Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 344]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 344]
Date d'envoi: 2012-11-20 17:37:40
Publication #: 159
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [20/11/2012]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Notre invité vidéo: Kolli N. Rao, Responsable de la gestion des risques auprès de l’AIC
  2. Principaux évènements pour la semaine du 19/11/2012 - 25/11/2012
  3. Le Conseil de l’UE convient d’une nouvelle Convention relative à l’aide alimentaire
  4. FAO: Agir pour briser le cycle de la faim dans les zones arides
  5. Pêche: L’UE veut protéger les oiseaux de mer
  6. FAO: prudence dans les acquisitions foncières dans les pays en développement
  7. L'UE soutient la construction de la plus grande centrale solaire en Afrique de l'Ouest
  8. Le Prix Nobel de Paix de l’UE pour des enfants touchés par la guerre
  9. Présence des femmes dans les conseils des sociétés: un objectif de 40 %
  10. Guinée, Togo, Fiji: la carte jaune pour manque de coopération contre la pêche INN
  11. L'UE réaffirme son engagement pour fast start finance
  12. Nouveau cadre européen pour les systèmes de qualité dans l'agriculture
  13. L’UE face à une « occasion unique » d’aider l’Afrique
  14. Bulletin SOS Faim - Novembre 2012
  15. 5ème édition du bulletin d’information PAERIP IN-FOCUS
  16. L’UE reste vague sur l’action pour le climat après 2012
  17. Il faut accroître le financement de l’action pour le climat dans les pays pauvres
  18. Renouvellement du programme de soutien pour les chercheuses africaines
  19. L'UE soutient le Niger pour établir la sécurité alimentaire et la résilience à la crise
  20. Sommet « L’essor de l’Afrique – Opportunités et défis » à Bruxelles
  21. Les dirigeants de l’UE invités à défendre bec et ongles l’aide extérieure
  22. ASC et le CTA signent un protocole pour renforcer les politiques agricoles en Afrique
  23. EFSA: l’évaluation des risques de l’UE doit être renforcée


  1. Notre invité vidéo: Kolli N. Rao, Responsable de la gestion des risques auprès de l’AIC
    2012-11-20
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Environnement

    Lors du 29e Briefing de Bruxelles pour le développement sur le changement climatique, l'agriculture et la sécurité alimentaire, nous nous sommes entretenus avec Kolli N. Rao, Responsable de la gestion des risques auprès de l’Agriculture Insurance Company d'Inde, pour discuter le cas de l'assurance indicielle et ses avantages pour les petites exploitations. D’autres documents et vidéos sont disponibles sur bruxellesbriefings.net/briefings-precedents/changement-climatique-agriculture-et-securite-alimentaire/.


    Link Watch the Video


  2. Principaux évènements pour la semaine du 19/11/2012 - 25/11/2012
    2012-11-19
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique alimentaire, Politique ACP-UE

    Parlement européen:
    - 19-22 Novembre: Réunions des commissions parlementaires
    - 19-22 Novembre: Séance plénière du Parlement européen


    Commission européenne:
    - 19 Novembre: Conférence sur la productivité et le développement durable de l'agriculture
    - 22-23 Novembre: Equality summit 2012


    Conseil européen:
    - 22-23 Novembre: Conseil européen


    Conseil de l'UE
    - 19 Novembre: Conseil Affaires étrangères
    - 20 Novembre: Conseil affaires générales


    Groupe ACP:
    - 19 - 23 Novembre: Conférence mondiale du cacao
    - 21-22 Novembre: 6ème Forum Mondial sur la Migration et le Développement (FMMD)
    - 22-25 Novembre: 30ème session de l'Autorité palestinienne ACP et 24ème session de l'Assemblée paritaire ACP-UE PA.

    Vous pouvez également lire notre quotidien anglais « CTA Brussels Daily » (alimenté par Twitter) et nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.




  3. Le Conseil de l’UE convient d’une nouvelle Convention relative à l’aide alimentaire
    2012-11-19
    Catégorie(s) : Archives

    Le Conseil de l’Union européenne s’est prononcé en le mardi 13 novembre sur la conclusion par l’UE d’une nouvelle Convention relative à l’aide alimentaire, un accord international important visant à lutter contre la faim et la sous-alimentation. Sous réserve de l’approbation par le Parlement européen le 25 octobre prochain, cette décision donne le « feu vert » à l’UE pour ratifier la Convention d’ici le 30 novembre.
    Kristalina Georgieva, commissaire européenne à la coopération internationale, à l’aide humanitaire et à la réaction aux crises, s’est félicitée de la décision du Conseil et a appelé toutes les parties, en particulier les États membres de l’UE, à ratifier la Convention dans les plus brefs délais. « L'un des principaux aboutissements de la nouvelle convention est un changement fondamental dans l'approche en matière d'aide alimentaire. J’apprécie beaucoup le fait que les signataires acceptent de distribuer des denrées alimentaires uniquement lorsqu'il n'y a pas d'autre moyen d'aider les populations les plus menacées par la faim. Dans le cas contraire, l'aide doit être monétaire pour que les personnes touchées puissent se procurer des denrées alimentaires localement. Cette démarche permet de préserver leur dignité, contribue à promouvoir les marchés locaux et bénéficie aux agriculteurs locaux et aux systèmes d’approvisionnement », a déclaré la commissaire Georgieva.
    La Convention d’aide alimentaire est un accord international qui a été négocié par l’Union européenne et 35 pays (tous les États membres de l’UE plus l’Argentine, l’Australie, le Canada, la Croatie, le Japon, la Norvège, la Suisse et les États-Unis). La Convention a été signée par la commissaire Georgieva ainsi que par la présidence chypriote au nom de l’UE le 1er août 2012. Cette nouvelle Convention devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2013.


