d'éventuels effets négatifs. La PAC devrait faire l'objet d'un test de cohérence et adhérer au principe consistant à éviter de nuire aux marchés alimentaires dans les pays en développement. APRODEV publie une série de six rapports de synthèse sur le processus de réforme de la politique agricole commune de l'UE et se penche sur (1) la responsabilité internationale de la PAC, (2) les mesures de défense du commerce, (3) la prévention du dumping, (4) les importations d'aliments pour animaux par l'UE, (5) les normes et (6) l'indexation des paiements directs. […] L'intention est d'influencer la politique et la position de l'UE sur la PAC à l'horizon 2020 et de fournir des informations destinées au débat public sur l'impact de la PAC sur les pays en développement et ce qui est en jeu pour ceux-ci.

    Source: APRODEV


    Link Rapport (version anglaise)


  13. Un haut magistrat de l'UE veut durcir la législation sur les OGM
    2011-02-17
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Environnement, Développement rural

    Un haut magistrat de l'UE a déclaré que tous les aliments vendus dans l'UE et contaminés par une trace même infime de matériaux génétiquement modifiés doivent disposer d’une homologation réglementaire spéciale. Dans un avis officiel concernant un cas impliquant du miel contaminé par du pollen de maïs MON 810 de Monsanto, approuvé par  l'UE, l'avocat général de la CEJ, Yves Bot, a déclaré que « la  présence involontaire… d'une quantité même infime de pollen… signifie que ce miel doit faire l'objet d'une homologation ». Cela signifie que des produits alimentaires contaminés, qui seraient normalement légalement autorisés sans contamination GM, doivent passer par le sévère processus d’homologation des produits GM de l'UE. Le règlement 1829/2003 de l'UE permet à des produits présentant jusqu’à 0,9% de contamination accidentelle de ne pas porter la mention GM sur leur étiquette, mais M. Bot a déclaré que cela ne les dispense pas des homologations spéciales nécessaires à la commercialisation d’aliments GM. Les avis de l'avocat général sont adoptés par la CEJ dans la plupart des cas et constituent des précédents dans toute l'UE. Ce jugement aura un impact non seulement sur les produits cultivés dans l'UE, mais aussi potentiellement sur les denrées alimentaires et les produits importés.

    Source: Checkbiotech


    Link En savoir plus
    Link Sommaire de l'opinion du AG
    Link Cour européenne de la justice


  14. Dominique et les ACP reçoivent une aide de l'UE
    2011-02-17
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Pêche Régionale, Commerce ACP-UE

    L'ordonnateur national Eddie Lambert a confirmé que l'Union européenne a approuvé un financement de 200 millions d'euros pour aider la Dominique et d'autres pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) à faire face à un nouvel accord sur les bananes. En vertu de celui-ci, l'UE a réduit les tarifs sur les bananes d'Amérique latine, ce qui durcit fortement la concurrence sur le marché mondial. Toutefois, l'UE a déclaré qu'elle renforcerait son aide à ses partenaires commerciaux des ACP en leur versant 200 millions d'euros pendant la période 2010 - 2014. La Dominique ignore pour l'instant le montant qu’elle recevra de l'UE, mais quelle que soit la somme obtenue, cette aide prendra la forme d'un appui budgétaire, selon M. Lambert. « Nous n'avons pas reçu d'informations officielles de la délégation à la Barbade en ce qui concerne le montant alloué à la Dominique », a précisé M. Lambert. « Les seules informations dont nous disposons sont une note officielle du chef de la délégation disant qu’un montant a été approuvé par le Parlement européen. » Entre-temps, une stratégie nationale d'adaptation a été définie afin d’aider la Dominique à faire face aux changements qu’entraînera le nouvel accord sur les bananes.

    Source: Dominica News Online


    Link En savoir plus
    Link La guerre de la banane pourrait reprendre
    Link Relations de l'UE avec la Dominique


  15. Les gouvernements britanniques n'ont pas soutenu l'agriculture biologique
    2011-02-17
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement

    Un rapport accablant affirme que les gouvernements britanniques successifs n'ont pas réussi à soutenir et à promouvoir l’alimentation et l'agriculture biologiques. Leurs échecs ont isolé le Royaume-Uni et en ont fait « le paresseux de l'Europe ». Une étude du plus grand organisme britannique de défense des produits bios met en évidence le peu de priorités accordées au secteur par des politiciens 'frileux', ce qui – précise l’étude - a entraîné un effondrement des ventes d'aliments et de boissons bios pendant la récession alors que d'autres grands marchés bios européens ont réussi à résister à la tempête. Le rapport ‘Le paresseux de l'Europe’ sera publié par la Soil Association aujourd'hui, au début de sa conférence annuelle à Manchester. La Soil Association enjoindra au gouvernement de suivre l'exemple d'autres pays européens. Au Danemark, qui possède le plus grand marché bio d'Europe, aux Pays-Bas, en France, en Suède, en Italie, en Allemagne et en Autriche, les gouvernements soutiennent explicitement le bio. Ils accordent davantage de subventions aux agriculteurs bios et ont lancé par ailleurs de vastes campagnes de marketing pour dynamiser les ventes.

    Source: Guardian


    Link En savoir plus
    Link Association de la terre: rapport
    Link Législation de l'UE sur l'agriculture biologique


  16. Gouvernement britannique dynamise le commerce en Afrique
    2011-02-17
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Développement rural, Archives, Commerce ACP-UE

    Le Royaume-Uni doit lancer une nouvelle initiative visant à dynamiser le commerce africain en diminuant la bureaucratie, en améliorant l'infrastructure des transports et en rationalisant la traversée des frontières, a déclaré Andrew Mitchell aujourd'hui. Dans le cadre de l'initiative africaine de libre-échange (AFTi), la Grande-Bretagne mettra des experts techniques à disposition pour résoudre les problèmes qui ne cessent d’entraver la croissance économique dans la région. Cette initiative consistera entre autres à conseiller les pays africains en ce qui concerne la conception des postes-frontières, les investissements dans l'infrastructure et l'analyse des grands goulets d'étranglement routiers. Plusieurs résultats sont attendus : une diminution du temps nécessaire pour effectuer le trajet le long du corridor nord-sud en Afrique (de neuf à sept jours) et une diminution de trois jours du temps nécessaire aux camions de marchandises pour effectuer le trajet aller-retour entre Mombasa et l'Ouganda. L'initiative contribuera à éliminer les barrières commerciales et à donner aux grands et aux petits entrepreneurs l’opportunité d'accéder à de nouveaux marchés et d'investir dans l’élargissement de la production et du commerce. L'AFTi est une composante du livre blanc sur le commerce et l'investissement du gouvernement britannique, dont une partie exposera de quelle manière le Royaume-Uni soutiendra les efforts des pays africains pour combiner leurs économies et accroître le commerce avec le reste du monde.

