Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Septembre 2018
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 313]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 313]
Date d'envoi: 2012-03-12 11:31:09
Publication #: 125
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [DATE]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Principaux évènements pour la semaine du 12/03 au 18/03/2012
  2. Notre invité vidéo: Hindou Oumarou Ibrahim, IPACC
  3. L’Initiative européenne pour l'eau
  4. RDC : Des fonds additionnels pour atteindre les bénéficiaires
  5. Jus de fruits commercialisés dans l'UE : une nouvelle directive
  6. Les OGM et la feuille de route en discussion
  7. La réforme de l'aide au développement débattue
  8. Amélioration de la mise en œuvre de la législation environnementale
  9. Le Royaume-Uni 'doit absolument' maintenir son soutien à la Zambie
  10. Le Royaume-Uni encourage des marchés ouverts et stables en Afrique du Sud
  11. La troisième option est « plus adaptée, supérieure et bénéfique au Ghana »
  12. L'EFSA : Plus indépendant et transparent
  13. Négociations de l’UE et de l’EAC sur des problématiques commerciales
  14. Une véritable politique libérale en Afrique?
  15. Améliorer l’égalité femme-homme au Timor-Leste
  16. Soutien pour l’approvisionnement et l’assainissement de l’eau au Nigéria
  17. Appel à propositions: Recherche en Sciences et Technologies
  18. Une augmentation de l'aide humanitaire en faveur de la RDC
  19. Appui de l’UE au Congo qui doit faire face à plusieurs crises simultanées
  20. Aide au développement principalement dédié à l’Afrique subsaharienne
  21. Coupes budgétaires dans l’aide au développement
  22. Participer à la création d’une économie verte
  23. Reconstruction en Haïti: 'L'UE tient ses promesses'


  1. Principaux évènements pour la semaine du 12/03 au 18/03/2012
    2012-03-09
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique alimentaire, Politique ACP-UE

    Parlement européen
    -13-15  Mars: Session plénière du Parlement européen (Strasbourg)
    Conseil de ministres
    -14/16 Mars: COREPER I
    -14  Mars: COREPER II
    -16  Mars: Conseil Affaires étrangères (Commerce exterieur)
    Groupe ACP
    -13 Mars: Bureau du Comité des ambassadeurs
    -15 Mars: Comité des ambassaderus
    -16 Mars: S/C Développement durable

    Vous pouvez également lire notre quotidien anglais « CTA Brussels Daily » (alimenté par Twitter) et nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.




  2. Notre invité vidéo: Hindou Oumarou Ibrahim, IPACC
    2012-03-09
    Catégorie(s) : Archives, Développement rural, Environnement

    Le Bureau du CTA à Bruxelles  a longuement couvert la situation alarmante au Sahel, où le spectre de la famine guette 12 millions de personnes. Lors du dernier Briefing de Bruxelles, intitulé «Nouveaux enjeux et opportunités pour le pastoralisme dans les pays ACP», nous avons rencontré Mme. Hindou Oumarou Ibrahim, directrice de l’Association des Femmes Peules Autochtones du Tchad (AFPAT) et représentante de la région du Sahel au Comité exécutif du Comité de coordination des peuples autochtones d'Afrique (IPACC). Elle nous a parlé du concept de «peuples autochtones» et notamment de leur situation actuelle à la lumière de la crise alimentaire.


    Link Regarder la vidéo
    Link Dernier Briefing de Bruxelles
    Link Tout savoir sur l'IPACC


  3. L’Initiative européenne pour l'eau
    2012-03-09
    Catégorie(s) : Développement rural, Archives, Environnement

    Selon les dernières nouvelles, le commissaire Piebalgs  fait le point sur les résultats de l'Initiative européenne pour l'eau cette semaine. Le 10e anniversaire de l'Initiative coïncide avec la célébration de l'atteinte de l'Objectif du Millénaire (OMD) sur l'accès durable à l'eau potable, et ce cinq ans avant la date fixée (2015). Toutefois, l'autre objectif des OMD concernant l'eau, l'accès aux services sanitaires, accuse un retard. En conséquence, l'UE va intensifier ses efforts pour atteindre ces objectifs à temps.
    Au total, l'action européenne a déjà permis à plus de 32 millions de personnes d'avoir accès à l'eau potable, et à 9 millions de bénéficier d'installations sanitaires. Dans le prolongement de réalisations de l'initiative sur l'eau, l'UE continuera à soutenir la coopération internationale et à promouvoir des approches novatrices qui renforcent le lien entre l'eau et d'autres secteurs tels l'agriculture et l'énergie.
    L'Initiative pour l'eau, financée par l'UE, constitue un partenariat politique qui a contribué à améliorer l'accès à l'eau à travers le monde et à inscrire l'eau au cœur des politiques de développement.

