Teknoloji Haberleri Teknoloji Blogu Internet Haberleri Defterdar | Bir Bilgenin Defteri HDFilmİzle Full HD izle Türkçe Dublaj izle
Weblog du Bureau de Bruxelles
Juin 2018
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 294]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 294]
Date d'envoi: 2011-10-14 15:21:51
Publication #: 106
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Principaux évènements pour la semaine du 17/10 au 23/10/2011
  2. « Milking the Poor », nouveau rapport d’ActionAid
  3. L’Espagne renforce son soutien au bureau de la CARICOM en Haïti
  4. Le Commissaire Piebalgs présente la nouvelle politique de développement
  5. Inquiètude face à l'accaparement des terres
  6. Les prix des denrées alimentaires devraient encore monter
  7. Le Conseil des Ministres arrête sa position pour Durban
  8. Un programme d’échange étudiant en Namibie, lancé avec l’aide de l’UE
  9. Pacifique : Convention sur la conservation des ressources halieutiques
  10. L’UE irrite le gouvernement namibien
  11. Renouvellement du protocole de l’accord de pêche UE-Guinée-Bissau
  12. L’AFD déploie un milliard d’euros dans ses différentes zones d'intervention
  13. L’UE accorde 1,5 millions d'euros à un projet d'efficacité énergétique
  14. Olivier de Schutter: La réforme de la PAC doit mettre un terme au dumping
  15. La proposition de réforme de la PAC n'est pas conformes aux attentes
  16. Resserrer les mailles du filet dans la lutte contre la pêche illégale
  17. Forum sur l’investissement dans la croissance verte à Bruxelles
  18. Un programme pour prévenir la cécité dans les Caraïbes
  19. Des scientifiques condamnent la politique de l'UE sur les biocarburants
  20. Budget de l'UE 2012 : les chiffres sont disponibles
  21. Financement climatique: Les ministres de l’UE veulent progresser
  22. Une sécheresse grave au Tuvalu


  1. Principaux évènements pour la semaine du 17/10 au 23/10/2011
    2011-10-14
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique alimentaire, Politique ACP-UE

    Conseil européen
    -17/18 octobre : Réunion du Conseil européen
    Conseil des Ministres
    -20/21 octobre : Conseil de l’agriculture et de la pêche
    Groupe ACP
    -17-20 octobre : Réunion des chefs des CER ACP et des négociateurs en chefs des APE
    -20/21 : Table ronde ACP/EU/CTO ICT
    Présidence polonaise de l’UE

    - 19/20 Octobre : Congrès européen des communes rurales

    Vous pouvez également lire notre quotidien anglais « CTA Brussels Daily » (alimenté par Twitter) et nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.


    Link Parlement européen
    Link Commission européenne
    Link Conseil des Ministres


  2. « Milking the Poor », nouveau rapport d’ActionAid
    2011-10-14
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Politique alimentaire

    Le nouveau rapport de l’ONG ActionAid, intitulé « Milking the Poor », montre que les subventions laitières de l’Union européenne engendrent une concurrence déloyale pour les petits exploitants pauvres au Bangladesh, sapent les efforts d’investissement dans l’industrie laitière mais aussi la politique d’investissement de l’UE pour garantir la sécurité alimentaire dans le pays.

    Avec l’adoption d’une nouvelle réglementation, les agriculteurs bénéficiant d’aides de la PAC ne sont plus tenus de limiter leur production.

    En 2010, l’UE a exporté 378 000 tonnes de lait écrémé en poudre à destination des pays en développement – principalement en Afrique et au Moyen-Orient. Une augmentation globale de 11 % est prévue pour 2011.

    Le rapport dénonce une situation absurde dans laquelle une société (Arla Foods, qui produit notamment le beurre Lurpak et le lait en poudre DANO) bénéficie d’une part substantielle des subventions (5 milliards d’euros d’aides annuelles) que touchent les producteurs laitiers européens.

    Ces dernières années, la société a vu ses ventes de lait subventionné par l’UE s’envoler et a engrangé des profits substantiels. Il est intéressant de constater, toutefois, que le groupe Arla ne dégage un bénéfice que grâce aux subventions qu’il reçoit de l’UE.

    Source: ActionAid


    Link En savoir plus
    Link DG Agriculture: Lait et produits laitiers
    Link Commerce ACP-UE


  3. L’Espagne renforce son soutien au bureau de la CARICOM en Haïti
    2011-10-14
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Politique ACP-UE

    Le gouvernement espagnol a renforcé sa coopération avec la Communauté des Caraïbes (CARICOM) en réaffirmant son soutien aux opérations du bureau de représentation de la CARICOM en Haïti (CROH) et aux activités économiques de la communauté haïtienne.