    Source: DFID


    Link En savoir plus
    Link Union Africaine
    Link Transport: Coopération de l'UE et l'Afrique


  17. Afrique de l'Ouest : l'UE donne 597 millions d'euros à la région
    2011-02-17
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Dans le cadre du 10ème Fonds de développement européen 2008-2013, l'Union européenne a alloué un total de 597 millions d'euros pour soutenir le processus d'intégration régionale en Afrique de l'Ouest. C’est ce qu’a annoncé le directeur adjoint de la délégation de l'Union européenne au Nigeria et à la CEDEAO, M. Ramanski, lors de la signature à Abuja d'un accord entre l'UE et la CEDEAO relatif à un poste-frontière conjoint. Il a déclaré que ce montant fait partie d'un soutien de l'UE aux activités régionales de l'Afrique de l'Ouest dans le domaine du transport et qu’il s’inscrit dans le cadre du 9ème Fonds de développement européen (FDE) 2000-2007. En outre, le projet soutient le renforcement des capacités de la CEDEAO et de l'UEMOA et la participation d'acteurs non-gouvernementaux à la résolution de problèmes de transport. Il a ajouté que l'UE a alloué un autre montant de 677 millions d'euros pour soutenir le Nigeria pendant la même période. « L'UE a alloué un total de 82 millions d'euros pour soutenir des projets visant à faciliter les transports en Afrique de l’Ouest. Ces fonds soutiennent différentes activités dans les secteurs routiers, ferroviaires, maritimes et aériens et visent à faciliter la libre-circulation des personnes et à renforcer le commerce intra-régional.

    Source: AllAfrica


    Link En savoir plus
    Link Fond européen de développement
    Link Délégation de l'UE au Nigéria


  18. Reprise des négociations commerciales entre la SACU et l'UE
    2011-02-16
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Il était prévu que les négociations d'un accord de partenariat économique (APE) entre l'Union européenne (UE), les membres de l'Union douanière d'Afrique australe (SACU), le Mozambique et l'Angola reprendraient le mois prochain, la nouvelle date butoir de leur conclusion étant prévue pour le mois de juillet, selon une déclaration du département du commerce et de l'industrie. L'accord, qui n'a pas respecté sa date butoir de décembre, a déjà pris plus de trois ans de retard et a laissé certaines entreprises dans l'incertitude quant à l'accès de leurs produits au marché de l'UE. Le bloc des 27 membres de l'UE est le plus grand partenaire commercial d'Afrique du Sud. Xavier Carim, directeur général adjoint en charge du commerce international au sein du département du commerce et de l'industrie d'Afrique du Sud, a confirmé que le Lesotho était supposé accueillir le prochain cycle de négociations. Cependant, la Commission européenne, qui est responsable de la conclusion des APE en Afrique, n'a pas réagi à certaines propositions émanant du groupe sud-africain, entre autres en ce qui concerne la liste des produits agricoles que l'UE veut voir exemptés de tarifs. Les experts affirment qu'au lieu de laisser les négociations s'enliser en raison de positions rigides, les négociateurs africains devraient mettre d'autres points sur la table des négociations, comme la coopération dans le domaine de la sécurité alimentaire et des technologies vertes – des options auxquelles l'UE serait favorable et qu'elle financerait. […] Le secteur des entreprises agricoles sud-africaines fait pression sur le gouvernement pour qu'il pousse l'UE à autoriser davantage de produits agro-alimentaires sur son territoire. En ce moment, seuls certains produits peuvent être exportés vers cette région.

    Source: tralac


    Link En savoir plus
    Link Accord de Cotonou
    Link Secrétariat du Groupe ACP


  19. L'UE et la CEDEAO signent un accord pour soutenir l'intégration
    2011-02-16

    L'Union européenne (UE) et la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ont signé un accord à Abuja, capitale du Nigeria, en vertu duquel l'UE affectera 37 millions d'euros à la construction de trois postes-frontières communs en Afrique occidentale.     Aux termes de l'accord, deux postes-frontières seront construits le long du corridor Abidjan-Lagos à la frontière entre le Nigeria et le Bénin (Seme-Krake) et à la frontière entre le Togo et le Ghana (Noepe)  sous  la responsabilité de la CEDEAO. Un poste-frontière commun sera construit à la frontière entre le Bénin et le Niger (Malanville) sous la responsabilité de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) dont les membres sont des pays francophones d'Afrique de l'Ouest.  La déclaration précisait que les contrats signés récemment par l'UE, la CEDEAO et l'UEMOA sont des composantes du soutien de l'UE aux activités régionales d'Afrique de l’Ouest dans le domaine de la facilitation du transport. Ils s’inscrivent dans le cadre du 9ème Fonds de développement européen (FDE) 2000-2007 et le total s’élève à 82 millions d'euros. Elle ajoutait que ces fonds soutiennent différentes activités dans les secteurs routiers, ferroviaires, maritimes et aériens et doivent faciliter la libre-circulation des personnes et renforcer le commerce intra-régional. Dans le cadre du 10ème Fonds de développement européen (2008-2013), l'UE a affecté au total 597 millions d'euros au soutien de l'intégration régionale en Afrique occidentale. L'UE a aussi mobilisé un montant total de 402 millions d'euros pour soutenir le Ghana pendant la même période.

    Source: ghananewsagency


    Link En savoir plus
    Link Fonds européen de développement
    Link CEDEAO


  20. La CAE veut la suppression immédiate des barrières non-tarifaires
    2011-02-16

    Le secrétaire général adjoint de la Communauté d'Afrique de l'Est (CAE)) chargé de l'infrastructure et de la planification, Alloys  Mutabingwa, a demandé instamment  aux États partenaires du bloc d'œuvrer à l'élimination des barrières non-tarifaires pour permettre au commerce de se développer dans la région.Dans une interview accordée au Times, M. Mutabingwa a suggéré que les États partenaires mettent en place un organisme en charge des barrières non-tarifaires qui contrôlera et éliminera les pratiques qui entravent le commerce dans la région. « Un organisme régional doit contrôler toutes les barrières non-tarifaires qui existent dans nos pays. Dès lors, les États partenaires doivent décider de mettre en place cet organisme parce que l’on ne peut imposer ce contrôle au secrétariat », a-t-il déclaré. Il a souligné que les discussions politiques que les États partenaires mènent habituellement pour éliminer les barrières prennent du temps avant de donner des résultats positifs, et il ajouté que ce doit être fait immédiatement. « Ces débats politiques ne mènent à rien ; nous devrions avoir des mécanismes qui contrôlent, évaluent et éliminent ce qui n'est pas nécessaire à nos objectifs de véritable mise en place d'un marché commun dans la région. » M. Mutabingwa a répété que les barrières non-tarifaires illégales qui existent encore entravent l'intégration économique et influencent la coopération régionale. Il a révélé en outre que le bloc s’est lancé dans une campagne visant à encourager les États membres à créer des postes-frontières uniques qui favoriseront la circulation des marchandises, des personnes et des services au sein de la communauté.

