Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 341]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 341]
Date d'envoi: 2012-10-29 11:14:33
Publication #: 156
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [29/10/2012]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.

  1. Principaux événements pour la semaine du 29/10/2012 au 04/11/2012
  2. La lutte contre le gaspillage alimentaire dans l'UE
  3. La Commission consulte sur les suites à donner à Rio+20
  4. Directeur général de la FAO: La 'prochaine grande étape' dans la lutte contre la faim
  5. Importantes décisions en vue sur le climat et l’environnement
  6. La politique de développement UE a besoin d'une réflexion commune
  7. Le “rôle fondamental” des pays ACP dans le débat sur le commerce
  8. Des financements supplémentaires pour les personnes déplacées en RCA
  9. 2015: Année européenne du développement
  10. Faire avancer l'agenda du changement climatique dans le Pacifique
  11. La diversité génétique des animaux d’élevage en voie d’amélioration
  12. Accord dégagé pour prévenir la perte de diversité biologique
  13. Les politiques bioénergétiques de l’UE augmentent les émissions carboniques
  14. La Présidence chypriote atteint ses principaux objectifs dans le domaine de la pêche
  15. L'ADLE ne respectera aucune vache sacrée
  16. France met le holà sur la convergence des aides agricoles
  17. Les agendas commerciaux à l’approche de la réunion conjointe ACP-UE sur le commerce
  18. Les dirigeants africains insistent sur l’importance du grand sommet ACP
  19. Principes d’investissement responsable dans l’agriculture
  20. Accord sur la réforme de la PAC envisageable
  21. Les biocarburants de l’UE bénéficient davantage à l’industrie lourde qu’à l’environnement
  22. Nouveau projet pour développer l’aquaculture contre la faim
  23. Le Nigeria demeure un partenaire clé de l’UE sur le continent africain
  24. Coopération UE/Malawi pour améliorer la production agricole
  25. Six États membres ont dépassé leurs quotas laitiers
  26. Les fondations écologiques de la sécurité alimentaire sont affaiblies


  1. Principaux événements pour la semaine du 29/10/2012 au 04/11/2012
    2012-10-26
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique alimentaire, Politique ACP-UE

    Groupe ACP
    -    29 – 31 octobre: Débat ACP international sur les Produits de base
    -    31 octobre – 2 novembre : Briefing Régional « La Résilience au changement climatique dans la région Pacifique »

    Vous pouvez également lire notre quotidien anglais « CTA Brussels Daily » (alimenté par Twitter) et nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.




  2. La lutte contre le gaspillage alimentaire dans l'UE
    2012-10-26
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Politique alimentaire

    Chaque année, à l'échelle de l'UE, ce sont jusqu'à 50 % des produits alimentaires qui sont gaspillés par les ménages, les supermarchés, les restaurants et tout au long de la chaîne d'approvisionnement alimentaire, alors que 79 millions de citoyens de l'UE vivent sous le seuil de pauvreté et que 16 millions de personnes dépendent de l'aide alimentaire qu'ils reçoivent d'organismes de bienfaisance.
    L'audition publique organisée le mercredi 24 Octobre 2012 par le Comité économique et social européen (CESE) sur la contribution de la société civile à la prévention et la réduction du gaspillage alimentaire visait à stimuler le débat et mettre en évidence les pensées et les idées des différentes parties intéressées . Au niveau européen, la réduction et la prévention des déchets alimentaires sont des questions importantes dans le contexte plus large de la sécurité alimentaire et l'efficacité des ressources. Plusieurs intervenants ont fait une présentation sur la prévention et la réduction du gaspillage alimentaire, et apporté leurs connaissances et leur expérience au débat.
    Le CESE est en train de préparer un avis d'initiative sur le gaspillage alimentaire. Et cela afin de donner une impulsion pour l'élaboration, au niveau européen, d'une stratégie coordonnée associant des mesures à l'échelle de l'UE et des mesures nationales et destinée à garantir l'efficacité des chaînes d'approvisionnement et de consommation alimentaires et à lutter d'urgence contre le gaspillage de nourriture.

    Source: CTA


    Link En savoir plus
    Link Le Programme
    Link Note politique CTA: Le gaspillage alimentaire


  3. La Commission consulte sur les suites à donner à Rio+20
    2012-10-26
    Catégorie(s) : Environnement

    Le sommet mondial Rio+20 des Nations unies, qui s'est tenu à Rio de Janeiro en juin 2012, visait à susciter un engagement politique renouvelé en faveur du développement durable. Pour assurer le suivi de la conférence, la Commission européenne souhaite mettre en place des actions spécifiques et des mesures concrètes permettant de faire du développement durable une réalité, à l'intérieur de l'UE et à l'échelle mondiale.
    Une consultation publique est organisée afin de recueillir des avis et des idées, qui seront intégrés dans une communication de la Commission relative au suivi de Rio+20, prévue pour le premier trimestre de 2013. La consultation se clôturera le 15 janvier 2013.
    Janez Potočnik, membre de la Commission européenne chargé de l’environnement, s’est exprimé en ces termes: «Rio+20 n'était pas simplement une nième conférence – ce sommet a lancé avec force et clarté un appel à agir en faveur d'un avenir durable à l'échelle mondiale, un appel au changement afin d'améliorer et de préserver notre qualité de vie en respectant les limites de la planète que nous partageons, la seule que nous ayons. Rio+20 a donné l'impulsion; il ne tient à présent qu'à nous de faire du développement durable une réalité aux quatre coins du globe. Nous souhaitons inviter tout le monde à participer au débat sur les mesures concrètes à prendre.»