    Dans le cadre d’un accord d’assistance technique conclu récemment entre l’Espagne et la CARICOM, le gouvernement espagnol s’est engagé à renforcer son soutien au CROH au titre du programme de coopération régionale CARICOM/Espagne.

    Des fonds octroyés par l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID), l’organe de gestion de la politique espagnole de coopération internationale, permettront de financer les opérations administratives et les activités du CROH d’octobre à décembre 2011.

    Depuis le rétablissement du CROH en 2007, l’Espagne est devenue un partenaire incontournable du développement pour aider la CARICOM à renforcer ses capacités institutionnelles et humaines.

    Le CROH est un mécanisme clé pour l’intégration d’Haïti dans le Marché économique unique de la CARICOM (CSME). A un moment où Haïti avait franchi une étape importante dans le processus d’intégration, un terrible cataclysme s’abattait sur le pays le 12 janvier 2010 – son entrée dans le marché unique était prévue à cette période. Le pays, dont les infrastructures physiques ont été entièrement détruites, a également perdu bon nombre de ses hauts fonctionnaires, y compris ceux qui étaient chargés de la mise en œuvre de l’économie unique de la CARICOM.

    Source: Caricom


    Link En savoir plus
    Link Le ministère espagnole de développement
    Link Une suggestion faite à Caricom d'arrêter l'APE


  4. Le Commissaire Piebalgs présente la nouvelle politique de développement
    2011-10-14
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique alimentaire, Politique ACP-UE

    L’Union européenne va revoir les priorités de l’aide qu’elle fournit aux pays en développement afin d’en optimiser les effets sur la réduction de la pauvreté. Le commissaire européen au développement, M. Andris Piebalgs, a présenté aujourd’hui le «programme pour le changement» de la politique de développement de l’UE et une réforme de l'utilisation de l’appui budgétaire de l’UE. Ces communications définissent une politique plus stratégique de l’UE en vue de la réduction de la pauvreté, notamment au moyen d’une attribution plus ciblée des fonds.

    Les dépenses futures de l’Union européenne devraient se concentrer sur les secteurs essentiels à une croissance inclusive et durable, viser les pays qui ont le plus besoin d’une aide extérieure et les situations où une aide peut faire la différence. [...]

    L’aide de l’UE devrait se concentrer sur les secteurs jetant les bases d’une croissance inclusive et durable, et notamment:

    • la bonne gouvernance, y compris le respect des droits de l’homme et la démocratie; l’égalité entre les hommes et les femmes, le rôle de la société civile et la lutte contre la corruption;
    • la protection sociale, la santé et l’éducation;
    • le développement d’un environnement favorable aux entreprises et l’approfondissement de l’intégration régionale;
    • l’agriculture durable et l’énergie propre, en contribuant à édifier des garde-fous contre les chocs extérieurs et à convertir les défis de la sécurité alimentaire et du changement climatique en perspectives de croissance.

    Afin de mobiliser davantage de ressources, l’UE va examiner des moyens innovants pour financer le développement, par exemple en combinant subventions et prêts.

    La Commission encouragera également l’UE et ses États membres à élaborer ensemble des stratégies et des programmes (la «programmation conjointe») et à mieux répartir la charge entre eux afin d’augmenter l’efficacité de l’aide.

    Une part importante de l’aide de l’UE est fournie sous la forme d’un appui budgétaire: transferts financiers vers les budgets des pays en développement, en combinaison avec le dialogue politique, l’évaluation des performances et le renforcement des capacités. L’approche européenne proposée par la Commission vise à renforcer l’efficacité et l’efficience de l’appui budgétaire dans le but d’atteindre des résultats grâce au renforcement des partenariats contractuels avec les pays en développement.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Lire le programme du Commissaire Piebalgs
    Link Lire la réaction de Concord


  5. Inquiètude face à l'accaparement des terres
    2011-10-14
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire

    Les organisations de la société civile et les réseaux d'agriculteurs mondiaux sont réunis à Rome cette semaine, juste avant le Comité de la semaine prochaine sur la sécurité alimentaire mondiale, pour demander aux gouvernements de cesser «la pratique désastreuse de l'accaparement des terres».

    Du 11 au 14 octobre, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) basée à Rome lance les négociations intergouvernementales sur la gouvernance foncière.

