Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Octobre 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 283]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 283]
Date d'envoi: 2011-07-29 18:35:18
Publication #: 95
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.

  1. Briefing de Bruxelles: Les leviers de la transformation rurale en Afrique
  2. Notre invité vidéo: Howarth Bouis, HarvestPlus
  3. Nouveau financement de jeunes chercheurs du monde entier
  4. Anfaco conteste l'examen du pacte de l'UE avec les États du Pacifique
  5. Réunion d'urgence de la FAO sur la crise de la sécheresse dans la Corne de l'Afrique
  6. Rassemblement pour l'anniversaire de la reconnaissance du droit à l'eau
  7. Accord de partenariat volontaire entre l'UE et le Liberia
  8. Pêche: Signature du partenariat entre l’UE et le Cap-Vert
  9. La CE et la BID collaborent au développement des Caraïbes
  10. Le Guyana met à profit l'APE
  11. Rapport annuel 2010 de la CTB
  12. Un projet d'adaptation au changement climatique de €11,4 millions pour le Pacifique
  13. République dominicaine : exportations de bananes paralysées
  14. État d'alerte suite à des épidémies de choléra aux Caraïbes et en Afrique
  15. UE : pas d’expédition de déchets nucléaires vers les pays ACP
  16. Le Royaume-Uni suspend son aide financière au gouvernement du Malawi
  17. La BAD et le Danemark: Vers un Fonds de l'énergie durable pour l'Afrique
  18. Des députés au Soudan du Sud pour évaluer la situation humanitaire
  19. Livre vert sur la promotion des saveurs de l'Europe
  20. L'UE annonce une nouvelle aide humanitaire aux victimes de la sécheresse
  21. Afrique: Premier fonds de microfinance en faveur d'une agriculture durable
  22. Côte d'Ivoire: l'UE lance cinq programmes pour la relance économique
  23. L'avenir de l'Afrique occidentale se décide à Bruxelles
  24. Ouganda: nouveau contrat de Sh 7 milliards de l'UE


  1. Briefing de Bruxelles: Les leviers de la transformation rurale en Afrique
    2011-07-29
    Catégorie(s) : Archives, Environnement, Développement rural

    Le prochain Briefing de Bruxelles sur le développement aura lieu le 14 Septembre 2011 et sera organisée en partenariat avec l’Agence de Planification et de Coordination du NEPAD. Nous aborderons les principaux défis induits dans les processus de transformation rurale en partageant des perspectives différentes sur les processus de transformation rurale dans différents continents. Nous traiterons ensuite de l'emploi rural et des marchés de travail ruraux nécessaires pour créer de la croissance et du développement économique. Parmi les intervenants, nous sommes heureux d’accueillir entre autres le PDG du NEPAD, Dr. Ibrahim Assane Mayaki, le Prof. Peter Hazell de la School of Oriental and African Studies (SOAS) à Londres, Paul Dorosh du International Food Policy Research Institute (IFPRI) et Paul Barera, du Rwanda Telecentre Network (RTN).


    Link En savoir plus
    Link Briefings précédents
    Link Notes politiques du CTA


  2. Notre invité vidéo: Howarth Bouis, HarvestPlus
    2011-07-29
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Développement rural

    En sa qualité de directeur de HarvestPlus, Howarth Bouis coordonne une action interdisciplinaire au niveau mondial visant à produire et à diffuser les cultures alimentaires de base riches en micronutriments dans le but de réduire la famine cachée parmi les populations souffrant de malnutrition. Dans notre interview, Mr Bouis nous présente le concept d'HarvestPlus.


    Link Regarder la vidéo
    Link HarvestPlus
    Link Briefing Sécurité nutritionnelle dans les pays ACP


  3. Nouveau financement de jeunes chercheurs du monde entier
    2011-07-29
    Catégorie(s) : Archives, Commerce ACP-UE

    Le Conseil européen de la recherche (CER) a lancé son cinquième appel à propositions pour les ‘subventions de démarrage du CER’, qui cible de jeunes chercheurs de talent de toutes nationalités qui travaillent - ou envisagent de travailler - dans des institutions d'accueil en Europe. Ouvert à tous les domaines de la recherche, y compris les sciences sociales et humaines, il aidera de nouveaux talents à mettre en œuvre des idées innovantes aux frontières de la connaissance. Le budget total de cet appel s'élève à 730 millions d'euros, ce qui représente une augmentation d'un peu plus de 10% par rapport à l'an passé. L'appel financera 500 à 600 chercheurs de talent.

    Source: Conseil européen de la recherche


    Link En savoir plus
    Link Conseil européenne de la recherche
    Link UE: FP7


  4. Anfaco conteste l'examen du pacte de l'UE avec les États du Pacifique
    2011-07-29
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Commerce ACP-UE

    Anfaco, l'Association nationale des fabricants de conserves de poissons et de fruits de mer, a exprimé son mécontentement à l'égard de l'équipe de consultants sélectionnés par la Commission européenne (CE) pour examiner les accords que l'Union européenne (UE) a conclus avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée et Fidji. L'Association estime qu'il y a « conflit d'intérêt » étant donné que les experts choisis pour cette tâche ont des liens avec l'Agence des pêches du forum (FFA), un organisme chargé de conseiller la gestion de la pêche dans l'océan Pacifique.

