Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Septembre 2018
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 282]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 282]
Date d'envoi: 2011-07-23 20:15:30
Publication #: 94
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Briefing de Bruxelles: Les leviers de la transformation rurale en Afrique
  2. Principaux évènements pour la semaine du 25/07 au 29/07/2011
  3. Notre invité vidéo: Robert Mwadime, Ouganda
  4. Les donateurs de l’UE sous le scrutin par rapport aux femmes
  5. Agriculture et pêche: Programme des travaux de la présidence
  6. Caraïbes: un contrat pour une connectivité régionale spécialisée
  7. Parvenir à un consensus sur un APE : le plus tôt sera le mieux
  8. L'Allemagne double l’aide d'urgence à la Corne de l'Afrique
  9. Lamy qualifie « d’encourageant » le 3ème Examen de l’Aide au commerce
  10. Dispositions en prévision de Busan et d'une aide plus efficace
  11. Des mécanismes de durabilité pour les biocarburants sont approuvés
  12. Reprise de l'aide au Niger: La Commission décaisse 25 millions d'euros
  13. La FAO et l'UE luttent contre l'abattage illégal au Ghana
  14. Guinée: L'UE révise les conditions d'une reprise complète de la coopération
  15. Reprise de la coopération au développement avec la Guinée Bissau
  16. Futur partenariat ACP-UE: Piebalgs suggère un temps de réflexion
  17. Éviter toute réduction du budget agricole
  18. ADLE: L'UE doit s'impliquer plus au Sahel
  19. La présidence polonaise veut promouvoir la production de biomasse
  20. La Commission publie le rapport annuel sur le développement
  21. Réunion informelle des ministres du développement
  22. Nouveaux accords de pêche avec Seychelles et São Tomé and Príncipe


  1. Briefing de Bruxelles: Les leviers de la transformation rurale en Afrique
    2011-07-22
    Catégorie(s) : Archives, Environnement, Développement rural

    Le prochain Briefing de Bruxelles sur le développement aura lieu le 14 Septembre 2011 et sera organisée en partenariat avec l’Agence de Planification et de Coordination du NEPAD. Nous aborderons les principaux défis induits dans les processus de transformation rurale en partageant des perspectives différentes sur les processus de transformation rurale dans différents continents. Nous traiterons ensuite de l'emploi rural et des marchés de travail ruraux nécessaires pour créer de la croissance et du développement économique. Parmi les intervenants, nous sommes heureux d’accueillir entre autres le PDG du NEPAD, Dr. Ibrahim Assane Mayaki, le Prof. Peter Hazell de la School of Oriental and African Studies (SOAS) à Londres, Paul Dorosh du International Food Policy Research Institute (IFPRI) et Paul Barera, du Rwanda Telecentre Network (RTN).

    Nous sommes heureux de vous informer du lancement des notes politiques du CTA. Ces exposés abordent une vaste gamme de problèmes liés au développement agricole et rural. Les informations sont basées sur des conclusions des Briefing de Bruxelles sur le développement, des Briefing régionaux sur le développement et des évènements clé du CTA.


    Link En savoir plus
    Link Briefings précédents
    Link Notes politiques du CTA


  2. Principaux évènements pour la semaine du 25/07 au 29/07/2011
    2011-07-22
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Conseil des Ministres
    -25 juillet : Réunion des directeurs généraux de la pêche de l’UE
    -26 juillet : Coreper II
    -27 juillet : Coreper I
    -28 juillet : Conseil des affaires européennes (informel)
    Groupe des Etats ACP
    -28 juillet : Comité des ambassadeurs

    Vous pouvez également lire notre quotidien anglais « CTA Brussels Daily » (alimenté par Twitter) et nous suivre à travers notre group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.


    Link Conseil des ministres
    Link Secrétariat ACP
    Link Présidence polonaise


  3. Notre invité vidéo: Robert Mwadime, Ouganda
    2011-07-22
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Développement rural

    Robert Mwadime est Conseiller principal régional en nutrition auprès du programme FANTA-2 en Ouganda. Dans notre interview, il parle des différence de nutrition dans les zones rurales et urbaines en Ouganda.


    Link Regarder la vidéo
    Link FANTA-2
    Link Briefing Sécurité nutritionnelle dans les pays ACP


  4. Les donateurs de l’UE sous le scrutin par rapport aux femmes
    2011-07-22
    Catégorie(s) : Archives

    Le nouveau rapport Les donateurs sous scrutin par rapport aux femmes qui a récemment été publié par l’ONG WIDE met le focus sur l’égalité de genre et les droits des femmes dans les programmes d’efficacité de l’aide des Etats membres européens. Le rapport se concentre sur cinq pays européen – l’Autriche, les Pays Bas, la Pologne, l’Espagne et le Royaume Uni – et montre à quel dégrée ces pays on réussi de mettre en œuvre leurs promesses. Avec cette étude, WIDE essaie de documenter le niveau actuel d’implémentation des principes de propriété des politiques et de responsabilité mutuelle tels qu’ils ont été formulés dans la Déclaration de Paris et dans l’agenda d’action d’Accra.