    Après six années de négociations impliquant les gouvernements, les organisations internationales et les organisations de la société civile, cette session devrait adopter des lignes directrices volontaires sur la gouvernance responsable des terres et d’autres ressources naturelles. Ces directives permettraient de protéger et de renforcer l'accès aux terres, à la pêche et aux forêts pour les peuples indigènes et les petits producteurs, en particulier les femmes.

    Source: IPS News


    Link En savoir plus
    Link Stop à l'accaparement des terres
    Link De Schutter demande des directrices générales


  6. Les prix des denrées alimentaires devraient encore monter
    2011-10-14
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire

    Selon le rapport mondial sur la faim publié lundi par les trois agences alimentaires des Nations Unies basées à Rome, la volatilité et la fermeté des prix alimentaires sont susceptible de continuer et probablement d’augmenter l'an prochain, rendant ainsi les paysans pauvres encore plus vulnérables à la pauvreté et à l'insécurité alimentaire.

    Les petits pays tributaires de leurs importations, surtout en Afrique, sont particulièrement en danger. «Beaucoup d'entre eux connaissent encore des problèmes graves issus de la crise alimentaire mondiale et les crises économiques de 2006-2008», ont déclaré l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds International de Développement Agricole (FIDA) et le Programme Alimentaire Mondial (PAM) dans la préface de l'État de l’Insécurité Alimentaire dans le Monde 2011 (SOFI).

    «La principale raison de la volatilité accrue des prix est que la production d'aliments ne peut pas rattraper la demande. Il y a une augmentation constante de la demande, principalement due à l'augmentation de la population, et aussi un changement dans le régime alimentaire de la population dans les économies émergentes qui sont en train de changer leur régime alimentaire en mangeant plus de viande et plus de céréales.», a affirmé l’économiste principal de la FAO, George Rapsomanikis.

    Source: IPS News


    Link En savoir plus
    Link FAO
    Link Lire le rapport de la FAO


  7. Le Conseil des Ministres arrête sa position pour Durban
    2011-10-14
    Catégorie(s) : Environnement

    Le 10 octobre, les ministres de l'environnement ont arrêté la position de l'UE en vue des discussions internationales cruciales sur le changement climatique qui auront lieu à Durban, en Afrique du Sud, à la fin du mois de novembre.

    L'Union européenne préconise un instrument juridiquement contraignant unique pour freiner le réchauffement de la planète. Toutefois, elle est prête à envisager une prorogation, pour une période de transition limitée, du protocole de Kyoto actuellement en vigueur, qui vient à expiration en 2012.

    Le protocole de Kyoto conclu en 1997 fixe des objectifs en matière de réduction des émissions de carbone pour les seuls pays industrialisés, alors que l'UE veut que le résultat de ces négociations engage toutes les grandes économies. Elle considère qu'une réduction des émissions de gaz à effet de serre à l'échelle planétaire est nécessaire pour prévenir les conséquences les plus graves du changement climatique.

    L'UE joue depuis longtemps un rôle de premier plan dans les efforts internationaux en matière de changement climatique. Ainsi, elle met actuellement en œuvre son engagement unilatéral de réduire, d'ici 2020, ses émissions d'au moins 20 % par rapport aux niveaux de 1990. En outre, elle a offert de porter cette réduction à 30 % d'ici 2020 dans le cadre d'un accord mondial de lutte contre le changement climatique, à condition que d'autres pays s'engagent à assumer leur part d'efforts.

    Les travaux des Nations unies à Durban - la 17ème conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) - auront lieu du 28 novembre au 9 décembre 2011.

    Source: Conseil des ministres


    Link En savoir plus
    Link Lire les conclusions du Conseil
    Link Les contributions des ministres de finance


  8. Un programme d’échange étudiant en Namibie, lancé avec l’aide de l’UE
    2011-10-14
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    L’Ecole polytechnique de Namibie a lancé un programme d’échange universitaire entre la Tanzanie, l’Ouganda, le Ghana et l’Afrique du Sud. Le programme de mobilité universitaire intra-ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) est financé par la Commission européenne à hauteur de 2,91 millions d’euros.

    Tjama Tjivikua, recteur de l’Ecole polytechnique de Namibie, a déclaré lors de la cérémonie de lancement que l’institution avait demandé le versement de la première tranche de la subvention inscrite au projet pour répondre à un appel invitant les institutions d’enseignement supérieur ACP à établir des consortiums d’universités et d’instituts de recherche. « Il s’agit d’un processus très concurrentiel, dans la mesure où toutes les institutions d’enseignement supérieur en Afrique ont forgé de solides partenariats afin d’obtenir le versement d’une première tranche de 7 millions d’euros destinée à financer la mise en œuvre de trois projets en Afrique – une demande séparée a été faite pour les régions Caraïbes et Pacifique », a-t-il déclaré.

