Teknoloji Haberleri Teknoloji Blogu Internet Haberleri Defterdar | Bir Bilgenin Defteri HDFilmİzle Full HD izle Türkçe Dublaj izle
Weblog du Bureau de Bruxelles
Juin 2018
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles
Sujet: CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles
Date d'envoi: 2013-05-30 08:52:47
Publication #: 176
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : [30/05/2013]
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Principaux événements de la semaine 28/05/2013 - 02/06/2013
  2. Invité vidéo: M. Dieye, AGRHYMET (Niger)
  3. L’Europe doit s’adapter pour anticiper le changement climatique
  4. Faible soutien de l’UE au développement du secteur privé
  5. L’UE devrait placer l’Afrique au centre de son calendrier
  6. Ghana : Programme de soutien à la filière de la banane
  7. Recherche : l’aide au développement aux pays à revenus moyens
  8. UE : Le Conseil s’accorde sur une révision de la politique de la pêche
  9. Dominique : Programme de soutien à la filière de la banane
  10. UE : nouvelle réponse et stratégie sur le changement climatique
  11. Ministre angolais de la pêche : la Pologne, un vrai partenaire
  12. APE : « retour à la case départ »
  13. L’Allemagne: à jouer un rôle dans l’intégration des économies africaines
  14. Le premier thon durable des Fidji fait son entrée dans l’UE
  15. Affaires de défense commerciale à l’encontre l’UE
  16. Inquiétude des ONG concernant les négociations PCP
  17. L’aide mondiale est surévaluée


  1. Principaux événements de la semaine 28/05/2013 - 02/06/2013
    2013-05-29

    Conseil de l'UE:
    27-28 mai: Conseil des affaires étrangères

    Parlement européen:

    28 au 29 mai: Commission du commerce international
    Commission du développement Sous-comité des droits de l'homme
    29 au 30 mai: Commission des affaires étrangères
    29 au 30 mai: commission de l'environnement, santé publique et sécurité alimentaire
    29 au 30 mai: Commission de l'agriculture et du développement rural
    29 au 30 mai: Commission des pêches

    ACP:
    28 mai: Comité directeur sur le développement durable
    29 mai: Comité directeur ARIAL

    Autres:

    28 mai: Lancement du Rapport de Montpellier sur l'intensification durable

    Vous pouvez également nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.




  2. Invité vidéo: M. Dieye, AGRHYMET (Niger)
    2013-05-29
    Catégorie(s) : Développement rural, Changement climatique

    Dans le cadre de la coopération entre le Comité permanent inter-états de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) et le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA), l'expert de la communication et de l'information de AGRHYMET, Papa Oumar Dieye, a travaillé au bureau de CTA à Bruxelles pendant deux semaines.
    Son travail au Bureau du CTA à Bruxelles a été lié aux Briefings de Bruxelles, au service de nouvelles ACP-UE (brussels.cta.int) et autres outils de communication. Le stage s'inscrit dans le cadre d'un partenariat entre AGHRYMET et le CTA, qui vise à renforcer l'échange d’expériences et d'informations dans le domaine de l'agriculture et du développement rural. Le placement a été financé par la Banque africaine de développement (BAD), grâce au programme de soutien visant les institutions climatiques en Afrique - Programme d'appui aux institutions Africains du climat (ISACIP).
    AGHRYMET (agrhymet.ne) est une institution spécialisée du Comité permanent inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS), composé de 13 Etats membres: Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d'Ivoire, Gambie, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et Togo.

    Le Centre régional AGRHYMET vise à contribuer à l’ achèvement de la sécurité alimentaire, et l’augmentation de la production agricole, ainsi que à l’amélioration de la gestion des ressources naturelles, en fournissant de la formation et d'information pour les intervenants et partenaires du développement agro-écologie dans les pays membres du CILSS. Le centre dispose d'un statut international et est basée à Niamey, au Niger.


