Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 264]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 264]
Date d'envoi: 2011-03-18 17:38:41
Publication #: 76
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Briefing sur « L’eau que nous mangeons »
  2. Notre invité vidéo : Hafez Ghanem, FAO
  3. Principaux évènements pour la semaine du 21/03 au 27/03/2011
  4. Secrétaire général ACP: le Groupe ACP est confronté à une période difficile
  5. L’UE finance une étude de faisabilité pour lutter contre la pêche illicite
  6. La France donne une nouvelle dimension à son action en Tanzanie
  7. La BEI donnera 75 millions EUR au Fonds européen pour l’efficacité énergétique
  8. Les entreprises européennes s'intéressent davantage aux faibles émissions
  9. Le marché de l’énergie éolienne a de beaux jours devant lui
  10. L'engagement en faveur d'une PAC verte réaffirmé durant le Forum de l'agriculture
  11. Les pays du CARIFORUM ont besoin d'un financement pour le tourisme
  12. Permis unique: égalité de droits et traitement pour les travailleurs étrangers
  13. Le Conseil souhaite une PAC verte
  14. Changement climatique: suivi de la conférence de Cancún sur le climat
  15. Le conseil a débattu les cultures d’OGM
  16. COMESA : Développement d’une stratégie pour le secteur agroalimentaire
  17. L’UE recommande aux producteurs de sucre de diversifier leurs marchés
  18. Le programme de coopèration Angola-UE encaisse peu de ressources
  19. L'UE devra calculer son empreinte hydrique
  20. Une offensive de l’UEMOA doit relancer le dossier du coton à l’OMC
  21. Appel pour des projets de recherches entre l'Allemagne, la France et l'Afrique
  22. Le programme ACP-FLEGT lance un appel à propositions
  23. Elan de la Grande-Bretagne et de l'Allemagne pour réduire les émissions de CO2


  1. Briefing sur « L’eau que nous mangeons »
    2011-03-18
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Nous vous invitons cordialement à notre prochain Briefing sur «l’eau que nous mangeons», qui se tiendra le mercredi 13 avril de 8h30 à 13 heures à Bruxelles. Le monde est au bord d’une crise de l’eau sans précédent. L’eau est susceptible d’être la ressource stratégique la plus importante d’ici la fin de la prochaine décennie et la clé pour atteindre un développement économique global. Certains pays sont déjà soumis au stress hydrique en raison de l’accroissement démographique, de l’industrialisation et de l’urbanisation croissante, de la concurrence pour les  ressources, et le manque d’investissements publics dans les infrastructures rurales et les services. Lors de ce briefing, nous aimerions soulever, avec vous, les enjeux liés à cette problématique et relever les défis et opportunités que cette situation engendrera pour les pays ACP. Les intervenants confrimés incluent Dr Elijah Phiri, CAADP/NEPAD, Dr David Molden (IWMI), Tony Allan, School of Oriental and African Studies / King’s College London Water Issues Group, Ruth Mathews, Directeur executive du Water Footprint Network. Si vous êtes intéressé à participer au  briefing, veuillez vous enregistrer en ligne ou contacter boto@cta.intCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. . Vous pouvez également nous posez vos questions en liens avec l’événement à partir de l’adresse : Brussels.briefings@cta.intCette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. . Nous ferons de notre mieux pour vous répondre ou les introduire dans les débats. Pour toutes autres questions ou enquêtes journalistiques, vous pouvez nous joindre à la même adresse, Brussels.briefings@cta.int.


    Link En savoir plus
    Link Briefings précédents
    Link UNESCO: L'eau


  2. Notre invité vidéo : Hafez Ghanem, FAO
    2011-03-18
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Développement rural

    Notre invité de la semaine est Mr. Hafez Ghanem, Sous-Directeur général à l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO). Nous avons parlé avec Mr Ghanem en marge d'une conférence organisée le 2 février par le CTA, la DG DEVCO, Concord et le Sécretariat ACP au sujet de la Géopolitique de l'Alimentation.


