Teknoloji Haberleri Teknoloji Blogu Internet Haberleri Defterdar | Bir Bilgenin Defteri HDFilmİzle Full HD izle Türkçe Dublaj izle
Weblog du Bureau de Bruxelles
Juin 2018
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles
Sujet: CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles
Date d'envoi: 2013-02-20 15:27:30
Publication #: 168
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [20/01/2013]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Principaux événements de la semaine 18.02.2013 - 24.02.2013
  2. Briefing de Bruxelles: Une agriculture résiliente
  3. Invité vidéo: Godfrey Bahiigwa, lFPRI
  4. €1,8m pour les victimes du cyclone Evan à Fidji et à Samoa
  5. Royaume-Uni : audit sur l’activité de l’UE
  6. Ciolos : un accord concluant pour une PAC plus verte
  7. UE : €20m pour la stabilisation du Mali
  8. L’avenir d’une PAC verte dépend du Parlement
  9. L’UE impuissante face aux « minéraux du conflit » au Congo
  10. Les politiques de différentiation de l’UE
  11. Pétition en faveur de l’accès universel à l’eau
  12. R-U : 5,8 millions d’euros en soutien au Mali
  13. UE, scandale de la viande de cheval: la fraude à l’étiquetage
  14. Développement du Mali : conférence à Bruxelles au printemps
  15. L’UE reprend la coopération au développement avec le Mali
  16. Fidji veut améliorer les règles d’origine
  17. Prochain budget de l’UE consacré à l’aide : ni réduction, ni amélioration
  18. Les ministres européens à discuter la situation au Mali
  19. Le Mali appelle à l’aide le Groupe ACP
  20. UE, l’aide au développement : pas à la hauteur
  21. Les Pays européens à compenser le déficit dans l'aide au développement
  22. L’UE : agir à l’unisson pour lutter contre la pauvreté


  1. Principaux événements de la semaine 18.02.2013 - 24.02.2013
    2013-02-20

    Parlement européen:
    18-21 Février : réunions des comités:

    • 18-19 Février: Commission parlementaire sur le développement, Commission de la pêche, Commission de l'environnement, de la santé publique et sécurité alimentaire
    • 20-21 Février: Comité de l'agriculture et du développement rural, Commission du commerce international
    • 18-19, 21 Février: Commission des affaires étrangères

    Conseil européen:

    18 Février: Conseil des affaires étrangères
    20 Février: Coreper I
    20-21 Février: Coreper II

    Commission européenne:


    22 Février: 2013 Prévisions économiques pour l'UE

    Groupe ACP
    :

    20 Février : Union Africaine
    22 Février: Comité des ambassadeurs

    Vous pouvez également nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.




  2. Briefing de Bruxelles: Une agriculture résiliente
    2013-02-20
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire

    La question de la résilience agricole face aux crises et aux chocs sera abordée au cours de la prochaine Briefing de Bruxelles sur le développement, organisé par le CTA à Bruxelles en partenariat avec l’International Food Policy Research Institute (IFPRI) le 4 mars prochain.
    L’agriculture est mise à l’épreuve par diverses menaces comme les pics des prix alimentaires, la rareté des terres et de l’eau, la hausse des prix de l’énergie et des fertilisants, ainsi que l’impact du changement climatique sur la production alimentaire. Pour nourrir plus de neuf milliards de personnes d’ici 2050, il y aura lieu de doubler la production alimentaire sur une base durable. L’agriculture doit donc être résiliente, c’est-à-dire capable de résister ou de se rétablir face aux stress et aux chocs. Néanmoins, son développement nécessitera de recourir à des technologies et des pratiques fondées sur le savoir agro-écologique et qui permettent aux petits producteurs de contrer la dégradation environnementale et le changement climatique selon des modalités permettant de maintenir une croissance agricole durable. Ces modalités comprennent diverses formes de cultures mixtes pour une utilisation plus efficace des nutriments du sol et une meilleure gestion de leur cycle, l’agriculture de conservation, le microdosage des fertilisants et herbicides et la gestion intégrée des organismes nuisibles.
    La session serait comprise de panneaux d'experts internationaux et des agriculteurs. Le première panel fournira un panorama des concepts, défis et perspectives clés pour un système agricole résilient dans les pays ACP, et le deuxième présentera des actions aux résultats avérés qui ont été réalisées en vue d’accroître la résilience, ainsi que les enseignements et les bonnes pratiques tirés d’initiatives menées précédemment afin d’atténuer la vulnérabilité des systèmes agricoles.
    Ces thèmes seront débattues par des nombreux experts, entre autres: Mohamed Ibn Chambas, Secrétaire général du Secrétariat ACP ; Chris Reij, Expert en gestion durable des terres pour World Resources Institute; et Sir Gordon Conway, Professeur de Développement international à Imperial College London.
    Afin d’améliorer le partage des informations et d’encourager la mise en réseau, environ 150 décideurs ACP-UE, représentants des États membres de l’UE, groupes issus de la société civile, réseaux de recherche, spécialistes du développement et organisations internationales basées à Bruxelles seront présentes à cet événement, qui célébrera sa 30ème édition.
    Le Briefing de Bruxelles sur le development est un événement bimensuel, organisé par le CTA, la DG DEVCO de la Commission européenne, le Secrétariat ACP et Concord organisent des briefings bimensuels sur des questions et des enjeux clés du développement rural dans le contexte de la coopération UE/ACP.
    Le événement se tiendra le 4 mars, dans le bâtiment du Comité économique et social européen (CESE)- Rue Belliard 99-101, Bruxelles. L’enregistrement commencera à 8.00h; les discours débuteront à 9.00h. Le débat sera suivi par un déjeuner et la célébration du 30e anniversaire des Briefings.
    Un rapport succinct et un document de fond aux formats imprimé et électronique seront publiés peu après la réunion.
    Pour en savoir plus et s'enregistrer, visiter le site htt://bruxellesbriefings.net



