Teknoloji Haberleri Teknoloji Haberleri Teknoloji Blogu Internet Haberleri Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Août 2018
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

[CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 347]
Sujet: [CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 347]
Date d'envoi: 2012-12-04 17:15:43
Publication #: 161
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [04/12/2012]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Principaux événements de la semaine 03.12.2012 - 09.12.2012
  2. Notre invité vidéo: Achille Bassilekin, Secrétariat ACP
  3. Exportation de bananes: l’UE à clarifier les mesures de soutien
  4. Un plus grand rôle du Groupe ACP?
  5. UE: nouveau soutien pour le Mozambique
  6. Migration entraînée par l'évolution des précipitations
  7. L'UE et Madagascar: Renouvellement du protocole pour la pêche
  8. UE: débat sur la réforme de la PAC
  9. UE: interdiction de l'enlèvement des nageoires de requin
  10. Les gardiens de troupeaux du Tchad prédisent leur avenir climatique
  11. Édition d’octobre 2012 de « Commodity price data » de l’UE
  12. Baisse des dépenses du Royaume-Uni pour le développement
  13. Technologies d’adaptation au changement climatique en Afrique
  14. Rapport: qualité médiocre des programmes d’aide européens
  15. UE: Accord sur la dimension extérieure de la Politique de la Pêche
  16. UE: Le Conseil Pêche, accord partiel sur le FEAMP
  17. La CE soutient la protection des IG en Afrique
  18. « Sécurité et Santé au travail » dans cinq pays en développement
  19. Le monde 2013: l’emploi, moteur du développement
  20. L’attitude inquiétante de la Caricom
  21. Débats politiques aux sessions parlementaires ACP au Suriname
  22. Prise de position de l’UE à la conférence de Doha
  23. Un représentant de l’UE pour la sécurité climatique?
  24. Les nanotechnologies intensifient le rendement des cultures ?
  25. Doha : Débat agité sur le financement climatique


  1. Principaux événements de la semaine 03.12.2012 - 09.12.2012
    2012-12-04
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Archives, Pêche Régionale, Environnement, Efficacité Aide, Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique alimentaire, Politique ACP-UE

    Commission européenne:
    - 9 Décembre: Clôture de la campagne PAC @ 50

    Conseil de l'UE:
    - 6-7 Décembre: Conseil Emploi, Politique sociale, Santé et Consommateurs (EPSCO)

    D'autres réunions sous la présidence chypriote du Conseil de l'UE:
    - 4 Décembre: Réunion annuelle des chefs des agences européennes pour la sécurité des aliments
    - 5-6 Décembre: 46ème réunion du Forum consultatif de l'European Food Safety Authority (AF EFSA)


    Vous pouvez également lire notre quotidien anglais « CTA Brussels Daily » (alimenté par Twitter) et nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.




  2. Notre invité vidéo: Achille Bassilekin, Secrétariat ACP
    2012-12-03
    Catégorie(s) : Environnement

    Nous avons rencontré Achille Bassilekin III, Sous-Secrétaire général chargé du développement économique durable et du commerce au sein du Secrétariat ACP, pour discuter la position commune et les principales attentes du groupe ACP à la Conférence de Doha sur les changements climatiques.


    Link Voir la vidéo


  3. Exportation de bananes: l’UE à clarifier les mesures de soutien
    2012-12-03
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Politique ACP-UE

    Les pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) souhaitent que l’Union européenne (UE) clarifie ses engagements en suspens pour soutenir le secteur de la banane.
    À l’ouverture de la 24e session de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE, le représentant du Suriname Rabin Parmessar s’est interrogé sur des prétendus rapports selon lesquels le Parlement européen aurait décidé de revoir à la baisse son aide financière promise à l’industrie. « Nous avons été informés de la décision du Parlement européen de réduire le nombre de mesures de soutien au secteur de la banane et nous voudrions savoir si c’est vrai », a déclaré Parmessar.
    Il a rappelé à ses collègues européens et des ACP que l’UE avait décidé en 2010 de créer le programme de soutien « Mesures d’accompagnement du secteur de la banane (MAB) » pour aider les pays ACP à faire face à la nouvelle réglementation européenne sur les bananes. Ce programme d’aide devait être lancé et mis en œuvre dans la période 2010-2013. « Nous voulons inciter l’UE à débourser toutes les sommes annoncées, à garantir un versement complet des fonds alloués, et à favoriser une utilisation optimale de cet argent », a lancé Parmessar lors de la conférence.
    Les Mesures d’accompagnement du secteur de la banane ont été élaborées pour aider les pays ACP à se conformer aux changements survenus après décembre 2009, lorsque l’UE a décidé d’une réduction tarifaire sur les exportations de bananes latino-américaines – tarif de la nation la plus favorisée ou tarif NPF – (ce qui a causé une diminution de la marge préférentielle dont bénéficiaient les pays ACP) en réaction à plus de 15 années de conflits juridiques au sein de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) quant au régime de commerce préférentiel à adopter avec les ACP. Cependant, les pays ACP déplorent que les 190 millions d’euros promis à 10 pays pour quatre ans ne soient pas encore parvenus jusqu’à eux.
    Source : Caribbean 360