    Link Regarder la vidéo
    Link FAO
    Link Géopoltique de l'Alimentation


  3. Principaux évènements pour la semaine du 21/03 au 27/03/2011
    2011-03-18
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Parlement européen
    -21/22 mars : Meetings des commissions
    -23/24 : Session plénière à Bruxelles
    Commission européenne
    -23 mars : Réunion hebdomadaire du collège
    -21-25 mars : Le Commissaire Ciolos en Chine
    Conseil des Ministres
    -21 mars : Conseil des Affaires Générales et Relations Extérieures
    -21 mars : Conseil extraordinaire de Transport, Communication, Energie
    -24-26 mars : Conseil de l’environnement informel
    Présidence hongroise
    24/25 mars : Conférence sur l’avenir des eaux européennes

    Vous pouvez également nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels et notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.


    Link Parlement Européen
    Link Conseil des Ministres
    Link Présidence hongroise


  4. Secrétaire général ACP: le Groupe ACP est confronté à une période difficile
    2011-03-18
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Commerce ACP-UE

    Le Secrétaire général ACP par intérim, M. Achille Bassilekin III, Sous-secrétaire général chargé du Développement économique durable et du Commerce, a déclaré à la 23ème session de l'Assemblée parlementaire du Groupe des Etats d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) que les temps étaient difficiles pour l'ensemble du Groupe et que ce dernier avait été amené à engager une réflexion sérieuse sur son avenir, en raison d’un certain nombre de questions et faits nouveaux intervenus au sein et hors de l’Union européenne. « Nous sommes néanmoins conscients des immenses obstacles que nous devons surmonter pour placer nos pays sur le chemin du développement durable, surtout au moment où les négociations des Accords de partenariat économique, de même que celles menées au plan multilatéral sur le Programme de Doha pour le développement, se trouvent dans une impasse », a indiqué M. Bassilekin III lors de son allocution au nom du Secrétaire général, Dr Mohamed Ibn Chambas. Il a également invité les ACP à s'interroger sur les répercussions que les APE, les initiatives de l’UE et l’érosion constatée de leur statut préférentiel auront sur le Groupe en tant qu'entité, sa structure organisationnelle, son rôle, son utilité et, à terme, son avenir. « Les bases de notre existence, à savoir l'unité et la solidarité ACP, n'ont jamais été aussi menacées », a-t-il ajouté. L'Assemblée parlementaire ACP s'est penchée sur les évolutions politiques, sociales et économiques dans les pays ACP.

    Source: Sécretariat ACP


    Link En savoir plus
    Link Assemblée Parlementaire ACP
    Link UE: accord de Cotonou


  5. L’UE finance une étude de faisabilité pour lutter contre la pêche illicite
    2011-03-18
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Commerce ACP-UE, Développement rural

    L’Union européenne a déboursé 140 000 euros (environ 195 000 dollars) pour financer au Mozambique un projet de création d’un centre régional de suivi, de contrôle et de surveillance destiné à lutter contre la pêche illicite. Interrogé par l’AIM, Leone Tarabusi, directeur régional du projet ACP FISH II (le programme de renforcement de la gestion des pêches dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, financé par l’UE), a déclaré que ce centre sera bénéfique pour tous les pays membres de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC). « La pêche illicite demeure un problème majeur et les pays de la SADC se sont unis pour la combattre », a déclaré M. Tarabusi. « Ils ont décidé de créer ce centre de surveillance ici, au Mozambique, pour lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée ». Leone Tarabusi participe au 3ème séminaire de suivi du programme ACP FISH II pour l’Afrique australe.

    Source: AllAfrica


    Link En savoir plus
    Link Avenir des relations ACP-UE sur la pêche
    Link Délégation de l'UE en Mozambique


  6. La France donne une nouvelle dimension à son action en Tanzanie
    2011-03-18
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    L’Agence française de développement (AFD) a décidé d’accroître de manière significative son aide financière à la Tanzanie. L’AFD s’est en effet engagée à porter son financement de 70 à 150 millions de dollars EU, selon Jacques Champagne, l’Ambassadeur de France en Tanzanie. Cette augmentation témoigne des efforts consentis par l’AFD pour renforcer la coopération économique entre les deux pays. La pérennité de l’aide octroyée au gouvernement tanzanien sera toutefois appréciée au regard de sa capacité à gérer l’aide financière existante, a déclaré Jacques Champagne, selon le quotidien national The Citizen. « Je pense qu’à l’avenir l’AFD renforcera son soutien à la Tanzanie à hauteur de 150 millions de dollars EU par an, mais tout dépendra de la manière dont l’argent est géré. Cette aide contribuera non seulement au développement du pays, mais aussi au renforcement de l’intégration régionale qui, selon moi, demeure la base du développement économique et de la stabilité politique du pays », a-t-il ajouté.