    Link Voir la vidéo
    Link Plus sur le CILSS
    Link Plus sur l'AGRHYMET


  3. L’Europe doit s’adapter pour anticiper le changement climatique
    2013-05-28
    Catégorie(s) : Environnement, Changement climatique

    Les viticulteurs européens devraient éventuellement cultiver d’autres types de raisins ou changer l’emplacement de leurs vignobles, voire délocaliser leur production vers d’autres régions dans certains cas. Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres illustrant la façon dont l’économie et la société européennes doivent s’adapter au changement climatique, comme le montre un nouveau rapport intitulé « L’adaptation en Europe » de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE).
    Alors que les efforts d’atténuation au niveau mondial doivent se poursuivre pour limiter la hausse de la température à 2° C, le rapport stipule qu’il est nécessaire de se préparer à une augmentation plus importante de la température et à d’autres changements climatiques. Cette préparation est nécessaire pour tenir compte, comme il se doit, des nombreuses incertitudes concernant les prévisions climatiques et socio-économiques.
    Ce rapport recommande une combinaison de différentes mesures – des mesures « grises » telles que les projets techniques et technologiques, des approches « vertes » fondées sur les écosystèmes et la nature, et des mesures « douces », telles que les politiques visant à modifier les approches de gouvernance. Selon le rapport, les projets d’adaptation les plus efficaces associent souvent deux ou plusieurs approches différentes.
    Fin avril, la Commission européenne a publié une  stratégie pour aider les 27 États membres de l’UE à « mieux se préparer » aux impacts du changement climatique. Les documents adoptés visent à garantir une coordination cohérente et améliorée de la réponse aux effets du changement climatique aux niveaux local, régional, national et de l’UE.

    Source : Agence européenne pour l’environnement.


    Link En savoir plus [EN]


  4. Faible soutien de l’UE au développement du secteur privé
    2013-05-28
    Catégorie(s) : Politique de développement

    En avril, un séminaire intitulé « Évaluation du soutien de l’Union européenne au développement du secteur privé dans les pays tiers » a montré qu’il reste encore beaucoup à faire pour maximiser l’impact des subventions de l’UE sur le terrain, étant donné que le lien est encore loin d’être établi entre le soutien de l’UE au développement du secteur privé, d’une part, et la réduction de la pauvreté et la création d’emplois, d’autre part.
    L’évaluation, sous forme d’une enquête auprès des représentants des délégations de l’UE et de visites dans les pays, concerne l’ensemble du soutien apporté sur la période 2004-2010, dans toutes les régions où l’UE a fourni des financements directs, qui se sont élevés à 2,4 milliards d’euros. La majeure partie de ces financements était consacrée aux domaines de la facilitation d’investissement et de l’accès au financement (23%), du soutien au budget par secteur (20%), de l’investissement et la coopération entre entreprises (19%). En revanche, les micro-entreprises n’ont reçu qu’un faible soutien (2%).
    Plus particulièrement, le rapport d’évaluation indique que « les représentants de la Commission n’avaient pas de conception claire et partagée de ce que représentait, ou devrait représenter, la valeur ajoutée de la Commission en matière de soutien au développement du secteur privé ».  Il déclare en outre que, même s’il existe un consensus général sur l’importance du secteur privé dans la création d’emplois, « les liens entre le soutien de l’UE au développement du secteur privé et la création d’emplois restent très ténus ». Par ailleurs, d’autres conclusions soulignent que « le manque d’informations disponibles entraîne une série de questions sur les mécanismes et les procédures de participation, de contrôle et de sélection, et sur le fait que la priorité soit donnée à l’efficacité énergétique plutôt qu’aux autres besoins de financement des PME [petites et moyennes entreprises] ».