    Source: Commission europeénne


    Link En savoir plus
    Link Tout savoir sur l'EUWI
    Link Les OMD et l'eau


  4. RDC : Des fonds additionnels pour atteindre les bénéficiaires
    2012-03-09
    Catégorie(s) : Archives, Efficacité Aide, Politique ACP-UE

    Suite à sa visite en République Démocratique du Congo,  Kristalina Georgieva a annoncé des fonds additionnels jusqu'au 4 millions d'euros pour renforcer d'avantage le service spécial de transport aérien humanitaire en République Démocratique du Congo (RDC). Les fonds permettront d'augmenter l'accès des agences d'aide humanitaire aux zones reculées prioritaires grâce à l'utilisation d'un hélicoptère quand l'accès par terre ou par avion est impossible. Avec ce soutien additionnel, l'aide humanitaire de la Commission européenne au RDC cette année va surpasser 60 million d'Euro.
    Notamment, la Commissaire européenne pour la Coopération internationale, aide humanitaire et réaction aux crises, a dit : « Nous ne pouvons apporter une assistance si nous n'avons pas accès aux personnes qui en ont besoin. En RDC, l'accès constitue un réel problème – les secours sont souvent nécessaires dans des régions éloignées et pour des personnes déplacées. C'est pourquoi il est essentiel de permettre à nos partenaires humanitaires de se rendre là où on a le plus besoin d'eux ».

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Aide humanitaire en faveur de la RDC
    Link Plusieurs crises simultanées


  5. Jus de fruits commercialisés dans l'UE : une nouvelle directive
    2012-03-09
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Politique alimentaire

    Suite à un accord en première lecture avec le Parlement européen, le Conseil a approuvé un texte de compromis visant à mieux aligner la directive de l'UE relative aux jus de fruits sur les normes alimentaires internationales du Codex Alimentarius.
    La directive, qui est donc adoptée, devrait entrer en vigueur au plus tard début juin, lors de sa publication au Journal officiel de l'UE. Les États membres disposeront alors de dix-huit mois pour la transposer dans leur législation nationale et devront appliquer les nouvelles règles à partir de la fin de cette période.
    La nouvelle directive intègre la pratique en vigueur dans ce secteur, qui consiste à ne pas ajouter de sucres aux jus de fruits. À compter de la date d'application des nouvelles règles (c'est-à-dire dix-huit mois après leur entrée en vigueur), il ne sera plus permis d’ajouter des sucres aux jus de fruits.
    Les nouvelles règles s'appliqueront à tous les jus de fruits commercialisés dans l'UE, quelle que soit leur origine. Cela permettra d'assurer l'égalité de traitement entre les jus de fruits fabriqués dans l'UE et ceux importés de pays tiers.

    Source: Council of the EU


    Link En savoir plus
    Link Codex Alimentarius
    Link Jus de fruits et produits similaires


  6. Les OGM et la feuille de route en discussion
    2012-03-09
    Catégorie(s) : Environnement

    Selon les dernières informations publiées sur le site web de la Présidence danoise de l’UE,  les ministres européens du Conseil Environnement se réunissent cette semaine pour discuter d'importants points à l'ordre du jour, parmi lesquels la liberté pour les Etats membres de cultiver des OGM et la feuille de route pour le climat à l'horizon 2050.
    Les ministres devront tenter de se mettre d'accord sur la manière dont l'UE peut réduire de 80-95% ses émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2050. Deux pas importants dans la bonne direction seront les étapes à franchir en 2030 et 2040.Notamment,  ils devront s'accorder sur les suites à apporter à la conférence de Durban.
    Le ministre danois  du Climat, de l'Énergie et des Constructions, Martin Lidegaard, a declaré a cet égard :  « Cela s'annonce difficile. Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE ont demandé à leurs ministres de l'environnement de faire rapidement avancer le dossier qui doit mener à un consensus sur la feuille de route vers une économie faible en carbone en 2050.  Je souhaite que nous nous mettions d'accord sur les étapes à franchir et que cela contribue à nous faire progresser en direction d'une Europe plus verte. Je mise sur notre capacité au cours de cette réunion à faire en sorte que la politique climatique européenne évolue au rythme des défis à relever. »
    Il peut s'avérer tout aussi difficile d'arriver à un accord sur une proposition présentée par la Commission en 2010 de laisser les Etats membres libres d'autoriser, restreindre ou interdire la culture des OGM sur leur propre territoire. Trois précédentes présidences ont dû renoncer à conclure un accord sur cette proposition.
    D'un côté, vingt-deux Etats souhaitent restreindre ou interdire la culture des OGM  à des degrés divers. De l'autre, une minorité de blocage estime que restreindre ou interdire la culture des OGM serait contrevenir aux règlements de l'OMS et du marché unique, ou porterait atteinte à l'autorité de l'EFSA.
    La Présidence danoise a élaboré une proposition de compromis qui essaie d’amener les 22 Etats et la minorité de blocage à se rejoindre.
    Source : eu2012