    Source: Devex


    Link En savoir plus
    Link AFD
    Link Site du gouvernement tanzanien


  7. La BEI donnera 75 millions EUR au Fonds européen pour l’efficacité énergétique
    2011-03-18
    Catégorie(s) : Environnement, Archives

    Le Conseil d’administration de la Banque européenne d’investissement (BEI) a approuvé le 10 mars 2011 un projet d’investissement d’un montant maximum de 75 millions d’euros au titre du Fonds européen pour l’efficacité énergétique, financé par la Commission européenne et d’autres investisseurs. Ce fonds est destiné à des projets très concrets dans le secteur de l’énergie renouvelable, principalement au niveau local ou régional, réalisés par des autorités publiques ou des sociétés privées, telles que les sociétés de services énergétiques (ESCO), opérant pour leur propre compte. Mis en place dans le cadre de la nouvelle Facilité Energie de l’UE, cet instrument financier dispose de fonds inutilisés du Programme énergétique européen pour la relance (EEPR).

    Source: Banque européenne d'investissement (BEI)


    Link En savoir plus
    Link Prêt record de la BEI en faveur du climat en 2010
    Link Adresser le changement climatique, comment?


  8. Les entreprises européennes s'intéressent davantage aux faibles émissions
    2011-03-18
    Catégorie(s) : Archives, Environnement, Commerce ACP-UE

    Plus de 150 propositions de projets de démonstration à grande échelle relatifs aux énergies renouvelables et aux technologies de capture et stockage de carbone (CSC) innovantes ont été soumises dans le cadre du programme européen NER 300. Selon les informations transmises à la Commission européenne par 25 Etats membres, 22 projets CSC et 131 propositions de projets impliquant des technologies innovantes d’énergie renouvelable sont sur la table. Le programme NER 300 vise à soutenir au moins 8 projets innovants dans le domaine de la capture et du stockage de carbone et au moins 34 projets de démonstration de technologies dans les énergies renouvelables. Cette initiative, le plus important programme d’investissement au monde en faveur des énergies propres, a été baptisé « NER 300 » en raison de son système de financement. Le programme sera en effet financé par la vente de 300 millions de quotas d’émissions disponibles réservés aux nouveaux entrants (NER pour « New Entrants Reserve »), dans le cadre du système européen d’échange de quotas d’émission. Au cours actuel du carbone, cela donne un montant de 4 à 5 milliards d’euros auxquels il faut ajouter une part équivalente de co-investissement privé (ou d’autres sources) requise. Un premier appel à propositions a été lancé en novembre 2010. Les participants à cette initiative ont eu jusqu’au 9 février inclus pour soumettre leurs projets aux autorités compétentes des Etats membres. Les Etats membres se donnent 3 mois (jusqu’au 9 mai) pour évaluer l’ensemble des propositions avant de présenter à la Banque européenne d’investissement (BEI) les projets qu’ils souhaitent voir soutenus.

    Source: Commission Européenne


    Link En savoir plus
    Link Commission: CCS
    Link DG Energie


  9. Le marché de l’énergie éolienne a de beaux jours devant lui
    2011-03-18
    Catégorie(s) : Environnement, Développement rural

    Une nouvelle prévision sur cinq ans du secteur de l’énergie éolienne a annoncé une progression du secteur, avec l’ajout d’une capacité supplémentaire de 40 GW en 2011.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Commission: Energie éolienne
    Link Facilité ACP-UE pour l'énergie


  10. L'engagement en faveur d'une PAC verte réaffirmé durant le Forum de l'agriculture
    2011-03-17
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural, Environnement