    Source : Réseau européen sur la dette et le développement


    Link En savoir plus [EN]
    Link Lire re rapport d'évaluation [EN]
    Link La coopération de la Communauté européenne avec les pays tiers [EN]


  5. L’UE devrait placer l’Afrique au centre de son calendrier
    2013-05-28
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    La Chine et l’Afrique seront un moteur important de croissance économique au cours des 20 prochaines années et l’Europe devrait saisir l’occasion de s’engager stratégiquement avec eux. Elle ne devrait pas les considérer comme une menace, a déclaré Pascal Lamy, le directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le 15 mai à l’European Business Summit à Bruxelles.
    Lors de la présentation d'un nouveau rapport sur l'action extérieure de l'UE, réalisé par 16 groupes de réflexion européens, M. Lamy a précisé que 90 % de la croissance européenne au cours des dix prochaines années proviendrait de l’extérieur de l'Europe.
    L'UE ne devrait pas non plus mettre de côté l'Afrique, peut-on lire dans le rapport des groupes de réflexion.  « Aujourd'hui, l'Afrique est largement en dehors du calendrier des décideurs politiques et commerciaux européens », a déclaré M. Lamy avant de participer à l'European Business Summit à Bruxelles.
    Alors que la classe moyenne s'accroît, l'Afrique représente une opportunité économique importante pour l'Europe, a-t-il précisé. Il a mis en évidence le besoin pour les partenaires de l'UE d'arrêter de regarder le continent africain à travers les yeux de son héritage colonial. « Il y a encore de nombreuses choses à faire en Afrique en tant que partenaire de la croissance ». Il a mis en avant le commerce, mais également le climat et l'environnement.

    Source: Euractiv


    Link En savoir plus
    Link L’Europe: le partenaire commercial privilégié de l’Afrique
    Link APE : « retour à la case départ »


  6. Ghana : Programme de soutien à la filière de la banane
    2013-05-24
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Un nouvelle enveloppe de 7,2 millions d'euros a été débloquée au début du mois de mai dans l'État du Ghana (Afrique de l’Ouest), en vue de renforcer la production et l’exportation dans le secteur bananier. Ce train de mesures fait partie du programme de mesures d'accompagnement dans le secteur de la banane (BAM) de la Commission européenne.
    Dans le cadre de ce programme, dix pays ACP recevront au total 190 millions d’EUR sous la forme de mesures d’accompagnement entre 2010 et 2013.
    Ce programme vise à aider les États membres de l’ACP à s’adapter au nouveau régime bananier de l’UE après décembre 2009, moment où l’Union s’est accordée pour abaisser son taux douanier pour les bananes en provenance des pays d’Amérique latine, le taux dit de la nation la plus favorisée ou NPF (entraînant une baisse de la marge préférentielle dont bénéficiaient les pays ACP).  Cependant, les pays ACP se sont récemment plaints du fait que le programme n’avançait pas à rythme adapté.  
    Sur les 65.000 tonnes de bananes produites chaque année au Ghana, 50.000 tonnes environ sont exportées vers l’Union européenne, aux dires de l’ambassadeur de l’UE auprès du pays. Ce chiffre représente une hausse considérable par rapport aux 5.000 tonnes que le marché de l’Union a reçues du Ghana en 2005. La population totale du Ghana dépasse 24 millions.

    Source : business.myjoyonline.com; spyghana.com


    Link En savoir plus [EN]
    Link ACP: Prolongement de l’accès aux marchés de l’UE
    Link Exportation de bananes: l’UE à clarifier les mesures de soutien


  7. Recherche : l’aide au développement aux pays à revenus moyens
    2013-05-24
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE

    L’approche de « différenciation » proposée par l’UE aboutira à des coupes dans l’aide bilatérale sous forme de subventions pour 17 pays à revenu intermédiaire supérieur (PRIS) et deux pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure (PRII) à compter de 2014. Ces pays n’auront plus droit qu’aux fonds de programmes thématiques et régionaux.
    Cette politique devrait bouleverser la dynamique du développement international et de la coopération en altérant le volume des fonds, leurs modalités et les secteurs concernés.
    L’Afrique du Sud est tout particulièrement concernée par ce changement. La Commission avait initialement proposé que le pays soit exempté de la politique de différenciation. Cependant, une majorité des États membres font pression par le biais du Conseil des ministres pour que l’Afrique du Sud soit incluse dans la politique et perde dès lors son budget d’aide bilatérale sous forme de subventions. Dans l’intervalle, le Parlement européen a maintenu l’Afrique du Sud sur la liste des pays admissibles.
    L’Overseas Development Institute (ODI) – groupe de réflexion britannique travaillant sur les questions de développement international et d’aide humanitaire – a récemment publié un document proposant de concentrer la discussion sur ces points au niveau de l’étude de cas, à travers une analyse spécifique de l’Afrique du Sud. La méthodologie inclut 37 interviews et deux tables rondes privées avec des intervenants clés du gouvernement sud-africain, de l’UE, d’autres donateurs appartenant au Development Assistance Committee (DAC) du pays, des acteurs non étatiques et des universitaires. Ces événements se sont déroulés en Afrique du Sud et à Bruxelles entre novembre 2012 et mars 2013.


    Source: ODI


    Link En savoir plus [EN]
    Link Consulter la recherche [EN]
    Link Accord commercial entre l’UE et l’Afrique australe : sur les rails


  8. UE : Le Conseil s’accorde sur une révision de la politique de la pêche
    2013-05-24
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Le 15 mai, au terme de 36 heures de négociation, les 27 ministres de la pêche de l’Union européenne se sont mis d’accord sur un nouveau mandat afin de réformer la politique commune de la pêche (PCP), qui prévoit une interdiction des rejets à 5%.  
    L’objectif des 5% est inférieur à ce qui avait été convenu précédemment entre les ministres. Il concernerait le maquereau et le hareng d’ici à 2015 et d’autres espèces à partir de 2016. Cependant, d’autres espèces seront exemptées.
    Le nouvel accord attend à présent l’aval du Parlement européen. Les eurodéputés sont partisans d’une interdiction complète des rejets pour tous les stocks halieutiques d’ici à 2015.
    Selon la Commission, environ deux tiers des stocks européens sont actuellement pêchés au-delà des niveaux durables.
    Les ONG ne sont pas satisfaites du vote du Conseil : Greenpeace le juge décevant tandis qu’Oceana estime que les ministres ont certes réalisé des avancées mais sont passés à côté d’une réforme plus ambitieuse de la PCP.

    Source: Deutsche Welle; Greenpeace; Oceana


    Link En savoir plus [EN]
    Link Greenpeace: faible accord sur la réforme de la pêche de l'UE [EN]
    Link UE : Solution nécessaire pour la réforme de la politique de la pêche


  9. Dominique : Programme de soutien à la filière de la banane
    2013-05-24
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Politique ACP-UE

    Un nouveau programme de soutien à la filière de la banane doté de 15,4 millions d’euros (EC$54) a été lancé dans l’État caribéen de la Dominique. Ce train de mesures fait partie du programme de mesures d'accompagnement dans le secteur de la banane (BAM) de la Commission européenne.
    Dans le cadre de ce programme, dix pays ACP recevront au total 190 millions EUR sous la forme de mesures d’accompagnement à destination du secteur de la banane entre 2010 et 2013.
    Ce programme vise à aider les États membres de l’ACP à s’adapter au nouveau régime bananier de l’UE après décembre 2009, moment où l’Union s’est accordée pour abaisser son taux douanier pour les bananes en provenance des pays d’Amérique latine, le taux dit de la nation la plus favorisée ou NPF (entraînant une baisse de la marge préférentielle dont bénéficiaient les pays ACP). Cependant, les pays ACP se sont récemment plaints du fait que le programme n’avançait pas à rythme adapté. La population du pays ne dépasse pas les 72.000 personnes.

