Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Octobre 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 290]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 290]
Date d'envoi: 2011-09-16 20:19:38
Publication #: 102
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Principaux évènements pour la semaine du 19/09 au 25/09/2011
  2. Gestion des pêches : le SPC appelle à l’unité régionale
  3. La CAE veut commercer au-delà de l’Union européenne
  4. 1,5 million de tonnes de bananes transitent chaque année par Anvers
  5. Jamaïque : démarrage d’un projet de production de lait de chèvre financé par l’UE
  6. Des règles plus strictes pour les émissions autres que celles de CO2
  7. Famine dans la Corne de l'Afrique: intervention d'urgence
  8. Le CDE soutien les programmes de la Banque de développement
  9. Un déclin important dans la dépendance des pays pauvres de l’aide
  10. Le Royaume-Uni aide les pays les plus pauvres à faire entendre leur voix
  11. 14 millions de dollars pour le Pacifique contre le changement climatique
  12. Visite du Commissaire européen au commerce en Afrique du Sud et en Namibie
  13. L’aide au développement bénéficie les entreprises des pays donateurs
  14. Aide humanitaire pour la Corne de l'Afrique, le Soudan et le Soudan du Sud
  15. Bruxelles « pourrait économiser 4 milliards d'aides au développement »
  16. Le miel OGM interdit en Europe
  17. Lesotho: L'UE donne une aide de 15 millions d'euros pour l'accès à l'eau
  18. Réunion informelle des ministres de l’agriculture et de la pêche


  1. Principaux évènements pour la semaine du 19/09 au 25/09/2011
    2011-09-16
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique alimentaire, Politique ACP-UE

    Parlement européen
    -19/22 septembre : Commissions au Parlement européen
    Conseil des Ministres
    -19/20 septembre : Conseil de l’agriculture et de la pêche
    -19/20 septembre : Conseil sur le transport, la télécommunication et l’énergie (informel)
    -19-25 septembre : Conseil des affaires générales
    Commission européenne
    -21 septembre : Rencontre hebdomadaire du collège
    Groupe ACP
    -20 septembre : Bureau du Comité des ambassadeurs

    Vous pouvez également lire notre quotidien anglais « CTA Brussels Daily » (alimenté par Twitter) et nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.


    Link Parlement européen
    Link Commission européenne
    Link Secrétariat ACP


  2. Gestion des pêches : le SPC appelle à l’unité régionale
    2011-09-16
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Le Dr Jimmie Rodgers, directeur général du Secrétariat de la Communauté du Pacifique (SPC), a appelé à préserver l’unité régionale sur la question de la gestion des pêches. Il a souligné l’importance d’établir des relations mutuellement bénéfiques et gagnant-gagnant entre les industries de pêche européenne, asiatique, américaine et la région toute entière.

    Il a indiqué que trois pays du Pacifique menaient déjà des négociations bilatérales avec l’Union européenne, ce qui montre la nécessité de maintenir certaines positions communes, notamment entre les Etats insulaires adhérant à l’Accord de Nauru.

    Lors de la réunion des dirigeants des pays ACP du Pacifique à Auckland cette semaine, les négociations avec l’Union européenne (UE) se sont avérées difficiles compte tenu des divergences régionales sur le rôle du Secrétariat ACP et du Secrétariat du Forum des îles du Pacifique. Les négociations sur les règles d’origine permettant l’approvisionnement mondial de poissons frais et congelés constituent l’objectif prioritaire de certains Etats du Pacifique, alors que les principaux acteurs, tels que la Papouasie-Nouvelle-Guinée, souhaitent maintenir leurs exportations vers l’Europe.

    Faute d’un accord inclusif régional, Port Moresby a signé et ratifié un accord de partenariat économique provisoire avec l’Europe. La Commission européenne et le gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée examinent à présent les conséquences d’un approvisionnement mondial durable dans le cadre de cet accord.

    Toujours est-il que les pays ACP du Pacifique pourraient ne pas souhaiter renégocier les concessions d’approvisionnement basées sur les règles d’origine accordées par l’UE, selon Islands Business.