    Pour Anfaco, la FFA a toujours adopté une attitude 'belligérante' à l'égard des entreprises thonières en Europe. Elle comprend l'Australie, Fidji, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et les îles Salomon. Anfaco conteste la « neutralité et l'objectivité » de l'équipe d'experts et demande donc instamment à la CE de « rectifier ce conflit d'intérêt, grave et évident ». Elle estime en outre que l'Accord d'association et de collaboration du Pacifique porte gravement atteinte aux intérêts de la Communauté et profite à la Papouasie-Nouvelle-Guinée. L'industrie thonière de la Papouasie prévoit de produire environ 1 330 tonnes de thon par jour dans les deux prochaines années. Si cela se vérifie, elle pourrait devenir le nouveau leader mondial de la production de thon en 2013 tout en nuisant gravement aux 67 conserveries de Galice et à leurs 12 000 salariés.

    Source: fis.com


    Link En savoir plus
    Link Anfaco [ES]
    Link Les accord de l'UE avec Fidji et PNG


  5. Réunion d'urgence de la FAO sur la crise de la sécheresse dans la Corne de l'Afrique
    2011-07-29
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Efficacité Aide

    Dans les douze prochains mois, 1,1 milliard d'euros seront nécessaires pour mettre un terme à la famine dans la Corne de l'Afrique, a déclaré le directeur général de la FAO, Jacques Diouf, au cours d’une réunion d'urgence qui se tenait à Rome, le lundi 25 juillet. Pendant la réunion, la Banque mondiale a accepté de débourser 348 millions d'euros en faveur des populations pauvres de la Corne de l'Afrique, et l'Allemagne et les Pays-Bas ont à nouveau augmenté leur aide d'urgence, respectivement de 15 millions d'euros et de 6,5 millions d'euros. La République tchèque contribue 5 million CZK (210,000 euros). L’UE a déclaré mercredi d’augmenter encore son aide humanitaire pour la Somalie de 27,8 million d’euros, menant l'aide de l'UE à 158 millions d'euros.

    La FAO a souligné que l’argent était nécessaire non seulement comme aide alimentaire d'urgence, mais aussi pour éviter qu’une nouvelle sécheresse ne se produise. « Si nous voulons éviter de nouvelles famines et crises d'insécurité alimentaire dans la région, les pays et la communauté internationale doivent soutenir de toute urgence le secteur agricole et accélérer les investissements dans le développement rural », a déclaré Diouf.

    L'organisation internationale de développement Oxfam insiste sur la nécessité non seulement de relancer la production agricole en Afrique, mais aussi d'améliorer l'accès des populations aux biens agricoles. Avant la réunion, Oxfam a critiqué les États européens, qui ont volontairement ignoré la crise de la sécheresse dans la Corne de l'Afrique.

    Source: CTA/FAO


    Link En savoir plus
    Link L'UE augmente son aide de 27,8 million EUR
    Link La présidence polonaise et l'UE coopèrent en Afrique


  6. Rassemblement pour l'anniversaire de la reconnaissance du droit à l'eau
    2011-07-28
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Environnement

    Une dizaine de membres d'associations internationales ont mené jeudi midi une action symbolique dans le centre de Bruxelles, distribuant de l'eau aux passants, à l'occasion du premier anniversaire de la résolution votée par l'Assemblée générale des Nations Unies reconnaissant l'accès à l'eau potable et son assainissement comme un droit de l'homme. Les associations déplorent cependant le manque de mise en oeuvre concrète de ce droit.

    Source: levif.rnews.be


    Link En savoir plus
    Link Somalie: La faim dû au manque d'eau [DE]
    Link Briefing: L'eau que nous mangeons


  7. Accord de partenariat volontaire entre l'UE et le Liberia
    2011-07-28
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le 27 juillet 2011,  Monsieur l'Ambassadeur Jan Tombiński, Représentant permanent auprès de l'Union européenne, qui représente la présidence du Conseil de l'UE, Madame Comfort Swengbe, Chargé d'affaires du Libéria à Bruxelles et Luis Riera, négociateur principal représentant la Commission européenne ont signé à Bruxelles un accord de partenariat volontaire entre l'Union européenne et le Liberia concernant l'application des règlementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux de bois et produits dérivés vers l'Union européenne.

    La forêt tropicale couvre près de 45% du territoire du Liberia -  quelque 4,3 millions d'hectares – . Plus de la moitié de toute la forêt tropicale qui reste en Afrique de l'Ouest se trouve dans ce pays. Les négociations ont débuté en mars 2009 et ont duré plus de deux ans. Plusieurs partenaires du côté du Liberia ont été impliqués, dont des ministères et agences gouvernementales, des représentants de la société, du milieu des affaires et des représentants des collectivités territoriales. L’accord de partenariat volontaire a pour objectif de renforcer la gouvernance et l'application de la réglementation forestière et, à travers un système de licences, d'obtenir la certitude que le bois a été produit en conformité avec la loi. Cela prouve l'engagement du gouvernement du Liberia pour responsabiliser et assurer la transparence dans ce secteur.

