Teknoloji Haberleri Teknoloji Blogu Internet Haberleri Defterdar | Bir Bilgenin Defteri HDFilmİzle Full HD izle Türkçe Dublaj izle
Weblog du Bureau de Bruxelles
Juin 2018
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal

Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 370
Sujet: CTA - Bulletin du Bureau de Bruxelles N° 370
Date d'envoi: 2013-09-02 11:13:35
Publication #: 184
Contenu:
CTA Newsletter
1

Ce blog partage des informations clé sur les programmes et évènements
ACP-UE à Bruxelles importants pour le développement agricole et rural des pays ACP.


Date : 02/09/2013
Bulletin du Bureau de Liaison du CTA à Bruxelles

Principaux évènements de la semaine.
  1. Principaux événements de la semaine 02.09.2013 - 08.09.2013
  2. Invité vidéo: Stefano Padulosi (Bioversity International)
  3. Les pays en développement priés d’interdire un pesticide toxique
  4. Des experts de l'UE aident le Nigeria se préparer aux futures inondations
  5. UE : €4m pour l’éducation des enfants touchés par les conflits
  6. Soutien de l’UE pour améliorer la sécurité en Afrique
  7. La Somalie à adopter un « New Deal »
  8. Prise de bec entre l’UE et les Îles Féroé
  9. La Commission adopte des mesures commerciales concernant les Îles Féroé
  10. Toujours en tête de l'aide au développement dans le monde, l'UE reste en deça de son objectif
  11. Swaziland : l’organe régional de l’UE injecte €1,8m pour les PME
  12. Les projets de l’UE en matière d’eau en Afrique subsaharienne, inefficaces?
  13. Zimbabwe : l’UE devrait revoir ses mesures restrictives
  14. L’Afrique du Sud: à convaincre l’UE des conclusions scientifiques sur ses agrumes
  15. Les États-Unis redoutent la concurrence de l’UE en Afrique
  16. L’UE appelle les nations africaines à proposer des conditions commerciales équitables
  17. L'ambassadrice du Lesotho appelle à des liens intra-ACP plus étroits
  18. Banque ACP : potentiel pour combler d’« immenses » lacunes de financement
  19. Résistance de la Namibie à l’APE: admirable mais intenable ?
  20. Premier essais de biocarburants issus des algues
  21. Feuille de route sur l’agriculture biologique dans l’UE


  1. Principaux événements de la semaine 02.09.2013 - 08.09.2013
    2013-09-02

    Parlement Européen :

    2 septembre: Commission de l'agriculture et du développement rural
    Commission des affaires étrangères
    5 septembre: Commission de la pêche
    Commission du commerce international

    Conseil de l'UE:

    8 septembre: Réunion informelle des ministres de l'Agriculture (AGRI)

    Commission européenne:

    5-6 Septembre: L'UE au sommet du G20

    ACP:


    2-6 septembre: ACP-CE-ONU-Habitat Conférence Internationale Tripartite
    6 Septembre: Groupe de travail Ad hoc sur les OMD post-2015

    Vous pouvez également nous suivre à travers notre nouveau group de Facebook CTABrussels ainsi que notre compte Twitter CTABruxelles pour recevoir les dernières informations UE-ACP.




  2. Invité vidéo: Stefano Padulosi (Bioversity International)
    2013-09-02
    Catégorie(s) : Agriculture

    Lors d’une interview accordée au CTA de Bruxelles après le Briefing de Bruxelles ‘Géographie de l’alimentation : refaire le lien avec l’origine dans le système alimentaire’, Dr. Stefano Padulosi, chercheur sur la commercialisation de la diversité à « Bioversity International », a souligné les éléments essentiels des espèces négligées et sous-utilisées pour le development de l’agriculture dans les pays en development.


    Link Voir la vidéo
    Link Plus sur le Briefing de Bruxelles sur les Produits Agricoles Traditionnels


  3. Les pays en développement priés d’interdire un pesticide toxique
    2013-08-30
    Catégorie(s) : Archives, Politique alimentaire

    L’organisation de l’ONU pour l’agriculture a exhorté les gouvernements des pays en développement à interdire un pesticide toxique, déjà proscrit dans l’UE. Cette demande fait suite à la mort d’une vingtaine d’enfants en Inde.
    Dans un communiqué du 30 juillet, l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) estime que le monocrotophos, un insecticide présent dans la nourriture d'une école indienne, « met souvent en péril la santé publique et l'environnement ».
    Vingt-trois écoliers ont trouvé la mort le 17 juillet après avoir mangé à la cantine un repas préparé avec de l'huile contenant des traces de ce pesticide..
    L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a prié l'Inde d'interdire la vente du monocrotophos en raison des risques pour la santé publique et la vie sauvage.
    Dans les pays moins développés, la mauvaise application d’engrais et de pesticides affecte la qualité des sols et les réserves d'eau souterraine. Et les agriculteurs qui ne portent pas de tenues de protection tombent malades.