    Source: fis.com


    Link En savoir plus
    Link SPC
    Link Commission: DG Pêche


  3. La CAE veut commercer au-delà de l’Union européenne
    2011-09-16
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    La Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE) et l’Union européenne (UE) ont repris les négociations lundi afin de résoudre la controverse sur le retard de la signature d’un accord de partenariat économique prévue initialement entre les deux blocs commerciaux.

    Les accords de partenariat économique (APE) entre l’UE et le groupe des pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) visent à renforcer les échanges commerciaux entre les deux blocs. Mais depuis 2007, les négociations menées entre le CAE et l’UE sont dans l’impasse. Des hauts fonctionnaires de la CAE et de l’UE se réuniront à Zanzibar (Tanzanie) du 12 au 14 septembre pour débattre et s’accorder sur une feuille de route pour guider les négociations.

    La CAE et l’UE espèrent négocier les articles en suspens de l’APE provisoire, portant notamment sur les taxes à l’exportation, la clause de la nation la plus favorisée (NPF), les règles d’origine et l’agriculture. Les secrétaires permanents des Etats membres de la CAE et des experts commerciaux se sont réunis à Arusha (Tanzanie) en juin dernier pour préparer la reprise des négociations en vue de signer l’accord final avant la fin de l’année. L’une des questions non résolues dans ces négociations est la clause NPF, qui oblige la CAE à étendre à l’UE le traitement préférentiel qu’elle accorde aux pays tiers, conformément aux accords commerciaux futurs. Les négociateurs de la CAE et des groupes de la société civile affirment que cette clause risque de compromettre gravement le commerce Sud-Sud, dans la mesure où elle constitue un frein aux négociations d’accords entre la CAE et d’autres pays en développement. […]

    L’une des autres questions en suspens est la subvention agricole accordée par l'UE à ses agriculteurs. La CEA craint que des produits agricoles fortement subventionnés inondent les marchés locaux et affectent les agriculteurs locaux dans ses Etats membres. Les membres de l'Assemblée législative est-africaine, dans une résolution adoptée en juin 2010, avaient demandé aux Etats de la CAE de suspendre la signature de l’APE jusqu'à ce que les dispositions prises dans le cadre de cet APE soient réexaminées. L'accord exigerait que le Burundi, le Kenya, le Rwanda, la Tanzanie et l'Ouganda libéralisent les tarifs douaniers sur 82,6 pour cent des importations de marchandises de l'UE d'ici à 2033, tandis que l'UE libéraliserait tous les tarifs douaniers sur les produits importés de la CAE, avec des périodes de transition pour le riz et le sucre.

    Source: IPS News


    Link En savoir plus
    Link Commerce de l'UE avec l'Afrique de l'Est
    Link Communauté de l'Afrique de l'Est


  4. 1,5 million de tonnes de bananes transitent chaque année par Anvers
    2011-09-16
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Au cours de ces dernières années, SEA-invest a beaucoup investi et s’est imposée comme l’une des figures de proue de la manutention portuaire en Europe. « Le groupe voit déjà plus loin et envisage de renforcer sa présence sur le marché. Mais l’avenir ne semble pas particulièrement radieux. L’Union européenne souhaite aujourd’hui imposer de nouvelles obligations aux importateurs ainsi que des restrictions au commerce des fruits. Face à cette situation, l’Afrique du Sud, entre autres, cherche désormais à développer ses exportations à destination du Moyen-Orient et d’autres régions du monde. Si nous ne payons pas davantage les produits importés, nous devrons définitivement nous en passer », a déclaré Johan Claes, directeur général de la BNFW.

    La banane est le produit phare de la société BNFW (Belgian New Fruit Wharf) à Anvers. La BNFW est la plaque tournante mondiale du commerce de la banane : 2 millions de tonnes de fruits (dont 1,5 million de tonnes de bananes) y transitent chaque année. Les grandes marques de bananes comme Fyffes, Chiquita, Dole, Bonita et Del Monte transitent par ce terminal fruitier cinq jours par semaine. L’emballage et la taille des bananes évoluent pour répondre à la demande des clients. « Le commerce de la banane a été exceptionnel cette année », explique Johan Claes. Les premiers mois de l’année ont été bons mais l’offre est ensuite devenue trop importante ». Il indique que les volumes expédiés vers la BNFW sont restés pratiquement stables. « Nous n’assurons pas toujours un contrôle du suivi des volumes transférés dans la mesure où ces volumes sont également expédiés vers d’autres régions du monde ».