    Link En savoir plus
    Link En savoir plus sur les Briefings
    Link Briefings précédents


  3. Invité vidéo: Godfrey Bahiigwa, lFPRI
    2013-02-20
    Catégorie(s) : Politique alimentaire, Sécurité alimentaire, Développement rural

    « L’objectif du ReSAKKS est d'alimenter la prise de décision politique et la formulation de stratégies par le savoir et la recherche agricole. Cette initiative vise également à renforcer les capacités aux niveaux régional et national afin de consolider le débat analytique et d’élaboration des politiques. »

    Dans un entretien avec le CTA Bruxelles, Godfrey Bahiigwa, chef du bureau régional de l’IFPRI pour l’Afrique orientale et australe, explique le fonctionnement du Regional Strategic Analysis and Knowledge Support System (ReSAKSS) et son rôle dans l’élaboration en Afrique d’une politique agricole autosuffisante fondée sur la recherche.


    Link Voir la vidéo
    Link En savoir plus sur ReSAKSS
    Link Ousmane Badiane, IFPRI [ Vidéo]


  4. €1,8m pour les victimes du cyclone Evan à Fidji et à Samoa
    2013-02-18
    Catégorie(s) : Archives

    L’Union européenne apporte une aide humanitaire d’1,8 million d’EUR aux communautés de Fidji et de Samoa frappées par le cyclone tropical Evan en décembre 2012.
    Cette décision de financer l’aide humanitaire intervient après la visite d’une équipe d’experts de l’Office d’aide humanitaire de la CE de Fidji et de Samoa peu après le cyclone tropical.
    Une assistance est requise pour les abris, l’eau et l’assainissement, en particulier pour les familles vulnérables qui ont besoin de nourriture et d’articles ménagers de première nécessité.
    Le cyclone tropical Evan a frappé les nations insulaires de Fidji et de Samoa entre le 13 et le 17 décembre 2012. Plus d’une dizaine de personnes ont été tuées ou ont disparu et plus de 7 600 logements ont été endommagés ou détruits. Le Samoa a été particulièrement touché. Le système d’approvisionnement en eau de l’île a été endommagé et de nombreuses cultures alimentaires ont été détruites.
    Les communautés de l’ouest de Fidji avaient déjà été victimes de deux vagues d’inondations sévères en janvier et en mars 2012. À l’époque, l’ECHO avait engagé 200 000 EUR pour aider les communautés touchées par les inondations.


    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link L'aide en action dans la région du Pacifique
    Link Fidji / Samoa: les survivants du Typhoon


  5. Royaume-Uni : audit sur l’activité de l’UE
    2013-02-18
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Le gouvernement britannique effectue actuellement une évaluation de l’équilibre des compétences entre l’Union européenne et le Royaume-Uni : un audit sur l’action de l’UE et ses effets sur le territoire britannique.
    Cet audit, lancé en juillet 2012 par le secrétaire aux affaires étrangères, vise à examiner l’interaction entre les intérêts nationaux britanniques et les rôles de l’UE. Les départements gouvernementaux consulteront le Parlement et ses commissions, les entreprises, les administrations concernées ainsi que la société civile, afin d’examiner en détail comment les compétences de l’UE (son pouvoir d’agir dans des domaines particuliers en vertu des traités de l’UE) fonctionnent dans la pratique.
    L’évaluation sera subdivisée en plusieurs rapports distincts couvrant des domaines spécifiques des compétences de l'UE, soit 31 au total. Elle devrait se conclure d'ici la fin de l'automne 2014.
    Pour chaque domaine, le département concerné du gouvernement britannique lance des appels à la collecte d'informations en déterminant la portée de leur travail et en encourageant la participation d'une série de parties concernées, dont des membres de la population jouissant d’une expertise ou d’une expérience pertinente. Tous les six mois, les rapports sont publiés en ligne.
    Dans le cadre de ce processus, le ministère britannique du développement international (DFID) est chargé du rapport sur la coopération au développement et l’aide humanitaire. Il contribuera également au rapport sur la politique étrangère. Les rapports sur l’aide humanitaire et la politique étrangère devraient être publiés en été 2013.
    En 2001, le Royaume-Uni était le deuxième donateur européen en aide humanitaire en contribution totale.


    Source : DFID


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur l'audit [EN]
    Link Royaume-Uni: l’aide doit bénéficier aux ONG, et non à l’UE


  6. Ciolos : un accord concluant pour une PAC plus verte
    2013-02-18
    Catégorie(s) : Environnement, Développement rural

    Conformément à la proposition de la Commission européenne et au vote des dirigeants de l’UE organisé la semaine dernière sur le budget européen, 30 % des paiements directs aux agriculteurs européens seront liés à des méthodes agronomiques respectueuses de l’environnement. Approximativement 80 milliards d’EUR seront ainsi consacrés à la fourniture de biens publics environnementaux au travers de paiements directs « verts ». De plus, 20 milliards d’EUR des fonds du développement rural au moins devraient être investis dans des mécanismes de protection de l’environnement et de lutte contre le changement climatique.
    Concrètement, le commissaire pour l'Agriculture et développement rural, Dacian Ciolos prévoit la négociation des mesures écologiques suivantes avec le Parlement européen et les États membres : la diversification des cultures (destinée à éviter l’amenuisement du sol et la perte de diversité ainsi qu’à maintenir des pâtures permanentes), les terres importantes pour la séquestration du carbone, la lutte contre l’érosion des sols et la diversité de la faune et de la flore, de même que 7 % de focalisation écologique au sein des exploitations, celles-ci n’étant pas uniquement composées de champs, mais également de haies, de chemins agricoles, de petits murs, de bosquets et de bandes tampons.
    Même si le commissaire Ciolos se déclare satisfait de l’accord sur une PAC plus verte, les écologistes rétorquent que la commission du Parlement européen en janvier et l’accord sur le budget du Conseil de l’UE du 8 février ont tous deux soutenu des changements qui affaiblissent les propositions visant à établir des normes environnementales plus vertes. En janvier 2013, la commission de l’agriculture du PE a voté pour dispenser les petites exploitations des fameuses règles d’«écologisation», ainsi que les agriculteurs qui respectent les programmes de certification environnementale de leur État membre respectif. Les ONG et les groupes sociaux de Bruxelles espèrent un retournement de situation de dernière minute, lors du vote final en séance plénière au Parlement européen qui aura lieu le 12 mars.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus [EN]
    Link PE: une PAC moins verte et plus « flexible »
    Link Prochain budget de l’UE