    Source: Tralac


    Link En savoir plus
    Link OMC-Accords commerciaux régionaux
    Link Communauté d'Afrique de l'Est


  21. Feuille de route pour moins de carbone: réductions de 25 % d'ici 2020
    2011-02-16
    Catégorie(s) : Environnement

    Les économies d'énergie pourraient permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 25 % d'ici 2020, selon une copie de l'ébauche de la tant attendue « feuille de route visant à passer à une économie à faible intensité de carbone en 2050 », à laquelle EurActiv a eu accès.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link UE: Energies renouvelables
    Link Agence européenne pour l'environnement


  22. Les services diplomatiques de l'UE « otages des contraintes budgétaires »
    2011-02-15
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Le Service européen pour l'action extérieure récemment créé risque de ne pas pouvoir tenir toutes ses promesses si les négociations sur le budget de l'UE après 2013 n'aboutissent pas à une augmentation des moyens financiers de l'Union européenne, ont déclaré des eurodéputés le10 février. Lors de leur participation à un débat organisé par le Bureau des Conseillers de Politique européenne (BEPA), le groupe de réflexion interne de la Commission européenne, trois membres du Parlement européen ont exprimé leurs inquiétudes : à moins que les pays de l'UE ne comprennent que les nouvelles compétences de l'Union requièrent une nouvelle injection de liquidités pour être mises en œuvre, l'introduction de certaines des nouveautés du Traité de Lisbonne, comme le service européen pour l'action extérieure (SEAE), sera « mission impossible ».

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Service européen de l'action exterieure (SEAE)
    Link PE: Commission des Affaires Etrangères


  23. En Côte d’Ivoire les banques internationales commencent à suspendre leurs activités
    2011-02-15
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Deux banques internationales installées à Abidjan, ont fermé leurs bureaux. La Bicici, filiale de BNP Paribas, et la Citibank ont baissé leur rideau ce lundi 14 février suite aux injonctions de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) qui a menacé, vendredi 18 février 2011, de sanctions les banques travaillant avec le gouvernement de Laurent Gbagbo. La Banque internationale pour le commerce et l'industrie en Côte d'Ivoire (Bicici), filiale de la banque française BNP Paribas, a fermé ses portes à Abidjan. « Nous sommes au regret de devoir vous informer que la Bicici suspend provisoirement ses activités à partir de ce jour 14 février. Ces derniers jours ont (...) vu s'accroître la confusion juridique et réglementaire liée à la situation particulière du pays », indique la filiale de l'établissement financier sur son site internet http://www.bicici.org. Le communiqué de l’établissement met l’accent sur les confusions juridiques et comptables qui pourraient être préjudiciables autant pour les clients que l’établissement financier lui-même. Des dizaines de clients étaient massés devant les grilles de l'agence de la Bicici du Plateau à Abidjan.

    Source: RFI


    Link Rapport (version anglaise)


  24. L’Espagne fait un don d’1 million pour soutenir les pays les moins avancés
    2011-02-14
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Commerce ACP-UE

    Le gouvernement espagnol va verser 1 million d’euros au programme du Cadre intégré renforcé (CIR) et contribuer ainsi davantage à aider les pays les moins avancés (PMA) à réaliser leur potentiel commercial, en offrant à des communautés démunies un moyen de sortir de la pauvreté pour s’engager sur la voie du développement durable. Le Secrétariat exécutif du CIR se situe à l’OMC.

    Source: OMC


    Link Rapport (version anglaise)



===========================================================

Si vous n'avez pas reçu le Bulletin 259, voici un rappel des évènements de la semaine dernière :

  1. Principaux évènements UE-ACP pour la semaine du 7/1 au 11/1/2011
  2. Notre invité vidéo : Olivier de Schutter, ONU
  3. Plaidoyer pour une politique commerciale plus réaliste
  4. Front commun de collectivités contre les OGM
  5. L'UE prend des mesures pour stabiliser son approvisionnement énergétique
  6. Lutter contre l’appropriation illicite des terres
  7. Les exportations de bananes vers l'UE restent une question épineuse
  8. Sierra Leone : 6,6 millions d’euros pour réduire la mortalité infantile
  9. Une nouvelle initiative britannique doit aider des millions d'Africains
  10. Une coopération plus étroite entre l’Allemagne et les Pays-Bas en ce qui concerne la politique de développement future
  11. Les ONG veulent changer une PAC «injuste, illégitime et asociale»
  12. Les Parlements français et allemand défendent une agriculture compétitive
  13. Budget après 2013: les députés veulent des priorités mieux définies
  14. ACP et OMD signent un accord pour faciliter les échanges commerciaux
  15. Un seul permis pour vivre et travailler dans l'UE
  16. Le Prince Charles en héraut d'une économie verte
  17. Caraïbes: remettre petits producteurs au centre de la filière horticole
  18. Caraïbes - L'UE octroie des subventions record aux pays du CARICOM
  19. Le Pacifique et l'UE discutent d’une aide au commerce
  20. Secrétaire général exhorte États ACP du Pacifique à se serrer les coudes
  21. Les Etats pourraient interdire les cultures OGM pour maintenir l'ordre public
  22. Près d'un tiers des internautes dans l’UE27 ont été victimes d'un virus informatique
  23. Le fossé de l'innovation se creuse, la Suède et le Danemark se classent en tête
  24. 622,3 millions d’euros d’aide humanitaire plus simple et plus efficace


  1. Principaux évènements UE-ACP pour la semaine du 7/1 au 11/1/2011
    2011-02-11
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Parlement Européen (Brussels):
    -7 Février: Élections au Sud-Soudan - Rapport de la délégation du Parlement européen
    -8 Février : Débat avec Herman Van Rompuy
    Commission Européenne (Bruxelles):
    -EDC 2020 Briefing pour les Parlementaires et Evénement Final
    Dans les Etats ACP :
    -
    7 -11 Février: Forum Social Mondial, Sénégal

     

    Pour de plus amples informations, veuillez consulter notre calendrier à la page http://bruxelles.cta.int/


    Link Parlement Européen
    Link Commission européenne
    Link Forum social mondial


  2. Notre invité vidéo : Olivier de Schutter, ONU
    2011-02-11
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Notre invité de la semaine est le Professeur Olivier de Schutter, Rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l'alimentation. Nous avons parlé avec Mr De Schutter en marge d'une conférence organisée le 2 février par le CTA, la DG DEVCO, Concord et le Sécretariat ACP au sujet de la Géopolitique de l'Alimentation.


    Link Regarder la video
    Link Rapporteur Spécial de l'ONU pour le Droit à l'Alimentation
    Link Briefings sur le développement à Bruxelles


  3. Plaidoyer pour une politique commerciale plus réaliste
    2011-02-11
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Dans une tribune commune, mercredi 9 février, les ministres des affaires européennes français, polonais, allemand, espagnol et portugais, et le ministre du développement économique italien défendent "une Europe réaliste qui défend ses intérêts" dans ses relations avec ses partenaires économiques. Un credo, qui reprend celui de la réciprocité, martelé par le chef de l'Etat français depuis son élection en 2007. « Ignorer que le monde a changé serait faire preuve d'un aveuglement coupable », soulignent les auteurs. Ce texte, dont la France est à l'initiative, a été publié dans plusieurs journaux européens, notamment Le Monde. Pour développer ses avantages compétitifs, l’Europe doit être capable « d’assurer une défense plus efficace et plus stratégique de (ses) intérêts », expliquent les auteurs. « L’enjeu est majeur : il y va de la crédibilité de l'Europe sur la scène internationale, mais aussi de la longévité et du développement du modèle économique et social européen », ajoutent-ils. Les ministres souhaitent que l’UE montre « la voie d'une mondialisation bien régulée, s'appuyant sur des règles du jeu partagées assurant des conditions équitables pour tous ». Selon eux, les relations commerciales de l’UE avec ses principaux partenaires commerciaux ne sont pas assez réciproques. « L'Union a ouvert plus de 80% de ses marchés publics aux pays tiers, alors que les autres grandes économies développées n'ont ouvert les leurs qu'à 20% », expliquent-ils. « Pour être plus crédible, l'Europe doit accroître son pouvoir de négociation pour améliorer son accès aux marchés des pays tiers », précisent-ils. Leurs priorités portent sur l’accès aux marchés pour les biens et les services, l’investissement, les marchés publics, la protection de la propriété intellectuelle, l'offre de ressources naturelles et la libéralisation du commerce en lien avec le climat ou encore les aides d’Etat.