    Source: Freshplaza


    Link En savoir plus
    Link Excédent de commerce de l'UE avec l'Afrique du Sud
    Link Partenariat de l'UE avec l'Afrique du Sud


  5. Jamaïque : démarrage d’un projet de production de lait de chèvre financé par l’UE
    2011-09-16
    Catégorie(s) : Politique alimentaire

    La campagne de promotion de la production de lait de chèvre démarrera à Knockpatrick (Manchester) le mois prochain dans le cadre d’un projet financé par l’Union européenne (UE) et mis en œuvre par deux autres agences internationales, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Institut de recherche et de développement agricole des Caraïbes (CARDI).

    « Dans le cadre de ce partenariat exceptionnel, nous avons mis en place des stages de formation à l’élevage, à l’insémination artificielle et aux services à valeur ajoutée au nom de la FAO, grâce aux fonds accordés par l’UE », a déclaré Albert Fearon, chef de l’unité de production animale du CARDI à Mandeville, au journal The Gleaner.

    « Nous pouvons traire certains animaux dès à présent, mais nous préférons terminer l’installation des infrastructures – salles de traite, cuves de stockage et reste des équipements nécessaires. La salle de traite est terminée à 65 % », a expliqué M. Fearon.

    Une fois les infrastructures mises en place, d’autres races laitières (alpines et nubiennes) seront importées des Etats-Unis afin d’améliorer les lignées. Leur arrivée est prévue à la mi-octobre.

    Source: Jamaica Gleaner


    Link En savoir plus
    Link Le lait de chèvre est l'avenir
    Link Coopération de l'UE avec la Jamaïque


  6. Des règles plus strictes pour les émissions autres que celles de CO2
    2011-09-16
    Catégorie(s) : Environnement

    Une réduction accélérée des gaz fluorés – ceux des réfrigérateurs – est nécessaire indique une résolution approuvée mercredi par les eurodéputés. La politique du climat, souvent axée sur le dioxyde de carbone, doit renforcer les mesures à l'égard d'autres émissions de gaz à effet de serre, qui peuvent s'avérer relativement peu coûteuses et rapidement efficaces.

    "L'application du règlement relatif aux gaz F est loin d'avoir répondu aux attentes" indique la résolution préparée par Richard Seeber (PPE, AT) et Theodoros Skylakakis (ADLE, GR), et approuvée par 578 voix pour, 51 voix contre et 22 abstentions.

    Selon les députés, la Commission devrait proposer de modifier les règles existantes afin de parvenir plus rapidement à la réduction des émissions d'hydrofluorocarbures (CFC) et à l'élimination des hydrochlorofluorocarbures (HCFC) qui détruisent la couche d'ozone. Ces gaz sont utilisés dans certains réfrigérateurs et systèmes de climatisation.

    Le Parlement propose également à l'Union européenne d'œuvrer en faveur d'une réduction des émissions de noir de carbone (la "suie"), notamment par le biais d'une législation sur les émissions polluantes des véhicules automobiles. L'impact des particules de suie sur l'environnement est important. Dans l'air, elles absorbent la chaleur du soleil et, au sol, elles accélèrent la fonte des neiges et des glaces.

    L'action sur les CFC et le noir de carbone pourrait débuter d'ici deux ou trois ans et être bien engagée d'ici cinq à 10 ans, indiquent les députés. Et d'ajouter que la lutte contre ces émissions serait particulièrement peu coûteuse, étant donné que le coût d'une réduction des émissions de CFC varie de 0,05 à 0,10 euro par tonne, tandis qu'il est de 13 euros pour le carbone.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Consulter la résolution
    Link Commission: DG Climat


  7. Famine dans la Corne de l'Afrique: intervention d'urgence
    2011-09-16
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives

    Une aide d'urgence doit être dégagée rapidement afin d'éviter toute nouvelle détérioration de la situation humanitaire dans la Corne de l'Afrique, indiquent les députés dans une résolution adoptée jeudi. Des fonds supplémentaires sont nécessaires pour assurer une aide alimentaire, des soins de santé, de l'eau potable et des mesures d'hygiène à 13 millions de personnes en Somalie, Éthiopie, au Kenya, Érythrée et Djibouti, touchés par les guerres et la pire famine depuis 60 ans.