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur les MAB [EN]
    Link Cameroun: Doubler la production de bananes


  4. Un plus grand rôle du Groupe ACP?
    2012-12-03
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE

    Le week-end dernier, le président du Suriname a accueilli aux côtés de son homologue guyanais les délégués parlementaires du Groupe ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique), et a appelé à une plus grande coopération économique entre les 79 pays membres, à une dépendance moins importante à l’égard de l’aide étrangère, et à une prise de position commune face aux problèmes mondiaux liés au développement.
    Dans son discours prononcé à la cérémonie d’ouverture de la 30e Session de l’Assemblée parlementaire ACP, qui s’est tenue ce samedi à Paramaribo, H.E Desiré Delano Bourtese a exhorté les participants à adopter une coopération sud-sud en créant de nouveaux modèles économiques de développement durable. Il a déclaré que les dirigeants doivent commencer par « mettre de l’ordre » dans leurs économies nationales.
    « Les ACP ont montré leur force et constituent toujours un atout majeur qui ne peut être négligé… Je vous invite à concentrer vos efforts pour renforcer les relations qui nous lient. Il est dans notre intérêt de faire pencher la balance en notre faveur en promouvant avec énergie cette coopération », a-t-il lancé devant une salle comble.
    Le Président Ramotar a exhorté les parlementaires à s’entendre sur des sujets tels que la sécurité alimentaire, le chômage, la réduction de la pauvreté, et la corruption. Il a souhaité que la voix des ACP se fasse mieux entendre dans des questions internationales telles que le développement au Moyen-Orient, la démocratisation d’institutions multinationales comme le FMI, et l’élargissement des relations avec des économies émergentes telles que les BRICS.
    La session plénière ACP a été organisée en préparation à la 24e session de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE, qui a débuté le mardi 27 novembre.


    Source : ACP


    Link En savoir plus [EN]
    Link Sessions parlementaires ACP au Suriname
    Link L’importance du sommet ACP


  5. UE: nouveau soutien pour le Mozambique
    2012-11-30
    Catégorie(s) : Archives

    L'Union européenne fournira une soutien de € 67,3 millions pour le Mozambique destinée pour la lutte contre la faim, la malnutrition chronique et globalement pour l'accélération des progrès vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), qui visent la réduction à moitié de la pauvreté extrême, le stoppage de la propagation du VIH, et l'amélioration d'accès à l'éducation primaire universelle, à l'horizon de 2015.
    Le financement fait partie de la «initiative OMD» de la Commission européenne (un total de 1 Md €) qui vise à favoriser le progrès des objectifs Millénaire pour le développement (OMD);
    Le Sommet 2010 sur les OMD a été conclue par l'adoption d'un plan d'action global - Tenir les promesses: unis pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement - et l'annonce des plusieurs initiatives de lutte contre la pauvreté, la faim et la maladie. Dans un effort pour accélérer les progrès dans les domaines de la santé des femmes et des enfants, un certain nombre de chefs d'Etat et de gouvernement des pays développés, ainsi que le secteur privé, les fondations, les organisations internationales, la société civile et les organismes de recherche ont promis plus de 40 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années.
    Le Mozambique est le plus grand bénéficiaire de l'initiative OMD.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link En saboir plus sur les OMDs
    Link Aide de l'UE pour la Somalie


  6. Migration entraînée par l'évolution des précipitations
    2012-11-30
    Catégorie(s) : Environnement

    Migration entraînée par l'évolution des précipitations est à la hausse dans les communautés rurales pauvres, comme les familles d'agriculteurs peinent à produire suffisamment de nourriture pendant des périodes de sécheresse et des inondations plus graves. Et à moins qu'on les aide à faire face, les gouvernements vont être confrontés dans l’avenir à de vastes mouvements de personnes, des nouvelles recherches indiquent.
    L'étude menée par CARE International et l'Université des Nations Unies a été réalisée dans huit pays différents en Asie, en Afrique et en Amérique latine, et montre que au cours de périodes de famine les familles vulnérables - en particulier ceux avec peu de terre - font partir des membres pour trouver de la nourriture ou pour gagner de l'argent .
    Les changements les plus fréquemment rapportés sont saisons des pluies retardés et plus courtes, moins de jours de pluie par an, pluies fortes et périodes de sécheresse prolongées dans la saison des pluies plus fréquentes . Dans de nombreux cas, ces changements ont été cités comme les principales raisons de la migration.
    Les études de cas - en provenance du Bangladesh, de l'Inde, la Thaïlande, le Vietnam, le Ghana, la Tanzanie, le Guatemala et le Pérou - révèlent que la migration est souvent temporaire et saisonnier, mais peut être permanente si aucune solution pour faire face à la variabilité des précipitations et à l'insécurité alimentaire n'est pas trouvée. En plus, le mouvement trouve place presque entièrement à l'intérieur des frontières nationales ; les destinations les plus communes  sont les régions plus productives dans les zones agricoles du Ghana, du Bangladesh et en Tanzanie et les centres urbains du Pérou et de l’Inde.