    Source: Namibia Economist


    Link En savoir plus
    Link Programme de mobilité universitaire
    Link Ecole polytechnique de Namibie


  9. Pacifique : Convention sur la conservation des ressources halieutiques
    2011-10-14
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    L’Union européenne a ratifié la convention visant à créer une nouvelle organisation régionale de gestion de la pêche (ORGP) qui, une fois en vigueur, réglementera les activités de pêche en haute mer dans le Pacifique Sud. L’UE est la sixième partie à ratifier cette convention, après le Belize, les îles Cook, la République de Cuba, le Royaume du Danemark au nom des îles Féroé et la Nouvelle-Zélande.

    Le Pacifique Sud est l’une des rares régions maritimes qui ne soient pas encore réglementées par une ORGP pour les espèces autres que le thon. Les espèces concernées par la convention sont les poissons non-migrateurs de la région, dont les espèces pélagiques et démersales (vivant près des fonds marins), telles que le chinchard du large et l’hoplostère orange. La convention couvre une large zone, des parties les plus occidentales du Pacifique Sud aux zones économiques exclusives (ZEE) d’Amérique du Sud.

    Pour entrer en vigueur, la convention doit être ratifiée par au moins 8 partenaires, dont 3 Etats côtiers de la région et 3 pays pratiquant la pêche hauturière. L’UE souhaite accélérer le processus de ratification, notamment dans les Etats côtiers, pour permettre à l’organisation régionale de gestion de la pêche du Pacifique Sud de devenir pleinement opérationnelle dans un proche avenir. La nouvelle organisation aura pour mission d’assurer la gestion des ressources halieutiques et la protection de l’environnement marin dans cette vaste région de haute mer.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Lire la convention [PDF]
    Link Organisation de pêche dans le Pacifique Sud


  10. L’UE irrite le gouvernement namibien
    2011-10-14
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Politique ACP-UE

    Le gouvernement namibien s’est déclaré furieux d’une décision de l’Union européenne de suspendre l’accès en franchise de droits et sans contingent aux exportations de bœuf, de poisson et de raisin de table en provenance de Namibie à l’horizon 2014 si le pays ne ratifie pas un accord commercial quelque peu controversé.

    « Ce n’est pas ainsi qu’il convient d’agir », a fermement déclaré Hage Geingob, ministre namibien du Commerce et de l’Industrie, en déplacement à Washington. « Cela n’a rien à voir avec un quelconque partenariat. En fixant une date limite arbitraire, l’UE cherche à faire pression sur la Namibie pour nous amener à signer l’accord de partenariat économique », a-t-il déclaré.

    Le commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht, s’est entretenu avec des représentants du gouvernement namibien à Windhoek le 13 septembre dernier, sans dire le moindre mot sur l’ultimatum de 2014. Vendredi dernier, tout juste deux semaines après cette entrevue, l’UE a toutefois adopté une proposition visant à amender le Règlement d’Accès au Marché de 2007, qui établit les règles concernant l’importation sur le marché de l’UE des produits en provenance de 36 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique ayant négocié des Accords de partenariat économique (APE). 18 pays ACP au total doivent encore signer cet accord. La Namibie avait paraphé l’APE intérimaire à titre provisoire en décembre 2007, mais avait refusé de ratifier cet accord à moins que les problèmes de concurrence déloyale ne soient résolus.

    Source: namibian.com.na


    Link En savoir plus
    Link Le Botswana perdera son accès préférentiel
    Link Le Swaziland n'a pas ratifié l'APE


  11. Renouvellement du protocole de l’accord de pêche UE-Guinée-Bissau
    2011-10-14
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    L’Union européenne a proposé un nouveau protocole d’un an annexé à l’accord de pêche avec la Guinée-Bissau, convenu par les deux parties le 16 juin 2011.

    Ce protocole maintient les conditions du protocole actuel, c’est-à-dire des possibilités de pêche pour 4 400 tonneaux de jauge brute (TJB) pour les crevettiers, 4 400 TJB pour les chalutiers poissonniers et céphalopodiers, 23 thoniers senneurs et palangriers, et 14 navires appâteurs. La contrepartie financière de l’UE s’élève à 4 550 000 € pour le droit de pêche et à 2 950 000 € pour le soutien au secteur de la pêche en Guinée-Bissau.