  7. UE : €20m pour la stabilisation du Mali
    2013-02-15
    Catégorie(s) : Archives

    Une première enveloppe de 20 millions d’euros en soutien à la stabilisation du Mali a été approuvée le vendredi 15 février afin d’apporter un appui immédiat aux services de maintien de l’ordre et de justice, aux autorités locales, aux initiatives locales de dialogue et de réconciliation et aux premières phases du futur processus électoral. Cette décision est le fruit des engagements pris lors du Conseil «Affaires étrangères» extraordinaire sur la situation du Mali qui s’est tenu le 17 janvier dernier.
    Cette enveloppe sera intégrée à l’Instrument de stabilité (IS). Il s'agit d'une réaction rapide de l'UE à la crise au Mali, qui vient compléter d'autres instruments tels que le soutien financier et logistique à la mission internationale de soutien au Mali (AFISMA) menée par l’Afrique, les missions de PSDC EUTM et EUCAP Sahel, l’actuel projet à long terme de lutte contre le terrorisme de l'IS pour le Sahel, le système d'information policière pour l'Afrique orientale d'UE-INTERPOL ou l'aide humanitaire et la coopération au développement de l’UE.
    L'UE a lancé l’instrument de stabilité en 2007 pour consolider les capacités internationales, régionales et nationales à long terme qui permettent de contrer les menaces mondiales et transrégionales ayant une incidence potentiellement déstabilisante. Chaque année, l’IS de l’UE est déployé dans une quarantaine d'actions de réaction aux crises dans le monde.
    Ce mois-ci, le commissaire au développement, Andris Piebalgs, a annoncé la reprise de l’aide au développement au Mali, à hauteur d’un montant approximatif de 250 millions d’EUR.


    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur l'IdS
    Link R-U : 5,8 millions d’euros en soutien au Mali


  8. L’avenir d’une PAC verte dépend du Parlement
    2013-02-15
    Catégorie(s) : Environnement, Développement rural

    Alors que le Parlement devrait voter en séance plénière la politique agricole commune (PAC) dans la nuit du 12 mars, des défenseurs de l'environnement espèrent assister à un changement après la décision de la commission parlementaire de l'agriculture et du Conseil de l'UE d'affaiblir certaines des propositions de « verdissement » de la Commission.
    Ce sera la première fois que le Parlement votera le budget total de l'UE et celui consacré à la PAC, conformément aux réformes introduites par le traité de Lisbonne en 2009.
    Sébastien Godinot, un économiste du bureau politique européen du WWF, a déclaré que les amendements de la PAC de la commission de l'agriculture remplaçaient des mandats avec mesures facultatives et des exemptions qui discréditeraient les lois sur l'environnement.
    « Ils ont utilisé l'excuse de la simplification pour éventrer la conditionnalité en remplaçant les mesures simples de la Commission par des options qui discréditent la sauvegarde de l'environnement », a précisé M. Godinot lors d'une conférence sur la PAC organisée à Bruxelles par le WWF et le Centre de politique européenne, un groupe de réflexion.
    Cédant à la pression d'organisations d'agriculteurs et de certains États membres, la commission a voté une exemption des règles de verdissement pour les petites exploitations agricoles ainsi que pour les producteurs des États membres qui respectent les programmes de certification environnementale.
    En vertu des amendements approuvés par la commission, les exploitations de moins de 10 hectares de terres arables en seront dispensées et celles entre 10 et 30 hectares pourront demander d'en être exemptées. Selon le Parlement, ces exemptions s'appliqueront à 82 % des agriculteurs de l'UE.
    La Commission avait recommandé que seuls les agriculteurs biologiques puissent être dispensés des programmes de verdissement.
    Tout d'abord présenté en octobre 2011, le budget de la PAC pour 2014-2020 avait pour objectif de renforcer la sauvegarde de l'environnement grâce à des normes imposées à presque tous les agriculteurs de l'UE. Ces propositions comprenaient une disposition sujette à controverse visant à coupler 30 % de paiements directs au respect des mesures de « verdissement » et à préserver au moins 7 % des terres pour des « surfaces d'intérêt écologique ».


