Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Septembre 2018
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 269]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 269]
Date d'envoi: 2011-04-21 16:48:12
Publication #: 81
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Principaux évènements pour la semaine du 25/04 au 29/04/2011
  2. Notre invité vidéo : Prof. Tony Allan, SOAS
  3. Vers une politique agricole européenne plus équitable ?
  4. Des semences à bon coefficient de transpiration pour la sécurité alimentaire
  5. Le ministre soudanais Al-Degair rencontre Andris Piebalgs
  6. La CARICOM signe un mémorandum d'accord avec l'Italie
  7. L'AFD promet 350 millions d'euros à la Côte d'Ivoire
  8. Niebel exige la fin des subventions à l’exportation d'ici 2013
  9. 70.7€ million de moins pour l'aide au développement en 2012
  10. Humanitaire et militaire, les liaisons dangereuses
  11. Comment réduire la fracture agricole Nord/Sud ?
  12. IVème réunion de l'ACP-UE
  13. Étiquetage des denrées alimentaires: des règles plus claires
  14. Le Parlement se met au jus
  15. Découverte capitale dans la lutte contre le paludisme
  16. Consultation: renforcer la politique de migration et de développement
  17. La Commission double son aide humanitaire pour la Côte d'Ivoire
  18. Le PSE adopte une ligne ferme sur la taxe sur les transactions financières
  19. Il faut promouvoir l’aquaculture en eau douce
  20. Le Conseil proroge le schéma des préférences tarifaires généralisées
  21. Impact de la PAC sur les pays en voie de développement
  22. Révision de la politique de qualité des produits agricoles


  1. Principaux évènements pour la semaine du 25/04 au 29/04/2011
    2011-04-21
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Commission européenne
    -27 avril : Rencontre hebdomadaire du collège
    Groupe des Etats ACP
    -26-29 avril : 6ème rencontre de l’assemblée paritaire parlementaire ACP-UE
    Comité économique et social européen
    -29 avril : Conférence sur la sécurité d’énergie

    Vous pouvez également lire notre quotidien anglais « CTA Brussels Daily » (alimenté par Twitter) et nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.


    Link Groupe des Etats ACP
    Link Commission européenne
    Link Comité Economique et Social Européen


  2. Notre invité vidéo : Prof. Tony Allan, SOAS
    2011-04-21
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Notre invité de la semaine est le Professeur Tony Allan de la School of Oriental and African Studies (SOAS) à Londres qui a inventé le terme "eau virtuelle". Nous avons parlé avec lui en marge d'un Briefing sur le développement à Bruxelles au sujet de l'Eau que nous mangeons.


    Link Regarder la vidéo
    Link Lire le sommaire exécutif du Prof. Allan
    Link Briefing L'eau que nous mangeons


  3. Vers une politique agricole européenne plus équitable ?
    2011-04-21
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural

    Alors que l'UE s’engage dans une nouvelle réforme de la politique agricole commune, les nouveaux États membres exigent que l'on tienne compte de leur point de vue. L'agriculture n'absorbe plus la majorité des fonds de l'Union européenne. Mais même à présent, alors que les communiqués du sommet sont émaillés de références à « l'innovation » et à des « pactes de compétitivité », certains différends majeurs au sein de l'UE concernent toujours le montant des subsides aux agriculteurs. Les différends à propos des subventions agricoles resurgiront dans les prochains mois. L'UE s’est engagée dans une nouvelle réforme de la politique agricole commune (PAC) dont la valeur s'élève actuellement à 56 milliards d'euros, soit 42 % du budget de l'UE. Comme toujours, la réforme de la PAC ne concernera pas seulement les ministres de l'agriculture mais sera étroitement liée à l'établissement du budget européen des sept prochaines années. Mais il existe une différence claire par rapport au dernier cycle de négociations en 2002, quand Jacques Chirac et Gerhard Schröder avaient conclu un accord qui figea les dépenses agricoles pendant dix ans. Cette fois, les pays d'Europe centrale et orientale ne sont plus des pays candidats tenus à l'écart, mais des États membres à part entière et des acteurs très actifs.

