Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Septembre 2018
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 276]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 276]
Date d'envoi: 2011-06-10 15:50:17
Publication #: 88
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Briefing sur la réponse nutritionnelle ACP: le rôle clé de l'agriculture
  2. Principaux évènements pour la semaine du 13/06 au 17/06/2011
  3. Notre invité vidéo: Andris Piebalgs, Commissaire de développement de l'UE
  4. La Commission annonce l’octroi de 10 millions € pour l’achat de vaccins
  5. Coopération au développement: l'UE et les Etats-Unis joignent leurs forces
  6. Passage à une coopération Sud-Sud dans l'aide au développement
  7. Cameroun : lancement d'un programme de 6,4 milliards CFA financé
  8. Emissions: Aider les industries de l'UE à accroître leurs performances
  9. CFP 2014-202 : geler le budget implique de couper dans les politiques convenues
  10. L'UE et l'UA discutent du climat et de la biodiversité
  11. La plus grande banque d'Europe courtise le Samoa
  12. Des plans d'action présentent le futur de l'aide britannique
  13. E.coli: Indemnisations pour les producteurs
  14. Un APE avec l’UE a des effets négatifs tout en offrant des opportunités
  15. L'UE aide les pays du Pacifique à développer un rôle international
  16. Emissions: Les pays en développement s'engagent plus que les pays riches
  17. Le ministère néerlandais examinera les organisations de développement
  18. L’AFD déploie près de 459 millions d’euros de plus pour le développement
  19. Moins d’Etats devraient bénéficier des aides européennes
  20. Le G8 et l'Afrique: des valeurs communes, des responsabilités partagées
  21. Semaine européenne de la pêche
  22. Au-delà du PIB : trouver de nouveaux indicateurs pour mesurer le progrès
  23. Un régime d’asile européen commun d’ici 2012
  24. Abandon du nucléaire en Allemagne à l'horizon 2022
  25. Les entreprises britanniques à la recherche des biocarburants en Afrique


  1. Briefing sur la réponse nutritionnelle ACP: le rôle clé de l'agriculture
    2011-06-10
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Nous vous invitons cordialement à un Briefing sur le développement à Bruxelles qui aura lieu le 15 Juin 2011 de 8h30 à 13h au Centre de conférences Borschette (Rue Froissart 36) et qui se penchera sur la sécurité nutritionnelle dans les pays ACP. Vu que environ la moitié des décès mondiaux sont directement ou indirectement liés à la malnutrition, nous discuterons des principaux défis et opportunités pour parvenir à la sécurité nutritionnelle, en particulier dans le contexte des pays ACP, et les politiques et actions visant à améliorer les liens entre agriculture et nutrition à l'avenir. Le Briefing sera organisé du Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA), de l'International Food Policy Research Institute (IFPRI), de la Commission européenne (DG DEVCO), du Secrétariat ACP et de CONCORD. Nous sommes heureux d’avoir parmi nos intervenants Dr José Graziano da Silva, Directeur Général Adjoint de la FAO et Représentant Régional pour l’Amérique Latine et les Caraïbes ainsi que Boitshepo Giyose, conseiller senior en sécurité alimentaire et nutritionnelle au secrétariat du NEPAD et d’autres. Pour télécharger le programme du Briefing et pour vous enregistrer, veuillez consulter le site http://bruxellesbriefings.net. Si vous êtes dans l’incapacité de nous rejoindre, vous pouvez suivre le webstream en direct à partir de l’adresse http://bit.ly/jNkd20 (et http://bit.ly/l2lrP8 si vous êtes à l’intérieur de la Commission européenne). Participez en nous envoyant vos question par email (brussels.briefings@cta.int) ou par Twitter (@CTABrussels) et nous les poserons pour vous.


    Link En savoir plus
    Link Dr. José Graziano da Silva
    Link IFPRI


  2. Principaux évènements pour la semaine du 13/06 au 17/06/2011
    2011-06-10
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    CTA
    -15 juin : Briefing Sécurité nutritionnelle aux pays ACP
    Parlement européen
    -14-16 juin : Réunion des commissions au Parlement européen (Bruxelles)
    Conseil des Ministres
    -16 juin : Conseil transports, télécommunications et énergie (transport)
    -17 juin : Conseil emploi, politique sociale, santé et consommateurs
    Commission européenne
    -15 juin: Rencontre hebdomadaire du collège

    Vous pouvez également lire notre quotidien anglais « CTA Brussels Daily » (alimenté par Twitter) et nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.


    Link Briefing sur le développement à Bruxelles
    Link Parlement européen
    Link Conseil des Ministres


  3. Notre invité vidéo: Andris Piebalgs, Commissaire de développement de l'UE
    2011-06-10
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Lors de la conférence "De quoi manger pour tous - Vers un contrat planétaire", le Commissaire de développement de l'UE, Andris Piebalgs, a accordé une interview au CTA. Il a parlé des efforts de la Commission européenne dans la sécurité alimentaire et a expliqué pourquoi la Commission se concentre sur les petits agriculteurs.