    Source : Whatsupcaribbean.com; Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link Un coup de main pour la Domenique grâce aux MAB
    Link Exportation de bananes: l’UE à clarifier les mesures de soutien


  10. UE : nouvelle réponse et stratégie sur le changement climatique
    2013-05-23
    Catégorie(s) : Environnement

    Le 27 avril, la Commission européenne a lancé à Bruxelles une stratégie afin d’aider les 27 États membres de l’UE à « mieux se préparer » à l’impact du changement climatique.
    Les documents adoptés visent à garantir une coordination cohérente et améliorée de la réponse aux impacts du changement climatique au niveau local, région, national et de l’UE.
    Connie Hedegaard, commissaire européenne en charge de l’action climatique, a déclaré : « La diminution des émissions de gaz à effet de serre demeure notre priorité afin de maintenir le réchauffement climatique en-dessous de 2 degrés Celsius et d’éviter tout changement climatique dangereux. Mais les impacts négatifs du changement climatique sont de plus en plus évidents aujourd’hui en Europe. L’adaptation à ces changements est l’un des défis majeurs du développement territorial en Europe. »
    Selon la stratégie présentée, l’UE se focalisera donc sur trois objectifs essentiels :
    1.    La promotion de l’action des États membres. La Commission devrait fournir des fonds aux États afin de développer leurs capacités d’adaptation et d’agir.
    2.    Mener à bien des actions de protection face au climat au niveau de l’UE en continuant à promouvoir l’adaptation dans des secteurs vulnérables tels que l’agriculture, la pêche et la politique de cohésion.
    3.    Garantir une prise de décision mieux informée en remédiant aux lacunes de connaissances sur l’adaptation et en poursuivant le développement de la plate-forme européenne d’adaptation au climat (Climate-ADAPT) comme point unique d’information sur l’adaptation en Europe.
    Approximativement la moitié des États membres disposent de plans d’adaptation et certains ont commencé à agir, bien que tous les pays aient encore du pain sur la planche, comme le montrent les données de l’Agence européenne de l’environnement.

    Source : Commission européenne, The Parliament


    Link En savoir plus [EN]
    Link Plus sur la stratégie d'adaptation de l'UE


  11. Ministre angolais de la pêche : la Pologne, un vrai partenaire
    2013-05-23
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Commerce ACP-UE

    État membre de l’UE, la Pologne est un partenaire idéal dans le développement du secteur angolais de la pêche, a déclaré Victória de Barros Netob, ministre angolaise de la pêche, le 7 mai après une visite officielle de trois jours de la secrétaire d’État aux affaires étrangères Beata Stelmach.
    La Pologne pourrait aider le secteur local de la pêche sur les questions de recherche marine, la formation des cadres et la création de capacités sur les questions des chantiers navals, étant donné les capacités techniques et l’expérience du pays.
    La Pologne finance l’académie de la pêche, déjà dans sa deuxième phase de construction et d’équipement dans la province de Manibe.

    Source : Angola Press (http://www.portalangop.co.ao)


    Link En savoir plus [EN]
    Link Négociation d’amendements pour la convention ICCAT
    Link UE : Discussions sur la réforme de la politique de pêche


  12. APE : « retour à la case départ »
    2013-05-23
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Politique ACP-UE