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Consultation publique
    Link L'avenir que nous voulons


  4. Directeur général de la FAO: La 'prochaine grande étape' dans la lutte contre la faim
    2012-10-26
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Politique alimentaire

    Le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva a invité aujourd'hui les groupes internationaux influents en matière d'alimentation et tous les acteurs du système alimentaire mondial à unir leurs forces pour éradiquer la faim « de notre vivant ». A Turin, dans son discours d'ouverture de la conférence Terra Madre organisée par ‘'Slow Food International'',  il a déclaré que pour éliminer la faim, il faudrait commencer par éliminer pertes et gaspillages alimentaires, entre autres mesures. Le Directeur général a souligné que l'heure était venue de "passer à la prochaine étape" dans la lutte contre la  malnutrition.
    Répondre à cet enjeu veut dire qu'il faut que tous les systèmes alimentaires soient durables; permettre aux petits producteurs - et en particulier aux femmes - de doubler leur productivité et leurs revenus; réduire les gaspillages de nourriture; veiller à ce que les êtres humains aient un accès permanent à une alimentation nutritive; et éliminer la malnutrition chez les femmes enceintes et les enfants. M. Graziano da Silva a déclaré qu'une des raisons du gaspillage alimentaire était la « tendance à une consommation excessive dans les pays à revenu moyen et élevé ».

    Source: FAO


    Link En savoir plus
    Link L' état de l’insécurité alimentaire
    Link Pertes et gaspillage


  5. Importantes décisions en vue sur le climat et l’environnement
    2012-10-25
    Catégorie(s) : Environnement

    Des questions importantes telles que les conclusions du Conseil sur Rio+20, la préparation du sommet de Doha sur les changements climatiques et la proposition de règlement relatif au recyclage des navires figurent au programme de travail des ministres de l’Environnement de l’UE qui se réunissent en Conseil le 25 octobre à Luxembourg. Le ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et de l’Environnement Sofoclis Aletraris présidera le premier Conseil «Environnement» de l’UE sous Présidence chypriote.
    Les ministres devraient adopter des conclusions du Conseil concernant les résultats de la Conférence des Nations unies sur le développement durable qui a eu lieu en juin dernier à Rio. Ces conclusions portent sur l’évaluation des résultats du sommet ainsi que sur la préparation des positions européennes pour l’après-Rio.
    Les ministres débattront également de conclusions du Conseil en vue de la prochaine conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et au Protocole de Kyoto qui aura lieu à Doha du 26 novembre au 7 décembre. Ces conclusions présenteront la position défendue par l’UE lors du sommet de Doha.

    Source: Présidence chypriote


    Link En savoir plus
    Link Rio+20 [EN]
    Link Conférence sur le changement climatique


  6. La politique de développement UE a besoin d'une réflexion commune
    2012-10-25
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Commerce ACP-UE, Développement rural

    L'UE doit garantir que la politique de développement dépasse ses faiblesses structurelles, devienne une priorité claire, et ne soit pas sapée par des incohérences entre politiques commerciales, agricoles, de la pêche ou d'autres politiques, ont déclaré les députés dans deux résolutions adoptées cette semaine. Jeudi, le Parlement a également donné son feu vert pour que l'UE approuve la convention internationale relative à l'assistance alimentaire.
    Les députés ont largement soutenu la communication de la Commission européenne intitulée le "programme pour le changement" qui porte sur l'avenir de la politique de développement de l'UE. Ils ont approuvé les projets visant à concentrer l'aide européenne sur les pays les plus dans le besoin, mais ont demandé à la Commission de négocier une feuille de route en vue de réduire graduellement l'aide apportée aux pays à revenu intermédiaire.
    En outre, ils ont demandé que l'aide européenne cible un nombre limité de priorités, qui devront être identifiées avec les pays bénéficiaires. Le Parlement a également déclaré qu'une cellule de réflexion indépendante devrait être mise sur pied en vue d'analyser les moyens d'exploiter le potentiel politique de l'UE, en tant que premier donateur mondial d’aide au développement, afin d'obtenir de meilleurs résultats.

    Source: Parlement européen


    Link En savoir plus
    Link Programme pour le changement
    Link Politiques de développement UE


  7. Le “rôle fondamental” des pays ACP dans le débat sur le commerce
    2012-10-25
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    À la réunion des Ministres du commerce des pays ACP qui s’est tenue à Bruxelles, le 24 octobre 2012, le Directeur général, Pascal Lamy, a dit que le Groupe des pays Membres d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) était “l’une des forces de mobilisation et de négociation les plus puissantes et les plus influentes à l’OMC”. Il a incité les pays ACP à se montrer actifs sur cinq fronts commerciaux: la facilitation des échanges, l’intégration régionale, l’Aide pour le commerce, les chaînes de valeur mondiales et les mesures non tarifaires.