    Les organisations d'aide humanitaire doivent pouvoir "accéder sans encombre aux personnes nécessiteuses", et des couloirs humanitaires doivent être ouverts "en vue de convoyer plus avant l'aide et les denrées dans les régions touchées", indique la résolution, tout en faisant observer, notamment, que le gouvernement de l'Érythrée refuse de laisser entrer l'aide humanitaire destinée à sa population.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Consulter la résolution
    Link Des aliments volés aux victimes de la sécheresse


  8. Le CDE soutien les programmes de la Banque de développement
    2011-09-16
    Catégorie(s) : Développement rural

    La Banque de développement de Saint-Kitts-et-Nevis a signé la semaine dernière un accord avec le Centre pour le développement des entreprises (CDE), une institution financée par l’Union européenne (UE), qui devrait lui permettre d’accroître sa capacité à offrir une assistance technique à sa clientèle de petites et moyennes entreprises (PME).

    Selon Lenworth Harris, Directeur général de la Banque de développement, qui a signé cet accord d’un montant de 110 000 euros au nom de la banque, il s’agit de redynamiser le secteur productif, véritable moteur d’une croissance économique attendue à Saint-Kitts-et-Nevis. M. Jean Erick Romagne, Directeur du CDE, a signé les documents relatifs à l’exécution de l’accord avant de les transmettre à M. Harris pour signature.

    « L’accord signé entre le CDE et la Banque de développement de Saint-Kitts-et-Nevis vise essentiellement à partager les coûts des activités d’assistance technique mises à la disposition de nos clients », a indiqué M. Harris. « Cela nous permettra de fournir à nos clients, existants et potentiels, une assistance technique à prix minime ».

    Le CDE va contribuer à hauteur de 74 400 euros (l’équivalent de 250 000 dollars des Caraïbes orientales). Selon M. Harris, la signature de cet accord, entré en vigueur le jeudi 1er septembre 2011, permettra de lever l’un des obstacles majeurs auxquels les PME nationales sont confrontées, à savoir le manque d’assistance technique, tant sous la forme d’expertise managériale et de services comptables, que de services-conseils et expertise.

    Source: SKN Vibes


    Link En savoir plus
    Link Coopération de l'UE avec St Christophe & Nevis
    Link CDE


  9. Un déclin important dans la dépendance des pays pauvres de l’aide
    2011-09-16
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Politique ACP-UE

    La dépendance de l’aide de 54 des pays les plus pauvres du monde à diminué d’un tiers dans la dernière décennie, selon un nouveau rapport d’ActionAid. Le rapport Real Aid 3 révèle aussi que depuis 2006 il avait un hausse dans l’aide de haute qualité – l’aide réelle – de 51 pour cent à 55 pour cent.

    Quelques des pays les plus pauvres du monde sont maintenant beaucoup moins dépendants de l’aide qu’il y a 10 ans. Le Ghana, par exemple, a réduit sa dépendance des aides extérieures de 46 pour cent à 27 pour cent, le Mozambique de 74 pour cent à 58 pour cent et Rwanda de 86 pour cent à 45 pour cent.

    Source: ActionAid


    Link En savoir plus
    Link Lire le rapport [PDF]
    Link Forum sur l'efficacité de l'aide à Busan


  10. Le Royaume-Uni aide les pays les plus pauvres à faire entendre leur voix
    2011-09-16
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE

    Le gouvernement britannique se mobilise pour rééquilibrer les négociations internationales sur le commerce et le climat à la veille de pourparlers cruciaux qui vont se tenir prochainement, a annoncé Andrew Mitchell, Secrétaire d’Etat pour le développement international.

    Le Royaume-Uni apportera des conseils et une assistance juridiques aux pays les plus pauvres et les plus vulnérables pour les aider à préparer les prochaines négociations dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique qui aura lieu à Durban.

