Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Septembre 2018
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 301]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 301]
Date d'envoi: 2011-12-05 14:16:57
Publication #: 113
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Un Panel de haut niveau montre la voie pour combattre la volatilité des prix alimentaires
  2. Principaux évènements pour la semaine du 5/12 au 9/12/2011
  3. Notre invité vidéo: S.E. Patrick I. Gomes, Ambassadeur de Guyana
  4. Busan: Un partenariat mondial sur l’aide mais pas d’engagements concrets
  5. Guinée : l'UE veut ''conditionner" le déblocage de financement sur des législatives
  6. Un nouvel exode de réfugiés somaliens ?
  7. Durban : une proposition de l’UE suscite une vive opposition
  8. CEDEAO : Les ministres discutent sur l’ouverture des échanges avec l’UE
  9. Ouganda : Problèmes avec la législation de transparence de l’UE
  10. 30,1 millions € de l'UE pour les produits agricoles dans les pays tiers
  11. Journée mondiale de la lutte contre le sida, l’UE se joint aux victimes
  12. Busan: UE annonce de nouvelles initiatives de transparence et coordination
  13. Le gouvernement zimbabwéen va lancer une politique commerciale
  14. Approbation des mesures de l’UE en faveur des pays en développement
  15. Négociations APE entre l’UE et l’Afrique de l’Ouest à Accra
  16. Les Européens soutiennent massivement l'aide au plus démunis de la terre
  17. Le négociateur en chef de l’UE : un accord à Durban est possible
  18. La crise n'aura pas d'incidence sur la coopération ACP-UE - M. Assarid
  19. Les entreprises européennes continuent d’investir au Guyana
  20. Interview: Busan attire avec une nouvelle promesse


  1. Un Panel de haut niveau montre la voie pour combattre la volatilité des prix alimentaires
    2011-12-05
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique alimentaire, Politique ACP-UE

    Le nouveau système d’information sur le marché agricole (AMIS) était au centre d’un Briefing de Bruxelles le 30 Novembre sur la Volatilité des prix alimentaires. Le Briefing a rassemblé 170 représentants des organisations internationales, des ambassades ACP, de la Commission européenne, des représentations d’agriculteurs africains et de la société civile.

    Dans deux panels, le Briefing a débattu les causes de la sécurité alimentaire et a présenté des recommandations qui pourrait améliorer la sécurité alimentaire dans les pays ACP. Hafez Ghanem, directeur adjoint de la FAO, a présenté le fonctionnement de l’AMIS que les pays G20 ont reconnu lors de leur sommet début Novembre et qui est placé au sein de la FAO. AMIS à la tâche d’améliorer l’information sur le marché agricole et de faire des prédictions sur le développement de ces marchés sur le niveau national et international. « L’AMIS doit produire des rapports réguliers sur la situation du marché agricole mondial, non seulement pour les pays membres de l’ONU mais en tant que bien publique pour tous » a dit Hafez Ghanem.

    Plus de transparence sur les marchés internationaux, disait Mylène Testut-Neves du ministère francais de l’agriculture qui a preparé le « plan d’action du G20 sur la volatilité des prix et sur l’agriculture », donnera plus de sécurité aux petits agriculteurs. Le 1 Décembre, la présidence du G20 est passée de la France au Mexique, qui a établi quatre priorités pour faire avancer le travail sur la sécurité alimentaire, selon Adriana I. Herrera Moreno du ministère mexicain de l’agriculture : augmenter la coopération des pays du G20 en matière de récherche et développement, améliorer la durabilité dans le secteur agricole, améliorer la gestion de risque et promouvoir l’investissement et les partenariats public-privés.

    Ont présenté en autre le Dr. Máximo Torero, Directeur de la Division Marché, Commerce et Institutions auprès du International Food Policy Research Institute (IFPRI) qui a développé une nouvelle méthodologie pour mesures la volatilité des prix, Chris Moore du Programme alimentaire mondial (PAM), Cédric Pène de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), Carmen Cahill de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), Thomas Elhaut du Fonds international de développement agricole (FIDA), et Mamadou Cissokho, Président du Réseau des Organisations paysannes et de Producteurs de l’Afrique de l’Ouest  (ROPPA). Toutes les présentations sont disponibles ici: http://bruxellesbriefings.net/briefings-precedents/no-25-volatilite-des-prix-alimentaires/.