    Source : Commission européenne


    Link Site web (version anglaise)


  4. FAO: Agir pour briser le cycle de la faim dans les zones arides
    2012-11-16
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Développement rural, Environnement

    Les conflits, les sécheresses à répétition et la volatilité des prix des denrées alimentaires plongent les pays d'Afrique et du Proche-Orient dans le piège de la faim mais il y a moyen de s'en sortir, a déclaré le mercredi 14 Novembre M. Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, à la Conférence internationale de Doha sur la sécurité alimentaire dans les terres arides.
    La réunion de Doha doit déboucher sur des recommandations pour des initiatives dans ces trois domaines, qui alimenteront les politiques, stratégies et investissements espérés pour stimuler la production agricole, améliorer la sécurité alimentaire et accroître la résilience aux chocs futurs des prix alimentaires.
    «La dégradation des ressources naturelles dans les pays arides menace plus de deux milliards de personnes», a averti M. Graziano da Silva. Il a appelé la communauté internationale à travailler en étroite collaboration avec les pays des zones arides pour briser le cycle de la faim tout en mettant en évidence les points suivants: améliorer l'information sur les terres arides pour soutenir la gestion durable des ressources en terre et en eau; stimuler l'intensification durable de l'agriculture et adapter la production aux changements climatiques; renforcer la résilience des communautés rurales et accroître les investissements responsables dans le développement agricole et rural ; développer la gouvernance mondiale de la sécurité alimentaire en s'appuyant sur le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA), organisme intergouvernemental de politique alimentaire.


    Source: la FAO


    Link En savoir plus
    Link En savoir plus sur la Conférence de Doha
    Link En savoir plus sur la FAO


  5. Pêche: L’UE veut protéger les oiseaux de mer
    2012-11-16
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    La Commission européenne a adopté aujourd'hui un plan d'action afin de lutter contre les captures accidentelles d'oiseaux marins par les engins de pêche.
    Le plan comporte un large éventail d'éléments contenus dans 30 actions recommandées, qui combinent mesures contraignantes et non contraignantes. Les règles s'appliqueront aux navires de pêche de l'UE à l'intérieur et en dehors des eaux de l'Union, ainsi qu'aux navires non UE opérant dans les eaux de l'Union.
    Les 30 actions recommandées contenues dans le plan sont une combinaison de mesures contraignantes et non contraignantes. Les actions spécifiques à court terme incluent: une mise en œuvre plus rapide des mesures de gestion des pêcheries pour protéger les oiseaux de mer au sein des zones de protection spéciale (ZPS) désignées au titre de la directive «Oiseaux»; un suivi plus étendu des pêcheries pour lesquelles les informations sur les prises accessoires d'oiseaux marins font défaut ou ne sont pas fiables; la mise en œuvre de mesures d'atténuation (telles que l'utilisation de lignes effrayant les oiseaux et de dispositifs de dissuasion acoustique ou l'utilisation de lignes lestées) dans les pêcheries palangrières de l'UE et hors UE, où les prises accessoires sont les plus importantes; la promotion de la recherche pour l'élaboration de mesures d'atténuation pratiques et efficaces, en particulier dans les pêcheries utilisant des filets fixes.
    Les interactions entre la pêche et les oiseaux de mer sont fréquentes et étendues, entraînant des taux de mortalité accidentelle qui représentent une grave menace pour de nombreuses populations d'oiseaux marins et qui ont des effets négatifs sur la productivité et la rentabilité de la pêche. D'après les estimations du Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM), plus de 200 000 oiseaux de mer au bas mot meurent chaque année du fait d'interactions avec la flotte de pêche de l'UE dans les eaux UE et dans les eaux en dehors de l'Union.