    Source: European Voice


    Link En savoir plus
    Link Aide temporaire pour les agriculteurs roumains
    Link Implications pour les pays du Sud


  4. Des semences à bon coefficient de transpiration pour la sécurité alimentaire
    2011-04-21
    Catégorie(s) : Archives

    Des scientifiques au Royaume-Uni ont découvert un nouveau moyen de produire des semences à bon coefficient de transpiration qui, d'après eux, produiront des plantes résistantes à la sécheresse, ce qui contribuera à la sécurité alimentaire mondiale. La recherche était financée en partie par le projet PHARMA—PLANTA (Recombinant pharmaceuticals from plants for human health) qui a reçu 12 millions d'euros au titre du domaine thématique 'Sciences de la vie, génomique et biotechnologie au service de la santé' du sixième programme-cadre (6e PC) de l'UE.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Projet Pharma-Planta
    Link Les mangroves absorbent beaucoup de CO2


  5. Le ministre soudanais Al-Degair rencontre Andris Piebalgs
    2011-04-21
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Développement rural

    Le ministre soudanais de la coopération internationale, Dr. Jalal Yusouf El-Degair, a été reçu jeudi au siège de l'UE par le commissaire européen chargé du développement, Andris Piebalgs. […] Le Dr. Al-Degair a fait savoir au commissaire européen chargé du développement à quel point le Soudan apprécie l’aide permanente de l'UE. Il a expliqué que le Soudan attend avec impatience de finaliser les procédures de la nouvelle subvention relative à la reconstruction des régions du Soudan touchées par la guerre. […] Le Dr. El-Degair a demandé la création d'un climat propice à attirer des investissements européens au Soudan dans la période à venir, étant donné que l'UE est un partenaire commercial important du pays. Le ministre a souligné en outre à quel point il est important que l'UE appuie ses efforts pour normaliser ses relations avec la Banque européenne d'investissement et pour trouver une forme de règlement des dettes encourues au Soudan. De plus, il s’est félicité de la visite du commissaire européen dans son pays le 12 mai. […] À noter que cette visite vient en réponse à une invitation de la Commission européenne de poursuivre le dialogue mutuel sur les mécanismes de coopération tirés de l'accord de Cotonou, le cadre politique des relations entre l'UE et les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Pendant la visite, le Soudan et l'UE doivent approuver la préparation de la mise en œuvre d’une subvention européenne de 150 millions d'euros et la rationalisation des priorités du gouvernement conformément à ce qui a été convenu des deux côtés, notamment dans les domaines de l'agriculture, de la sécurité alimentaire et des services sociaux dans la région du Nil bleu.

    Source: sunanews.net


    Link En savoir plus
    Link Le blog du commissaire Piebalgs
    Link Coopération de l'UE avec le Soudan


  6. La CARICOM signe un mémorandum d'accord avec l'Italie
    2011-04-21
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le mémorandum d'accord a été signé par l'ambassadrice et secrétaire générale faisant fonction de la CARICOM, Lolita Applewhaite, et par l'ambassadeur d'Italie, Paolo Serpi, au secrétariat de la CARICOM en Guyane. « Le mémorandum d'accord vise à développer les ressources humaines de la CARICOM dans des domaines vitaux pour le développement des économies de ses États membres, notamment en ce qui concerne les techniques de négociation commerciale et la promotion commerciale, et à développer les capacités scientifiques et techniques de la CARICOM », lit-on dans une déclaration émanant du secrétariat. Parmi les autres domaines identifiés, il y a le tourisme, l'agriculture (y compris l'élevage, la sylviculture et l'industrie agroalimentaire), la pêche, l'exploitation minière, le changement climatique, la recherche scientifique et technologique, la technologie de l'information et de la communication pour le développement et la santé. Un comité de direction composé de représentants de la CARICOM et de l'Italie supervisera l'analyse, la révision et le suivi du mémorandum d'accord et de tout mémorandum spécifique qui pourrait être conclu dans la foulée du document original.

