Teknoloji Haberleri internet Haberleri Web Güvenliği Teknoloji Yazılım Bilim Teqnoloji Yazılım C# Dersleri C# Programlama
Weblog du Bureau de Bruxelles
Novembre 2018
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles
Sujet: CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles
Date d'envoi: 2013-05-22 12:09:52
Publication #: 175
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [22/05/2013]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Principaux événements de la semaine 20.05.2013 - 26.05.2013
  2. Notre invité vidéo: Gordon Conway
  3. Dernier briefing de Bruxelles: Produits Agricoles Traditionnels
  4. Lancement du Rapport de Montpellier
  5. Pêche : négociation d’amendements pour la convention ICCAT
  6. L’UE facilitera le commerce des produits biologiques
  7. €3,25 milliards mobilisés pour Mali
  8. UE : Discussions sur la réforme de la politique de pêche
  9. UE : Le Conseil souhaite un compromis sur la PAC d’ici juin
  10. La Lituanie se prépare à la présidence du Conseil de l’UE
  11. L’UE s’engage dans la lutte contre le paludisme
  12. L’UE réfléchit à une loi sur la biopiraterie pour protéger les populations autochtones
  13. Projet de taxe Tobin contesté par l’Italie et le Royaume-Uni
  14. Malawi : 30m € pour l’accès à l’eau
  15. Somalie: aide de l’UE en faveur de la justice et de la police
  16. L'UA et l'UE vont renforcer leurs liens économiques et commerciaux
  17. Parlement européen : adoption de la liste noire sur la pêche
  18. PE félicité pour les directives de transparence concernant l'industrie extractive
  19. La Commission européenne rencontre sa "sœur" africaine
  20. Le Royaume-Uni supprime son aide à l'Afrique du Sud
  21. L'UE doit abandonner progressivement les incitants pour les biocarburants
  22. UE : Solution nécessaire pour la réforme de la politique de la pêche


  1. Principaux événements de la semaine 20.05.2013 - 26.05.2013
    2013-05-22

    Commission Européenne :
    mai 21-22: Journée maritime européenne 2013
    mai 23: 14e édition du Forum européen pour l'éco-innovation

    Conseil de l’UE :
    mai 21: Conseil  des Affaires générales
    mai 22: Le Conseil européen
    mai 26: Réunion informelle des ministres européens de l'Agriculture - Comité spécial Agriculture - Conseil de l'UE
    Réunion du Conseil de l'UE des Affaires étrangères pour le développement

    Parlement européen :

    22 mai: Commission des affaires étrangères

    Le Groupe ACP :

    mai 22: Réunion du Partenariat du Commonwealth pour le Mouvement de la coopération technique - Bruxelles Hub
    mai 23: Comité ACP sur le sucre

    Vous pouvez également nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.




  2. Notre invité vidéo: Gordon Conway
    2013-05-22
    Catégorie(s) : Développement rural, Environnement, Archives, Sécurité alimentaire, Agriculture

    A l'occasion du dernier Briefing de Bruxelles sur la “Résilience agricole”, le CTA de Bruxelles a rencontré Sir Gordon Conway, Professeur de Développement international à l'Imperial College de Londres et s'est entretenu avec lui sur ce que nous savons et ce que nous devons savoir pour renforcer la résilience agricole dans les pays en développement.

    Dans cette vidéo interview, Sir Gordon Conway évoque :
    • la "Double révolution verte", qui implique la présence de deux aspects "verts" : d'une part, la culture d'espèces végétales et d'autre part, l'intérêt et les actions pour la protection de l'environnement.
    • Pour pouvoir nourrir 1 milliard de personnes d'ici 2015, nous avons besoin de technologies qui intensifieront les rendements et nous devons nous assurer également que ces rendements sont durables. Cette intensification durable peut être obtenue au moyen de: l'intensification écologique, l'intensification génétique et l'intensification socio-économique.
    • Il existe quatre principaux moyens de parvenir à la sécurité alimentaire mondiale : l'innovation, les marchés, le soutien des personnes et le leadership politique.

    Sir Gordon Conway préside actuellement le Panel de Montpellier - un groupe d’experts internationaux issus des domaines de l’agriculture, du développement durable, du commerce, de la politique et du développement mondial - qui a produit le rapport 'L’intensification durable : un nouveau paradigme pour l’agriculture en Afrique' qui va être lancé le 28 mai 2013, à Bruxelles, par la Commission européenne et le CTA.


    Link Voir la vidéo
    Link Plus sur le Briefing - résilience agricole
    Link Un nouveau paradigme pour l’agriculture en Afrique


  3. Dernier briefing de Bruxelles: Produits Agricoles Traditionnels
    2013-05-22
    Catégorie(s) : , Commerce ACP-UE, Développement rural

    Le Briefing de Bruxelles ‘Géographie de l’alimentation : refaire le lien avec l'origine dans le système alimentaire’ a été organisé le 15 mai au Secrétariat ACP à Bruxelles.
    Plus de 120 participants ont abordé les produits agricoles traditionnels (indications géographiques ou IG) et les autres outils de commercialisation liés à l’origine dans le contexte des pays ACP.