    Pendant le Forum de l'agriculture, qui s'est tenu le 15 mars à Bruxelles, le commissaire Cioloş, chargé de l'agriculture, et le commissaire Potocnik, responsable de l'environnement, ont réaffirmé leur engagement en faveur d'une PAC verte. Bien que les agriculteurs ne représentent que 2% de la population européenne, ils prennent en charge les deux tiers du territoire européen. « Avec la nouvelle PAC, nous exigeons des agriculteurs qu’ils produisent des biens publics et préservent l'environnement », a déclaré M. Ciolo, « mais nous devons aussi leur donner les moyens de le faire. » Le commissaire a souligné que les consommateurs doivent se préparer à payer un prix approprié pour des produits alimentaires de haute qualité. « Nous ne pouvons imposer plus d'obligations aux agriculteurs tout en attendant d’eux qu'ils diminuent les prix. » Les participants au panel ont souligné la nécessité d'appliquer des contrôles de sécurité identiques aux aliments produits au sein de l'UE et à ceux importés. « Des contrôles laxistes à Rotterdam minent les prix européens », déplore Padraig Walshe, président de la COPA, l'association des agriculteurs européens. Ils ont aussi comme conséquence que les consommateurs européens ne savent pas réellement ce qu'ils mangent. En général, les membres du panel s'accordent à reconnaître que des réformes courageuses des systèmes alimentaires sont nécessaires. Lester Brown, fondateur du Earth Policy Institute, a replacé les choses dans leur contexte en parlant de ‘bulles des aliments et de l'eau’ dans le monde. « Nous devons modifier la conception globale de la sécurité », a-t-il dit, « en oubliant les confrontations armées pour nous intéresser aux pénuries d'eau et au changement démographique. » Actuellement, le monde consomme déjà plus de denrées alimentaires qu'il n'en produit. La Chine et l'Inde, deux des plus grands producteurs de blé au monde, mettent leurs ressources en eau à rude épreuve pour cultiver des céréales. « À un moment donné, les ressources mondiales en eau atteindront un pic, probablement en même temps que le pétrole, et ensuite elles commenceront à diminuer », avertit Brown. Il demande instamment aux pays de veiller à la cohérence entre la politique alimentaire et la politique énergétique. « Dans le futur, les décisions prises dans les ministères de l'énergie auront plus d'impact sur l'approvisionnement en nourriture et en eau que les décisions prises au sein des ministères de l'agriculture ». Il suggère aussi de réfléchir à des mesures visant à limiter l'accroissement démographique et à ralentir la diminution des ressources en eau.

    Source: CTA


    Link Le discours du Commissaire Potocnik
    Link L'ex-commissaire en faveur d'une repensée radicale
    Link Des forêts européennes en danger


  11. Les pays du CARIFORUM ont besoin d'un financement pour le tourisme
    2011-03-17
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural

    L'importance critique du tourisme pour la région des Caraïbes, combinée à la vulnérabilité du secteur aux impacts négatifs des grandes crises mondiales, a exigé de la région qu’elle intensifie sa recherche d’un financement de développement pour soutenir l'industrie. C'est le point de vue qu'a exprimé l'ambassadrice Lolita Applewhaite, secrétaire générale (par intérim) de la CARICOM, lors de l'ouverture du sommet annuel du tourisme caraïbe qui se tenait à Bruxelles, Belgique, le 14 mars 2011. L'ambassadrice Applewhaite a insisté sur le fait que le sommet se tient alors que les sociétés et les économies de la région ne se sont pas encore remises des crises économiques et financières mondiales auxquelles leurs économies vulnérables ont été exposées ces trois dernières années. […] Dans ce contexte, l'ambassadrice Applewhaite a déclaré que le Forum caraïbe des États d'Afrique et du Pacifique (CARIFORUM) s’attendait à ce que le sommet aboutisse à un « dialogue politique plus étroit et plus soutenu sur le tourisme et les questions de développement liées au tourisme, avec les États membres de l'Union européenne, le Parlement européen et la Commission européenne et à ce qu'il amorce un processus qui permettra au tourisme de bénéficier de plus d’attention dans les futures relations entre les Caraïbes et l'UE. » […]  « C’est un point crucial, étant donné que le tourisme est l'un des principaux moteurs de développement économique et qu’il apporte des investissements, des emplois et des recettes en devises étrangères à la plupart des membres de la communauté caraïbe », a déclaré la secrétaire générale par intérim.  Elle a ajouté qu'alors que la plupart des pays de la CARICOM ont enregistré un déficit commercial en termes de marchandises, celui-ci a été compensé par un excédent commercial en termes de services, alimenté principalement par les recettes provenant des activités liées au tourisme et au voyage. Énumérant les chiffres particuliers qui révèlent la dépendance de la région à l’égard du tourisme, l'ambassadrice Applewhaite a expliqué qu'en 2008-2009, par exemple, le déficit commercial en termes de marchandises s'élevait en moyenne à 3,1 milliards d'euros. Au cours de la même période, l'excédent généré par les activités liées au tourisme et au voyage atteignait en moyenne 2,5 milliards d'euros. Dans un contexte plus large, elle a précisé que l'industrie représente 12,8 pour cent du PIB caraïbe, ce qui fait des Caraïbes la région la plus dépendante du tourisme au monde.