    Link Regarder la vidéo
    Link Le blog du Commissaire Piebalgs
    Link CESE: De quoi manger pour tous


  4. La Commission annonce l’octroi de 10 millions € pour l’achat de vaccins
    2011-06-10
    Catégorie(s) : Archives

    M. Andris Piebalgs, membre de la Commission européenne chargé du développement, annoncera ce lundi 13 juin qu’une nouvelle contribution sera octroyée afin de vacciner des millions de personnes contre des maladies pour lesquelles il existe une prévention. Lors de la conférence de l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) qui se tiendra à Londres, le commissaire fera une promesse de don, qui contribuera au budget total de 3,7 milliards USD (2.6 billion €) dont la GAVI dit avoir besoin pour vacciner près de 250 millions d’enfants au cours des cinq prochaines années. Cette initiative devrait sauver quelque 4 millions de vie. Cette nouvelle contribution viendra s’ajouter à l'enveloppe de plus d'un demi‑milliard d’euros que la Commission consacre chaque année à la santé dans les pays en développement. Le commissaire chargé du développement, M. Andris Piebalgs, a fait la déclaration suivante: «il est honteux qu’au 21e siècle, près de 2 millions d’enfants meurent chaque année de maladies qui pourraient être évitées par un simple vaccin. C’est pourquoi je me réjouis d’annoncer notre nouvelle contribution. Nous sommes également déterminés à soutenir les systèmes de santé nationaux des pays en développement, car il s’agit de la seule manière de mettre en place un environnement stable pour soigner les patients dans le monde entier. La Commission européenne s’est déjà engagée à octroyer 20 millions € à la GAVI pour la période 2011‑2013. Cette somme vient s’ajouter à son engagement précédent de 220 millions € destiné à financer des programmes de vaccination, dont 53,4 millions € ont été alloués à la GAVI. Les contributions supplémentaires annoncées financeront l’achat de vaccins contre les deux principales maladies à l'origine de la mortalité infantile, à savoir la pneumonie et la diarrhée, ainsi que de nouveaux vaccins ou de vaccins actuellement sous‑utilisés, notamment contre la rubéole, la typhoïde et la méningite. Le 5 avril, le commissaire Piebalgs a également rencontré Bill Gates, co‑président de la Bill and Melinda Gates Foundation, pour examiner les possibilités de coopération entre la Commission et la fondation Gates en vue d’améliorer l’accès des plus pauvres aux vaccins.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Des informations supplémentaires
    Link GAVI


  5. Coopération au développement: l'UE et les Etats-Unis joignent leurs forces
    2011-06-10
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Environnement, Efficacité Aide, Développement rural

    Lundi 13 juin, le Commissaire européen Andris Piebalgs et le directeur de l'agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) Rajiv Shah se réuniront à Londres dans le cadre du dialogue UE-États-Unis sur le développement, relancé l'an dernier. L'Union européenne et les Etats-Unis, les deux plus grands donateurs mondiaux, prendront des mesures pour intensifier leur coopération dans les domaines de la santé mondiale, du changement climatique, de la sécurité alimentaire et de l'efficacité de l'aide. Cumulant à eux deux 90% de l'aide publique au développement en matière de santé, l'UE et les Etats-Unis doivent se mettre d'accord sur la création d'un groupe de travail composé d'experts de la santé afin d'étudier les possibilités de travaux communs dans le cadre de la politique de l'UE sur la santé mondiale et de la Global Health Initiative des Etats-Unis. "L'UE et les États-Unis représentent 80% de l'aide mondiale. Notre coopération dans des domaines stratégiques peut faire une réelle différence. Le dialogue UE-États-Unis sur le développement représente une excellente tribune pour le débat et la coopération dans l'aide au développement et nous devons l'utiliser à son potentiel maximum. Les travaux prévus sur la santé sont particulièrement pertinents. La santé maternelle et infantile sont encore parmi les objectifs du Millénaire pour le développement les plus en retard, ce qui reflète la faiblesse de nombreux systèmes de santé et donc leur besoin de soutien" a déclaré M. Piebalgs en amont de la réunion. Lors de leur rencontre, le Commissaire Piebalgs et le directeur de l'USAID M. Shah discuteront également du plan de travail UE-Etats-Unis sur l'efficacité de l'aide pour contribuer au succès du 4ème Forum sur l'efficacité de l'aide se déroulant à Busan en novembre prochain. Le travail conjoint de l'UE et des Etats-Unis sur l'efficacité de l'aide se concentrera sur la transparence, la responsabilité et la division du travail qui sont des conditions préalables essentielles pour un plus grand impact et la légitimité de l'aide au développement. Les deux parties examineront en outre les progrès accomplis dans le renforcement de la coopération sur la sécurité alimentaire et le changement climatique, et les travaux communs dans un certain nombre de pays partenaires-pilotes. Enfin, les partenaires de l'Union européenne et des Etats-Unis échangeront leurs points de vue sur la manière de promouvoir leur dialogue et leur coopération sur les questions de sécurité et de développement.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Délégation de l'UE aux Etats Unis
    Link Interview du CTA avec Andris Piebalgs


  6. Passage à une coopération Sud-Sud dans l'aide au développement
    2011-06-10
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural

    Pendant une conférence de haut niveau au Parlement européen, la coopération Sud-Sud a été préconisée en tant qu'alternative plus efficace à l'aide bilatérale Nord-Sud, utilisée dans le passé. Dans le cadre de la coopération Sud-Sud, des organisations de pays en développement travaillent ensemble avec un financement provenant du monde développé pour résoudre les problèmes auxquels leurs pays sont confrontés. Elle est considérée comme plus efficace parce que les deux parties ont une expérience des problèmes dans le monde en développement. Le ministre des Affaires étrangères du Costa Rica, René Castro, et la ministre d'État jamaïquaine auprès du ministère des Affaires étrangères, Marlene Malahoo Forte, ont assisté à la conférence intitulée ‘Organisation de l’appropriation inclusive - le dialogue structuré de l'UE pour renforcer la coopération avec les acteurs non-gouvernementaux dans le Sud’. Y participaient également des membres du Parlement européen, des représentants de haut niveau de la Commission européenne, des  organisations non-gouvernementales et des ministères nationaux.

    Source: New Europe


    Link En savoir plus
    Link Parlement européen
    Link Le député Thijs Berman


  7. Cameroun : lancement d'un programme de 6,4 milliards CFA financé
    2011-06-10
    Catégorie(s) : Archives, Développement rural

    Le ministre de l'Économie, de la Planification et du Développement régional, Louis Paul Motaze, et le chef de la délégation de l'Union européenne, Raul Mateus Paula, ont lancé lundi 30 mai à Mbengwi, dans le district Momo de la région Nord-Ouest, un programme de développement de 6,4 milliards de francs CFA qui vise à renforcer l'infrastructure socio-économique en apportant un soutien à long terme à l'économie et en améliorant les capacités et les revenus. Basé sur un accord conclu entre les deux parties le 6 mai 2010, le programme devrait apporter des solutions à des problèmes majeurs tels que l'accès insuffisant à des services de base, les bas revenus, le financement de micro-projets générateurs de revenus, la construction de routes et d'écoles rurales, l'amélioration des installations d'eau potable, les services de santé publique, etc. Financé par l'Union européenne, le programme, qui devrait durer quatre ans, concerne 15 communautés du Nord-Ouest des districts Momo, Donga Mantung et Menchum et le sous-district Akwaya, dans la région du Sud-Ouest.

    Source: AllAfrica/Cameroun tribune


    Link En savoir plus
    Link Délégation de l'UE au Cameroun
    Link Un projet de l'electrification au Cameroun


  8. Emissions: Aider les industries de l'UE à accroître leurs performances
    2011-06-09
    Catégorie(s) : Environnement

    Les industries de production à forte consommation d'énergie devront faire face à des coûts supplémentaires pour leurs  émissions de gaz à effet de serre (GES) avec l'entrée en vigueur du régime communautaire révisé d'échange de droits d'émission (ETS), qui entre en vigueur le 1er janvier 2013. Pour aider les installations à fortes émissions de GES à réduire leurs coûts d'ETS en diminuant leurs émissions, la Commission européenne a lancé un appel à propositions dans le contexte de la nouvelle initiative pour une industrie durable à faibles émissions de carbone. Celle-ci consiste en un ensemble de projets industriels spécifiques à un secteur, dont le but est de trouver des mesures innovantes pour limiter les industries à forte intensité de gaz carboniques. Chaque projet sera exécuté par un consortium de représentants de l'industrie. L'UE fournira un cofinancement pouvant aller jusqu'à 75% sous forme de conventions de subventions. Le vice-président de la Commission européenne, Antonio Tajani, responsable de l'industrie et de l'entreprenariat, a déclaré : « Nous devons nous attaquer au problème du changement climatique, mais nous ne pouvons renoncer à la production industrielle en Europe. C'est pourquoi notre initiative entend aider l'industrie à s'adapter et à se moderniser pour devenir plus efficace sur le plan énergétique et plus concurrentielle sur les marchés internationaux et pour maintenir l'emploi dans l'UE. »

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Consulter l'appel à proposition
    Link Carbone: la France veut que l'UE agisse


  9. CFP 2014-202 : geler le budget implique de couper dans les politiques convenues
    2011-06-09
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

     

     

