Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Décembre 2018
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 298]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 298]
Date d'envoi: 2011-11-11 18:30:50
Publication #: 110
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Briefing de Bruxelles: La volatilité des prix alimentaires
  2. Principaux évènements pour la semaine du 14/11 au 18/11/2011
  3. Notre invité vidéo: Dr. Bart Van Vooren, Université de Copenhague
  4. Nouveau groupe d’experts sur une « plate-forme pour la coopération »
  5. UE : faire de la lutte contre la malnutrition une priorité absolue
  6. Rapport de Concord: Les politiques UE sapent les droits des pays du Sud
  7. La Commission et l'OIM rationalisent leur coopération
  8. Andris Piebalgs en Ouganda pour parler de financements innovants
  9. Avec l’aide de l’UE, un port d’urgence a été construit à Antigua
  10. Les Comores s’engagent à coopérer dans la lutte contre la pêche INN
  11. Désaccord au Conseil des Ministres sur la TTF
  12. L’UE soutient le développement rural au Timor oriental
  13. Les résultats du G20: Le PAM content, les ONG réservés
  14. Un avenir guère réjouissant pour l’industrie caribéenne du sucre
  15. 190 millions d’euros en faveur des exportateurs de bananes ACP
  16. Le Samoa pourra accéder à l'OMC en Décembre
  17. L’UE refuse d’autoriser les produits laitiers sud-africains
  18. Dacian Cioloş défend la réforme de la PAC
  19. Le Forum Carib-Cap élabore de nouveaux modèles pour la microfinance
  20. Caraïbes: Des subventions UE pour les exportateurs de nourriture
  21. Doha: Une étude de l'UE montre d'importantes retombées économiques
  22. Afrique australe: Un accord UDAA-Mercosur se prépare
  23. L’UE prêt à une levée des sanctions à l’encontre de Fidji
  24. Oxfam prévoit la plus forte réduction de l’aide de ces 15 dernières années


  1. Briefing de Bruxelles: La volatilité des prix alimentaires
    2011-11-11
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Politique ACP-UE, Archives

    Le prochain Briefing de Bruxelles sur le développement aura lieu le 30 novembre 2011 et sera organisé en partenariat avec le International Food Policy Research Institute (IFPRI), le Comité économique et social européen (CESE), la Commission européenne (DG DEVCO), le Secrétariat ACP, Concord et d’autres partenaires.

    Nous aborderons les principaux défis de la volatilité des prix alimentaires et donneront un résumé des principaux enjeux politiques discutés lors de la réunion du G20 qui ont des implications pour les pays ACP. Nous traiterons ensuite des effets de la volatilité des prix alimentaires sur le terrain en présentant les expériences diverses de différents acteurs. Nous identifierons également les mesures de politique urgentes et concrètes qui doivent être mises en place afin d’atténuer les effets négatifs de la volatilité des prix alimentaires.

    Parmi les intervenants, nous sommes heureux d’accueillir entre autres Hafez Ghanem de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), Maximo Torero du International Food Policy Research Institute (IFPRI), Mamadou Cissokho du Réseau des Organisations paysannes et de Producteurs de l’Afrique de l’Ouest  (ROPPA), Chris Moore du Programme alimentaire mondial (PAM) et des représentants des gouvernements français et mexicains.

    Pour savoir plus sur le Briefing, veuillez consulter le site http://bruxellesbriefings.net ou vous abonner aux alertes emails sur les Briefings de Bruxelles.


    Link Briefings de Bruxelles
    Link Abonnez-vous aux alertes
    Link G20 sur la volatilité des prix


  2. Principaux évènements pour la semaine du 14/11 au 18/11/2011
    2011-11-11
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique alimentaire, Politique ACP-UE

    Parlement européen
    -14-17 novembre : Session plénière (Strasbourg)
    -14-17 novembre : Réunion des commissions (Strasbourg)
    Conseil des Ministres
    -14 novembre : Conseil agriculture et pêche
    -14 novembre : Conseil des affaires étrangères
    -15 novembre : Conseil des affaires générales
    -16 novembre : Coreper II
    -16 novembre : Coreper I
    Commission européenne
    -15 novembre : Rencontre hebdomadaire du collège (Strasbourg)
    ACP-UE
    -16-20 novembre : 22ème réunion de l’Assemblée parlementaire paritaire
    Groupe ACP
    -14 novembre : Conférence de haut niveau sur l’énergie renouvelable
    -16-20 novembre : 26ème réunion de l’Assemblée parlementaire paritaire

    Vous pouvez également lire notre quotidien anglais « CTA Brussels Daily » (alimenté par Twitter) et nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.


    Link Parlement européen
    Link Conseil des Ministres
    Link Groupe des Etats ACP


  3. Notre invité vidéo: Dr. Bart Van Vooren, Université de Copenhague
    2011-11-11
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Politique ACP-UE

    Le Dr Bart Van Vooren est le professeur assistant pour le droit européen auprès de la faculté de droit de l'Université de Copenhague. Dans cette interview, pris lors d'un débat récent à Bruxelles, le Dr Van Vooren explique les avantages et les inconvénients d'une taxe européenne sur les transactions financières.