    Source: caribbean360.com


    Link En savoir plus
    Link CARICOM
    Link Bientôt: Les avantages du memorandum


  7. L'AFD promet 350 millions d'euros à la Côte d'Ivoire
    2011-04-21
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Archives

    Le conseil d'administration de l'Agence française de développement ou AFD a approuvé un prêt de 350 millions d'euros pour aider la Côte d’Ivoire à se remettre d’une crise politique récente et à relancer son économie. « Durant les quatre derniers mois, l’économie ivoirienne a subi les graves contrecoups de la crise et les finances publiques du pays ont été particulièrement affectées », déclare l'AFD dans un communiqué de presse du 14 avril. « L’État ivoirien se trouve aujourd’hui dans une situation d’impayés, en particulier vis-à-vis de la fonction publique et des fournisseurs de l’État. Il est en outre nécessaire de relancer sans attendre certains services publics de base ». L'AFD précise que le financement vise à court terme à remettre de l'ordre dans les finances publiques du pays africain, ce qui permettra au nouveau gouvernement de financer des dépenses budgétaires prioritaires, notamment d’honorer ses obligations à l'égard des fonctionnaires et de financer certaines dépenses sociales urgentes et des travaux d’assainissement en particulier à Abidjan. Il permettra en outre de financer des travaux ferroviaires à haute intensité de main-d’œuvre et de relancer le programme du service civique national. La semaine dernière, le gouvernement français a promis une aide de 400 millions d'euros à la Côte d'Ivoire, une décision qui fait suite à l'arrestation de l'ancien dirigeant Laurent Gbagbo. Le refus de celui-ci de céder le pouvoir à Alassane Ouattara, le vainqueur des élections présidentielles de l'an dernier reconnu au niveau international, a plongé le pays africain dans la violence pendant plusieurs mois. Outre la Côte d'Ivoire, un autre État africain et deux pays des Amériques recevront une aide financière de l'AFD, lit-on dans le communiqué du 14 avril. Le Mozambique doit recevoir un prêt de 40 millions d'euros pour soutenir un projet visant à améliorer l’approvisionnement en eau des quartiers périphériques de sa capitale, Maputo. Le projet est actuellement dans sa phase d'achèvement, note l'AFD. L'agence prête 230 millions de dollars à la République dominicaine pour l’aider à lutter contre les embouteillages dans l'agglomération de Saint-Domingue et à réduire la pollution.

    Source: Devex


    Link En savoir plus
    Link Plus d'information
    Link La CE ouvre un bureau d'ECHO en Côte d'Ivoire


  8. Niebel exige la fin des subventions à l’exportation d'ici 2013
    2011-04-20
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural

    Les prix élevés des produits alimentaires de base, qui excèdent leur niveau record de 2008, étaient au centre de la conférence de printemps du FMI et de la Banque mondiale. Le ministre allemand du développement Niebel a commenté : « Au fil des discussions avec de hauts responsables de la Banque mondiale, il est devenu évident qu'une conclusion du cycle de Doha centrée sur le développement est peu probable étant donné les désaccords dans d'autres domaines. Parallèlement, les restrictions au commerce des produits de base empêchent des millions d'agriculteurs dans les pays en développement de mener une vie digne, dans l'autodétermination. Des investissements importants manquent pour garantir la sécurité alimentaire. » Pascal Lamy, directeur général de l'OMC, avait déclaré que les négociations de Doha étaient « sur le point d'échouer » en raison de désaccords sur les tarifs douaniers des produits industriels. Niebel : « Étant donné la hausse des prix alimentaires, qui coûte chaque jour de nombreuses vies, nous avons besoin d'une action engagée et rapide. L'Europe doit montrer l'exemple et réduire les subventions à l’exportation des produits agricoles d'ici 2013. J’exige un libre-échange mondial des produits agricoles ».