    Le Briefing était organisé par le Centre technique de coopération agricole et rurale ACP-UE (CTA) en coopération avec le New Partnership for Africa’s Development (NEPAD), l’International Food Policy Research Institute (IFPRI), la Commission européenne (DG DEVCO), le Secrétariat ACP, le Comité économique et social européen (CESE), Concord et d’autres partenaires.


    Link Briefings de Bruxelles
    Link Télécharger les présentations PPT
    Link AMIS [PDF]


  2. Principaux évènements pour la semaine du 5/12 au 9/12/2011
    2011-12-05
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique alimentaire, Politique ACP-UE

    Parlement européen
    -5 décembre/8 décembre : Réunion des commissions (Bruxelles)
    Conseil européen
    -8/9 décembre : Réunion des chef d’Etats et de gouvernement (Bruxelles)
    Conseil des Ministres
    -5 décembre : Conseil des affaires générales
    -30 novembre : Coreper I
    Commission européenne
    -7 décembre : Rencontre hebdomadaire du collège

    Vous pouvez également lire notre quotidien anglais « CTA Brussels Daily » (alimenté par Twitter) et nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.


    Link Parlement européen
    Link Conseil européen
    Link Commission européenne


  3. Notre invité vidéo: S.E. Patrick I. Gomes, Ambassadeur de Guyana
    2011-12-05
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique ACP-UE

    S.E. le Dr. Patrick I. Gomes est l'ambassadeur du Guyana auprès de l'Union européenne. Dans cette interview, son Excellence explique l'impact de l'abolition des quotas de sucre par l'UE sur pays ACP exporteurs de sucre. Il se dit modérément optimiste que le soutien du Parlement européen et de quelques délégations au Conseil des Ministres puisse aider à prolonger les quotas jusqu'en 2020.


    Link Regarder la vidéo
    Link Prolongation du régime de sucre ?
    Link Ambassade du Guyana à Bruxelles


  4. Busan: Un partenariat mondial sur l’aide mais pas d’engagements concrets
    2011-12-02
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Après trois jours de discussions à Busan, les bailleurs de fonds et les pays récepteurs ont établi un nouveau partenariat mondial de l’aide. Le but de la déclaration finale est de trouver des voies plus efficaces pour attribuer du financement au développement. Les ONG, par contre, se sont plaints que la déclaration représentait juste une feuille de route sans des engagements concrets.

    Le 4ème forum sur l’efficacité de l’aide en Corée du Sud a rassemblé des fonctionnaires et des hommes politiques provenant de plus que 160 pays différents. Après des jours de débat, un document de 12 pages définit les principes pour un partenariat mondial. Le document, toutefois, n’impose pas de contraintes politiques bien que beaucoup de participants l’aient souhaité.

    L’UE s’est rendue à Busan avec le désir de renforcer l’appropriation et la responsabilité des résultats des pays en voie de développement, mais elle n’a pas impressionné les Verts européens et les organisations de la société civile.

    Les organisations de la société civile ont pour la première fois participé à ce forum de haut niveau, et ont utilisé cette opportunité pour critiquer l’Union européenne. Selon Justin Kilcullen, président de Concord, la fédération des ONG européennes de développement, l’UE paraissait comme un fantôme au sommet de Busan : « Malgré une contribution de 53 milliards d’euro chaque année, l’UE a permis à d’autres acteurs de lasser l’accord sur la réforme de l’aide mondiale pour des raisons de leur agenda politique. »

    Kilcullen a ajouté que davantage d’effort est nécessaire, même s’il concède que le commissaire européen au développement, Andris Piebalgs et quelques Eetats membres se soucient de l’éradication de la pauvreté.

    Source: CTA


    Link En savoir plus
    Link La position des verts
    Link Busan: un partenariat transparent sur l'aide


  5. Guinée : l'UE veut ''conditionner" le déblocage de financement sur des législatives
    2011-12-02
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Politique ACP-UE, Développement rural

    Le décaissement du 10ème Fonds européen de développement (FED) ne sera possible qu'après la fixation d'une ''date'' et la tenue effective des élections législatives, avec la mise en place d'une nouvelle Assemblée nationale, représentative de toutes les ''tendances'' politique du pays, a dit jeudi, le chef de la délégation de l'Union européenne en Guinée.