    Link Regarder la vidéo
    Link Désaccord au Conseil des Ministres sur la TTF
    Link Robin Hood va rester


  4. Nouveau groupe d’experts sur une « plate-forme pour la coopération »
    2011-11-11
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Un groupe d’experts de la Commission européenne composé de représentants issus du Service européen pour l’action extérieure (SEAE), de la Banque européenne d’investissement (BEI) et d’autres Etats membres de l’UE examinera les avantages potentiels qui découleraient de la mise en place d’une plate-forme européenne pour la coopération extérieure et le développement. Cette plate-forme viserait à renforcer l’efficacité et l’impact de l’ensemble des activités de coopération extérieure en optimisant le fonctionnement des mécanismes permettant de combiner les prêts et les dons. La Commission européenne devra d’ici la mi-2012 présenter ses conclusions au Parlement européen et au Conseil qui décideront de la suite à donner au projet.

    Philippe Maystadt, président de la BEI, a déclaré : « Compte tenu des contraintes budgétaires auxquelles sont soumis les Etats européens, il devient de plus en plus important pour la CE, la BEI, les Etats membres et les autres institutions financières de l’UE d’unir leurs forces afin de soutenir l’agenda ambitieux de politique extérieure de l’UE. Je pense fermement que nous devons allier l’expertise et les ressources de tous les acteurs afin d’optimiser l’efficacité des financements de l’UE pour renforcer l’appui aux pays partenaires ».

    Le Parlement européen et le Conseil de l’Europe ont demandé à la Commission européenne d’instituer un groupe d’experts composé de représentants des Etats membres, du Service européen pour l’action extérieure et de la Banque européenne d’investissement, avec pour mission d’évaluer les coûts et les avantages découlant de la mise en place d’une « plate-forme européenne pour la coopération extérieure et le développement ». Le groupe d’experts consultera d’autres acteurs concernés, notamment des institutions financières multilatérales et bilatérales. Sur la base des résultats obtenus, la Commission remettra son rapport au Parlement européen et au Conseil d’ici la mi-2012 et, le cas échéant, formulera une série de recommandations pour la mise en place d’une telle plate-forme.

    Source: BEI


    Link En savoir plus
    Link BEI
    Link SEAE


  5. UE : faire de la lutte contre la malnutrition une priorité absolue
    2011-11-11
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Politique alimentaire, Politique ACP-UE, Archives

    Dans son discours à l’occasion d’une conférence de haut niveau sur la malnutrition, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a appelé la communauté internationale à intensifier ses efforts pour lutter contre la malnutrition dans le monde. La naissance récente du sept milliardième être humain a conduit Herman Van Rompuy à se poser la question de savoir si cet enfant grandirait dans un environnement sain et si notre planète parviendrait à le nourrir.

    La Commissaire européenne aux affaires humanitaires, Kristalina Georgieva, a ajouté que le manque de solutions proposées pour éradiquer la malnutrition pourrait compromettre la réalisation de 6 des 8 Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). En juin 2011, un briefing de Bruxelles a mis en exergue le fait que la malnutrition était directement ou indirectement responsable d’environ la moitié des décès dans le monde. En présence du nouveau directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, des experts en politique alimentaire et des chercheurs internationaux ont exposé les problèmes qui préoccupent le monde d’aujourd’hui et suggéré des solutions pour y faire face.


    Link En savoir plus
    Link Herman Van Rompuy
    Link Briefing Sécurité nutritionnelle dans les pays ACP


  6. Rapport de Concord: Les politiques UE sapent les droits des pays du Sud
    2011-11-11
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique ACP-UE

    Les politiques de l’Union européenne contournent de manière grave les droits des pays en voie de développement, selon un nouveau rapport lancé le 7 novembre par CONCORD, la confédération des ONG européennes de développement. Le rapport montre des incohérences entre les objectifs de développement de l’UE et des autres politiques de l’Union européenne. Le rapport intervient à un moment crucial où l’UE réforme ses politiques d’agriculture, de commerce et de développement.

    Le rapport est un effort conjoint des ONG européennes de développement et des organisations de la société civile, coordonnés par CONCORD. Le rapport fait suite à un rapport précédent en 2009. Dans le rapport 2011, CONCORD met le doigt sur les incohérences des politiques actuelles de l’UE par rapport à la sécurité alimentaire, la gestion des ressources naturelles, la sécurité humaine et la migration. Ensuite, le rapport propose des mesures alternatives et plus justes qui respectent les droits de l’hommes de tous.

    Le rapport révèle que

    • L’UE n’atteint pas son objectif stipulé par le traité de Lisbonne de rendre ses politiques cohérentes pour qu’elles ne sapent pas les objectifs de développement.
    • L’UE peut clairement améliorer l’impact de son aide au développement de 53 billion d’euros par an si elle s’engage plus clairement en faveur de la Cohérence des politiques pour le développement.