    Source: Présidence polonaise


    Link En savoir plus
    Link Commission: FLEGT
    Link Coopération de l'UE avec le Liberia


  8. Pêche: Signature du partenariat entre l’UE et le Cap-Vert
    2011-07-28
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Le 27 juillet 2011, le Ministre conseiller Karolina Ostrzyniewska, Représentant permanent adjoint de la Pologne auprès de l’Union européenne à Bruxelles, représentant la présidence au Conseil de l’UE et S.E. Mme Maria de Jesus Veiga Miranda Mascarenhas , Ambassadeur de la République du Cap-Vert à Bruxelles, ont signé à Bruxelles le nouveau Protocole fixant les possibilités de pêche et la contrepartie financière prévues parl'accord de partenariat dans le secteur de la pêche.

    Dans le cadre de ces accords, l’UE assure aux Etats tiers un soutien technique et financier au développement de leur secteur de la pêche, en obtenant en contrepartie l’accès à l’excédent des ressources dans leurs Zones Economiques Exclusives. Le nouveau protocole a été signé pour une période de trois ans. Il prévoit une contribution de 435 000 euros par an pour le secteur de la pêche.

    Source: Présidence polonaise


    Link En savoir plus
    Link Commission: L'accord avec le Cap-Vert
    Link Suivre la procédure législative


  9. La CE et la BID collaborent au développement des Caraïbes
    2011-07-28
    Catégorie(s) : Environnement, Développement rural

    La Commission européenne (CE) et la Banque interaméricaine de Développement (BID) ont signé un accord-cadre visant à accroître la coopération entre les deux institutions en ce qui concerne le développement économique et social de l’Amérique latine et des Caraïbes. Il s'agit du tout premier accord-cadre signé par la Commission et une banque de développement régionale. Le président de la BID, Luis Alberto Moreno, et le directeur général de la DG Développement et Coopération - EuropeAid, Fokion Fotiadis, ont signé le document qui contribuera à renforcer la collaboration dans des domaines tels que le changement climatique, l’efficacité énergétique, l'éducation et le logement.

    Ce nouvel accord-cadre est conclu dans le contexte du protocole d'accord signé entre le président Moreno et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, le 19 novembre 2007. Le protocole d'accord a défini plusieurs domaines de priorités communes : la cohésion sociale et la réduction de la pauvreté ; l'intégration régionale et le développement du commerce ; l'énergie renouvelable et l’efficacité énergétique ; le changement climatique ; et la collaboration en matière d’informations statistiques. Le nouvel accord fixera les lignes directrices qui permettront de déterminer quelles ressources de la Commission européenne seront gérées par la BID.

    Lors de la cérémonie de signature, le président Moreno a déclaré : « La BID se félicite d'élargir la collaboration entre la Commission européenne et la banque en tant que partenaires clés du développement de l'Amérique latine et des Caraïbes. Nous espérons que l'accord-cadre augmentera le flux des ressources de la Commission européenne vers la BID et viendra compléter d'autres efforts de mobilisation des ressources, au bénéfice des populations d'Amérique latine et des Caraïbes. »

    Le directeur général Fotiadis a déclaré : « Cet accord est le résultat fructueux de notre collaboration en constante amélioration en Amérique latine et dans les Caraïbes. Il signifie que dans le futur, la Commission européenne et la Banque interaméricaine de Développement pourront contribuer encore davantage à réduire la pauvreté dans les pays en développement. Nous avons déjà travaillé ensemble de manière constructive sur plusieurs projets. J'espère que cet accord aboutira à une collaboration encore plus étroite ».

    Source: BID


    Link En savoir plus
    Link Etude: la culture dans l'accord de l'APE
    Link Lire le texte de l'accord


  10. Le Guyana met à profit l'APE
    2011-07-28
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    En dépit des réserves qu’elle avait formulées dans le passé, le Guyana est un des premiers pays du Forum des Caraïbes (CARIFORUM) à avoir mis en place la législation nécessaire pour mettre à profit l'accord de partenariat économique (APE) que les pays de la région ont signé avec l'Union européenne en 2008.

    « Le gouvernement guyanais prend très au sérieux les accords internationaux qu'il signe, et l'APE ne fait pas exception à la règle. En dépit de nos réserves, nous avons signé, et il n'est donc pas étonnant que le Guyana soit l'un des premiers pays à prendre toutes les dispositions législatives nécessaires à la mise en œuvre de l'accord », a déclaré la ministre des affaires étrangères, Carolyn Rodrigues-Birkett, pendant une consultation de deux jours sur l'accord CARIFORUM - UE.

    D’après une déclaration du gouvernement, la consultation a mis l'accent sur les services commerciaux en ce qui concerne la fourniture transfrontalière de services, la présence temporaire de personnes physiques à des fins commerciales et les règles sectorielles. La consultation ouvrira la voie non seulement à une sensibilisation accrue du public, mais aussi à une participation politique et technique de la société civile.

    Source: Antigua Observer


    Link En savoir plus
    Link Commerce UE-Guyana
    Link Délégation de l'UE au Guyana


  11. Rapport annuel 2010 de la CTB
    2011-07-27
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Pour la troisième année consécutive, la CTB a rédigé son rapport annuel sous la forme d’un reporting développement durable, selon les lignes directrices de la Global Reporting Initiative (GRI). Nous souhaitons ainsi communiquer de façon claire sur la durabilité de nos activités.