    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Lire le plan de la Commission
    Link En savoir plus su la La politique commune de la pêche


  6. FAO: prudence dans les acquisitions foncières dans les pays en développement
    2012-11-16
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Développement rural

    Les investissements internationaux qui donnent aux agriculteurs locaux un rôle actif et leur laissent le contrôle de leurs terres ont les effets les plus positifs sur l'économie locale et le développement social, selon un nouveau rapport publié le mardi 13 Novembre par la FAO.
    Le rapport Trends and Impacts of Foreign Investment in Developing Country Agriculture (Tendances et impacts des investissements étrangers dans l'agriculture des pays en développement) souligne que les projets d'investissement qui allient la force de l'investisseur (le capital, l'expertise en gestion et marketing ainsi que la technologie) à celle des agriculteurs locaux (le travail, la terre, les connaissances locales) sont ceux qui ont le plus de chances de succès.
    Le rapport présente un certain nombre d'études de cas sur l'impact de l'investissement étranger en Afrique et en Asie, notamment les grosses transactions foncières souvent désignées du terme accaparement des terres.  
    «Alors qu'un certain nombre d'études documentent l'impact négatif des acquisitions de terres à grande échelle dans les pays en développement, il y a encore moins de preuves des avantages de telles acquisitions pour le pays hôte, en particulier à court terme et au plan local», explique le rapport.
    La FAO estime que des investissements de plus de 80 milliards de dollars par an sont requis dans l'agriculture pour suivre le rythme de la croissance démographique et des revenus, et pour nourrir plus de 9 milliards de personnes à l'horizon 2050.
    Bien que les investissements étrangers directs aient augmenté de manière significative au cours de la dernière décennie, en particulier en Asie et en Amérique latine, seule une faible part a été allouée à l'agriculture (moins de cinq pour cent en Afrique sub-saharienne).

    Source: la FAO


    Link En savoir plus
    Link Lire le rapport de la FAO [EN]
    Link En savoir plus sur la FAO


  7. L'UE soutient la construction de la plus grande centrale solaire en Afrique de l'Ouest
    2012-11-16
    Catégorie(s) : Archives, Environnement, Efficacité Aide

    L'Union européenne a annoncé le mercredi 14 Novembre son soutien pour la construction de ce qui deviendra la plus grande centrale photovoltaïque d’Afrique, au Burkina Faso. Cette centrale produira 32 gigawatts-heures par an, soit l’équivalent de 6 % de la production d’électricité actuelle du pays. Elle couvrira la consommation d’énergie d’environ 400 000 personnes.
    Le commissaire européen chargé du développement, Andris Piebalgs a fait cette annonce avant de partir à Addis-Abeba (Éthiopie), où il participera à la conférence des ministres africains de l’énergie et à la semaine panafricaine de l’énergie.
    Il a déclaré à ce sujet: «Plus d’un milliard d’habitants de la planète n’ont pas accès à l’électricité, et la moitié d’entre eux vivent en Afrique. Cette situation constitue l’un des principaux freins au développement de ce continent. Pour libérer l’énorme potentiel que ce dernier recèle, l’Union européenne s’est engagée à raccorder 500 millions de personnes à l’énergie, et elle joint l’acte à la parole.»
    Située à Zagtouli, dans la périphérie de la capitale Ouagadougou, la nouvelle centrale électrique comportera 96 000 panneaux solaires. Actuellement, seuls 15 % de la population burkinabè ont accès à l’électricité et le pays reste largement tributaire des importations d’énergie. L’aide de l’UE pour la centrale s’élève à 25 millions €; la Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Agence française de développement (AFD) ont quant à elles octroyé des prêts pour un montant total de 38 millions €.
    L’Union européenne est le premier bailleur de fonds dans le secteur de l’énergie à l’échelle mondiale. Au cours des cinq dernières années, elle a investi plus de deux milliards € dans des projets en la matière dans les pays en développement et plus d’un milliard € dans l’amélioration de l’état du secteur de l’énergie en Afrique, y compris l’accroissement de l’accès aux services énergétiques modernes.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Le travail de l'Union européenne sur l'énergie
    Link Nouvelle initiative de la Commission pour atteindre le objectif- accès à l'énergie pour tous d'ici à 2030


  8. Le Prix Nobel de Paix de l’UE pour des enfants touchés par la guerre
    2012-11-16
    Catégorie(s) : Archives

    L'argent du prix Nobel de la paix remporté par l' UE en 2012 sera affecté à des projets en faveur des enfants victimes des guerres et des conflits.
    La Commission a officiellement accepté, au nom de l'Union européenne, la somme devant être versée et elle déclare que les quelque 930 000 euros seront alloués aux enfants qui en ont le plus besoin. Dans les semaines à venir, elle fixera les modalités du projet, y compris le cahier des charges précis, le processus de sélection des bénéficiaires et les aspects juridiques et budgétaires.
    Le comité Nobel a décidé le 12 octobre 2012 de décerner le prix Nobel de la paix 2012 à l’Union européenne, en reconnaissance de sa contribution à la promotion de la paix et de la démocratie et des droits humains en Europe. La cérémonie de remise du prix aura lieu à Oslo le 10 décembre 2012.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link A propos de L'office humanitaire de la Communauté européenne (ECHO)
    Link L'Union européenne remporte le prix Nobel de la paix 2012


  9. Présence des femmes dans les conseils des sociétés: un objectif de 40 %
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Archives