    L’événement comportait trois panels, parmi lesquels se trouvaient plusieurs experts industriels de renom et des leaders d’opinion dont des représentants du monde académique, des institutions européennes (DG Agriculture et Développement rural – Commission européenne), mais également d’organisations africaines et internationales telles que l’Office régional africain de la propriété intellectuelle (ARIPO), l’OAPI, l’OMPI et Bioversity International, le Secrétariat du CARICOM et le Secrétariat ACP.
    La discussion a abordé plusieurs sujets importants tels que les cadres existants au niveau régional et mondial pour la protection des indications géographiques et des produits traditionnels, l’expérience caribéenne en matière de protection des produits agro-alimentaires, ou la mise à profit des potentiels d’IG dans l’utilisation des espèces sous-utilisées.

    Le site web des briefings de Bruxelles donne accès à des supports supplémentaires, dont l’ensemble des présentations des orateurs, l’enregistrement vidéo de l’événement, ainsi qu’un document de recherche détaillé sur le sujet (Reader) et des photos.


    Link En savoir plus
    Link Plus sur les Briefings de Bruxelles
    Link Reader.pdf

  4. Lancement du Rapport de Montpellier
    2013-05-17
    Catégorie(s) : Développement rural

    Le 28 mai 2013, la Commission européenne et le CTA organiseront un événement dans le cadre de la publication du rapport 'L’intensification durable : un nouveau paradigme pour l’agriculture en Afrique', qui tend à fournir un nouveau cadre de compréhension pour l’intensification durable ainsi que des approches pratiques.
    Le rapport a été publié dans le cadre du Panel de Montpellier, un groupe d’experts internationaux issus des domaines de l’agriculture, du développement durable, du commerce, de la politique et du développement mondial présidé par Sir Gordon Conway de l’Imperial College de Londres. Le Panel travaille à la formulation de recommandations permettant d’améliorer l’appui des gouvernements européens au développement agricole national et régional et aux priorités en matière de sécurité alimentaire en Afrique sub-saharienne. Le Panel s’est réuni pour la première fois à Montpellier en mars 2010.
    Le rapport apporte un éclairage nouveau et des exemples illustrant la façon dont les techniques d’intensification durable sont utilisées par les petits exploitants agricoles en Afrique pour faire face à la crise alimentaire et nutritionnelle sur le continent. Les auteurs commencent par analyser le processus et les éléments de l’intensification elle-même, avant d’examiner comment assurer ensuite que cette intensification durable le soit réellement. Pour conclure, ils proposent des solutions pratiques fondées sur des expériences concrètes, actuellement en cours sur le continent africain, soulignant l’impact positif que ce cadre peut produire s’il est développé efficacement à grande échelle.
    L’événement aura lieu à la Commission européenne, à Bruxelles, ce 28 mai 2013 de 14h30 à 16h30.
    Il rassemblera plusieurs experts de renom dont Michael Hailu, Directeur du CTA ; Jean-Pierre Halkin, chef de l’unité en charge du développement rural, de la sécurité alimentaire et de la nutrition de la DG DEVCO - EuropeAid, Commission européenne et Yemi Akinbamijo, Directeur exécutif du FARA; le Dr. Peter Hazell, membre du Panel de Montpellier et Professeur invité à l’Imperial College de Londres ; S.E. Mme Brave Ndisale, Ambassadrice du Malawi à l’UE; David Radcliffe, membre du Panel de Montpellier et Conseiller senior sur la recherche agricole pour le développement à la DG DEVCO de la Commission européenne; et Tom Arnold, membre du Panel de Montpellier, ancien PDG de Concern Worldwide et président de la Convention de la Constitution irlandaise.

    Veuillez vous inscrire via : brusselsbriefing@gmail.com, ou boto@cta.int

    Source : CTA, Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link Plus sur le Groupe d'experts Montpellier [EN]
    Link Plus sur l'activité de EuropeAid (CE)
    Link Programme.docx

  5. Pêche : négociation d’amendements pour la convention ICCAT
    2013-05-17
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Les négociations sur les amendements à la Commission internationale pour la conservation du thon de l'Atlantique (la convention CICTA) seront lancés par la Commission européenne. Telle a été la conclusion de la réunion du Conseil agriculture et pêche à Bruxelles ce 13 mai 2013.
    La Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT) est responsable de la conservation des thonidés et des espèces apparentées dans l’océan Atlantique et ses mers adjacentes.


    Source: Conseil de l'Union européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link Plus sur l'ICCAT
    Link UE : Discussions sur la réforme de la politique de pêche


  6. L’UE facilitera le commerce des produits biologiques
    2013-05-17
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Agriculture

    La Commission européenne facilitera le commerce international des produits biologiques et soutiendra l’accès de la production biologique des pays en développement aux marchés européens. Telle a été la conclusion de la réunion du Conseil agriculture et pêche à Bruxelles ce 13 mai 2013.
    Le Conseil a adopté quelques conclusions importantes en matière d’agriculture biologique, notamment sur l’application du cadre réglementaire et le développement du secteur.
    L’actuel cadre légal du secteur de l’agriculture biologique sera révisé, entre autres pour améliorer son application et réduire au minimum les différentes exceptions contenues dans les réglementations.
    Dans le même temps, on compte encourager la promotion du secteur biologique et la consommation accrue de produits bios à l’aide d’une harmonisation de l’application du logo UE ainsi que de campagnes d’information en ligne.
    Le 10 avril, une consultation publique a été lancée concernant une nouvelle réglementation de la production biologique en Europe. 45 000 réponses ont été soumises en ligne, dont 96 % de la part de citoyens. Ces réponses alimenteront la réflexion en vue d’un nouveau cadre réglementaire.