    Une nouvelle clause a été ajoutée pour autoriser la suspension du protocole en cas de violation des droits de l’homme et des principes démocratiques. Cet accord de pêche autorise des bateaux principalement espagnols, portugais, italiens, grecs et français à pêcher dans les eaux de la Guinée-Bissau. Ce nouveau protocole d’un an accorde aux parties le temps nécessaire pour évaluer les perspectives d’un futur protocole de plus longue durée.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Relations de pêche avec Guinée-Bissau
    Link Interview du CTA avec Charles Goerens


  12. L’AFD déploie un milliard d’euros dans ses différentes zones d'intervention
    2011-10-13
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Environnement, Développement rural, Politique ACP-UE

    Education, santé, eau, agriculture, soutien de PME, forêts, climat, logement social : le déploiement d’un milliard d’euros en faveur de 19 projets de développement en Afrique, en Colombie, en Indonésie et en Turquie, a été décidé lors du Conseil d’administration de l’AFD qui s’est tenu le 29 septembre 2011.

    Les financements se feront sous forme de prêts, de dotations ou de subventions et concernent entre autre la Maurétanie, le Congo, la République démocratique du Congo, le Togo, le Kenya, l’Ethiopie, le Cameroun, l’Afrique centrale et l’Afrique du Sud.

    Source: AFD


    Link En savoir plus
    Link Des projets de l'AFD
    Link Atelier ACP sur le financement des PME


  13. L’UE accorde 1,5 millions d'euros à un projet d'efficacité énergétique
    2011-10-13
    Catégorie(s) : Environnement

    L'Union européenne et la Commission de la CEDEAO ont récemment signé un contrat pour le projet «Soutenir l'efficacité énergétique pour l'accès en Afrique occidentale (SCEE-WA)".

    Le projet de 2,3 millions d'euros a été présenté par le Centre régionale de la CEDEAO pour l'énergie renouvelable et efficacité énergétique (CEREEC) et ses partenaires à l'appel de la Facilité Energie ACP-UE en 2010. D'autres co-financement a été mobilisé par l'Agence de l'Environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) et l'Organisation des Nations Unies pour le développement (PNUD).

    Le projet approuvé sera mis en œuvre entre 2011 et 2014 sous la direction de CEREEC en coopération avec l'Agence autrichienne de l'énergie (AEA), les Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), les alternatives versez l'énergie, les ENERGIES RENOUVELABLES et l'Environnement (AERE) et Energia. Le projet sera géré par le Secrétariat CEREEC, basé à Praia, Cap-Vert.

    Source: CEREEC


    Link En savoir plus
    Link Facilité ACP-UE pour l'énergie
    Link ADEME


  14. Olivier de Schutter: La réforme de la PAC doit mettre un terme au dumping
    2011-10-13
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Politique alimentaire

    La PAC est une contradiction de 50 milliards d’euros à l’engagement de l’Union Européenne d’aider l’agriculture du monde en développement à se remettre d’aplomb, et elle le restera avec les plans de réforme d’aujourd’hui. Des subventions agricoles de cette ampleur engendreront toujours des distorsions, » a mis en garde Olivier De Schutter, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation, suite aux propositions de réforme de la PAC (Politique Agricole Commune) avancées par la Commission européenne.

    « Les principales victimes sont les paysans du monde en développement, qui sont évincés de leurs propres marchés par la production occidentale subventionnée. L’UE a ouvert ses portes aux exportations du monde en développement, mais cette ouverture ne sert à rien si les petits exploitants du Sud ne peuvent vendre leurs récoltes vivrières sur leurs marchés domestiques, » a souligné M. De Schutter.

    Le Rapporteur spécial a fait remarquer que dans leurs tentatives de garantir l’accès à la nourriture aux groupes de population vulnérables, les pays à faibles revenus se tournent souvent vers les importations bon marché venant de l’étranger. Mais cette démarche rend ces pays extrêmement vulnérables aux flambées des prix, tout en exerçant un puissant effet dissuasif sur les producteurs locaux. « Nous devons les aider à réussir une transition qui diminuera leur dépendance sur le long terme en reconstruisant leurs systèmes agricoles disloqués, » a-t-il dit, « nous ne devons pas les nourrir mais les aider à se nourrir eux-mêmes. »

    « L’objectif de ‘nourrir le monde’ ne peut justifier le maintien de subventions agricoles colossales en Occident. Si la production alimentaire augmente parallèlement à une plus grande marginalisation des petits paysans des pays en développement, nous perdrons la bataille contre la faim et la malnutrition. »