    Source: BMZ


    Link En savoir plus [DE]
    Link M. Lamy: N’affaiblissez pas l’OMC
    Link Doaa Abdel Motaal, OMC


  9. 70.7€ million de moins pour l'aide au développement en 2012
    2011-04-20
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    «Un exercice d’équilibre délicat combinant des mesures d'austérité et des mesures visant à dynamiser la croissance au profit de 500 millions d'Européens»: c'est ainsi que M. Janusz Lewandowski, commissaire chargé du budget et de la programmation financière, décrit le projet de budget 2012 de l'UE adopté par la Commission ce 20 avril 2011. Le projet de budget pour 2012 s'élève à 132,7 milliards d’euros en paiements, ce qui représente une hausse de 4,9 % par rapport à 2011. Les engagements se montent à 147,4 milliards d’euros (+ 3,7%). L'objectif clef du projet de budget 2012 est de soutenir sans réserve l'économie européenne et les citoyens de l'UE. […] En élaborant le projet de budget de l'année prochaine, la Commission a par ailleurs cherché à identifier les programmes ou les initiatives qui manquent d'efficacité. L'enveloppe de l'instrument de coopération au développement a été réduite de 70,7 millions d'euros à la suite de l'évaluation de ses performances. […] «Nous le devons au contribuable européen», a indiqué M. Lewandowski, ajoutant que: «pour réaliser des économies, nous devons notamment examiner sérieusement ce que nous faisons et nous demander si toutes nos actions profitent véritablement à l'ensemble de l'Europe!».

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Informations sur le budget 2012
    Link Financement de l'aide au développement


  10. Humanitaire et militaire, les liaisons dangereuses
    2011-04-20
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Au cours d'une audition publique au Parlement le 13 avril, des acteurs de la société civile ont critiqué la pratique d’utiliser la puissance militaire à des fins humanitaires qui délégitimerait et handicaperait l'aide humanitaire. « Les efforts des travailleurs humanitaires, qui se veulent impartiaux, sont souvent compromis par les actions militaires », a expliqué la vice-présidente de la commission du développement, la Française Michèle Striffler (Parti populaire), reconnaissant que « les deux parties ont besoin l'une de l'autre ». Les exemples ont été légions aux yeux des participants à l'audition : Afghanistan, République démocratique du Congo (RDC), Haïti, Libye... « Plus l'aide est perçue comme politisée, moins elle est efficace », a souligné le représentant de l'organe européen en charge de l'aide humanitaire (ECHO), Peter Zangl. La militarisation de l'aide pose le même genre de problème. En RDC, le rôle des militaires a été « vague » selon le professeur Robert Kabamba de l'université de Liège. Il s'en est suivi une confusion entre les actions militaires, première étape de résolution d'une crise, et l'aide humanitaire qui n'intervient qu'en deuxième lieu.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link La résolution récente sur l'aide humanitaire
    Link Commission: DG Aide humanitaire (ECHO)


  11. Comment réduire la fracture agricole Nord/Sud ?
    2011-04-20
    Catégorie(s) : Développement rural, Commerce ACP-UE

    A l’antenne de RFI, trois experts agricoles débattent des mesures à prendre pour réduire la fracture agricole nord/sud. Parmi eux : Mohamed Béavogui, directeur de la division Afrique de l’ouest, Afrique centrale du FIDA, Hakim Ben Hammouda, économiste africain, expert sur les questions de développement et Jean-Christophe Debar, directeur de Pluriagri et directeur adjoint de Fondation pour l’Agriculture et la Ruralité dans le Monde (FARM).

    Source: RFI/CTA


    Link Ecouter l'émission
    Link RFI
    Link Coopération UE-FIDA


  12. IVème réunion de l'ACP-UE
    2011-04-20
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    La neuvième réunion ministérielle des ordonateurs nationaux et régionaux du groupe ACP-UE à Bruxelles, précédée de la rencontre de hauts fonctionnaires, était centrée sur l'abordage des thèmes liés à l'examen des conclusions de la seconde révision de l'accord de partenariat ACP-EU, l'impact de la crise économique et financière dans les pays ACP et les réponses domestiques de la même crise, l'appui budgétaire aux pays ACP et l'état de mise en oeuvre des objectifs de développement. La rencontre, qualifiée de profitable par les participants, a permis d'analyser les contraintes dans l'approbation des programmes et dans l'application des ressources approuvées dans le cadre du partenariat stratégique établie entre l'ACP et l'Union Européenne et a rendu possible la formulation de conclusions attendues, bénéfiques pour le futur accord de Cotonou. Au cours de ce forum, la ministre du Plan angolaise, Ana Dias Lourenço, a rappelé que le Fonds Européen pour le Développement (FED) était un instrument valeureux dans la lutte contre la pauvreté dans les pays ACP, mais, pour son application, on doit respecter les programmes établis par pays récepteurs de cette aide.