    Source : agri.eu


    Link En savoir plus [EN]
    Link Agri.eu: consultation sur le secteur bio [EN]
    Link Consultation sur les produits biologiques


  7. €3,25 milliards mobilisés pour Mali
    2013-05-16
    Catégorie(s) : Archives, Politique de développement

    Des engagements financiers et promesses de dons pour un montant total de €3,250 milliards ont été annoncés par 108 pays et organisations internationales lors de la Conférence internationale des donateurs « Ensemble pour le renouveau du Mali », organisée par l’Union européenne et la France avec le Mali, qui s’est tenue le 15 mai à Bruxelles.
    Les engagements ont été faites sur la base du Plan pour la Relance Durable du Mali 2013-2014 (PRED) qui a été présenté par le gouvernement malien, et qui nécessité € 4,343 milliards nécessaires pour etre mis en œuvre.
    La Commission Européenne et les états membres se sont engagé a allouer €1,350 milliards, y compris €12 million d'aide humanitaire pour répondre aux besoins les plus urgents.
    Les dirigeants européens ont précisé, lors de la réunion à Bruxelles, que l'aide faisait partie de mesures plus vastes afin de stabiliser une région d'Afrique occidentale qui a subi à plusieurs reprises des crises alimentaires, une instabilité politique et des conflits armés. Le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, a auparavant mis en exergue la dimension régionale du conflit en déclarant : « À travers le Mali, se joue l'avenir de la sous-région et au-delà ».  « La guerre [au Mali] est en passe d'être gagnée et maintenant il faut gagner la paix », a-t-il ajouté.
    Dirk Niebel, le ministre allemand en charge du développement, a indiqué que son pays verserait au moins 100 millions d'euros d'aide au cours des deux prochaines années. Cette aide sera versée en plusieurs étapes si le Mali « continue de mettre en œuvre sa feuille de route [...] et si le processus de transition fonctionne bien », a-t-il poursuivi.
    Le Mali est au cœur de la crise de sécurité et de développement qui affecte la région du Sahel. Le Président malien par intérim et le gouvernement de transition se sont assignés les deux objectifs fondamentaux que sont le rétablissement de l’intégrité territoriale du pays et l’organisation d’élections libres et transparentes.

    Source : Commission Européenne, Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Euractiv: Les donateurs offrent au Mali plus de 3 milliards d’aide
    Link UE : stratégie commune de développement au Mali


  8. UE : Discussions sur la réforme de la politique de pêche
    2013-05-14
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Des négociations cruciales sur la réforme de la Politique européenne commune de la pêche (PCP) se sont ouvertes au deuxième jour (14 mai) de la réunion du Conseil Agriculture et pêche à Bruxelles.
    Un accord sur la réforme est actuellement entravé par la division entre le Parlement européen et le Conseil sur la question des rejets. Le Parlement demande que l’interdiction des rejets soit effective dès à présent et que toutes les réserves halieutiques soient ramenées à des niveaux durables d’ici 2020. Le Conseil des ministres (en particulier des États du Sud) est plutôt partisan d’une alternative moins radicale d’interdiction progressive, avec un niveau d’exemption de 9 % et un retour aux niveaux durables « dès que possible ».
    Le premier jour des négociations (13 mai), la discussion s’est focalisée sur l’aspect réglementaire de base de la politique et sur la réglementation du marché. Au terme des négociations, le 8 mai 2013, un accord global a été atteint entre le Parlement européen et le Conseil sur les dernières questions en suspens. Un projet d’accord a été obtenu afin d’élargir la portée de l’information obligatoire sur l’équipement utilisé pour la pêche à capture sauvage et de déterminer de manière plus détaillée la zone de prise.
    Un accord sur la réforme faisait partie des priorités de la présidence irlandaise de l’UE.

    Source : Conseil de l'Union européenne, European Voice


    Link En savoir plus [EN]
    Link La Lituanie se prépare à la présidence du Conseil de l’UE
    Link EuropeanVoice: Réforme de la PCP pourrait être retardée de plusieurs années [EN]