    Source: OMC


    Link En savoir plus
    Link Groupe des Etats ACP
    Link Aide au commerce


  8. Des financements supplémentaires pour les personnes déplacées en RCA
    2012-10-25
    Catégorie(s) : Archives, Sécurité alimentaire

    Selon le Bureau de l’ONU de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), on compte plus de 65 000 déplacés internes en République centrafricaine (RCA). Ils ont un besoin urgent d’aide vitale. Les conflits actuels dans le pays et la région en général et les inondations graves ont contraint ces personnes à fuir leurs villages et leurs maisons.
    Afin de leur apporter une aide immédiate, le département de l’aide humanitaire et de la protection civile de la Commission européenne (ECHO) a mobilisé un nouveau financement de 1,9 million d’euros, permettant à l'UNICEF d'apporter de l'eau propre, de la nourriture, de l'hygiène et des installations sanitaires aux populations les plus vulnérables. Avec l'aide de l’UE, l’UNICEF pré-positionnera des fournitures d’aide d’urgence dans la capitale, Bangui, et coordonnera avec les ONG partenaires un mécanisme de réponse rapide permettant de mener à bien des interventions visant à sauver des vies.
    On estime à 42 500 le nombre de personnes concernées par ce mécanisme de réponse rapide, dont 2 500 enfants âgés de six à 59 mois. Ces enfants et les personnes déplacées, réfugiées, victimes de catastrophes naturelles ou d’épidémies, ainsi que d’autres groupes vulnérables, souffrent également de malnutrition aigüe grave.
    En 2012, la Commission européenne a déjà mobilisé 8 millions d’euros en aide humanitaire en RCA pour des interventions d'urgence, dont l'aide alimentaire aux personnes déplacées internes, l'eau propre et les installations sanitaires, les traitements contre la malnutrition grave, le soutien psychosocial et médical aux victimes de violences, ainsi que le soutien financier aux services d’aide humanitaire.

    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link ECHO
    Link ECHO dans la République centrafricaine


  9. 2015: Année européenne du développement
    2012-10-25
    Catégorie(s) : Archives, Développement rural

    En adoptant aujourd'hui à une large majorité le rapport de Charles GOERENS (Parti démocratique, Luxembourg) portant sur l'avenir de la politique de développement de l'UE, le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg, dresse une véritable feuille  de route pour la nouvelle politique de coopération au développement. Les propositions retenues dans l'Agenda vont définir le cadre de la future mise en œuvre des instruments d'action extérieure, notamment le nouvel instrument de coopération au développement, en cours de négociation dans le cadre financier pluriannuel 2014-2020.
    Charles Goerens soutient les propositions clés qui vont dans le sens d'une "meilleure efficacité" et d'une "différenciation". Il a conclu: "Afin de sensibiliser davantage l'opinion publique à cette question importante et de nous engager d'ores et déjà dans un suivi de 2015, nous proposons, avec l'accord du Commissaire Piebalgs, de décréter 2015 l'Année européenne du développement (EY2015DEV)."

    Source: ADLE


    Link En savoir plus
    Link Rapport
    Link EY2015DEV [EN]


  10. Faire avancer l'agenda du changement climatique dans le Pacifique
    2012-10-24
    Catégorie(s) : Environnement, Pêche Régionale, Commerce ACP-UE, Archives

    Le changement climatique affecte déjà de manière disproportionnée les îles du Pacifique. Bien que les insulaires aient peu contribué aux causes de ce changement, moins de 0.03% des émissions de gaz à effet de serre actuels, ils font partie des premiers affectés par une série d’effets environnementaux, sociaux et économiques. La plupart des îles subissent des effets sur la subsistance des communautés, les infrastructures, l’approvisionnement en eau, les écosystèmes côtiers et forestiers, les pêcheries, l’agriculture et la santé humaine. Les conséquences de la montée du niveau de la mer, de la hausse des températures de celle-ci, de l'acidification des océans, du bouleversement des précipitations et de l'augmentation des températures en général seront de plus en plus ressenties.
    Dans ce contexte, les décideurs politiques, les chercheurs, les groupes de la société civile et les partenaires de développement se réuniront à Port Vila, à Vanuatu, cette semaine (31 octobre - 2 novembre 2012) afin de discuter de ces questions lors d’une session de briefing spécial organisée par le Centre technique pour le développement agricole et rural (CTA) ACP-UE, en partenariat avec le gouvernement de Vanuatu et avec le soutien de l’ambassade de Vanuatu auprès de l’UE et des pays ACP, ainsi que du Groupe d’ambassadeurs du Pacifique.
    Le briefing s’inspirera du 1er Conseil des ministres ACP sur le changement climatique, qui aura lieu à Bruxelles du 7 au 9 novembre 2012. Il contribuera également à la 18e session de la Conférence des parties de la CCNUCC et à la 8e session de la Conférence des parties, servant de réunion des parties au Protocole de Kyoto, qui se tiendra du 26 novembre au 7 décembre 2012 au Qatar National Convention Center de Doha.