    Source: AllAfrica/Légèrement modifié


    Link En savoir plus
    Link Groupe des Etats ACP
    Link Ministère angolais du Plan


  13. Étiquetage des denrées alimentaires: des règles plus claires
    2011-04-20
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Les étiquettes des denrées alimentaires devraient obligatoirement mentionner des informations nutritionnelles, dont les acides gras trans artificiels et le pays d'origine, ont estimé les députés de la commission de l'environnement mardi 19 avril. La commission a modifié le projet de législation européenne en vue de garantir que les étiquettes soient lisibles, n'induisent pas en erreur et fournissent les informations nécessaires aux consommateurs pour effectuer des choix. Le projet législatif, voté mardi en deuxième lecture en commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire, entend actualiser, simplifier et clarifier l'étiquetage des denrées alimentaires dans l'Union européenne. Il apporterait des changements aux règles existantes sur l'information devant figurer obligatoirement sur toutes les étiquettes, comme le nom, la liste des ingrédients, la date de péremption, les conditions spécifiques d'utilisation, et il introduirait une prescription visant à indiquer les informations nutritionnelles importantes. Les députés souhaitent également introduire une indication relative à la "date de première congélation" pour les viandes, volailles et poissons congelés non transformés. […] L'origine de certaines denrées alimentaires, telles que la viande bovine, le miel, l'huile d'olive et les fruits et légumes frais, est déjà inscrite obligatoirement sur les étiquettes. À la demande du Parlement, le Conseil des ministres a accepté d'allonger la liste à la viande porcine, ovine, caprine et à la volaille. Néanmoins, les députés souhaitent désormais aller plus loin, en indiquant "le lieu ou le pays de provenance" de toutes les viandes et volailles, du lait et des produits laitiers ainsi que d'autres produits ne comportant qu'un seul ingrédient. Ils ont également voté pour que le pays d'origine soit spécifié pour la viande, la volaille et le poisson utilisés comme ingrédients dans des aliments transformés. Selon les députés, les étiquettes des viandes devraient indiquer le lieu de naissance, d'élevage et d'abattement de l'animal. En outre, la viande provenant d'animaux abattus sans étourdissement (conformément à certaines traditions religieuses) devrait être étiquetée comme telle et la viande composée de morceaux reconstitués devrait porter la mention "morceaux de viande reconstitués".

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Lire le projet de rapport
    Link ACP : Viande et élevage


  14. Le Parlement se met au jus
    2011-04-20
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE

    Saviez-vous que plus de 80 % du jus d'orange consommé en Europe provient du Brésil et des Etats-Unis ? L'augmentation de la consommation de jus de fruits est principalement liée à des impératifs de santé mais on ne sait pas toujours ce qui se trouve dans notre verre. Le Parlement étudie une proposition visant à améliorer les normes de production et à aider les consommateurs à faire des choix plus sains. […] Le projet de rapport souligne que les importations à grande échelle provoquent de fortes émissions de CO2 et prône la consommation de produits locaux. Le jus « local » respecte les normes européennes en matière de protection des travailleurs et de sécurité alimentaire. Par ailleurs, les producteurs européens pressent les fruits abîmés ou trop petits, une pratique plus « durable » que la culture de fruits à l'unique fin d'en faire du jus.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Lire le projet de rapport
    Link Commerce de l'orange UE-Belize