    Le manque d’accès à l’expertise juridique ou aux ressources signifie que les pays les plus pauvres risquent d’être marginalisés dans le cadre des négociations sur leur propre avenir, ce qui rend plus difficile la conclusion d’accords internationaux et régionaux sur le commerce ou le climat.

    La nouveau Fonds de soutien (new Advocacy Fund) permettra aux pays les plus pauvres de mieux faire entendre leur voix dans les négociations de l’OMC, rejoignant ainsi les efforts entrepris par le Royaume-Uni pour parvenir à une conclusion des négociations du cycle de Doha pour le développement, qui visent à libéraliser les échanges et à promouvoir le commerce équitable dans ces pays.

    Malgré dix années de négociations, le cycle de Doha pour le développement, qui vise à libéraliser le commerce international et à étendre les bénéfices de la mondialisation aux pays en développement, pourrait ne déboucher sur aucun accord, les privant ainsi de la chance de se développer, d’améliorer les revenus locaux, de créer des emplois et de se libérer de la pauvreté.

    Source: DFID


    Link En savoir plus
    Link OMC: Le cycle de Doha
    Link Conférence sur le changement climatique


  11. 14 millions de dollars pour le Pacifique contre le changement climatique
    2011-09-16
    Catégorie(s) : Environnement

    Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a annoncé l’octroi de 17 millions de dollars NZ (soit environ 14 millions de dollars EU) supplémentaires au fonds Pacifique en faveur des projets sur le changement climatique. M. Barroso, qui a rencontré le Premier ministre néo-zélandais John Key à Auckland la semaine dernière, a également appelé à une action urgente contre le changement climatique.

    Le président de la Commission européenne a annoncé au forum qu’il mettrait les 17 millions de dollars NZ à la disposition de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et du Timor Leste pour les aider à lutter contre le changement climatique.

    Après s’être entretenu avec John Key, il a déclaré à la presse que l’Union européenne souhaitait renouveler son engagement envers la région du Pacifique, en soulignant que la solidarité de l’UE avec le Pacifique allait « croissant » et était « réelle ».

    Les deux dirigeants ont également discuté de l’économie mondiale et d’autres questions d’intérêts communs. M. Barroso a par ailleurs participé à la cérémonie d’ouverture du 42ème Forum des Iles du Pacifique mercredi à Auckland et a rencontré des dirigeants des pays du Pacifique pour discuter du rôle de l’UE dans la lutte contre le changement climatique dans la région.

    Source: Xinhua


    Link En savoir plus
    Link Affiliation ACP: Le Pacifique demande une étude
    Link Poltique du climat UE et vulnérabilité des ACP


  12. Visite du Commissaire européen au commerce en Afrique du Sud et en Namibie
    2011-09-16
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le Commissaire européen au commerce Karel De Gucht s'est rendu lundi en Afrique australe pour accélérer les négociations d’un accord commercial global entre les deux régions. Le 13 septembre en Namibie, il a rencontré le président Hifikepunye Pohamba et les principaux ministres namibiens, ainsi que des représentants du monde des affaires et de la société civile. Il s'est rendu en Afrique du Sud le 14 septembre pour rencontrer Rob Davies, le ministre sud-africain du Commerce, avant de participer le 15 septembre au Sommet UE-Afrique du Sud.

    « L’Afrique du Sud et la Namibie sont les principaux partenaires commerciaux de l’Europe et ces discussions visent à renforcer les liens déjà existants », a déclaré Karel De Gucht. « Forts d’une vision partagée et d’une approche pragmatique, nous avons pour objectif d’acheminer ces négociations vers la conclusion d’un accord mutuellement bénéfique ».

    L’Afrique du Sud et la Namibie sont en train de négocier un accord de partenariat économique (APE) global entre l’UE et la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), qui comprend également l’Angola, le Lesotho, le Swaziland et le Mozambique. En 2009, le Botswana, le Lesotho, le Swaziland et le Mozambique avaient signé un APE provisoire avec l’UE. L’Afrique du Sud a mené ses propres négociations pour conclure un accord sur le commerce, le développement et la coopération (TDCA) avec l’UE.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Le ministre allemand en Namibie
    Link Commerce: l'Afrique toujours à part


  13. L’aide au développement bénéficie les entreprises des pays donateurs
    2011-09-15
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Politique ACP-UE

    L’aide des pays les plus riches du monde continue à bénéficier des entreprises de ces mêmes pays, malgré des décennies de déclarations qui promettent de libéraliser la distribution d’aide et de donner le contrôle aux gouvernements des pays en voie de développement, selon un nouveau rapport.