    Source: WIDE


    Link Lire le rapport [PDF]
    Link Réseau WIDE
    Link Partenariat CE/ONU pour l'égalité des genres


  5. Agriculture et pêche: Programme des travaux de la présidence
    2011-07-22
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural

    Du 12 au 14 juillet, Marek Sawicki, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, en tant que président du Conseil de l’UE, a présenté à la Commission de l’agriculture et du développement rural du Parlement européen, à la Commission de la pêche du PE et à la Commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du PE, le programme des travaux de la présidence polonaise dans le domaine de l’agriculture et de la pêche pour les six prochains mois. Lors de ses discours respectifs, le ministre a exprimé l’espoir d’une coopération fructueuse entre le Conseil et le Parlement européen. « Je me réjouis de la perspective de notre coopération étroite qui permettra d’avancer efficacement dans les travaux sur les propositions négociées actuellement et dans l’avenir » - a dit le ministre Sawicki.

    Dans le domaine de l’agriculture et du développement rural, la présidence polonaise travaillera en priorité sur la réforme de la Politique agricole commune après 2013, et sur le débat relatif à l’amélioration de la compétitivité de l’agriculture communautaire, à travers la diversification des sources de revenus, grâce au développement des énergies renouvelables dans les zones rurales.

    L’avenir de la PAC constitue un dossier primordial pour la présidence polonaise, et les problèmes clés, identifiés par le PE au sujet du Communiqué de la Commission européenne sur la PAC à l’horizon 2020, correspondent, dans une large mesure, à ceux soulevés lors des débats au Conseil. Dans son discours, le ministre Sawicki s’est référé également, outre la réforme de la PAC, aux questions relatives à la politique agricole intérieure de l’UE, y compris dans le secteur laitier, à la politique de qualité des aliments, d’identification du bétail et de bien-être des animaux.

    Dans le domaine de la pêche, la présidence polonaise accorde une attention particulière à la réforme de la Politique commune de la pêche, à la mise à jour des totaux admissibles de captures et des quotas : totaux admissibles de captures pour 2012, ainsi qu’à la continuation des travaux sur les plans pluriannuels de gestion des stocks. Le ministre Sawicki a annoncé que le premier débat politique sur le paquet de la réforme de la Politique commune de la pêche aurait lieu le 19 juillet prochain, lors du Conseil de l’UE des ministres de l’Agriculture et de la Pêche, le premier à être présidé par la Pologne. Lors de la présentation du programme des travaux à la Commission de la pêche, le ministre Sawicki a souligné que les plans pluriannuels relatifs à la gestion des stocks des poissons constituent l’un des instruments les plus importants et les plus efficaces de la PCP.

    Source: Présidence polonaise


    Link En savoir plus
    Link Lire le programme de la présidence polonaise
    Link Commission: la PAC après 2013


  6. Caraïbes: un contrat pour une connectivité régionale spécialisée
    2011-07-21
    Catégorie(s) : Développement rural

    Un pas important vers la transformation et le renforcement des institutions tertiaires de la région a été franchi jeudi, lorsque les négociations entre le CKLN (réseau de connaissances et d'apprentissage des Caraïbes) et LIME, un des plus grands fournisseurs de télécommunications de la région, ont abouti à la signature d'un contrat de 6,3 millions de dollars à Grenade. 

    C@ribNET, le premier réseau spécialisé de connaissances, d'apprentissage et de recherche de la région, est un réseau haut débit par fibre optique, configuré pour connecter des institutions tertiaires, des hôpitaux, des écoles, des agences gouvernementales et des institutions de la CARICOM au sein des Caraïbes. C@ribNET connectera également ces institutions à des institutions similaires en Europe, aux USA, en Amérique latine, en Afrique et en Asie. 

    Le CKLN, une agence intergouvernementale de la Communauté caraïbe (CARICOM), a obtenu de l'Union européenne des fonds destinés à louer le réseau par fibre optique à LIME, conformément au mandat de la CARICOM, qui doit aider les États membres des Caraïbes à améliorer leur compétitivité générale en renforçant et en diversifiant les compétences et les connaissances en matière de ressources humaines, grâce à une plus grande collaboration et une plus grande connectivité régionales.

    Source: Winn FM


    Link En savoir plus
    Link C@ribNET
    Link Coopération de l'UE avec le Grenade


  7. Parvenir à un consensus sur un APE : le plus tôt sera le mieux
    2011-07-21
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Dans un billet contribué au Daily Monitor d'Ouganda, l'ancien ambassadeur ougandais auprès de l'UE aborde les négociations des APE entre l'UE et la communauté de l'Afrique de l'Est (CAE). Lisez le billet ci-dessous.

    Bien que je partage un grand nombre des préoccupations exprimées par mon collègue et ami, l'ambassadeur Nathan Irumba, dans une déclaration qu'il a publiée pour le compte de plusieurs organisations de la société civile et qui a été récemment publiée dans l’East African, j'aimerais dire que je suis d'accord avec certains des points de vue exprimés par l'ambassadeur de l'UE, Roberto Ridolfi, dans son article sur les APE, publié le 2 juillet dans le Saturday Monitor. En tant que représentant de l'Ouganda dans les négociations entre l'UE et le Groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) de 2004 à 2008, je salue les clarifications qu'il a faites à propos des questions pour lesquelles il y a une impasse, un malentendu, une désinformation, voire une déformation des faits.