    Source: Euractiv.fr


    Link En savoir plus
    Link Commission: DG Commerce
    Link Organisation mondiale du Commerce (OMC)


  4. Front commun de collectivités contre les OGM
    2011-02-11
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire

    A l’initiative du département français du Gers, 19 régions et trois départements ont déposé un recours devant la Cour de justice européenne pour faire annuler l'autorisation de la Commission de commercialiser de nouvelles variétés de maïs génétiquement modifiés. Après les contestations sur la culture d’OGM, celles sur leur commercialisation continuent. 19 régions françaises et deux départements ont rejoint le Gers dans sa lutte contre l'importation et la commercialisation de nouveaux maïs OGM, autorisées le 28 juillet par la Commission européenne. Le Gers a déposé, le 4 octobre dernier, six requêtes pour un recours en annulation de la décision de la Commission, devant le tribunal de première instance de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Le département avait demandé au gouvernement français et aux collectivités de s’associer à sa démarche, avant le 31 janvier 2011. L’appel a été entendu. 13 régions (Ile-de-France, Midi-Pyrénées, Centre, Pays de la Loire, Bourgogne, Rhône-Alpes, Auvergne, Languedoc-Roussillon, Poitou-Charentes, Franche-Comté, Picardie, Nord-Pas-de-Calais et Provence-Alpes-Côte d'Azur) et deux départements (Côtes d'Armor et Haute-Garonne) ont rejoint la procédure. Six autres régions ont apporté leur soutien à l’action, sans s’engager juridiquement (Aquitaine, Limousin, Champagne-Ardenne, Bretagne, Haute-Normandie, Basse-Normandie). Selon les collectivités, l'autorisation de la commercialisation de certains maïs OGM viole les principes de l’équilibre institutionnel et de précaution. Elles dénoncent « l'absence d'évaluation correcte des OGM concernés, et notamment de leurs effets à long terme ». Elles considèrent aussi que les droits des consommateurs ne sont pas respectés, en raison d'un « défaut d'information sur la composition en OGM des aliments qu'ils achètent ».

    Source: Euractiv.fr


    Link En savoir plus
    Link Centre de Recherche de la Commission: OGM Info
    Link Autorité de la sécurité alimentaire en Europe


  5. L'UE prend des mesures pour stabiliser son approvisionnement énergétique
    2011-02-10
    Catégorie(s) : Archives, Environnement

    Les dirigeants européens ont convenu vendredi de laisser une marge de manœuvre sans précédent à l'agence exécutive du bloc afin d'aider à négocier des contrats avec des exportateurs d'énergie comme la Russie, dans un effort visant à améliorer la sécurité de l'approvisionnement et à sauvegarder l'investissement. Il est « nécessaire d'améliorer la coordination » entre les pays de l'Union européenne et d'avoir plus de cohérence dans les « relations avec les principaux pays producteurs, de transit et consommateurs », ont précisé les dirigeants dans une déclaration clôturant une réunion d'une journée à Bruxelles. Les négociations relatives à l'approvisionnement énergétique et aux prix de l'énergie sont actuellement laissées aux différents États membres. Mais les contrats d'énergie concernent l'ensemble de l'Union européenne, qui compte 27 membres et importe plus de la moitié de son énergie, avec environ 40 pour cent de son gaz naturel provenant de la Russie. […] En vertu de l'accord conclu vendredi, le commissaire européen chargé de l'énergie, Günther Oettinger, doit présenter en juin une proposition formelle qui donnera à la Commission européenne, l'organe exécutif de l'Union, le pouvoir d'aider les États membres à conclure des contrats avec la Russie et d'autres gouvernements si ces contrats sont suffisamment importants pour affecter la sécurité énergétique du bloc. Le mandat de M. Oettinger s'étendrait aussi à d'autres sources d'énergie, comme l'électricité provenant de sources renouvelables. Cela augmenterait la sécurité des entreprises européennes qui investissent dans des projets solaires dans des pays comme le Maroc et la Tunisie, parce que la Commission pourrait imposer des sanctions commerciales à ces pays s'ils tentaient de s'emparer des installations en cas d'instabilité politique. Le fait de donner à la Commission un rôle dans ces négociations permettrait entre autres de s’assurer que de tels accords imposent des normes communes pour des technologies du futur, afin que l'électricité produite dans des centrales solaires extérieures au bloc puisse s'intégrer facilement dans un réseau européen. Ce qui pourrait encourager les banques et les exploitants de réseaux à investir dans un projet appelé Desertec qui recueillerait l'énergie solaire à l’aide une méthode consistant à concentrer l'énergie solaire de l’immense désert d'Afrique du Nord et de la livrer aux marchés européens sous forme d'électricité transportée par des lignes à haute tension.

    Source: New York Times


    Link En savoir plus
    Link Commissaire de l'énergie: financer le réseau
    Link DESERTEC


  6. Lutter contre l’appropriation illicite des terres
    2011-02-10
    Catégorie(s) : Environnement, Développement rural