    Source: AlertNet


    Link En savoir plus [EN]
    Link Lire le rapport [EN]
    Link Température mondiale de +4°C


  7. L'UE et Madagascar: Renouvellement du protocole pour la pêche
    2012-11-30
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Le protocole sur les possibilités de pêche prévue par l'accord de partenariat dans le domaine de la pêche entre l'UE et la République de Madagascar a été renouvelé à l'occasion du dernière réunion du Conseil Agriculture et Pêche qui s'est tenue à Bruxelles le 28 Novembre 2012.
    L'accord de partenariat entre l'UE et Madagascar a été conclu en 2007. L'objectif principal du protocole est de définir les possibilités de pêche offertes aux navires de l'UE ainsi que la compensation financière due pour les droits d'accès et pour l'appui sectoriel.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur les accords dans le domaine de la pêche
    Link La dimension extérieure de la Politique de la Pêche


  8. UE: débat sur la réforme de la PAC
    2012-11-30
    Catégorie(s) : Développement rural, Politique alimentaire

    Lors de la dernière réunion du Conseil Agriculture et Pêche qui s'est tenue à Bruxelles le 28 Novembre 2012, les ministres ont eu trois débats sur la réforme de la politique agricole commune (PAC). Les discussions ont porté sur: la proposition de règlement établissant des règles pour les paiements directs aux agriculteurs, la proposition de règlement du Conseil portant sur l'organisation commune des marchés des produits agricoles (règlement OCM unique), respectivement sur la proposition de règlement concernant le soutien au développement rural (règlement sur le développement rural).
    Parmi les discussions sur le régime des quotas de sucre vient à expiration le 30 Septembre 2015, il a été noté que, un certain nombre de pays se sont opposés à la fin de ce régime et que ils souhaitent qu'il soit prolonge au moins jusqu'en 2020, tandis qu'un certain nombre d'autres délégations ont appuyé l' expiration.
    Ce débat a été le quatrième au niveau du Conseil Agriculture et Pêche tenu sous la présidence de Chypre.


    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur la réforme de la PAC
    Link Non à la baisse du budget de la PAC


  9. UE: interdiction de l'enlèvement des nageoires de requin
    2012-11-30
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    La Commission européenne a proposé le vendredi 21 novembre d'interdire, sans aucune exception, la pratique de l'enlèvement des nageoires de requin à bord des navires de pêche. Cette pratique consiste à couper les nageoires – souvent quand le requin est encore en vie - et à rejeter en mer le reste du corps. La Commission propose d'imposer désormais à tous les navires pêchant dans les eaux de l'UE et à tous les navires de l'UE pêchant dans le monde l'obligation de débarquer les requins avec les nageoires attachées au corps.
    La proposition présentée aujourd'hui renforce la législation en vigueur de l'UE interdisant l'enlèvement des nageoires de requin, qui permet, à titre dérogatoire et sous certaines conditions, d'enlever les nageoires à bord du navire et de débarquer les nageoires et les carcasses des requins dans des ports différents. La Commission propose que cela ne soit désormais plus possible. Par conséquent, les États membres de l'UE ne seront plus autorisés à délivrer des permis de pêche spéciaux autorisant les navires battant leur pavillon à enlever les nageoires de requin à bord.
    Mme Maria Damanaki, membre de la Commission chargé des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré: «En comblant le vide juridique dans notre législation, nous souhaitons éradiquer la pratique effroyable de l'enlèvement des nageoires de requin et assurer une protection nettement meilleure des requins. Les contrôles seront facilités, et il deviendra plus difficile de dissimuler l'enlèvement des nageoires. J'attends avec impatience que le Conseil et le Parlement européen approuvent notre proposition, de façon à ce qu'elle acquière au plus vite une valeur normative.»
    Les navires congélateurs espagnols et portugais sont les premiers concernés par les nouvelles règles proposées, étant donné que la plupart des permis autorisant la transformation à bord sont délivrés par l'Espagne et le Portugal.


    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link Le commentaire du commissaire européen [EN]
    Link L'enlèvement des nageoires de requin en mer


  10. Les gardiens de troupeaux du Tchad prédisent leur avenir climatique
    2012-11-29
    Catégorie(s) : Archives, Environnement

    Une initiative menée par le Comité de Coordination des Peuples Autochtones d’Afrique (IPACC), l’Association des Femmes Peules Autochtones du Tchad (AFPAT) et le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA), explore comment la combinaison du savoir traditionnel et des sciences de l’atmosphère pourrait répondre aux risques liés aux changements climatiques.
    Lors d’une réunion qui s’est tenue en novembre 2011 à N'Djamena, au Tchad, des météorologues et des représentants des communautés du Tchad, du Niger, du Kenya, de Namibie et d’Afrique du Sud se sont rassemblés et ont produit la « Déclaration de N’Djamena sur le savoir traditionnel et l’adaptation aux changements climatiques ». Cette dernière a été présentée lors de la 17e Conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques à Durban en 2011.
    Pendant 12 jours, les participants ont travaillé main dans la main pour construire une maquette en 3D de la région de Baїbokoum au Tchad. Bouba et ses collègues ont contribué considérablement à l’identification de six espèces d’arbres protégées par le droit coutumier M’bororo, qui ont des fonctions tant médicinales qu’écosystémiques et servent depuis des années de points de référence pour la navigation.
    En outre, le gouvernement a invité le peuple M’bororo à le conseiller sur des questions telles que la protection des espaces forestiers menacés dans les montagnes en-dehors de Baїbokoum, garantissant que leur voix continue d’avoir de la résonance dans les couloirs du pouvoir.
    Source : AlertNet.