    Source: CONCORD


    Link En savoir plus
    Link Consulter le rapport [PDF]
    Link CONCORD


  7. La Commission et l'OIM rationalisent leur coopération
    2011-11-11
    Catégorie(s) : Archives

    La Commission européenne et l'organisation internationale pour les migrations (OIM) sont convenues aujourd'hui de renforcer leur coopération dans le domaine des migrations et de la mobilité. Les commissaires Cecilia Malmström (affaires intérieures) et Andris Piebalgs (développement) ont signé un accord-cadre avec le directeur général de l'OIM, M. William L. Swing. L'accord-cadre met en place des méthodes de coopération plus simples et plus efficaces en simplifiant et en rationalisant la procédure des négociations contractuelles entre l'UE et l'OIM. Il s'applique à tout programme, projet ou opération administré par l'OIM et financé ou cofinancé par l'Union européenne. […]

    Le commissionaire Piebalgs a déclaré : «La migration a un impact sur les pays en voie de développement. L'UE entend traiter les problèmes que rencontrent les quelque 200 millions de migrants à travers le monde et aider les pays confrontés aux défis liés à la migration. Grâce à ce nouvel accord nous renforcerons notre coopération avec l'OIM et notre aide pourra parvenir aux migrants qui en ont besoin». […]

    La Commission européenne a mis au point un modèle d'accord général qu'elle applique à ses relations contractuelles avec les organisations internationales («convention de contribution avec une organisation internationale»). L'accord-cadre conclu aujourd'hui vise à adapter les dispositions standard de la convention de contribution aux besoins spécifiques de l'OIM. Il simplifiera davantage les négociations contractuelles pour chaque convention de contribution à conclure entre la Commission et l'OIM pour des programmes ou des projets spécifiques futurs.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link OIM
    Link Des accords-cadre précédents


  8. Andris Piebalgs en Ouganda pour parler de financements innovants
    2011-11-10
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Développement rural, Politique alimentaire

    Cette semaine, le commissaire européen au développement, Andris Piebalgs, s'est rendu en Ouganda pour une visite de deux jours. En concertation avec le gouvernement et les représentants du secteur privé, il s'est penché sur la manière dont des partenariats public-privé peuvent améliorer l’accès au financement des petites et moyennes entreprises du secteur de l’agriculture et de l’agro-industrie. Le commissaire a également inauguré une route financée par l'UE qui est essentielle pour les échanges transfrontaliers dans la région. Il a rencontré, entre autres, le président Yoweri Museveni et le Premier ministre Amama Mbabazi. [...]

    Lors d’une table ronde de haut niveau, le 8 novembre, M. Piebalgs a expliqué en quoi des modes de financement innovants, tels que le mélange de fonds publics et privés, peuvent aider à stimuler le financement des petites et moyennes entreprises de l’agriculture et de l’agro-industrie (de l'agroalimentaire, par exemple). Il a signé, avec les représentants du gouvernement et des entreprises, une «déclaration d'intentions conjointe» visant à explorer plus avant des solutions concrètes. L'agriculture est un secteur clé de l’économie ougandaise et contribue au PIB national à hauteur de 24 %. Le pays a de nombreux atouts lui permettant de devenir un grand exportateur net dans la région et au-delà. L'agro-industrie représente 40 % du total de son industrie manufacturière.

    Le 9 novembre, M. Piebalgs a officiellement inauguré un tronçon de 99 km, financé par l'UE, de l'autoroute Masaka-Mbarara, dans le couloir nord régional, qui joue un rôle essentiel en reliant les économies de l'Afrique orientale et de la région des Grands Lacs à l'océan Indien (Kenya-Ouganda-Rwanda-République démocratique du Congo). Il a également assisté à la cérémonie d'ouverture d'un autre tronçon de cette voie, entre Mbarara et Katuna.

    La nouvelle route contribuera à la réduction du temps de trajet et du coût d'entretien des véhicules, ce qui aura un impact positif sur le développement économique. Il a été estimé que 1 % de réduction dans les frais de transport donnera lieu à une augmentation de 2,5 % du volume des échanges. Le secteur des transports, qui représente 6 % du PIB de l’Ouganda, est dominé par le secteur routier, qui achemine plus de 90 % du commerce intérieur.

    Source: Commission européennne


    Link En savoir plus
    Link Des informations supplémentaires
    Link Délégation de l'UE en Ouganda


  9. Avec l’aide de l’UE, un port d’urgence a été construit à Antigua
    2011-11-10
    Catégorie(s) : Archives

    L’UE a financé une nouvelle facilité pour un ferry d’urgence à Antigua pour donner à cette île la possibilité de réagir rapidement à des catastrophes naturelles. En 1995, l’Ouragan Luis a atteint l’Antigua et Barbuda, tandis qu’une éruption du Volcan Soufriere a menacé le Montserrat la même année.