    Du monocrotophos a été retrouvé dans la nourriture des enfants décédés à Bihar, en Inde. Ce pesticide est interdit entre autres aux États-Unis et dans l'UE. Il est toutefois largement disponible en Inde.
    Source : EurActiv


    Link En savoir plus
    Link Protection des abeilles : l’UE à interdire des pesticides


  4. Des experts de l'UE aident le Nigeria se préparer aux futures inondations
    2013-08-27
    Catégorie(s) : Archives

    Une équipe d'experts européens de la protection civile s’este rendue le 13 août au Nigeria pour recommander des mesures afin que le pays se prépare aux inondations et en atténue les conséquences. En 2012, de graves inondations ont ravagé le pays, et le risque de catastrophe d'une ampleur similaire est élevé.
    Le Nigeria ayant adressé une demande d'assistance au mécanisme européen de protection civile, l'équipe d'experts de la Commission européenne et de quatre États membres (Finlande, Allemagne, Pays-Bas et République tchèque) a décidé de mener une mission de dix jours à Abuja et dans les zones exposées aux inondations. Elle a conseillé les autorités nigérianes sur les mesures à prendre pour mieux préparer la population aux inondations et améliorer le système national de gestion des catastrophes.
    L'an dernier, le Nigeria a connu les pires inondations des 40 dernières années. Plus de deux millions de personnes ont été déplacées après la destruction des habitations et des terres agricoles. L'agence météorologique nigériane craint que des inondations tout aussi dévastatrices ne ravagent le pays en 2013.

    Le mécanisme de protection civile, qui est l'instrument de gestion des catastrophes de l'UE, participe aux actions de soutien en cas de catastrophes naturelles et causées par l'homme, ainsi qu'aux mesures de prévention.

    Source : Commission Européenne


    Link En savoir plus
    Link Plus sur le Centre de réaction d'urgence [EN]
    Link Le Nigeria demeure un partenaire clé de l’UE sur le continent africain


  5. UE : €4m pour l’éducation des enfants touchés par les conflits
    2013-08-27
    Catégorie(s) : Archives

    Le 20 août, la Commission européenne a décidé qu’elle attribuerait un nouveau fond de 4 millions d’euros aux pays en développement pour soutenir les enfants touchés par les conflits à travers l’éducation dans des situations d’urgence et de crise.
    Cette décision a été prise dans le contexte de l’Initiative de l’UE « Les enfants de la paix ». En tant que lauréat du prix Nobel de la paix en 2012, l’UE a convenu de consacrer le prix (presque 1 million d’euros) à des projets humanitaires aidant les enfants touchés par les conflits, dans le domaine de l’éducation. Les fonds du prix ont été complétés par des fonds du budget pour l’aide humanitaire de l’UE afin de fournir 2 millions d’euros en soutien spécifique aux enfants touchés par les conflits et les situations de crise (initiative de l’UE Les enfants de la paix).
    La nouvelle décision devrait continuer et développer cette initiative. Toutes les organisations humanitaires partenaires du Département de l’aide humanitaire et de la protection civile de la Commission européenne (ECHO) sont invitées à soumettre d’ici au 13 septembre 2013 des propositions en réponse à la décision, en vue d’actions humanitaires en soutien aux enfants touchés par les conflits.
    La Commission européenne estime que plus d’un milliard d’enfants vivaient dans des pays touchés par des conflits en 2009. L’UE soutient les enfants touchés par les conflits, notamment par des activités de protection de l’enfance, le soutien psycho-social, l’éducation aux risques posés par les mines et des actions contre le recrutement d’enfants soldats.