    Link En savoir plus
    Link Sans OGM, moins de compétitivité
    Link L'objectif européen de reduction des émissions


  7. La réforme de l'aide au développement débattue
    2012-03-08
    Catégorie(s) : Archives, Développement rural, Politique ACP-UE

    Le 'programme pour le changement' « pourrait avoir de mauvais résultats ». Selon un article publié sur le site EuroACtiv,  les populations pauvres dans les pays émergents, notamment le BRICS,  pourraient être « abandonnées à leur sort » car  l’UE pourrait réorienter les aides au développement vers les pays les plus pauvres. Les organismes caritatifs et de défense des droits de l'Homme ont salué l'engagement renouvelé de l'Europe envers les pays en développement. Cependant,  ils craignent que l'ébauche de propositions de l'UE ne porte atteinte aux efforts de financement de projets dans le domaine de l'eau et de l'assainissement, notamment dans certains pays d'Afrique subsaharienne.
    La première rapporteuse spéciale de l'ONU pour le droit à l’eau et à l’assainissement Catarina de Albuquerque, a déclaré à EurActiv  que le projet  de l'UE, « programme pour le changement », et qui appelle à une révision de l'aide au développement, « pourrait entraver la progression des droits » s'il abandonnait des communautés pauvres et vulnérables. « Je ne dis pas que les intentions sont mauvaises, je dis simplement que les résultats le sont, » a-t-elle ajouté.
    Le commissaire au développement, Andris Piebalgs, a récemment dévoilé son plan de réforme de l'aide au développement dans le but de soutenir les pays les plus vulnérables, presque tous situés en Afrique subsaharienne. Les ministres des affaires étrangères et du développement de l'Union des Vingt-Sept ont reconnu en mai 2011 que l'eau était une question primordiale, dans la mesure où le manque d'eau a des répercussions sur les productions alimentaire et énergétique et contribue à de nombreux problèmes de santé.Les projets de conclusions du Conseil qui seront présentés sous la présidence danoise actuelle entérinent les plans de réorientation de l'aide allouée aux pays à revenu intermédiaire pour traiter les problèmes liés aux pénuries d'eau, entre autres.

    Source : EuroACtiv


    Link En savoir plus
    Link Programme pour le changement
    Link Le rôle de l'eau dans la politique de l'UE


  8. Amélioration de la mise en œuvre de la législation environnementale
    2012-03-07
    Catégorie(s) : Environnement

    Dans le but d'offrir un environnement de meilleure qualité, la Commission a récemment publié  une communication relative à l'amélioration de la mise en œuvre de la législation environnementale de l'UE. La communication souligne les effets positifs de la législation environnementale, car il est bien moins coûteux de prévenir les dommages environnementaux que de procéder sur le long terme à leur réparation.
    M. Janez Potočnik, membre de la Commission chargé de l’environnement, a déclaré à ce propos: «La législation de l'UE n'est pas une invention de Bruxelles. Il s'agit de lois adoptées de manière démocratique par tous les États membres et par le Parlement dans l'intérêt des citoyens. Notre environnement est protégé par quelque 200 actes législatifs, dont l'application laisse trop souvent à désirer. Non seulement, cela a des conséquences néfastes sur l'environnement, mais cela nuit aussi à la santé humaine, engendre une insécurité juridique pour les entreprises et sape les fondements du marché unique. En cette période de crise, ce sont des coûts que nous ne pouvons pas nous permettre.»
    Notamment, il est suggéré d'améliorer les inspections et la surveillance, de fixer des critères sur la manière dont les États membres devraient traiter les plaintes des citoyens, de faciliter l'accès à la justice en ce qui concerne les questions environnementales, et de soutenir les réseaux européens de spécialistes de l'environnement. En cas de problème, les autorités chargées de la mise en œuvre devraient s'engager plus clairement à prendre des mesures concrètes dans des délais précis et à adopter des valeurs de référence qui puissent faire l'objet d'une évaluation publique.

    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Lire la communication
    Link Politique d'environnement


  9. Le Royaume-Uni 'doit absolument' maintenir son soutien à la Zambie
    2012-03-07
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le quotidien britannique The Guardian indique que le Centre pour la politique commerciale et de développement (CTPD), une ONG zambienne, exhorte le Royaume-Uni de maintenir son soutien aux autorités zambiennes chargées des recettes fiscales pour que les revenus engendrés par les compagnies minières et autres multinationales rapportent davantage en recettes fiscales. Le nouveau gouvernement zambien a décidé d’augmenter la base fiscale du pays, nous apprend également le CTPD. Par rapport au montant total des revenus qui pourrait être augmenté, cela semble peu mais suffisant.
    Le directeur exécutif du CTPD , Savior Mwambwa, a alerté la commission parlementaire britannique chargée du développement international. S. Mwambwa a souligné que des lois secrètes sont au désavantage de pays tels que la Zambie dans leurs négociations avec des sociétés internationales. Il a avancé ceci: « Lorsque Glenclore reçoit des réductions d’impôts ou des subventions, cela est fait en secret. […] S’il existait une transparence plus importante, les pays en développement disposeraient d’un plus grand pouvoir de négociation envers les multinationales. »
    Le CTPD a contraint le département britannique pour le développement international (DfID) à maintenir son soutien au ministère des finances zambiennes, soit l’équivalent zambien de l’administration fiscale et douanière britanniques.
    Les mines représentent le secteur industriel le plus important en Zambie en matière d’exportations à la lumière de ses larges réserves en ressources minérales. Deux tiers de la population de cet État africain vit en dessous du seuil de pauvreté national bien que la Zambie soit officiellement classée comme un pays à revenus moyens.