  9. UE : Le Conseil souhaite un compromis sur la PAC d’ici juin
    2013-05-14
    Catégorie(s) : Agriculture

    Les ministres européens de l’agriculture et de la pêche sont disposés à parvenir à un compromis avec le Parlement européen et la Commission sur la réforme de la Politique agricole commune (PAC) avant la fin du mois de juin. C’est ce qui ressort de la réunion du Conseil Agriculture et pêche du 13 mai dernier à Bruxelles.
    Ils sont disposés à discuter des questions en suspens telles que la nature volontaire ou obligatoire d’un système en faveur des jeunes et petits agriculteurs, ainsi que de la proposition de la Présidence de liste négative commune de critères d’exclusion de bénéficiaires potentiels dans le cadre du chapitre sur les paiements directs.
    En ce qui concerne les exigences pour les agriculteurs actifs, plusieurs délégations pourraient envisager la proposition de la Présidence en faveur d’une liste négative commune de critères d’exclusion de bénéficiaires potentiels si les États membres avaient la possibilité d’adapter la liste aux besoins nationaux. Cependant, certains États membres ont réitéré leur opposition à une liste négative obligatoire.
    Bien que les vues divergent sur la nature volontaire ou obligatoire du système en faveur des jeunes agriculteurs et des petits agriculteurs, certains États membres ont exprimé leur flexibilité face à ces questions.
    En mars, le Conseil est parvenu à un accord sur une approche générale sur la réforme de la PAC, qui a permis l’ouverture des négociations entre le Conseil, le Parlement et la Commission. Douze trilogues ont eu lieu depuis de début des négociations. Le Parlement européen a voté cette position en première lecture du paquet de réformes de la PAC le 13 mars 2013.

    Source : Conseil de l’Union européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link PE : Nouvelle politique agricole européenne votée
    Link Plus sur la politique agricole commune


  10. La Lituanie se prépare à la présidence du Conseil de l’UE
    2013-05-14
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Politique ACP-UE

    La Lituanie, le petit pays balte qui prendra la tête de la présidence tournante du Conseil de l’UE le 1er juillet, devra traiter des dossiers extrêmement lourds, comme l’adoption de plusieurs textes de loi nécessaires à la mise en œuvre du budget de l’UE pour les sept prochaines années et, probablement, la cloture du dossier de la reforme de la politique commune de la pêche (PCP).
    Le gouvernement lituanien a organisé une réunion conjointe avec la Commission européenne à Bruxelles hier (24 avril), afin d’adopter une position commune en amont de la première présidence du pays.
    La Lituanie, qui compte 3,2 millions d'habitants, sera suivie de la Grèce, un pays quatre fois plus grand, qui hérite d'une présidence en période électorale, lorsque moins de décisions sont prises.
    Reste à savoir si la présidence irlandaise actuelle sera en mesure de clôturer le budget de l'UE pour 2014-2020 avant la fin de son mandat. Même dans un tel cas de figure optimiste, la Lituanie devra mener l'adoption en codécision d'environ 70 textes de loi qui visent à mettre en œuvre le budget de l'UE et à distribuer les financements européens.
    De plus, il ya des doutes si la future présidence de la Lituanie aurait les ressources et l'expérience nécessaires pour fermer le dossier controversé de la réforme de la politique commune de la pêche (PCP).
    Un accord sur la réforme est actuellement bloqué à cause d'une division entre le Parlement européen et le Conseil sur le thème des rejets. Les Parlements demande l'interdiction totale des rejets de en commençant immédiatement, et exige que tous les stocks de poissons reviennent aux  niveaux durables d'ici 2020, tandis que le Conseil des ministres (en particulier les États du Sud) préfèrent une alternative beaucoup plus faible, avec une interdiction progressive et une exemption de 9%, et un retour à des niveaux soutenables "dès que possible".
    Source : Euractiv


    Link En savoir plus
    Link EuropeanVoice: Réforme de la PCP pourrait être retardée de plusieurs années [EN]


  11. L’UE s’engage dans la lutte contre le paludisme
    2013-05-13
    Catégorie(s) : Archives

    L’UE poursuivra la lutte contre le paludisme, a déclaré le commissaire européen au développement Andris Piebalgs à l’occasion de la Journée mondiale contre le paludisme, le 25 avril dernier.
    En plus des instruments individuels, la Commission européenne contribue au Fonds mondial, une institution internationale de financement rassemblant gouvernements, société civile et secteur privé afin d’attirer et de répartir les ressources pour la prévention et le traitement du VIH et du Sida, de la tuberculose et du paludisme.
    « Depuis sa création en 2002, le Fonds mondial a soutenu plus de 1000 programmes dans 151 pays. Il a fourni 310 millions de moustiquaires traitées à l’insecticide à placer au-dessus des lits pour prévenir les infections », a poursuivi le commissaire.  
    Les décès causés par le paludisme ont chuté de 25 % depuis 2000. Actuellement, environ 660 000 personnes meurent chaque année du paludisme.
    Le paludisme est causé par des parasites transmis aux humains par les piqûres de moustiques infectés.
    La moitié de la population mondiale risque d’être infectée. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la plupart des cas et des décès sont enregistrés en Afrique sub-saharienne.