    Des chercheurs estiment que 69 billions de dollars – plus que la moitié de l’assistance au développement – est dépensé tous les ans pour acheter des biens et des services pour des projets de développement. Mais beaucoup de cet argent est de l’ « aide boomerang » - des fonds qui vont aux pays en voie de développement seulement sur le papier et qui effectivement ne quittent jamais les pays donateurs.

    Source: Guardian


    Link En savoir plus
    Link Consulter le rapport [EN]
    Link EURODAD


  14. Aide humanitaire pour la Corne de l'Afrique, le Soudan et le Soudan du Sud
    2011-09-15
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Développement rural

    Le Conseil a approuvé un virement de crédits de 60 millions d'euros pour l'aide humanitaire et l'aide alimentaire dans la Corne de l'Afrique et de 40 millions d'euros pour le Soudan et le Soudan du Sud. Pour la Corne de l'Afrique (les pays concernés sont Djibouti, l'Érythrée, l'Éthiopie, le Kenya, la Somalie et l'Ouganda), 30 millions d'euros seront affectés à l'aide humanitaire et 30 millions à l'aide alimentaire, tandis que, pour le Soudan et le Soudan du Sud, 25 millions d'euros seront alloués à l'aide humanitaire et 15 millions à l'aide alimentaire.

    Ces ressources viennent s'ajouter aux 64 millions d'euros déjà engagés sur le budget de l'UE en faveur de l'assistance humanitaire pour la Corne de l'Afrique et aux 27,8 millions d'euros issus du reliquat du Fonds européen de développement qui ont été mis à disposition. Pour le Soudan et le Soudan du Sud, un montant de 100 millions d'euros en aide humanitaire a été fourni jusqu'à présent.

    Source: Conseil des Ministres

     


    Link En savoir plus [PDF]
    Link Représentante de l'UE pour le Soudan
    Link Délégation de l'UE au Soudan


  15. Bruxelles « pourrait économiser 4 milliards d'aides au développement »
    2011-09-13
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    L’UE, qui donne le plus d’aides au monde, notamment plus de 53 milliards d’euros par an aux pays en développement, pourrait économiser 4 milliards d’euros en gérant plus efficacement les subventions et prêts qu’elle attribue afin de réduire la pauvreté et atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement d’ici 2015.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Lire le rapport [PDF]
    Link La réaction de Concord au rapport


  16. Le miel OGM interdit en Europe
    2011-09-13
    Catégorie(s) : Environnement

    "Du miel amer pour le lobby des OGM", ironise la Tageszeitung en première page après l’interdiction par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) du miel contenant des traces – mêmes infimes- d’organisme génétiquement modifié. "Le jugement est une grosse gifle pour la Commission européenne qui a tout fait depuis des années pour aider l’agriculture transgénique à percer, contre la volonté des consommateurs", estime la TAZ.

    "A Bruxelles, d’autres propositions de directives sont encore dans les tiroirs. Mais avec ce jugement, la Cour de justice de l’UE leur rappelle que les choses ne sont pas ‘aussi simples que ça’, se réjouit la TAZ. Pour le quotidien, la décision va ralentir la "contamination insidieuse de notre nourriture" avec les OGM. L’importation de miel en provenance des Etats-Unis, du Canada, d’Argentine ou du Brésil, des pays qui n’ont pas de réglementation en la matière, sera désormais pratiquement impossible.

    Source: Presseurop


    Link En savoir plus
    Link Des informations supplémentaires
    Link Consulter l'arrêt


  17. Lesotho: L'UE donne une aide de 15 millions d'euros pour l'accès à l'eau
    2011-09-12
    Catégorie(s) : Archives, Politique ACP-UE

    Andris Piebalgs, commissaire européen chargé du développement, sera au Lesotho le 12 septembre prochain pour une visite de deux jours. Cette visite survient alors que le Lesotho prépare ses prochaines élections locales et législatives, tout en faisant face aux conséquences d'une grave crise budgétaire.