    Source: The Guardian


    Link En savoir plus
    Link Tout savoir sur le CTPD
    Link Donation britannique pour la Zambie


  10. Le Royaume-Uni encourage des marchés ouverts et stables en Afrique du Sud
    2012-03-07
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    ESI Africa a annoncé que le haut-commissariat britannique a lancé un financement à hauteur d’un million de livres sterling pour la période de 2012/2013 dans le but de fournir son soutien aux projets en Afrique du Sud liés à la prospérité, au commerce et à la croissance bas carbone. Ce soutien fait partie d’un financement global qui cherche à créer le bien-être « en augmentant les exportations et les investissements, en ouvrant les marchés et en assurant l’accès aux ressources et à la sécurité énergétique », ajoute un représentant du haut-commissariat britannique. Ayant souligné que les changements climatiques constituaient une des plus grandes menaces à la sécurité de la planète, le haut-commissariat renchérit en ajoutant que cette mesure « va de pair avec la croissance durable, des niveaux plus élevés d’emplois, la hausse des niveaux de vie et un commerce régional/international plus important ».
    Le haut-commissariat a souligné que le Royaume-Uni a tout intérêt à promouvoir des marchés et des économies ouvertes et stables, à se pencher sur les obstacles au développement économique et à soutenir une transition mondiale à l’économie bas carbone. Les organisations sud-africaines sont invitées à soumettre des propositions de projets qui répondent aux critères exposés dans leurs stratégies du fonds de prospérité.

    Source: ESI Africa


    Link En savoir plus
    Link Tout savoir sur le HCB
    Link Stratégie de prospérité


  11. La troisième option est « plus adaptée, supérieure et bénéfique au Ghana »
    2012-03-07
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    La semaine passée, l’antenne bruxelloise du CTA rapportait les déclarations de la ministre ghanéenne du commerce et de l’industrie, Mme Hannah Tetteh, à propos d’une plateforme CEDEAO (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest) liée à un APE complet. Elle a ajouté qu’une discussion plus approfondie sur la problématique des APE était nécessaire et a affirmé que la signature d’un APE complet serait bénéfique pour certaines régions tout en se faisant au détriment d’autres régions, c’est pourquoi « il fallait qu’ils fassent la part des choses entre les bénéfices et les inconvénients afin de décider ce qui est le mieux pour le pays.» Cette semaine, Myjoyonline, le journal en ligne qui avait déjà évoqué cette problématique, a publié un courrier adressé par Sylvester W. Bagooro, de l’unité d’économie politique du Third World Network-Africa, une ONG qui est en fait une coalition indépendante d’organisations et d’individus engagés dans le plaidoyer sur des problématiques liées au développement, à l’environnement et aux questions Nord-Sud. M. Bagooro a expliqué que la ministre ne tient pas compte dans sa position d’ « une troisième option, plus adaptée, supérieure et bénéfique au Ghana et à laquelle la CEDEAO s’est engagée ».
    À propos de cette troisième option, Sylvester W. Bagooro ajoute: « Cette  option représente un mécanisme régional sous la forme d’un fonds de solidarité pour compenser les pertes à l’exportation du Ghana, de la Côte d’Ivoire et du Cap Vert si aucun consensus régional n’est atteint sur l’APE d’ici le 1er janvier 2014. Cette décision a été prise lors de la dernière réunion du comité ministériel de suivi (MCC) de l’Afrique de l’Ouest qui s’est tenue dans la capitale ghanéenne, Accra en novembre 2011 et justement organisée par madame la ministre Hannah Tetteh elle-même. »
    Selon lui, « cette option permet au Ghana d’éviter toute perturbation des exportations ainsi que toutes les clauses négatives de l’APE intérimaire ainsi que les conséquences considérables qu’il peut avoir sur le développement du Ghana et sur le processus d’intégration régionale au sein de la CEDEAO. Le problème des exportateurs est véritable et constitue une réelle source de préoccupation. Il faut cependant l’intégrer à l’intérêt des autres producteurs et du pays dans son ensemble. En effet, à côté de ceux qui exportent sur le marché de l’Union, tous les autres producteurs locaux dont le marché est national et toute la région de la CEDEAO auront un défi très sérieux à relever avec l’afflux des biens venant de l’UE. »
    Faisant de ces informations des arguments pertinents pour agrémenter son discours, il conclut: « La ministre devrait prendre l’initiative de rappeler à ses collègues ministres de la région l’idée du fonds de solidarité régional et de sa faisabilité. La plupart des parties prenantes présentes dans le débat sur l’APE seront heureuses de travailler avec Madame la Ministre si le ministère se charge de la gestion des opérations de ce fonds. Cela permettra d’épargner au Ghana les effets dommageables de l’APE ainsi que de garantir l’intégration régionale. Au 21e siècle, nous avons deux options: intégrer la CEDEAO et survivre ou périr si le processus d’intégration est abandonné. »  