    Source : Euractiv


    Link En savoir plus [EN]
    Link WWF: La société civile apporte sa revendication sur la réforme
    Link PE: une PAC moins verte et plus « flexible »


  9. L’UE impuissante face aux « minéraux du conflit » au Congo
    2013-02-15
    Catégorie(s) : Efficacité Aide

    Les rebelles congolais pillent les ressources naturelles du pays afin de financer des armes et du matériel. L’UE reste impuissante et ne parvient pas à contraindre les entreprises à divulguer si elles achètent des minéraux essentiels fournis par les groupes armés du Congo et d'autres États en conflit. L’UE ne dispose d’aucune législation obligeant les entreprises à dévoiler les sources des matières premières achetées au Congo afin de garantir que les groupes armés ne sont pas intégrés à la chaîne d’approvisionnement.
    « L’Union européenne doit absolument prendre des mesures pour adopter une règlementation enjoignant les entreprises, non seulement congolaises mais également de toutes les régions à risque en proie aux conflits, à s’exécuter pour ce qui concerne leur chaîne d’approvisionnement », a déclaré Sophia Pickles, de Global Witness, une organisation londonienne de lutte contre la corruption et de défense des droits humains.
    Selon les analystes, les vols et la contrebande sont en augmentation depuis que la guérilla du M23 a débuté son offensive il y a 10 mois au Nord Kivu et dans d’autres régions minières regorgeant de matières premières industrielles. Bien armé, le M23 a été formé par des déserteurs de l’armée congolaise.
    Global Witness a donc pressé l’UE de donner force de loi aux lignes directrices facultatives sur les minéraux du conflit élaborées par les entreprises pour l’Organisation pour la coopération et le développement économiques.
    Ces cinq dernières années, l’UE a promis au pays plus de 584 millions d’EUR en aide au développement et prévoit d’engager 54 millions d’EUR supplémentaires pour l’aide humanitaire cette année. En janvier, le commissaire au développement, Andris Piebalgs, a signé un cadre pour la paix et la sécurité en République démocratique du Congo et dans les États voisins destiné à stabiliser le pays fragile.
    En dépit de sa pauvreté et de ses conflits, le Congo oriental regorge de réserves de minéraux industriels, dont le niobium, le tantale, l'étain et l’or. Le tantale est un métal relativement rare utilisé dans les équipements électroniques et informatiques. Les alliages de niobium sont utilisés dans la production de moteurs à réaction, la bijouterie et les canalisations. Cette région est également une source de gisements importants de diamant. « L’avenir de la planète va se jouer dans cette région », affirme Jean-Paul Matuk Munan, à la tête d'une organisation congolaise de lutte contre le trafic d'armes légères. Il ajoute que les réserves congolaises font du pays un concurrent sérieux face à la Chine pour l’approvisionnement en matières premières utilisées dans les téléphones mobiles, les ordinateurs, les moteurs à réaction et d’autres biens manufacturés.


    Source : Euractiv


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur la coopération avec Congo
    Link UE: Aide de €15m pour la RDC


  10. Les politiques de différentiation de l’UE
    2013-02-15
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE

    Selon un représentant du CARICOM, les parlementaires des Caraïbes doivent profiter de la 9e réunion régionale de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE, qui se tiendra du 14 au 16 février 2013 à Santo Domingo, en République dominicaine, pour s’opposer fermement à l’approche de l’UE en matière de différentiation.  
    L’UE a en effet indiqué qu’elle appliquerait le principe de différentiation aux programmes indicatifs nationaux (PIN) du 11e Fonds européen pour le développement (FED). Cela signifie que la plupart de ces PIN de la région des Caraïbes seront amputés.
    Pour Ivan Ogando Lora, directeur-général de la direction du Forum des Caraïbes d’États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (CARIFORUM) du Secrétariat de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), le FED risque à présent d’être revu à la baisse, en tant que source essentielle de financement de la coopération au développement dans le cadre des relations CARIFORUM-UE. Par ailleurs, il prévient que les mécanismes d’application de la différentiation restent internes à la Commission européenne. C’est pourquoi il devrait attirer l’attention de l’assemblée sur les effets négatifs de la nouvelle politique de développement de l’UE.
    La prochaine APP devrait rassembler 15 députés de l’APP issus de parlements nationaux de la région des Caraïbes et un nombre égal de membres du Parlement européen. Ces derniers échangeront leurs vues sur diverses questions présentant un intérêt pour les Caraïbes. Les quinze signataires de l’APE du Forum des Caraïbes d’États d’Afrique, des Caraïbes et du pacifique (CARIFORUM) sont les États membres indépendants du CARICOM et la République dominicaine.
    Si les documents de stratégie par pays sont les principaux instruments stratégiques de programmation, les programmes indicatifs nationaux (PIN) constituent un outil de gestion permettant d’identifier et de définir des actions pour atteindre les objectifs fixés dans les DSP. Chaque DSP s’accompagne d’un PIN.
    Le Fonds européen pour le développement (FED) est le principal instrument financier de mise en œuvre de l'accord de Cotonou. Le FED est extérieur au budget de l'Union européenne. Il opère séparément et différemment. Les ressources du FED sont composées de contributions de l’ensemble des États membres.
    Source : CARICOM


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur le FED
    Link En savoir plus sur le CARICOM


  11. Pétition en faveur de l’accès universel à l’eau
    2013-02-15
    Catégorie(s) : Archives

    Les organisations de l’initiative citoyenne européenne visant à mettre un terme à la vente des ressources hydriques publique, affirment avoir recueilli un million de signatures des quatre coins de l’Europe, devenant ainsi le premier groupe de ce type à y parvenir depuis le lancement des efforts locaux au printemps dernier.
    L’initiative « L'eau, un droit humain » appelle de ses vœux l’exemption des politiques de libéralisation pour l’approvisionnement et la gestion de l’eau au motif que cette ressource constitue un bien public.
    L’initiative demande également aux États de l’UE d’adopter des législations garantissant un accès universel à l’eau potable et à l’assainissement, et presse l’UE de renforcer ses efforts d’aide au développement en faveur d’un accès universel à l’eau et à l’assainissement.
    L’initiative a été lancée en 2012 en vertu d’une disposition du traité de Lisbonne de 2009 qui encourage l’action citoyenne. Les organisateurs de l’ICE doivent recueillir un million de signatures originaires d’au moins sept États de l’UE avant de pouvoir soumettre les propositions de législation à la Commission européenne.
    Selon l’ONU, plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable et plus de deux milliards ne disposent pas de toilettes. En septembre 2010, l’ONU a consacré l’eau et l’assainissement comme droit de l’homme fondamental en vertu du droit international.