    Pour l’économiste Paul Collier, codirecteur du Centre pour l’étude des économies africaines, il serait plutôt inconsidéré pour l’Afrique d’accorder un accès préférentiel à l’Europe. Au lieu de continuer à vouloir imposer des délais sur les APE, l’UE devrait repenser sa stratégie.
    L’Europe doit s’ouvrir à l’Afrique et les pays africains doivent s’ouvrir mutuellement leurs marchés. Entre les 55 pays du continent, les barrières au commerce sont importantes. Si l’Afrique devenait une zone de libre-échange, cela aurait également des avantages pour l’Europe. L’Afrique deviendrait plus riche et ouvrirait un marché important où l’Europe pourrait opérer plus facilement.
    Le Parlement européen a déterminé que les pays d’Afrique australe devraient ouvrir leurs marchés début 2014 : Tous les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) qui n’ont pas encore signé l’accord de partenariat économique (APE) doivent le faire avant le 1er octobre 2014. À défaut, ils ne pourront plus exporter vers la zone UE en exemption de taxes.
    Durant des décennies, les anciennes colonies européennes ont bénéficié d’un accès préférentiel aux marchés européens en vertu de divers accords commerciaux. Par exemple, en 1975, 79 pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (pays ACP) ont signé un accord commercial à Lomé, qui leur proposait un accès unilatéral au marché. Cependant, en 2000, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) l’a déclaré illégal. C’est là qu’est intervenu l’Accord de Cotonou. L’accord instaure cependant un nouveau système : les accords de partenariat économique (APE), qui permettent des accords commerciaux réciproques, impliquent que non seulement l’UE offre un accès exempt de taxes aux exportations ACP mais que les pays ACP fournissent également un accès exempt de taxes à leurs marchés. Depuis 2008, l’UE et les pays ACP négocient les APE.
    Pourtant, l’Organisation mondiale du commerce autorise un accès unilatéral au marché dans des cas exceptionnels. Cela s’applique aux pays les moins développés du monde, dont 34 sont situés en Afrique. Les pays moins développés (PMD) ACP sont couverts par le règlement « Tout sauf les armes », en vertu duquel ils ne subissent aucune conséquence s’ils ne signent pas l’accord de libre-échange avec l’UE et peuvent continuer à exporter tous les produits sauf des armes en exemption de taxes dans l’UE. Mais les pays qui ne sont pas des PMD sont contraints à signer les APE d’ici 2014. À défaut, les pays plus développés comme le Kenya, le Ghana, le Cameroun et le Botswana perdraient leur accès privilégié aux marchés de l’UE.
    Néanmoins, Collier est convaincu que l’interprétation par l’UE des règles de l’OMC, sur la base desquelles les APE sont fondés, est trop stricte. Il souligne que depuis 2000, les États-Unis ont autorisé un accès exempt de taxes à de nombreux produits d’Afrique, en vertu de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA) et que l’OMC n’est jamais intervenue.
    De plus, au sein de l’UE, même le conseiller de la Chancelière allemande Angela Merkel en charge des affaires africaines, Günter Nooke, a ses doutes : « Je pense que nous devons retourner à la case départ », aurait-il déclaré.

    Source : Deutsche Welle


    Link En savoir plus [EN]
    Link L’UE impose un délai en vue des APE
    Link Le Danemark demande à la CAE de conclure le pacte avec l'UE


  13. L’Allemagne: à jouer un rôle dans l’intégration des économies africaines
    2013-05-21
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    L’Allemagne souhaite investir en Afrique, a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, à la fin du mois d’avril, lors d’une visite en Afrique du Sud qui faisait partie de l’approche stratégique allemande pour trouver des opportunités sur le continent (y compris dans les sciences et la recherche).
    M. Westerwelle a ajouté que l’Allemagne souhaitait jouer un rôle dans l’intégration des économies africaines et contribuer à faire en sorte que le continent résolve ses défis de leadership à sa façon. Selon lui, l’investissement est la « réponse la meilleure et la plus durable » à l’intégration de économies africaines entre elles et avec l’Allemagne.
    L’Allemagne est le troisième plus grand partenaire commercial de l’Afrique du Sud et le deuxième investisseur dans le pays. Elle est également le troisième plus important marché du tourisme pour l’Afrique du Sud. Le commerce entre les deux nations est actuellement évalué à près de 14 milliards d’euros.
    Les deux pays coopèrent dans les domaines de la science et de la technologie ainsi que dans les secteurs de la santé, des technologies de l’information et de la communication et de l’énergie. Ils ont également lancé le partenariat Year of Science en Afrique du Sud l’année dernière. Durant sa visite en Afrique, M. Westerwelle a aussi visité le Ghana et le Mozambique.
    La zone euro et d’autres pays occidentaux envisageraient d’investir en Afrique, où les rendements restent élevés. Par exemple, avec 6 % d’intérêts l’an dernier, les obligations libellées en euros en Zambie ont rapporté davantage que n’importe quel instrument de dette émis par un gouvernement occidental ces dernières années.