    Source : The Parliament


    Link En savoir plus
    Link UE-OMS: contre le paludisme en Afrique
    Link VIDEO: Contre le paludisme en Afrique


  12. L’UE réfléchit à une loi sur la biopiraterie pour protéger les populations autochtones
    2013-05-13
    Catégorie(s) : Environnement, Développement rural

    Le Parlement européen débat d’un projet de loi sur la biopiraterie qui contraindra l’industrie à demander l'accord écrit des populations autochtones ou locales avant d'explorer les ressources génétiques de leur région ou d'utiliser leur savoir-faire traditionnel et des les dédommager si elle utilise le savoir-faire local  à des fins commerciales.
    Selon le projet du Parlement, les autorités concernées pourraient sanctionner les entreprises qui n'appliquent pas ce principe, afin de protéger les intérêts locaux de l'attitude dominante des grandes entreprises européennes.
    Le projet de loi s'appuie sur le protocole de Nagoya, une convention internationale relative à l'accès à la biodiversité, l'industrie pharmaceutique. Entre autres, le protocole prévoit que : les États ont des droits souverains sur leurs ressources biologiques; l'accès aux ressources génétiques et à la technologie ainsi que leur partage sont de ce fait indispensables; et les avantages découlant de l'utilisation de ressources génétiques doit être partagée de manière juste et équitable avec le pays qui fournit les ressources. Seuls 16 pays ont ratifié le protocole de Nagoya. Quelque 24 États membres de l'UE ont signé la convention, mais doivent encore la ratifier. Lorsque ce sera le cas, le protocole de Nagoya devrait bientôt atteindre les 50 signataires nécessaires à son entrée en vigueur.
    Le Conseil de l'Union européenne discutera des amendements du Parlement au cours des mois prochains.


    Source : Euractiv


    Link En savoir plus
    Link Plus sur le protocole de Nagoya
    Link PE protège les ressources génétiques dans les pays en développement


  13. Projet de taxe Tobin contesté par l’Italie et le Royaume-Uni
    2013-05-08
    Catégorie(s) : Politique de développement

    La proposition d’introduire une taxe sur les transactions financières (TTF), ou taxe Tobin, dans un certain nombre d’États membres d’ici janvier 2014 est sous pression, car l’Italie souhaite modifier en profondeur ce projet et le Royaume-Uni a lancé un recours auprès de la Cour de justice de l’Union européenne.
    Dans un communiqué du 20 avril, Ferdinando Nelli Feroci, le représentant permanent de l’Italie auprès de l’Union européenne, a déclaré : « Les transactions sur les obligations d'État devraient être exclues des instruments imposés dans la proposition de taxe Tobin. » Il a déclaré qu'il s'agissait d'une limite à ne pas dépasser et d'une question que l'Italie ne veut pas négocier.
    Dans le même temps, la Grande-Bretagne a posé un autre obstacle éventuel avec son recours juridique contre la coopération renforcée lancé 19 avril. Le « principe du lieu d’émission » signifie qu'une transaction sera imposée partout et à tout moment tant que les instruments financiers sont émis dans l'un des onze pays. Cette proposition est destinée à éviter que les échanges ne passent de la « zone TTF » vers Londres ou ailleurs. Elle renforce aussi un « principe de résidence » précédent qui indique que si l'une des parties à la transaction est établie dans l'un des onze pays, la taxe sera due, indépendamment de l'endroit où la transaction aura lieu. George Osborne, le ministre des finances britannique, a déclaré qu'une plainte formelle a été déposée devant la Cour de justice de l'Union européenne. « Nous pensons que la taxe sur les transactions financières proposée par la Commission européenne n'est pas adéquate pour la Grande-Bretagne », a-t-il déclaré à la BBC.
    Onze pays, dont l'Italie, ont demandé ce projet à l'aide d'une « coopération renforcée » et ils représentent deux tiers de la production économique de l'UE. Ils avaient déjà convenu de poursuivre volontairement une taxe après le refus des 16 autres États membres de soutenir une première proposition à l'échelle de l'UE. Les organisations d’aide au développement ont invité la Commission européenne à allouer 10 % des revenus de la taxe « au bénéfice des populations mondiales les plus pauvres ».

    Source : Euractiv  


    Link En savoir plus
    Link 10% des TTF pour le développement ?


  14. Malawi : 30m € pour l’accès à l’eau
    2013-05-08
    Catégorie(s) : Politique de développement

    L’Union européenne et l’UNICEF ont annoncé un programme de 30 millions € en soutien au Malawi dans ses efforts vers l’objectif du Millénaire pour le développement (OMD) concernant l’eau et l’assainissement.
    Le nouveau programme bénéficiera à 15 districts et 7 villes avec un accès limité à l’eau et aux installations sanitaires. Il aidera à construire 500 nouveaux points d’eau, infrastructures d’eau et installations sanitaires dans les centres de santé, à promouvoir l’hygiène dans les écoles et à former des comités locaux à gérer eux-mêmes les infrastructures d’eau.
    La contribution du Fonds européen de développement est de 24 millions €, contre 6 millions € de la parte de l’UNICEF
    Le Malawi a enregistré une augmentation globale de l’accès à une eau sûre, de 41 % (en 1990) à 83 % (en 2010). L’accès aux services d’assainissement de base atteignait 70 % en 2010 au sein de la population totale du Malawi, contre 39 % en 1990.
    L’OMD concerné vise à réduire de moitié, d'ici à 2015, le pourcentage de la population qui n'a pas d'accès à un approvisionnement en eau potable ni à des services d'assainissement de base.