    Au cours d'une conférence de presse, le chef de la délégation Philippe Van Damme s'est longuement exprimé sur le thème relatif au partenariat Guinée-Union européenne et les perspectives du 10ème FED, en cours de discussion. […]

    Evoquant les conditionnalités pour l'accès au 10ème FED pour la Guinée, Philippe Van Damme a dit que le volet social dudit FED sera débloqué dès l'annonce de la date des élections législatives et les autres volets du FED dès la tenue des élections pluraliste et transparentes.

    Ce qui, selon lui, permettra à la Guinée d'entrer dans une nouvelle phase de dialogue normalisé, portant sur les questions de gouvernance politique et économique.

    Au niveau commercial, les 25 de l'UE comptent mettre en place un Accord de partenariat économique (APE), avec les pays du sud, notamment ceux membre du ACP, pour une libéralisation ''graduelle'' du commerce entre les deux parties. Toute chose qui peut à long terme, permettre aux pays de l'ACP d'exporter plus ''facilement'' les produits agricoles, miniers et autres, vers les pays de l'Union européenne.

    Source: Afrique Infos


    Link En savoir plus
    Link Coopération de l'UE avec la Guinée
    Link Fond européen de développement


  6. Un nouvel exode de réfugiés somaliens ?
    2011-12-02
    Catégorie(s) : Archives

    La Commission européenne condamne avec fermeté la décision des miliciens appartenant à Al Shabaab de révoquer 16 agences d’aide humanitaire travaillant en Somalie. Cette révocation aura des effets désastreux sur la capacité des agences humanitaires à répondre à l’urgence, dans un contexte de sécheresse et de conflit ravageant le pays.

    « Privés d’accès à l’aide humanitaire, des milliers de Somalis tenteront inévitablement de traverser les frontières pour trouver de l’aide dans les pays voisins, l’Ethiopie et le Kenya », a déclaré Kristalina Georgieva, Commissaire européenne à la coopération internationale, l’aide humanitaire et la réaction aux crises.

    « Dans ces deux pays, les camps de réfugiés doivent faire face à l’afflux massif de personnes, au cœur d’une crise alimentaire qui touche la Corne de l’Afrique. Une situation dramatique aggravée par l’arrivée d’une nouvelle vague de réfugiés qui pèsera sur la capacité des humanitaires à répondre à l’urgence dans ces camps », a expliqué la Commissaire Georgieva. « De nouvelles offensives militaires lancées dans la partie centrale du Sud de la Somalie vont même rendre leur périple encore plus périlleux qu’il y a un mois ».

    Nombre des agences ciblées sont des partenaires d’exécution clés qui soutiennent l’action humanitaire de la Commission européenne en Somalie. « L’expulsion de nos partenaires a un impact direct sur la capacité de la Commission à venir en aide aux membres les plus vulnérables de la population somalienne », a-t-elle ajouté. Ces agences avaient pour but de mener des interventions salvatrices sur le terrain, notamment améliorer l’accès aux services de santé de base et fournir aux populations de l’eau et des aliments.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Coopération de l'UE avec la Somalie
    Link Commission: DG ECHO


  7. Durban : une proposition de l’UE suscite une vive opposition
    2011-12-02
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement, Commerce ACP-UE

    La délégation européenne sur le climat à Durban s’efforce d’encourager les autres acteurs à conclure un accord contraignant, selon l’AFP. La Chine et les Etats-Unis se sont opposés à un tel accord et ont mis la pression sur l’UE.

    Les pays en développement ont également exprimé leur profond mécontentement vis-à-vis de la position de l’UE, qui stipule que ces pays devraient engager des fonds supplémentaires et intensifier leurs efforts pour limiter les effets du changement climatique. La proposition européenne porte sur un nouvel accord contraignant d’ici 2015 (avec une mise en œuvre d’ici 2020) pour les principaux pays émetteurs de gaz à effet de serre.

    L’UE, en contrepartie, a indiqué sa volonté d’agir davantage pour réduire ses émissions de CO2, conformément aux engagements du protocole de Kyoto. Les pays en développement souhaitent majoritairement conserver le protocole de Kyoto.

    Source: AFP/CTA


    Link En savoir plus
    Link Afrique: Un enjeu important à Durban
    Link Le Pacifique lutte pour la survie à la COP17


  8. CEDEAO : Les ministres discutent sur l’ouverture des échanges avec l’UE
    2011-12-02
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural

    Les ministres oust-africains chargés de coordonner les négociations visant à créer une zone de libre-échange régionale avec l’Union européenne (UE) ont tenu à Accra (Ghana) des discussions cruciales sur la voie à suivre dans les négociations, suite à des divergences de fond en ce qui concerne un certain nombre de questions.