    La nouvelle facilité permettra à l’Antigua d’évacuer sont territoire dans le cas d’une urgence et permet également d’alimenter le Montserrat avec des aides d’urgence. Le CARIFORUM a rendu ce projet une priorité et a exprimé sa gratitude envers l’Union européenne pour la contribution UE au financement de la facilité.

    Source: IPSNews


    Link En savoir plus
    Link CARICOM
    Link Coopération de l'UE avec Antigua & Barbuda


  10. Les Comores s’engagent à coopérer dans la lutte contre la pêche INN
    2011-11-10
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Les membres d’une délégation de la Commission européenne et d’une délégation de l’Union des Comores se sont réunis dans le cadre d’un comité mixte pour examiner une série de questions relatives à la mise en œuvre de l’accord de partenariat entre l’UE et l’Union des Comores dans le secteur de la pêche.

    A la demande de la délégation de l’UE à Maurice, une discussion a été organisée afin de trouver les moyens de renforcer la lutte contre la pêche INN (illégale, non déclarée et non réglementée). La délégation européenne a évoqué la présence en 2010 dans les eaux sénégalaises de deux navires battant pavillon comorien exerçant leur activité sans autorisation conforme aux dispositions du Code de la pêche maritime sénégalais. Réagissant à la correspondance envoyée par la Commission européenne, désireuse d’obtenir des informations sur ces navires, dans le cadre du comité mixte, les autorités compétentes de l’Union des Comores se sont fermement engagées à retirer le pavillon comorien de ces deux navires de pêche.

    En outre, les Comores se sont engagées à mettre en œuvre une coopération plus étroite entre leur ministère du Transport et leur ministère de la Pêche, chargé de mettre à jour en temps réel la liste internationale des navires de pêche INN pour permettre aux autorités compétentes d’empêcher l’immatriculation future de navires battant pavillon comorien engagés dans des activités de pêche INN.

    La Commission européenne se félicite des mesures et des engagements pris par les autorités comoriennes afin de lutter plus efficacement contre la pêche INN.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Partenariat de pêche UE-Comores
    Link Coopération de l'UE avec les Comores


  11. Désaccord au Conseil des Ministres sur la TTF
    2011-11-10
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    A l’issue de la réunion des 27 ministres des Finances qui discutait une taxe sur les transactions financières (TTF), le 8 novembre, deux camps se sont clairement dessinés. Le duo franco-allemand, appuyé par l’Espagne, fait face à la fronde des pays anglo-saxons, désormais très offensifs. « Je suggérerais que nous enterrions cette idée », a asséné le ministre des Finances britannique, George Osborne.

    Source: Euractiv.fr


    Link En savoir plus
    Link Consulter les conclusions du Conseil [PDF]
    Link Interview vidéo avec Bart Van Vooren


  12. L’UE soutient le développement rural au Timor oriental
    2011-11-09
    Catégorie(s) : Développement rural

    L’Union européenne a financé, au titre du 10ème FED, un projet de 10 millions d’euros intitulé Améliorer l’accessibilité des zones rurales (Enhancing Rural Access - ERA), qui a pour objectif la réhabilitation et l’entretien des routes rurales au Timor oriental. Mis en œuvre pour une durée de quatre ans (2011-2015), ce projet sera piloté par l’Organisation mondiale du travail (OIT) et axé sur la réhabilitation des routes fondée sur les ressources locales et le développement du secteur privé.

    Le projet ERA vise à améliorer l’accessibilité aux zones rurales à travers la réhabilitation et l’entretien d’un tronçon de routes prioritaires de 150 km dans certains districts préalablement sélectionnés du Timor oriental. Il vise en outre à développer les capacités du secteur privé, notamment en négociation et gestion de contrats. L’identification des routes à réhabiliter sera effectuée dans le cadre du Plan directeur pour les routes rurales au Timor oriental, également financé par l’UE.

    L’économie du Timor oriental est essentiellement basée sur l’agriculture. Près de 75 % de la population totale (estimée à 1,1 million d’habitants) vit en zone rurale. L’état déplorable des infrastructures en général, et du réseau routier en particulier, constitue un obstacle majeur au développement économique. L’autre problème structurel majeur de l’économie est l’incapacité à créer des opportunités d’emploi pour une main d’œuvre sans cesse croissante. Le projet devrait contribuer à la création de nouvelles opportunités d’emploi pour quelque 13 000 personnes vivant en milieu rural.

    Source: Délégation de l'UE au Timor oriental


    Link Délégation de l'UE au Timor oriental
    Link Améliorer l’accessibilité des zones rurales
    Link Coopération de l'UE avec le Timor oriental


  13. Les résultats du G20: Le PAM content, les ONG réservés
    2011-11-09
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique alimentaire, Politique ACP-UE, Efficacité Aide

    Quand les chefs d’Etats et de gouvernement du G20 ont quittait Cannes après un sommet de deux jour les 3 et 4 Novembre, ils avaient avancé leurs engagements dans le développement et la lutte contre le changement climatique – mais leurs engagements dans le domaine de la sécurité alimentaire restait maigre.