  15. Découverte capitale dans la lutte contre le paludisme
    2011-04-19
    Catégorie(s) : Archives

    À quelques jours de la journée mondiale de lutte contre le paludisme (le 25 avril), des chercheurs financés par l'UE ont découvert que des médicaments dont la fonction initiale est de lutter contre le cancer pouvaient également tuer le parasite à l'origine de la malaria. Ils estiment que cette découverte pourrait permettre de mettre en œuvre de nouvelles stratégies de lutte contre cette grave maladie qui, d'après les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé, a infecté 225 millions de personnes et en a tué près de 800 000 dans le monde en 2009. La recherche d'un traitement se heurte, pour le moment, à la capacité du parasite à développer rapidement une résistance aux médicaments. Les recherches, menées dans le cadre quatre projets financés par l'UE (Antimal, Biomalpar, Malsig et Evimalar), ont été effectuées par des laboratoires du Royaume-Uni, de France et de Suisse, avec des partenaires belges, allemands, danois, grecs, espagnols, italiens, néerlandais, portugais et suédois, ainsi que de nombreux pays en développement touchés par le paludisme.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link UE: Paludisme
    Link Journée mondiale contre le paludisme


  16. Consultation: renforcer la politique de migration et de développement
    2011-04-19
    Catégorie(s) : Archives

    La Commission européenne (CE) est en train d’élaborer des propositions sur la manière de renforcer la dimension externe de la politique de migration de l’UE (« approche mondiale de l’EU à la migration ») afin de mieux répondre aux objectifs politiques et aux intérêts de l’Union européenne, de ses pays partenaires et de tous les migrants concernés. Cet ensemble de propositions mettra un accent particulier sur la dimension de de la politique de migration de l’UE. On s’attend à ce que les propositions présentent des arguments afin que l’ordre du jour traditionnel sur la migration et le développement soit élargi afin d’offrir une approche axée sur les migrants. De ce fait, la CE considère qu’il est important d’examiner la politique de migration et de développement en utilisant les points de vue suivants et en identifiant les bénéfices que la migration apporte à chacun, ainsi que les défis et leurs solutions possibles : migrants individuels ; familles/foyers de migrants ; pays et communautés locales d’origine ; et pays de destination. On espère que cela permettra aux décideurs politiques de renforcer les dimensions humaines et sociales des politiques de migration et de développement. Une approche centrée sur les migrants peut être également renforcée en renforçant l’implication des groupes de migrants, instituts de recherche, médias et autres acteurs non-étatiques, tant dans le domaine du développement que dans l’application de la politique de migration et de développement. Enfin, étant donné le fait que le plus important mouvement de migrants intervient entre les pays situés dans le Sud du monde (nommée migration Sud-Sud), la contribution de ces migrants au développement de leurs pays d’origine doit être reconnue et appuyée.

    Pour accéder au document d’analyse préparé par la CE, cliquez ici.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Migration4Development
    Link Politique de migration de l'UE


  17. La Commission double son aide humanitaire pour la Côte d'Ivoire
    2011-04-19
    Catégorie(s) : Archives, Efficacité Aide, Sécurité alimentaire

    La Commission européenne a accru le 19 avril de 30 millions d'euros le montant de son aide humanitaire destinée aux victimes du conflit en Côte d'Ivoire, ce qui porte à 60 millions d'euros le total de sa dotation. La décision a été prise sur la base d'une analyse approfondie des besoins effectuée ces jours derniers par une équipe d'experts de la Commission présents sur le terrain. Mme Kristalina Georgieva, membre de la Commission chargée de la coopération internationale, de l'aide humanitaire et de la réaction aux crises, a déclaré à ce propos: «La Côte d'Ivoire traverse une période très difficile, mais c'est aussi pour elle une occasion unique d'ouvrir une nouvelle page de son histoire. Saisira-t-elle cette chance? Cela dépend avant tout de ses citoyens, mais aussi, dans une moindre mesure, de notre capacité à les aider. Nous devons maintenir à la fois le rythme et l'ampleur de notre assistance, afin d'être en mesure, non seulement de nourrir les personnes qui ont faim et d'abriter celles qui ont été déplacées, mais également de panser les plaies consécutives au conflit. Nous ne devons pas oublier non plus le Liberia, où nombre de réfugiés résident encore.» Une équipe du service de la Commission européenne chargé de l'aide humanitaire et de la protection civile (ECHO) se trouve actuellement en Côte d'Ivoire aux côtés des partenaires humanitaires de la Commission pour procéder à une évaluation des besoins. Cette équipe, constituée d'experts dans les domaines de la santé, de la protection, de l'eau, des conditions sanitaires et de la nourriture, a principalement analysé la situation dans l'ouest du pays et à Abidjan, qui sont les zones ayant le plus souffert des combats. La priorité consiste à recenser rapidement les besoins humanitaires immédiats tout en collaborant avec les autorités et les partenaires de l'aide au développement au renforcement des capacités institutionnelles locales en vue du transfert, à moyen terme, de la gestion de la prestation de services de base.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Délégation de l'UE en Côte d'Ivoire
    Link Commission: DG Aide humanitaire (ECHO)