    Les négociations, lancées en 2004 avec l’adoption d’une feuille de route, étaient destinées à produire un accord pour succéder aux diverses conventions qui ont guidé les relations commerciales entre les deux régions, et qui seraient compatibles avec les règlements de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). […]

    Les dirigeants régionaux ont insisté sur une source crédible de financement du programme de nouveaux fonds provenant de l’UE, qui soutient au contraire que le programme sera financé par les fonds existants en vertu du Fonds européen de développement (FED) et d’autres sources. Les désaccords concernent également le calendrier d’ouverture des marchés de l’Afrique de l’Ouest aux produits de l’UE, qui insiste sur un accès de 80 % du marché sur une période de 12 à 15 ans, tandis que l’Afrique de l’Ouest offre une libéralisation de 70 % de son marché sur une période de 25 ans. La région redoute que ses industries en plein essor soient détruites par une inondation de marchandises en provenance de l’UE et que son secteur agricole ne tienne pas le coup face aux produits subventionnés par l’UE.

    Source: AllAfrica/Daily Trust


    Link En savoir plus
    Link CEDEAO
    Link Conférence ministérielle de l’OMC


  9. Ouganda : Problèmes avec la législation de transparence de l’UE
    2011-12-02
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    La société pétrolière Tullow Oil, ainsi que d’autres compagnies pétrolières et gazières opérant en Europe, seront tenus de divulguer publiquement les paiements qu’elles versent à l’Etat, conformément à une nouvelle législation de l’Union européenne.

    L’industrie pétrolière se retrouve ces dernières semaines sous le feu des projecteurs en raison des transactions opaques et les paiements confidentiels au gouvernement ougandais, le tout sous le couvert du plus grand secret. Hormis les compagnies pétrolières, de nombreuses autres entreprises européennes évoluant dans le secteur de l’extraction de minéraux et métaux sont également impliquées dans ces pratiques. Mais rien ne filtre des transactions avec le gouvernement.

    La Commission européenne souhaite à présent modifier les directives « comptables » et la directive « transparence du marché » de l’UE afin d’assurer la transparence des paiements aux gouvernements des compagnies œuvrant dans l’industrie extractive en vue de dissuader et de combattre la corruption.

    Source: AllAfrica/The Independent


    Link En savoir plus
    Link L'initiative de transparence de l'UE
    Link Délégation de l'UE en Ouganda


  10. 30,1 millions € de l'UE pour les produits agricoles dans les pays tiers
    2011-12-02
    Catégorie(s) : Archives, Environnement, Commerce ACP-UE

    La Commission européenne a approuvé, 20 programmes de promotion en faveur des produits agricoles dans les pays tiers. Les programmes, d'une durée de trois ans, sont dotés d'un budget total de 60,2 millions €, dont 30,1 millions € (50 %) sont financés par l'UE. Les programmes sélectionnés concernent les fruits et légumes frais et transformés, le lait et les produits laitiers, les AOP (appellations d'origine protégées), les IGP (indications géographiques protégées) et les STG (spécialités traditionnelles garanties), les aliments et l'agriculture biologiques, l'huile d'olive, le vin et les spiritueux, les céréales et le riz, l'horticulture et la viande.

    Dans le cadre du régime d’information et de promotion et outre les programmes déjà acceptés au titre du cofinancement en 2011 ciblant le marché intérieur (voir IP/11/829) et ceux adoptés en vue de lutter contre les conséquences de la crise de l'E.coli dans le secteur des fruits et légumes frais (voir IP/11/1373), les services de la Commission ont reçu, à la fin du mois de juin 2011, 31 programmes visant les pays tiers. Parmi ces programmes, 20 ont été sélectionnés en vue d'un cofinancement pour un budget total de 60,2 millions € avec une contribution de l'UE d'un montant de 30,1 millions €.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Commission: DG Agriculture
    Link Commission: La crise Ecoli en début 2011


  11. Journée mondiale de la lutte contre le sida, l’UE se joint aux victimes
    2011-12-01
    Catégorie(s) : Archives

    En la Journée mondiale 2011 de la lutte contre le sida (1 Décembre), l'Union européenne et ses États membres se joignent aux personnes du monde entier qui honorent la mémoire de ceux qui leur sont chers, parents et amis, qui ont succombé au sida et ils réaffirment qu'ils sont déterminés à aider tous ceux qui vivent avec le VIH et tous ceux qui sont touchés par l'épidémie. […]