    Le Rapporteur spécial a applaudi les plans de la Commission européenne consistant à plafonner les paiements aux plus grandes exploitations de l’UE et à soumettre une partie des subventions à des critères environnementaux plus stricts. « Éloigner l’argent des grandes exploitations polluantes et le rediriger vers ceux qui en ont vraiment besoin est un pas dans la bonne direction, » a déclaré De Schutter. « Mais les exigences écologiques devraient sous-tendre chaque cent du contribuable, et pas un maigre 30 %. La réforme de la PAC devrait également faire davantage pour diminuer la dépendance de l’UE aux importations croissantes de soja et de maïs qui nourrissent le bétail européen en grevant les ressources naturelles du reste du monde. »

    Mais, a-t-il prévenu, le budget de la PAC est l’aspect le plus préoccupant. « Trop de deniers publics sont encore investis dans la compétitivité internationale de l’agriculture européenne – des sommes avec lesquelles le monde en développement ne peut rivaliser, » a-t-il ajouté.

    Source: Rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation


    Link En savoir plus
    Link La nouvelle politique détourne le commerce
    Link CESE: Commentaire sur la PAC


  15. La proposition de réforme de la PAC n'est pas conformes aux attentes
    2011-10-12
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Politique ACP-UE

    Longuement attendues, les propositions faites par la Commission européenne pour une refonte de la Politique agricole commune (PAC) après 2013, déçoivent les démocrates et libéraux européens car il s'agit d'un paquet hétéroclite ne garantissant pas la durabilité et la compétitivité de l'agriculture européenne.

    S'exprimant à l'issue de la présentation du paquet législatif de la Commission à la commission parlementaire de l'agriculture, George LYON (LibDem, Royaume-Uni), qui a ouvert le débat l'an dernier avec un rapport d'initiative sur la PAC après 2013, a déclaré:

    "La question clef était de concilier les exigences d'une agriculture plus compétitive et les impératifs d'un développement rural plus durable et plus efficace en matière d'émissions de carbone, et force est de constater que l'ensemble du paquet ne répond pas aux attentes.

    "Le verdissement des paiements directs tel que proposé par la Commission n'est qu'un vernissage écologique et les mesures font courir le risque réel pour les agriculteurs européens d'être moins compétitifs. Pour ne citer qu'un exemple concret, il est totalement absurde d'exiger que 7% des terres arables sois mis en jachère à des fins écologiques en ces temps de crise alimentaire et énergétique."

    "Cependant, je me réjouis vivement des propositions visant à réserver les paiements aux agriculteurs actifs et aux jeunes agriculteurs, ainsi que des mesures écologiques promises aux agriculteurs situés dans des zones aux contraintes naturelles nécessitant davantage de soutien. Je salue également la proposition d'alignement de la PAC avec la stratégie UE 2020 pour le développement rural, visant notamment la recherche et l'innovation.

    "Il y aura des préoccupations politiques et des détails à travailler sur la manière de redistribuer les paiements entre les États membres et entre les agriculteurs, notamment concernant la transition des paiements historiques vers un système basé sur la production réelle.

    "De manière générale, le paquet devra être grandement amélioré pour obtenir le soutien du Parlement."

    Source: ADLE


    Link En savoir plus
    Link S&D: La proposition paraît bien, mais ne l’est pas
    Link La Commission propose une nouvelle PAC


  16. Resserrer les mailles du filet dans la lutte contre la pêche illégale
    2011-10-12
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Entre 11 et 26 millions de tonnes de poisson sont pêchées illégalement chaque année dans le monde, soit 15 % des prises totales. Ces activités mettent en danger les stocks et abîment l'environnement : la commission parlementaire des pêches a adopté des mesures pour renforcer et mondialiser la lutte. L'Europe a une responsabilité particulière au vu de sa flotte et de la taille de son marché, le plus grand du monde.

    Les deux-tiers des océans ne relèvent d'aucune juridiction nationale, les zones économiques exclusives ne s'étendant qu'à 200 milles nautiques des côtes des Etats. De ce fait, il appartient aux grandes organisations internationales (Union européenne, Nations unies et organisations régionales) de développer une stratégie globale et commune pour préserver les ressources halieutiques et protéger l'environnement marin.

    « L'Union européenne doit faire davantage en vue de promouvoir une coopération internationale efficace pour lutter contre la pêche illégale », corrobore la Suédoise Isabella Lövin (Verts), qui prépare la position du Parlement. « Nous devons empêcher les armateurs sans scrupules de changer de pavillon pour fuir leurs responsabilités. Alors que de nombreux stocks de poissons sont déjà sérieusement menacés, la pêche illégale pourrait être la goutte d'eau qui fait déborder le vase».