    La Commission européenne a proposé le mercredi 14 Novembre une directive visant à porter à 40 % la proportion des femmes aux postes d’administrateurs non exécutifs dans les sociétés cotées en bourse.
    La proposition de directive fixe un objectif de 40 % de femmes parmi les administrateurs non exécutifs des sociétés cotées en bourse. Les sociétés n’atteignant pas ce seuil de 40 % d’administrateurs non exécutifs appartenant au sexe sous-représenté seront tenues de pourvoir ces postes sur la base d’une analyse comparée des qualifications de chaque candidat, en appliquant des critères clairs, sans ambiguïté et n’établissant aucune distinction fondée sur le sexe. À niveau de qualification égal, la priorité doit être donnée au sexe sous représenté. Cet objectif minimal de 40 % de membres du sexe sous-représenté parmi les administrateurs non exécutifs devrait être ainsi atteint par les sociétés cotées en 2020 et dès 2018, soit deux ans plus tôt, par les entreprises publiques, sur lesquelles les pouvoirs publics exercent une influence dominante. La proposition devrait s’appliquer à quelque 5 000 sociétés cotées de l’Union européenne. Elle ne s’appliquera ni aux petites et moyennes entreprises (entreprises de moins de 250 salariés et dont le chiffre d’affaires annuel mondial n’excède pas 50 millions d’EUR), ni aux entreprises non cotées en bourse.
    La vice-présidente Viviane Reding, commissaire chargée de la justice, a dit que: « L’exemple de pays comme la Belgique, la France et l’Italie, qui ont récemment adopté une législation en la matière et commencent à en recueillir les fruits, démontre clairement qu’une intervention réglementaire circonscrite dans le temps peut faire toute la différence.»
    Actuellement, les conseils des sociétés (conseil d’administration, de surveillance ou directoire) sont dominés par les hommes, qui représentent 85 % des administrateurs non exécutifs et 91,1 % des administrateurs exécutifs de ces organes, contre 15 % et 8,9 % respectivement pour les femmes.
    Malgré l'enthousiasme de la Commission, l'initiative a été reçue en grande partie avec méfiance par la presse et certains gouvernements des États membres.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus
    Link Les femmes dans la prise de décision économique dans l'Union européenne: rapport d'activité [EN]
    Link Réactions au plan [EN]


  10. Guinée, Togo, Fiji: la carte jaune pour manque de coopération contre la pêche INN
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Commerce ACP-UE

    L’Union europénne a notifié huit pays qu’ils devaient améliorer leur lutte contre la pêche INN ou risquer des sanctions. La Commissaire européenne Maria Damanaki a déclaré que les notifications envoyées au Bélize, Cambodge, Fiji, Guinée, Panama, Sri Lanka, Togo et Vanuatu ne veut pas dire qu’ils sont mis sur liste noire, mais plutôt qu’ils ont reçu un avertissement. Si les pays concernés ne coopèrent pas, ils feront face à des sanctions commerciales et autres.
    La décision prise aujourd’hui est la première du genre et  recense des lacunes concrètes, telles que l'absence de dialogue ou l'insuffisance des mesures prises pour pallier aux insuffisances constatées en matière de suivi, de contrôle et de surveillance de la pêche et propose des mesures correctives pour y remédier. La décision ne contient, à ce stade, aucune mesure ayant une incidence commerciale.
    Les pays concernés disposent d’un délai raisonnable pour répondre et prendre des mesures pour remédier à la situation. La Commission a également proposé un plan d’action pour chaque pays. Si aucune amélioration n’est constatée, l’Union européenne pourrait prendre d’autres mesures susceptibles d’inclure des mesures commerciales telles qu’une interdiction de vendre des produits de la pêche à l'Union européenne.
    Mme Maria Damanaki, commissaire européenne chargée des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré à ce propos: «Il ne s’agit pas d’une liste noire, mais d’une carte jaune. Nous souhaitons que ces pays s’associent à la lutte contre la pêche illicite. Mais nous tenons aussi à signaler au monde entier que l’Union européenne ne tolérera pas la pêche INN, une activité criminelle qui porte préjudice aux moyens de subsistance des communautés de pêcheurs et appauvrit les stocks halieutiques. Il faut y mettre un terme par tous les moyens.»
    La décision prise aujourd’hui repose sur le règlement de l’Union concernant la pêche INN, qui est entré en vigueur en 2010.
    Selon les estimations, les activités de pêche illicite représenteraient une valeur totale d’environ 10 milliards € par an, soit 19 % de la valeur déclarée des captures.

    Source: Business week


    Link En savoir plus [EN]
    Link a Commission lance un avertissement aux pays tiers
    Link Pêche illicite (pêche INN)


  11. L'UE réaffirme son engagement pour fast start finance
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Environnement

    Le 13 novembre dernier, lors de la réunion des ministres des finances européens organisée à Bruxelles, en Belgique, ceux-ci ont réaffirmé leur engagement envers le financement à mise en œuvre rapide (fast start finance), dans le cadre d’un accord entre les pays développés visant à renforcer leur résilience au changement climatique et à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, signé lors de la Conférence des Parties (COP15) de décembre 2009 à Copenhague.
    Les ministres ont placé l’accent sur l’importance du financement à mise en œuvre rapide pour la mise en œuvre immédiate des accords de Cancun et ont approuvé les « mesures à mise en œuvre rapide » qui seront présentées à la conférence de la CCNUCC (Conférence des Parties 18), qui se tiendra à Doha du 26 novembre au 7 décembre 2012 et la liste des actions individuelles financées. 
    Ils ont également tenu à souligner que l’UE continuera à tenir compte des besoins des pays en développement particulièrement vulnérables, notamment les petits États insulaires en développement, les pays moins développés et l’Afrique.
    À ce jour, 7,1 milliards d’euros ont été mobilisés par l’UE pour honorer ses engagements en matière de financement à mise en œuvre rapide.