    Le Parlement européen interpelle les États membres qui souhaitent geler le prochain budget à long terme de l'UE pour 2014-2020. Il demande à ces pays d'indiquer quelles priorités ils comptent abandonner pour permettre des compressions budgétaires. Pour atteindre les objectifs déjà fixés pour l'Union, une augmentation d'au moins 5 % est nécessaire par rapport au budget de 2013, indiquent les députés. "Nous avons mis fin à cette mauvaise habitude de nous engager sans avoir les moyens financiers suffisants … Réduire le budget de l'UE n'est pas une option viable pour ceux d'entre nous qui croient en l'Europe compétitive" a déclaré Salvador Garriga Polledo (PPE, ES) en charge du rapport sur le nouveau cadre financier pluriannuel (CFP) de sept ans pour l'Union européenne. "Le CFP doit refléter la stratégie Europe 2020 et prendre en compte les politiques convenues. Nous n'inventons pas lorsque nous demandons une augmentation, nous voulons simplement parvenir à un budget réaliste, susceptible d'être mis en œuvre" a ajouté Jutta Haug (S&D, DE), présidente de la commission spéciale sur les défis politiques du Parlement européen qui travaille sur ce rapport depuis une année. Le rapport a été adopté par 468 voix pour, 134 voix contre et 54 abstentions. Selon les députés, le gel des prochains budgets au niveau de 2013 "n'est pas une option viable". Ils proposent une augmentation d'au moins 5 % par rapport au niveau de 2013, ce qui porterait la contribution à plus ou moins 1,11 % du RNB total de l'Union, contre 1,06 % prévu pour 2013. Les députés demandent instamment aux États membres qui ne partagent pas cette approche, d'indiquer clairement quelles priorités ou projets politiques ils souhaitent abandonner pour permettre des compressions budgétaires. Les députés craignent que des restrictions budgétaires ne mettent en péril l'impulsion donnée à la recherche et à l'innovation (qui passerait de 1,9 à 3 % du PIB), ainsi que les investissements en infrastructures, la politique étrangère et l'élargissement. Les dépenses de politique régionale (cohésion et fonds structurels) et d'agriculture doivent être maintenues à leur niveau actuel, indique la résolution. Concernant les régions dont le PIB par habitant est compris entre 75 % et 90 % du PIB de l'Union, le Parlement invite la Commission à créer, pour la durée de la prochaine période de programmation, une catégorie intermédiaire afin de leur conférer un statut plus clair et de leur offrir davantage de sécurité dans leur développement. Par ailleurs, les investissements en infrastructures énergétiques devraient augmenter. Des économies pourraient probablement être réalisées au niveau de l'administration de l'Union si le Parlement européen ne disposait que d'un seul siège.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Des informations supplémentaires
    Link Texte de la résolution


  10. L'UE et l'UA discutent du climat et de la biodiversité
    2011-06-09
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    La cinquième réunion des collèges de la Commission européenne et de la Commission de l'Union africaine (UA) s'est tenue les 31 mai et 1er juin 2011 à Bruxelles, en Belgique, dans le but d’élaborer des agendas politiques communs. Pendant la réunion, les participants ont discuté des moyens d'améliorer la coopération concernant tant les défis à court terme que les changements structurels à long terme, comme la croissance verte, le changement climatique et la biodiversité. Dans la déclaration commune adoptée à la fin de la réunion, les représentants restent fermement résolus à atteindre les objectifs de développement du millénaire (OMD) qu'ils considèrent comme une priorité et soulignent la nécessité d'une croissance inclusive et durable et d'un accès généralisé à l'énergie. Ils considèrent la conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement durable (Rio+20), avec sa focalisation sur une économie verte et son lien avec une diminution de la pauvreté, comme une occasion unique pour le monde de faire progresser ses engagements en matière de développement durable et de relever les défis environnementaux et sociaux actuels. Concernant le changement climatique, ils saluent les résultats de la conférence de Cancun sur le climat qu'ils considèrent comme un ensemble équilibré, tout en soulignant la nécessité de poursuivre les négociations pour concrétiser totalement les accords de Cancun en se concentrant sur la mise en œuvre du cadre d'adaptation, à savoir la mise en place du comité d'adaptation et la poursuite du programme de travail sur les pertes et les préjudices. Ils saluent également les progrès concernant le Fonds de développement vert et, constatant que les États africains sont à l'origine de la plupart des accords de partenariat volontaires avec l'UE relatifs à l'application des réglementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux  (FLEGT), s'engagent à maximiser les synergies entre le dispositif FLEGT et les stratégies REDD+ (réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts dans les pays en développement, ainsi que la conservation, la gestion durable des forêts et le renforcement des stocks de carbone). En ce qui concerne la biodiversité, ils reconnaissent que la perte de biodiversité constitue un des principaux défis du XXIe siècle, tant pour le continent africain que pour l'UE, et ils conviennent de renforcer la coopération pour garantir qu’une biodiversité et des écosystèmes sains continueront à fournir les biens et services essentiels. Ils s'engagent en outre à poursuivre ensemble leurs efforts dans les domaines de l'agriculture et de la sécurité alimentaire et reconnaissent leur potentiel d’accélération de la croissance économique et du développement durable. Ils soutiennent : l'établissement de lignes directrices internationales sur l'accès à la terre et à d'autres ressources naturelles ; la poursuite et l'augmentation du soutien de l'UE aux organisations d'agriculteurs africains ; et le processus visant à créer une plateforme d'agriculture biologique africaine.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Union africaine
    Link Analyse de la coopération UE-UA


  11. La plus grande banque d'Europe courtise le Samoa
    2011-06-09
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Quand le journaliste néo-zélandais John Campbell a publié son article sur le tsunami dans la presse internationale, de nombreux commentateurs ont émis l'hypothèse que les donateurs et les financiers internationaux se détourneraient du Samoa. Les théories de ces commentateurs ont été balayées lorsque le vice-président de la Banque européenne d'investissement (BEI) s'est rendu à Apia, avec ce que l'on peut appeler un carnet de chèques en blanc. Plutarchos Sakellaris a confirmé au cours d'une conférence de presse que la BEI poursuivra et renforcera son partenariat avec la Banque de développement du Samoa (DBS) et qu’elle discutera avec le gouvernement de « projets concernant les besoins en infrastructures, ports, aéroports, production d'énergie renouvelable et télécommunications » destinés à accélérer la croissance économique. Parallèlement, ils cherchent comment accroître leur engagement dans l'économie du Samoa. La forme que prendra cet engagement devait être déterminée au cours d’une réunion avec le premier ministre Tuilaepa Sa’ilele Malielegaoi.

