Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Octobre 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 265]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 265]
Date d'envoi: 2011-03-25 19:11:16
Publication #: 77
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Briefing sur « L’eau que nous mangeons »
  2. Suivez en direct le Forum européen sur le dévelopment durable à Palencia
  3. Rapport et reader de « Géopolitique de l’Alimentation » en ligne
  4. Principaux évènements pour la semaine du 28/03 au 01/04/2011
  5. Notre invité vidéo : Jean-Pierre Boris, RFI
  6. Les ministres des affaires étrangères favorables à une stratégie sur le Sahel
  7. Piebalgs et Barnier, avocats de la croissance durable en Afrique
  8. ACP. Bilan de Santé: Plus de préoccupations que de progrès
  9. Zimbabwe : l'Allemagne demandera que l'on mette fin aux sanctions
  10. La crise en Côte d’Ivoire met toute l’économie de la région en danger
  11. L'UE finance une étude de cinq ans sur le phénomène El Nino en PNG
  12. Afrique : présidents et investisseurs parleront affaires en Afrique
  13. Des pays du CARIFORUM participent à une formation sur l’environnement
  14. Les Caraïbes doivent prendre conscience du fait que l'Europe est en train de changer
  15. Le Commissaire européen au commerce en Océanie
  16. Les Etats refusent le plafonnement des aides agricoles
  17. Bruxelles veut des villes sans voitures à moteur thermique d'ici 2050
  18. Les entreprises européennes adoptent de plus en plus l'éco innovation
  19. Nouvelle étude sur la cohérence des politiques commerciales en Afrique de l'Ouest
  20. Economie verte: Les pays en développement craignent d'être dupés
  21. « L'Europe ne peut pas vivre sans le commerce »
  22. Sécheresse, un problème d’une acuité croissante pour les États membres
  23. La CE mobilise €40 millions pour améliorer l'accès à l'eau dans les ACP
  24. La révision du règlement sur les nouveaux aliments piétine
  25. Le rôle fondamental des forêts pour une eau de bonne qualité
  26. La CE augmente l'aide humanitaire pour la Côte d'Ivoire


  1. Briefing sur « L’eau que nous mangeons »
    2011-03-25
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Nous vous invitons cordialement à notre prochain Briefing sur «l’eau que nous mangeons», qui se tiendra le mercredi 13 avril de 8h30 à 13 heures à Bruxelles. Le monde est au bord d’une crise de l’eau sans précédent. L’eau est susceptible d’être la ressource stratégique la plus importante d’ici la fin de la prochaine décennie et la clé pour atteindre un développement économique global. Certains pays sont déjà soumis au stress hydrique en raison de l’accroissement démographique, de l’industrialisation et de l’urbanisation croissante, de la concurrence pour les  ressources, et le manque d’investissements publics dans les infrastructures rurales et les services. Lors de ce briefing, nous aimerions soulever, avec vous, les enjeux liés à cette problématique et relever les défis et opportunités que cette situation engendrera pour les pays ACP. Les intervenants confrimés incluent Dr Elijah Phiri, CAADP/NEPAD, Dr David Molden (IWMI), Tony Allan, School of Oriental and African Studies / King’s College London Water Issues Group, Ruth Mathews, Directeur executive du Water Footprint Network. Si vous êtes intéressé à participer au  briefing, veuillez vous enregistrer en ligne ou contacter boto@cta.int


    Link En savoir plus
    Link Briefings précédents
    Link UNESCO: L'eau


  2. Suivez en direct le Forum européen sur le dévelopment durable à Palencia
    2011-03-25
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le 3ème Forum européen sur le développement durable aura lieu à Palencia, en Espagne à partir du 29 mars au 1er avril 2011. Ce forum est une initiative de la Commission européenne et de la présidence de l'UE avec le soutien de la France, l'Allemagne, l'Irlande, la Plateforme globale des donateurs pour le développement rural et le CTA. Environ 500 experts du monde entier travaillant dans le développement rural seront présents. Dans le cadre du Forum, le CTA organisera une table ronde sur le thème "Mobiliser les TIC pour les agriculteurs" qui mettra en évidence l'importance et le potentiel des Technologies de l'Information et de la Communication en faveur des communautés rurales et le développement agricole. Pour suivre les discussions, visiter le blog http://ruralforum.wordpress.com, sur lequel vous trouver des articles, des vidéos et des interviews sur le Forum. Recevez des informations actuelles à travers Twitter en suivant le tag #ruralforum.


    Link Visiter le blog
    Link Lire le communiqué de presse du CTA
    Link Consulter le programme


  3. Rapport et reader de « Géopolitique de l’Alimentation » en ligne
    2011-03-25
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    En février, le CTA, en coopération avec la DG DEVCO, le Secrétariat ACP, CONCORD et d’autres partenaires, a organisé un briefing sur la « Géopolitique de l’Alimentation ». A part la documentation vidéo de la conférence entière, nous avons publié un rapport compréhensif au sujet de la conférence et un reader thématique sur http://bruxellesbriefings.net. Téléchargez votre copie aujourd’hui. Notre prochain briefing au sujet de « L’eau que nous mangeons » se tiendra le 13 avril.


    Link Briefings sur le développement à Bruxelles
    Link Rapport sur le briefing
    Link Reader Geopolitique de l'Alimentation


  4. Principaux évènements pour la semaine du 28/03 au 01/04/2011
    2011-03-25
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Parlement européen
    -28 mars : Meeting de la commission de l’agriculture
    -31 mars : Meeting de la commission du budget et de l’industrie
    Commission européenne
    -28/29 mars : Les commissaires Piebalgs et Barnier en Ethiopie
    -30 mars : Réunion hebdomadaire du collège
    Conseil des Ministres
    -31 mars : Conseil de Transport, Communication, Energie
    Secrétariat ACP
    -28 mars : Comité de cooperation Commerciale ACP-UE
    -31 mars : Comité des ambassadeurs

    Vous pouvez également lire notre quotidien anglais « CTA Brussels Daily » (alimenté par Twitter) et nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.