    Source: CARICOM


    Link En savoir plus
    Link CARICOM
    Link Relations de l'UE avec CARICOM


  12. Permis unique: égalité de droits et traitement pour les travailleurs étrangers
    2011-03-17
    Catégorie(s) : Archives

    Les travailleurs non-européens devraient bénéficier des mêmes droits en matière de temps de travail, de congés et de sécurité sociale que les ressortissants de l'UE, selon la commission de l'emploi. Toutefois, les députés ont indiqué que les États membres pouvaient choisir d'octroyer des avantages fiscaux seulement lorsque la famille du travailleur habite le même pays. Ils ont soutenu la proposition de la Commission d'exclure les travailleurs détachés du champ d'application de la législation. La directive "permis unique" vise également à simplifier les procédures administratives pour tous les immigrants potentiels qui souhaitent vivre et travailler dans un État membre, en leur permettant d'obtenir un permis de travail et de résidence par le biais d'une procédure unique. Cela permettrait aussi la création d'un ensemble uniforme de droits des travailleurs non-européens, comparables à ceux octroyés aux citoyens européens, tels que les conditions de travail minimales, la reconnaissance des diplômes et des qualifications professionnelles ainsi que l'accès à la sécurité sociale.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Commission de l'emploi
    Link Directive sur la carte bleue européenne


  13. Le Conseil souhaite une PAC verte
    2011-03-16
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le Conseil a examiné les aspects environnementaux de la politique agricole commune (PAC) dans la perspective de la réforme à venir. Les ministres ont souligné l'importance que revêt la PAC pour la protection de l'environnement et le climat et pour la fourniture de biens publics environnementaux, notamment pour la protection de la biodiversité ou la prévention des inondations. Ils se sont félicités que la Commission ait proposé de faire de la gestion durable des ressources naturelles et des mesures en faveur du climat la deuxième priorité principale de la PAC réformée. Des délégations ont souligné qu'il importait de renforcer la composante écologique de la PAC. Pour la Commission, des mesures telles que le maintien de prairies permanentes et de couverts végétaux, le gel des terres et la diversification des cultures pourraient devenir obligatoires pour les bénéficiaires de paiements directs. Elles contribuent à limiter les émissions préjudiciables au climat. Parallèlement, certains ministres ont préconisé de cibler les mesures de développement rural pour soutenir la biodiversité, l'eau, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l'adaptation au changement climatique. De nombreux ministres ont demandé une plus grande simplification et davantage de souplesse pour tenir compte des conditions environnementales régionales et nationales. Certains ont soutenu que les mesures de développement rural relevant du deuxième pilier de la PAC étaient plus adaptées pour offrir une telle souplesse.

    Source: Conseil des Ministres


    Link En savoir plus
    Link Commission: La CAP après 2013
    Link Conséquences de la PAC pour l'Afrique


  14. Changement climatique: suivi de la conférence de Cancún sur le climat
    2011-03-16
    Catégorie(s) : Environnement

    Le Conseil a adopté des conclusions sur le suivi de la conférence des NU sur le climat tenue à Cancún en décembre 2010, consacrée au cadre mondial pour la protection du climat. Ce texte figure ici. Dans ces conclusions, le Conseil se félicite vivement des résultats de la conférence de Cancún et demande aux partenaires internationaux de l'UE de mettre pleinement en oeuvre les accords. Le Conseil a également salué la présentation par la Commission d'une feuille de route pour progresser sur la voie d'une économie à faible intensité de carbone à l'horizon 2050. Il est prévu qu'il adopte des conclusions à ce sujet lors de sa prochaine session, en juin.