    M. Piebalgs annoncera également l'octroi d'une aide globale de 15 millions € qui permettra au Lesotho d'améliorer l'accès de sa population à l'eau salubre et aux services d'assainissement et de poursuivre son programme de développement.

    Au cours de sa visite, le commissaire rencontrera le Premier ministre du Lesotho, Pakalitha Mosisili, ainsi que plusieurs membres de son gouvernement, les dirigeants de divers organismes gouvernementaux et des représentants du monde diplomatique.

    À la veille de son départ, Andris Piebalgs a fait la déclaration suivante: «Le Lesotho entre dans une période cruciale, avec la tenue de deux élections au cours des six prochains mois. Le déroulement d'élections libres et équitables est la meilleure garantie offerte aux Basotho que le développement du pays sera durable et inclusif. Je plaiderai pour un approfondissement des relations entre l'UE et le Lesotho, qui seront renforcées au niveau politique par un dialogue politique régulier et ouvert sur la coopération, la gouvernance, les relations commerciales et d'autres questions d'intérêt commun.»

    Cette visite témoigne de la force du partenariat entre le Royaume du Lesotho et l'Union européenne. Les discussions avec les représentants du Lesotho porteront sur la coopération en cours, les relations politiques et la bonne gouvernance.

    La visite d'Andris Piebalgs confirme également la détermination de l'UE à aider le Lesotho à réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement, à atténuer les conséquences sociales de la crise liée au Sida et à surmonter la crise budgétaire actuelle. Dans ce contexte, le commissaire ira voir deux projets financés par l'UE:

    • l'usine pilote de traitement des eaux usées de Maseru, qu'il visitera avec Tamsyn Barton, directeur général de la BEI: ce projet offre un meilleur système d'assainissement à plus de 100 000 personnes dans la capitale Maseru et constitue un exemple réussi de montage mêlant des subventions de l'UE et un prêt de la BEI.
    • l'Alliance du secteur de l'habillement du Lesotho contre le Sida (ALAFA), qui soutient la lutte contre le virus du Sida chez les travailleurs du secteur textile. Déjà, près de 40 000 personnes sont concernées. (pour de plus amples informations, voir le MEMO/11/586 sur les deux projets).

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Coopération avec le Lesotho
    Link Briefing sur l'eau que nous mangeons


  18. Réunion informelle des ministres de l’agriculture et de la pêche
    2011-09-12
    Catégorie(s) : Politique alimentaire

    Du 11 au 13 septembre se tiendra à Wrocław une réunion informelle des ministres chargés de l’agriculture et de la pêche organisée par la présidence polonaise du Conseil de l’UE, qui sera présidée par Marek Sawicki, ministre de l’Agriculture et du Développement rural.

    Prendront part à la réunion des ministres chargés de l’agriculture et de la pêche des États membres de l’UE et de certains pays candidats à l’UE, des représentants de la Commission et du Conseil de l’UE, ainsi que des représentants des organisations agricoles.

    La réunion informelle du Conseil des  ministres chargés de l’agriculture et de la pêche est tenue une fois lors de chaque présidence. La réunion au cours de la présidence polonaise sera axée sur la promotion des produits agro-alimentaires dans l’Union européenne et sur les marchés mondiaux. La discussion sera menée dans le contexte des travaux sur « le Livre vert sur la promotion et l’information en faveur des produits agricoles » qui débutent, et son objectif sera d’élaborer une conception commune des instruments efficaces qui permettront d’utiliser au mieux les fonds prévus pour la promotion et de réaliser les objectifs cohérents de la politique de la promotion.

    La réunion informelle des ministres est aussi une opportunité de présenter l’agriculture polonaise. Les invités pourront goûter aux vins polonais et aux produits régionaux, visiter une usine de biogaz, assister à une démonstration de l’artisanat et admirer de beaux chevaux polonais. A l’occasion de la réunion informelle des ministres se tiendra également une réunion du Comité spécial Agriculture (CSA).

    Source: Présidence polonaise


    Link En savoir plus
    Link Commission: DG Agriculture
    Link Ministère polonais de l'agriculture



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

 

Rédacteur : André Feldhof (feldhof@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2011 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1