    Source: Samoa Observer


    Link En savoir plus
    Link BEI
    Link Relation de l'UE avec Samoa


  12. Des plans d'action présentent le futur de l'aide britannique
    2011-06-09
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Archives

    Le gouvernement britannique a présenté en détail la manière dont il changera la vie de millions de personnes pauvres dans le monde. La version complète des plans opérationnels – que l'on peut télécharger ici – présente les grandes lignes des résultats de l'aide britannique dans les quatre prochaines années, dans chaque pays où le DFID est actif.

    Les plans montrent exactement de quelle manière les programmes d'aide britanniques donneront des résultats d'ici 2015 et comment les progrès seront mesurés :

    • en Éthiopie, en offrant des soins de santé de base à 7,5 millions de personnes
    • en République démocratique du Congo, en protégeant de la malaria 15 millions de personnes
    • en Ouganda, en permettant à 1,35 million de femmes supplémentaires d'accéder à des moyens de contraception
    • en Zambie, en aidant plus de 3 millions de citoyens à voter aux prochaines élections
    • en Sierra Leone, en permettant à 1 million de personnes d'avoir accès à l'eau potable

    Les plans font suite à une série d'études détaillées sur l'aide, qui ont été menées au début de l'année dans le but de vérifier dans quelle mesure le budget britannique dévolu à l'aide est utilisé de la manière la plus ciblée et la plus efficace possible.

    Source: DFID


    Link En savoir plus
    Link Télécharger les rapports
    Link DFID


  13. E.coli: Indemnisations pour les producteurs
    2011-06-08
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Commerce ACP-UE, Développement rural

    L’Union versera une aide d’un minimum de 150 millions d’euros aux producteurs agricoles qui ont subi des pertes suite à la contamination par l’E. coli. Telle est la proposition faite par la Commission lors de la réunion extraordinaire du Conseil « Agriculture » qui s’est tenue le 7 juin 2011, à Luxembourg. La proposition de la Commission européenne a été présentée par Dacian Cioloş, commissaire à l’agriculture. Ce dernier a expliqué, lors de la conférence de presse organisée à l’issue de la réunion, qu’en vertu de l’article 191 (mesures d’urgence) du règlement portant organisation commune des marchés dans le secteur agricole (règlement n° 1234/2007 du Conseil), des compensations seraient versées au moyen d’un décret de la Commission à la suite des pertes survenues entre la fin du mois de mai et la fin du mois de juin. Selon la proposition de Dacian Cioloş, un montant de 150 millions d’euros couvrirait 30% des dommages occasionnés, alors que de nombreux Etats membres sollicitent des compensations à concurrence de 100%. Le commissaire à l’agriculture a promis à cette fin la révision rapide de la proposition ainsi qu’une augmentation du montant.

    Source: Présidence hongroise


    Link En savoir plus
    Link Le “concombre tueur” sème la panique
    Link PE: tirer les leçons pour l'avenir


  14. Un APE avec l’UE a des effets négatifs tout en offrant des opportunités
    2011-06-08
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Pêche Régionale

    Dans son premier discours devant le conseil des gouverneurs de la Banque de développement des Caraïbes, établie à la Barbade, le Dr. Warren Smith, le nouveau président de la première institution financière de prêt de la région, a mis en garde contre l'insécurité qui règne dans les économies des Caraïbes. Il a déclaré à l’assemblée des gouverneurs, qui se tenait ici la semaine dernière, que la situation s'est aggravée en raison des faiblesses structurelles et de l'extrême vulnérabilité des pays des Caraïbes, qui sont dues à la petite taille de ces pays, à leur ouverture, à l'étroitesse de leur base de production et à leur prédisposition aux catastrophes naturelles dévastatrices. « La structure économique s'est encore dégradée et la compétitivité de l’industrie est mise à rude épreuve en raison de la volatilité des prix du pétrole depuis les années 1970 et d’une intégration plus forte des économies des Caraïbes dans les systèmes financiers et économiques internationaux suite à la mondialisation », a-t-il précisé. Smith ajoute à cette énumération, l'accord de partenariat économique (APE) signé en 2008 entre l'Union européenne (UE) et les pays du Forum des Caraïbes (Cariforum), qui comprend les 15 membres du groupe de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) et la République dominicaine. Il a précisé que l'APE a entraîné la fin de l'accès préférentiel non-réciproque des exportations des Caraïbes au marché de l'UE ; ce qui a abouti à de nouvelles insécurités en raison d’un déclin de la production et des revenus agricoles et d’un recul de l'emploi. Les petits agriculteurs, en particulier dans les pays producteurs de bananes et de sucre, ont été déplacés et les niveaux de pauvreté ont considérablement augmenté, surtout dans les communautés rurales.