    Depuis 2000, l'Ouganda n'exploite pas pleinement l'offre de l'UE, communément appelée TSA, c'est-à-dire un accès libre de droits et de quotas pour les produits ‘tout sauf les armes’ en provenance de pays moins avancés, notamment l'Ouganda. Par exemple, l'ambassade de l’Ouganda à Bruxelles a négocié, en 2005, un accès au marché de l'UE libre de droits et de quotas pour le miel ougandais mais, d'après ce que je sais, l'Ouganda n'a même pas exporté une tonne de miel vers le marché européen.

    C'est bien là le nœud du problème. L'Ouganda et la plupart des pays africains n'ont tout simplement pas la capacité de produire des quantités suffisantes de produits et de marchandises pour les vendre sur le marché mondial. Nos dirigeants ont tendance à faire de grands discours à propos de notre capacité à produire des produits et des marchandises pour le commerce international alors qu'en réalité, nous produisons très peu pour l'exportation sur une base prévisible et durable.

    L'UE, ainsi que le groupe des ACP, doit s'armer de la volonté politique nécessaire pour sortir les négociations des APE de l’impasse. Il est nécessaire de renforcer les liens économiques, politiques et historiques et les relations qui nous lient, dans l'intérêt mutuel des peuples d'Europe, d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. J'espère sincèrement qu'un nouvel accord de partenariat économique sera bientôt conclu et signé par l'UE et les pays ACP.

    Source: Daily Monitor


    Link En savoir plus
    Link Coopération de l'UE avec l'Ouganda
    Link Commission: Négociations des APE


  8. L'Allemagne double l’aide d'urgence à la Corne de l'Afrique
    2011-07-21
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Efficacité Aide, Archives

    Samedi, Berlin a plus que doublé son aide d'urgence aux populations fuyant la sécheresse dans la Corne de l'Afrique, soit le lendemain du jour où des chiffres des Nations Unies ont montré que l'Allemagne n'a apporté qu'une contribution équivalente à une fraction de l'aide provenant de pays comme le Japon et le Canada.

    Le gouvernement a mobilisé un montant supplémentaire de 5 millions d'euros (7 millions de dollars) d'aide à cette région, où les organisations humanitaires estiment à 10 millions le nombre de personnes qui risquent de mourir de faim. Il a également lancé un appel aux Allemands pour qu’ils fassent un don. Les ministères de l'aide et des affaires étrangères ont déclaré que les fonds donnés par le gouvernement seraient répartis entre des organisations humanitaires allemandes et internationales, d'une part, et le programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM), d'autre part. Les ministères avaient déclaré précédemment que les engagements en matière d'aide humanitaire dans la Corne de l'Afrique atteignaient en 2011 un total de 3,6 millions d'euros. Le nouvel engagement porte le montant des secours à ce jour à 8,6 millions d'euros.

    Les données publiées par le PAM vendredi dans la capitale kenyane de Nairobi montraient que l'Allemagne n'a donné que 1,4 million de dollars cette année, contre 25 millions de dollars pour le Japon et 22 millions de dollars pour le Canada. Le ministère de l'aide avait d'abord rejeté les critiques implicites en déclarant vendredi qu'il était 'totalement engagé' dans le développement rural de la région de la Corne de l'Afrique. La chancelière Angela Merkel a visité le Kenya mardi et annoncé 1 million d'euros d'aide pour les camps de réfugiés, la moitié étant destinée au PAM, selon le directeur du PAM pour l'Allemagne, Ralf Suedhoff.

    Source: monstersandcritics.com


    Link En savoir plus
    Link Oxfam: L'aide n'est pas à la hauteur des besoins
    Link L'ONU déclare la famine à la Corne de l'Afrique


  9. Lamy qualifie « d’encourageant » le 3ème Examen de l’Aide au commerce
    2011-07-21
    Catégorie(s) : Archives, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Lors de la clôture du troisième Examen global de l'aide au commerce, le 19 juillet 2011, le directeur général de l'OMC, Pascal Lamy, a salué le potentiel de l'aide au commerce dans le renforcement des capacités commerciales à long terme des pays en développement. Il a salué l’amélioration de la responsabilisation des pays bénéficiaires et souligné la nécessité d'une plus grande adhésion des pays en développement mêmes aux efforts de contrôle et d'évaluation. En ce qui concerne le financement, Lamy a noté que les infrastructures ont besoin d'être améliorées. « Alors que les liquidités sont retournées vers les marchés, les problèmes structurels à long terme apparaissent plus clairement. C'est l'accès, et non la disponibilité, qui constitue le défi aujourd'hui, en particulier en Afrique », a-t-il dit.

    À ses yeux, le futur programme de travail devrait se pencher sur quelques questions clés : la mobilisation des ressources, l'exploitation d'autres sources de financement, une rationalisation de l'aide au commerce dans le développement, l'engagement du secteur privé, l’attribution d’une place centrale à la question de l'efficacité de l'aide dans l'initiative Aide au Commerce, l'exploration des intersections de l'aide au commerce avec d'autres aspects et, enfin, l'encouragement d'une plus grande intégration régionale dans les pays en développement.