    La lutte contre le sida, déclare le Conseil de Ministres dans un communiqué, a appris à l’UE l'importance du partenariat, du dialogue et de la place centrale que doivent occuper les droits et la dignité de l'homme. Des progrès impressionnants ont été accomplis, qui ont permis de diminuer de près de 20 % le nombre de nouveaux cas au cours des dix dernières années et de près de 19 % le nombre de décès liés au sida durant les années 2004 à 2009. […]

    C'est dans les pays les plus affectés de l'Afrique sub-saharienne, poursuit le communiqué, où vivent les deux tiers de l'ensemble des personnes atteintes par le HIV, que l'on relève les progrès les plus notables. L'Union européenne est fière de contribuer à ces avancées extraordinaires dans le domaine de la lutte contre le VIH et le sida au niveau mondial et de participer à l'effort collectif mené par des partenaires solides tels que l'ONUSIDA, l'OMS, le Fonds mondial, UNITAID, "les personnes qui vivent avec le VIH" et la société civile.

    Source: Conseil des Ministres


    Link En savoir plus [PDF]
    Link Journée mondiale sur le lutte contre le sida
    Link UE: VIH/SIDA


  12. Busan: UE annonce de nouvelles initiatives de transparence et coordination
    2011-12-01
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Politique ACP-UE

    S’exprimant dans le cadre du 4e Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide, à Busan, M. Andris Piebalgs, commissaire au développement, a présenté les nouvelles propositions de l'Union européenne visant à rendre son aide plus efficace: une programmation conjointe de l’UE, laquelle suppose que les donateurs de l’UE travaillent ensemble pour acheminer l’aide et se répartissent les tâches de la manière la plus efficace possible, et une garantie de transparence de l'UE, qui signifie que les États membres de l'UE rendront publiques toutes les informations relatives aux programmes d'aide de sorte qu’elles soient facilement accessibles et puissent être plus aisément partagées et publiées.

    L’UE a aussi souligné la nécessité de se concentrer davantage sur la façon dont l’aide est acheminée sur le terrain et a encouragé les pays partenaires à adopter les nouveaux «pactes nationaux», accords souples permettant aux différents partenaires de développement de mieux répondre aux priorités et besoins spécifiques sur le terrain. […]

    Le 4e Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide se tiendra du 29 novembre au 1er décembre à Busan (Corée du Sud), dans la continuité des rencontres sur le même thème organisées précédemment à Paris et à Accra. L’un des principaux objectifs de ce 4e Forum est de s'accorder sur un nouveau «Partenariat mondial pour l'efficacité de la coopération au développement» ouvert à tous – auquel seront associés les pays partenaires et leurs partenaires de développement, y compris les économies émergentes, le secteur privé et les organisations de la société civile du monde entier.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Groupe ACP: Meilleure coordination
    Link Busan: Le travail de l'UE


  13. Le gouvernement zimbabwéen va lancer une politique commerciale
    2011-11-30
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le gouvernement zimbabwéen envisage de lancer une politique commerciale nationale destinée à promouvoir les exportations et l’industrialisation de l’économie à travers la mise en place d’une série de mesures d’encouragement. Selon un projet de document d’orientation élaboré par le ministère de l’Industrie, publié cette semaine par le Zimbabwe Independent, cette politique devrait guider les accords futurs entre le Zimbabwe et ses partenaires commerciaux pour s’assurer que le pays accroît son positionnement en tant qu’acteur du commerce régional et international.

    Cette politique commerciale devrait contribuer à augmenter les exportations nationales de 10 % par an, et accroître les recettes de 2,5 milliards de dollars EU en 2010 à 4,5 milliards en 2016. Elle vise également à accroître la valeur ajoutée des produits de base, mais aussi à favoriser le développement industriel sur la période 2011-2015, en augmentant la part du secteur manufacturier dans les recettes d’exportations de 16 à 50 % d’ici 2015. Pour le gouvernement, cette politique devrait contribuer à l’expansion des ventes de produits zimbabwéens sur les marchés régionaux grâce à la mise en œuvre d’un plan d’intégration régionale.

    Si le Zimbabwe fait déjà partie de différents blocs commerciaux — Comesa, Sadc, ACP-UE, Système généralisé de préférences commerciales et Organisation mondiale du commerce (OMC) — le pays ne dispose pas aujourd’hui d’une politique commerciale cohérente, la valeur des importations dépassant largement celle des exportations. La situation du Zimbabwe s’est encore détériorée avec la suppression du soutien des institutions multilatérales, comme le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale, à la balance des paiements du pays.