    Les crises alimentaires, financières et énergétiques des deux dernières années entraînent une spéculation foncière massive et la crainte que le monde soit incapable de satisfaire à ses besoins alimentaires dans le futur. Résultat : l’appropriation illicite des terres, un phénomène qui met en péril la sécurité alimentaire de millions de petits agriculteurs, est en passe de devenir un des problèmes les plus inquiétants de notre époque. On peut affirmer sans le moindre doute que lors du 10ème Forum social mondial, l’appropriation illicite des terres est un des problèmes les plus discutés par les centaines d'organisations de la société civile qui se sont rendues à Dakar pour se mobiliser et échanger leurs expériences concernant leurs combats respectifs. Les données officielles concernant l’appropriation illicite des terres et l’ampleur du phénomène sont trompeuses et le nombre réel d'hectares concernés est contesté. La FAO estime qu’environ 70% des saisies de terres qui ont lieu aujourd’hui concernent l’Afrique, alors que ce continent doit précisément relever les plus grands défis en matière de sécurité alimentaire. […] Plusieurs facteurs expliquent la ruée sur les terres. L'exploitation minière et l'appropriation des ressources forestières n’ont rien de particulièrement neuf.  Pas plus que l'acquisition des terres par des entreprises internationales pour y installer des plantations. Cela se faisait couramment en Amérique latine dans les années 70 et 80. La différence aujourd'hui, c’est le volume de terres saisies et le fait qu'on autorise cette appropriation au nom du soutien d’une économie verte. L'expérience montre qu'un tiers des terres saisies aujourd'hui est destiné à la production de biocarburants, notamment le jatropha, le maïs et le sucre qui servent à fabriquer l'éthanol. Ces biocarburants seront fournis à l'UE pour lui permettre d’honorer son engagement de consommer au moins 10% de biocarburants afin de réduire l’utilisation des sources d'énergie non-renouvelables. Selon Ruth Hall de l'Institut sud-africain d'études sur la pauvreté et les sols, quelque 5 millions d'hectares ont déjà été saisis en Afrique pour étancher la soif d'énergie 'verte' de l'Europe. Bien qu'une diminution de la dépendance à l'égard des sources d'énergie non-renouvelables soit une noble cause, l'engagement a créé un marché pour les biocarburants. Cette activité a des conséquences désastreuses sur les petits agriculteurs qui sont chassés de leurs terres, n'ont plus accès à leurs ressources et à des moyens de subsistance et n'ont plus la capacité de se nourrir. On estime que le volume de blé utilisé pour alimenter un 4x4 pourrait nourrir un adulte pendant un an.

    Source: CIDSE


    Link En savoir plus
    Link Forum social mondial
    Link Rapporteur spécial de l'ONU pour le Droit à l'Alimentation


  7. Les exportations de bananes vers l'UE restent une question épineuse
    2011-02-10
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    L'approbation par le Parlement de l'Union européenne (UE) d'une diminution des tarifs d'importation du bloc sur les bananes d'Amérique latine a été mal accueillie dans la plupart des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Étant donné les coûts de production des bananes destinées à l'exportation que ces anciennes colonies européennes doivent supporter, celles-ci sont tout simplement incapables de concurrencer les grandes entreprises américaines telles que Dole, Del Monte et Chiquita, qui sont les bénéficiaires de cet accord et sont mieux équipées puisqu'elles disposent de la technologie nécessaire à une production efficace. Pour l'essentiel, la diminution tarifaire signifie des bananes moins chères pour les Européens et des bénéfices plus élevés pour les entreprises américaines et les pays d'Amérique latine qui se sont battus pendant 16 ans pour accéder au plus grand marché de bananes au monde, estimé à plus de 6 milliards US$. […] Bien que l'accord garantisse toujours aux pays ACP un accès libre de droits à l'UE, il ne fait aucun doute qu'il aura un impact sévère sur les États ACP. Ce point a été mis en exergue dans une étude effectuée en 2009 par le Centre international pour le commerce et le développement durable, établi à Genève, qui prévoit que les importations de bananes des pays ACP diminueront de 14 pour cent et leur coûteront 40 millions US$ par an, alors que les importations d'autres pays augmenteront de 17 pour cent. L'étude a précisé que le prix des bananes en Europe diminuerait de 12 pour cent. L'UE, qui comprend de toute évidence le problème, a convenu de fournir aux principaux pays ACP exportateurs de bananes, 200 millions d’euros pendant la période 2010 - 2014 pour les aider à s'adapter au changement. Mais les législateurs de l'UE, nous a-t-on dit, veulent que ces fonds soient majorés et étendus à 2020 pour permettre aux ACP de diversifier leurs économies. Nous supposons que les pays ACP apprécient le geste. Mais étant donné le nombre de pays qui se partageront cette aide, nous ne pensons pas que cela leur servira à grand-chose. Nous espérons que les ACP, et en particulier la CARICOM, mettront à profit cette expérience pour se prémunir à l'avenir contre des accords commerciaux préférentiels.

    Source: Jamaica Observer


    Link En savoir plus
    Link Délégation de l'UE en Jamaïque
    Link PE: Résolution sur la fin de la guerre de la banane


  8. Sierra Leone : 6,6 millions d’euros pour réduire la mortalité infantile
    2011-02-10
    Catégorie(s) : Archives

    L'office humanitaire de la Commission européenne (ECHO) a dépensé 6,6 millions d'euros (environ 8,1 millions $) pour aider l'UNICEF et le gouvernement de la Sierra Leone à atteindre les objectifs de développement du millénaire (OMD) visant à réduire la mortalité infantile et à améliorer la santé maternelle dans le pays. « Ce financement supplémentaire de l'UE soutiendra l'initiative des soins de santé gratuits lancée par le gouvernement de la Sierra Leone », a déclaré Jean-Pierre Reymondet-Commoy, chef de la délégation de l'UE. L'approche CMAM (gestion communautaire de la malnutrition aigüe) implique une détection précoce des cas sévères, ainsi que le traitement au sein de leurs propres communautés, des cas sans complications médicales (80 pour cent) au moyen d’aliments thérapeutiques prêts à l'emploi. La composante CMAM du projet se concentrera sur 60 000 enfants gravement sous-alimentés dans les 12 districts et dans la partie occidentale de la Sierra Leone. Le dépistage et le traitement de ces enfants dans les communautés se font déjà dans 198 centres de santé périphériques. Les soins aux enfants gravement sous-alimentés qui présentent des complications médicales sont dispensés dans 14 hôpitaux équipés de centres de stabilisation. En avril de l'an dernier, le président Earnest Bai Koroma a lancé l'initiative des soins de santé gratuits aux femmes enceintes, aux mères allaitantes et aux enfants de moins de cinq ans. Les soins de santé gratuits permettront à environ 230 000 femmes enceintes et mères allaitantes et à 950 000 enfants du pays d’accéder gratuitement à des services sanitaires.

    Source: AllAfrica


    Link En savoir plus
    Link Commission: ECHO
    Link Délégation de l'UE en Sierra Leone


  9. Une nouvelle initiative britannique doit aider des millions d'Africains
    2011-02-10
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Commerce ACP-UE

    Une initiative visant à dynamiser le commerce et à sortir de la pauvreté des millions de personnes en Afrique a été lancée le 2 février par le ministre britannique du développement, Stephen O'Brien. Trade Mark East Africa (TMEA) travaillera dans toute l'Afrique orientale pour financer de nouvelles entreprises, développer une infrastructure essentielle pour accélérer les liaisons de transport et normaliser la réglementation dans toute la région. Stephen O'Brien a lancé TMEA à Nairobi aux côtés du président du Burundi, Pierre Nkurunzinza, et du premier ministre du Kenya, Raila Odinga. Stephen O'Brien a déclaré : « Le commerce est vital pour le développement international. C'est le catalyseur de la croissance. Il crée de la richesse qui, à terme, est le moyen le plus efficace pour sortir les populations de la pauvreté. Je suis ravi de me trouver ici et de lancer Trade Mark East Africa. Ce programme novateur dynamisera le commerce dans la région en réalisant des améliorations pratiques, notamment en ce qui concerne les ports et les routes, et en accélérant le passage aux frontières ».