    Link En savoir plus
    Link Le Ghana presse la CEDEAO
    Link La CEDEAO et l'UE


  12. L'EFSA : Plus indépendant et transparent
    2012-03-07
    Catégorie(s) : Politique alimentaire

    L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a récemment publié les modalités de mise en œuvre relatives aux déclarations d'intérêt (DOI – Declarations of Interest), l'une des pierres angulaires de la politique sur l'indépendance et les processus décisionnels scientifiques qu’elle a récemment adoptée. Les règles relatives aux déclarations d'intérêt viennent encore renforcer les procédures mises en place pour identifier et gérer les intérêts déclarés par les personnes impliquées dans les activités de l'EFSA. Ces nouvelles règles constituent un ensemble plus clair et plus transparent de principes généraux applicables à tous ceux qui participent aux travaux de l'EFSA – experts scientifiques, personnel de l’Autorité, membres du conseil d'administration et organisations tierces, y compris contractants externes.  S'exprimant à propos de cette séance d'information, le directeur exécutif de l’EFSA, Catherine Geslain-Lanéelle, a déclaré « Il est important de noter que ces améliorations apportent aussi un degré de protection supplémentaire aux experts scientifiques de l'EFSA en reconnaissance de leur engagement et du soutien qu’ils apportent à l'organisation dans l'accomplissement de sa mission de santé publique. »
    Les nouvelles modalités établissent de façon détaillée les critères sur lesquels se base l’EFSA pour évaluer les intérêts déclarés par les experts scientifiques et d’autres personnes impliquées dans son travail. Différents types d'intérêts sont répertoriés, accompagnés de conseils permettant de clarifier si, oui ou non, ceux-ci pourraient constituer des conflits d'intérêts potentiels. Lorsqu’un conflit d'intérêts potentiel est identifié, l'expert scientifique ou la personne concernée n’est pas autorisée à participer aux travaux scientifiques de l'EFSA ou à occuper certaines positions.

    Source: EFSA


    Link Read more
    Link Tour savoir sur l'EFSA
    Link Politique alimentaire dans l'UE


  13. Négociations de l’UE et de l’EAC sur des problématiques commerciales
    2012-03-07
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Après plusieurs semaines dans une atmosphère où l’incertitude prévalait, les négociateurs de l’Union européenne et de la Communauté d’Afrique de l’est (EAC) se sont récemment réunis à Kigali, au Rwanda pour discuter des problématiques commerciales. Les discussions se sont particulièrement penchées sur les règles d’origine, le règlement des différends et les dispositions institutionnelles conclues lors de leur dernière réunion à Bruxelles en décembre 2011. Selon le service de presse de la Commission européenne, « ces discussions ont porté leurs fruits et ont servi à la préparation des prochaines négociations », prévues pour avril et mai. Les différentes parties se fondent sur la feuille de route communément acceptée qui prévoit la conclusion des négociations d’ici été 2012.  
    L’Union européenne représente un partenaire commercial important pour la région EAC avec des importations en provenance de l’UE d’une valeur avoisinant les 3 milliards d’euros – citons principalement des produits pétroliers, des médicaments, des machines et équipements mécaniques, des voitures, des avions et appareils électriques  – et des exportations vers l’UE à hauteur de 2 milliards d’euros – il s’agit principalement de produits agroalimentaires comme du café, du thé, des fleurs fraichement coupées, des produits issus de la pêche, du tabac, du cacao, etc  – en ce qui concerne l’année 2010.

    Source: Commission européenne


    Link Read more
    Link Quelle voie faut-il emprunter?
    Link Fin de l’accès au marché européen?