    Link Parlement Européen
    Link Conseil des Ministres
    Link Secrétariat ACP


  5. Notre invité vidéo : Jean-Pierre Boris, RFI
    2011-03-25
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Pêche Régionale, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Notre invité de la semaine est Jean-Pierre Boris, journaliste à Radio France Internationale (RFI) et spécialiste des matières de base. Nous avons parlé avec lui en marge d'une conférence organisée le 2 février par le CTA, la DG DEVCO, Concord et le Sécretariat ACP au sujet de la Géopolitique de l'Alimentation.


    Link Regarder la vidéo
    Link Film: Main basse sur le riz
    Link Radio France Internationale (RFI)


  6. Les ministres des affaires étrangères favorables à une stratégie sur le Sahel
    2011-03-25
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Lors du Conseil des affaires étrangères de lundi, les ministres ont approuvé la stratégie sur le Sahel présentée par la Haute représentante et la Commission européenne. Ils ont répété que « l'on ne peut séparer la sécurité et le développement ; l'amélioration de la situation sécuritaire fait partie intégrante de la croissance économique et de la réduction de la pauvreté dans la région ». Le Conseil est favorable à une proposition de stratégie consistant à se concentrer en premier lieu sur le Mali, la Mauritanie et le Niger et sur quatre volets du développement, à savoir le développement, la bonne gouvernance et la résolution des conflits internes, la sécurité et l'état de droit, et la lutte contre l'extrémisme violent. Les ministres ont aussi souligné leur engagement à continuer à travailler en partenariat avec des organismes régionaux et internationaux tels que l'Union africaine et la CEDEAO afin d’atteindre les objectifs fixés. Le Conseil a également exprimé sa « préoccupation permanente et profonde concernant la situation politique et humanitaire, la sécurité et le développement en Somalie, et notamment le nombre croissant de personnes déplacées que cette situation entraîne ».

    Source: CTA/Conseil des Ministres


    Link En savoir plus
    Link Conclusions du Conseil
    Link Livre vert de la Commission européenne


  7. Piebalgs et Barnier, avocats de la croissance durable en Afrique
    2011-03-25
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE

    Dans le cadre du Partenariat stratégique conjoint UE-Afrique, Andris Piebalgs, Commissaire européen au développement, et Michel Barnier, Commissaire responsable du marché intérieur et services, assisteront à la réunion annuelle des Ministres de la finance et de l'économie de l'Union africaine le 28 et le 29 mars à Addis Abeba (Éthiopie). Le thème principal de la réunion sera « la Gouvernance du développement en Afrique ». Les discussions porteront sur le rôle de l'État, les perspectives de développement durable à long terme par l'intégration économique et la croissance verte. Les Commissaires confirmeront le soutien de l'Union européenne aux efforts de l'Afrique pour assurer une gouvernance efficace de l'économie aux niveaux national et régional, une croissance économique redistribuée équitablement et respectueuse de l'environnement, ainsi que leur agenda commun dans la gouvernance économique mondiale. Les Commissaires rencontreront également Jean Ping, Président de la Commission de l'Union africaine, notamment pour faire le point sur les récents développements en Afrique du Nord et en Côte d'Ivoire, ainsi que pour préparer l'avenir des relations UE-Afrique. Ils rencontreront aussi le Commissaire de l'Union africaine Lamamra pour aborder le sujet de paix et de sécurité, notamment en Somalie et en Côte d'Ivoire.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Document d'information supplémentaire
    Link Union Africaine (UA)


  8. ACP. Bilan de Santé: Plus de préoccupations que de progrès
    2011-03-25
    Catégorie(s) : Archives

    Les progrès en termes de santé enregistrés ces dernières années dans les pays en développement présentent un bilan morose. Il y a ça et là des avancées mais le résultat global est plutôt préoccupant. Et dans ce bilan global, les pays ACP se situent généralement dans la moyenne basse, si on se fie au rapport de l'ONU préparé à la veille du Sommet sur les Objectifs du Millénaire pour le développement de septembre 2010. La santé couvre trois de ces objectifs à atteindre entre 2000 et 2015 par rapport à la situation en 1990 : des réductions de 2/3 de la mortalité des enfants de moins de cinq ans ; et de 3/4 de celle des mères ; et l'arrêt de la propagation du sida, du paludisme et de la tuberculose. La mortalité infantile a connu une nette diminution mais on est loin d'atteindre le but fixé. Le nombre des femmes mortes en couche symbolise l'échec le plus flagrant. Quasi peu de recul. Et quant à la lutte contre les trois grandes maladies infectieuses citées ci-dessus, le succès est mitigé.