    Source : Business Day (South Africa)


    Link En savoir plus sur SOS-Faim


  14. Le premier thon durable des Fidji fait son entrée dans l’UE
    2013-05-21
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    À compter du mois de juin, le premier thon labellisé comme durable des Fidji, plus précisément le germon, sera disponible sur le marché européen. La gamme de thon a été accréditée depuis décembre 2012 avec la certification MSC, offrant ainsi aux détaillants la certitude des qualifications de durabilité de la pêche. Le Marine Stewardship Council (MSC) est le principal programme de certification et éco-labellisation du monde pour les fruits de mer durables.
    La pêche à la palangre du germon des Fidji opère dans le sud de l’océan Pacifique au sein de la zone d’exclusion économique des Fidji. Pendant trois ans, les membres de la Tuna Boat Owners Association des Fidji ont œuvré pour être conformes à la norme MSC pour la pêche durable. L’association a expliqué que la pêche à la palangre du germon des Fidji a notamment réduit son impact sur l’environnement et généré de l’emploi pour la population des Fidji.
    Le thon sera mis en vente surgelé et frais.

    Source : islandsbusiness.com


    Link En savoir plus sur SOS-Faim


  15. Affaires de défense commerciale à l’encontre l’UE
    2013-05-21
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Selon le dernier rapport annuel sur la défense commerciale de la Commission européenne, plus de 130 actions en défense commerciale intentées par des pays non-UE à l’encontre d’exportations européennes ont été enregistrées pour 2012.
    La défense commerciale représente la protection de la production contre les distorsions concernant le commerce international. L’instauration de droits antidumping et compensateurs fait partie des mesures pouvant être prises afin de défendre le commerce. L’Organisation mondiale du commerce établit le cadre mondial pour les règles en la matière.
    2012 a vu une stabilisation du nombre total d’affaires par rapport aux deux années précédentes, mais a connu une montée en flèche des nouveaux cas vers la fin de l’année. Par conséquent, l’année dernière, huit affaires de moins ont été enregistrées que l’année d’avant, mais toujours quinze de plus qu’en 2010.
    La Commission a renforcé son contrôle des actions de défense commerciale intentées par les pays non-UE l’année dernière. En 2012, l’Inde, avec 21 affaires contre l’UE, était le principal utilisateur de la défense commerciale à l’encontre de l’UE ou de ses États membres, dépassant les États-Unis, leader historique (18 affaires). La Chine est arrivée en troisième place avec 16 affaires, alors que l’Indonésie a lancé le plus de nouvelles enquêtes.

    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link Plus sur la défense commerciale


  16. Inquiétude des ONG concernant les négociations PCP
    2013-05-21
    Catégorie(s) : Pêche Régionale

    Les ONG s’inquiètent du risque que les négociations PCP prennent du retard ou échouent.
    BirdLife Europe, BirdWatch Ireland, Greenpeace, NEF (New Economics Foundation), Oceana, OCEAN2012 et le WWF ont publié une déclaration commune suite à une réunion avec Simon Coveney, ministre irlandais de la Pêche et président du Conseil de la pêche de l’UE, déclarant que des pays dont la France, l’Espagne, la Pologne, la Lituanie, la Grèce et la Roumanie s’opposent aux efforts pour trouver un terrain d’entente avec le Parlement européen sur des questions clés telles que la gestion des flottes et les rejets.