    Source: Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link Plus sur l'initiative de l'UE [EN]
    Link Lire la décision de la commission [EN]


  6. Soutien de l’UE pour améliorer la sécurité en Afrique
    2013-08-27
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE, Politique de développement

    Le 23 août, l’Union européenne (UE) a annoncé qu’elle fournirait 5,2 millions d’euros à la Commission de l’Union africaine (CUA) pour un exercice de test des forces militaires du continent, sous la direction de l’Union africaine.
    Le plan d’exercice – appelé « AMANI AFRICA II » – est présenté comme un facteur clé dans l’évaluation des progrès du continent dans l’opérationnalisation du projet pour la force en attente d’Afrique. La force en attente d’Afrique sera un organe militaire avec des civils et des représentants de la police, qui œuvrera en tant que corps permanent d’interposition et de maintien de la paix en Afrique, sous la direction de l’Union africaine.
    Le soutien de l’UE pour la planification et l’organisation de l’exercice couvrira les dépenses liées aux ressources humaines du programme, aux voyages et au transport, à la logistique et aux fournitures pour le siège de l’exercice final au Lesotho, ainsi que l’organisation d’ateliers.
    L’exercice AMANI AFRICA I a été mené en octobre 2010 à Addis-Abeba, en Éthiopie, dans le but d’« évaluer l’efficacité de la CUA dans l'utilisation de la Force en attente d’Afrique pour les opérations de soutien de la paix mandatées par l’UA ».

    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link Plus sur le projet [EN]


  7. La Somalie à adopter un « New Deal »
    2013-08-27
    Catégorie(s) : Politique de développement, Politique ACP-UE

    Le gouvernement fédéral de Somalie et l’UE co-organisent la Conférence sur le « New Deal » pour la Somalie à Bruxelles, le 16 septembre 2013. La conférence internationale avalisera la Convention pour le « New Deal » qui engagera les Somaliens et leurs partenaires internationaux envers un ensemble de priorités clés et un nouveau soutien pour la reconstruction du pays pour les 3 prochaines années.
    « La convention est conçue pour les états fragiles. C’est un document qui vise à donner au gouvernement [somalien] les moyens de concevoir des priorités pour rétablir les institutions dans le pays et permettant à la communauté internationale de s’engager elle-même à soutenir ces priorités », a déclaré Nick Westcott du Service européen pour l’action extérieure.
    La Haute Représentante et vice-présidente Catherine Ashton a déclaré que la situation en Somalie a changé au cours de l’année écoulée en particulier, avec une gouvernance émergente au niveau local. Elle voit la convention pour le New Deal comme le cadre d’action à la fois de la communauté internationale et de la Somalie au cours des trois prochaines années.
    Les priorités politiques, sécuritaires et de développement clés pour la Somalie seront également présentées à la communauté internationale au cours de la conférence. Elles sont guidées par les principes du New Deal pour les états fragiles (un cadre d’approche des situations fragiles) convenu à Busan (Corée du Sud) en 2011, où il a été avalisé par l’UE ainsi que par 36 pays, dont 18 pays fragiles, et 6 institutions internationales.

    Source : Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link La Somalie en tant que partie à l’Accord de partenariat ACP-UE
    Link Plus sur le 'New Deal' [EN]