    Source : CTA


    Link En savoir plus [EN]
    Link Petites économies insulaires
    Link Programme_EN.pdf

  11. La diversité génétique des animaux d’élevage en voie d’amélioration
    2012-10-24
    Catégorie(s) : Développement rural, Sécurité alimentaire

    Tandis que de nombreux pays s'activent pour stopper l'érosion de leurs ressources zoogénétiques, primordiales pour l'alimentation et l'agriculture, il reste un fossé à combler d'urgence. Les rapports de 80 pays sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre du Plan d'action mondial sur les ressources zoogénétiques ont été présentés aujourd'hui à une conférence internationale.
    Des représentants de près de 100 pays participent du 24 au 26 octobre au Groupe de travail technique intergouvernemental sur les ressources zoogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture afin d'examiner la mise en œuvre du Plan d'action mondial. Le Plan a été adopté en 2007 dans le but d'améliorer la gestion de la biodiversité des animaux d'élevage de la planète.
    Selon les dernières données disponibles, environ 22 pour cent des races d'élevage sont encore menacées d'extinction, même si souvent les chiffres sur les populations animales ne sont pas déclarés ou sont obsolètes, ce qui rend l'état véritable de la diversité animale difficile à estimer.
    En dépit des progrès généralement limités accomplis dans les régions en développement, les rapports des pays montrent des exemples de mise en œuvre plus active dans toutes les régions du monde. Les pays d'Asie sont relativement bien avancés dans les programmes de conservation de leurs races menacées. En Afrique et en Amérique latine, des succès ponctuels nationaux sont enregistrés dans quasiment tous les secteurs prioritaires du Plan d'action mondial.

    Source: FAO


    Link En savoir plus
    Link Plan d'action mondial
    Link Commission des ressources génétiques


  12. Accord dégagé pour prévenir la perte de diversité biologique
    2012-10-24
    Catégorie(s) : Environnement

    Le ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et de l’Environnement de Chypre et président du Conseil «Environnement» de l’UE Sofoclis Aletraris ainsi que le commissaire européen à l’environnement Janez Potočnik se sont félicités de l’accord dégagé lors de la 11e conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique dans une déclaration conjointe faite à la fin de la conférence COP11.
    L'UE est le principal bailleur de fonds au monde en faveur de la protection de la diversité biologique et est notamment satisfaite que la question litigieuse de la mobilisation des ressources ait trouvé une réponse qui satisfait toutes les parties. La perte de diversité biologique est l’un des problèmes les plus graves qui se posent au monde d’aujourd’hui. Voilà pourquoi l’UE et ses Etats membres, malgré les difficultés économiques et financières actuelles, se sont pleinement engagés en faveur d’un accord à Hyderabad qui permettrait d’atteindre les objectifs fixés à Nagoya.

    Source: Présidence chypriote


    Link En savoir plus
    Link Communiqué de presse [EN]
    Link Impératif d’appliquer la CDB


  13. Les politiques bioénergétiques de l’UE augmentent les émissions carboniques
    2012-10-24
    Catégorie(s) : Environnement

    En 2009, les bioénergies composaient les deux tiers de la production d’énergies renouvelables primaires selon Eurostat. Elles représenteront plus de la moitié des réductions d’émissions des États de l’UE en 2020, selon les plans d’action nationaux sur les énergies renouvelables. Pourtant, une étude menée par le Centre commun de recherche (CCR) conclut que, dans l’état actuel des recherches, « l’utilisation du bois rond (arbres) des forêts à des fins bioénergétiques entraînerait à la hausse les émissions de GES (gaz à effet de serre) par rapport aux combustibles fossiles à court terme ».
    En effet, brûler un arbre pour la production de bioénergies - sous la forme de granules ou de copeaux - libère tout le carbone absorbé par l’arbre en question au cours de sa vie. Cela réduit aussi le puits capable d’absorber du nouveau carbone du moins jusqu’à ce qu’il soit réapprovisionné par une réserve équivalente d’absorption de carbone. Dans l’intervalle, une « dette carbonique » est créée, et davantage d’émissions étant générées que réduites par l’utilisation de bioénergies.
    Le rapport de l’UE conclut que « en décomptant bien, la bioénergie provenant du bois rond ne contribuerait pas aux objectifs politiques à court terme tels que les objectifs de l'UE pour 2020, bien que l'utilisation des déchets et des résidus puisse apporter une contribution conséquente ». De telles conclusions font écho au document de l’Agence européenne pour l’environnement de l’année dernière et soulèvent des questions sur l’intégration des bioénergies non comptabilisées dans les objectifs renouvelables de l’UE.