    Source: The Independent


    Link En savoir plus
    Link Délégation de l'UE au Zimbabwe
    Link Ministère zimbabwéen d'industrie et commerce


  14. Approbation des mesures de l’UE en faveur des pays en développement
    2011-11-30
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Politique ACP-UE

    Le Conseil européen a amendé le 28 Novembre certains instruments financiers de coopération avec les pays en développement. Les mesures ont été approuvées par le comité de conciliation du Parlement européen. La procédure de conciliation concernait les questions portant sur l’étendue des pouvoirs attribués à la Commission dans le cadre de la mise en œuvre des programmes. Des paramètres clés pour l’allocation de deux programmes ont été définis par les législateurs dans le cadre de la procédure législative plutôt que par des mesures de la Commission. Les décisions prises aujourd’hui modifient l’instrument financier européen de coopération avec les pays industrialisés et d’autres pays à revenus élevés (« ICI plus »).

    Les fonds peuvent désormais être utilisés dans le cadre de la coopération avec les pays en développement, en plus des 46 pays initiaux en Amérique latine, en Asie et au Moyen-Orient (y compris le Brésil, la Chine, l’Inde et l’Irak). Ce programme a notamment pour but de promouvoir les partenariats économiques et d’améliorer l’accès aux marchés pour les entreprises européennes. Il vise en outre à mettre en place des actions de diplomatie publique et de favoriser les échanges. Par exemple, l’objectif du programme « Erasmus Mundus » est de faire collaborer les étudiants du monde entier en favorisant les échanges universitaires entre l’UE et tous ces Etats. Le budget alloué à cet instrument s’élève à 176 millions d’euros pour la période 2007-2013. Ces mesures fixent également les modalités visant à soutenir l’ajustement des groupements de producteurs de bananes (notamment les plus vulnérables) des pays ACP pour répondre aux défis de la libéralisation commerciale. Elles viennent compléter les dispositions de l’OMC visant à réduire les préférences tarifaires accordées par l’UE à ces pays. Dix pays bénéficieront d’une enveloppe budgétaire de 190 millions d’euros allouée jusqu’en 2013 : Belize, Cameroun, Côte d'Ivoire, Dominique, République dominicaine, Ghana, Jamaïque, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines et Surinam.

    Par ailleurs, un certain nombre de modifications techniques seront apportées à l’instrument de financement de la coopération au développement (ICD) et à l’instrument européen sur la démocratie et les droits de l’homme (IEDDH) afin d’aligner les dispositions concernées de ces instruments sur les autres instruments financiers de l’UE pour l’action extérieure. Ils permettront une flexibilité au cas par cas. Ces instruments disposent que l’aide de l’UE peut en principe être utilisée pour financer les coûts relatifs aux impôts, taxes, droits et autres charges fiscales. Avant d’entrer en vigueur, ces décisions doivent encore être formellement adoptées par le Parlement européen.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus [PDF]
    Link Commission: DG DEVCO
    Link DCI


  15. Négociations APE entre l’UE et l’Afrique de l’Ouest à Accra
    2011-11-29
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Les négociateurs de l’Union européenne et de l’Afrique de l’Ouest se sont réunis à Accra, au Ghana, du 15 au 18 novembre 2011 pour examiner les progrès réalisés dans les négociations APE. Des progrès ont certes été réalisés, notamment sur le texte commun de l’accord et le programme des APE pour le développement (PAPED), mais les discussions sur des questions clés, telles que l’offre d’accès au marché, se poursuivent. Le calendrier prévisionnel des prochaines étapes est fixé comme suit : une session sur les règles d’origine du 6 au 10 février 2012, suivie d’une réunion technique de haut niveau du 13 au 17 février 2012. Ces deux événements auront lieu à Bruxelles.