    Le sommet a avancé l’établissement d’une taxe sur les transactions financières (TTF). Non seulement la France, l’Espagne et l’Allemagne, mais aussi le Brésil, l’Argentine, l’Ethiopie et l’Afrique du Sud se sont prononcés en faveur d’une TTF, et tous affirment que cette taxe devrait être utilisé pour le développement. Les Etats-Unis, bien que opposés à l’introduction d’une TTF eux-mêmes, ont accepté l’idée que les Européens pourraient introduire une telle taxe.

    Le G20 a également avancé par rapport au financement innovateur pour lutter contre le changement climatique. Leur engagement de chercher de nouvelles sources de financement, un engagement mené surtout par l’Europe, doit donner suite à un accord pour la taxation des émissions de carbone du transport maritime lors des négociations climatiques de l'ONU à Durban à la fin du mois », espère Oxfam. Les dirigeants ont également reconnu les dommages que les entreprises multinationales infligent sur les pays en voie de développement en évitant les taxes bien qu’elles opèrent dans le pays.

    Il y a moins de progrès sur la sécurité alimentaire. Vu que les prix alimentaires sont à un niveau record et le Président français Sarkozy a promis du leadership, ActionAid avait beaucoup d’espoir que les leaders du G20 pourrait prendre des mesures courageux à Cannes pour adresser l’insécurité alimentaire dans le monde. Mais à part la reconnaissance long attendue du projet de réserves de nourriture d’urgence en Afrique de l’Ouest, selon ActionAid les leaders du G20 ont échoué de proposer de l’action sérieuse qui pourrait prévenir des crises alimentaires. Le G20 a également continué de refuser même de discuter l’idée d’utiliser des réserves stratégiques de nourriture, l’outil le plus efficace des gouvernements pour modérer la volatilité des prix alimentaires.

    Sur le côté positif, le G20 s’est mis d’accord que les produits alimentaires achetés par les Programme d’alimentation mondial (PAM) ne fera pas l’objet des restrictions d’exportation ou des taxes extraordinaires.

    Source: CTA


    Link En savoir plus
    Link La réaction d'Oxfam au sommet G20
    Link Sécurité alimentaire: Le G20 rate l'occasion


  14. Un avenir guère réjouissant pour l’industrie caribéenne du sucre
    2011-11-09
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    L’Association du sucre pour les Caraïbes (SAC) a enregistré cette année une croissance de la production, mais une récente proposition de l’Union européenne visant à abolir le régime des quotas domestiques pourrait contribuer à une réduction du volume des exportations préférentielles de sucre de la SAC et d’autres associations ACP vers les marchés européens.

    Le président de la SAC, M. Karl James, a indiqué que, sur une production totale de 500 000 tonnes de sucre cette année, 312 000 tonnes avaient été exportées vers l’UE. La progression de l’euro face au dollar constitue un avantage comparatif important.

    Les pays ACP et les pays les moins avancés (PMA) exportateurs de sucre de canne brut ont déjà exprimé « leurs inquiétudes et leur vive désapprobation eu égard aux propositions de la CE (annoncées le 12 octobre dernier) de déréguler sa propre production dans le cadre de la réforme de la Politique agricole commune (PAC).

    La PAC montre dans quelle mesure l’UE entend gérer son secteur agricole pendant la période budgétaire 2014-2020, et la proposition sur le sucre devrait prendre effet à compter du 30 septembre 2015.

    Source: IPSNews


    Link En savoir plus
    Link Les exportateurs de sucre déplorent la PAC
    Link Sucre ACP-UE


  15. 190 millions d’euros en faveur des exportateurs de bananes ACP
    2011-11-09
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Politique alimentaire, Politique ACP-UE

    Dix pays ACP vont bénéficier d’une enveloppe de 190 millions d’euros dans le cadre d’un programme temporaire (2010-2013) de mesures d’accompagnement en faveur des pays ACP dans le secteur de la banane. Ce compromis a été adopté après de longues négociations entre le Parlement européen, le Conseil et la Commission européenne.

    Les fonds seront alloués selon trois critères : la place du secteur de la banane dans le pays ACP, les exportations bananières et la phase de développement économique du pays.

    Les négociations ont également débouché sur un compromis au sujet de la requête du Parlement concernant l’adoption définitive des programmes pluriannuels de mise en œuvre des trois instruments de financement pour l’action extérieure (Fonds européen de développement, Instrument de coopération au développement, Instrument européen de voisinage et de partenariat) par voie d’actes délégués, qui aurait permis de contourner la procédure législative ordinaire et de donner au Parlement le droit de s’opposer au projet de mesure de la Commission.

    Dans ce compromis, le Conseil s’est engagé à examiner l’option visant à appliquer la procédure des actes délégués aux instruments financiers pour l’action extérieure lors des négociations sur le cadre financier pluriannuel 2014-2020. Avant que ce compromis ne devienne effectif, le Parlement et le Conseil devront l’avoir approuvé d’ici fin novembre.