    Source: ACP-EU Courier


    Link En savoir plus
    Link Portail Santé-UE
    Link Lire le rapport de l'ONU


  9. Zimbabwe : l'Allemagne demandera que l'on mette fin aux sanctions
    2011-03-25
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Commerce ACP-UE

    Le directeur général allemand des affaires africaines, l'ambassadeur Walter Lindner, a déclaré que son pays insisterait pour que l'on mette fin aux sanctions illégales à l'encontre du Zimbabwe dès qu’une feuille de route pour des élections libres et équitables serait disponible. C'est ce qu'il a déclaré au cours d'une réunion avec le ministre du secteur du tourisme et de l’hôtellerie, Walter Mzembi, lundi à Berlin. […] En ce qui concerne les sanctions, l'ambassadeur Lindner a précisé que son gouvernement désirait une levée des sanctions de l'Union européenne à l'encontre du Zimbabwe. Cependant, il a ajouté que l'Allemagne marquerait son soutien dès qu'il y aurait une feuille de route claire en vue d’élections libres et équitables. En réaction, le ministre Mzembi a exprimé sa gratitude pour l'attitude de plus en plus constructive de l'Allemagne en ce qui concerne la question des sanctions. L'ambassadeur allemand au Zimbabwe, le Dr. Albrecht Conze, a récemment déclaré que l'UE est divisée sur la question de la légalité des sanctions, largement discréditée. Le ministre Mzembi a insisté auprès de l'Allemagne pour qu'elle se désolidarise des sanctions sans fixer de conditions préalables, étant donné que c'est la seule voie favorable aux simples citoyens du Zimbabwe.

    Source: allafrica.com


    Link En savoir plus
    Link Délégation de l'UE en Zimbabwe
    Link L'UE prolonge les sanctions (18 février)


  10. La crise en Côte d’Ivoire met toute l’économie de la région en danger
    2011-03-25
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Commerce ACP-UE, Développement rural

    La reprise qui s’amorçait en Afrique de l’Ouest est menacée par la crise en Côte d’Ivoire, affirme le Fonds monétaire international. Analysant la situation de la région, à la lumière des événements d’Abidjan, le FMI s’inquiète de l’aggravation de l’impact de la situation ivoirienne sur l’économie des pays qui constituent l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Bénin, Burkina-Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo). L’ensemble des pays de l’UEMOA semblaient avoir retrouvé leur niveau de croissance d’avant la crise financière mondiale. Et, selon les prévisions du FMI, l’activité économique de la zone devait atteindre 4,5% cette année, contre 4% en 2010 et 3% en 2009. En effet, depuis la flambée des prix des produits alimentaires et de l’énergie en 2007-2008, les politiques de relance, une production agricole satisfaisante et un regain d’activité en Guinée-Bissau et au Togo allaient dans le sens d’une reprise de la croissance. Mais voilà, la crise ivoirienne pourrait bien tout remettre en cause. Une chute de la production en Côte d’Ivoire de la même ampleur qu’en 2000 ramènerait la croissance régionale en dessous de 3%, entrainant une baisse du revenu par habitant et, donc, une augmentation de la pauvreté.

    Source: Radio France Internationale


    Link En savoir plus
    Link CEDEAO
    Link Augmentation de l'Aide Humanitaire


  11. L'UE finance une étude de cinq ans sur le phénomène El Nino en PNG
    2011-03-24
    Catégorie(s) : Archives, Environnement, Développement rural

    Des événements intenses dus à El Nino sont attendus l'an prochain et pourraient induire dans la plupart des régions de Papouasie-Nouvelle-Guinée des sécheresses encore plus graves que celles que l'on a connues en 1997. C’est la remarque faite par le directeur général de l'Institut national de recherche agronomique (NARI), le Dr. Raghunath Ghodake, lors du lancement d'un projet de recherche de cinq ans visant à atténuer les effets du changement climatique sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance dans des régions vulnérables de la PNG, des îles Salomon et de Vanuatu. Il a ajouté que le changement climatique est un problème planétaire et que la PNG y sera confrontée comme n’importe quel autre pays. Il a précisé que le risque le plus imminent était une augmentation de la fréquence des événements intenses provoqués par El Nino et les graves sécheresses que cela occasionnerait dans la plupart des régions du pays. Ce projet tentera de mettre au point des technologies agricoles permettant d’atténuer les risques du changement climatique pour la production vivrière des pays du Pacifique occidental. […] Le National a appris que le projet est financé par l'Union européenne (UE) pour un montant de 10,4 millions et mis en œuvre par le NARI, qui a participé à hauteur de 20% en partenariat avec le ministère de l'agriculture et de l'élevage, le département de l'agriculture et du développement rural des îles Salomon, Vanuatu et l'université des ressources naturelles et des sciences appliquées de la vie, à Vienne, en Autriche. Le chef de la délégation de l'Union européenne en PNG, l'ambassadeur Dr. Martin Dihm, a déclaré qu'il est très important d'étudier le développement agricole durable en PNG. Il a révélé que l'UE a donné la priorité au changement climatique en PNG et demandé à ses partenaires d'encourager une augmentation des investissements agricoles pour atténuer les risques du changement climatique.

    Source: pina.com.fj


    Link En savoir plus
    Link Délégation de l'UE en PNG
    Link Conférence UE-Pacifique sur le climat


  12. Afrique : présidents et investisseurs parleront affaires en Afrique
    2011-03-24
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Quelque 100 cadres supérieurs africains du monde des affaires se sont réunis à Londres pour un sommet unique où ils discuteront de l'ouverture internationale aux opportunités d'investissement sur le continent. Organisée par le journal The Times, la réunion au cours de laquelle le président rwandais Paul Kagame prononcera une allocation d'ouverture intitulée 'Du génocide à la croissance', vise à explorer les moyens d'améliorer l'environnement des affaires en Afrique. Dans le passé, la Banque mondiale a déclaré à deux reprises que le Rwanda, qui a subi un massacre en 1994, est le pays d'Afrique orientale où règne le climat le plus favorable aux affaires. […] Les organisateurs espèrent qu’à la fin du sommet, les investisseurs occidentaux auront une meilleure vision et surtout une vision correcte de l'Afrique, qui mettra en évidence le potentiel d'investissement disponible, une image bien différente de l'image de misère et de souffrance du continent, principalement véhiculée par des articles dans les médias.