  8. Prise de bec entre l’UE et les Îles Féroé
    2013-08-27
    Catégorie(s) : Pêche Régionale, Commerce ACP-UE

    Le gouvernement des Îles Féroé a réagi furieusement à la décision de l’UE d’interdire ses exportations de poissons au sein de l’Union, en raison des pratiques non durables du pays en matière de pêche des harengs. Le petit archipel, sous la souveraineté du Danemark, menace de compromettre les négociations multilatérales sur les attributions des quotas pour le hareng.
    Outre l’interdiction d’importation des harengs et maquereaux pêchés par les vaisseaux des Îles Féroé, ainsi que de tous les produits de la pêche contenant ou fabriqués à partir de ces poissons, les mesures de l’UE – adoptées le 20 août – incluent également des restrictions sur l’utilisation des ports européens pour les vaisseaux des Îles Féroé pêchant le hareng et le maquereau. Cela signifie que certains vaisseaux des Îles Féroé ne seront pas autorisés à amarrer dans les ports européens, sauf en cas d’urgence.
    L’UE déclare que les Îles Féroé se sont octroyé une augmentation de 229% de leurs quotas en harengs en Atlantique Nord-est, violant un accord de quotas passé lors du forum des États côtiers d’Atlantique Nord-est. Les membres du forum – la Norvège, la Russie, l’Islande, les Îles Féroé et l’UE, - ont géré conjointement le stock de harengs atlanto-scandiens jusqu’à cette année.
    Le Premier ministre des Îles Féroé, Kaj Leo Holm Johannesen, a dénoncé cette décision comme « un abus de pouvoir inacceptable de l’UE », la décrivant comme une « contravention » à l’obligation internationale de l’UE de coopérer dans la gestion des stocks de poissons partagés. « Ces mesures nuiront gravement aux efforts en vue d’une convention de gestion commune pour les harengs, une convention nécessaire, » a déclaré M. Johannesen, ajoutant que son gouvernement envisageait à présent de recourir aux mécanismes de règlement des différends internationaux.
    « Il est irréfléchi et peu clairvoyant pour l’UE de prendre une mesure aussi injustifiable envers l’un de ses voisins et partenaires européens les plus proches. Les Îles Féroé sont peut-être petites, mais nous sommes stratégiquement placés en tant que partie prenante importante dans les stocks partagés de poissons pélagiques en Atlantique Nord-est. Il est difficile de voir quel but servent ces mesures, hormis la protection des intérêts de l’industrie de la pêche de l’UE, » a-t-il affirmé.
    M. Johannesen a également indiqué qu’à titre de représailles, les négociations multilatérales sur les quotas de pêche entre les États côtiers – prévues pour début septembre – seraient compromises.

    Source: EurActiv.com


    Link En savoir plus [EN]
    Link La Commission adopte des mesures commerciales concernant les Îles Féroé
    Link Réaction du bureau du premier ministre, les Iles Féroé [EN]


  9. La Commission adopte des mesures commerciales concernant les Îles Féroé
    2013-08-27
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE, Pêche Régionale

    La Commission européenne a adopté le 20 août un ensemble de mesures visant à remédier à la poursuite de la pêche non durable de hareng pratiquée par les Îles Féroé. Ces mesures incluent l'interdiction d'importer, d'une part, du hareng et du maquereau provenant du stock atlanto-scandinave capturés sous le contrôle des Îles Féroé, ainsi que, d'autre part, des produits de la pêche issus de ces poissons ou qui en contiennent. Elles comportent également des restrictions quant à l'utilisation des ports de l'Union par des navires de pêche exploitant les stocks de hareng et de maquereau sous le contrôle des Îles Féroé. Par conséquent, certains navires des Îles Féroé ne seront pas autorisés à accoster dans les ports de l'UE, sauf en cas d'urgence.
    Mme Maria Damanaki, commissaire chargée des affaires maritimes et de la pêche, a déclaré à ce propos: «Ce type de mesures est toujours imposé en tout dernier ressort. Les Îles Féroé auraient pu mettre un terme à leurs activités de pêche non durables mais elles ont décidé de ne pas le faire. Il est désormais évident pour tout le monde que l'Union européenne est déterminée à utiliser l'ensemble des instruments dont elle dispose pour protéger la viabilité des stocks à long terme.»
    Les mesures entreront en vigueur sept jours après la date de leur publication au Journal officiel.

    Jusqu'en 2013, le stock de hareng atlanto-scandinave était géré conjointement par la Norvège, la Russie, l'Islande, les Îles Féroé et l'Union européenne au moyen d'un plan de gestion à long terme convenu et d'une répartition pré-établie du total admissible de capture (TAC). Cependant, en 2013, les Îles Féroé ont décidé unilatéralement de se soustraire à cet accord et de fixer un quota autonome plus de trois fois supérieur à celui précédemment convenu.

    Le Conseil et le Parlement européen ont adopté, en octobre 2012, l'instrument commercial conférant à la Commission le pouvoir d'adopter des mesures à l'encontre des pays autorisant la pêche non durable.