    Le commissaire européen chargé du développement, Andris Piebalgs, représentait la Commission européenne à Genève. Dans une interview accordée à Bloomberg, Piebalgs a souligné à quel point l'initiative Aide au Commerce est importante pour préparer les pays en développement à résister sur les marchés internationaux. « L'aide ne suffit pas pour amener un changement radical. Mais le commerce, en est capable », a déclaré le commissaire. L'UE devait soutenir la construction d'infrastructures, par exemple, sur le plan de l'énergie, de l'accès à l'eau ou des routes commerciales. En Afrique, en particulier, l'UE se concentre également sur le commerce interrégional : « En Europe, 72% des échanges commerciaux sont interrégionaux. En Afrique, le pourcentage est de 12% seulement. »

    Source: WTO/CTA


    Link En savoir plus
    Link Des informations supplémentaires
    Link L'avis du ministre jamaicain des affaires étrangères


  10. Dispositions en prévision de Busan et d'une aide plus efficace
    2011-07-20
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Au début du mois, l'OCDE a publié la version préliminaire de son document final officiel pour le 4e Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide, qui se tiendra à Busan, Corée du Sud, à la fin de l’année. Ce document n'est que le point de départ des négociations, et il devrait encore subir de nombreux changements dans les prochains mois. Ce qui est une bonne chose étant donné le grand nombre de défauts que présente le document actuel.

    Le sommet rassemblera toute une série de parties prenantes, notamment des ministres des gouvernements, des parlementaires, des représentants du secteur privé et la société civile. Leur tâche consistera à examiner les progrès généraux réalisés au niveau de l'amélioration de l'impact et de l'optimalisation des ressources de l'aide au développement, et à prendre de nouveaux engagements pour faire en sorte que l'aide contribue à réduire la pauvreté et soutienne la réalisation des objectifs de développement du millénaire.

    Mais les projets de textes ne mettent pas suffisamment en exergue certains problèmes cruciaux concernant l'efficacité de l'aide, comme l'obligation de rendre des comptes, l'adhésion, les droits humains et les résultats en matière d'éradication de la pauvreté. […] Nous croyons que l'accord de Busan devrait se fonder sur l'apport d'une aide réelle et efficace dans le but de mettre fin à la dépendance à l'égard de l'aide et à réformer la structure de celle-ci en renforçant la responsabilité mutuelle et une approche du développement basée sur les droits humains. […]

    Une chose est sûre. À quelques mois à peine de la conférence de Busan, une mission nous attend. Mais pour que Busan soit une réussite et ait un impact durable sur le développement, les négociateurs doivent reconsidérer ce qui rend vraiment l'aide plus efficace.

    Source: ActionAid


    Link En savoir plus
    Link Lire le rapport [EN]
    Link Forum sur l'efficacité de l'aide à Busan


  11. Des mécanismes de durabilité pour les biocarburants sont approuvés
    2011-07-20
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Les biocarburants peuvent représenter une solution respectueuse de l'environnement pour remplacer les carburants fossiles, selon la Commission européenne. Elle veut cependant s’assurer que les forêts tropicales et les tourbières riches en carbone ne deviennent pas des plantations de palmiers à huile et de cannes à sucre. Elle veut également garantir que les biocarburants permettent, par rapport aux carburants fossiles, des économies réelles d'émissions de gaz à effet de serre. À cette fin, la durabilité des biocarburants doit être contrôlée, soit par les États membres, soit dans le cadre de mécanismes volontaires soumis à l'approbation de la Commission européenne. Aujourd'hui, la Commission a reconnu sept de ces mécanismes volontaires: ISCC, Bonsucro EU, RTRS EU RED, RSB EU RED, 2BSvs, RSBA et Greenergy. Cet agrément s'applique directement dans les 27 États membres de l'UE.

    Le commissaire chargé de l'énergie, M. Günther Oettinger, a déclaré: «Nous devons nous assurer que la totalité de la production de biocarburants et de la chaîne d'approvisionnement correspondante sont durables. C'est pourquoi nous avons fixé les normes de durabilité les plus exigeantes du monde. Les mécanismes reconnus aujourd'hui à l'échelon de l'UE constituent un bon exemple d'un système fiable et transparent qui assure le respect de ces normes strictes.

    Afin de bénéficier d'un soutien public ou d'une comptabilisation aux fins de la réalisation des objectifs nationaux obligatoires en matière d'énergies renouvelables, les biocarburants utilisés dans l'UE, qu'ils soient issus d'une production locale ou importés, doivent respecter des critères de durabilité. Ces critères visent à empêcher que des zones présentant une grande valeur pour la biodiversité ou renfermant des quantités importantes de carbone soient converties en zones de production de matières premières destinées à la fabrication de biocarburants. En pratique, cela signifie que les biocarburants produits à partir de cultures sur des terres auparavant occupées par des forêts tropicales ou par des prairies naturelles avec un écosystème unique ne peuvent être considérés comme durables. En outre, les émissions de gaz à effet de serre sur l'ensemble de la chaîne de production doivent être inférieures d'au moins 35 % à celles de la chaîne de production des combustibles fossiles. Ce seuil sera relevé progressivement.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Des informations supplémentaires
    Link Des doutes vis-à-vis des biocarburants


  12. Reprise de l'aide au Niger: La Commission décaisse 25 millions d'euros
    2011-07-20
    Catégorie(s) : Archives, Environnement, Efficacité Aide, Développement rural

    La Commission européenne a décaissé un montant de 25 millions d'euros en faveur de la République Niger. Ce versement est le premier paiement en appui budgétaire depuis l'investiture en avril 2011 du nouveau président, M. Mahamadou Issoufou, et depuis la reprise totale de la coopération de l'UE avec le Niger le 20 juin dernier. Les fonds permettront au gouvernement de renforcer la lutte contre la pauvreté, notamment en mettant l'accent sur les secteurs sociaux (l'éducation et santé). Le commissaire européen chargé du développement, M. Andris Piebalgs, a dit: « Ce paiement concrétise la reprise totale de notre coopération avec le Niger. Il témoigne de notre confiance dans le nouveau gouvernement, et de notre engagement à ses côtés pour la lutte contre la pauvreté, le soutien aux populations les plus vulnérables, et l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement ».