    Source: DFID


    Link En savoir plus
    Link Trade Mark East Africa (TMEA)
    Link Communauté de l'Afrique de l'Est


  10. Une coopération plus étroite entre l’Allemagne et les Pays-Bas en ce qui concerne la politique de développement future
    2011-02-10
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Le ministre fédéral Dirk Niebel a rencontré lundi à Berlin Ben Knapen, ministre du développement néerlandais depuis octobre 2010. Après leur discussion, M. Niebel a déclaré : « Mon collègue Ben Knapen m'a informé que les Pays-Bas prévoient une réforme fondamentale de leur politique de développement qui se concentrera davantage sur des questions thématiques et régionales. Le Néerlandais veut mettre en œuvre cette réforme avec des partenaires européens pour arriver à une meilleure répartition des tâches. Je suis particulièrement heureux que les Pays-Bas, tout comme l'Allemagne, se montrent plus stricts à l'égard de l'attribution d'un appui budgétaire dans le futur et qu'ils luttent avec moi pour des conditions d'application de cet outil plus strictes au niveau européen.

    Source: BMZ


    Link En savoir plus [DE]
    Link Ministère néerlandais des Affaires Etrangères
    Link OCDE: Coopération pour le développement


  11. Les ONG veulent changer une PAC «injuste, illégitime et asociale»
    2011-02-10
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Un collectif d'associations affirme que la politique agricole commune doit aider le secteur à s'orienter vers des systèmes plus durables. Oui à la politique agricole commune (PAC), à condition qu'elle soit plus juste. C'est, en résumé, la position exprimée par le groupe PAC 2013, essentiellement constitué par des ONG, qui a présenté, jeudi 3 février à Paris, un «guide de la politique agricole commune». «Nous sommes favorables à la PAC», annonce d’emblée Bernard Cressens, du WWF. Avant d'ajouter: «La PAC est injuste, illégitime et asociale. On n'exige pas une révolution, mais une évolution, un virage.» Il demande que les paysans qui ne respectent pas les règles environnementales de l'UE ne bénéficient plus d’aides européennes: «C’est le principe du pollueur payeur.» Pour les ONG, la question de la compétitivité de la production agricole de l'UE ne se pose pas. «Sur chacune des productions, l’Europe ne peut plus être compétitive avec les Ukrainiens, les Brésiliens ou les Argentins.» D’où la nécessité de se concentrer sur un changement de modèle agricole. Quoiqu’il en soit, «si la PAC n’est pas réorientée, nous ne la soutiendrons pas», tranche le représentant du WWF.

    Source: Euractiv.fr


    Link En savoir plus
    Link Projet de rapport sur la PAC après 2013
    Link PE: Commission de l'Agriculture


  12. Les Parlements français et allemand défendent une agriculture compétitive
    2011-02-10
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural, Sécurité alimentaire

    Les législateurs des deux pays se sont mis d’accord sur l’avenir de la PAC. L'agriculture doit rester une politique commune dont il faut accroître la compétitivité. "Promouvoir une PAC forte et juste pour une agriculture compétitive et orientée vers le marché". A l’issue d’une réunion de travail qui s’est tenue le 3 février 2011, les délégations de l’Assemblée nationale, du Sénat et du Bundestag (le Parlement allemand) se sont mises d’accord sur l’avenir de la politique agricole commune. Les trois partenaires ont rendu publique une déclaration commune à ce sujet. Selon les auteurs, l'agriculture doit rester une politique financée principalement par le budget communautaire, dont il faut accroître la compétitivité. Pour ce faire, les délégations prônent une réforme orientée vers le marché.

    Source: Euractiv.fr


    Link En savoir plus
    Link Commission: La PAC après 2013
    Link ECIPE: Reformer la PAC


  13. Budget après 2013: les députés veulent des priorités mieux définies
    2011-02-10
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Environnement, Développement rural

    Les ressources budgétaires de l'UE seront probablement peu nombreuses après 2013, c'est pourquoi elles doivent être utilisées avec discernement. Les commissaires européens à l'énergie, au développement, aux transports et à la recherche, ainsi qu'un représentant du Service européen pour l'action extérieure ont été auditionnés par la commission spéciale du Parlement européen sur les défis politiques, mardi, sur leur vision de l'affectation des ressources financières. Le premier débat avec Günther Oettinger, commissaire à l'énergie, a porté sur les économies d'énergie, la réduction de la dépendance de l'Europe à l'égard des approvisionnements énergétiques étrangers et le financement durable du projet international de recherche sur l'énergie de fusion nucléaire (ITER). Les députés ont également souligné l'importance des choix énergétiques pour la lutte contre le changement climatique et ils se sont interrogés sur le bien-fondé de l'utilisation combinée de fonds publics et privés dans les projets énergétiques.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link PE: Commission du budget
    Link Barroso veut garder le budget pour lui


  14. ACP et OMD signent un accord pour faciliter les échanges commerciaux
    2011-02-10
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Groupe ACP) a signé aujourd’hui à Bruxelles (Belgique) un mémorandum d’accord avec l’Organisation mondiale des douanes (OMD) en vue de faciliter les échanges commerciaux entre les Etats ACP, d’accélérer la modernisation de leurs administrations douanières et de coordonner les efforts en matière de formations conjointes et de renforcement des capacités.

    Source: Groupe ACP


    Link En savoir plus
    Link Secrétariat ACP
    Link Organisation mondiale des douanes


  15. Un seul permis pour vivre et travailler dans l'UE
    2011-02-10
    Catégorie(s) : Archives, Commerce ACP-UE

    Le projet de "permis unique" doit suffire pour que les travailleurs des pays tiers puissent vivre et travailler dans l'UE, estime la commission des libertés civiles. Autoriser les États membres à délivrer des documents supplémentaires serait contraire à l'objet même de "permis unique" qui devrait inclure toutes les informations pertinentes. Les députés ont soutenu le texte initial de la Commission sur cette question et ont confirmé le vote de la plénière de décembre sur les questions d'emploi. Le projet de directive "permis unique" vise à simplifier les procédures bureaucratiques pour tous les immigrants potentiels qui aspirent à vivre et à travailler dans un État membre de l'UE, en leur permettant d'obtenir un travail et un permis de séjour par le biais d'une procédure unique. La proposition permettrait également de conférer un ensemble de droits aux travailleurs de pays tiers comparables à ceux des citoyens de l'UE, tels que les conditions minimales de travail, la reconnaissance des diplômes et qualifications professionnelles ainsi que l'accès à la sécurité sociale.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link PE: Commission des libertés civiles
    Link PE: Des documents sur le permis


  16. Le Prince Charles en héraut d'une économie verte
    2011-02-09
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE, Archives

     

    En visite au Parlement européen mercredi 9 février, le Prince Charles a débattu avec les députés et les grands responsables européens de la lutte contre le changement climatique et de la reconversion nécessaire de l'économie. Pour lui, la croissance ne doit plus être synonyme de destructions environnementales. Scientifiques, organisations non gouvernementales et dirigeants d'entreprises étaient également présents. Accueillant le Prince de Galles, Jerzy Buzek a rappelé que le Parlement européen avait été le premier à mettre en place une commission parlementaire chargée des questions environnementales, en 1979. Ainsi, « les idées ont pu devenir des lois », s'est-il réjoui. Le Président du Parlement a également salué la stratégie dite « 20/20/20 » de l'Union européenne, laquelle vise à diminuer de 20 % les émissions de CO2, augmenter de 20 % l'efficacité énergétique et utiliser 20 % d'énergies renouvelables d'ici à 2020. Il a enfin rappelé l'idée d'une Communauté européenne de l'énergie initiée en mai dernier.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link PE: Débat sur le Conseil européen
    Link Lord Stern: L'ouest doit en finir avec son hésitation