    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link L'UE et la FAO soutient la nutrition et à la sécurité alimentaire au Malawi
    Link Plus sur l'objectif OMD sur l'accès à l'eau et hygiène


  15. Somalie: aide de l’UE en faveur de la justice et de la police
    2013-05-08
    Catégorie(s) : Politique de développement

    Andris Piebalgs, commissaire européenne au développement, a annoncé le 7 mai que l'Union européenne allait renforcer à concurrence de 44 millions d’euros son aide en faveur du système judiciaire et des forces de police en Somalie. Cet engagement a été pris à l’occasion de la conférence pour la Somalie, organisée à Londres en vue d’aider le gouvernement somalien à reconstruire le pays après vingt ans de conflit.
    Cette enveloppe de 44 millions d’euros sera utilisée pour renforcer la gouvernance, notamment la police et la justice. La moitié de ce montant sera consacrée à la réforme du secteur de la sécurité et, plus particulièrement, à la formation et à l'équipement des officiers de police et des corps judiciaires et pénitentiaires, entre autres.
    «En Somalie, comme partout ailleurs, il ne saurait y avoir de développement sans sécurité. Quelques progrès encourageants ont été constatés sur l'année écoulée. Le gouvernement fédéral a étendu son autorité à de nouveaux territoires et les personnes déplacées peuvent regagner leur foyer», a déclaré le commissaire Piebalgs.
    La conférence pour la Somalie est l'un des divers événements qui émailleront l'année 2013 pour renforcer la stabilité et la sécurité dans le pays, parmi lesquels une conférence consacrée au «New Deal» pour l'engagement dans les États fragiles et au «pacte de transition» de la Somalie, à savoir le plan de reconstruction du pays, qui sera accueillie par l’UE en septembre.
    L’UE est un partenaire de longue date de la Somalie. Depuis 2008, elle lui a fourni une aide de plus de 1,2 milliard d'euros pour répondre aux besoins fondamentaux de la population et améliorer la sécurité. L’UE apporte un soutien particulièrement actif à l’AMISOM, une mission conduite par l'Union africaine, sur mandat du Conseil de sécurité des Nations unies.

    Source : Commission Européenne


    Link En savoir plus
    Link UE : € 33m pour renforcer la sécurité en Somalie
    Link Van Rompuy : « L’UE soutiendra la Somalie »


  16. L'UA et l'UE vont renforcer leurs liens économiques et commerciaux
    2013-05-07
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Lors de la 6e réunion de collège à collège entre l'Union africaine (UA) et la Commission européenne (CE), qui s'est tenue ce 26 avril à Addis-Abeba, les commissaires des deux parties se sont penchés sur des questions relatives au commerce, aux infrastructures, aux matières premières, à la bonne gestion de l'imposition et à l'intégration régionale. L'UE et l'Afrique vont unir leurs efforts pour tenter de parvenir à un accord, lors de la prochaine réunion de l'OMC à Bali, sur la facilitation du commerce et éventuellement sur d'autres mesures telles que la sécurité alimentaire.
    Les commissaires De Gucht a insisté sur les bénéfices économiques importants qui résulteraient de la facilitation du commerce, tant pour le commerce intra-africain que pour les échanges entre l'Afrique et l'UE, et sur le coût des mesures nécessaires à l'introduction de cette disposition en Afrique.
    Concernant les négociations sur les Accords régionaux de Partenariat économique, l'UE et les pays d'Afrique vont intensifier le dialogue politique afin de les conclure dès que possible. L'agenda en la matière prévoit la visite prochaine à Bruxelles du vice-président de la CUA et de représentants des Comités économiques régionaux africains ainsi que deux voyages du Commissaire De Gucht en Afrique.
    En ce qui concerne les infrastructures, le Commissaire Ibrahim a entamé une discussion sur le Programme de l'UA pour le Développement des infrastructures en Afrique.
    Les mesures de suivi comprennent un atelier UA-UE, organisé ce 19 juin à Lusaka, sur la gestion des marchés communs pour l'est et le sud de l'Afrique ainsi qu'un séminaire UA-UE sur les questions relatives au marché interne.

    Source : All Africa


    Link En savoir plus [EN]
    Link La Commission européenne rencontre sa "sœur" africaine


  17. Parlement européen : adoption de la liste noire sur la pêche
    2013-05-07
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    La liste noire - telle que proposée par la Commission européenne - des pays ne coopérant pas à la lutte contre la pêche illicite, non réglementée et non déclarée (INN) a été approuvée ce mercredi 24 avril par la Commission de la pêche du Parlement européen. Elle comprend huit pays : Le Belize, le Cambodge, les Fidji, la Guinée, le Panama, le Sri Lanka, le Togo et le Vanuatu.
    Parallèlement, les eurodéputés ont adopté une nouvelle procédure qui permettra à la Commission européenne d'ajouter d'autres pays à la liste existante, en incluant les noms des navires impliqués, et de publier cette dernière.
    Le 15 novembre, la Commission européenne avait voté une Décision stipulant que les 8 pays présentant les moins bons résultats en termes de lutte contre la pêche illicite risquaient d'être identifiés comme des pays ne coopérant pas à la lutte contre la pêche illicite, non réglementée et non déclarée (INN).
    Cette décision était la première du genre, mais n'a pas donné lieu à des mesures entravant les échanges commerciaux.
    Cependant, si la situation ne s'améliore pas, les responsables européens pourraient prendre d'autres dispositions susceptibles cette fois d'affecter les échanges, comme l'interdiction de vendre des produits de la pêche à l'Union européenne.