    Le décaissement des fonds fait suite à une analyse approfondie des conditions d'éligibilité à l'appui budgétaire: stabilité macroéconomique, politique cohérente et durable de lutte contre la pauvreté et amélioration de la gestion des finances publiques. Les progrès très encourageants observés dans ces trois domaines ont permis de répondre à la demande des autorités nigériennes de procéder au paiement au plus vite.

    Une partie de ce décaissement (10 millions d'euros) est également lié à des conditions spécifiques dans le domaine de l'éducation. En les évaluant, la Commission européenne a constaté le travail important accompli par le gouvernement pour préparer le plan d'action pour la poursuite de "L'Initiative Qualité" dans le domaine de l'éducation. Le Président Mahamadou Issoufou vise en effet une scolarisation obligatoire et gratuite pour tous jusqu'à l'âge de 16 ans. Il s'est engagé à consacrer un quart des ressources budgétaires à l'école pendant les cinq prochaines années, pour permettre notamment la construction de 2500 nouvelles classes et la formation de 2500 enseignants supplémentaires chaque année.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link L'UE rétablit sa coopération avec le Niger
    Link Coopération de l'UE avec le Niger


  13. La FAO et l'UE luttent contre l'abattage illégal au Ghana
    2011-07-20
    Catégorie(s) : Environnement

    L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Union européenne (UE) ont collaboré avec le gouvernement pour lutter contre l'abattage illégal au Ghana. Dans ce but, l'UE soutient le programme FLEGT (application des réglementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux) pour les pays d'Afrique des Caraïbes et du Pacifique, avec un montant de 10 000 euros. Ce montant doit renforcer les capacités des communautés vivant à la lisière des forêts dans le Sud du Ghana, le but étant de mettre un terme à l'abattage illégal, a révélé le représentant de la FAO au Ghana, M. Musa Saihou Mbenga.

    Ce projet sera mis en œuvre par le FORIG (Institut de recherche forestière du Ghana). L'UE soutient également le Bureau du programme forestier Afrique de l'Ouest du WWF avec un autre montant de 10 000 euros, destiné à faciliter le respect de FLEGT et de la Due Diligence Regulation au Ghana, au Libéria et en Sierra Leone, a-t-il ajouté. Prenant la parole à la cérémonie de signature des deux nouveaux projets à Accra, le mercredi 13 juillet, M. Mbenga a expliqué que le programme de soutien FLEGT pour les pays ACP est une initiative de quatre ans, financée par la Commission de l'UE et mise en œuvre par la FAO. […]

    De son côté, le chef de la délégation de l'UE au Ghana, S.E Claude Maerten, a fait observer que le Ghana étant le premier pays à avoir signé l'accord de partenariat économique (APE) provisoire avec l'UE, il est important que le Ghana veille à ce que ses exportations de produits du bois vers l'UE soient certifiées. Il a ajouté que le Ghana ne serait pas autorisé à exporter des produits du bois vers l'Europe s'il n'a pas de certification avant 2012. Un représentant du ministère des ressources agraires et des ressources naturelles a annoncé que le gouvernement proposerait une politique d'approvisionnement en bois garantissant la certification de tous les produits du bois nationaux.

    Source: Ghanaian Chronicle


    Link En savoir plus
    Link Commission: FLEGT
    Link FAO: Renseignements sur FLEGT


  14. Guinée: L'UE révise les conditions d'une reprise complète de la coopération
    2011-07-20
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Développement rural

    L'Union européenne a révisé les conditions relatives à une reprise complète de la coopération de l'UE avec la République de Guinée (doc. 12453/1/11 REV 1). Sa décision a été prise à la lumière des progrès qui ont été accomplis par la Guinée en vue du rétablissement d'un ordre constitutionnel et de la démocratisation du pays, et elle a pour effet d'assouplir les conditions auxquelles est subordonnée une reprise totale de l'aide de l'UE. À la suite du coup d'État militaire perpétré le 23 décembre 2008, l'UE avait suspendu partiellement la coopération au développement avec la Guinée. Pour accompagner le rétablissement d'un ordre constitutionnel et de la démocratie, une feuille de route avait été établie en juillet 2009 en vue d'une reprise progressive de l'aide octroyée par l'UE.