    Source : Euractiv


    Link En savoir plus [EN]
    Link Pour en savoir plus sur cette campagne
    Link ONU: l'eau un droit universel [EN]


  12. R-U : 5,8 millions d’euros en soutien au Mali
    2013-02-14
    Catégorie(s) : Archives

    Le Royaume-Uni va allouer un montant de 5 millions de GBP (5,8 millions d’EUR) en soutien aux victimes du conflit malien, le secrétaire britannique au développement a-t-il annoncé.
    Ce plan d’aide d’urgence permettra de soutenir le Comité international de la Croix rouge (CICR), qui opère dans le nord du pays en proie au conflit et dans les régions du sud et du centre, afin de protéger les femmes et les enfants exposés à la violence et de leur apporter des soins, ainsi que Programme alimentaire mondial (PAM), afin de nourrir plus de 100 000 Maliens confrontés à des pénuries alimentaires, notamment dans les zones récemment touchées par le conflit.
    Dans le courant du mois de janvier, plusieurs grandes agences d’aide se sont retirées du nord du pays contrôlé par les rebelles pour se rendre au sud du Mali.  Cependant, à la suite de l’action des forces françaises et maliennes, certaines d’entre elles sont retournées au centre du pays dans l’espoir que l’accès total au Nord sera restauré ces prochaines semaines.
    Grâce à ce plan de sauvetage, le soutien britannique aux Maliens en proie au conflit s’élève désormais à 13 millions GBP en 2013. Plus tôt ce mois-ci, l’UE a annoncé la mobilisation de 20 millions d’EUR pour le Mali, ainsi que le déblocage de l'aide de 250 millions d'EUR gelée l'année dernière. Le Royaume-Uni est le deuxième plus grand donateur européen sur la base des contributions totales apportées en 2011.


    Source : Ministère britannique du développement international (DFID)


    Link En savoir plus [EN]
    Link Développement du Mali : conférence à Bruxelles au printemps
    Link L’UE reprend la coopération au développement avec le Mali


  13. UE, scandale de la viande de cheval: la fraude à l’étiquetage
    2013-02-14
    Catégorie(s) : Politique alimentaire

    La Commission européenne a proposé d’augmenter les tests ADN des produits à base de viande afin d’évaluer l’étendue d’un scandale impliquant de la viande de cheval vendue comme étant du bœuf, qui a choqué le public européen et a suscité l’inquiétude sur les chaînes d’approvisionnement du continent.
    « Des tests seront menés sur l’ADN des produits à base de viande dans tous les États membres », a déclaré le commissaire chargé de la santé, Tonio Borg, à l'issue de la réunion ministérielle organisée à Bruxelles afin de discuter de la situation.
    En vertu du plan de test initial d’un mois, les locaux qui manipulent de la viande de cheval devront vérifier si des résidus de médicaments équins potentiellement dangereux se sont introduits sur la chaîne alimentaire. Selon M. Borg, les premiers résultats sont attendus à la mi-avril. Les États membres devront faire rapport des résultats à la Commission. Celle-ci explorera également la possibilité de cofinancer ce plan de contrôle coordonné recommandé.
    Il s‘agit de la deuxième étape d’un plan de contrôle coordonné au niveau de l’UE visant à restaurer la confiance chez l’ensemble des consommateurs européens, à la suite de la recommandation de la Commission européenne aux États membres de mener à bien des contrôles appropriés au niveau du marché sur les produits présentés comme contenant du bœuf, afin de mesurer l’ampleur de toute pratique d’étiquetage trompeuse et de la présence de viande de cheval.
    Le scandale est survenu lorsque les tests réalisés en Irlande ont révélé que 100 % de la viande contenue dans des produits étiquetés comme contenant du bœuf étaient en réalité de la viande de cheval. Des opérateurs d’au moins huit pays de l’UE ont depuis été impliqués dans l’affaire, soulevant ainsi la crainte d’une fraude à l’étiquetage paneuropéenne.
    Les responsables ont déclaré qu’à ce stade, aucun risque pour la santé publique n’avait été détecté dans les aliments falsifiés, mais que des tests de détection de médicaments équins étaient actuellement menés à bien pour s’en assurer. Cependant, il a été souligné que la question concerne davantage l'étiquetage frauduleux plutôt que la sécurité, l'opérateur alimentaire étant en première ligne pour garantir que les exigences législatives européennes en matière alimentaire sont respectées. Une fois qu'un produit alimentaire est mis sur le marché dans l’UE, il appartient aux États membres de vérifier s’il présente ou non un risque et s’il est conforme à la législation en vigueur.
    À la demande des ministres, M. Borg a déclaré que la Commission accélérerait le travail sur des changements potentiels à apporter aux règles de l'UE en matière d'étiquetage afin que les entreprises soient contraintes de mentionner l’État d’origine des produits transformés à base de viande. Actuellement, cette exigence ne s’applique qu’au bœuf frais, mais elle devrait être étendue à l’agneau, au porc et à la volaille frais dès décembre 2014.