    Link En savoir plus [EN]
    Link Lire la déclaration présentée à Durban [EN]
    Link CTA Briefing: Pastoralism


  11. Édition d’octobre 2012 de « Commodity price data » de l’UE
    2012-11-29
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    La Commission européenne a publié l’édition d’octobre de « Commodity price data », un tableau présentant un résumé des prix des produits de base, couvrant les prix des produits agricoles et alimentaires de consommation les plus représentatifs à l’échelle européenne et mondiale pour le mois dernier.
    Bien que tous les produits ne soient pas comparables au niveau européen et mondial, ce document a pour but de donner une indication sur les dernières évolutions en matière de prix.

    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link Lire les éditions précédentes du "Commodity price data" [EN]
    Link Lire autres repports sur les prix de matières premières


  12. Baisse des dépenses du Royaume-Uni pour le développement
    2012-11-29
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Archives

    D’après le rapport annuel publié par le Département du développement international du gouvernement britannique, les dépenses publiques brutes du R-U pour le développement (GPEX) s’élevaient à 8,95m £ (soit 11,04m €) en 2011-2012, enregistrant une baisse de 0,6 % par rapport à l’année dernière.
    Le programme d’aide du Département pour le développement international (DFID) représentait 7,682m £ (9,474m €) soit 87 % de ce budget. L’aide bilatérale du DFID allouée à l’Afrique subsaharienne s’est élevée à 1,8m £ (2,22m €) en 2011-2012, soit une augmentation de 3 % par rapport à l’année passée, tandis que l’aide bilatérale accordée au Pacifique a augmenté de 15 % par rapport à 2010-2011, passant à 3m £ (3,7m €). L’aide bilatérale du DFID a été octroyée à 68 pays, parmi lesquels l’Éthiopie, l’Inde et le Bangladesh ont reçu les montants les plus conséquents.
    Le rapport sur l’allocation des ressources financières officielles destinée à soutenir le développement international montre comment ces fonds sont répartis selon le pays ou l’organisation de destination, le type d’aide et l’objectif.
    Il fournit des informations sur les dépenses publiques brutes du R-U pour le développement (GPEX) qui comprennent à la fois le programme du Département pour le développement international (DFID) et l’outil de aide officielle du R-U allouée via d’autres département du gouvernement britannique. Ce rapport fournit également des informations sur le niveau d’aide officielle au développement (AOD) octroyée par le R-U.


    Source : Département pour le Développement International du gouvernement britannique


    Link En savoir plus [EN]
    Link Qualité médiocre des programmes d’aide européens
    Link En savoir plus sur le DFID [EN]


  13. Technologies d’adaptation au changement climatique en Afrique
    2012-11-28
    Catégorie(s) : Archives, Environnement

    L’OCDE a publié un document intitulé Climate Mitigation and Adaptation in Africa: Evidence from Patent Data (« L’atténuation du changement climatique et l’adaptation à ses effets en Afrique : preuves tirées des données des brevets »), qui présente des données comparatives sur l’innovation en matière d’atténuation du changement climatique et des technologies d’adaptation dans le contexte africain.
    L’analyse vise à informer la politique destinée à encourager le transfert international des technologies et le développement des capacités en matière d’innovations locales. Ce document présente une analyse détaillée du rôle joué par l’Afrique dans le développement de ces technologies (invention), et examine l’Afrique en tant que marché technologique (comme reflété dans le brevetage). En outre, il aborde la question du développement de la technologie transfrontalière (co-invention) en Afrique.
    Malgré le volume généralement faible des activités inventives en Afrique dans ces domaines en comparaison avec d’autres pays, les activités inventives se concentrent démesurément sur les technologies d’atténuation et d’adaptation. De plus, le taux de co-inventions internationales dédiées aux technologies d’atténuation et d’adaptation est bien plus élevé en Afrique que dans le reste du monde. Enfin, dans les bureaux africains œuvrant pour la propriété intellectuelle, la part des technologies consacrées à la protection du climat est élevée par rapport à d’autres technologies. Le document insiste néanmoins sur le fait qu’un nombre relativement faible d’inventions sont protégées en Afrique, démontrant que la PI n’est pas un obstacle aux transferts et à la diffusion des technologies.