    Source: CTA/Europolitics


    Link En savoir plus
    Link Bananes ACP
    Link Perspectives pour les producteurs de bananes ACP


  16. Le Samoa pourra accéder à l'OMC en Décembre
    2011-11-09
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le Groupe de travail de l’accession du Samoa a adopté l’ensemble de textes relatifs à l’accession, qui comprend les réformes apportées au régime commercial du Samoa, les listes concernant l’accès aux marchés pour les marchandises et les services, le projet de décision du Conseil général et le projet de Protocole d’accession. Le Samoa a demandé à accéder à l’OMC le 15 avril 1998.

    Les Membres ont félicité le Samoa pour ses efforts louables dans la conduite de toutes les réformes nécessaires pour devenir Membre de l’OMC.  Ils ont ajouté que cette accession contribuerait au développement économique du pays.

    M. Pascal Lamy, Directeur général de l’OMC, a dit ce qui suit:  “l’accession du Samoa à l’OMC est un signe de confiance dans l’Organisation et dans le système commercial mondial.  Elle permettra à ce pays de participer plus pleinement à l’économie mondiale et lui apportera une base prévisible et stable pour sa croissance et son développement.  L’accession du Samoa est une bonne nouvelle pour la famille de l’OMC, alors que nous nous apprêtons à nous retrouver pour célébrer la 8ème Conférence ministérielle”.

    Source: OMC


    Link En savoir plus
    Link Coopération de l'UE avec le Samoa
    Link Organisation mondiale du commerce (OMC)


  17. L’UE refuse d’autoriser les produits laitiers sud-africains
    2011-11-09
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Archives

    Dans un communiqué rendu public sur allAfrica.com, le ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche (DAFF) est revenu sur une déclaration (publiée le 16 septembre 2011) stipulant que les exportateurs  étaient invités à déposer une demande d’autorisation d’exporter vers l’Union européenne les produits agricoles suivants : fromage, fleurs coupées, fraises congelées, fruits en conserve (poires, abricots et pêches), jus d’orange congelé, jus d’ananas, jus de pomme, vin blanc et vin rouge.

    Le ministère est revenu sur cette déclaration, indiquant qu’aujourd’hui, l’Union européenne n’autorisait pas l’Afrique du Sud à exporter ses produits laitiers, y compris le fromage, vers les marchés européens.

    Selon le ministère, « pour pouvoir exporter ses produits laitiers vers l’Union européenne, l’Afrique du Sud devra respecter les exigences de l’UE en matière d’importations – plan de surveillance des résidus et nécessité de se conformer aux exigences de traçabilité inclus ».

    Le ministère reconnaît que la mise en place du processus sera longue et coûteuse. « Nous ne pensons pas que ces mesures seront mises en œuvre à temps pour permettre aux exportateurs de bénéficier des préférences tarifaires indiquées dans ce communiqué », a-t-il déclaré. Et d’ajouter que « le ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche souhaiterait par ailleurs s’excuser auprès des exportateurs pour avoir fait figurer par erreur le fromage sur la liste des produits autorisés à l’exportation ».

    Source: AllAfrica


    Link En savoir plus
    Link Relatinos de l'UE avec l'Afrique du Sud
    Link Partenariat ACP-UE


  18. Dacian Cioloş défend la réforme de la PAC
    2011-11-08
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Politique alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE

    Le commissaire à l'agriculture, Dacian Cioloş, a dû affronter de nombreuses critiques hier (7 novembre) sur la révision de la politique agricole commune (PAC) en amont d'une rare réunion entre les ministres nationaux de l'agriculture et les membres du Parlement européen.

    La Commission européenne a présenté sa proposition sur le budget de l'UE pour la période 2014-2020 il y a six mois. Cette proposition ne touche presque pas au financement de la PAC fixé à 53 milliards d'euros par an.

    Lorsqu'elle a mis sa proposition législative sur la table en septembre, la Commission a suggéré plusieurs changements, dont l'augmentation de la part des terres réservées à l'écologie, une rationalisation des politiques et des mesures pour équilibrer les paiements versés aux agriculteurs des nouveaux Etats membres.

    Source: EurActiv


    Link En savoir plus
    Link Le cadre financier 2014-2020
    Link La politique agricole commune après 2013


  19. Le Forum Carib-Cap élabore de nouveaux modèles pour la microfinance
    2011-11-08
    Catégorie(s) : Développement rural

    Le troisième Forum de microfinance Carib-Cap se tiendra aux Bahamas la semaine prochaine et rassemblera les institutions locales de microfinance et des spécialistes internationaux pour des discussions d’un modèle des Caraïbes pour encourager la croissance économique.

    Du 13 au 16 Novembre, des financiers et des syndicats de crédits adresseront le sujet « Le modèle de croissance des Caraïbes : diversification, régulation, responsabilité ». Ils aborderont entre autre la prolifération des institutions de microfinance ainsi que la bonne technologie et le rôle du secteur de microfinance dans la partie anglophone des Caraïbes qui a souffert d’un « manque de diffusion, des taux élevés de retard, la dépendance des subventions et des faibles cadres de régularisation ».