    En 2010, le Comité d'aide au développement de l'OCDE a publié son « examen par les pairs » de la Coopération belge. Ce rapport indique que la CTB est devenue une organisation respectée tant en Belgique qu'à l'étranger, qui jouit d'une bonne réputation en ce qui concerne ses compétences, son professionnalisme et sa transparence financière. Aboutissement de dix années de travail acharné consécutif à la grande réforme de 1999, cette évaluation globalement positive constitue un bel incitant.

    En 2010 sont apparus les premiers signes des profondes mutations qui se profilent une nouvelle fois dans le secteur de l'aide. La prolifération d'acteurs, la diversification d'instruments et la multiplication d'objectifs auront, elles aussi, un impact sur la Coopération belge et la CTB dans les années à venir. Mais l'évaluation positive faite par l'OCDE nous conforte dans notre conviction que nous possédons l'énergie et la capacité d'adaptation suffisantes pour pouvoir relever ces nouveaux défis en compagnie de nos donneurs d'ordre et nos partenaires.

    Source: CTB


    Link En savoir plus
    Link Agence belge de développement
    Link Portail du gouvernement belge


  12. Un projet d'adaptation au changement climatique de €11,4 millions pour le Pacifique
    2011-07-27
    Catégorie(s) : Environnement

    Les petits États insulaires du Pacifique les plus vulnérables aux impacts du changement climatique bénéficieront d'un nouveau projet d'adaptation au changement climatique d'un montant de 11,4 millions d'euros, financé par l'UE et mis en œuvre par le secrétariat de la Communauté du Pacifique (CPS) pendant les quatre prochaines années, a annoncé le CPS.

    Intitulé ‘Accroître l'adaptation aux changements climatiques des États insulaires du Pacifique par le biais de l'Alliance mondiale contre le changement climatique’, le projet soutiendra les gouvernements des îles Cook, de Kiribati, des îles Marshall, de la Micronésie, de Nauru, Niue, Palau, Tonga et Tuvalu dans leurs efforts pour lutter contre les effets néfastes du changement climatique. Il favorisera l'élaboration de stratégies à long terme et de méthodes de planification de l'adaptation et ouvrira la voie à un acheminement plus efficace et plus coordonné de l'aide visant à lutter contre le changement climatique au niveau national et régional.

    Le projet aidera les pays à élaborer des stratégies et des programmes d'investissement plus détaillés en réponse au changement climatique et à les intégrer dans des cadres nationaux généraux de réaction au changement climatique. De plus, le projet aidera les pays à déterminer, concevoir et mettre en œuvre des activités pratiques d'adaptation au changement climatique, conformes aux priorités qu’ils ont définies. Au moins un projet d'adaptation concret sera mis en œuvre dans chacun des neuf pays.

    Au niveau régional, le projet renforcera les capacités des organisations régionales clés à fournir aux pays des services scientifiques, techniques et d'information liés au changement climatique, et il renforcera les mécanismes régionaux afin de mieux coordonner les flux de financement du changement climatique dans le Pacifique.

    Source: Secrétariat de la communauté pacifique


    Link En savoir plus
    Link Secrétariat de la communauté du Pacifique
    Link UE: Des projet sur le climat dans le Pacifique


  13. République dominicaine : exportations de bananes paralysées
    2011-07-27
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Les exportations de bananes de la République dominicaine sont bloquées parce que le président Leonel Fernandez a privatisé le port de Manzanillo et que la Atlantic Port Corporation empêche les producteurs de bananes d'utiliser le quai pour exporter leur production. Les associations de producteurs et d'exportateurs de bananes de Montecristeños (Asexbam) et les cultivateurs nationaux de bananes ont déclaré que les cultivateurs de bananes sont interdits d'exportation. Ils affirment que le port a été militarisé par l’Atlantic Port Corporation, ce qui explique pourquoi les exportateurs ne peuvent accéder au quai.

    L'ASEXBAM s'oppose à la privatisation du port parce qu'il n'a pas été tenu compte des producteurs de bananes au moment d'accorder la concession, a déclaré Ramon Faña, président du syndicat. « Puisque nous sommes ceux qui créons de l’emploi et qui avons travaillé pendant plus de 50 ans dans la production de bananes et de bananes plantains, pourquoi ne tient-on pas compte de nous et pourquoi faut-il céder le port à un groupe d'entrepreneurs qui possède la province de Santiago et veut à présent voler la seule chose qui appartient à la Linea Noreste ? », s’interroge Faña. L'opération de Leonel affecte les producteurs de bananes dans une région qui dépend de cette seule production. Cette opération est un autre élément qui menace le succès de Danilo Medina et du Parti pour la libération dominicaine (PLD) aux prochaines élections.

    Source: freshplaza.com


    Link En savoir plus
    Link Statistique de commerce UE-Dominica
    Link Coopération de l'UE avec la Dominique


  14. État d'alerte suite à des épidémies de choléra aux Caraïbes et en Afrique
    2011-07-27
    Catégorie(s) : Archives

    Aujourd’hui, les responsables de la santé de l'Union européenne (UE) ont averti les voyageurs d'un risque de contracter le choléra en République dominicaine, un pôle d'attraction touristique, alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) fait état de 271 victimes le long du fleuve Congo en Afrique, dues à l'épidémie de choléra. Dans un rapport publié aujourd'hui mais daté de juin 2011, le Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (CEPCM) affirme que le choléra devient endémique en République dominicaine. Le pays partage l'île d'Hispaniola avec Haïti, qui est aux prises avec une importante épidémie de choléra depuis octobre 2010.