    Source : Commission Européenne


    Link En savoir plus
    Link Les Îles Féroé risquent des sanctions pour cause de surpêche
    Link Un accord visant a décourager des pratiques de pêche non durables


  10. Toujours en tête de l'aide au développement dans le monde, l'UE reste en deça de son objectif
    2013-08-26
    Catégorie(s) : Politique de développement

    L’Europe reste le plus grand donateur du monde. En 2012, elle a déboursé 55,2 milliards d’euros d'aides à l’étranger. Mais l'objectif visant à donner  0,7 % de son produit national brut d’ici 2015 reste lointain, selon le rapport annuel 2013 de la Commission européenne sur la politique de développement et d'aide extérieure, publié le 21 août.
    « L'UE a encore beaucoup de chemin à parcourir avant d'atteindre son objectif collectif de 0,7 % d'APD/PNB d'ici 2015 », peut-on lire dans le rapport. L'objectif de 2015 a été établi en 2005. Selon les dernières données, l'UE et ses États membres ont consacré 0,43 % de leur PNB. Ce pourcentage n'a pas augmenté depuis 2010 alors qu’il aurait dû atteindre 0,56 %.
    Encore, le rapport met en évidence, parmi autres, le « soutien rapide et décisif » de l'Europe en faveur des victimes de sécheresse dans le Sahel et du conflit en Syrie et au Mali sous la forme d'aide publique au développement (APD).
    Aussi, une grande partie du rapport annuel se concentre sur des initiatives européennes, telles que le programme pour le changement et une communication visant à renforcer la résilience pour 870 millions de personnes qui n'avaient pas accès à une quantité suffisante de nourriture.
    L’exécutif a également apporté son soutien financier à des programmes, tels que l'initiative de l'ONU « Énergie durable pour tous » et le « Mouvement pour le renforcement de la nutrition ». Elle a également participé aux préparatifs de l’examen des progrès accomplis dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

    Source : EurActiv


    Link En savoir plus [EN]
    Link Plus sur l'objectif de 0,7% [EN]
    Link Lire le rapport sur la politique de développement de l'UE


  11. Swaziland : l’organe régional de l’UE injecte €1,8m pour les PME
    2013-08-26
    Catégorie(s) : Politique de développement

    Le 31 juillet, le journal Times of Swaziland a rapporté que le Centre pour le développement de l’entreprise (CDE) a injecté 1,8 millions d’euros dans le développement du secteur privé du Swaziland. Le financement débloqué est dirigé en grande partie vers le renforcement des capacités.
    Le CDE est une institution conjointe du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et de l’Union européenne, dans le cadre de l’Accord de partenariat de Cotonou. Son objectif est d’accompagner le développement des entreprises du secteur privé ACP.
    Selon le chef du bureau régional du CDE pour l’Afrique du Sud, Sid Boubekeur, le montant mentionné ci-dessus sera utilisé à la mise en œuvre des conclusions de l’étude d’identification des possibilités que le centre a menée en 2011. Cette étude s’est penchée sur les nombreuses petites et moyennes entreprises (PME) et sur les secteurs pouvant profiter des interventions du Centre. Les secteurs concernés incluent l’agriculture, l’industrie et les services.
    Selon M. Boubekeur, l’intervention globale du CDE sur le secteur privé du pays portera sur l’amélioration de la compétitivité des entreprises, la facilitation de l’accès au financement pour les PME, le soutien au renforcement des capacités des organisations intermédiaires dans le secteur privé, l’amélioration du climat entrepreneurial en favorisant le dialogue entre partenaires privés et publiques et en promouvant l’investissement.
    Il a par ailleurs déclaré qu’améliorer le secteur privé, en grande partie constitué de PME et d’autres entreprises privées, constituera une réponse aux besoins de compétitivité du secteur privé du pays sur les marchés internationaux.
    Le journal indique que le pays compte plus de 50 000 PME.

    Source: Times of Swaziland (http://www.times.co.sz)


    Link En savoir plus [EN]
    Link Plus sur les relations entre l'UE et le Swaziland [EN]
    Link Plus sur le CDE


  12. Les projets de l’UE en matière d’eau en Afrique subsaharienne, inefficaces?
    2013-08-26
    Catégorie(s) : Archives, Politique de développement