    Source : Conseil de l’Union européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link Bruxelles briefings: Faire avancer l’agenda du changement climatique et de la croissance verte dans le Pacifique
    Link L’UE reste vague sur l’action pour le climat après 2012


  12. Nouveau cadre européen pour les systèmes de qualité dans l'agriculture
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Politique alimentaire

    Le Conseil a adopté le mardi 13 novembre un règlement relatif aux systèmes de qualité applicable aux produits agricoles et aux denrées alimentaires, qui devrait permettre la mise en place d'un régime simplifié pour les systèmes de qualité, dans un cadre juridique unique, et d'un dispositif plus solide pour la protection et la promotion des produits agricoles de qualité.
    Les principaux éléments du règlement sont le renforcement du régime existant pour les appellations d'origine protégée (AOP) et les indications géographiques protégées (IGP); la révision du système des spécialités traditionnelles garanties (STG) et la fixation d'un nouveau cadre pour l'élaboration de mentions de qualité facultatives afin de fournir aux consommateurs des informations supplémentaires.


    Link En savoir plus [EN]
    Link La politique européenne de qualité des produits agricoles
    Link Indications géographiques et spécialités traditionnelles


  13. L’UE face à une « occasion unique » d’aider l’Afrique
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural, Efficacité Aide

    Le commissaire européen en charge du développement, Andris Piebalgs, affirme que le monde « se trouve devant une occasion unique » d’améliorer le quotidien des populations d’Afrique.
    S’exprimant mardi au Forum politique pour le développement organisé à Bruxelles, il a déclaré qu’il souhaitait « apporter la croissance durable et la prospérité à l’ensemble de l’Afrique ».
    Le commissaire était le conférencier d’honneur d’un événement organisé par Les amis de l’Europe, un groupe de réflexion basé à Bruxelles. S’exprimant devant un public d’ONG et d’autres groupes, il a déclaré que la communauté internationale était « en bonne voie pour éradiquer la pauvreté extrême de notre vivant », et que « tous les citoyens de la planète devraient être en droit de revendiquer et d’exiger [leurs droits fondamentaux] à leurs gouvernements, en 2030 au plus tard, avec, lorsque nécessaire, pour les pays les plus pauvres, le soutien de la communauté internationale ».

    Source: The Parliament


    Link En savoir plus [EN]
    Link Sommet « L’essor de l’Afrique – Opportunités et défis » à Bruxelles
    Link Discours de M. Andris Piebalgs, Commissaire européen pour le développement [EN]


  14. Bulletin SOS Faim - Novembre 2012
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Développement rural

    SOS Faim a publié le bulletin du mois de Novembre.
    SOS Faim est une ONG de développement ONG de développement qui lutte contre la faim et la pauvreté en milieu rural en Afrique et en Amérique latine, basée en Belgique et au Luxembourg. Il a été créé en 1964 suite à un appel de la FAO (L'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations Unies).
    Le bulletin comprend, entre autres articles sur l'Opération 11.11.11 2012, visant entre autres à collecter des fonds pour SEXAGON (Union des agriculteurs de l'Office du Niger au Mali), la faim chronique parmi les femmes dans les pays pauvres, et la prochaine Conférence de Doha sur les changements climatiques.


    Source: SOS Faim


    Link Lire le bulletin
    Link A propos de SOS Faim


  15. 5ème édition du bulletin d’information PAERIP IN-FOCUS
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Archives

    Le consortium PAERIP (promotion des partenariats d’infrastructures de recherche Afrique-Europe) a publié son dernier bulletin d’information PAERIP IN-FOCUS dans le domaine de la coopération UE-Afrique sur les infrastructures de recherche.
    PAERIP est un projet financé au titre du Programme Capacités du 7ème PC (INFRA-2010-3.2) de l’UE dans le but de promouvoir et de renforcer les partenariats d’infrastructures de recherche Afrique-Europe. Le Departement of Science and Technology (DST) sud-africain agit en tant que Coordinateur de projet, et les autres membres du consortium sont : ISC Intelligence in Science (Belgique), le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Égypte), le ministère de l’Enseignement supérieur, des Sciences et de la Technologie (Kenya), le Centre national de documentation (Grèce), Sigma Orionis (France), TechnoScene (Pty) Ltd (Afrique du Sud) et l’Association des universités du Commonwealth (Royaume-Uni).
    Les articles du bulletin d’informations portent sur un atelier des parties prenantes organisé à Londres le 17 octobre, sur des partenariats Afrique-Europe en matière d’infrastructure de recherche (comme discuté lors de l’atelier PAERIP à Londres), sur une analyse de l’impact socio-économique de la coopération en matière d’infrastructure de recherche entre l’Europe et l’Afrique, et sur une sélection d’événements futurs.