    Source: ipsnews.net


    Link En savoir plus
    Link Bank de développement des Caraïbes
    Link Des projets de la BEI aux pays ACP


  15. L'UE aide les pays du Pacifique à développer un rôle international
    2011-06-08
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    L'Union européenne (UE) et le SPC (secrétariat de la Communauté du Pacifique) ont signé un accord de contribution pour un projet visant à dynamiser la capacité du groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) à bénéficier du commerce international et de l'intégration économique régionale. Le projet, appelé IACT (augmentation du commerce des produits agricoles de base), est financé par le 10e Fonds de développement européen (FDE)) et relève du programme européen SPEITT (renforcement de l'intégration économique par le commerce) dont le montant s’élève à 30 millions d'euros. Le SPC est l'agence chargée de la mise en œuvre de l'IACT. Le programme IACT sera lancé au milieu de l'année. Il s'agit d'un projet de quatre ans que le SPC mettra en œuvre par le biais de ses divisions Ressources foncières et halieutiques, aquiculture et écosystèmes marins. Ritva Sallmén, chargée d'affaires auprès de la délégation de l'UE pour le Pacifique, fait observer que les pays ACP du Pacifique sont confrontés à des défis qui limitent leur capacité à participer au marché économique mondial et à en tirer des avantages, en dépit du potentiel qu’offre leur secteur de l'aquiculture, par exemple. « Le projet IACT collaborera avec le secteur privé et des agences gouvernementales pour relever ces défis et remédier à d'autres contraintes qui pèsent sur le commerce. Il contribuera de ce fait à réaliser l'objectif d'une plus grande intégration économique dans la région du Pacifique », a-t-elle déclaré.

    Source: SPC


    Link En savoir plus
    Link Commerce avec le PNG dans l'impasse
    Link SPC


  16. Emissions: Les pays en développement s'engagent plus que les pays riches
    2011-06-08
    Catégorie(s) : Environnement

    Une nouvelle étude d'Oxfam révèle que les pays en développement s'engagent plus que les pays développés à réduire leurs émissions de gaz à effets de serre. Oxfam estime que les pays en développement seront sans doute responsables de plus de 60 pour cent des réductions d'émissions d'ici 2020. Depuis lundi, les délégués de 195 pays sont réunis à Bonn, en Allemagne, pour reprendre les négociations sur un accord international visant à lutter contre le changement climatique. Pendant la conférence sur le climat, qui a eu lieu à Cancun en décembre dernier, les pays ont promis de réduire leurs émissions de gaz à effets de serre, mais comparer leurs engagements s'est avéré difficile étant donné que chaque pays les calcule et les enregistre de manière différente. La nouvelle analyse de l'Institut de Stockholm pour l'environnement (SEI), réalisée dans le cadre de la nouvelle campagne internationale d'Oxfam (GROW), compare quatre des études les plus respectées concernant ces engagements. Toutes les études montrent que par rapport à un scénario de statu quo, les pays en développement se sont engagés davantage que les  pays industrialisés à diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre.

    Source: Oxfam


    Link En savoir plus
    Link UNFCCC
    Link Consulter le rapport


  17. Le ministère néerlandais examinera les organisations de développement
    2011-06-08
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    « La société et le monde politique exigent à juste titre que nous sachions exactement comment les agences de développement dépensent les fonds destinés à l'aide. Ce qui exige des règles claires en matière d'évaluation et d'obligation de rendre des comptes. Mais des règles strictes peuvent aussi aboutir à de la paperasse et à une bureaucratie inutiles. Par conséquent, il est nécessaire de trouver en permanence le bon équilibre entre une bureaucratie moins forte et de bonnes pratiques en termes de reddition des comptes. » C'est ce qu'a déclaré Ben Knapen, secrétaire d'État néerlandais chargé du développement, en réaction à une étude menée par Actal pour contrôler les pressions au sein du programme de subventions MSF II. « Il est important de limiter la bureaucratie dans le domaine du développement. Ce rapport y contribue. C'est pourquoi je lui ai réservé un bon accueil et je l'examinerai en détail », a déclaré Knapp. Le ministère des Affaires étrangères enverra prochainement une réponse détaillée à Actal. Pour réduire le fardeau réglementaire, Knapp a récemment chargé le service administratif du ministère des Affaires étrangères d'examiner de façon critique le travail des organisations de développement. MSF II est un cadre qui octroie 1.885 milliards d'euros sur une période de 5 ans.

    Source: Ministère néerlandais des affaires étrangères


    Link En savoir plus [NL]
    Link Ministère néerlandais des affaires étrangères
    Link Consulter le rapport [NL]


  18. L’AFD déploie près de 459 millions d’euros de plus pour le développement
    2011-06-07
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le Conseil d’administration de l'AFD du 26 mai 2011 a autorisé le financement de 10 projets en faveur du développement pour un montant total de près de 459 millions d’euros. Le Kenya bénéficiera d’un financement de 70 M€  (deux prêts de 35 M€) pour ses programmes nationaux d’amélioration des quartiers informels dans les municipalités urbaines et pour l’appui aux municipalités. Le Sénégal recevra un financement de 23,5 M€ (prêt de 22,5 M€ et subvention de 1 M€) et deux subventions pour le renforcement de capacité commerciales (725 000 € à la République du Sénégal et 280 000 € à l’Office du tourisme-Syndicat d’initiative de Saint-Louis) pour le développement touristique de Saint-Louis et de sa région, ainsi qu’un financement de 60,6 M€ (prêt de 60 M€ et subvention de 600 000 €) pour contribuer au redressement du secteur électrique du pays. La Tanzanie recevra un prêt de 40 M€ pour l’amélioration de l’accès à l’eau potable et pour l’assainissement dans les villes de Bukoba et Musoma.