    Le CEPCM ajoute que le choléra s'est propagé depuis Haïti pour toucher la République dominicaine en novembre dernier, cette dernière ayant enregistré 5 367 cas suspects et 46 décès à la mi-juin. Il précise que 1 727 cas ont été confirmés. « En dépit des efforts intenses déployés en réponse à l'épidémie par les ministres de la santé de Haïti et de la République dominicaine et par les travailleurs humanitaires, le choléra devient endémique dans les deux pays », affirme le rapport. « On s'attend à de nouvelles poussées de l'épidémie, en particulier pendant la saison des pluies » (avril à juin et octobre-novembre).

    Deux touristes européennes, une Anglaise de 69 ans et une Allemande de 60 ans, ont contracté le choléra en mai, alors qu'elles séjournaient dans un hôtel de Punta Cana, en République dominicaine, lit-on dans le rapport. Ce sont les premiers cas en lien avec la République dominicaine à avoir été signalés par des États membres de l'UE depuis le début de l'épidémie. Les sources d’infection n'ont pu être déterminées, et il pourrait s’agir aussi bien d'eau que d’aliments.

    Source: Centre for Infectuous Disease Research & Policy


    Link En savoir plus
    Link Des informations supplémentaires
    Link Centre européen pour le contrôle des maladies


  15. UE : pas d’expédition de déchets nucléaires vers les pays ACP
    2011-07-27
    Catégorie(s) : Environnement, Commerce ACP-UE

    L'Union européenne s'engage pour la première fois pour un stockage définitif de ses déchets nucléaires. Les chefs de gouvernement ont adopté la directive relative à la gestion du combustible usé et des déchets radioactifs « pour éviter d'imposer des charges excessives aux futures générations ». […] La directive entrera en vigueur au plus tard en septembre de cette année. Les États membres ont deux ans pour transposer ses dispositions dans leur législation nationale. D'ici 2015, les gouvernements devront présenter leurs premiers programmes nationaux à la Commission européenne, l'organe exécutif de l'UE, qui les examinera et pourra exiger des changements. […]

    Dans sa clause la plus controversée, la nouvelle loi autorise l'exportation de déchets nucléaires vers des pays en dehors de l'UE […], mais uniquement dans des conditions strictes et contraignantes. Le pays tiers doit disposer d'un centre de stockage définitif en couche géologique profonde, en service au moment de l'expédition des déchets. Actuellement, des centres de ce type n'existent nulle part dans le monde et aucun n'est en cours de construction en dehors de l'Union européenne. Il faut au moins 40 ans pour concevoir et construire un centre de stockage en couche géologique profonde, a déclaré aujourd'hui la Commission dans une déclaration sur l'adoption de la nouvelle directive. En vertu de la législation européenne existante sur l'expédition de combustibles usés et de déchets radioactifs, l'exportation vers des pays d'Afrique, du Pacifique et des Caraïbes, ainsi que l'Antarctique, est explicitement exclue.

    Source: ens-newswire.com


    Link En savoir plus
    Link Déchets nucléaires: Des doutes persistent
    Link Lire la directive du Conseil


  16. Le Royaume-Uni suspend son aide financière au gouvernement du Malawi
    2011-07-26
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le Malawi ne recevra plus d'appui budgétaire général du gouvernement britannique, a annoncé aujourd'hui Andrew Mitchell. Un appui budgétaire général est utilisé pour permettre à des gouvernements de mettre en œuvre leurs propres stratégies nationales de réduction de la pauvreté conformément à un ensemble d'objectifs approuvés. Aujourd'hui, cet appui est suspendu indéfiniment. Le Secrétaire chargé du développement a pris cette décision après que le gouvernement du Malawi ait refusé à plusieurs reprises de répondre aux préoccupations britanniques concernant la gestion économique et la gouvernance.

    Dans le domaine de la gouvernance, les manifestations ont été interdites, les organisations de la société civile ont fait l'objet d'intimidations, et un projet de loi a été adopté qui permettra au gouvernement d'imposer plus facilement des restrictions aux opposants sans recours juridique. Dans le domaine économique, le Royaume-Uni est préoccupé par le fait que le taux de change surévalué du Malawi a créé une pénurie chronique de devises étrangères, ce qui a un sérieux impact sur la capacité du secteur privé malawien à stimuler une croissance future. Jour après jour, les gens font la file pour se procurer du carburant, les exportations de tabac se sont détériorées et le Malawi accuse un retard concernant son programme du Fonds monétaire international (FMI). La décision répond aux inquiétudes internationales à propos de la situation actuelle du Malawi.

    La Banque mondiale, l'Union européenne, la Banque africaine de développement, l’Allemagne et la Norvège ont toutes suspendu ou mis un terme à leur appui budgétaire général au Malawi.