    Source: PAERIP


    Link Lire le bulletin [EN]
    Link En savoir plus sur la PAERIP


  16. L’UE reste vague sur l’action pour le climat après 2012
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Environnement

    L’Europe ne promettra aucune nouvelle somme d’argent spécifique pour l’action pour le climat, en forte régression, aux pays en développement, d’après le projet de conclusions du conseil des ministres de l’économie (Ecofin) qui s’est tenu le 13 novembre.
    Le projet de conclusions du conseil des ministres de l’économie dit seulement que l’UE « continuera de fournir un soutien financier pour le climat après 2012 », sans donner plus de détails sur le paquet 2013-2019.
    L’UE a engagé 7,2 milliards d’euros de soutien financier pour le climat au cours de la période 2010-2012 au titre de l’accord de Financement à mise en œuvre rapide (FSF), qui arrive à échéance à la fin de cette année. Le FSF était destiné à démarrer un Fonds vert pour le climat générant 100 milliards de dollars (78,9 milliards d’euros) par an d’aide climatique, mais celui-ci a été compromis par toute une série de désaccords sur les sièges, les sources de financement, les méthodes de paiement et les bénéficiaires.
    En cas de déficit de financement, « cela serait désastreux pour nous, très négatif », a déclaré Evans Davie Njewa, un négociateur climatique pour le Malawi et les 48 pays moins développés (PMD).
    Sur les 7,2 milliards d’euros de financement de l’UE, le projet de conclusions affirme que 40,5 % du total a été dépensé pour des mesures d’atténuation, 30,1 % pour l’adaptation et 13 % en mesures de soutien pour réduire la déforestation et la dégradation des forêts dans les pays en développement. Bon nombre de pays en développement, cependant, remettent en question l’affectation des fonds du FSF de l’UE, dont 60 % ont été fournis sans consulter les pays concernés, selon Oxfam. M. Njewa a déclaré que la plupart des recettes ont été consacrées jusqu’à présent aux projets d’atténuation privilégiés par le Nord plus riche, plutôt qu’aux mesures d’adaptation privilégiées par les PMD eux-mêmes.  « Nous ne disposons même pas d’un registre clair dans lequel nous avons consigné le soutien fourni », s’est-il plaint. « L’on nous dit que l’argent va directement aux communautés mais je n’ai aucune idée du montant puisque nous n’avons pas de rapports officiels », a-t-il dit.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus [EN]
    Link Sommet sur le climat : l’UE et le monde doivent être plus ambitieux
    Link L'accord de Copenhague


  17. Il faut accroître le financement de l’action pour le climat dans les pays pauvres
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Environnement

    Les ministres européens des finances doivent se préparer à garantir que le financement de l’action pour le climat ne sera pas en chute libre en décembre, mais qu’il continuera à soutenir cette action dans les pays en développement, expliquent Satu Hassi, député au Parlement européen pour le groupe des Verts,  et Wendel Trio, directeur du Climate Action Network Europe à Bruxelles.
    Les ministres européens des Finances ont discuté le 13 Novembre les détails sur la façon de maintenir l'engagement de l'UE de fournir du financement climatique pour les pays en développement, en vue du sommet climatique de l'ONU qui se tiendra à Doha du 26 novembre au 7 décembre.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Sommet sur le climat : l’UE et le monde doivent être plus ambitieux
    Link Sommet sur le climat à Doha


  18. Renouvellement du programme de soutien pour les chercheuses africaines
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Archives

    Le « African Women in Agricultural Research and Development » (AWARD ou le Fonds pour les femmes africaines dans la recherche et le développement agricoles), un programme aidant les femmes dans les pays subsahariens à développer des compétences de leadership et scientifiques, a été renouvelé pour cinq années supplémentaires. Une deuxième subvention a été annoncée le 18 octobre, composée de 14 millions de dollars de la Fondation Bill & Melinda Gates et de 5 millions de dollars de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID).
    D’après la porte-parole d’AWARD, Karen Homer, le programme encourage des innovations plus efficaces dans l’agriculture. « Nous pensons que des solutions efficaces pour l’agriculture africaine seront possibles grâce à l’habilitation des scientifiques africaines », a-t-elle déclaré.
    La majorité de ceux qui produisent, transforment et commercialisent les denrées alimentaires en Afrique sont des femmes, mais seulement un chercheur agricole sur quatre est une femme, d’après une étude comparative de 2008 réalisée par AWARD.
    Mme Homer a noté qu’encore moins de femmes, une sur sept, occupent des postes de direction dans les institutions de recherche agricole en Afrique. Actuellement, il existe quelques postes de direction disponibles dans le domaine de l’agriculture et du développement, mais parmi ceux-ci, la plupart sont occupés par des hommes.
    Chaque boursier AWARD assiste à des formations en matière de leadership et de gestion, de compétences scientifiques et de rédaction de propositions. Des scientifiques seniors ont également pour mission de les accompagner en tant que mentors.