    Source: Conseil des Ministres


    Link En savoir plus
    Link Stratégie de réducation de désastres
    Link Résultats de la conférence de Cancun


  15. Le conseil a débattu les cultures d’OGM
    2011-03-16
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Développement rural

    Le Conseil a procédé à un échange de vues sur les motifs qui pourraient éventuellement permettre aux États membres de restreindre la culture d'organismes génétiquement modifiés (OGM) sur leur territoire. On trouvera une liste indicative de ces raisons, fournie par la Commission, dans le document 16826/10 ADD 1. Un certain nombre de délégations ont estimé que cette liste recensant les raisons éventuelles pour limiter la culture d'OGM était une base de travail intéressante pour poursuivre les travaux sur la législation proposée. Certaines ont souhaité qu'une liste non exhaustive des raisons pouvant justifier des restrictions nationales figure dans le texte de l'acte afin d'accroître la sécurité juridique. Il a été demandé d'ajouter à la liste des raisons pouvant être invoquées la protection de la biodiversité et des structures agricoles, des facteurs socioéconomiques et de nouvelles connaissances scientifiques sur les risques liés à la culture des OGM. Par ailleurs, d'autres délégations se sont interrogées sur la compatibilité juridique de certaines des raisons suggérées dans la liste avec les règles de l'OMC et du marché intérieur. Il n'est pas certain qu'il soit acceptable de justifier une interdiction par des objectifs généraux de politique environnementale, puisque les OGM autorisés ont déjà été soumis à une évaluation des risques environnementaux. Certaines délégations ont indiqué qu'il fallait éviter des téléscopages à ce niveau. Deux délégations ont répété qu'elles s'interrogeaient sur l'efficacité générale de la proposition. Répondant à la demande de plusieurs États membres, le service juridique du Conseil a indiqué que la liste des raisons pouvant justifier des mesures nationales, établie par la Commission, est en cours d'examen et qu'une analyse de sa compatibilité avec les règles de l'OMC et du marché intérieur sera présentée afin de faciliter la suite des travaux sur cette proposition au sein d'un groupe de travail ad hoc et des autres instances du Conseil. Les États membres procèdent actuellement à l'examen des avis juridiques sur le projet ainsi qu'à l'examen d'une liste de motifs éventuels sur lesquels les États membres pourraient fonder leur décision de restreindre la culture d'OGM.

    Source: Conseil des Ministres


    Link En savoir plus
    Link Commission: Considérations sur les OGM
    Link La CE propose une révision de la zéro tolérance


  16. COMESA : Développement d’une stratégie pour le secteur agroalimentaire
    2011-03-16
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le Marché commun pour l’Afrique australe et orientale (COMESA) a annoncé sa volonté de mettre en place une stratégie de développement du secteur agroalimentaire en partenariat avec le Centre du commerce international (CCI). Cette stratégie entre dans le cadre du programme tous ACP relatif aux produits de base agricoles. Les données disponibles montrent que dans les pays développés, plus de 98 % des produits agricoles primaires sont vendus à l’agro-industrie contre 30 % dans les pays du COMESA. Ainsi, près de 30 % des céréales produites et jusqu’à 50 % des fruits sont gaspillés. Face à ce tableau peu réjouissant, le Dr Chungu Mwila, directeur de la promotion de l’investissement et du développement du secteur privé du COMESA, souhaite changer la donne dans ce secteur. Compte tenu du défi à relever, le COMESA, en partenariat avec le CCI, s’est engagé à mettre en place une stratégie de développement du secteur agroalimentaire pour exploiter pleinement la valeur de la production agricole de la région, créer des emplois, réduire les niveaux de pauvreté et améliorer la croissance économique. « Cette stratégie vise à adopter des solutions pratiques au niveau régional et à mettre en place des activités réparties tout au long des chaînes de valeur agroalimentaires », a déclaré le Dr Mwila. « Elle devra tenir compte de l’ensemble des interventions et des études existantes, mais aussi des stratégies et des instruments de politique mis en place à l’échelon national et régional, respectivement ».


    Link En savoir plus
    Link Le Burundi et le Ruanda reçoivent € 30.9 million
    Link COMESA