    Source: allafrica.com


    Link En savoir plus
    Link Eurostat: investissements UE-Afrique
    Link Le gouvernement du Rwanda


  13. Des pays du CARIFORUM participent à une formation sur l’environnement
    2011-03-24
    Catégorie(s) : Archives, Environnement, Efficacité Aide

    Le secrétariat de la Communauté caraïbe s'apprête à former certains décideurs politiques et analystes de la région à l'utilisation des évaluations intégrées de l'environnement, un outil permettant d'intégrer les accords environnementaux multilatéraux (AEM) dans les politiques nationales de développement. […] L'atelier de trois jours, qui débute le mercredi 29 mars, s’inscrit dans le cadre d'un projet financé par l'Union européenne sur le renforcement des capacités liées aux accords environnementaux multilatéraux (AEM) dans les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Ce projet est mis en œuvre par le secrétariat de la CARICOM en collaboration avec le programme des Nations Unies sur l'environnement (PNUE). Le programme de formation s'adresse à des décideurs politiques de haut niveau des pays du CARIFORUM et à leurs analystes et vise à renforcer leur capacité à comprendre et à extraire des messages clés tirés des comptes économiques intégrés afin d’atteindre des objectifs environnementaux prioritaires. Les participants recevront également des lignes directrices sur l'intégration des engagements et des obligations en matière d'AEM dans les plans et programmes politiques nationaux en utilisant les comptes économiques intégrés comme principal instrument. Ce qui pourrait garantir une mise en œuvre soutenue et efficace des AEM tout en réduisant la charge de leur mise en œuvre sur les pays.

    Source: CARICOM


    Link En savoir plus
    Link Le projet ACP MEAs lance un nouveau site
    Link Forum européen d'évaluation environnementale


  14. Les Caraïbes doivent prendre conscience du fait que l'Europe est en train de changer
    2011-03-24
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE

    Que vaut la relation entre les Caraïbes et l'Union européenne ? Dans une région qui continue à considérer l'Europe comme la source de l'aide au développement, qui n'a pas tout à fait cessé de croire en des arrangements spéciaux concernant les produits de base et qui est sceptique quant à la valeur de l'accord de partenariat économique, il semble que l'on soit peu conscient de la manière dont l’Europe est en train de changer. La semaine dernière, l'Organisation du tourisme caraïbe tenait son sommet annuel à Bruxelles. Cet événement tourné vers l'avenir et positif, auquel assistaient des ministres, des ambassadeurs, la CARICOM et le secteur privé, était important parce qu'il cherchait à attirer l'attention des Européens et des Caraïbes sur la signification de l'industrie touristique lorsqu'il est question de modeler la future politique entre l'UE et le Cariforum. Le dialogue portait sur des domaines aussi divers que l'environnement, la fiscalité, la politique sociale, le redressement économique et le marketing. Mais un autre point intéressant était aussi la manière dont les interlocuteurs du côté européen ont montré à quel point les conceptions européennes ont considérablement changé. Traditionnellement, la relation entre l'Europe et les Caraïbes était gérée dans le cadre d'un dialogue bilatéral avec la Direction Développement de la Commission européenne ou, de façon multilatérale, conjointement avec le groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (les ACP). Cependant, les choses ont commencé à changer dans les années 90 lorsque les aspects commerciaux de la relation sont passés à la Direction générale Commerce. Pendant un certain temps, les échanges sur les questions commerciales ont été sympathiques bien que durs. Mais au fur et à mesure que le personnel changeait et, plus important encore, que la Direction Commerce cherchait le moyen de mettre fin aux dispositions préférentielles avec les ACP, des responsables de la CE, peu sensibles ou peu informés des anciennes relations coloniales, ont commencé à s'imposer. En conséquence, le lien entre le commerce et le développement a commencé à s'atténuer.

    Source: dominicantoday.com


    Link En savoir plus
    Link Partage des connaissances aux Caraïbes
    Link Partenariat UE-Caraïbes


  15. Le Commissaire européen au commerce en Océanie
    2011-03-23
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Commerce ACP-UE

    Karel De Gucht, commissaire européen au commerce, a achevé jeudi l’étape australienne d’un périple océanien, qui passe, depuis le 13 mars 2011, par la Malaisie, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Papouasie-Nouvelle-Guinée. […] Lors d’une escale plus courte en Papouasie-Nouvelle-Guinée, M. de Gucht devrait évoquer avec les autorités gouvernementales de cet État océanien membre du Forum des Îles du Pacifique et du groupe ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique) sa récente décision d’adopter une version provisoire des Accords de Partenariat Économique (APE). Ces APE lient désormais les pays ACP à l’UE en matière d’échange commerciaux et succèdent à la séquence Lomé (I à IV) puis Cotonou, qui mettait auparavant l’accent sur les achats subventionnés de matières premières à ces pays du Sud. Or, le régime des achats subventionnés a depuis été déclaré incompatible avec les nouvelles règles du commerce mondial de l’OMC. […] Les ressources cibles de pays comme la Papouasie-Nouvelle-Guinée et Fidji sont à la fois liées au domaine minier (pétrole, or, cuivre, bauxite, nodules sous-marines), mais tiennent aussi aux énormes ressources halieutiques (et en premier lieu le thon) de leurs zones maritimes de souveraineté. Tout récemment, le thon fidjien a de nouveau obtenu le feu vert pour les marchés européens, après deux ans de parenthèse pour cause de non-conformité aux règles européennes.
    L’UE vient de lancer la seconde phase, au plan océanien, de son programme baptisé « DevFish », pour un financement (dans le cadre du Fonds Européen de Développement, le FED) de 8,2 millions d’euros au cours des cinq années à venir, en vue de mieux gérer la ressources thonière, mais aussi d’accentuer la lutte contre les activités de pêche illicite et non signalée, phénomène grandissant dans la région de la part de vaisseaux notamment asiatiques.