    Un étude sur la demande financière dans les Caraïbes menée par le programme en 2010 a montré que malgré le développement maigre du secteur, il y avait une forte demande pour des produits de microfinance comme l’assurance, des prêts flexibles et accessibles, des épargnes ou des remises.

    Source: Secrétariat ACP


    Link En savoir plus
    Link Carib-Cap
    Link Programme de microfinance ACP-UE


  20. Caraïbes: Des subventions UE pour les exportateurs de nourriture
    2011-11-08
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le Caribbean Export Development Agency offre une aide financée par l'Union européenne jusqu’à 3,6 millions de dollars par requérant pour les exportateurs de produits alimentaires qui doivent aider à améliorer les normes de sécurité alimentaire.

    L'argent provient du 10ème Fonds européen de développement (FED) en vertu duquel Caribbean Export, une agence de commerce régional et de promotion des investissements, est responsable de l'exécution d'un programme régional de développement du secteur privé (PRDSP).

    Sonia Bowen, programmeuse au Caribbean Export à Christchurch, à Barbade, affirme que les entreprises devront dépenser en premier afin d’obtenir des fonds de l'UE, qui sont destinés à couvrir les dépenses liées à la refonte des systèmes de production et des réseaux d'approvisionnement.

    « Ce n'est pas un prêt. Ce sont des subventions remboursables. Les entreprises devront d’abord dépenser avant qu'elles puissent obtenir de l'argent », a déclaré Mme Bowen vendredi. Une subvention de 5000 euros à 30 000 euros est offerte aux entreprises.

    Source: Jamaica Gleaner


    Link En savoir plus
    Link Caribbean Export Development Agency
    Link Interview du CTA avec Kayanne Anderson


  21. Doha: Une étude de l'UE montre d'importantes retombées économiques
    2011-11-08
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Une étude publiée la semaine dernière montre que les avantages économiques découlant des négociations du Cycle de Doha à l’Organisation mondiale du commerce équivalent à une augmentation des exportations mondiales de 359 milliards de dollars sur une base annuelle à partir d'un accord sur la libéralisation des produits industriels, de l'agriculture, des services et sur la suppression de la paperasserie. Selon l’étude, si un accord sur la libéralisation sectorielle des biens industriels (produits chimiques, machines, l’électronique) pourrait être atteint, les exportations mondiales augmenteraient de 146 milliards de dollars supplémentaires, totalisant 505 milliards de dollars annuellement.

    Cette analyse en temps opportun parvient à saisir la complexité des propositions de négociation actuellement sur la table à Genève au niveau le plus détaillé, offrant ainsi aux décideurs politiques une base d'analyse approfondie pour prendre une décision éclairée sur l'importance d’un accord efficace du Cycle de Doha pour l'économie mondiale.

    Les principales conclusions de l'étude:

    • L'accord sur la table est bien équilibré. En termes de gains économiques, toutes les régions y compris les pays en développement, émergents et industrialisés bénéficieraient d'un accord de Doha ambitieux. Cela signifierait 0,2% de croissance économique supplémentaire au niveau mondial et un supplément de 30 milliards de dollars en PIB pour l'UE sur une base annuelle.
    • La suppression de la paperasserie dans le commerce, ainsi nommé la facilitation des échanges (par exemple la simplification des procédures douanières, du transport et de la logistique commerciale), est d'une importance majeure pour un accord réussi du Cycle de Doha. Presque la moitié des gains mondiaux (100 milliards de dollars dans les exportations mondiales) doivent être récoltés de cette partie de l'accord. En outre, l’allocation des gains est plus favorable aux pays en développement lorsque la facilitation des échanges est incluse.
    • Un accord de Doha réussi n’aurait pas d’incidence négative sur le salaire des travailleurs de l'UE. Le salaire des ouvriers qualifiés et non qualifiés devrait même augmenter d'environ 0,3%.
    • Les négociations sur les accords sectoriels pour les produits chimiques, les machines et les produits électroniques amélioreraient davantage les avantages du Cycle de Doha. Grâce à ces accords sectoriels, les exportations mondiales augmenteraient d'un montant supplémentaire de 146 milliards de dollars jusqu’à 505 milliards de dollars par an (8 milliards de dollars supplémentaires si les biens environnementaux sont inclus).
    • Contrairement à une perception commune, un accord donnerait également lieu à des effets positifs sur les recettes tarifaires pour certaines régions, dont l'une est l'Afrique subsaharienne. Dans le cas de l'Afrique subsaharienne, la paperasserie réduite ferait augmenter les volumes d’échanges commerciaux, même lorsque les tarifs sont maintenus au même niveau. Un volume d’échanges commerciaux plus élevé se traduit par une augmentation des recettes tarifaires.
    • La réussite du Cycle de Doha conduirait même à des gains au-delà de ceux présentés dans l'étude. Le Cycle de Doha a une valeur systémique dans la prévention des hausses tarifaires excessives. Les barrières des tarifs inférieurs ont une valeur supplémentaire dans la lutte contre le protectionnisme. La conclusion du Cycle de Doha renforce fondamentalement les règles globales et transparentes, ce qui va rendre chaque récession ultérieure moins douloureuse.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Consulter l'étude [PDF]
    Link Des informations supplémentaires