    L'UE considère que la République de Guinée a accompli des progrès importants dans la mise en œuvre de cette feuille de route, en particulier grâce à l'élection démocratique d'un nouveau président et à la mise en place d'un gouvernement civil. La décision qui a été prise aujourd'hui tient compte de ces importants jalons et facilite une reprise complète de la coopération. Par conséquent, les documents relatifs à la programmation pourront être signés une fois que les autorités guinéennes auront adopté un calendrier électoral conduisant à la tenue d'élections législatives avant la fin de 2011. Les préparatifs en vue de l'élaboration de nouveaux programmes seront également lancés et des fonds seront mis à disposition pour les services sociaux de base. La coopération reprendra pleinement lorsque la Guinée aura organisé des élections législatives libres et transparentes. […]

    Le Commissaire européen chargé du développement, M. Andris Piebalgs, a déclaré : "J'ai rencontré le Président Alpha Condé le 6 mai 2011 et je lui ai assuré que l'UE restait aux côtés de la Guinée pour l'aider à mener la transition politique à son terme et pour remettre le pays sur la voie de la stabilité et de la croissance économique. À la suite des progrès importants réalisés par la Guinée dans la mise en œuvre de la feuille de route pour un retour à l'ordre constitutionnel et la mise en place d'un régime démocratique, l'UE a déjà partiellement repris la coopération et a mobilisé des fonds de secours supplémentaires d'un montant de 40 millions d'euros. La décision qui a été prise aujourd'hui permet de reprendre plus rapidement une coopération totale. Des fonds destinés aux services sociaux seront donc mis à la disposition du pays dès que les autorités guinéennes auront adopté un calendrier détaillé prévoyant la tenue d'élections législatives avant la fin de l'année. Les fonds restants destinés à la gouvernance, aux transports et à d'autres secteurs seront mis à disposition après la tenue des élections législatives."

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Coopération de l'UE avec la Guinée
    Link Andris Piebalgs s'est rendu en Côte d'Ivoire et en Guinée


  15. Reprise de la coopération au développement avec la Guinée Bissau
    2011-07-19
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le Conseil a clôturé lundi les consultations qui avaient été engagées avec la République de Guinée Bissau conformément à l'article 96 de l'accord de Cotonou et a établi une feuille de route en vue de reprendre progressivement la coopération au développement avec ce pays (doc. 12515/11). Cette feuille de route prévoit que les progrès réalisés par la Guinée Bissau dans le processus de réforme se traduiront par une reprise progressive de l'aide au développement accordée par l'UE.

    L'UE considère que la mutinerie du 1er avril 2010 et la nomination ultérieure de ses principaux instigateurs à des positions de la haute hiérarchie militaire constituent une violation particulièrement grave et évidente des éléments essentiels de l'accord de Cotonou. En application de l'article 96 de l'accord, l'UE a donc décidé de suspendre provisoirement certains volets de sa coopération au développement avec la Guinée-Bissau et a entamé des consultations politiques, qui ont eu lieu à Bruxelles le 29 mars 2011.

    Lors de cette réunion, les autorités de la Guinée-Bissau ont présenté une série d'engagements visant, de manière progressive, à assurer la primauté du pouvoir civil, à améliorer la gouvernance démocratique, à garantir le respect de l'ordre constitutionnel et de l'État de droit, et à lutter contre l'impunité et la criminalité organisée. "Je suis encouragée par les engagements pris par les autorités de la Guinée Bissau et j'espère que des réformes efficaces seront engagées. Nous sommes conscients des efforts importants qui restent à accomplir et nous sommes convaincus que la détermination politique de nos partenaires leur permettra de surmonter les défis auxquels ils sont confrontés, en particulier en ce qui concerne la réforme des forces armées et le renouvellement de la hiérarchie militaire. L'UE n'hésitera pas à prendre les mesures nécessaires à l'égard de ceux qui pourraient faire obstacle aux réformes, se livrer à des activités illicites ou constituer une menace pour la paix et la stabilité dans le pays", a déclaré Mme Catherine Ashton, Haute Représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

    La Haute Représentante a assuré les autorités civiles démocratiquement légitimées du soutien de l'UE dans les efforts qu'elles déploieront en vue de faire avancer le processus de réforme, notamment la réforme du secteur de la sécurité. "Depuis l'ouverture des consultations, l'UE a continué d'apporter une aide substantielle à la population, et elle continuera à agir en ce sens. Aujourd'hui, la décision de l'UE ouvre la voie à une reprise progressive de l'aide au développement, en fonction des progrès concrets qui seront réalisés par la Guinée Bissau dans la mise en œuvre de ses engagements. La première série d'actions est en bonne voie. Cela devrait nous permettre de reprendre la coopération dans les secteurs de l'énergie et du transport routier au cours des prochains mois. Une aide plus conséquente, comprenant notamment un appui budgétaire, devrait être mise à disposition à un stade ultérieur, dans l'attente de réformes structurelles dans le secteur de la sécurité et de l'adoption de mesures crédibles visant à lutter contre l'impunité et la criminalité organisée", a déclaré M. Andris Piebalgs, membre de la Commission européenne chargé du développement.


    Link En savoir plus
    Link Lire la feuille de route
    Link Coopération de l'UE avec la Guinée Bissau


  16. Futur partenariat ACP-UE: Piebalgs suggère un temps de réflexion
    2011-07-19
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Au cours d'une réunion avec la commission de développement du Parlement européen, le commissaire chargé du développement, Andris Piebalgs, a évoqué d’un ton sceptique le partenariat entre les ACP et l'UE après 2020. « Nous avons besoin d'un débat politique approfondi avec nos partenaires », a-t-il déclaré, tout en ajoutant que les pays ACP devraient eux aussi réfléchir activement au partenariat ACP-UE. Nous ne voulons pas que le plus petit dénominateur commun du groupe des ACP détermine nos relations », a souligné Piebalgs, en pointant tout particulièrement les questions relatives aux droits humains et à la gouvernance. Il s'est dit déçu de ce que la Commission n'a pas été capable de progresser sur ces questions dans les négociations avec les pays ACP. La Commission européenne publiera cet automne ses nouvelles perspectives politiques en matière de développement et se concentrera plus fortement sur les droits humains et la bonne gouvernance.