    Source: tahiti-infos.com


    Link En savoir plus
    Link L'UE appelle aux pêcheurs d'améliorer leur standards
    Link Un nouveau cadre pour le Pacifique


  16. Les Etats refusent le plafonnement des aides agricoles
    2011-03-23
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Réunis à Bruxelles, les ministres de l’Agriculture ont refusé, jeudi 17 mars, de limiter à la hausse les aides accordées aux agriculteurs. « Le Conseil prend note de l’opposition significative des Etats membres à l’introduction d’un plafond pour les paiement direct perçues par des grandes fermes individuelles », peut-on lire dans les conclusions de la réunion. Cette proposition est l’une des pierres angulaires avancée par la Commission européenne pour la future politique agricole commune (PAC), dans un texte publié en novembre. Bruxelles suggérait de plafonner les subventions accordées aux grandes exploitations afin d’assurer « une meilleure répartition des paiements entre les agriculteurs ». Il s’agit aussi, selon le commissaire à l’Agriculture, Dacian Ciolos, de donner une plus grande crédibilité à la PAC. La Commission entend ainsi faire cesser les critiques contre la politique agricole commune, régulièrement accusée de distribuer de larges subsides à de grands propriétaires terriens, comme la reine d’Angleterre ou le prince de Monaco.

    Source: Euractiv.fr


    Link En savoir plus
    Link Relations UE-OMC dans l'agriculture
    Link Comment l'Europe pourrait sauver Doha


  17. Bruxelles veut des villes sans voitures à moteur thermique d'ici 2050
    2011-03-23
    Catégorie(s) : Archives, Environnement

    La Commission européenne prévoit d'intensifier la lutte contre les voitures à moteur thermique et au gaz et élabore des objectifs stricts pour réduire de moitié leur utilisation dans les villes d'ici 2030 et « les abandonner d'ici 2050 », selon une feuille de route européenne sur les transports qui devrait être publiée lundi (28 mars) et à laquelle EurActiv a eu accès. Ces objectifs joueront un rôle déterminant dans la réalisation de l'objectif plus global qui prévoit de réduire les émissions de CO2 dans les transports de 60 % d'ici 2050. Aujourd'hui, un quart des émissions de gaz à effet de serre provient des transports. C'est la raison pour laquelle la Commission propose un projet ambitieux qui implique des réductions significatives des émissions dans les transports routiers en particulier et qu'elle prévoit d'augmenter le trafic ferroviaire car cela permettrait d'aboutir à des transports plus propres et plus écologiques. Le projet de la Commission vise principalement les transports routiers urbains et de marchandises. L'objectif d'aboutir à des villes sans voitures d'ici 2050 sera réalisé via la mise en œuvre de mesures fiscales, la promotion de systèmes de transport alternatifs et la construction des infrastructures nécessaires pour passer à une utilisation plus répandue des voitures électriques et propres. Les taxes et les frais devraient être plus élevés pour les véhicules polluants en application du principe du pollueur payeur. Bruxelles propose de revoir les règles et les pratiques nationales en fonction de ce principe dans les Etats où ce n'est pas encore le cas. En dernier ressort, la Commission envisage de procéder à l' « internalisation totale et obligatoire des coûts externes ».

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Commission: Réseaux trans-européens
    Link Commission: partage de voiture


  18. Les entreprises européennes adoptent de plus en plus l'éco innovation
    2011-03-22
    Catégorie(s) : Archives, Environnement, Commerce ACP-UE

    La compétitivité des entreprises européennes est de plus en plus vulnérable à la raréfaction croissante des matières, qui entraîne la volatilité des prix. Une enquête Eurobaromètre publiée aujourd'hui et présentée lors du 10e forum européen sur l'éco-innovation de Birmingham, au Royaume-Uni, révèle que 75 % des entreprises européennes ont été confrontées à une hausse du coût des matières au cours des cinq dernières années et que 90 % d'entre elles s'attendent à des augmentations de prix dans le futur. Pour relever ce défi, les petites et moyennes entreprises se tournent vers l'éco‑innovation. Toutefois, nombre d'entreprises ne sont toujours pas tout à fait conscientes des effets potentiels que peut avoir la raréfaction des ressources naturelles sur leurs activités futures. […] Plus de 40 % des PME qui ont introduit une éco-innovation au cours des deux dernières années ont affirmé que l'investissement avait permis de réduire l'utilisation de matières jusqu'à 20 % par unité produite. Ce modeste effort devra clairement être intensifié si l'UE veut réaliser ses ambitions dans le domaine des matières premières et de l'efficacité des ressources (voir IP/11/122 et IP/11/63). L'enquête montre que la plupart des PME européennes considèrent l'accès restreint aux matières comme un moteur essentiel de l'éco-innovation. En outre, les hausses actuelles et attendues du prix de l'énergie constituent, selon elles, les principales incitations pour recourir à l'éco-innovation. Plus de 70 % des PME ont souligné la nécessité de nouer de bons partenariats commerciaux et de rendre optimal l'accès aux informations et connaissances extérieures, y compris aux services de support technologique, afin d'accélérer l'adoption et le développement de l'éco-innovation. Plusieurs obstacles empêchent les entreprises d'investir dans l'éco-innovation. Les principaux obstacles sont liés aux contraintes économiques et financières, et notamment à la demande incertaine du marché et au manque de financement extérieur. Les autorités publiques peuvent jouer un rôle crucial pour aider les PME à surmonter ces obstacles et à adopter l'éco-innovation. La Commission encourage la mise en œuvre de l'éco-innovation par les entreprises au moyen de divers instruments, parmi lesquels l'instrument financier. La Commission prévoit de présenter d'ici l'été un plan d'action concernant l'éco-innovation, qui aidera les entreprises à développer l'éco-innovation et à investir dans ce domaine.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Lire le sondage
    Link Une Europe efficace en ressources