    Source : European Voice


    Link En savoir plus [EN]
    Link Guinée, Togo, Fiji: la carte jaune pour manque de coopération contre la pêche INN
    Link Pêche illicite – projet de déclaration conjointe avec le Canada


  18. PE félicité pour les directives de transparence concernant l'industrie extractive
    2013-05-06
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le Centre africain de Politique énergétique (ACEP) a félicité le Parlement européen pour avoir passé les Directives de Transparence de l'Union européenne concernant l'industrie extractive.
    D'après une déclaration signée par le Directeur exécutif de l'ACEP, Mohammed Amin Adam, cette décision est une preuve solide de la volonté croissante des dirigeants mondiaux d'élargir l'horizon de la gestion démocratique des ressources naturelles, en particulier en Afrique et dans les pays en développement. Les directives européennes pourraient faciliter un changement de paradigme, en passant de la mauvaise gestion et de la corruption des ressources à la transformation durable des ressources naturelles afin de parvenir à des résultats concrets en matière de développement, souligne la note de l'ACEP.
    Toutefois, l'ACEP a fait observer que certains pays d'Afrique riches en ressources n'ont toujours pas rejoint ce mouvement de transparence, qui se développe dans le monde entier, et continuent d'introduire des mesures visant à créer des sociétés d'élite dont le comportement est mu par la cupidité et la défense d’intérêts particuliers.
    Le 9 avril 2013, les États membres de l'Union européenne, le Parlement et la Commission ont convenu d'adopter les Directives comptables et de Transparence. Les Directives imposent aux sociétés pétrolières, gazières, minières et d'exploitation forestière de dévoiler annuellement les paiements qu'elles font aux gouvernements pour accéder aux ressources naturelles, et ce pour tous les pays dans lesquels elles sont actives. Les Directives européennes s'appliquent : à toutes les sociétés répertoriées dans les marchés financiers régis par l'Union européenne et actives dans l'industrie extractive ou la déforestation des forêts primaires ; à d'importantes sociétés extractives et d'exploitation forestière non répertoriées enregistrées en Europe ; enfin, à des sociétés apparentées d'un quelconque secteur, répertoriées en Europe ou de grande taille et non répertoriées, dont les filiales sont actives dans l'industrie extractive ou d'exploitation forestière.

    Source : Ghana Business News (GNA), All Africa


    Link En savoir plus [EN]
    Link AllAfrica: Résumé des directives [EN]
    Link Plus sur l'ACEP


  19. La Commission européenne rencontre sa "sœur" africaine
    2013-05-06
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Développement rural, Politique ACP-UE, Archives, Agriculture, Politique de développement, Changement climatique

    Les 25 et 26 avril, le Président de la Commission européenne José Manuel Barroso et six de ses collègues ont rencontré à Addis-Abeba (Éthiopie) leurs homologues de la Commission de l'Union africaine.
    Barroso était accompagné des Commissaires Andris Piebalgs (développement), Karel De Gucht (commerce), Kristalina Georgieva (Coopération internationale, aide humanitaire et réaction aux crises), Connie Hedegaard (action pour le climat), Dacian Cioloş (développement agricole et rural) et Algirdas Šemeta (fiscalité, douanes, audit et lutte antifraude)
    Il s'agit de la 6e réunion annuelle de collège à collège avec l'Union africaine, qu'un haut fonctionnaire européen a décrite comme l'"organisation sœur" en Afrique de la Commission européenne.

    La rencontre a eu lieu durant le 50e anniversaire de l'Organisation de l'Unité africaine, le prédécesseur de l'actuelle Union africaine, et visait à faciliter les préparations au 4e Sommet UE-Afrique, qui se tiendra en avril 2014 à Bruxelles.

    Source : Euractiv


    Link En savoir plus [EN]
    Link Plus sur l'Union Africaine


  20. Le Royaume-Uni supprime son aide à l'Afrique du Sud
    2013-05-06
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Politique de développement, Politique ACP-UE

    À partir de 2015, le Royaume-Uni supprimera son aide directe à l'Afrique du Sud, a annoncé la Secrétaire au Développement international Justine Greening lors d'une conférence des ministres et hommes d'affaires africains qui s'est tenue le 30 avril à Londres.
    À l'heure actuelle, le programme d'aide s'élève à 19 millions de livres sterling par an. Il vise à réduire le taux de mortalité maternelle et à encadrer les entreprises.
    Le Royaume-Uni envisage de réorienter dès 2015 sa relation avec l'Afrique du Sud et de la baser sur des échanges commerciaux mutuellement bénéfiques.  
    "L'Afrique du Sud a fait d'énormes progrès au cours des deux dernières décennies, au point de devenir le poumon économique de la région et le principal partenaire commercial du Royaume-Uni en Afrique [...]. Mes homologues sud-africains et moi-même reconnaissons que l'Afrique du Sud est à présent en mesure de financer son propre développement", aurait déclaré Greening.
    Le gouvernement sud-africain a critiqué son partenaire au développement à la suite de cette décision, affirmant ne pas avoir été consulté comme il se devait.