    Source : OCDE


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur l'OCDE
    Link CTA Briefing: Agriculture intelligente face au climat


  14. Rapport: qualité médiocre des programmes d’aide européens
    2012-11-28
    Catégorie(s) : Efficacité Aide, Archives

    La qualité des programmes d’aide de l’UE mérite d’être améliorée et il est possible de mieux octroyer davantage de fonds aux pays en développement. Ce sont les conclusions du dernier rapport Aid Watch publié aujourd’hui par Concord, la Confédération européenne des ONG d’urgence et de développement.
    Le rapport indique un chevauchement entre les programmes d’aide de la Commission européenne et ceux des États membres, ce qui impose « des coûts d’administration bureaucratique élevés et inutiles aux pays bénéficiaires ». Une meilleure coordination entre les programmes distincts est donc nécessaire pour renforcer la qualité de l’aide.
    Le rapport souligne également que l’aide liée (c’est-à-dire l’aide octroyée à condition que le bénéficiaire l’utilise pour acheter des biens et des services aux fournisseurs basés dans le pays donateur), en raison de son intérêt biaisé en faveur du pays donateur, réduit la quantité d’aide qui peut véritablement aider les pays en développement. « Bien que de nombreux États membres aient fourni une aide entièrement non liée ces dix dernières années, six pays continuent de lier 30 % de leur aide », déclare Amy Dodd, membre de Aid Watch et de UK Aid Network (UKAN).
    Ce rapport est publié à la veille de l’anniversaire du sommet consacré à l’aide internationale organisé l’année dernière à Busan, en Corée du Sud, au cours duquel l’UE a adhéré à un accord mondial visant à rendre la coopération au développement plus efficace.
    Aid Watch est un groupe d’experts en aide européens issus des membres de la Confédération européenne des ONG d’urgence et de développement (CONCORD), qui représente plus de 1 600 ONG européennes.


    Source : CONCORD


    Link En savoir plus [EN]
    Link Lire le rapport [EN]
    Link La réponse de l'UE [EN]


  15. UE: Accord sur la dimension extérieure de la Politique de la Pêche
    2012-11-28
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Le Parlement européen a adhéré à la proposition de la Commission qui fixe les mêmes objectifs de pêche durable aux eaux européennes qu’aux eaux internationales. Le 22 novembre, en séance plénière, le Parlement européen a adopté la Communication de la Commission européenne sur la dimension extérieure de la Politique commune de la Pêche. Tout en plaidant pour un champ d’action plus large de la Communication et pour une vision intégrée englobant les politiques européennes de développement et de commerce, le PE a approuvé tous les points de la Communication, y compris l’élaboration d’un « système mondial de documentation sur la traçabilité et les prises » visant à lutter contre la pêche illégale, tout en renforçant les capacités des organisations régionales de gestion de la pêche et en augmentant la contribution des propriétaires de navires aux indemnités financières accordées aux pays bénéficiaires des accords de partenariat.
    Le Conseil a adopté son approche générale sur cette Communication en mars 2012, et a également appuyé la politique de la Commission dans son ensemble.


    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur la PCP
    Link La réforme de la PCP


  16. UE: Le Conseil Pêche, accord partiel sur le FEAMP
    2012-11-28
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Au cours des discussions ministérielles du Conseil qui s’est tenu les 22 et 23 octobre 2012 au Luxembourg, les ministres de la pêche des États membres ont conclu un accord partiel sur la réglementation future du Fonds Européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP). Les États membres se sont mis d’accord de supprimer progressivement l’aide à la démolition, avec une période de transition allant jusque 2017. Ils se sont également accordés quant à la suspension de l’aide à l'arrêt temporaire et de l’aide au remplacement de moteurs, excepté toutefois dans des conditions strictes et limitées.
    La Commission estime que le montant maximum possible alloué à ces subsides sera inférieur à la moitié du montant actuellement octroyé à ces mesures dans le cadre du FEP (Fonds européen pour la pêche). « Bien sûr, notre proposition est plus ambitieuse », a commenté Maria Damanaki, Commissaire chargée des Affaires maritimes et de la Pêche, « elle met un terme définitif aux subsides inefficaces du passé, qui ont contribué à la surpêche et à la récession économique du secteur de la pêche ».
    Dans l’attente d’informations supplémentaires sur la position du Parlement européen, la Commission a répété que sa proposition initiale était toujours sur la table des négociations, en vue d’obtenir un compromis entre les trois institutions.


    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur les FEP
    Link En savoir plus sur la politique de la pêche


  17. La CE soutient la protection des IG en Afrique
    2012-11-28
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Politique alimentaire

    Le lundi 26 novembre à Zanzibar (Tanzanie), la Commission européenne a signé un accord de coopération avec l’Organisation régionale africaine de la propriété industrielle (ARIPO) visant à améliorer la protection des produits agricoles traditionnels (les indications géographiques dites « IG ») en Afrique. Cette coopération consistera, entre autres, à promouvoir le cadre juridique des IG, à informer les producteurs et d’autres parties prenantes, et à renforcer la sensibilisation du public aux IG et à leur potentiel auprès des producteurs africains.
    Cet accord (juridiquement non contraignant) est un protocole d’accord administratif par lequel le département agricole de la Commission et ARIPO s’engagent à travailler ensemble pour développer des IG. L’UE a mis en place au fil du temps un système global de protection des indications géographiques, qui encourage une production agricole diversifiée, protège les noms de produits contre l’utilisation impropre et l’imitation, et aide les consommateurs en leur fournissant des informations sur les caractéristiques spécifiques des produits.
    S’exprimant lors de la plénière inaugurale de la 36e séance du Conseil administratif d’ARIPO, marquée par la signature de l’accord, le Dr Gift Sibanda, Directeur général d’ARIPO, a déclaré : « l’année dernière, nous avons pris la décision stratégique d’instaurer une protection des indications géographiques. À travers cette coopération avec la Commission nous espérons mettre en place un système de protection efficace des IG, adapté aux besoins des agriculteurs africains. »