  19. Nouvelle étude sur la cohérence des politiques commerciales en Afrique de l'Ouest
    2011-03-22
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    L’association de solidarité et de coopération internationale (GRET) a réalisé une étude, financée par l'Agence Française de Développement, sur la cohérence des politiques commerciales en Afrique de l'Ouest. D’après le GRET, la question de la cohérence se pose à différents niveaux : entre politiques commerciales nationales et régionales, entre politiques commerciales et politiques sectorielles (agricole, industrielle) à l’échelon national et régional, entre organisations régionales (UEMOA et CEDEAO), entre politiques commerciales et engagements des Etats à l’OMC. Quels sont les problèmes de cohérence qui se posent ? Quelles sont les réponses apportées ? Quelles recommandations peut-on faire pour renforcer la cohérence des politiques commerciales ? Telles sont les principales questions auxquelles entend répondre cette étude. La réflexion s’appuie sur une série d’entretiens réalisés avec les acteurs concernés (institutionnels, opérateurs économiques) dans trois pays (Burkina Faso/ UEMOA, Nigeria/ CEDEAO, Sénégal) et auprès du secrétariat de l’OMC.

    Source: GRET


    Link Lire l'étude
    Link Accord de partenariat CEDEAO-UE
    Link CEDEAO: Coordination de l'eau


  20. Economie verte: Les pays en développement craignent d'être dupés
    2011-03-22
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Alors qu’un discours général sur la nécessité de s'orienter vers une économie verte gagne du terrain, les pays en développement craignent que l’on utilise ce nouveau discours pour justifier des mesures de protection commerciale unilatérales qui renforceraient simplement les inégalités entre les pays riches et les pays pauvres en entravant leur  développement. Un nouveau rapport sur les avantages, les défis et les risques du passage à une 'économie verte' a été présenté la semaine dernière aux délégations nationales qui préparent une grande conférence des Nations Unies sur le développement durable – le sommet dit 'Rio+20' – qui doit avoir lieu en juin 2012. […] Mais « des délégations des pays en développement se sont dites préoccupées par le fait que le concept de l'économie verte pourrait être mal utilisé ou sorti de son contexte et que la promotion d'une économie verte pourrait entraîner des évolutions inutiles ou négatives, ce qu'il faut éviter », lit-on dans le nouveau rapport d'experts. […] Le premier risque concerne la définition de 'l'économie verte' ou sa mise en pratique d'une manière unidimensionnelle qui la considérerait comme purement ‘environnementale’ sans tenir pleinement compte de ses dimensions en termes de développement et d'égalité, écrit M. Khor. Ce qui signifierait que le concept 'd'économie verte' se substituerait à la dimension plus holistique du développement durable, avec un effet négatif sur les pays en développement, note-t-il. Un autre danger est une approche uniforme, tous les pays étant traités de la même manière quel que soit leur niveau de développement. Cependant, les pays en développement devraient bénéficier d'un traitement spécial et d'une plus grande flexibilité dans le cadre des obligations qui leur sont imposées pour la mise en œuvre d’une économie verte, souligne M. Khor.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Lire le rapport [EN]
    Link Carton jaune à la Commission


  21. « L'Europe ne peut pas vivre sans le commerce »
    2011-03-22
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Les négociations commerciales entamées en 2001 dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce sont dans l'impasse. L'Union européenne y est représentée par la Commission européenne mais le Parlement, en tant qu'organe démocratique, a aussi un rôle à jouer : une délégation dont fait partie Vital Moreira (Socialistes et démocrates) se rend à une conférence parlementaire à Genève les 21 et 22 mars.L'équipe du Parlement européen a parlé avec lui.

    La politique agricole européenne est-elle conciliable avec un accord commercial global qui imposerait une baisse des taxes à l'importation ?

    Les politiques agricoles et commerciales doivent être réconciliées. Il faut faire des concessions sur certaines choses pour gagner sur d'autres et l'agriculture ne peut être exclue des négociations. (…) Le commerce ne peut être sacrifié sur l'autel de l'agriculture et l'agriculture ne peut être sacrifiée sur l'autel du commerce. Il faut une approche équilibrée et globale du commerce.


    Link En savoir plus
    Link Réviser les règles de commerce en l'UE
    Link PE-OMC: Conférence parlementaire


  22. Sécheresse, un problème d’une acuité croissante pour les États membres
    2011-03-22
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Environnement, Développement rural