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Lire le projet de rapport
    Link Interview du CTA avec Joseph Alcamo


  17. Forum sur l’investissement dans la croissance verte à Bruxelles
    2011-10-12
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Politique ACP-UE

    Le dualisme entre le profit économique et le développement durable dans les Etats des Caraïbes de l’Est était au cœur d’une conférence de deux jours à Bruxelles avec le titre « Forum sur l’investissement dans la croissance verte ». La conférence était organisée par l’ambassade des Etats des Caraïbes de l’Est à Bruxelles en coopération avec le CDE, CTA et d’autres partenaires, et a rassemblé des hommes politiques, des experts de tourisme, des agriculteurs des chercheurs et d’autres personnes intéressés.

    Les intervenants ont présenté les îles des Etats des Caraïbes de l’Est avec leur taille modérée et leur population éduquée et motivée comme une destination attractive pour des investissements européens ou américains. Situés sur une croûte géothermique et souffrant des prix élevés de pétrole, selon les intervenants, les îles Caraïbes offrent des bonnes opportunités d’investissement dans les énergies renouvelables. Si ces programmes portent fruit, ils pourraient aussi exportés vers d’autres régions dans le monde.

    Un des projets qui est actuellement mis en œuvre par l’entreprise West Indies Power Holdings, basée dans les Antilles néerlandaises, qui construit un câble de transmission électrique entre les îles de St. Kitts et Nevis. Ce câble permettra de distribuer de l’électricité générée depuis des sources géothermiques à travers les deux îles. L’entreprise vise à progressivement lier toutes les îles des Caraïbes de l’Est à travers des câbles d’électricité sous-marins.

    Mais l’énergie n’est pas le seul objet d’investissement dans les Caraïbes de l’Est. Les intervenants ont aussi fait référence à l’éco-tourisme, les industries créatives et d’autres secteurs de l’économie dans lesquels un investissement peut être très lucratif.

    Le CTA a fait plusieurs interviews vidéos avec les intervenants:

    Source: CTA


    Link En savoir plus
    Link CDE
    Link Relation de l'UE avec les Caraïbes


  18. Un programme pour prévenir la cécité dans les Caraïbes
    2011-10-12
    Catégorie(s) : Environnement

    Un programme financé par l’UE sur une période de cinq ans contribue aujourd’hui à lutter préventivement contre la cécité dans certains des pays les plus pauvres de la région caribéenne : le Guyana, Haïti, la Jamaïque et Sainte-Lucie. Cette initiative est coordonnée par Sightsavers International, une organisation non-gouvernementale basée au Royaume-Uni, en coopération avec ses partenaires des Caraïbes.

    Ce projet comprend plusieurs volets et finance toute une série de mesures, de la formation d’opticiens à la fabrication de lunettes. Dans les Caraïbes, on compte en moyenne un opticien pour 100.000 habitants, contre un opticien pour 10.000 habitants au Royaume-Uni. 74% du budget de 5.429.856 euros affecté au programme proviennent de fonds européens. Lancé en janvier 2010, ce programme entend aussi promouvoir Vision 2020, l’initiative mondiale qui vise à éradiquer les formes évitables de cécité à l’horizon 2020.

    Source: ACP-UE Courier


    Link En savoir plus
    Link Sightsavers International
    Link Commission: DG Santé


  19. Des scientifiques condamnent la politique de l'UE sur les biocarburants
    2011-10-12
    Catégorie(s) : Environnement

    Plus de 100 éminents scientifiques et économistes ont écrit à la Commission européenne pour demander que le changement indirect de l'affectation des terres (ILUC) soit pris en compte lors de l'élaboration de la politique de l'UE sur les biocarburants.

    La lettre, publié par EurActiv, suggère que le fait de donner aux biocarburants une valeur d’émission qui égale zéro – comme pratiqué par l’UE – « n’est clairement pas appuyé par les [meilleurs résultats disponibles] de la science. »

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link La feuille de route pour une économie verte critiquée
    Link Directive de l'UE sur l'énergie renouvelable


  20. Budget de l'UE 2012 : les chiffres sont disponibles
    2011-10-10
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Politique alimentaire, Politique ACP-UE

    Les chiffres définitifs du budget 2012 tels qu'amendés par la commission des budgets sont désormais disponibles. Fruit de deux jours de négociations et de votes, ces montants seront utilisés par le Parlement lors de ses négociations avec les Etats membres.