  18. Le PSE adopte une ligne ferme sur la taxe sur les transactions financières
    2011-04-19
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le 14 avril, le PSE a adopté une déclaration qui renforce notre position sur la Taxe sur les transactions financières (TTF). La déclaration met en avant cinq demandes. Elle inclut un engagement de mettre en place une TTF au sein de l’Union européenne, de promulguer la législation européenne aussi vite que possible, de décider d’un pourcentage clair (0,05%), d’utiliser les fonds levés pour un programme progressiste et de cibler plus particulièrement les transactions financières « sans intérêt social ». Le président du PSE Poul Nyrup Rasmussen a déclaré : « Après nos succès au Parlement européen et notre appel sans équivoque à la Commission européenne pour une TTF, notre attention se tourne désormais vers les Premiers ministres européens au Conseil de l’Europe. Nous allons investir au mieux le temps qu’il nous reste jusqu’au mois de juin dans cette campagne. Notre soutien croit de manière constante. Une TTF européenne est en train de devenir une option claire et tangible ».

    Source: PSE


    Link En savoir plus
    Link Les députés en faveur d'une TTF
    Link La TTF et les pays en développement


  19. Il faut promouvoir l’aquaculture en eau douce
    2011-04-19
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Il convient d’examiner, dans le cadre de la réforme de la politique commune de la pêche, la règlementation de la pêche de l’Atlantique et de développer l’aquaculture en eau douce. Telle est la conclusion de la réunion du Conseil « Agriculture et Pêche » du 14 avril 2011 à Luxembourg. Le rôle que l’innovation peut jouer dans la préservation du mode de vie rural traditionnel était également à l’ordre du jour. Se fondant sur la communication de la Commission, les ministres ont procédé à un échange de vues sur l’évaluation de la gestion de l'effort de pêche dans les eaux occidentales. Les ministres ont cherché à savoir quel cadre réglementaire pourrait être appliqué aux lieux de pêche de l’océan Atlantique à des fins de lutte contre la surexploitation des stocks de pêche. Ils ont également cherché à établir s’il était nécessaire de modifier le cadre juridique actuel et, le cas échéant, à quelle échéance et de quelle manière. Ils ont examiné la possibilité de lier la révision du cadre réglementaire à la réforme en cours de la politique commune de la pêche. Bien que l’Union européenne représente 4,6 % de la pêche et de la production halieutique à l’échelle mondiale, elle doit largement recourir à l’importation pour satisfaire aux besoins de la demande intérieure. En 2007, les vingt-sept ont ainsi importé 5,6 millions de tonnes de poisson, en sus des 5,1 millions de tonnes provenant de la pêche et 1,3 millions de tonnes, de la production halieutique. Sept ans auparavant, en 2000, la quantité pêchée était encore de 6,7 millions de tonnes, soit équivalente à la quantité produite, ce qui signifie que le recul de la pêche maritime a été entièrement compensé par l’importation. Ce recul est principalement dû à la surexploitation des stocks, la quantité pêchée étant supérieure à la capacité de reproduction annuelle des stocks de poissons. Afin de remédier à cette situation, il convient de limiter la pêche maritime de manière drastique et de diminuer la capacité de pêche, mesures prévues de longue date par l’Union et qui ne peuvent aujourd’hui plus être reportées.