    Source: EurActiv


    Link En savoir plus [EN]
    Link Bioénergie - Plans d'action nationaux
    Link Energie renouvelable


  14. La Présidence chypriote atteint ses principaux objectifs dans le domaine de la pêche
    2012-10-24
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Les ministres de la Pêche de l’UE ont réalisé aujourd’hui au petit matin une nouvelle percée dans la réforme de la politique commune de la pêche (PCP) en dégageant une orientation générale partielle sur la proposition législative relative au Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) 2014-2020. Si l’on tient compte de l’accord conclu pendant la première journée de session du Conseil "Agriculture et pêche" en ce qui concerne les possibilités de pêche dans la mer Baltique en 2013, on peut considérer comme très positifs les résultats engrangés par le Conseil dans le domaine de la pêche.
    Le texte de compromis élaboré par la Présidence sur la proposition de règlement de la Commission relatif au FEAMP a largement contribué à l’orientation générale partielle. Après des débats très intensifs et productifs, la plus grande partie de la proposition de règlement a pu être approuvée. Les ministres se sont notamment penchés sur les importantes questions de la restructuration de la flotte et des mesures de marché telles que le stockage et la transformation des produits de la pêche. L’accord sur le fonds comporte toutes les mesures et actes nécessaires pour que la nouvelle politique commune de la pêche (PCP) réformée soit un succès.

    Source: Présidence chypriote


    Link En savoir plus
    Link Fonds européen pour la pêche
    Link Réforme de la PCP


  15. L'ADLE ne respectera aucune vache sacrée
    2012-10-24

    Le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg, s'est montré préoccupé par l'évolution des négociations au Conseil sur le prochain Cadre financier pluriannuel (CFP 2014-2020). Si le Parlement européen peut comprendre que le contexte financier actuel conduise à stabiliser les dépenses, il se refuse à figer toute perspective pour les sept ans qui vienne et réclame une clause de rendez vous pour réévaluer la situation en cours d'exercice du CFP. Au demeurant, dans leur résolution, les eurodéputés soulignent qu'ils ne pourront donner leur aval à ce budget restreint que s'il est assorti d'une réforme du système de ressources propres. Lors du débat, les orateurs démocrates et libéraux ont fait valoir qu'il fallait en finir avec les tabous et autres vaches sacrées.

    Source: ADLE


    Link En savoir plus
    Link Cadre financier pluriannuel 2014-2020
    Link Renforcer la place de l'Europe


  16. France met le holà sur la convergence des aides agricoles
    2012-10-24
    Catégorie(s) : Développement rural, Efficacité Aide

    Dans son projet de réforme de l'agriculture, la Commission européenne veut mettre un terme aux aides liées aux références historiques. Le commissaire européen à l'Agriculture, Dacian Ciolos, y tient. Il faut en terminer avec le système actuel fondé sur le versement des aides à l'hectare en fonction du niveau de production des années 90.  Il réclame ainsi la convergence des montants - au niveau régional ou national - "réelle d'ici 2020", tout en prenant soin de ne pas déstabiliser les producteurs.
    Lors du conseil des ministres de l'Agriculture de lundi 22 octobre, Stéphane Le Foll a assuré au commissaire son "accord" de principe tout en demandant des aménagements. La France souhaite que la phase de transition soit plus étalée dans le temps.  L'Italie et l'Espagne, deux autres grands pays agricoles de l'UE, partagent la même position. L'Autriche, l'Irlande et la Belgique font aussi partie des soutiens. A l'inverse, les pays d'Europe de l'Est veulent mettre un terme à ces références historiques qui les désavantagent dans le mode de calcul.

    Source : EurActiv.fr


    Link En savoir plus
    Link Réforme de la PAC:le commissaire est inquiet
    Link La politique agricole de l'UE


  17. Les agendas commerciaux à l’approche de la réunion conjointe ACP-UE sur le commerce
    2012-10-23
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Politique ACP-UE

    Les hauts responsables et les ministres du commerce des gouvernements ACP se réunissent à Bruxelles cette semaine pour discuter des principales questions liées aux relations commerciales entre leurs pays et l’Union européenne. La série de réunions de haut niveau culmine avec le Comité conjoint ACP-UE des ministres du commerce ce vendredi (26 octobre 2012).
    Ouvrant la réunion le 22 octobre 2012, le Secrétaire général ACP Mohamed Ibn Chambas a passé en revue les quatre principaux points à l’ordre du jour pour les secrétaires permanents et directeurs en charge du commerce avant de formuler des recommandations pour leurs ministres plus tard dans la semaine. Parmi les questions soulevées, citons les accords de partenariat économique (APE) avec l’UE ; les politiques commerciales de l’UE et leur impact sur les pays ACP, en particulier la communication sur le commerce, la croissance et le développement ; le processus OMC ; et les projets de développement des capacités commerciales. Les obstacles au commerce, tels que les barrières non tarifaires ou l’érosion des préférences de l’UE due aux faveurs accordées aux pays tiers, seront également débattus.
    Deux jours de discussions au niveau le plus élevé jetteront les bases des réunions des ministres du commerce ACP plus tard dans la semaine. Pascal Lamy, directeur général de l’OMC en charge du commerce, s’adressera aux ministres lors de la cérémonie d’ouverture mercredi. Enfin, les ministres ACP se réuniront avec leurs homologues de l’UE vendredi lors de la 11e réunion du Comité conjoint des ministres du commerce.