  14. Une véritable politique libérale en Afrique?
    2012-03-06
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE, Développement rural

    La semaine dernière, la 7ème conférence de l’Alliance des Libéraux et démocrates d’Europe, d’Afrique et des Caraïbes (ALDEPAC) s’est tenue à Abidjan, Côte d'Ivoire.  Des résolutions appelant l’Afrique à opter pour le libéralisme politique et économique ont été adoptés par les participants. Il s’agit d’un libéralisme  «comme ciment du développement [en Afrique] », mais « une économie de marché humanisée ».
    Les participants, qui ont adopté un livre blanc intitulé 'Vers un manifeste libéral panafricain', estiment que seul le libéralisme peut permettre à l’Afrique d’amorcer un réel progrès politique, économique et social, tout en garantissant le choix à chaque nation de décider de ses propres orientations.
    Pour ce faire, les participants ont proposée l’institution d’un « fonds d’investissement africain », prélevé sur les recettes de l’exploitation des richesses naturelles du continent. A cet égard,  le co-président de l`Assemblée paritaire UE-ACP, Louis Michel, a dit :  « Il faut trouver des ressources nouvelles et pérennes destinées à l’agriculture et au développement rural et agir face à la hausse des prix agricoles ».
    Selon l’ALDEPA,  l’émergence d’une véritable politique libérale en Afrique induira « un accès aux services essentiels, notamment l’éducation, la protection sociale et les soins de santé", et permettra d`aboutir à « un enseignement primaire de bonne qualité, une culture de l’égalité des genres, une bonne politique de recrutement du corps enseignant, et une promotion de la formation continue ».

    Source: Infos Abidjan


    Link En savoir plus
    Link Tout savoir sur l'ALDE
    Link Assemblée paritaire ACP-EU


  15. Améliorer l’égalité femme-homme au Timor-Leste
    2012-03-06
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE, Archives

    Afin de promouvoir et de protéger les droits de la femme et l’égalité des sexes dans le processus de développement, la délégation de l’UE au Timor-Leste a lancé un projet appelé  «Écouter plus les voix des femmes: plaidoyer pour les droits des femmes » en partenariat avec l’Institut catholique des relations internationales (CIIR-Progressio) et son partenaire local, Rede Feto, une ong, réseau coordinateur d’autres ong pour le droit des femmes. Les objectifs de ce projet sont de renforcer la capacité de Rede Feto et de ses organisations membres de mener un plaidoyer efficace et de faire pression avec les ONG et leurs membres pour une législation qui protège les femmes et améliore leur situation sociale et économique.  
    Tandis que le Timor-Leste a pris une décision stratégique, celle de rejoindre ASEAN d’ici 2012, il est éligible pour participer au 10e programme régional du FED pour le Pacifique. À cet effet, la délégation de la Commission européenne facilite les contacts entre le Timor-Leste et les organisations régionales du Pacifique afin d’assister le pays pour qu’il trouve un maximum de bénéfices dans ce programme régional.

    Source: Commission européenne

     


    Link En savoir plus
    Link Tout savoir sur Progressio
    Link L'UE et le Timor Oriental


  16. Soutien pour l’approvisionnement et l’assainissement de l’eau au Nigéria
    2012-03-06
    Catégorie(s) : Développement rural, Archives

    Il a été récemment annoncé que l’Union européenne projette de financer plusieurs programmes de réforme du secteur d’approvisionnement et d’assainissement de l’eau (WSSSRP) au Nigéria pour les prochaines cinq années. Le financement octroyé par le 10e Fonds européen pour le développement (FED) au Nigéria concerne notamment le programme indicatif national et la stratégie de soutien au pays (CSP/NIP).
    Cette contribution au secteur d’assainissement et d’approvisionnement de l’eau représente l’un des financements de l’Union les plus élevés à l’échelle mondiale en ce qui concerne les programmes  d’assainissement de l’eau.
    Le WSSSRP vise à contribuer à l’éradication de la pauvreté, au développement durable et vise à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement par la mise en oeuvre de programmes pour augmenter l’accès à des services sanitaires et hydrauliques sûrs, adéquats et durables.  

     

     

    Source: Leadership


    Link En savoir plus
    Link Tout savoir sur WRRRSP


  17. Appel à propositions: Recherche en Sciences et Technologies
    2012-03-06
    Catégorie(s) : Archives, Environnement, Développement rural

    La Commission de l’Union africaine a récemment lancé un appel à propositions avec l’objectif d’améliorer la contribution de la recherche en Sciences et Technologies dans le développement durable Africain. Les  domaines  thématiques choisis s’adressent directement  aux défis africains clés en fournissant des solutions scientifiques durables sur : Sécurité Alimentaire et Productivité, (b) Energie  renouvelable et durable, et (c) Eau et assainissement
    Le programme de l’Union Africaine est financé à travers la convention de financement entre la Commission Européenne et le Groupe des Etats Africains, des Caraïbes et du Pacifique (REG/FED/2009/021-575) sous le Programme ACP pour la recherche pour le développement durable, de la 10eme enveloppe FED inter-ACP.
    La Date limite de soumission des propositions : 20/04/2012, 17h00 Addis-Abeba.