    Source: Présidence hongroise


    Link En savoir plus
    Link Declaration de cinq pays européens
    Link L'avenir des relations ACP-UE dans la pêche


  20. Le Conseil proroge le schéma des préférences tarifaires généralisées
    2011-04-18
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le Conseil a approuvé la prorogation temporaire du schéma actuel de préférences tarifaires généralisées jusqu'à l'entrée en vigueur d'un nouveau schéma (doc. 10/11). Cette mesure permettra d'assurer la continuité du fonctionnement du schéma actuel de préférences tarifaires généralisées, qui vient à expiration le 31 décembre 2011, au-delà de cette date, jusqu'à l'adoption du prochain schéma. Depuis 1971, l'Union européenne accorde des préférences commerciales à des pays en développement dans le cadre de son système de préférences généralisées. Ce système a été mis en oeuvre par des règlements successifs dont les périodes d'application sont généralement de trois ans. Le schéma actuel a été institué par le règlement (CE) n° 732/2008 à compter du 1er janvier 2009.

    Source: Conseil des ministres


    Link En savoir plus
    Link DG Commerce: SPG
    Link ECIPE: Relations de commerce UE-Afrique


  21. Impact de la PAC sur les pays en voie de développement
    2011-04-18
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural

    Lors du Conseil de l’agriculture et de la pêche la semaine dernière, la délégation des Pays-Bas a communiqué au Conseil des informations sur l'incidence des changements intervenus dans la politique agricole commune (PAC) sur les pays en développement (doc. 8880/11). Certaines délégations ont appuyé l'approche exposée par les Pays-Bas, qui souhaiteraient que les conséquences des changements intervenus dans la PAC sur les agriculteurs des pays en développement soient prises en compte dans l'analyse d'impact sur les changements intervenus dans la PAC que la Commission doit réaliser. Dans sa communication intitulée "La PAC à l'horizon 2020", la Commission a indiqué qu'il était nécessaire que, dans le cadre d'une augmentation de la capacité de production, les engagements pris par l'UE dans le cadre de ses relations commerciales internationales et en ce qui concerne la "cohérence des politiques menées en faveur du développement" soient respectés. Reconnaissant le rôle de l'agriculture de l'UE sur les marchés internationaux, les Pays-Bas ont souligné qu'il était nécessaire de suivre de près l'incidence que les changements intervenus dans la PAC pourraient avoir sur les marchés des pays tiers. La Commission a rappelé que l'incidence de la PAC sur les pays en développement est beaucoup moins importante aujourd'hui qu'elle ne l'était il y a quelques années. Néanmoins, les conséquences de ces changements sur les pays en développement seront analysées dans le cadre de l'analyse d'impact que la Commission présentera au second semestre de cette année, conjointement avec les propositions législatives relatives à la PAC après 2013.

    Source: Conseil des ministres


    Link En savoir plus
    Link Communication de la Commission
    Link Politique néerlandaise de développement


  22. Révision de la politique de qualité des produits agricoles
    2011-04-18
    Catégorie(s) : Archives, Commerce ACP-UE, Développement rural

    L'UE a commencé la révision de sa politique de qualité concernant les produits agricoles. Le but visé est de rationaliser les règles et procédures en vigueur, de faire en sorte que les consommateurs continuent de bénéficier de produits agricoles de grande qualité et de promouvoir la diversité des activités agricoles, notamment la production traditionnelle. Le premier volet de ce paquet "qualité" - la proposition de règlement relatif aux systèmes de qualité applicables aux produits agricoles - a été examiné par le Conseil "Agriculture et pêche" du 14 avril. L'objectif général du règlement est de mettre à la disposition des agriculteurs et des producteurs des outils plus cohérents, plus clairs et plus facilement accessibles pour leur permettre d'informer leurs consommateurs des caractéristiques de leurs produits. […] Outre les améliorations proposées par la Commission, les ministres se sont interrogés sur l'utilité d'ajouter deux systèmes supplémentaires dans la proposition de règlement, à savoir un système applicable à l'agriculture locale et aux ventes directes et un système spécifique pour les produits de l'agriculture de montagne. L'ensemble du paquet "qualité" devrait être adopté en 2012.

    Source: Conseil des Ministres


    Link En savoir plus
    Link Lire les conclusions du Conseil
    Link Communication de la Commission



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

 

Webmaster: André Feldhof (feldhof@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1