    La Commission européenne publie aujourd’hui un rapport sur les avancées réalisées par les États membres dans leur lutte contre la raréfaction de l’eau et la sécheresse. L’équilibre entre les besoins et les ressources en eau a atteint un seuil critique dans de nombreuses régions d’Europe, et l’évolution du changement climatique devrait encore aggraver la situation. Dans la perspective de la révision majeure de la politique de l’eau prévue pour 2012, le rapport expose les mesures de gestion de l’eau prises par les États membres pour faire face à la raréfaction de la ressource en eau et à la sécheresse, et souligne les domaines d’action où des efforts restent à faire. En 2009 et 2010, une grande partie du sud de l’Europe a connu une raréfaction de l’eau en raison de ressources hydriques restreintes, auxquelles s’ajoutent une demande élevée et une diminution des précipitations. La République tchèque, Chypre et Malte ont déclaré devoir constamment faire face à ce problème. Cinq États membres (l’Espagne, la France, la Hongrie, le Portugal et le Royaume-Uni) ont signalé des sécheresses et des niveaux pluviométriques inférieurs à la moyenne à long terme, et quatre États membres (la France, les Pays-Bas, la Roumanie et la Suède) ont dû faire face à des pénuries d’eau ponctuelles à certains endroits. Il ressort du rapport précité que la raréfaction des ressources en eau et la sécheresse ne touchent pas uniquement les pays méditerranéens. Si l’on excepte certaines régions septentrionales faiblement peuplées qui disposent d’abondantes réserves, le phénomène prend de l’ampleur dans toute l’Europe. Des études récentes montrent que d’ici 2050, la plupart des régions européennes devraient être confrontées à un stress hydrique modéré ou sévère, dû en grande partie à une exploitation non durable de l’eau et exacerbé par les effets du changement climatique. Les États membres concernés ont pris des mesures pour ménager les ressources en eau et en restreindre l’utilisation. En juin 2010, le Conseil des ministres a conclu que la raréfaction des ressources en eau et la sécheresse constituent un grave problème dans de nombreuses régions d’Europe, et les États membres ont été invités à multiplier les actions en faveur d’une utilisation plus efficace et plus durable de l’eau. Le rapport publié aujourd’hui montre que de nombreux États membres ont déjà opté pour des politiques telles que la tarification de l’eau, des solutions misant sur l’amélioration des instruments de gestion de l’eau, et des mesures d’économie et d’utilisation rationnelle de l’eau. Ce rapport met en évidence une série d’options stratégiques importantes qui nécessitent un effort accru de la part des États membres. Ainsi, seule une minorité d’entre eux a mis en place une législation visant à améliorer l’utilisation rationnelle de l’eau dans les bâtiments. De même, de nombreuses régions d’Europe ne disposent toujours pas de mesures de lutte contre les prélèvements d’eau illégaux et les pertes qui se produisent dans les réseaux de distribution d’eau. La Commission se penchera de façon plus approfondie sur ce problème d’une acuité toujours croissante lors du réexamen de la stratégie de lutte contre la raréfaction de la ressource en eau et la sécheresse dans l’Union européenne, qui s’inscrira dans un plan de sauvegarde des eaux européennes prévu pour 2012. Le réexamen, axé dans une large mesure sur la question de l’utilisation rationnelle de l’eau, portera principalement sur les points suivants:

    • l’utilisation rationnelle de l’eau dans l’agriculture et dans l’environnement urbain;

    • une meilleure planification, par exemple par l’incorporation du problème de la raréfaction des ressources en eau et de la sécheresse dans les plans de gestion de districts hydrographiques et les politiques sectorielles, et

    • des instruments d’action appropriés, comme la tarification de l’eau et la répartition de l’eau.

    Ce réexamen abordera également la dimension externe de la raréfaction de la ressource en eau et de la sécheresse, alors que la forte empreinte hydrique de l’Union européenne exerce une pression accrue sur les ressources en eau en dehors de son territoire.co Le projet favorisera le passage à une démarche de prévention et de préparation en vue de garantir un équilibre durable entre les activités humaines et les écosystèmes naturels. La Commission réalise actuellement des travaux préparatoires dans la perspective du réexamen de 2012. Dans les prochains mois, il s’agira avant tout de combler les lacunes en matière de connaissances et d’informations et de réaliser une étude d’incidence. Ces travaux s’appuieront sur les résultats de l’évaluation des plans de gestion de districts hydrographiques et sur la prochaine communication relative à une feuille de route vers une économie efficace dans la gestion des ressources.

    Le rapport peut être consulté sur le site http://ec.europa.eu/environment/water/quantity/scarcity_en.htm

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Des grands pays comment à consommer
    Link Un sommet Pacifique autour de l'eau


  23. La CE mobilise €40 millions pour améliorer l'accès à l'eau dans les ACP
    2011-03-22
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Environnement, Développement rural

    Dans le cadre de la Journée mondiale de l'eau le 22 mars, axée sur « De l'eau pour les villes – une réponse au défi urbain », le Commissaire européen au développement, Andris Piebalgs, annonce le lancement d'un mécanisme financier innovant dans le cadre de la "Facilité ACP-UE pour l'Eau". 40 million d'euros sont disponibles pour ce mécanisme, créé pour combiner des subventions du Fonds européen de Développement (FED) avec des prêts des institutions financières bilatérales et multilatérales de l'UE, afin de financer des projets pour l'accès à l'eau et aux services d'assainissement dans les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Le nouvel instrument permettra d'accroître l'effet de levier de l'aide financière et une plus grande participation du secteur privé. Il participe également aux efforts de l'UE pour aider les pays en développement à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement relatifs à l'eau potable et l'assainissement. Le Commissaire européen au Développement a déclaré: « Pour des milliards de personnes à travers le monde, l'accès à l'eau potable et aux services sanitaires reste toujours une question de vie ou de mort. Mettre l'accent sur les villes pour cette Journée mondiale de l'eau 2011 est particulièrement pertinent. La croissance rapide de la population dans les villes des pays en voie de développement met en effet une pression supplémentaire sur les infrastructures et les services. Dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), la communauté internationale a pris l'engagement de fournir de l'eau potable et des services sanitaires à des milliards de personnes. Depuis 2000, nous avons fait des progrès considérables, mais nous ne devons pas relâcher nos efforts. C'est dans cette optique que l'UE a présenté l'Initiative des OMD l'année dernière. Elle fournira 1 milliard d'euros supplémentaires pour les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique et elle se concentre sur les objectifs qui sont les plus loin d'être atteints, dont l'eau et les services sanitaires. La gestion de l'eau affecte tous les secteurs importants pour la croissance inclusive et le développement durable, tels que l''énergie, l'agriculture, la sécurité alimentaire et l'environnement. La gestion durable de l'eau doit donc être une des priorités de notre future politique de développement. » Pour répondre à la nécessité de mettre davantage l'accent sur ​​l'eau dans les politiques de développement, l'UE, a lancé l'Initiative pour l'eau de l'UE (EUWI) en 2002. Il s'agit d'une initiative politique qui vise à aider les pays partenaires au développement et à la mise en œuvre des politiques et stratégies pour le secteur de l’eau et de l’assainissement. Dans ce cadre, l'UE et les pays ACP ont lancé en 2004 la Facilité de l’ACP-UE pour l'eau, dotée de € 700 millions pour la période 2005-2013. Depuis 2004, plus de 32 millions de personnes ont eu accès à l'eau potable et 9,5 millions ont pu profiter des installations d'assainissement grâce à l'appui de la Commission européenne. Depuis 2002, l'UE a consacré autour d'1,2 milliard € pour les programmes liés à l'eau La facilité d'investissement du voisinage et la Facilité pour l'investissement et le partenariat euro-méditerranéen proposent aussi des financements pour les projets liés à l'eau.