    Le pétrole en provenance du Nigeria représente plus de la moitié des échanges (55 %) entre l’UE et l’Afrique de l’Ouest. L’UE exporte principalement des produits industriels vers l’Afrique de l’Ouest : machines-outils (14 %), outillage électrique (9 %) et véhicules (7 %). A l’exception du pétrole nigérian, les principales exportations vers l’UE sont le cacao (11 %), le fer (8 %) et le caoutchouc (6 %). Deux pays d’Afrique de l’Ouest, la Côte d'Ivoire et le Ghana, ont paraphé fin 2007 des APE intérimaires bilatéraux avec l’UE. L’APE intérimaire avec la Côte d'Ivoire avait été signé le 26 novembre 2008.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link CEDEAO
    Link Commerce ACP-UE


  16. Les Européens soutiennent massivement l'aide au plus démunis de la terre
    2011-11-29
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE

    Selon une nouvelle enquête, les Européens jugent prioritaire l'aide apportée aux plus nécessiteux. 84 % des personnes ayant répondu aux questions d'une nouvelle enquête Eurobaromètre soutiennent le principe d'une aide au développement pour aider les plus démunis dans le monde à sortir de la pauvreté. Dans leur grande majorité (84 %), les citoyens européens sont également favorables à ce que l'aide de l'UE soit fortement axée sur la bonne gouvernance et les droits de l'homme dans les pays en développement, une orientation proposée par le commissaire européen Piebalgs dans sa récente proposition de programme pour le changement.

    Les Européens sont disposés à contribuer activement à aider les pauvres. Toujours d'après cette enquête, la moitié des citoyens de l'UE seraient ainsi prêts à débourser davantage pour leurs achats quotidiens (en se procurant des produits du commerce équitable, par exemple), dès lors qu'ils auraient la certitude que cela profiterait aux pays en développement.

    Le commissaire européen au développement, Andris Piebalgs, a fait la déclaration suivante: «Les Européens envoient un message clair aux responsables politiques de l'UE et du monde entier: même en ces temps de difficultés économiques, ils restent fermement déterminés à aider les autres à émerger de la pauvreté. Cette générosité doit aller de pair avec une responsabilité politique. Il nous faut faire montre d'une efficacité et d'une transparence accrues en affichant les retombées positives de notre aide et en démontrant que les fonds versés apportent un véritable plus. Le Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide, qui se tiendra la semaine prochaine à Busan, en Corée du Sud, sera l'occasion idéale de réfléchir à la manière dont nous pouvons renforcer encore l'efficacité de notre aide et je me réjouis de voir que nos citoyens nous soutiennent à cet égard.»

    Les jeunes Européens (âgés de 15 à 24 ans) ont exprimé leur large soutien à la politique de développement, révèle l'enquête Eurobaromètre. Neuf jeunes sur dix estiment en effet qu'il est important d'aider les plus démunis, tandis que 41 % sont d'avis que cette action est «très importante», contre 35 % des personnes interrogées âgées de plus de 40 ans. Les jeunes font également preuve de l'engagement personnel le plus fort vis-à-vis de cette cause, 53 % d'entre eux et 60 % des étudiants étant disposés à payer plus cher certains produits (du commerce équitable, par exemple) pour autant que cela puisse bénéficier aux plus défavorisés dans le monde. Les jeunes sont également les plus déterminés à tenir la promesse d'accroître le niveau de l'aide (69 % d'entre eux contre 62 % en moyenne pour l'ensemble des personnes interrogées).

    Source: Commission européenne


    Link Read more
    Link Consulter le rapport [PDF]
    Link Des informations supplémentaires


  17. Le négociateur en chef de l’UE : un accord à Durban est possible
    2011-11-29
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire, Environnement

    La feuille de route 2020 pour un accord sur le climat similaire à celui de  Kyoto devra suivre un calendrier fondé sur des faits scientifiques et sur des actions visant à réduire les émissions de CO2 bien avant cette date, a déclaré le responsable européen des négociations climatiques, Artur Runge-Metzger, lors d’un entretien exclusif accordé à EurActiv. Il a toutefois insisté sur l'absence d'un « plan B ».

    « Nous espérons des résultats concrets, et cela semble possible, étant donné ce que nous avons pu entendre et voir au cours des dernières semaines », a affirmé M. Runge-Metzger lors d'un entretien téléphonique depuis Durban.