  17. Caraïbes: remettre petits producteurs au centre de la filière horticole
    2011-02-08
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Commerce ACP-UE

    Début février, le COLEACP-PIP a reçu la visite de M. Jethro Green, président du Caribbean Farmers Network (CaFAN). Formé en 2004, le CaFAN est un réseau régional qui regroupe les organisations d’agriculteurs nationales et des ONG actives dans le secteur agricole de 13 pays des Caraïbes : Antigua & Barbuda, Bahamas, Barbados, Belize, Dominica, Grenada, Guyana, Jamaica, St Kitts/Nevis, St. Lucia, St. Vincent & the Grenadines, Suriname et Trinidad & Tobago. L‘entrée de Haïti et de la République Dominicaine est à l’étude. Le réseau représente environ 500.000 familles de petits producteurs. « Notre souhait est de faire en sorte que les intérêts et la place des petits producteurs soient pris en compte et que nos membres s’approprient une plus grande part de la chaine de valeur». Une des principales revendications de l’organisation est en effet la nécessité de positionner les petits producteurs sur des marchés plus rémunérateurs ou dans des segments à plus haute valeur ajoutée tels que la commercialisation dans les circuits de grande distribution locale et régionale ; la mise en valeur des productions locales notamment dans l’offre de restauration du secteur touristique et l’exportation. Autre credo de CaFAN, l’échange de savoir-faire et d’information et la formation pour renforcer durablement les capacités des petits fermiers : « Qu’il s’agisse de produits destinés à l’exportation ou dédiés à la consommation locale, nous savons qu’il nous faut produire selon des standards de qualité sanitaire élevés », poursuit Jethro Green, qui estime qu’on peut combiner valablement le savoir-faire des petits-producteurs et une assistance technique appropriée : « A condition bien sûr que cette assistance technique aille directement aux petits producteurs, sur le terrain ! Et dans ce domaine, l’expertise du PIP en matière de maîtrise de la qualité sanitaire peut indéniablement aider nos membres et la filière horticole des Caraïbes à mieux répondre aux exigences du marché et des consommateurs », conclut M. Greene.

    Source: pip.coleacp.org


    Link En savoir plus
    Link Réseau des agriculteurs des Caraïbes
    Link M. Jethro Greene au Briefing de Bruxelles


  18. Caraïbes - L'UE octroie des subventions record aux pays du CARICOM
    2011-02-08
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Pêche Régionale

    L'Union européenne a déclaré vendredi que l'an passé, elle avait mis un montant record de 130,2 millions d'euros (162,7 millions US$) de subventions à la disposition de neuf pays de la Communauté des Caraïbes (CARICOM). Une déclaration émanant de la délégation de l'Union européenne auprès de la Barbade et des Caraïbes orientales, située à la Barbade, a précisé que sur les neuf pays, les territoires britanniques d'outre-mer d'Anguilla et Montserrat eux aussi avaient reçu des fonds pour un montant de 12,7 millions d'euros (17,2 millions US$). « Ce montant démontre clairement l'engagement permanent de l'Union européenne de soutenir les États des Caraïbes, en particulier en cette période difficile de crise économique et financière prolongée et de catastrophes naturelles telles que le cyclone Tomas, » a déclaré l'ambassadeur Valeriano Diaz, chef de la délégation de l'Union européenne à la Barbade et dans les Caraïbes orientales. L'UE a déclaré que les fonds ont contribué au développement social des petits États insulaires et à leur stabilité économique. Elle a ajouté que le soutien budgétaire est « un instrument qui a permis de fournir 59 millions d'euros (72 millions US$), soit 45 pour cent de l'aide globale au développement. » Elle a précisé que le montant total déboursé comporte aussi des paiements pour les bananes d’un montant total de 19 millions d'euros (23,7 millions US$). Ces fonds ont été distribués à Ste Lucie, à la Dominique et à St. Vincent-et-les-Grenadines pour les aider à diversifier le secteur agricole et à créer des filets de sécurité pour les cultivateurs de bananes. Dans le cas d'Antigua-et-Barbuda, l'Union européenne a déboursé neuf millions d'euros (11,2 millions US$) dans le cadre de son système spécial d'aide aux pays les plus vulnérables, un système qui a été mis en place pour aider des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) à faire face aux effets de la crise financière mondiale. […] Dans le cas de la Barbade, l'Union européenne a déboursé, en 2010, 12,1 millions d'euros (15,12 millions US$) en subventions.

    Source: Caricom News Network


    Link En savoir plus (PDF)
    Link Les contributions à St. Kitts and Nevis
    Link OMC: Aide pour le commerce aux Caraïbes


  19. Le Pacifique et l'UE discutent d’une aide au commerce
    2011-02-08
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Commerce ACP-UE

    La semaine dernière, Liam Cochrane a suivi l'évolution des négociations commerciales entre le Pacifique et l'Union européenne qui se sont tenues dans la capitale de Samoa, Apia. Les trois premiers jours étaient consacrés à des discussions entre des responsables commerciaux. Ces discussions ont précédé les négociations entre les ministres du commerce le jeudi et le vendredi. Ces négociations durent depuis six ans et une frustration grandissante se fait sentir en raison de la lenteur des progrès réalisés, en particulier en ce qui concerne des questions clés concernant l'ouverture ou non des exportations des produits de la pêche vers l'Europe et la manière dont l'UE utilisera les fonds de développement pour promouvoir le commerce dans le Pacifique, ce que l’on appelle du nom légèrement (plus) accrocheur d'aide au commerce. Mais chaque discussion sur ces questions commerciales précises a été plus ou moins écartée en raison d'un document soumis par la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le document de la PNG demande un changement radical dans la manière dont le Pacifique négocie son accord commercial avec l'UE. Actuellement, les 14 pays du Pacifique sont conseillés par le secrétariat du Forum des îles du Pacifique. Mais le document de la PNG – ou du moins une version provisoire que Radio Australie s’est procurée le 3 février – affirme qu'il y a eu une rupture de confiance entre le Pacifique et le secrétariat du Forum. Le document évoquait un conflit d'intérêt entre certaines des personnes concernées, un manque de confiance dans l'avis juridique donné et l’absence d’avancée claire sur les questions commerciales. Le document recommande que l’on décharge le secrétariat du Forum de sa mission de conseiller du Pacifique sur les questions commerciales … pour la confier à un organisme appelé OCTA, le bureau du principal conseiller commercial. Ce bureau est dirigé par le Dr. Christopher Noonan et le document souligne que les États ACP du Pacifique font confiance au Dr. Noonan. L'OCTA a été créé à l'origine pour conseiller les pays du Pacifique à propos d'un accord commercial avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Étant donné que l'Australie et la Nouvelle-Zélande sont membres du Forum des îles du Pacifique, il était malvenu de demander au secrétariat du Forum de conseiller les deux parties autour de la table de négociations. Les commentateurs craignaient que le secrétariat du Forum ne favorise l'Australie et la Nouvelle-Zélande, en particulier parce qu'en tant qu’économies les plus importantes de la région, ce sont elles qui paient les montants les plus élevés au secrétariat du Forum.