    Les groupes expliquent que Coveney ne doit pas céder devant cette « myopie », mais qu’il devrait au contraire redoubler d’efforts pour obtenir l’accord de tous les ministres de la pêche pour une réforme ambitieuse.
    Selon eux, le seul point sur lequel le Conseil exprime actuellement sa volonté de compromis avec le Parlement est le sujet de la reconstitution des réserves à des niveaux capables de supporter un rendement durable maximum.
    La dernière réunion du Conseil sur l’agriculture et la pêche tenue à Bruxelles les 14 et 15 mai s’est conclue sur l’adoption d’un mandat revu en vue de faciliter la prochaine étape des négociations entre la présidence irlandaise et le Parlement européen sur la réforme de la politique commune de la pêche. Le Commissaire Damanaki a déclaré : « Le Conseil a fait un bon pas en avant et a réellement tenté de se rapprocher de la position du Parlement européen afin d’atteindre un compromis. Je pense qu’un accord est possible et j’espère que nous pourrons finaliser un accord en première lecture sous la présidence irlandaise. »

    Source : worldfishing.net


    Link En savoir plus sur SOS-Faim


  17. L’aide mondiale est surévaluée
    2013-05-21
    Catégorie(s) : Politique de développement, Efficacité Aide

    L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a admis devoir revoir intégralement son évaluation des chiffres de l’aide internationale à l’échelle mondiale après avoir été critiquée pour l’avoir surévaluée de plusieurs milliards de dollars chaque année.
    La non-prise en compte des remboursements d’intérêts que les donateurs perçoivent des pays en développement fait gonfler la valeur des prêts d’aide publique au développement (APD) de 5 milliards de dollars (3,8 milliards d’euros) chaque année, d’après l’analyse de Development Initiatives (DI), un groupe de recherche indépendant basé à Bristol.
    Certains donateurs, dont le Japon et l’Allemagne, reçoivent annuellement des centaines de millions de dollars en intérêts sur les fonds qu’ils mettent à disposition, a indiqué DI.
    Les chiffres nets de l’APD sont obtenus en soustrayant les remboursements des bénéficiaires, mais, selon les règles actuelles de l’OCDE, ils ne tiennent compte que des remboursements en principal. Les remboursements d’intérêts sont enregistrés uniquement comme poste pour mémoire dans les statistiques de l’OCDE.
    Le Japon, par exemple, reçoit actuellement plus des pays en développement qu’il ne leur donne si les remboursements d’intérêts (au total 2,6 milliards de dollars en 2011) sont pris en considération. L’Agence japonaise de coopération internationale (Jica) souligne que le Japon a consenti un grand nombre de prêts par le passé et reçoit d’importants remboursements d’intérêts de ce fait.
    Tous les donateurs n’accordent pas de prêt. Cependant, depuis 2007, la croissance des prêts d’APD a dépassé celle de l’APD générale. Le Royaume-Uni accorde des subventions, bien que d’aucuns prêtent au gouvernement britannique l’intention de mettre sur pied une banque de développement bilatérale afin d’également accorder des prêts.
    La question de la définition de la concessionnalité fera l’objet d’une réunion à Paris en juin, rassemblant le FMI, la Banque mondiale et les donateurs et les bénéficiaires de l’assistance.

    Source : Euractiv


    Link En savoir plus sur SOS-Faim



===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Mme Isolina BOTO
Manager
Bureau du CTA/Bruxelles
39 rue Montoyer
1000 Bruxelles - Belgique
Tel: + 32 (0) 2 513 74 36; Fax: + 32 (0) 2 511 38 68
Courriel: boto@cta.int
Site Web: http://www.cta.int/
Blog de Bruxelles: http://bruxelles.cta.int/
Briefings de Bruxelles: http://bruxellesbriefings.net/

 

Rédacteur : Cristina Dobos (dobos@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2011 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1