  17. L’UE recommande aux producteurs de sucre de diversifier leurs marchés
    2011-03-16
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Les pays africains producteurs de sucre qui ont été affectés par la réforme du protocole sucre de l’Union européenne devront cibler les marchés régionaux pour écouler leur production. M. Enrico Strampelli, de la DG coopération au développement de l’UE, a affirmé mardi à Dar es Salaam que l’Union européenne s’était engagée à aider les pays africains à s’adapter aux changements apportés par la réforme du protocole sucre conclu en 2006. « Le protocole sucre avait été conclu en 2006 entre les pays ACP et l’UE pour faire baisser le prix minimum garanti du sucre de 36 %. La Commission européenne avait également prévu un programme de mesures d’accompagnement en faveur des 18 pays ACP signataires du protocole », a-t-il indiqué aux délégués des 11 pays africains présents à la réunion de Dar es Salaam. M. Strampelli a en outre déclaré que ce régime commercial préférentiel, l’un des piliers de la PAC, a été réformé car il n’était pas viable. La Commission a débloqué 1,24 milliard d’euros pour aider les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) à s’adapter aux nouveaux arrangements sur la période 2007-2013. « Il est nécessaire d’adopter une stratégie de croissance tirée par la demande intérieure pour promouvoir la création d’emplois. De plus, les marchés régionaux offrent une véritable alternative pour réduire l’orientation unilatérale des exportations », a-t-il ajouté. Selon lui, les pays tributaires des produits de base devraient mettre en œuvre différentes stratégies de diversification (nouveaux produits, nouveaux marchés), tout en maintenant la part de la production où ils disposent d’un avantage comparatif. « Il s’agit précisément de la politique menée par l’UE ces dernières années, une orientation toujours aussi pertinente, pour le sucre et d’autres produits de base », a déclaré M. Strampelli. Lors de son allocution, M. Mohammed Muya, Secrétaire permanent du Ministère de l’agriculture, de la sécurité alimentaire et des coopératives, a rappelé l’importance cruciale du protocole sucre de l’UE pour les pays ACP et les conséquences de son expiration. Selon lui, si l’UE a aidé les pays ACP à s’adapter aux nouveaux arrangements destinés à se substituer au protocole sucre, l’aide allouée à cet effet a été jugée insuffisante par bon nombre de pays en développement. « Comme nous le savons, le protocole sucre a expiré. Les pays bénéficiaires se sont vus accorder, dans le cadre des mesures d’accompagnement à la réforme du secteur sucrier, des aides financières visant à renforcer leur compétitivité, à se diversifier et à s’orienter davantage vers leurs marchés régionaux », a-t-il affirmé. M. Muya a rendu hommage aux ambassadeurs ACP en poste à Bruxelles pour avoir su maintenir l’unité au sein du bloc et les intérêts de ses membres.


    Link Read more
    Link DG DEVCO
    Link Délégation de l'UE en Tanzanie


  18. Le programme de coopèration Angola-UE encaisse peu de ressources
    2011-03-16
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Le programme indicatif national 2008/2013 de coopération entre l'Angola et l'Union europénne a un niveau d'absorption des ressources de 26 pour cent, des 214 millions d'euros alloués, un chiffre considéré bas par la ministre angolaise du Plan, Ana Dias Lourenço. La gouvernante a tenu ces propos vendredi lorsqu'elle présentait le thème "relations entre Angola et la Communauté Européenne: document de stratégie pour le pays et le programme indicatif national pour l'exercice 2008-2013, à la table ronde sur l'accord de Cotonou et l'Assemblée paritaire d'Afrique, Caraibes et Pacifique-Union Européenne (ACP-UE) organisé par l'Assemblée Nationale. Selon Ana Dias lourenço, cela est causé par la morosité dans la préparation des projets et dans les processus de son approbation et décision de la part de l'Union Européenne. "C'est lent de notre part, la prépation technique de plusieurs dossiers qui sont remis à l'Union Européenne et pour cela, nous devons améliorer intérieurement pratique", a-t-elle reconnu. Elle a, d'autre part, critiqué l'Union européenne disant qu'elle doit être plus fléxible et moins bureaucratique dans le traîtement des projets pour leur approbation, qui compte mettre à la disposition de l'Angola 214 millions d'euros, dans un délai de cinq ans, à compter à partir de 2008 pour le financement des programmes macroéconomiques, de gouvernance, développement social et humain, ainsi que dans le secteur de l'agriculture et développement rural.