    Source: AFD


    Link En savoir plus
    Link AFD
    Link Minstère français des affaires étrangères


  19. Moins d’Etats devraient bénéficier des aides européennes
    2011-06-07
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Les aides de l’UE ne seront plus attribuées au pays en voie de développement automatiquement mais après l’évaluation des « besoins, capacités, ressources et engagements pris par les pays », selon le projet de rapport du nouveau papier stratégique de la Commission européenne, vu par EUObserver. Dans ce document, la Commission envisage de désormais donner plus d’importance aux critères de démocratie et des droits de l’homme. « La démocratisation, le rôle renforcé des parlements, la participation de la société civile et le contrôle de l’action public […] devraient être placés au cœur de la coopération stratégique avec les pays tiers », note le papier. Les aides aux économies émergentes comme l’Afrique du Sud devraient être réduites voire arrêtées. En avril, la Commission avait déjà décidé d’allouer 70.7€ million de moins aux projets de développement suite à l’évaluation de leur performance.

    Source: EUObserver/CTA


    Link En savoir plus
    Link Commission: DEVCO
    Link PE: Focaliser sur les droits de l'homme


  20. Le G8 et l'Afrique: des valeurs communes, des responsabilités partagées
    2011-06-07
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le G8 et l'Afrique du Sud, l'Algérie, l'Égypte, l'Éthiopie, le Nigéria et le Sénégal, ainsi que la Commission de l'Union africaine ont adopté une déclaration conjointe intitulé « Des valeurs communes et des responsabilités partagés » qui porte sur le développement durable, l’accès à l’énergie, l’investissement et l’agriculture. Les leaders se sont rencontrés à Deauville, France, du 26-27 mai 2011, où ils ont souligné l’importance d’un partenariat renforcé entre le G8 et l'Afrique. Dans la déclaration conjointe, le G8 et l’Afrique se disent « déterminés à continuer de promouvoir ensemble nos valeurs communes, à savoir la paix, les droits de l'Homme, la gouvernance démocratique et le développement durable ; et nous continuerons d'assumer nos responsabilités respectives et partagées à cet égard, dans un esprit de transparence mutuelle ». En ce qui concerne le développement économique et l’environnement, le G8 et l’Afrique expriment leur préoccupation par rapport à l'accès limité à l'énergie, que ce soit l'électricité ou les combustibles utilisés pour la cuisson qui reste un obstacle majeur au développement économique et à la lutte contre la pauvreté. Les leaders rappellent la nécessité d'assurer un accès à des services énergétiques durables, en mettant tout particulièrement l'accent sur les énergies renouvelables. Le G8 continuera donc à soutenir des projets d'accès à l'énergie, centralisés et décentralisés, en particulier les projets ayant une dimension régionale et axés sur le développement durable, ainsi que les initiatives en matière de commerce transfrontalier et de renforcement des capacités dans le domaine de l'énergie. Le Plan d'action de l'Union africaine et du NEPAD et le Programme de Développement des Infrastructures en Afrique (PIDA) constituent des cadres appropriés pour mobiliser les investissements directs étrangers. Nous rappelons que des réformes institutionnelles et réglementaires sont nécessaires pour attirer davantage d'investissements, en particulier privés. Les leaders notent également que l'agriculture africaine peut être un moteur essentiel d'une croissance et d'un développement économiques durables et généralisés. La hausse durable de la productivité et de la production agricoles offre de vastes possibilités pour attirer les investissements du secteur privé et mobiliser des sources de capitaux privés, créer des emplois, augmenter les revenus des exploitants agricoles et stimuler la croissance solidaire dans l'Afrique rurale. Elles contribuent à l'amélioration de la sécurité alimentaire et sont des facteurs déterminants pour neutraliser la volatilité des prix. Les leaders prennent l'engagement d'améliorer la sécurité alimentaire en Afrique en renforçant la coopération entre le G8 et l'Afrique par le biais de l'Initiative de L'Aquila sur la sécurité alimentaire et du Programme intégré pour le Développement de l'Agriculture en Afrique (CAADP).