    Source : Euractiv, Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link Borg propose un plan de lutte coordonné [EN]
    Link Réunion des ministres


  14. Développement du Mali : conférence à Bruxelles au printemps
    2013-02-14
    Catégorie(s) : Archives

    A l’occasion de la réunion informelle des ministres européens du développement à Dublin, le commissaire européen au développement, Andris Piebalgs, et le ministre français délégué chargé du développement, Pascal Canfin, ont annoncé la tenue à Bruxelles au printemps d’une conférence pour le développement du Mali.
    Organisée par l’Union européenne et la France en coordination avec les autorités maliennes, cette conférence aura pour objectif de mobiliser la communauté internationale en faveur du développement du Mali. Il s’agira également, en liaison avec les autorités maliennes et les organisations régionales africaines, de veiller à la bonne coordination de la réponse de la communauté internationale.


    Source : France Diplomatie


    Link En savoir plus
    Link L’UE : réunion internationale sur le Mali en février
    Link Rétablir la situation au Mali


  15. L’UE reprend la coopération au développement avec le Mali
    2013-02-14
    Catégorie(s) : Archives

    Le commissaire européen chargé du développement, Andris Piebalgs, a annoncé lors de la réunion informelle des ministres du développement à Dublin le 12 février la reprise totale de l'aide au développement au Mali. Les 20 millions d’EUR gelés l’année dernière seront donc rapidement débloqués.
    « L’adoption rapide par les autorités maliennes d’une feuille de route de transition en faveur de la démocratie et de la stabilité a ouvert la voie à la levée des mesures de précaution prises après le coup d'État de mars 2012 et à la reprise progressive de l’aide au développement face aux besoins urgents du peuple malien », a déclaré le commissaire.
    L’UE aidera le pays à restaurer la démocratie et la paix en mettant avant tout l’accent sur la réconciliation, la prévention des conflits et le soutien au processus électoral, ainsi que sur la sécurité alimentaire, l’eau et l’assainissement. Elle formulera également de nouvelles propositions destinées à relancer l’économie.
    À la suite du coup d’État survenu en mars l’année dernière, la Commission européenne avait adopté des mesures de précaution limitant les programmes d’aides au soutien direct à la population locale, à l'aide à la transition vers la démocratie et à l'aide humanitaire. L’adoption d’une feuille de route de transition par l’Assemblée nationale du Mali le 29 janvier 2013 a ouvert la voie à la reprise de l'aide au développement.


    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link Les ministres européens à discuter la situation au Mal
    Link http://bruxelles.cta.int/index.php?option=com_k2&id=6417&view=item&Itemid=


  16. Fidji veut améliorer les règles d’origine
    2013-02-14
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Fidji a débuté des consultations avec les parties prenantes du secteur de l’industrie afin de profiter des discussions sur les règles d’origine entre les 14 États ACP du Pacifique et l'Union européenne (UE) en décembre 2012, menées dans le cadre des négociations sur un accord de partenariat économique renforcé (CEPA).
    Fidji est déjà signataire de l’accord de partenariat économique intermédiaire, en vertu duquel les produits fidjiens sont dispensés de taxes et de quotas à l’entrée sur le marché européen à condition de respecter et les règles d’origine de l’Union européenne (UE).
    « Les négociations actuelles sur le CEPA constituent également l'occasion pour Fidji de garantir que les règles finales d'origine sont suffisamment souples pour permettre aux petits États insulaires en développement tels que Fidji de relever les défis auxquels ils sont confrontés dans le développement de leurs secteurs manufacturier et agricole afin d'exporter vers l'UE », a déclaré le secrétaire permanent fidjien à l’industrie et au commerce, Shaheen Ali.
    Les critères des règles d'origine et autres barrières non tarifaires sont considérées comme des entraves majeures à l'exemption de taxes de l'APE.  Lors des négociations techniques avec l’UE de décembre dernier, Fidji et les pays ACP du Pacifique sont parvenus à des avancées considérables.
    Fidji a déjà négocié des règles d’origine favorables pour le poisson en conserve et les filets cuits au travers des dispositions relatives à l’origine universelle prévues dans l'accord de partenariat économique intérimaire (APEI) en apportant des détails spécifiques à l’industrie de la pêche sur les difficultés de conformité aux règles d’origine de l’UE.
    Les règles d’origine sont les critères qui déterminent si un produit peut provenir d’un pays particulier à des fins commerciales. Elles sont importantes dans la mesure où les taxes et restrictions varient souvent selon l'origine des importations.


    Source: thejetnewspaper.com


    Link En savoir plus [EN]
    Link en savoir plus sur les accords de partenariat économique
    Link L'accord interimaire avec Fidji