    Le journal britannique The Guardian rapporte qu’à la fin du mois de juillet, la Chambre des Lords du Royaume-Uni a envoyé une lettre à la Commission européenne pour exprimer les préoccupations de ses membres à propos du manque d’intérêt politique pour la résolution de la situation de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène en Afrique subsaharienne.
    Cette intervention fait suite à un rapport publié en octobre de l’année dernière par la Cour des comptes européenne (CCE), qui avait découvert des failles considérables dans la fourniture de l’aide européenne dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène. Entre autres, moins de la moitié des projets financés répondait aux besoins des bénéficiaires et la majorité n’était pas durable à moyen ou long terme.
    Se référant directement aux résultats du rapport, la lettre de la Chambre des Lords conclut que le financement cumulé de l’UE pour ce secteur dépassait globalement 1 milliard d’euros entre 2007 et 2013, mais n’avait pas donné la preuve de son efficacité en Afrique subsaharienne.
    Dans la lettre, la Commission européenne est également appelée à travailler avec les communautés locales, à travers des partenariats avec les ONG, plutôt que continuer à favoriser les grandes organisations.
    En réponse à l’appel de la Chambre des Lords, la Commission européenne a admis que des améliorations étaient possibles et fait savoir qu’elle reverrait son système de contrôle interne et externe pour mieux vérifier l’efficacité de son travail dans le domaine.

    Source: The Guardian


    Link En savoir plus [EN]
    Link Lire le rapport de la Cour des comptes européenne sur ce sujet [EN]


  13. Zimbabwe : l’UE devrait revoir ses mesures restrictives
    2013-08-24
    Catégorie(s) : Politique ACP-UE

    L'Union européenne devrait revoir les mesures restrictives imposées au Zimbabwe après les élections « pacifiques » organisées le 31 juillet 2013, en tenant compte des rapports finaux de l’Union africaine et des observateurs de la CDAA.
    « Notre objectif est de soutenir le peuple zimbabwéen dans ses efforts pour rendre le pays plus prospère et démocratique et de jeter des bases solides pour une normalisation future des relations entre le Zimbabwe et l’UE », a déclaré la Haute Représentante aux affaires étrangères Catherine Ashton le 22 août dernier.
    Les représentants de l’UE ont également souligné l’importance et la nécessité de poursuivre le renforcement des réformes afin de garantir que les élections futures seront pleinement transparentes, crédibles et pacifiques.
    À la suite de l’escalade des violences politiques dans le contexte des élections de 2002, l'UE avait décidé d'introduire des mesures à l'encontre du Zimbabwe afin de mettre sous pression les personnes considérées comme responsables. Ces mesures ont été renouvelées chaque année depuis 2002. L’introduction de mesures en 2002 n’a pas entraîné de réduction de l’aide au développement de l’UE mais l’a cantonnée aux canaux non gouvernementaux.

    Source : AllAfrica, Commission européenne


    Link En savoir plus [EN]
    Link Relations de l'UE avec le Zimbabwe
    Link L’UE assouplit les restrictions à l’encontre du Zimbabwe


  14. L’Afrique du Sud: à convaincre l’UE des conclusions scientifiques sur ses agrumes
    2013-08-24
    Catégorie(s) : Sécurité alimentaire, Commerce ACP-UE

    L’Afrique du Sud essaie de convaincre l’Union européenne (UE) d’accepter la « preuve scientifique » que les taches noires ne sont dangereuses ni pour ses vergers ni pour les consommateurs.
    Le 26 juillet dernier, Bloomberg indiquait qu’il s’agirait de la « seule solution à long terme » au conflit qui menace les exportations sud-africaines d’agrumes, l’Union européenne ayant menacé d’interdire les exportations si elle intercepte plus de cinq cas de taches noires – un champignon qui gâte le fruit – par an.
    Les taches noires sur les agrumes apparaissent sur la peau du fruit mais ne constituent pas un risque pour les consommateurs.
    Le département a déclaré que l’Afrique du Sud avait revu son système de gestion des risques de taches noires sur les agrumes, ce dont elle a fait part à la direction générale de la Commission de l’UE pour la santé et les consommateurs.
    En vertu de ce système, tous les agrumes exportés vers l'UE « doivent provenir d’un champ de production où des traitements adaptés sont administrés contre les taches noires des agrumes et aucun fruit récolté ne doit avoir présenté, lors d'un examen officiel adapté, des symptômes de cet organisme. »
    De plus, l’UE a consenti à ce que l'Afrique du Sud déclare si, à un stade quelconque, le statut d'un nuisible sur une exploitation évolue lors du transport des produits vers l’UE.
    Les fruits seraient alors interdits d’accès dans l’UE et l’agriculteur exportateur serait rayé de la liste des exportateurs d’agrumes. Cependant, le lot ne serait pas pris en compte dans le seuil autorisé de moins de cinq interceptions d'agrumes affectés, qui pourrait entraîner l'interdiction d'exporter des agrumes vers l'UE.
    Les négociations commerciales entre l’UE et le département de l’agriculture de Pretoria le mois dernier n'ont pas débouché sur un relâchement des exigences phytosanitaires des agrumes exportés d'Afrique du Sud. « L’Afrique du Sud s'efforce par tous les moyens d’influer sur les réglementations européennes sur les taches noires des agrumes, notamment à travers des commentaires sur l'évaluation du risque de taches noires menée à bien par l'Agence européenne de sécurité des aliments », a affirmé le département.
    Si les exigences ne sont pas allégées, l'Afrique du Sud a annoncé qu'elle chercherait à « étendre » ses marchés d’agrumes, en particulier vers d’autres pays BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), tels que la Chine et l’Inde.