    Source: Union africaine


    Link En savoir plus
    Link Tout savoir sur la Commission de l'UA
    Link Plan d'action de l'Afrique


  18. Une augmentation de l'aide humanitaire en faveur de la RDC
    2012-03-06
    Catégorie(s) : Archives, Développement rural

    Comme nous l’avons mentionné, Mme Kristalina Georgieva, membre de la Commission responsable de la coopération internationale, de l'aide humanitaire et de la réaction aux crises, visite la République démocratique du Congo (RDC) cette semaine. Selon les dernières informations, Mme  Georgieva a annoncé, à son arrivée à Kinshasa, RDC, une augmentation de l'aide en faveur des centaines de milliers de personnes en situation critique dans ce pays. « Des millions de personnes, en RDC, traversent l'une des crises les plus longues au monde. Le déplacement de populations à grande échelle constitue un problème non résolu depuis près de 20 ans. Le pays est aux prises avec d'énormes difficultés. C'est la raison pour laquelle nous augmentons notre aide en faveur de la RDC de dix pour cent par rapport à l'année dernière. » a-t-elle dit.
    Cette année, la Commission européenne fournira une aide humanitaire d'un montant de 59 millions € au deuxième plus grand pays d'Afrique. La Commission européenne soutient aussi les perspectives de développement de la République démocratique du Congo - le 10e Fonds européen de développement a alloué à ce pays un montant d'environ 584 millions € entre 2008 et 2013.

    sOURCE: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Le blog de Mme Georgieva
    Link La fatigue du Congo dans l'UE?


  19. Appui de l’UE au Congo qui doit faire face à plusieurs crises simultanées
    2012-03-06
    Catégorie(s) : Archives

    Dans le but d’augmenter la sensibilisation sur la situation humanitaire en République démocratique du Congo (RDC), la commissaire européenne en charge de la coopération internationale, de l’aide  humanitaire et de la gestion des crises, Kristalina Georgieva était en visite dans le pays cette semaine. La Commission européenne a annoncé cette même semaine qu’elle prévoyait d’envoyer un montant avoisinant les 59 millions d’euros à la RDC en 2012, soit une augmentation de 10 pour cent par rapport à l’an dernier, afin de permettre au pays d’affronter plusieurs crises humanitaires simultanées.
    La CE cherche, à l’instar de sa politique menée ces dernières années, à limiter les effets de déplacement, de violation des droits humains et les atrocités commises contre les populations civiles. Les destinataires principaux de cette aide humanitaire sont les victimes des derniers conflits et ceux en cours ainsi que les communautés hôtes auprès desquelles les populations déplacées ont trouvé un abri. 

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link L'UE et la RDC
    Link RDC "sous le feu"


  20. Aide au développement principalement dédié à l’Afrique subsaharienne
    2012-03-06
    Catégorie(s) : Archives, Développement rural

    Selon les dernières nouvelles, la Finlande va accorder une grande part de son budget d’aide humanitaire aux pays d’Afrique subsaharienne, en particulier à la Somalie, au Soudan, au Sud-Soudan et aux pays sahéliens. Le ministre finlandais des Affaires étrangères a récemment octroyé un montant total de 67,6 millions d’euros à l’aide humanitaire pour alléger la souffrance des populations en situation de crise dans le monde, un montant plus bas cependant que l’année dernière.
    La Finlande offrira 20,1 millions d’euros à la Somalie, au Soudan et au Sud-Soudan. En ce qui concerne les pays du Sahel, les autorités finlandaises prévoient d’allouer un montant avoisinant les 8,4 millions d’euros, principalement pour répondre à la crise alimentaire qui sévit dans la région. La République démocratique du Congo ainsi que d’autres pays de la région d’Afrique centrale et des Grands Lacs bénéficieront de quelques 5 millions d’euros.

    Source: Finlande-Ministère des Affaires étrangères /DEVEX


    Link En savoir plus
    Link Politique de développement
    Link La Findlande et l'Afrique


  21. Coupes budgétaires dans l’aide au développement
    2012-03-05
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE, Archives, Développement rural

    Un article publié par la chaine de radio néerlandaise internationale (RNW) indique que le budget néerlandais consacré à l’aide au développement pourrait subir quelques réductions. Le gouvernement néerlandais souhaite en effet réaliser “des épargnes drastiques” en prévision de l’augmentation du déficit budgétaire pour l’année prochaine. Ainsi, un récent sondage d’opinion montre que 80% des citoyens bataves préféraient réduire le budget de l’aide au développement à 0,6 pour cent du PNB.
    L’on peut lire ceci dans l’article en question: “Désormais, la norme européenne pour le niveau de l’aide au développement est à 0,7 pour cent. Les Pays-Bas ont traditionnellement dépensé plus que ce pourcentage mais le cabinet Rutte [cabinet de la coalition néerlandaise actuelle formée par le parti populaire des libéraux démocrates du VVD et celui des chrétiens démocrates du CDA] a déjà réduit de presqu’un milliard d’euros le budget consacré à l’aide au développement. La question n’est plus de savoir si le budget pour l’aide va encore subir des coupes budgédaires mais à combien celles-ci s’élèveront. Le parti populiste de Geert Wilders, le PVV, dont le soutien maintient au pouvoir le cabinet de la minorité, souhaite réduire à néant le budget consacré à l’aide au développement. Il plaide en faveur de l’octroi de la seule aide d’urgence sans aide au développement parce que “l’aide au développement semble en pratique revenir au simple échange d’argent de gens pauvres des pays riches aux gens riches des pays pauvres.”
    Le budget des Pays-Bas consacré à l’aide au développement représente actuellement plus de quatre milliards d’euros, dont la moitié est directement utilisée par les gouvernements des pays pauvres. Le reste sert aux ONG et aux organisations internationales telles que les Nations unies et l’Union européenne.