  17. Prochain budget de l’UE consacré à l’aide : ni réduction, ni amélioration
    2013-02-14
    Catégorie(s) : Archives

    Même s'il n’est pas réduit par rapport aux budgets précédents, le nouveau budget pluriannuel de l’UE arrêté le 8 février ne prévoit pas de fonds européens supplémentaires consacrés à l'aide humanitaire et au développement. L’UE ne pourra donc pas atteindre l’objectif de l’ONU de 0,7 % du revenu national brut (RNB) pour les objectifs du Millénaire pour le développement d’ici 2015. À son niveau actuel (celui de 2011), le budget de l’UE consacré à l’aide n’atteint que 0,44 % du RNB.  
    « Aujourd’hui, les dirigeants de l’UE n'ont pas saisi l’occasion de rapprocher l’Europe de son engagement de consacrer 0,7 % de ses revenus à l’aide intelligente », a déclaré Eloise Todd, directrice du bureau de Bruxelles du groupe d’action politique ONE en faveur de l’aide, au terme de la négociation du nouveau budget de l’UE pour la période 2013-2020.
    Cette somme n’atteint pas les propositions initiales de la Commission européenne. Le Fonds européen de développement (FED), principal instrument de fourniture d’aide au développement de l’UE aux pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et aux pays et territoires d'outre-mer (PTO), bénéficiera de 26,9 milliards d’EUR au titre du nouveau budget, soit 3 milliards d’EUR de moins que la proposition initiale de la Commission européenne.
    Durant la période précédente (2008-2013), le FED bénéficiait d'un budget de 22,7 milliards d’EUR. Traditionnellement, l’assistance de l’UE aux pays ACP est financée en dehors budget de l’UE pour des raisons historiques et juridiques, mais son niveau est généralement négocié en même temps que le budget global. Toutefois, la Commission a annoncé vouloir proposer la budgétisation du FED dès 2021.
    Outre le FED, les autres instruments d’aide étrangère qui, pour leur part, sont inscrits au budget et  représentent la plus grande part de l’aide extérieure – l’Instrument de financement de la coopération au développement (ICD), l’Instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP) et dix programmes thématiques qui abordent le développement  sous un angle régional ou national – ont bénéficié d’un budget total de 1,9 milliard d’EUR inférieur à ce que ce que la Commission avait proposé. Toutefois, il s’agit malgré tout d’une augmentation de 3,4 % par rapport au niveau précédent de 58,7 milliards d’EUR.
    L’ICD comporte trois volets : des programmes de soutien à la coopération à 47 pays en développement d’Amérique latine, d’Asie et d’Asie centrale, de la région du Golfe (Iran, Irak et Yémen) et d’Afrique australe, ainsi que des programmes de mesures d’accompagnement pour les 18 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) parties au Protocole sur le sucre, afin de les aider à s’ajuster à la réforme du régime du sucre de l’UE. Pour la période 2007-2013, 1,9 milliard d’EUR ont été alloués à l’ICD.
    L’Instrument européen de voisinage et de partenariat (IEVP) soutient la Politique européenne de voisinage (PEV) et concerne principalement les pays d’Europe orientale et méditerranéens. L’IEVP dispose d’une enveloppe financière de 11,2 milliards d'EUR pour la période 2007-2013.
    Même s'il n’y a eu aucune coupe dans le budget consacré à l’aide par rapport aux années précédentes, les ONG considèrent que l’accord de l’Union est décevant et manque de l’ambition nécessaire pour atteindre des OMD.  « Il est inacceptable que les pays transigent sur leur engagement de consacrer 0,7 % de leur revenu national d’ici 2015 aux pays les plus pauvres à cause de la crise économique », a déclaré Natalia Alonso, à la tête du bureau d'Oxfam auprès de l'UE.


    Source : The Guardian, Commission européenne, Conseil de l’UE


    Link En savoir plus [EN]
    Link Voir l'attribution des lignes budgétaires


  18. Les ministres européens à discuter la situation au Mali
    2013-02-14
    Catégorie(s) : Archives

    Selon une déclaration de la présidence irlandaise de l’UE, les ministres européens du développement, qui se réuniront informellement les 11 et 12 février au château de Dublin dans le cadre de la présidence irlandaise de l’UE, se pencheront sur l’aide au Mali et le développement de la résilience dans la Corne de l’Afrique.
    « La stabilisation de la sécurité au Mali a bien progressé, mais l'aide humanitaire et le processus politique doivent absolument être maintenus. Nous discuterons de la meilleure manière dont l'UE peut soutenir les autorités maliennes et les civils dans le redressement du pays », a déclaré Joe Costello, ministre irlandais du commerce et du développement, dans des communiqués de presse.
    Le mardi 12 février, les ministres européens du développement se pencheront plus avant sur les efforts de l'Union visant à renforcer la résilience des communautés vulnérables de la Corne de l'Afrique aux catastrophes naturelles et aux crises.
    « Ce travail est de plus en plus important face à l’augmentation du nombre et de l’intensité des catastrophes. Depuis dix ans, des catastrophes majeures surviennent chaque année, du conflit au Darfour, qui a débuté en 2003, à la crise de la Corne de l’Afrique en 2011. Étant donné l’augmentation du nombre de crises, il convient de plus en plus d’en tenir compte dans l’aide au développement en général. », a déclaré M. Costello.


    Source : kuna.net.kw


    Link En savoir plus [EN]
    Link Rétablir la situation au Mali
    Link UE : €20m supplémentaires d’aide humanitaire au Mali


  19. Le Mali appelle à l’aide le Groupe ACP
    2013-02-14
    Catégorie(s) : Archives

    Lors de la réunion du sous-comité des ambassadeurs du Groupe ACP chargé des questions politiques, organisée le vendredi 8 février, la délégation malienne a formulé un urgent appel à l’aide.
    La délégation malienne a insisté sur la nécessité urgente d’approvisionner le pays et sur le fait que le Groupe ACP devait impérativement lui apporter une aide humanitaire, en liquide ou en nature. Le sous-comité du Comité des ambassadeurs ACP chargé des affaires politiques, sociales, humanitaires et culturelles s’est engagé à répondre de manière favorable à l’appel des autorités maliennes.
    La délégation a également confirmé que les forces tchadiennes et françaises étaient à présent basées dans la petite ville d'Agelhoc, pratiquement à la frontière entre le Mali et l’Algérie.