    En général, les députés ont cherché à rétablir le projet de budget proposé par la Commission, après les coupes opérées par le Conseil en juillet. La position de la commission des budgets implique une augmentation des paiements de 5,23% par rapport au budget de cette année et un accroissement des engagements de 3,95%.

    Les catégories qui connaissent les plus fortes hausses des  paiements sont la recherche et le développement (+10,35%) ainsi que la cohésion et les fonds structurels (+8,38%). […] Une autre catégorie connaît une augmentation significative : liberté, sécurité et justice (6,84%), en raison du besoin croissant de gestion des flux migratoires et de réfugiés ainsi que du renforcement de la surveillance maritime en Méditerranée.

    Les principales modifications proposées comprennent l'augmentation des dépenses pour la Palestine, la surveillance maritime en Méditerranée, la gestion des flux de réfugiés, des programmes liés à la stratégie de croissance UE 2020 tels que l'éducation et formation tout au long de la vie, un financement destiné aux producteurs de légumes et une aide au développement pour l'Asie et l'Amérique du Sud. Les économies proposées incluent 36 millions d'euros destinés à la politique étrangère et de sécurité et près de 15 millions d'euros dans le propre budget  du Parlement.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Consulter les chiffres
    Link Commission: DG Budget


  21. Financement climatique: Les ministres de l’UE veulent progresser
    2011-10-10
    Catégorie(s) : Environnement

    Le 3115ème Conseil des affaires économiques et financières, tenu à Luxembourg le 4 Octobre 2011, a adopté des conclusions sur le financement climatique, dans lesquelles le Conseil stresse le besoin de fournir en toute transparence un rapport sur le financement à mise en oeuvre rapide pour garantir la confiance entre les parties de la CCNUCC et confirme que l'UE rendra compte à Durban du degré de réalisation de son engagement.

    Le Conseil qui s’est tenu à Luxembourg le 4 Octobre 2011, a souligné le besoin de remédier aux obstacles réglementaires et mettre en place les cadres stratégiques nécessaires à la mobilisation de financements privés en faveur des mesures de lutte contre le changement climatique, notamment un marché international du carbone efficace.

    Le Conseil a également recommandé de poursuivre un accord de façon ouverte et transparente, afin que des progrès puissent être réalisés lors de la CdP 17, ainsi que de trouver des moyens d'augmenter le financement de la lutte contre le changement climatique pendant la période 2013-2020, dans le cadre d'actions significatives d'atténuation et de la transparence dans la mise en œuvre.

    Le Conseil se prononce en faveur d’un Fonds vert pour le climat, dans le cadre de résultats ambitieux et équilibrés à la conférence de Durban et souhaite comme éléments de ce fonds des règles transparentes pour la sélection de projets et de programmes ainsi que des procédures de contrôle claires par rapport au fonctionnement de ce Fonds.

    Il a également noté que le comité permanent devrait aider la CdP en fournissant des orientations concernant le mécanisme financier de la convention en vue de renforcer la cohérence, et encourager les synergies et la coordination dans la mobilisation de financements en faveur de la lutte contre le changement climatique au niveau international; à cet égard, le comité permanent devrait se pencher sur la répartition des financements en faveur de mesures de lutte contre le changement climatique, recenser les lacunes et présenter un bilan périodique des financements destinés aux pays en développement pour ces mesures.

    Source: Conseil des Ministres/CTA


    Link En savoir plus
    Link UE: Pas de vrai accord à Durban
    Link Une préoccupation accrue sur le climat


  22. Une sécheresse grave au Tuvalu
    2011-10-10
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Environnement

    Les citoyens dans le capitale de Tuvalu, Funafuti, ont dû rationner leur consommation à deux seau par jour suite à une sécheresse grave dans le petit Etat Pacifique, selon Reuters. Le gouvernement a appelé à la Nouvelle Zélande et l’Australie pour l’envoi d’une facilité de dessalement ; des avions militaires l’ont amener dans la journée de vendredi. Le ministre des affaires étrangères de la Nouvelle Zélande, Muray McCully, s’est dit optimiste que la facilité « aidera à contrer la pénurie d’eau et de fournir suffisamment de ressources si la sécheresse devait continuer comme attendu. »

    Source: CTA/Reuters


    Link En savoir plus
    Link Délégation de l'UE au Pacifique
    Link Coopération de l'UE avec Tuvalu



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

 

Rédacteur : André Feldhof (feldhof@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2011 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1