    Les MPE ont fait bon accueil aux propositions relatives au nouveau budget de développement dans le cadre financier pluriannuel 2014-2020. Le président Nirj Deva a déclaré que les propositions de la Commission représentent une « augmentation considérable » des fonds de développement dans une période de contraintes financières tant pour le Fonds de développement européen (FDE) que pour l'Instrument de coopération au développement (ICD). Le commissaire Piebalgs a ajouté que la Commission cherchait à faire preuve d'humilité, mais aussi d'ambition. « J'essaie de formuler une proposition qui reste acceptable pour les pays membres », a-t-il déclaré.

    Dans le futur, les MPE espèrent qu'un accord entre le Conseil et la Commission européenne sera trouvé et donnera plus d'autonomie à la Commission dans la prise de décisions, tout en faisant l’objet d’un contrôle attentif du Parlement. Cela permettrait à la Commission de réagir rapidement aux évolutions dans les pays partenaires. Cependant, les représentants des États membres ont récemment recommandé au Conseil de ne pas approuver cette proposition.

    Source: CTA


    Link Que se passe-t-il quand Cotonou expire ?
    Link ECDPM: l'évolution des relations ACP-UE
    Link Re-écoutez le débat au Parlement


  17. Éviter toute réduction du budget agricole
    2011-07-19
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le financement de l'agriculture doit être maintenu aux niveaux de 2013 en termes réels, ont déclaré les députés de la commission de l'agriculture du PE au cours d'un débat organisé, lundi, avec le commissaire Dacian Cioloş, sur le cadre financier pluriannuel de l'UE pour 2014-2020. Après avoir pris connaissance, le 29 juin dernier, de la proposition de la Commission concernant le prochain cadre financier pluriannuel (CFP), les membres de la commission de l'agriculture ont demandé à M. Cioloş de fournir plus de précisions sur la réduction envisagée pour le budget de l'agriculture.

    "Il s'agit d'une diminution en termes réels" a déclaré Paolo de Castro (S&D, IT), président de la commission de l'agriculture, s'interrogeant sur les conséquences de cette proposition sur les projets ambitieux de la politique agricole commune (PAC) après 2013. Les députés ont adopté, le 23 juin, une résolution demandant de maintenir le budget à long terme de l'agriculture au moins aux niveaux de 2013. "Le Parlement s'est exprimé très clairement sur la question, s'opposant à toute diminution des ressources financières dans le cadre de la PAC" qui "doit protéger les intérêts de dix millions d'agriculteurs mais également de tous les citoyens de l'Union européenne" a indiqué M. de Castro.

    "La balle est dans le camp du Conseil et du Parlement" a affirmé M. Cioloş, précisant devant les députés que le nouveau CFP était basé sur un gel du financement de la PAC aux niveaux de 2013. La Commission a prévu de nouvelles ressources financières pour l'agriculture, tirées de différentes rubriques, notamment un montant de 2,8 milliards d'euros issus du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation. De plus, nous avons prévu un éventail de programmes de recherche et d'innovation entièrement financés par l'UE, représentant 5,1 milliards d'euros, clairement destiné au secteur de l'agriculture".  "Cela nous fait un montant total de 435,5 milliards d'euros pour le secteur agricole" a affirmé le commissaire.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Commission: Le budget 2014-2020
    Link Commission: la PAC après 2013


  18. ADLE: L'UE doit s'impliquer plus au Sahel
    2011-07-19
    Catégorie(s) : Développement rural

    Le groupe ADLE a organisé un séminaire cette semaine pour examiner les problèmes persistants dans la région du Sahel et d'identifier le rôle que l'Union européenne doit jouer, alors même que le service d'action extérieur planche sur la stratégie à développer et renforcer dans cette région.   Le Sahel, marqué par le sous-développement et le terrorisme, est d'un intérêt géostratégique crucial. Pour l'UE, le Sahel est l'extension de son voisinage du sud, pas seulement quelque chose de lointain. Charles Goerens (Parti Démocratique, Luxembourg), explique que  "Il faut  se méfier des idées reçues et des recettes simplistes alors que la situation  du Sahel est des plus complexes: relever  le double défi de sécurité , au plan du terrorisme et en matière alimentaire. Les retombées de la crise libyenne avec son lot de réfugiés n´ont  fait qu´aggraver la situation. Une carte à jouer - promouvoir la dimension régionale et dégager d´urgence des réponses pour pallier à l´absence d´Etat malien dans la région des Touaregs !" Et de conclure "La région possède des richesses et de grandes potentialités ainsi que la capacité d´innovation de tous ses acteurs." Marielle de Sarnez (Modem, France) ajoute,  "Ainsi, on ne peut pas imaginer un développement sans sécurité mais surtout il n'y aura pas de sécurité sans développement. L'Europe doit donc être encore plus présente pour développer des perspectives économiques et sociales. Il s'agit là d'éléments fondamentaux pour que la région retrouve la paix et la stabilité."