    Source: DFID


    Link En savoir plus
    Link La France condamne la violence
    Link Délégation de l'UE au Malawi


  17. La BAD et le Danemark: Vers un Fonds de l'énergie durable pour l'Afrique
    2011-07-26
    Catégorie(s) : Archives, Environnement

    Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 15 juillet 2011, un accord de coopération technique avec le gouvernement du Danemark portant création d’un fonds d’énergie renouvelable pour l’Afrique (SEFA), pour le renforcement des capacités et les investissements dans les énergies renouvelables, sur une période cinq ans. Le budget du fonds est établi à 300 millions de DKK, soit l’équivalent de 57 millions de dollars. L’objectif de ce Fonds est de renforcer les capacités techniques et de financer le soutien à la fourniture d’énergies durables aux PME en Afrique. Le SEFA vise à promouvoir l’objectif global de création d’emplois et de croissance économique. La proposition de création du Fonds d’énergie durable pour l’Afrique démontre le ferme engagement du gouvernement danois au soutien aux pays membres régionaux de la Banque en cherchant à relever les grands défis du développement sur la voie de la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement d’ici 2015.

    Source:  BAD


    Link En savoir plus
    Link Le ministère d'Etat du Danemark
    Link Le financement du SEFA


  18. Des députés au Soudan du Sud pour évaluer la situation humanitaire
    2011-07-26
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Développement rural

    Une délégation du PE, composée de Niccolò Rinaldi (ADLE, IT) et de Patrice Tirolien (S&D, FR), s'est rendue au Soudan du Sud, du 19 au 21 juillet. Les eurodéputés se sont félicités de l'octroi de 200 millions d'euros destinés à soutenir le Programme de développement pour 2011-2013, élaboré par le gouvernement, qui couvre notamment l'éducation, la santé, l'agriculture, la sécurité alimentaire et la gouvernance démocratique. […]

    Au cours d'échanges de vues avec les autorités soudanaises – notamment avec le président du parlement du Soudan du Sud – et les donateurs internationaux, la délégation du Parlement européen a pu se rendre compte des efforts consentis par le pays et la communauté internationale pour assurer le respect des principes démocratiques, le développement économique du pays et une coopération étroite avec son voisin, le Soudan. […]

    "Pour l'Union européenne, et en particulier pour le Parlement européen, il est essentiel d'aider le Soudan du Sud à bâtir une société inclusive et démocratique" a déclaré M. Rinaldi. La délégation s'est félicitée de l'octroi d'une aide de 200 millions d'euros destinée à soutenir le gouvernement dans la mise en œuvre de son Programme de développement pour 2011-2013, qui couvre notamment l'éducation, la santé, l'agriculture, la sécurité alimentaire et la gouvernance démocratique.  Un rapport sur cette mission sera présenté et examiné par la commission du développement après la pause estivale.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Les pays de l'UE reconnaissent le Sud-Soudan
    Link L'UE aux députés sudanais: Forts contre la corruption!


  19. Livre vert sur la promotion des saveurs de l'Europe
    2011-07-26
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural

    La Commission européenne a lancé débat sur l'avenir des programmes de promotion et d'information relatifs aux produits agricoles de l'UE. En publiant un livre vert consacré à ce thème, la Commission étudie comment définir les contours d'une stratégie plus ciblée et plus ambitieuse pour l'avenir, qui permettra aux consommateurs – tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'UE – de se faire une idée plus précise de la qualité, des traditions et de la valeur ajoutée des produits agricoles et alimentaires européens.

    Lors de la présentation du livre vert à Bruxelles, Dacian Cioloș, membre de la Commission européenne chargé de l'agriculture et du développement rural, s'est exprimé en ces termes: «Pour protéger la santé de nos consommateurs, les agriculteurs européens doivent respecter des règles plus strictes que celles imposées à leurs concurrents du reste du monde en ce qui concerne la sécurité alimentaire, les conditions environnementales et le bien‑être des animaux. L'industrie agroalimentaire européenne a besoin d'une politique de promotion ambitieuse et efficace qui mette en exergue la valeur ajoutée du secteur. Il est également important pour l'emploi et la croissance en Europe que le secteur agroalimentaire de l'UE puisse améliorer sa position sur les marchés traditionnels et émergents. Nous devons donc examiner le meilleur moyen d'adapter nos programmes à cette fin.»

    Le document pose une série de questions pluridimensionnelles et invite toutes les parties intéressées (consommateurs, producteurs, distributeurs et autorités publiques) à formuler des observations et des suggestions d'ici le 30 septembre 2011. La Commission s'inspirera de ces réponses pour établir une communication qui sera publiée l'année prochaine et devrait ensuite donner lieu à des propositions législatives.

    Le livre vert est divisé en quatre parties: la valeur ajoutée européenne de la politique d'information et de promotion; les objectifs et les mesures relatifs au marché intérieur de l'UE, y compris les marchés locaux et régionaux; les objectifs et les mesures relatifs aux marchés mondiaux; et les questions plus vastes sur le contenu et la gestion de cette politique. Les diverses questions posées, 16 au total, présentent différents aspects et propositions visant à susciter des réponses. Ainsi, il est notamment demandé de préciser les besoins spécifiques en matière d'information et de promotion, tant sur le marché de l'Union européenne que sur le marché externe, et les priorités qu'il conviendrait de fixer. Une autre question porte sur les programmes plurinationaux et les mesures qui pourraient être prises pour encourager les programmes à plus forte dimension européenne.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Participer à la consultation
    Link Agriculture européenne et les pays ACP


  20. L'UE annonce une nouvelle aide humanitaire aux victimes de la sécheresse
    2011-07-25
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Efficacité Aide

    Kristalina Georgieva, commissaire européenne responsable de l’aide humanitaire, a annoncé, le premier jour de sa visite au Kenya, une nouvelle aide humanitaire aux victimes de la faim et de la sécheresse. La Commission va débloquer une aide immédiate de 27,8 millions €, qui s’ajoutera aux 70 millions € déjà affectés à la région cette année, pour lutter contre la dégradation de la situation humanitaire dans la Corne de l’Afrique.