     

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link Les IGs dans l'UE
    Link Nouveau cadre européen pour les systèmes de qualité


  18. « Sécurité et Santé au travail » dans cinq pays en développement
    2012-11-28
    Catégorie(s) : Archives

    La Commission européenne et l’Organisation Internationale du Travail (OIT) ont mené un projet conjoint visant à rendre la société plus inclusive et plus productive grâce à la réduction des accidents du travail et des maladies professionnelles.
    Le projet « Améliorer la santé et la sécurité au travail grâce à un agenda pour le travail décent » a été mis en application dans cinq pays pilotes – le Honduras, le Malawi, la République de Moldavie, l’Ukraine et la Zambie – dès 2010.
    Le projet a été présenté lors d’une conférence intitulée « Santé et Sécurité au travail : espoirs et défis. Vers une approche systémique dans la coopération au développement », organisée ce 28 novembre par l’Info point « Coopération extérieure » de la Commission européenne à Bruxelles. Parmi les orateurs figuraient Anne Rice, Spécialiste sénior chargée du Programme focal sur la sécurité et la santé au travail et sur l'environnement (SafeWork), et Amélie Schmitt, Conseillère Technique Principale du projet.


    Source : Info point « Coopération extérieure », CTA.


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur le projet [EN]
    Link Lire le projet [EN]


  19. Le monde 2013: l’emploi, moteur du développement
    2012-11-28
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Archives

    D’après la Banque mondiale, il sera nécessaire de créer 600 millions de nouveaux emplois sur 15 ans pour maintenir des taux d’emploi constants. Le Rapport sur le développement dans le monde 2013 considère les emplois comme générateurs de développement et montre qu’ils sont bien plus qu’un simple sous-produit de la croissance économique : ils transforment les conditions de vie, la cohésion sociale et les gains de productivité.
    Ce Rapport a été présenté lors d’un panel de discussion au bureau de Bruxelles de la Banque mondiale le 27 novembre dernier, où de nombreuses questions liées à l’emploi dans les pays en développement ont été soulevées, y compris l’importance d’une productivité rurale accrue chez les petits exploitants, la nécessité pour les petits État insulaires reculés de relier leurs économies à l’économie mondiale dans le but de créer des emplois durables, et enfin le manque de données concernant l’emploi et le travail dans la majorité des pays africains subsahariens.


    Source : Groupe de la Banque mondiale, CTA


    Link En savoir plus [EN]
    Link Rapport CTA- L'emploi en milieu rural
    Link CTA Briefing: Jeunesse et le développement rural


  20. L’attitude inquiétante de la Caricom
    2012-11-27
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE

    Selon le Jamaica Observer, certains craignent que les 14 pays membres indépendants de la Caricom ne participent pas au 7e Sommet des chefs d’État et de gouvernement des ACP, prévu les 13 et 14 décembre à Malabo.
    Les chefs d’État de la Caricom étaient également absents du 6e Sommet des ACP, organisé en 2008 au Ghana (à l’exception de Ronald Venetiaan, président surinamais de l’époque).
    Avant que l’Assemblée parlementaire des ACP ne débute hier, Sir Shridath Ramphal a déclaré : « Je suis totalement consterné de la négligence dont la Caricom fait preuve envers ces réunions du groupe ACP… Les Caraïbes se doivent d’être les premières à participer à ces événements importants au lieu de rester en retrait, comme elles le font… »
    Alors que plusieurs gouvernements de la Caricom sont confrontés à de graves crises sociales, économiques et politiques dans leurs pays, aucun de ces problèmes ne serait assez critique que pour dissuader quelques-uns de ces pays de ne pas garantir au moins une représentation raisonnable au sommet, souligne le Jamaica Observer.
    L’agenda de travail du 7e Sommet des chefs d’État et de gouvernement des ACP sera axé sur un thème central : « L’avenir du Groupe ACP dans un monde en mutation – Défis et perspectives ».