  22. Afrique australe: Un accord UDAA-Mercosur se prépare
    2011-11-07
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le ministre délégué du Commerce et de l'Industrie namibien, Tjekero Tweya, a déposé jeudi une motion au Parlement pour la ratification d'un accord commercial préférentiel (PTA) entre l'Union douanière d'Afrique australe (UDAA) et le bloc commercial d'Amérique du Sud, appelé le Marché commun du Sud (Mercosur) [...].

    Mr. Tweya a déclaré que l'impasse actuelle dans les négociations commerciales de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et l'annonce récente par l'Union européenne (UE) qu'elle va fermer ses marchés aux produits namibiens, si la Namibie et d'autres pays de l’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) n'ont pas signé l'Accord de Partenariat Economique (APE) d'ici la fin de 2013, ont placé la SACU et la Namibie, en particulier, dans une position « délicate » en termes d'accès aux marchés pour leurs produits.

    Il a ajouté que la mise en œuvre du PTA SACU-Mercosur donnerait à la Namibie un marché alternatif et élargirait sa part de marché.

    Source: AllAfrica/The Namibian


    Link En savoir plus
    Link SACU
    Link Mercosur


  23. L’UE prêt à une levée des sanctions à l’encontre de Fidji
    2011-11-07
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE

    L’Union européenne souhaite vivement poursuivre les pourparlers sur le développement avec le gouvernement fidjien.

    Le Dr Abdoul Aziz Mbaye, nouvel ambassadeur, chef de la délégation de l’UE pour le Pacifique, basée à Suva (aux îles Fidji), a déclaré dans un entretien publié par le Fidji Sun que l’UE était prête à lever toutes les sanctions à l’encontre de Fidji à condition qu’un dialogue effectif soit amorcé entre les deux parties.

    Le Dr Mbaye a indiqué que la politique européenne à l’égard des îles Fidji était régie par le protocole de Cotonou et qu’ils avaient respecté tous les accords préalablement conclus par l’ensemble des signataires.

    « Nous sommes prêts à ouvrir des consultations au titre de l’article 96 de l’Accord de Cotonou si le gouvernement fidjien estime qu’ils sont suffisamment prêts à dialoguer avec nous. Nous explorons toutes les possibilités à cet égard », a déclaré le Dr Mbaye.

    Le Dr Mbaye a par ailleurs présenté jeudi ses lettres de créance au président ghanéen. Il avait pris ses fonctions à la tête de la délégation une semaine auparavant.

    Source: pidp.org


    Link En savoir plus
    Link Le Fidji reçoit le nouvel ambassadeur UE
    Link Soutenir l'agriculture au Pacifique


  24. Oxfam prévoit la plus forte réduction de l’aide de ces 15 dernières années
    2011-11-07
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE, Environnement

    L’aide publique au développement (APD) accordée par les pays riches devrait baisser de 9,5 milliards de dollars d’ici à la fin 2012, soit la réduction la plus importante depuis 15 ans, estime l’organisation internationale Oxfam à quelques heures du sommet du G20, les 3 et 4 novembre, à Cannes.

    Pour Oxfam, de tels chiffres étaient désespérément prévisibles et montrent que ce sont bien les plus démunis à qui l’on demande de payer pour les mesures d’austérité des pays riches. L’organisation tire la sonnette d’alarme et appelle les leaders du G20 à inverser cette tendance et à décider de nouveaux moyens de lever des fonds au profit des pays pauvres touchés par la crise économique et le changement climatique.

    9 milliards de dollars permettraient à plus de 35 millions d’enfants d’aller à l’école, sur les 67 millions qui ne sont pas scolarisés. La réduction des budgets d’aide frappe déjà fortement des pays très pauvres comme le Bengladesh, le Bénin ou le Mozambique, qui vont perdre la moitié de leur budget alloués à l’éducation de base.

    Les chiffres avancés par Oxfam sont basés sur une analyse des budgets 2010-12 actuels et prévisionnels consacrés à l’APD par les pays de l’OCDE. Le recul s’élèverait à 11,2 milliards d’euros environs, l’Italie, les États-Unis, l’Espagne et les Pays-Bas étant les principaux responsables de ces coupes. Des coupes en partie contrebalancées par le fait que les chiffres de l’aide augmentent fortement en Australie et plus faiblement en Allemagne et au Royaume-Uni - leur budget de l’aide reste constant en pourcentage du Revenu national brut. En France ou Canada en revanche, les chiffres de l’aide stagnent complètement.

    Source: Oxfam


    Link En savoir plus
    Link Des résultats mitigés au G20
    Link Oxfam



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

 

Rédacteur : André Feldhof (feldhof@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2011 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1