    L'idée d'imposer au monde des objectifs obligatoires en matière d'émissions de gaz à effet de serre semble irréalisable, alors que les espoirs de conclusion d'un accord lors du sommet de Durban sur le changement climatique qui commence aujourd'hui (28 novembre) se sont évanouis.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Durban doit mener à des engagements solides
    Link Durban: Le PE envoie un message fort


  18. La crise n'aura pas d'incidence sur la coopération ACP-UE - M. Assarid
    2011-11-29
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Politique ACP-UE

    La coopération entre l'Union européenne et les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) a pris une nouvelle dimension avec les accords de Cotonou en 2000. Depuis, parlementaires européens et des pays ACP débattent de développement deux fois par an lors d'une Assemblée paritaire. Son coprésident, le Malien Assarid Ag Imbarcaouane, a accepté de répondre aux questions des journalistes du Parlement européen sur le développement, la crise et le Printemps arabe.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Les pays ACP ne devraient pas être les victimes
    Link Assemblée parlementaire paritaire


  19. Les entreprises européennes continuent d’investir au Guyana
    2011-11-29
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique ACP-UE

    M. Robert Kopecky, nouveau chef de la délégation de l’UE à Georgetown, a déclaré au cours d’une conférence de presse, après avoir présenté ses lettres de créance au président Bharrat Jagdeo, que plusieurs entreprises européennes souhaitaient s’implanter au Guyana avec la ferme intention de débloquer le potentiel d’investissements « verts » dans le pays.

    « L’avenir offre de nombreuses opportunités, telles que le développement du tourisme écologique, la préservation des forêts – à l’initiative du président Jagdeo – ou encore la réduction des émissions de carbone ; de nombreuses entreprises européennes souhaitent vivement s’implanter au Guyana pour faire des affaires dans un climat de collaboration mutuellement respectueux et je pense que pour l’énergie, compte tenu de votre potentiel hydro-énergétique, nous pouvons renforcer et élargir notre coopération », a indiqué M. Kopecky.

    Le chef de la délégation de l’UE a déclaré avoir surtout parlé de ces opportunités avec le président Jagdeo, bien qu’ils aient ensemble évoqué la situation politique du pays. Il a ajouté que l’Europe saluait la stabilité du pays et avait approuvé la disposition constitutionnelle – mise en œuvre par le président Jagdeo lui-même – qui limite le nombre de mandats présidentiels.

    « Nous avons consacré un long moment à la question de l’intégration régionale car, selon moi, Georgetown est un peu la capitale caribéenne de l’intégration, tout comme Bruxelles, siège de la plupart des institutions européennes, est considérée de facto comme la capitale de l’Union européenne, et je pense que sur ce terrain, compte tenu de votre ambition de devenir le grenier alimentaire des Caraïbes, nous pouvons exploiter au mieux les possibilités de coopération mutuelle », a-t-il expliqué.

    Et d’ajouter que « s’il y a une chose que l’Europe peut partager, c’est bien son expérience en matière d’intégration ». M. Kopecky est également ambassadeur de l’UE au Surinam, à Trinité-et-Tobago et dans les territoires néerlandais d’outre-mer.

    L’Union européenne, principal partenaire de l’aide au développement du Guyana, a pris part à de nombreux projets dans des domaines tels que la protection maritime, la réforme générale de l’industrie sucrière, l’appui budgétaire et la promotion de la démocratie.

    Source: demerarawaves.com


    Link En savoir plus
    Link UE: Le Guyana, une démocratie mûrie
    Link Relations de l'UE avec le Guyana


  20. Interview: Busan attire avec une nouvelle promesse
    2011-11-29
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Tout d’ abord, arrêtez de l’appeler  « aide », Brian Atwood,  président du Comité de l’Assistance au Développement, à l’OCDE, expose à IPS. Le sommet sur l’effectivité de l’aide à Busan, qui commence aujourd'hui, peut avancer le dialogue sur la « coopération au développement »  dit Atwwod. Ce mot veut dire beaucoup :  Il peut signifier le renforcement de partenariat au développement d’une nouvelle façon.

    Les indications montre que pendant le sommet à Busan seront mis en place des accords de coopération au développement, Atwood revèle dans une interview  par email. L’Organisation de coopération  et de Développement  Economique (OCDE), qui  mène principalement le  Quatrième  Forum à Haut Niveau sur l’Efficacité de l’Aide, et qui aura lieu à Busan (Corée de Sud)  du 29 novembre au 1 décembre  2011, dit que à un moment de difficultés économiques, les accords agréés à Busan sont cruciales.

    Source: IPSNews


    Link En savoir plus
    Link L'UE à Busan
    Link Forum sur l'efficacité de l'aide à Busan



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Isolina BOTO
CTA
39 rue Montoyer
1000 Brussels
Belgium
Tel 02 513 74 36
Fax 02 511 38 68
http://www.cta.int/
http://bruxelles.cta.int/

 

Rédacteur : André Feldhof (feldhof@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2011 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1