    Mme Georgieva a visité le camp de réfugiés de Dadaab, où elle est allée à la rencontre de familles contraintes de quitter la Somalie en raison de la famine causée par des décennies de conflit et par la pire sécheresse de ces 60 dernières années. La sécheresse et le déplacement massif de populations dans la Corne de l’Afrique, qui s’ajoutent aux prix élevés des denrées alimentaires et à des ressources en voie de raréfaction, ont provoqué la plus grande crise humanitaire du monde. Environ 11 millions de personnes vulnérables sont à présent concernées.

    «Cette crise sans précédent dans la Corne de l’Afrique appelle une réponse sans précédent», a déclaré la commissaire avant son départ. «C’est la raison pour laquelle, en plus de la nouvelle aide de 27,8 millions € annoncée aujourd'hui, j'ai engagé un processus visant à mobiliser 60 millions € supplémentaires afin d’alléger les souffrances de tant de personnes, ce qui portera notre aide à près de 158 millions €». Et d’ajouter: «Les Européens ont répondu avec générosité face à cette crise mais la situation s'aggrave, en particulier en Somalie. À Dadaab, plus de 400 000 personnes vivent dans des camps prévus pour accueillir 90 000 réfugiés. Chaque jour, plus de 3 000 Somaliens affluent des frontières du pays vers l’Éthiopie et le Kenya, en quête de nourriture et de sécurité». […]

    La nouvelle enveloppe d'aide fournira un soutien alimentaire et nutritionnelaux ménages les plus vulnérables. Une assistance est également prévue pour préserver la santé animale et protéger le bétail au Kenya, en Éthiopie, en Somalie et à Djibouti.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Réunion d'urgence de la FAO
    Link La Commissaire Georgieva au Kenya


  21. Afrique: Premier fonds de microfinance en faveur d'une agriculture durable
    2011-07-25
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Développement rural

    La Banque européenne d’investissement, conjointement avec l’Agence française de développement et un consortium d’institutions de développement, d’investisseurs sociaux et d’organismes de microfinance, ont lancé le Fonds européen de financement solidaire pour l’Afrique (FEFISOL), le premier instrument de microfinancement rural spécialisé dans l’appui au commerce équitable et aux petites entreprises de production biologique en Afrique. Doté d’une enveloppe de 15 millions d’EUR, le Fonds répondra aux besoins aigus de microfinancement des ménages ruraux pauvres et contribuera à financer des investissements agricoles de petite dimension sur l’ensemble du territoire africain.

    Trois investisseurs sociaux, forts d’une expérience de plus de 25 ans dans la collaboration avec des organismes de microfinance, des coopératives et des petites entreprises agricoles dans les pays émergents, fourniront au Fonds un soutien spécialisé. Ces acteurs sont Solidarité internationale pour le développement et l’investissement (SIDI), une association française de développement qui gérera le Fonds, l’institution belge de développement Alterfin et l’organisme italien Etimos. Le FEFISOL, dont le capital devrait doubler d’ici à 2013, appuiera des institutions de microfinance qui aident des ménages pauvres dans des zones rurales dépourvues des canaux conventionnels de crédit. La microfinance rurale permettra de soutenir des activités rémunératrices et de réduire la dépendance à l’aide extérieure. […]

    « La microfinance est essentielle pour stimuler la croissance économique en Afrique sub­saharienne. L’initiative FEFISOL atteindra des populations rurales isolées, permettra aux petites entreprises de se développer et peu à peu de réduire la pauvreté », a dit Marie­-Hélène Loison, responsable du département de capital-investissement de PROPARCO, filiale de l’AFD dédiée au financement du secteur privé. […]

    FEFISOL financera des institutions de microfinance et des organisations de producteurs sur le continent africain en devise locale. Les organismes africains de microfinance bénéficieront d’un prêt bonifié accordé par l’AFD qui absorbera les pertes de change sur les devises locales. Il appuiera spécifiquement des organisations de producteurs actives dans les domaines du commerce équitable et des produits biologiques, ce qui contribuera à stimuler la qualité et le développement de leurs activités à long terme, notamment par l’accès à de nouveaux créneaux de marché. SOS Faim et le Réseau africain de microfinance prêteront leur concours, aux côtés d’organisations spécialisées dans le commerce équitable implantées en Afrique.

    Source: BEI


    Link En savoir plus
    Link Le Luxembourg s'engage pour la microfinance
    Link AFD


  22. Côte d'Ivoire: l'UE lance cinq programmes pour la relance économique
    2011-07-25
    Catégorie(s) : Archives, Développement rural

    L’Union européenne a adopté cinq programmes pour un montant total de 125 millions d'euros en faveur de la Côte d'Ivoire. Ces programmes sont destinés à soutenir les domaines de la formation professionnelle, de la santé, du transport, de la bonne gestion des ressources publiques ainsi que le renforcement des organisations de la société civile.