    Source : ACP


    Link En savoir plus [EN]
    Link Rétablir la situation au Mali
    Link UE : €20m supplémentaires d’aide humanitaire au Mali


  20. UE, l’aide au développement : pas à la hauteur
    2013-02-14
    Catégorie(s) : Archives

    Le 8 février,  au terme de 24 heures de négociations, les dirigeants de l’UE sont parvenus à un accord sur le budget de l’UE pour 2014-2020, qui prévoit entre autres une réduction de 11 % (3,3 milliards d’EUR) de l’aide au développement et de 17,5  % (58,8 milliards d’EUR) des paiements directs de l’UE en dépenses agricoles par rapport aux propositions initiales de la Commission.
    Pour la première fois dans l'histoire de l'Union européenne, le budget pluriannuel est en diminution, passant de 1,12 % à 1 % du revenu national brut (RNB) de l’UE. Un plan de dépense de 960 milliards d’EUR a été négocié au titre du prochain cycle budgétaire de l’Union, soit une baisse de 35 milliards d’EUR par rapport au budget actuel pour 2007-2013. Les coupes budgétaires les plus importantes sont les paiements directs agricoles et les dépenses régionales (réduction de 29,7 milliards d'EUR, soit 8,4 %).
    La rubrique n° 4 du budget pluriannuel de l’UE consacré à «l’Europe dans le monde » a été revue à la baisse, et passe ainsi de 60,667 milliards d'EUR pour la période 2007-2013 à 58,767 milliards d'EUR pour les sept années suivantes. Toutefois, il s’agit toujours d’une augmentation de 3,4 % par rapport aux niveaux précédents de dépenses. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, estime que l’UE a tenu son engagement de soutenir les pays les plus pauvres.
    Parallèlement, le Fonds européen de développement (FED), principal instrument de fourniture d’aide au développement de l’UE aux pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et aux pays et territoires d'outre-mer (PTO), bénéficiera de 26,9 milliards d’EUR au titre du nouveau budget, soit 3 milliards d’EUR de moins que la proposition initiale de la Commission européenne. Durant la période précédente (2008-2013), le FED bénéficiait d'un budget de 22,7 milliards d’EUR. Traditionnellement, l’assistance de l’UE aux pays ACP est financée en dehors budget de l’UE pour des raisons historiques et juridiques, mais son niveau est généralement négocié en même temps que le budget global.
    Le président français François Hollande s’est déclaré relativement satisfait des résultats des négociations, notamment en ce qui concerne la protection de la politique agricole commune.
    Cependant, le Parlement européen doit approuver l’accord afin que celui-ci soit adopté. Puisque les dirigeants ont diminué le montant du budget pouvant être effectivement dépensé en paiements à 908,4 milliards d’EUR, les députés européens risquent de voter contre cet accord. Pour eux, celui-ci risque de conduire l’Union au bord du déficit fiscal. Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a réagi en déclarant que la différence entre les engagements et les paiements était de l’ordre de 5 % et que l’exécutif de l’UE avait pris des mesures pour la limiter afin de ne pas laisser le déficit prendre de l’ampleur.


    Source : European Voice, Euractiv


    Link En savoir plus [EN]
    Link UE: budget de € 960-milliards
    Link Barroso s'oppose aux coupes dans l'aide au développement


  21. Les Pays européens à compenser le déficit dans l'aide au développement
    2013-02-14
    Catégorie(s) : Archives

    En raison des coupes dans le budget d’aide de l'UE par rapport à la proposition initiale de la Commission européenne, les États membres de l’UE allaient, à titre individuel, devoir augmenter leur budget national au développement afin de permettre à l'UE de respecter son engagement global consistant à affecter 0,7 % de son revenu national brut (RNB) au développement d'ici à 2015. Celle-ci a été annoncé par le commissaire européen chargé du développement, M. Andris Piebalgs, lors de la réunion informelle des ministres du développement qui s'est tenue à Dublin le 11-12 Février.  
    Le commissaire Piebalgs a souligné que si cet objectif n’est pas atteint, la capacité de l’UE à obtenir des résultats optimaux en matière de développement s’en verra réduite.
    Lors du Conseil de l’UE de 7-8 Février dernier, le budget alloué à l'aide au développement pour 2014-2020 a été fixé à €58.767 milliards, enregistrant ainsi une réduction de presque 11% par rapport à la préposition initiale de la Commission, mais une faible augmentation par rapport au montant disponible pour 2008-2013. Néanmoins, le budget de €58.767 milliards représente seulement 0.44%  du revenu national brut (RNB) de l’UE.


    Source : Commission Européenne


    Link En savoir plus
    Link L’UE : agir à l’unisson pour lutter contre la pauvreté
    Link En savoir plus sur l'engagement pour 0,7 % [EN]


  22. L’UE : agir à l’unisson pour lutter contre la pauvreté
    2013-02-14
    Catégorie(s) : Archives

    Les ministres européens du développement ont convenu que l’UE parlera d’une seule voix dans les futures négociations internationales sur de nouveaux objectifs pour la croissance durable et l’éradication de la pauvreté extrême.
    Lors de réunions tenues à Dublin entre 11 et 12 Février , les ministres ont convenu que l'UE devrait occuper un rôle central dans la création d'un nouveau cadre réglementaire en vue de lutter contre la pauvreté quand les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) des Nations unies arriveront à leur terme en 2015.
    Joe Costello, le ministre délégué en charge du commerce et du développement, a déclaré mardi (12 février) que « garantir une position unifiée de l'UE dans les négociations afin d'aboutir à un nouveau cadre réglementaire mondial de développement » constituait une priorité de la présidence tournante de son pays à la tête du Conseil de l'UE.
    Les huit OMD, définis en 2000, comprennent l'éradication de la pauvreté extrême et de la faim, le développement de l'enseignement, l'amélioration des soins de santé et la promotion de la croissance durable.


    Source : Euractiv


    Link En savoir plus
    Link En savoir plus sur les OMDs
    Link Rétablir la situation au Mali



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Mme Isolina BOTO
Manager
Bureau du CTA/Bruxelles
39 rue Montoyer
1000 Bruxelles - Belgique
Tel: + 32 (0) 2 513 74 36; Fax: + 32 (0) 2 511 38 68
Courriel: boto@cta.int
Site Web: http://www.cta.int/
Blog de Bruxelles: http://bruxelles.cta.int/
Briefings de Bruxelles: http://bruxellesbriefings.net/

 

Rédacteur : Cristina Dobos (dobos@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2011 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1