    Source: Presse ACP


    Link En savoir plus [EN]
    Link L'introduction du Secrétaire général
    Link Des institutions conjointes renforcées


  18. Les dirigeants africains insistent sur l’importance du grand sommet ACP
    2012-10-23
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Sécurité alimentaire, Environnement, Politique ACP-UE

    Trois visites présidentielles du Secrétariat du Groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) à Bruxelles du 15 au 19 octobre 2012 démontrent l’implication des États membres de ces pays en faveur de la réforme du groupe et de son rôle dans la promotion du développement de ses membres. Le thème des enjeux et des opportunités d’avenir du Groupe ACP dans un monde en évolution devrait orienter les discussions lors du futur 7e sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays ACP, qui se tiendra les 13 et 14 décembre prochains à Malabo, en Guinée équatoriale.
    Le président du Bénin, à la tête de la présidence tournante de l’Union africaine, S.E. Yayi Boni, a déclaré au Comité des ambassadeurs des pays ACP que le groupe était « à la croisée des chemins ». Il a ajouté que dans un monde caractérisé par la mondialisation, la crise financière mondiale, l’évolution de l’aide et l’émergence de nouveaux acteurs, les États ACP devaient se repositionner afin de mieux faire face aux nouveaux risques sociaux et économiques tels que la sécurité alimentaire, la paix et la stabilité et le changement climatique. Le président du Sénégal, S.E. Macky Sall, a déclaré aux ambassadeurs ACP que le développement économique et social était une préoccupation centrale. Le chef d’État du Gabon, S.E. Ali Bongo Ondimba, a appelé à la solidarité des membres ACP.
    Les trois chefs d’État étaient à Bruxelles la semaine dernière pour les journées européennes du développement. Chacun a rendu visite à la Maison ACP pour mettre les représentants ACP au courant des développements dans leurs pays respectifs. Les dirigeants ont tous souligné l’importance de la conclusion d’accords de partenariat économique avec l’Europe équitables et favorables à l’environnement.
    Le 7e Sommet de Malabo, en Guinée équatoriale (13-14 décembre 2012) sera précédé du Conseil des ministres ACP et d’une réunion des ministres ACP des affaires étrangères (10-12 décembre). Le dernier sommet des chefs d’État ou de gouvernements des pays ACP s’était tenu à Accra, au Ghana, en 2008.


    Link En savoir plus [EN]
    Link Conseil des Ministres ACP
    Link La coopération ACP-UE


  19. Principes d’investissement responsable dans l’agriculture
    2012-10-23
    Catégorie(s) : Développement rural, Pêche Régionale, Politique alimentaire, Sécurité alimentaire

    Un processus de consultation qui s'étendra sur deux ans, visant à mettre au point les principes d'investissements responsables dans l'agriculture qui respectent les droits, les moyens d'existence et les ressources, a été approuvé par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) à sa 39ème session, qui s'est achevée le 20 octobre 2012 au siège de la FAO
    Les principes viendront s'ajouter aux "Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale", approuvées par le CSA en mai dernier à l'issue de négociations inclusives et participatives.  Ils reposeront sur des lignes directrices et des cadres existants sans risque de chevauchement avec d'autres activités.
    La FAO estime que l'investissement annuel net moyen nécessaire pour soutenir l'expansion de la production agricole dans les pays en développement et satisfaire la demande projetée en 2050 s'élève à 83 milliards de dollars, soit 50 pour cent de plus par an environ que les niveaux actuels.

    Source: FAO


    Link En savoir plus
    Link Comité de la sécurité alimentaire mondiale
    Link Directives volontaires


  20. Accord sur la réforme de la PAC envisageable
    2012-10-23
    Catégorie(s) : Développement rural, Commerce ACP-UE, Politique ACP-UE

    Le Conseil "Agriculture et pêche" a poursuivi le 22 octobre 2012 l'examen des propositions de réforme de la politique agricole commune dans l'optique de dégager une orientation générale partielle avant la fin de l'année. Les ministres de l'Agriculture de l'UE ont examiné, premier jour de session du Conseil AGRI qui a eu lieu à Luxembourg, la proposition de règlement sur les paiements directs au cours de deux tours de table.
    Pendant le premier, la question de la convergence interne a été débattue, pour laquelle la Commission européenne propose que les États membres parviennent à un niveau uniforme de paiements directs aux échelles régionale et nationale d'ici 2019. Au cours du second tour de table, le régime en faveur des jeunes agriculteurs proposé au titre du premier pilier pour permettre à ces derniers d'avoir accès à l'agriculture a été examiné.
    La majorité des Etats membres ont demandé que l'aide apportée aux jeunes agriculteurs soit souple afin que leur nombre, qui est faible au sein de l'UE, augmente dans un proche avenir. En outre, un grand nombre d'Etats membres est favorable à la mise en place d'un régime facultatif au titre du premier pilier, parallèlement au caractère facultatif du deuxième pilier. Les ministres ont également débattu de la proposition de règlement relatif à l'organisation des marchés dans le secteur des produits agricoles. Ils se sont penchés sur la reconnaissance obligatoire des associations et organisations de producteurs.
    Le président du Conseil AGRI a conclu que “La réunion d'aujourd'hui était très importante puisque si l'on en croit les résultats de nos travaux, le Conseil AGRI devrait obtenir une orientation générale partielle sur la réforme de la politique agricole commune avant la fin de l'année, sous Présidence chypriote.”