    M. Andris Piebalgs, Commissaire européen chargé du développement a déclaré à cette occasion : « Comme je m'y suis engagé auprès du Président Ouattara lors de ma visite à Abidjan le 6 mai dernier, l'Union européenne est et restera un partenaire de premier plan pour soutenir les efforts de relance économique et de réconciliation nationale engagés par les autorités ivoiriennes. Notre soutien répond aux priorités définies par les autorités ivoiriennes pour lesquelles l'UE peut avoir une valeur ajoutée rapide."

    Les cinq projets adoptés seront financés par le 10ème Fonds européen de développement. Ils comprennent:

    • Un appui au secteur des transports (70 millions €) qui permettra de renforcer l'entretien du réseau routier et de réhabiliter l'axe le plus dégradé du pays qui relie la Côte d'Ivoire au Ghana, contribuant ainsi à la fluidité du commerce national et régional.

    • Un soutien à la relance de la formation professionnelle et à l'insertion des jeunes, par le développement de formations orientées vers l'emploi (25 millions €). Plusieurs centres de formation professionnelle seront réhabilités et équipés.

    • Un programme de redynamisation du secteur de la santé, visant à améliorer les soins de santé de base et à optimiser l'accès des populations les plus démunies aux médicaments essentiels (15 millions ).

    • Un programme d'appui à la gouvernance financière et institutionnelle, notamment par l'amélioration de l'appareil statistique ainsi qu'à la réforme du système budgétaire ivoirien visant à l'orienter sur les résultats (11 millions €).

    • Un programme de soutien aux organisations de la société civile, principalement celles de femmes et de jeunes (4 millions €). Ce programme contribuera à l'amélioration de la participation citoyenne à l'enracinement de la démocratie, y compris au niveau local ainsi que dans le processus de réconciliation nationale.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Résolution 1975 de l'ONU sur la Côté d'Ivoire
    Link Délégation de l'UE en Côté d'Ivoire


  23. L'avenir de l'Afrique occidentale se décide à Bruxelles
    2011-07-25
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Commerce ACP-UE, Développement rural

    Dans un vote décisif sur le futur de l'agriculture européenne le mois dernier, les parlementaires européens ont envoyé des messages contradictoires aux décideurs. Ils ont reconnu que rendre la politique agricole commune plus orientée vers le marché ‘a fait ses preuves’ mais ont continué en défendant une production fondée sur des primes qui faussent le commerce, comme celles octroyées aux cultivateurs de coton.

    Les parlementaires européens décrivent un scénario dans lequel il n'y a ‘pas d'alternative’ aux coûteuses formes de production existantes lorsque des subventions qui faussent le commerce doivent exister. Mais il est difficile à notre époque d'imaginer que ‘l'impossible’ n'est pas possible. La technologie se développant à la vitesse de l’éclair, comment peut-il ‘ne pas y avoir d'alternative’ à quelque chose, et qui plus est, à de meilleures semences et un meilleur sol ?

    Suggérer que les agriculteurs européens ont besoin qu'on leur dise ce qu'ils doivent planter et être payés pour cela parce qu'ils n'ont ‘pas d'autre alternative’ non seulement les abêtit mais signifie aussi que les agriculteurs pauvres des pays en développement n'ont pas une chance équitable de tirer des revenus décents de leur production. […]

    Heureusement, le Parlement européen n'est pas la seule institution à imposer des règles. Le gouvernement britannique a encore une chance de démontrer que la suppression des subventions du coton est un ‘objectif clé’ en Europe, comme ils disent. Jusqu'à présent, cependant, rien n'indique que la ministre de l'agriculture, Caroline Spelman, convaincra un quelconque de ses homologues européens. L'avenir des cultivateurs de coton d''Afrique de l'Ouest semble peu réjouissant.

    Source: Fair Trade Foundation


    Link En savoir plus
    Link Fondation du commerce équitable
    Link CEDEAO


  24. Ouganda: nouveau contrat de Sh 7 milliards de l'UE
    2011-07-25
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Les cultivateurs de café de la Ankole Coffee Producers Cooperative Union, ont décroché un contrat de fourniture de plus de 1 000 tonnes de café à l'Union européenne (UE) et à l'Afrique du Sud. Cette transaction intervient à un moment où le pays est confronté à une baisse des recettes en devises étrangères, due à une diminution des recettes d'exportation.

    John Nuwagaba, directeur général de l'Union, a déclaré que les agriculteurs gagneraient environ sh 7,2 milliards (2 milliards d'euros) cette saison s'ils fournissent le café demandé. Nuwagaba a précisé que les pays de l'UE concernés sont l'Espagne, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et l'Allemagne. Il craint cependant que les agriculteurs ne réussissent pas à cultiver les quantités requises parce qu'ils sont désorganisés et que les surfaces dévolues à la culture du café ont diminué en raison de la verticilliose, une maladie qui frappe les caféiers.

    Son inquiétude n'a rien d'irréaliste étant donné que la culture et la livraison de quantités contractuelles ont toujours posé de gros problèmes aux exportateurs locaux. À leur tour, ces problèmes ont d'énormes répercussions sur les recettes d'exportation de l'Ouganda. Le haut responsable a précisé que les pays intéressés, outre le fait qu'ils sont très stricts sur la qualité, veulent également du café bio, non contaminé.

    Source: New Vision


    Link En savoir plus
    Link Commerce Ouganda-UE
    Link Délégation de l'UE en Ouganda




===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

 

Webmaster: André Feldhof (feldhof@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2009 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1