    Source: SciDev Net


    Link En savoir plus [EN]
    Link Bourses pour les femmes scientifiques africaines un grand succès [En]
    Link Les femmes africaines dans la recherche et le développement agricoles [EN]


  19. L'UE soutient le Niger pour établir la sécurité alimentaire et la résilience à la crise
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Développement rural, Archives

    La commissaire européenne à la coopération internationale, l’aide humanitaire et la réaction aux crises, Kristalina Georgieva, s’est exprimée lors de la Table ronde sur le Plan de développement économique et social du Niger tenue aujourd’hui à Paris, France, soulignant l’intention de l’UE d’aider le Niger à établir la sécurité alimentaire et la résilience aux crises.
    Dans cette optique, la commissaire Georgieva a réaffirmé que le Niger « est et restera l’un de nos partenaires les plus importants en Afrique de l’Ouest ». Elle a souligné la contribution de l’UE au Niger de plus de 530 millions d’euros dans le cadre du 10ème FED (Fonds européen de développement) (couvrant la période 2008-2013). En outre, des fonds supplémentaires ont été fournis pour répondre aux effets des conflits en Libye et au Mali, à la crise alimentaire de 2012 et aux récentes inondations.
    Dans le cadre de l’ « Agenda pour le changement » pour les Programmes indicatifs nationaux du 11ème FED, la Commission européenne envisage de limiter le nombre de secteurs où l’UE est active, pour concentrer son soutien dans les domaines où il sera possible d’obtenir un impact réel et de faire la différence entre les pays partenaires en se basant sur leurs besoins concrets. Par ailleurs, l’UE continuera de soutenir le Niger en vue d’établir la sécurité alimentaire et la résilience des ménages les plus vulnérables.
    La commissaire Georgieva a également salué le Plan de développement économique et social du Niger pour 2012-2015, visant à mettre en œuvre une stratégie de développement basée sur la gouvernance d’institutions démocratiques et crédibles, le respect des droits de l’homme, la transparence et par-dessus tout, la sécurité alimentaire. Elle a également souligné l’importance de renforcer d’autres secteurs tels que la santé ou l’accès à l’eau potable.


    Source : New Europe


    Link En savoir plus [EN]
    Link Discours de Mme Kristalina Georgieva [EN]
    Link Agenda de l'EU pour le changement [EN]


  20. Sommet « L’essor de l’Afrique – Opportunités et défis » à Bruxelles
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Développement rural, Archives, Efficacité Aide

    L’Afrique est sur la voie ascendante. La traditionnelle lenteur de la croissance fait aujourd’hui place à un développement économique rapide, de nombreux pays africains enregistrant une croissance de 5 % par an ou plus. L’investissement direct étranger augmente aussi, tout comme les envois de fonds de la diaspora africaine. Ce sont là quelques-unes des conclusions du sommet annuel du Forum politique pour le développement, « Ascending Africa – Opportunities and Challenges » (L’essor de l’Afrique – Opportunités et défis), qui s’est tenu à Bruxelles le 13 novembre.
    Dans son discours d’ouverture, Andris Piebalgs, le commissaire européen pour le développement, a déclaré : « Nous sommes devant une occasion historique d’apporter la croissance durable et la prospérité aux pauvres d’Afrique ».
    De sérieux défis subsistent cependant. La population de l’Afrique devrait doubler et atteindre 2 milliards d’habitant au cours des quatre prochaines décennies. Les gouvernements doivent créer les conditions propices à la croissance de l’emploi et des opportunités pour une main-d’œuvre en plein essor. Les dirigeants politiques doivent également entreprendre une réforme en profondeur en matière de gouvernance, depuis l’administration de l’extraction des ressources naturelles jusqu’à la promotion de la démocratie. Andris Piebalgs a souligné que l’UE, pour sa part, contribuera au développement pour la croissance économique au sein de l’Afrique avec son Agenda pour le changement.
    Le sommet a rassemblé les principaux acteurs du développement– notamment le Parlement européen, l’Union africaine et les pays ACP.

    Source: friends of europe


    Link En savoir plus [EN]
    Link Discours de M. Andris Piebalgs, Commissaire européen pour le développement [EN]
    Link Agenda de l'EU pour le changement [EN]


  21. Les dirigeants de l’UE invités à défendre bec et ongles l’aide extérieure
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Archives