    Source: Présidence française du G8


    Link En savoir plus
    Link Présidence française du G20/G8
    Link NEPAD


  21. Semaine européenne de la pêche
    2011-06-07
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Pendant la deuxième semaine annuelle de la pêche (4 juin – 12 juin 2011), plus que 40 évènements sont organisé en Europe et un évènement en Afrique pour communiquer au public une reforme effective de la politique commune de la pêche de l’UE. Cette action collective coïncide avec la journée mondiale des océans le 8 juin et la publication anticipée de la proposition de la future politique de la pêche par la Commission européenne en mi-juillet. La plupart des pêcheries sont désormais presque exploitées, beaucoup d’entre elles passent en dessous du stock biologiquement durable. Ce n’était pas toujours ainsi. Dans le passé, les pêcheries étaient plus sains et les pêcheurs étaient plus affluents ; en outre, plus de bateau, de pêcheurs et de communautés étaient dépendants de la pêche en Europe.

    Source: ocean2012.eu


    Link En savoir plus
    Link Damanaki: Non aux aides essence
    Link Commission: DG Pêche


  22. Au-delà du PIB : trouver de nouveaux indicateurs pour mesurer le progrès
    2011-06-07
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Développement rural

    Créé dans les années 1930, le Produit intérieur brut (PIB) s'est imposé comme le meilleur indicateur pour mesurer l'activité économique d'un pays. Néanmoins, il ne prend pas en compte tous les aspects sociaux et environnementaux et ne peut donc, à lui seul, refléter le degré de développement. Face à ce constat, les députés européens prônent la mise en place d'indicateurs complémentaires. Interview avec la Danoise Anna Rosbach (Conservateurs et réformateurs), qui a préparé la position du Parlement européen.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Lire le projet de rapport
    Link Lamy: “commerce en valeur ajoutée” comme mesure


  23. Un régime d’asile européen commun d’ici 2012
    2011-06-06
    Catégorie(s) : Environnement

    La Commission entend achever le régime d’asile européen commun (RAEC) d’ici à 2012. Les propositions modifiées de directives sur les conditions d’accueil et sur les procédures d’asile devraient rendre les procédures plus rapides, plus équitables et plus efficaces, dans l’intérêt à la fois des États membres et des personnes à la recherche d’une protection internationale. Elles sont le fruit de plusieurs années de négociations au Conseil des ministres et au Parlement européen, ainsi que des consultations auprès du HCR et des associations de réfugiés. Les négociations doivent à présent progresser sur les éléments restants du paquet législatif concernant l’asile. «La mise en place d’une véritable politique commune en matière d’immigration et d’asile constitue l’une de mes priorités absolues. Actuellement, la réponse apportée aux demandeurs d’asile et les garanties qui leur sont offertes varient considérablement d’un État membre à l’autre, les chances de bénéficier d’une protection dépendant fortement de l’État membre qui examine la demande d'asile. Un changement s’impose. Il nous faut des procédures d’asile efficaces et équitables ainsi que des conditions d’accueil des demandeurs d’asile adéquates et comparables dans toute l’Union. Parallèlement, les normes fixées au niveau européen doivent être simples et claires, et présenter un bon rapport coût-efficacité. L’Union se doit de défendre ses valeurs et de protéger ceux qui, fuyant les persécutions et les conflits, nous le demandent: c’est pourquoi nous devons respecter l’engagement que nous avons pris de mettre en place un régime d’asile européen commun d’ici à 2012. Les propositions présentées aujourd’hui prévoient des normes de protection élevées pour les personnes qui en ont véritablement besoin et contribueront à réduire les contraintes inutiles qui pèsent sur les autorités nationales. Elles permettront aussi de renforcer la confiance entre les États membres», a déclaré Mme Cecilia Malmström, membre de la Commission chargée des affaires intérieures. Les initiatives présentées visent à mettre en place des procédures à la fois efficaces et équitables et à garantir aux demandeurs d’asile des conditions d’accueil adéquates et comparables dans toute l’Union.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Des informations supplémentaires
    Link Migration: Renforcer la coopération ACP-UE


  24. Abandon du nucléaire en Allemagne à l'horizon 2022
    2011-06-06
    Catégorie(s) : Environnement

    L'Allemagne fermera tous ses réacteurs nucléaires d'ici 2022. C'est ce qu'a décidé le gouvernement de coalition de la chancelière Angela Merkel le 30 mai, suite à la catastrophe de Fukushima au Japon qui a entraîné un important revirement politique. L'Allemagne, qui dispose de 17 réacteurs nucléaires, ne souhaite pas remettre en activité les huit réacteurs les plus anciens. Sept d'entre eux avaient été fermés temporairement en mars, juste après le séisme et le tsunami qui ont frappé Fukushima. Le huitième ne fonctionne plus depuis des années.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Commission: Energie nucléaire
    Link La France continuera avec le nucléaire


  25. Les entreprises britanniques à la recherche des biocarburants en Afrique
    2011-06-06
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE, Sécurité alimentaire

    Les entreprises britanniques ont acquis plus de terre africaine pour des plantations de biocarburants controverses que des entreprises de tout autre pays, a révélé une investigation du Guardian. La moitié des 3.2 million  hectares (ha) de la terre utilisée pour les biocarburants – en partant par la Mozambique et en finissant au Sénégal – est occupée par 11 entreprises britanniques, plus que tout autre pays.

    Source: Guardian


    Link En savoir plus
    Link Stratégie de l'UE sur les biocarburants
    Link L'UE est pressée de changer la politique des biocarburants



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

 

Webmaster: André Feldhof (feldhof@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1