    Source: Présidence chypriote


    Link En savoir plus
    Link Préparation du Conseil Agriculture/Pêche
    Link Communiqué de presse [EN]


  21. Les biocarburants de l’UE bénéficient davantage à l’industrie lourde qu’à l’environnement
    2012-10-23
    Catégorie(s) : Environnement

    Selon une étude récente publiée par l’International Journal of Environment and Health, l’industrie des biocarburants au sein de l’UE sert davantage à enrichir les grands groupes industriels qu’à bénéficier à l’environnement. Selon Simone Vierri, de l’université « La Sapienza » de Rome, l’accent est mis sur les biocarburants de première génération dans les politiques de l’UE.
    Les intrants nécessaires à un mélange de 10 % d’ici 2020 utilisant le maïs, le soja et la canne à sucre ne seront donc pas durables et contraindront de nombreux pays à importer une grande partie de leurs matières premières. Vierri affirme qu’il serait bien plus bénéfique pour l’environnement de mettre en œuvre des politiques de promotion de biocarburants perfectionnés à partir de la biomasse et de déchets.

    Source: Checkbiotech.org


    Link En savoir plus [EN]
    Link Energie renouvelable
    Link Commission freine sur la première génération


  22. Nouveau projet pour développer l’aquaculture contre la faim
    2012-10-23
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Pêche Régionale

    Un nouveau projet triennal baptisé « Aquaculture pour la sécurité alimentaire, la réduction de la pauvreté et la nutrition » (AFSPAN), financé par l'UE et géré par la FAO, en collaboration avec une alliance composée de 20 organismes de développement, gouvernements et universités, vise à promouvoir l'aquaculture en tant qu'instrument de lutte contre la faim. Cette initiative, qui regroupe des partenaires ACP tels que l'Ouganda, le Kenya et la Zambie, a pour objectif d'aider ces pays à faible revenu et à déficit vivrier, à élaborer des politiques d’aquaculture durable.
    Bien que l'aquaculture apporte déjà d’importantes contributions dans ces pays disposant de nombreuses petites fermes aquacoles et d’une certaine capacité en matière de commerce produits halieutiques, peu d'informations sont disponibles concernant les incidences directes et indirectes de ces échanges sur la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté.
    Ce projet permettra de développer des méthodologies nouvelles et plus rigoureuses pour quantifier les impacts de l'aquaculture sur la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté, grâce à des évaluations quantitatives plus systématiques. Les résultats du projet seront présentés aux pays et à leurs partenaires de développement, en particulier l'UE, afin d'améliorer les stratégies, la planification et la coordination des initiatives axées sur l'aquaculture comme instrument de promotion de la sécurité alimentaire et de réduction de la pauvreté.

    Source: Agritrade


    Link En savoir plus
    Link AFSPAN [EN]
    Link Politique commune de la pêche


  23. Le Nigeria demeure un partenaire clé de l’UE sur le continent africain
    2012-10-23
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Politique ACP-UE

    L’ambassadeur David MacRae, à la tête de la délégation de l’UE au Nigeria et auprès de la CEDEAO, a récemment décrit la direction des cadres de partenariat existants et futurs avec le Nigeria et la CEDEAO. MacRae et son équipe ont expliqué et défendu les stratégies de l’UE au Nigeria et dans la sous-région de la CEDEAO pour les entreprises, le commerce et l’investissement. Ils ont également détaillé les engagements et partenariats de développement mutuels depuis 1976.
    Le soutien de l’UE au Nigeria s’est focalisé sur trois domaines stratégiques : la paix et la sécurité ; la gouvernance et les droits humains ; et le commerce et l’intégration régionale, avec 677 millions d’euros engagés pour la période 2009 à 2013 et financés par le Fonds européen de développement. Il s’agit de l’allocation la plus importante à un pays ACP par l’UE, qui est de ce fait le premier donateur au Nigeria.
    L’UE s’est engagée à négocier un accord de partenariat économique (APE) avec la région d’Afrique de l’Ouest et avec le Nigeria au sein de la CEDEAO. Elle envisage donc cet APE comme un outil de développement permettant de renforcer le processus d’intégration régionale et de stimuler la croissance et le développement.
    Concernant les futurs engagements multilatéraux de l’UE au Nigeria, la délégation de l’UE a révélé que l’Union souhaite allier dotations et prêts, en particulier des banques de développement ; améliorer son implication avec ses parties prenantes au Nigeria et dans la CEDEAO ; et avoir un impact sur la population dans le cadre de son programme en faveur d’une énergie durable pour tous.

    Source: The Guardian Nigeria


    Link En savoir plus [EN]
    Link Les Accords de Partenariat Economique
    Link Négociations et accords ACP-UE


  24. Coopération UE/Malawi pour améliorer la production agricole
    2012-10-23
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Développement rural