    Un nouveau rapport affirme que le budget de l’aide au développement après 2014 proposé par l’UE aux pays les plus pauvres du monde « sera plus que rentabilisé » à l’horizon 2020.
    Le rapport affirme que les 51 milliards d’euros réservés au travers de l’instrument de coopération au développement de l’UE et le Fonds européen de développement (FED) pour 2014-2020 seraient « entièrement récupérés » et apporteraient une contribution nette au produit intérieur brut (PIB) de 11,5 milliards d’euros, tandis que l’Afrique subsaharienne enregistrerait une croissance du PIB de 2,5 pour cent. Le rapport a été rédigé pour le compte du groupe de lutte contre la pauvreté ONE et publié lundi.
    L’appel est censé coïncider avec le sommet des dirigeants et chefs d’État européens des 22/23 novembre, dont l’ordre du jour sera dominé par l’avenir du budget de l’UE. La Commission et le Parlement veulent une augmentation de cinq pour cent du budget après 2014, mais certains craignent de plus en plus que le budget ne soit gelé voire réduit. Si cela arrive, certains pensent que l’aide étrangère pourrait en souffrir.
    Ces préoccupations ont été attisées la semaine dernière par la publication par la présidence chypriote de l’UE de chiffres suggérant des réductions moyennes des « instruments financiers pour l’action extérieure » d’au moins 7,3 pour cent.
    Ceci va à l’encontre des résultats d’une récente enquête selon laquelle 85 pour cent des citoyens de l’UE ont affirmé qu’ils estimaient que l’Europe devait continuer à aider les pays en développement, malgré la crise économique.
    Plus de 110 000 personnes ont également signé une pétition appelant les dirigeants européens à protéger l’aide extérieure.
    Plusieurs pays ont promis de soutenir l’aide au développement de l’UE ces dernières semaines, notamment la France, le Danemark et le Royaume-Uni.
    Plusieurs pays, notamment le Danemark, l’Irlande et le Royaume-Uni, ont également protégé l’aide au développement des coupes budgétaires nationales.


    Source : Le Parlement


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur One International
    Link la Présidence EU propose des coupes importantes


  22. ASC et le CTA signent un protocole pour renforcer les politiques agricoles en Afrique
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Développement rural, Archives

    La Commission de l’Union africaine (CUA) et le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA), ont signé aujourd’hui un protocole d’accord pour renforcer les politiques agricoles en Afrique.
    Le protocole d’accord a été signé par la commissaire du Département de l’économie rurale et de l’agriculture de la CUA, Mme Rhoda Peace Tumusiime, au nom de la CUA, et par le Dr. Michael Hailu, directeur du CTA.
    Parmi d’autres efforts collaboratifs, le protocole d’accord met l’accent sur le renforcement de la coopération entre les deux institutions pour améliorer les politiques agricoles en Afrique, afin d’accroître la productivité, le commerce intra-régional de produits agricoles, promouvoir la gestion durable des ressources naturelles et accélérer la mise en œuvre du PDDAA aux niveaux national, régional et continental.
    Lors de la cérémonie de signature, Mme Tumusiime a salué le partenariat avec le CTA comme étant une décision opportune ; l’attention mondiale est maintenant axée sur la décision de l’Afrique d’assumer ses responsabilités pour éradiquer la faim et la pauvreté. « Il s’agit d’un partenariat formellement reconnu dans la foulée de la commémoration de la Journée africaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, accordant la priorité à l’accès à une alimentation sûre et nutritive pour tous. Il est donc essentiel que ce partenariat soutienne concrètement les agriculteurs vers une Afrique libre de la faim », a-t-elle déclaré.


    Source: Commission de l’Union africaine


    Link En savoir plus [EN]
    Link CTA Briefing de Bruxelles sur le pastoralisme dans les pays ACP
    Link Briefings sur le Developpment à Bruxelles


  23. EFSA: l’évaluation des risques de l’UE doit être renforcée
    2012-11-15
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire

    L’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a appelé à un nouveau renforcement de la capacité d’évaluation des risques de l’UE lors d’une conférence scientifique de haut niveau, qui s’est tenue à Parme les 7 et 8 novembre.
    La conférence de deux jours intitulée « Challenging boundaries in risk assessment – sharing experiences » (Repousser les limites de l’évaluation des risques – partager les expériences), qui a marqué le 10ème anniversaire de l’agence, a rassemblé des spécialistes du monde entier dans plusieurs disciplines scientifiques. Ces scientifiques ont examiné les frontières de l’évaluation des risques et considéré les principaux enjeux et opportunités futurs. « L’EFSA fonctionne grâce à la communauté d’évaluation des risques de l’UE », a déclaré Hubert Deluyker, à la tête de la direction Stratégie scientifique et coordination de l’EFSA.
    La conférence est intervenue à l’heure d’une nouvelle controverse entourant l’approbation de cultures génétiquement modifiées en Europe, après la publication d’une étude d’un biologiste français de l’université de Caen remettant en question la sécurité du maïs génétiquement modifié de Monsanto.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus [EN]
    Link L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA)
    Link Une étude française relance la controverse sur les OGM



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Mme Isolina BOTO
Manager
Bureau du CTA/Bruxelles
39 rue Montoyer
1000 Bruxelles - Belgique
Tel: + 32 (0) 2 513 74 36; Fax: + 32 (0) 2 511 38 68
Courriel: boto@cta.int
Site Web: http://www.cta.int/
Blog de Bruxelles: http://bruxelles.cta.int/
Briefings de Bruxelles: http://bruxellesbriefings.net/

 

Rédacteur :Cristina Dobos (dobos@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2011 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1