    Source: Radio Australie


    Link En savoir plus
    Link Sécretariat du forum des îles pacifique
    Link Commission: Négotiations sur l'APE pacifique


  20. Secrétaire général exhorte États ACP du Pacifique à se serrer les coudes
    2011-02-08
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Pêche Régionale

    Le secrétaire général du secrétariat du Forum des îles du Pacifique a exhorté les États ACP du Pacifique à unir leurs forces sur la scène internationale. « Il ne fait aucun doute dans mon esprit que nous, les habitants des îles du Pacifique, n’avons pas la résilience nécessaire pour réussir », a déclaré le secrétaire général Tuiloma Neroni Slade, s'adressant aux ministres des ACP du Pacifique pendant leur réunion qui se tenait à Apia, Samoa, la semaine dernière. Les ministres des ACP du Pacifique étaient réunis à Apia pour débattre de questions clés entourant les négociations d’un accord de partenariat économique (APE) équitable et global avec l'Union européenne. Les ministres ont discuté en outre des questions commerciales régionales liées à l’engagement avec l'Organisation mondiale du commerce (OMC), à l'aide au commerce et aux évolutions dans le cadre de l'accord commercial entre les pays insulaires du Pacifique (PICTA). « En dépit des défis très particuliers auxquels nous avons été confrontés au cours des six dernières années de négociations, je crois fermement que nous avons la capacité d'accomplir de grandes choses, » a déclaré M. Slade à propos des négociations d’un APE entre la région et l'UE. […] D'après M. Slade, l'avancement des négociations n’a pas répondu jusqu'ici aux attentes initiales. En effet, seuls deux États ACP du Pacifique – la Papouasie-Nouvelle-Guinée et Fidji – ont signé l'accord de partenariat économique provisoire. « Cela ne doit pas être considéré comme une lacune, mais plutôt comme un tremplin vers un accord global », a déclaré M. Slade. « Profitons de l'engagement politique de haut niveau qui existe pour donner une impulsion à ce processus et le concrétiser. Dans vos efforts pour faire avancer cet important travail, soyez assurés que votre secrétariat et moi-même restons déterminés et prêts à vous aider. »

    Source: pacific.scoop.co.nz


    Link En savoir plus
    Link Sécretariat du forum des îles pacifique
    Link Commission: Négotiations sur l'APE pacifique


  21. Les Etats pourraient interdire les cultures OGM pour maintenir l'ordre public
    2011-02-08
    Catégorie(s) : Environnement, Sécurité alimentaire

    Les gouvernements de l'Union européenne pourraient interdire la culture d'organismes génétiquement modifiés afin de maintenir l'ordre public étant donné l'opposition de la population à cette technologie, déclare l'Union dans un projet de document.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Europa: Sécurité alimentaire [EN]
    Link Autorité de la sécurité alimentaire en Europe


  22. Près d'un tiers des internautes dans l’UE27 ont été victimes d'un virus informatique
    2011-02-08
    Catégorie(s) : Archives

    À l’occasion de la Journée pour un internet plus sûr (Safer Internet Day), qui aura lieu le 8 février 2011, Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne, présente une sélection de statistiques relatives à la sécurité sur internet. Cette Journée s’inscrit dans le cadre d’un effort plus vaste visant à promouvoir un internet plus sûr pour tous les utilisateurs, notamment les enfants et les adolescents, et est organisée par INSAFE, un réseau européen pour la sécurité sur internet, cofinancé par la Commission européenne. Les données présentées dans ce communiqué proviennent de l'enquête sur l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC), menée auprès des ménages et des particuliers dans l’UE27, principalement au cours du deuxième trimestre 2010. D’autres données relatives à la sécurité sur internet et à des sujets connexes sont disponibles dans la section du site d'Eurostat consacrée à la société de l’information.

    Source: Eurostat


    Link En savoir plus
    Link Eurostat
    Link Commission: Programme sur l'internet secure


  23. Le fossé de l'innovation se creuse, la Suède et le Danemark se classent en tête
    2011-02-07
    Catégorie(s) : Archives

    En matière d'innovation, l'Union européenne devance toujours l'Inde et la Russie, mais le Brésil progresse de manière constante et la Chine se rapproche rapidement, selon les derniers chiffres publiés par la Commission européenne.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Stratégie Europe 2020 [EN]
    Link Commission: DG Recherche et Innovation


  24. 622,3 millions d’euros d’aide humanitaire plus simple et plus efficace
    2011-02-07
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    La Commission européenne a adopté la semaine dernière une série de décisions qui vont permettre la fourniture d’une aide humanitaire plus rapide et plus efficace. La première d’entre elles porte sur l’allocation de plus de 564 millions d’euros au financement d’opérations de secours dans les zones de crise à travers le monde. Les deux autres concernent l’affectation de respectivement 34,3 millions et 24 millions d’euros à la réduction des risques et à la préparation des populations dans les zones fréquemment sinistrées, d’une part, et à l’aide au renforcement des capacités de réaction des partenaires humanitaires, d’autre part. À ce sujet, Kristalina Georgieva, commissaire européenne à la coopération internationale, à l’aide humanitaire et à la réaction aux crises, a déclaré: «Les besoins humanitaires sont à la hausse dans le monde entier. L’Union européenne est l’un des principaux fournisseurs d’aide humanitaire et doit à ce titre en améliorer constamment la qualité.» Et d’ajouter: «Grâce à notre nouvelle formule de décision de financement, nous engageons d’emblée 622 millions d’euros, soit 73 % de notre budget initial. À compter de ce jour, notre aide sera mise en œuvre plus rapidement. Elle sera plus prévisible pour nos partenaires et le processus décisionnel sera simplifié, grâce à la réduction du nombre de décisions de cinquante-cinq à trois.» Le dispositif décisionnel ainsi restructuré concernera essentiellement l’aide relative aux crises humanitaires de longue durée, qui faisait jusqu’ici l’objet de cinquante-cinq décisions de financement distinctes. Pour les catastrophes soudaines, l’actuelle procédure décisionnelle accélérée continuera de s’appliquer, car elle permet de verser à un pays sinistré une aide humanitaire d’urgence issue du budget de l’UE dans un délai de soixante-douze heures. Les fonds continueront d’être affectés en fonction des besoins humanitaires et répartis sur la base des stratégies par pays/région. Dans le cadre de la décision principale, des plans de mise en œuvre détaillés ont été élaborés pour certaines zones de crise, telles que le Soudan, le Sahel, le Moyen-Orient, Haïti et le Pakistan.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Commission: Aide humanitaire et Protection Civile
    Link Régulation de l'UE sur l'aide humanitaire



N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

 

Webmaster: André Feldhof (feldhof@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1