    Source : BBC


    Link En savoir plus [EN]
    Link APE UE-ACP : Document analytique sur la situation actuelle
    Link Accord commercial entre l’UE et l’Afrique australe : sur les rails


  21. L'UE doit abandonner progressivement les incitants pour les biocarburants
    2013-05-06
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Environnement

    La politique européenne en matière de biocarburants pourrait avoir des répercussions négatives sur les pays en développement en ce qui concerne l'accès au droit à l'alimentation, a déclaré ce 18 avril le Rapporteur spécial des Nations Unies pour le Droit à l'Alimentation Olivier De Schutter à l'intention des États membres de l'Union européenne et de la Commission européenne.
    De Schutter estime que la superficie des terres arables dans l'Union européenne est insuffisante pour cultiver toutes les matières premières nécessaires à la production de biocarburants conformes aux conditions de la Directive sur les Énergies renouvelables. Par conséquent, les États membres doivent confier la production de biocarburants à des pays en développement afin de pouvoir respecter les objectifs fixés. Cependant, les effets sur ces pays sont fortement négatifs et seraient même une entrave au respect du droit humain d'accéder à une alimentation adéquate.
    Selon le Rapporteur spécial, l'une des principales préoccupations est que la culture de matières premières (c'est-à-dire de matières premières agricoles comme le maïs, l'huile de palme ou le sucre de canne), nécessaires à la production de biocarburants, requiert d'importantes superficies de terres arables. Cette situation suscite l'apparition d'incitants pour les baux fonciers ou pour les acquisitions de terres dans certains pays, en particulier en Afrique subsaharienne où les droits des actuels cultivateurs sont souvent insuffisamment protégés. Olivier De Schutter souligne également que l'augmentation de la pression exercée sur les ressources en terres et en eau dans les pays en développement ne concerne plus uniquement les régions dédiées aux cultures énergétiques (des terres autrefois destinées à l'alimentation des hommes ou au fourrage servent dorénavant à la culture de biocarburants, leur vocation initiale étant alors modifiée).
    La recommandation principale dans ce domaine est de réduire et finalement de supprimer les incitants européens pour la production de biocarburants qui menacent le droit à l'alimentation - par exemple, les objectifs européens contraignants en matière d'énergies renouvelables dans les transports et les mandats nationaux pour les biocarburants.
    Une Directive CE (2009) a fixé des objectifs contraignants de consommation de 20 pour cent d'énergies renouvelables en général et de 10 pour cent d'énergies renouvelables dans le secteur des transports. En 2012, la Commission a proposé de plafonner la contribution de l'éthanol et du biodiesel dits de première génération à 5 pour cent de l'objectif du secteur des transports.
    Selon le Rapporteur spécial, cette démarche est considérée comme un pas dans la bonne direction. Dès lors, il a incité les députés européens et les États membres à éviter, dans l'actuel processus décisionnel, d'atténuer la portée des propositions ou d'ajouter de nouveaux incitants à la production de biocarburants.

    Source : Rapporteur spécial des Nations Unies pour le Droit à l'Alimentation


    Link En savoir plus [EN]
    Link En savoir plus sur la politique pour l' energie renouvelable
    Link Lire les arguments du Rapporteur [EN]


  22. UE : Solution nécessaire pour la réforme de la politique de la pêche
    2013-05-06
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Il est nécessaire de trouver rapidement une solution afin de faire progresser la réforme de la politique commune de la pêche (PCP), a annoncé ce 22 avril 2013 Maria Damanaki, Commissaire européenne en charge de la Pêche, aux gouvernements européens réunis dans le cadre du Conseil européen de la Pêche.
    La réforme est actuellement bloquée entre le Conseil des ministres et le Parlement européen en raison des questions relatives aux rejets de poissons. Les députés européens sont en faveur d'une interdiction totale du rejet d'ici 2015 pour tous les stocks de poissons.
    La Commissaire en charge de la Pêche soutiendrait largement la position du Parlement.
    Le président du Conseil des ministres de la Pêche, le ministre irlandais Simon Coveney, a fait savoir que les ministres européens faisaient tout pour parvenir à un accord avant la réunion du Conseil européen de la Pêche qui se tiendra en mai. Par ailleurs, il a affirmé qu'un compromis pourrait apparemment être trouvé dans certains domaines.

    Source : BBC


    Link En savoir plus [EN]
    Link Plus sur sur les décisions du Conseil [EN]
    Link Interdiction partielle de rejets de poissons critiquée



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Mme Isolina BOTO
Manager
Bureau du CTA/Bruxelles
39 rue Montoyer
1000 Bruxelles - Belgique
Tel: + 32 (0) 2 513 74 36; Fax: + 32 (0) 2 511 38 68
Courriel: boto@cta.int
Site Web: http://www.cta.int/
Blog de Bruxelles: http://bruxelles.cta.int/
Briefings de Bruxelles: http://bruxellesbriefings.net/

 

Rédacteur : Cristina Dobos (dobos@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2011 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1