    Source: Radio Netherland Worldwide (RNW)



    Link En savoir plus
    Link Aide au développement
    Link Pascal Lamy félicite les P-B


  22. Participer à la création d’une économie verte
    2012-03-05
    Catégorie(s) : Développement rural

    La FAO a récemment publié une série de documents et d’outils pour l’élaboration de politiques que les gouvernements peuvent utiliser afin d’aider les communautés rurales à bénéficier du développement des bioénergies et afin d’assurer que les cultures produites avec le biocarburant ne se fassent pas aux dépens de la sécurité alimentaire. Le project, intitulé Critères et Indicateurs sur la bioénergie et la sécurité alimentaire (BEFSCI selon l’acronyme en anglais), et financé par le ministère fédéral allemand de la nourriture, de l’agriculture et de la protection des consommateurs expose différentes méthodologies pour l’évaluation des impacts environnementaux et socioéconomiques d’une production par la bioénergie. Les initiateurs de ce projet (ces indicateurs peuvent être mesurés si nécessaire) ont recommandé des bonnes pratiques et des mesures politiques pour la promotion du développement des bioénergies durables.
    Alexander Mueller, assistant du directeur-général de la FAO pour la gestion des ressources naturelles et développement a notamment déclaré à propos de Rio+20: "Dans quelques  mois, la communauté internationale se réunira pour la conférence Rio+20 afin d’explorer de nouveaux moyens pour combattre la pauvreté des milieux ruraux et pour promouvoir le développement durable. Si la production bioénergétique est réalisée de manière responsable et dans les endroits où elle est requise, elle peut offrir aux agriculteurs et aux populations rurales l’opportunité de prendre part à la création d’une nouvelle économie verte et peut permettre de contrer les effets du sousinvestissement fait pendant des décennies dans l’agriculture des pays en développement et dans les zones rurales".

    Source: PAEPARD


    Link En savoir plus
    Link Tout savoir sur BEFSCI
    Link L'UE et la bionénergie


  23. Reconstruction en Haïti: 'L'UE tient ses promesses'
    2012-03-05
    Catégorie(s) : Archives, Politique ACP-UE, Développement rural

    Conformément aux engagements de l'UE d'aider à la reconstruction à long terme d'Haïti , M. Andris Piebalgs, membre de la Commission européenne chargé du développement, arrivera cette semaine en Haïti pour une visite de deux jours et annoncera un dispositif d'aides devant permettre aux Haïtiens d'accéder plus facilement à des services de base opérationnels, notamment dans les domaines de la santé, l'éducation et la sécurité. M. Piebalgs a constaté: « Nous avons à présent pour ambition d'accélérer le processus de reconstruction et de développement. Des obstacles de taille demeurent toutefois. Il conviendra, pour les surmonter, de mettre en place trois éléments capitaux: une bonne gouvernance, la stabilité politique et une planification efficace. À cette fin, l'Union européenne, conjointement avec les autorités haïtiennes, présente, pour les deux années à venir, un plan visant à apporter une aide accrue aux plus nécessiteux.»
    M. Piebalgs rencontrera le nouveau président hawaïen, M. Michel Martelly. Il s'entretiendra également avec les principaux ministres du gouvernement, des membres du Parlement et des représentants de la société civile, avant d'inaugurer et de visiter plusieurs projets financés par l'UE. «L'Union européenne a tenu ses promesses en fournissant à Haïti une aide à long terme en plus d'une aide destinée à assurer la survie, le redressement de ce pays demeurant l'une de nos priorités principales», a-t-il souligné.

    Source : Commission Européenne


    Link En savoir plus
    Link Interview avec l'ambassadeur d´Haïti
    Link Reconstruction en Haïti



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Mme Isolina BOTO
Manager
Bureau du CTA/Bruxelles
39 rue Montoyer
1000 Bruxelles - Belgique
Tel: + 32 (0) 2 513 74 36; Fax: + 32 (0) 2 511 38 68
Courriel: boto@cta.int
Site Web: http://www.cta.int/
Blog de Bruxelles: http://bruxelles.cta.int/
Briefings de Bruxelles: http://bruxellesbriefings.net/

 

Rédacteur : Alejandra Morales (morales@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2011 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1