    Source : Jamaica Observer


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur la CARICOM
    Link En savoir plus sur le group ACP


  21. Débats politiques aux sessions parlementaires ACP au Suriname
    2012-11-27
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE

    Les sessions parlementaires ACP ont débuté le jeudi 22 novembre au Suriname par une mise à jour auprès de la Commission des Affaires politiques de la situation critique dans les pays ACP, incluant les crises en Somalie, au Mali, et en République démocratique du Congo. Des résolutions sur ces sujets sont attendues la semaine prochaine lors de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE.
    « Durant [les sessions ACP], nous pouvons aider nos pays membres à résoudre les problèmes que nous rencontrons. Par ailleurs, certaines questions nécessitent une solidarité entre les membres », a déclaré Hon. Thandeko Zinti Mnkandhla du Zimbabwe, qui a remplacé le Samoa à la présidence de la réunion de ce matin de la Commission des Affaires politiques.
    Au cours des trois premières journées de sessions (22-24 novembre), des délégués parlementaires de 79 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique ont élaboré des stratégies et se sont préparés aux sessions paritaires avec leurs homologues européens, qui se sont déroulées du samedi 25 au jeudi 29 novembre. Trois commissions permanentes – la Commission des Affaires politiques ; la Commission du développement économique, des finances et du commerce ; et la Commission des affaires sociales et de l'environnement – se sont réunies avant la session plénière des ACP de ce samedi.
    Les discussions ont principalement porté sur la réaction de l’Europe et du groupe ACP à la crise somalienne, à l’occupation au nord du Mali, et à l’instabilité dans la région des Grands Lacs – en particulier à l’est de la République démocratique du Congo – où les rebelles armés du M23 continuent de déstabiliser le pays membre de la SADC et riche en ressources, tandis que des pays voisins sont accusés de soutenir les dissidents.


    Source : ACP


    Link En savoir plus [EN]
    Link 24ème session de l’Assemblée parlementaire
    Link L’importance du sommet ACP


  22. Prise de position de l’UE à la conférence de Doha
    2012-11-27
    Catégorie(s) : Environnement

    Ce jeudi 22 novembre, le Parlement européen s’est exprimé en faveur d’une prise de position européenne commune à la conférence des Nations Unies sur le changement climatique, organisée du lundi 26 novembre au vendredi 7 décembre 2012 à Doha.
    Cette décision survient alors que le Conseil des chefs d’État et de gouvernement n’a pas pu parvenir à un accord et adopter une position commune pour la conférence de Doha, en raison du véto polonais. Le Parlement souligne, à travers sa résolution, que l’adoption unanime des conclusions du Conseil n’est pas requise pour agir dans le domaine du changement climatique. Par conséquent, les eurodéputés invitent le Conseil à prendre de tels engagements sur la base d’une majorité qualifiée, comme le stipulent les traités. Les ONG ont applaudi cette décision et l’ont qualifiée de pas en avant vers une position européenne forte dans les négociations sur le climat.
    La Pologne s’est opposée à la conclusion du Conseil, car elle craint de ne plus pouvoir commercialiser son surplus de crédits carbone lors de la prochaine phase du Protocole de Kyoto.

    Source: European Voice


    Link En savoir plus [EN]
    Link PE: plus d’engagement européen à Doha
    Link Représentant de l’UE pour la sécurité climatique?


  23. Un représentant de l’UE pour la sécurité climatique?
    2012-11-26
    Catégorie(s) : Environnement

    L’eurodéputé britannique Graham Watson propose la création d’un poste d’émissaire spécial européen pour la sécurité climatique.
    Sa demande est liée au débat que le Parlement a eu la semaine dernière sur le rôle de la politique européenne en matière de sécurité et de défense en cas de catastrophes naturelles liées au changement climatique.
    Graham Watson, qui dirige un réseau parlementaire mondial dénommé « Parlement du Climat », a émis une mise en garde quant aux « répercussions sur la sécurité » du changement climatique. « Ces impacts climatiques – qu’ils arrivent soudainement ou progressivement – auront des conséquences sur la sécurité. Celles-ci pourront se traduire par des guerres de l’eau, des famines causées par la sécheresse, ou des réfugiés touchés par des inondations. Nous aurions tort de ne pas commencer dès maintenant à réfléchir aux implications militaires », a déclaré l’ancien président du groupe ADLE.
    Graham Watson, un eurodéputé libéral britannique, a indiqué que la commission devrait s’assurer que la sécurité climatique est « intégrée » dans chaque aspect des rapports, dépenses, et stratégies en matière de politique européenne commune de défense et de sécurité. Il a ajouté : « nous avons besoin d’un émissaire spécial européen pour la sécurité climatique. Je crains que si nous n’en avons pas, nous n’arriverons pas à grand-chose. » Sa proposition de créer un tel poste a été soutenue la semaine dernière par la commission parlementaire pour les affaires étrangères.
    Parallèlement, les groupes environnementaux CEE Bankwatch Network et Friends of the Earth Europe ont appelé les différents pays, en raison de l’échec ce vendredi des négociations sur le budget européen, à concentrer leurs efforts pour parvenir, pour cette nouvelle année, à un accord dont la priorité serait de garantir un financement européen « de qualité ». Markus Trilling, coordinateur des fonds européens pour le CEE Bankwatch Network et Friends of the Earth Europe, a déclaré que 25 pour cent du budget « vert » européen pour la période 2014-2020 servirait à « débloquer des fonds substantiels » pour des projets liés, entre autres, aux économies énergétiques et aux énergies renouvelables, ce qui permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre, créer des millions d’emplois verts et réduire la pauvreté énergétique.