    Source: Commission européenne


    Link Read more
    Link Les villes africaines dépassent leur capacités
    Link Briefing sur L'eau que nous mangeons


  24. La révision du règlement sur les nouveaux aliments piétine
    2011-03-21
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Environnement, Développement rural

    Alors que les discussions entre le Parlement européen et la Commission sur la mise à jour d’un règlement européen sur les nouveaux aliments piétinent sur la question du clonage, les institutions disposent désormais de deux semaines supplémentaires pour trouver un compromis avant l’échec de l’ensemble de la révision, le 30 mars.


    Link En savoir plus
    Link Proposition de la Commission
    Link Le Conseil discute de l'interdiction des OGM


  25. Le rôle fondamental des forêts pour une eau de bonne qualité
    2011-03-21
    Catégorie(s) : Environnement

    D'ici 2025, 1,8 milliard de personnes vivront dans des régions victimes de pénuries absolues d'eau et deux tiers de la population mondiale pourraient être exposés à des conditions de stress hydrique. Les forêts piègent et stockent l'eau, et jouent ainsi un rôle important dans l'alimentation en eau de millions d'habitants des mégapoles de la planète. Partant de ce fait, le Partenariat de collaboration sur les forêts (PCF), composé d' organisations internationales sur les forêts, en appelle à tous les pays pour plus d'attention en matière de protection et de gestion des forêts pour l'approvisionnement en eau propre. "Les forêts font partie des infrastructures naturelles de tout pays et sont essentielles au cycle de l'eau", a souligné Eduardo Rojas-Briales, Sous-Directeur général du Département des forêts de la FAO. "Elles réduisent les effets des inondations, préviennent l'érosion du sol, régulent le niveau de la nappe phréatique et assurent à la population, aux industries et à l'agriculture une alimentation en eau de bonne qualité". Il s'exprimait à la veille de la Journée mondiale de l'eau qui sera célébrée le 22 mars 2011.

    Source: FAO


    Link En savoir plus
    Link ODI: Quel est l'avenir pour les forêts?
    Link UE: Année internationale des forêts


  26. La CE augmente l'aide humanitaire pour la Côte d'Ivoire
    2011-03-21
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    En raison de l'aggravation de la crise en Côte d'Ivoire, la Commission européenne a quintuplé son aide humanitaire pour les victimes des violences. En vue de renforcer l'aide d'urgence déjà allouée en décembre dernier (voir IP/10/1775), la Commission alloue 25 millions € supplémentaires, portant le soutien européen à 30 millions €. Le financement servira à venir en aide aux personnes nécessitant une aide humanitaire, ainsi qu'aux réfugiés ayant fui vers les pays voisins - en particulier au Libéria, qui accueille le plus grand nombre de réfugiés. La Commissaire Kristalina Georgieva en charge de la coopération internationale, de l'aide humanitaire et de la réponse aux crises a déclaré: "La situation se détériore rapidement sur le terrain, appelant une réponse humanitaire urgente et forte." Elle a ajouté: "En seulement quelques semaines, le nombre de réfugiés a doublé et le nombre de personnes déplacées a quintuplé. Actuellement, il y a environ 380.000 personnes déplacées ou réfugiées. L'augmentation de l'aide annoncée aujourd'hui va nous permettre de fournir immédiatement un secours à ces personnes, dont bon nombre ont fui une violence indicible." L'UE est le plus grand donateur d'aide humanitaire aux victimes de la crise ivoirienne. Ce nouveau financement va permettre d'améliorer les conditions d'accueil en fournissant une aide alimentaire, des soins de santé, de l'eau et des services d'assainissement ainsi des activités de protection, tant aux victimes à l'intérieur du pays qu'aux réfugiés à l'extérieur des frontières ivoiriennes. Selon les estimations internationales, depuis la mi-décembre, plus de 380 000 Ivoiriens ont été chassés de leurs foyers, dont environ 80.000 ont fui vers les pays voisins. Actuellement, la violence complique l'évaluation complète des besoins humanitaires. Néanmoins, malgré l'insécurité qui entrave l'accès des travailleurs humanitaires aux populations affectées par la crise, le Service d'aide humanitaire et de la protection civile de la Commission européenne (ECHO) œuvre, avec ses organisations partenaires, à identifier les besoins les plus urgents pour leur apporter une réponse concrète.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Oxfam donne des aides à la Côte d'Ivoire
    Link Commission: Côte d'Ivoire



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

 

Webmaster: André Feldhof (feldhof@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1