    Source: AngolaPress


    Link En savoir plus
    Link Ministère angolais du planning
    Link Délégation de l'UE en Angola


  19. L'UE devra calculer son empreinte hydrique
    2011-03-14
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Développement rural

    La première norme d'empreinte hydrique mondiale devrait aider les Etats de l'UE à mieux comprendre leur consommation d'eau au sein des différents secteurs économiques et de perfectionner leurs politiques dans ces domaines.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Briefing: L'eau que nous mangeons
    Link Empreinte sur l'eau


  20. Une offensive de l’UEMOA doit relancer le dossier du coton à l’OMC
    2011-03-14
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Les négociations  commerciales multilatérales de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), lancées depuis 2001 à Doha, sont dans l’impasse. Concernant le dossier crucial de l’élimination des subventions américaines et européennes au coton qui préoccupent les Etats membres de l’UEMOA et du C4 (Burkina Faso, Bénin, Mali et Tchad), aucune évolution particulière n’a été enregistrée depuis 2006. C’est dans ce contexte que l’UEMOA a entrepris de lancer une offensive visant à remettre au premier plan les discussions autour de l’Initiative sectorielle sur le Coton à l’OMC. Il s’agit d’une initiative qui vise à œuvrer à la redynamisation de la mobilisation en faveur du dossier coton. L’offensive est essentiellement une activité de lobbying en direction de l’Union Européenne et des Etats-Unis d’Amérique aux fins d’obtenir la réduction substantielle, voire l’élimination de leurs mesures de soutien interne qui créent des distorsions au commerce international du coton. Au niveau de l’Union Européenne, il s’agira, dans le cadre des consultations en vue de la révision de sa Politique Agricole Commune (PAC), de sensibiliser et de mobiliser les parlementaires européens à la cause du coton africain. En effet, le processus en cours de réforme de la PAC ne prend pas en compte la préoccupation du C4 relative au découplage à 100% des mesures de soutien interne de l’UE aux producteurs de coton de la Grèce et de l’Espagne. L'offensive sera officiellement lancée le mardi 15 mars à Bruxelles.

    Source: UEMOA


    Link UEMOA
    Link UE Législation relative au coton
    Link Commission de l'OMC sur le coton


  21. Appel pour des projets de recherches entre l'Allemagne, la France et l'Afrique
    2011-03-14
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le Ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche (BMBF/Allemagne) de la République fédérale d'Allemagne et l'Agence inter-établissements de recherche pour le développement (AIRD) sous l'égide des ministères français de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) et des Affaires étrangères et européennes (MAEE) lancent un appel conjoint pour des projets de recherches trilatérales entre l'Allemagne, la France et l'Afrique en Afrique subsaharienne. Les ministères concernés ont décidé, en novembre 2010, de lancer un appel conjoint franco-allemand pour concrétiser ou compléter les propositions élaborées sous forme de projets avec les partenaires africains. L'objectif est de créer une réelle valeur ajoutée par rapport aux mesures antérieures, à partir des synergies résultant de l'association des compétences et des expériences en présence et de l'exploitation conjointe des réseaux et infrastructures de recherche établis.

    Source: Africa-EU Partnership


    Link En savoir plus
    Link Appel à propositions
    Link AIRD


  22. Le programme ACP-FLEGT lance un appel à propositions
    2011-03-14
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) publie un appel à propositions par le biais de son Programme d'appui relatif à l'application des réglementations forestières, à la gouvernance et aux échanges commerciaux pour les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Programme d'appui ACP-FLEGT). Le Programme d'appui ACP-FLEGT fournit aux pays ACP, grâce au soutien financier de la Commission européenne, une assistance visant à mettre en oeuvre le Plan d'action FLEGT de l'Union européenne. Ce programme appuie également toutes activités liées au partage d’informations et de leçons apprises dans le cadre du processus FLEGT. Les groupes d’acteurs éligibles - à savoir les institutions gouvernementales, les organisations de la société civile et les associations du secteur privé des pays ACP - sont encouragés à soumettre des propositions de projets pilotes ou d'assistance technique. Les propositions devront être soumises au plus tard le vendredi 20 mai 2011.

    Source: FAO


    Link En savoir plus
    Link Rapport: Améliorer la gouvernance des forêts
    Link Commission: FLEGT


  23. Elan de la Grande-Bretagne et de l'Allemagne pour réduire les émissions de CO2
    2011-03-14
    Catégorie(s) : Environnement, Développement rural

    L'Union européenne devrait réduire davantage ses émissions de gaz à effet de serre pour dépasser l'objectif actuel de diminution de 20 % d'ici 2020, selon les ministres de l'environnement de sept Etats européens, dont la Grande-Bretagne et l'Allemagne.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Commission: Feuille de route
    Link PSE: Communiqué de presse



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

 

Webmaster: André Feldhof (feldhof@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1