    Source : le Parlement


    Link En savoir plus [EN]
    Link Doha : Débat agité sur le financement climatique
    Link PE: plus d’engagement européen à Doha


  24. Les nanotechnologies intensifient le rendement des cultures ?
    2012-11-26
    Catégorie(s) : Développement rural, Sécurité alimentaire, Politique alimentaire

    Les nanotechnologies qui fournissent de l’engrais aux plantes présentent des solutions prometteuses pour améliorer la productivité agricole tout en réduisant le risque de contamination de l’eau. Cependant, les scientifiques à l’origine d’une nouvelle étude suisse précisent que même si les technologies continuent d’évoluer, les risques potentiels doivent être évalués.  
    Le programme de recherche Horizon 2020 de l’Union européenne propose d’investir largement dans le développement de machines et de matériaux construits aux échelles atomiques et moléculaires. D’ailleurs, la Commission européenne est prête à débloquer quelque 6 milliards d’euros pour financer les nanotechnologies et d’autres technologies avancées. En outre, une conférence de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, qui s’est tenue cette année à Rome, a relevé que les nanotechnologies pouvaient comporter des « avantages considérables » pour préserver la sécurité alimentaire d’une société qui passera d’ici 2050 de 7 à 9 milliards d’individus.
    Clemens Breisinger, un économiste agricole allemand et responsable de la recherche à l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI), estime que l’augmentation de la consommation au sein de la classe moyenne des pays émergents est un facteur de pression supplémentaire pour l’accroissement de la production. « Étant donné que les revenus grossissent, les gens ont tendance à consommer des aliments plus riches, et plus de viande », explique Breisinger. « La seule manière de répondre à cette demande est d’augmenter substantiellement la production alimentaire mondiale », a annoncé Breisinger à EurActiv lors d’un entretien téléphonique. « La grande question à présent est de savoir si nous pouvons y arriver grâce aux gains de productivité ou si nous devrions disposer de plus de terres. »
    Cependant, les scientifiques à l’origine d’une nouvelle étude suisse précisent que même si les technologies continuent d’évoluer, des risques potentiels doivent être évalués. Des chercheurs de la station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon (ART) de Zurich et de l’Office fédéral suisse de l'agriculture à Berne affirment que l’utilisation directe de produits phytosanitaires et d’engrais contenant des nanosubstances pourrait être nocive pour les micro-organismes se développant sous la terre. Les scientifiques soulignent qu’il n’existe que des recherches limitées sur les effets des nanomatériaux créés par l’homme sur la santé des sols, et ajoutent que « la potentielle amélioration des produits phytosanitaires et des engrais grâce aux nanomatériaux est contrebalancée par une pénétration beaucoup plus grande dans les sols lorsque ces nanomatériaux sont utilisés. »


    Source : Euractiv


    Link En savoir plus [EN]
    Link Lire le rapport par la FAO [EN]
    Link Lire le rapport sur ​​les nanotechnologies


  25. Doha : Débat agité sur le financement climatique
    2012-11-26
    Catégorie(s) : Environnement

    L’UE ne s’engagera pas à renouveler son financement pour le climat qui prend fin au terme de cette année. C’est ce qu’elle a annoncé avant le lancement des débats du sommet sur le climat de Doha, qui a démarré le lundi 26 novembre. Toutefois, une nouvelle aide financière pourrait être proposée au cours de la deuxième semaine de conférence.
    Les ONG de développement ont réagi vivement à une déclaration émise le 23 novembre par l’UE, stipulant que ce n’est qu’une fois à Doha que l’UE « discuterait avec ses partenaires en développement de la manière dont ses importants financements pour le climat pourraient continuer à être versés en 2013-2014 ». « Si l’UE et d’autres pays en développement ont réellement l’intention de concrétiser l’action pour le climat pour la période 2013-2020, ils ne peuvent pas se permettre d’arriver à Doha les mains vides », a confié Lies Craeynest, conseillère pour la politique européenne auprès d’Oxfam, à EurActiv.
    D’après de hauts responsables européens, la plupart des États membres ont intégré l’aide pour le climat dans leurs projets financiers à moyen terme et les dirigeants pourraient bien faire part de leurs engagements au cours de la conférence. « Cela se produira probablement lors de la deuxième semaine [de la conférence] », a annoncé Artur Runge-Metzger, responsable européen des négociations climatiques, « et je ne pense pas qu’il s’agira d’une promesse, mais plutôt d’une présentation de ce que nous sommes en mesure de faire à l’heure actuelle et de ce que nous avons convenu de faire l’année prochaine, voire l’année d’après ».


    Source : Euractiv


    Link En savoir plus [EN]
    Link PE: plus d’engagement européen à Doha
    Link L’UE et le monde doivent être plus ambitieux



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Mme Isolina BOTO
Manager
Bureau du CTA/Bruxelles
39 rue Montoyer
1000 Bruxelles - Belgique
Tel: + 32 (0) 2 513 74 36; Fax: + 32 (0) 2 511 38 68
Courriel: boto@cta.int
Site Web: http://www.cta.int/
Blog de Bruxelles: http://bruxelles.cta.int/
Briefings de Bruxelles: http://bruxellesbriefings.net/

 

Rédacteur :Cristina Dobos (dobos@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2011 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1