    M. Andris Piebalgs, membre de la Commission européenne chargé du développement, et Mme Joyce Banda, présidente du Malawi, ont signé le 17 octobre 2012 deux accords destinés à aider le Malawi à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement. L'UE contribuera à un nouveau programme élaboré par le gouvernement malawien en vue d’améliorer la productivité agricole et d’étendre la superficie des terres irriguées. L’objectif de ce programme consiste à augmenter de deux tiers la production de maïs du pays et à pratiquement doubler les revenus des ménages agricoles. Ces mesures contribueront à réaliser l'objectif de 6 % de croissance annuelle au Malawi.
    L’UE financera par ailleurs des transferts de liquidités en faveur des ménages extrêmement démunis pour les aider à sortir de la pauvreté et à ne plus souffrir de la faim. Cette mesure permettra aux familles de mieux faire face à certaines difficultés, comme l'augmentation du prix des denrées alimentaires, et d’améliorer le taux de scolarisation et la situation sanitaire. Au total, 83 000 ménages devraient bénéficier de cette aide de l’UE.
    L'UE soutiendra deux initiatives interdépendantes du gouvernement (63 millions €). L'approche sectorielle relative à l’agriculture (ASWAp) constitue la première d’entre elles et a pour objectif d'augmenter la productivité, en particulier celle des petits agriculteurs. Pour ce faire, des semences de maïs et des graines de légumineuses seront fournies à prix réduits et des mesures seront prises pour lutter contre la dégradation des sols.
    La deuxième initiative concerne l'irrigation, l’objectif étant de faciliter l’accès des agriculteurs aux cultures irriguées et de mettre en place des systèmes d’irrigation à moyenne et grande échelles. Grâce à ces mesures, les agriculteurs seront moins tributaires de la pluviométrie pour leurs cultures et pourront faire non plus une mais trois récoltes par an.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Transferts sociaux
    Link ASWAp [EN]


  25. Six États membres ont dépassé leurs quotas laitiers
    2012-10-23
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Politique alimentaire

    Six États membres – l'Autriche, l'Irlande, les Pays-Bas, l'Allemagne, Chypre et le Luxembourg - ont dépassé leurs quotas laitiers en 2011/2012 et ont dû, en conséquence, s'acquitter d'un «superprélèvement» d'environ 79 millions €, d’après les chiffres publiés aujourd'hui par la Commission. Malgré le dépassement des quotas dans ces six États membres, les livraisons totales de l'UE sont restées bien en deçà du volume contingentaire total (- 4,7 %).
    D'après leurs déclarations respectives, l'Autriche, l'Irlande, les Pays-Bas, l'Allemagne, Chypre et le Luxembourg ont dépassé leurs quotas nationaux de 283 000 tonnes au total, malgré l'augmentation des quotas de 1 % au cours de l'année 2011/2012, décidée dans le cadre du bilan de santé de la PAC de 2008. Les Pays-Bas ont également dépassé leur quota des ventes directes, tandis que les autres États membres n'ont dépassé que leur quota des livraisons.
    Le nombre d'États membres dépassant leurs quotas reste limité, et la production excédentaire en cause représente moins de 0,2 % de l'ensemble du lait livré ou concerné par les ventes directes. Dans plusieurs États membres, la production a été largement inférieure à leur quota national respectif. Dix États membres ont enregistré des livraisons se situant au moins 10 % en dessous de leur quota.
    Au cours de l'année contingentaire 2010/2011, des sanctions correspondant à 55,6 millions € ont été imposées dans cinq États membres, et l'ensemble des livraisons de l'UE étaient inférieures de 5,5 % au volume contingentaire total de l'UE.

    Source: Commission européenne




    Link En savoir plus
    Link Lait et produits laitiers
    Link Paquet lait pleinement applicable


  26. Les fondations écologiques de la sécurité alimentaire sont affaiblies
    2012-10-23
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire

    Selon un rapport publié le 16 octobre par le Programme de l’ONU pour l’environnement (PNUE), la sécurité alimentaire dans le monde se fragilisera à moins que les pays tiennent compte des services naturels de la planète dans la planification, agricole notamment. Il sera essentiel de sauvegarder les fondations écologiques de la production alimentaire, notamment la biodiversité, afin d’alimenter sept milliards d’habitants, et neuf milliards d’ici 2050, affirme l’étude intitulée « Avoiding Future Famines : Strengthening the Ecological Basis of Food Security through Sustainable Food Systems».
    Les inefficacités sur la chaîne d’approvisionnement alimentaire compliquent la situation. Le rapport souligne qu’environ un tiers de la nourriture produite pour la consommation humaine est perdue ou gaspillée, soit 1,3 milliard de tonnes par an. Le rapport vise à attirer l’attention sur ces aspects essentiels, auxquels nuit la surpêche, une utilisation non durable de l’eau, des pratiques agricoles dommageables pour l’environnement et d’autres activités humaines. L’étude porte également sur l’économie verte et appelle à des pratiques de production et de consommation alimentaires garantissant la productivité sans nuire aux services écosystémiques.

    Source: PNUE


    Link En savoir plus [EN]
    Link Résumé du rapport
    Link Pertes et gaspillage




===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Mme Isolina BOTO
Manager
Bureau du CTA/Bruxelles
39 rue Montoyer
1000 Bruxelles - Belgique
Tel: + 32 (0) 2 513 74 36; Fax: + 32 (0) 2 511 38 68
Courriel: boto@cta.int
Site Web: http://www.cta.int/
Blog de Bruxelles: http://bruxelles.cta.int/
Briefings de Bruxelles: http://bruxellesbriefings.net/

 

Rédacteur : Ronalee Biasca (biasca@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2011 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1