    Source: ADLE


    Link En savoir plus
    Link Conclusion du conseil sur la stratégie pour Sahel
    Link L'eurodéputé Charles Goerens


  19. La présidence polonaise veut promouvoir la production de biomasse
    2011-07-19
    Catégorie(s) : Environnement, Développement rural

    Lors d’une conférence d’experts agricoles le 16 juillet en Pologne, la présidence polonaise a fait part de ses plans d’atteindre une production de biomasse plus importante pour obtenir de l’électricité. Les plans visent à produire des agrocarburants et du biogaz, mais aussi de donner des revenus additionnels aux agriculteurs et d’avancer vers les objectifs climatiques de l’UE. A cet effet, la Pologne veut introduire la biomasse dans la PAC et dans la nouvelle politique de cohésion. Cependant, les Etats membres ne se sont pas tous mis d’accord, ce qui laisse aux Conseil de l’agriculture tenu le 19 juillet des aspects à débattre.

    Les plans de la présidence prévoient que la production de biomasse se fasse localement. « Nous pensons que l’énergie renouvelable en général ne devrait pas être développée selon le modèle des grandes entreprises énergétiques. Des petits investisseurs locaux doivent être prioritaires » a dit Kazimierz Zmuda, le directeur adjoint du département des marchés agricoles du ministre agricole polonais à Europolitics. Il a ajouté que « les imports et même le transport intra-européen de biomasse de plus de 50 km n’est pas la bonne approche. » Où possible, la biomasse devraient être produit localement.

    Source: CTA/Europolitics


    Link En savoir plus
    Link Commission: Plan d'action sur la biomasse
    Link Conseil de l'agriculture: Note d'information


  20. La Commission publie le rapport annuel sur le développement
    2011-07-18
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Pendant la réunion des ministres de développement de l’UE en Pologne, la Commission européenne a publié le rapport sur le développement et l’assistance extérieur 2011. Le rapport confirmé que la Commission et un des plus grands bailleurs de fonds dans le monde dont les engagements et les financements excèdent €11 milliard. Les priorités pour l’année 2010 étaient de continuer d’assurer le progrès des objectifs de développement du millénaire et d’aider les pays en voie de développement de confronter l’impact de la récession mondiale et l’instabilité des prix alimentaires. L’intention des aides de l’UE étaient d’empêcher que le progrès se termine en raison de la crise et de consolider ce qui a été atteint.

    Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Lire le rapport
    Link Commission: DG DEVCO


  21. Réunion informelle des ministres du développement
    2011-07-18
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Dans le cadre de la présidence polonaise, les 14-15 juillet derniers s’est tenu à Sopot (Pologne) un Conseil informel des ministres de la Coopération au développement des Etats membres de l’UE. La réunion a été présidée, au nom du Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Catherine Ashton, par Krzysztof Stanowski, sous-secrétaire d’Etat en charge de la coopération au développement au ministère des Affaires étrangères polonais.  Andris Piebalgs, le commissaire européen au développement, a également participé à ce Conseil. Les ministres ont débattu de la forme des instruments financiers de la politique extérieure de l’UE après 2013, de la stratégie de développement pour les régions d’Asie centrale et du Pacifique, de la programmation conjointe ainsi que des préparatifs au IVe Forum de haut niveau sur l’efficacité de l’aide qui se tiendra du 29 novembre au 1er décembre à Busan (Corée du Sud).

    La première session a été consacrée à la future architecture des instruments financiers.Elle a eu pour point de départ la proposition de budget de l’UE pour les années 2014-2020, présentée par la CE le 29 juin dernier. La Commission a notamment proposé d’augmenter les moyens mis à disposition pour l’action extérieure de 57 à 70 milliards d’euros durant la période 2014-2020. Les discussions dans le cadre de la seconde session se sont focalisées sur la stratégie de développement pour l’Asie centrale et la région du Pacifique. […] Cette session a été l’occasion de procéder à un échange d’opinions sur la future coopération dans la région du Pacifique, plus particulièrement en ce qui concerne les engagements de l’UE en matière de lutte contre les effets des changements climatiques. […]

    Le Conseil s’est terminé par une session consacrée aux préparatifs au IVe Forum de haut niveau sur l’efficacité de l’aide. Le IVe Forum à Busan (Corée du Sud) sera le plus important événement consacré au développement au cours de la présidence polonaise. La réunion des ministres à Sopot avait pour objectif la continuation des discussions sur la forme de la position commune de l’UE à présenter lors du Forum.

    Source: Présidence polonaise


    Link En savoir plus
    Link Commission: Rapport annuel sur le développement
    Link Forum sur l'efficacité de l'aide à Busan


  22. Nouveaux accords de pêche avec Seychelles et São Tomé and Príncipe
    2011-07-18
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Le Conseil des Ministres a approuvé deux nouveaux accords de partenariat avec les Seychelles et São Tomé et Príncipe. Les accords permettent à des chalutiers européens de pêché jusqu’à 7000 tonnes par an dans les eaux de São Tomé et 52000 tonnes par an dans les eaux des Seychelles jusqu’en 2014. L’UE promet de compenser les gouvernements avec 65€ par tonne, les pêcheurs y ajoutent encore 35€ par tonne. Au mois de juin, le Parlement européen avait déjà donné son feu vert à ces deux accords. L’UE est actuellement en train de préparer un nouvel accord avec le Cap Verde d’un volume de 5000 tonnes par an et a ouvert des négociations pour un accord avec le Gabon.

    Source: Conseil des Ministres/CTA


    Link En savoir plus
    Link Le Parlement donne son feu vert
    Link L'accord avec Cap Verde



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

 

Webmaster: André Feldhof (feldhof@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1