    Source : Business Day (bdlive.co.za)


    Link En savoir plus [EN]
    Link L’Afrique du Sud en quête de nouveaux débouchés pour ses agrumes


  15. Les États-Unis redoutent la concurrence de l’UE en Afrique
    2013-08-24
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Les États-Unis redoutent que les accords commerciaux potentiels de l’UE avec les nations d’Afrique sub-saharienne (accords de partenariat économique ou APE actuellement en négociation) affectent les avantages des entreprises américaines, comme le conclut sa propre initiative de commerce préférentiel avec le continent, informe Voice of America.
    Le 12 août, lors d’un forum dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba, les ministres d’Afrique sub-saharienne et des responsables américains se sont réunis pour discuter des détails d’une nouvelle extension de l'African Growth and Opportunity Act (AGOA). Il s’agit d’une législation américaine permettant aux pays d’Afrique sub-saharienne d'exporter sans frais certains produits vers les États-Unis Afin de prétendre aux avantages de l’AGOA, les pays éligibles doivent démontrer qu’ils œuvrent en faveur de l’État de droit, des droits humains et des normes du travail. Actuellement, 39 pays sont éligibles. Adoptée en 2000, cette législation a déjà été renouvelée à une reprise et devrait expirer en 2015.
    Le représentant au commerce américain, Michael Froman, aurait déclaré que l’une des questions majeures de ces nouvelles négociations est l’impact des discussions commerciales entre l’Afrique et l’Union européenne.
    Le scepticisme quant aux avantages de cette loi pour les entreprises américaines est palpable : « Les États-Unis seront relativement sceptiques à l’idée d’autoriser un accès unilatéral à notre marché si nos entreprises sont désavantagées », aurait affirmé Froman.
    En 2012, le commerce entre les pays AGOA et les États-Unis était évalué à environ 67 milliards USD (50,7 milliards d’euros), en majorité sous la forme d’exportations de pétrole et de gaz naturel vers les États-Unis.

    Source : Voice of America (voanews.com)


    Link En savoir plus [EN]
    Link Afrique: Pas d’APE signé avant avril 2014


  16. L’UE appelle les nations africaines à proposer des conditions commerciales équitables
    2013-08-24
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le 17 août, lors d’un forum commercial Kenya-Belgique à Nairobi (Kenya), le vice-premier ministre belge Didier Reynders a déclaré aux journalistes que la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE) devait proposer à l’Union européenne les mêmes conditions commerciales qu’à d’autres nations émergentes telles que le Brésil, l’Inde et la Chine.
    Selon lui, si tous les pays se doivent de protéger leurs marchés locaux, il convient de respecter les règles de l’Organisation mondiale du commerce.
    Didier Reynders, également ministre des affaires étrangères de Belgique, a ajouté que les négociations pour l'Accord de partenariat économique entre l’UE et la CAE étaient presque achevées. « Nous sommes donc optimistes quant à l’objectif de 2014, ce qui n’entravera pas le commerce », a-t-il déclaré.
    La Belgique est le sixième plus grand exportateur vers le Kenya. En 2012, le commerce bilatéral total a atteint 160 millions d’euros. Selon le représentant, la Belgique a exporté des biens à raison de 100 millions d’euros et a importé 60 millions d’euros de marchandises de la nation est-africaine.
    Le Kenya a vendu des produits agricoles tels que haricots et fleurs. La Belgique a quant à elle exporté des produits chimiques et des machines. L’aide au développement belge cible par ailleurs l'éducation, les soins de santé et les secteurs agricoles.

    Source : Global Times (http://www.globaltimes.cn)


    Link En savoir plus [EN]
    Link Afrique orientale: Discorde au sein de la CAE sur les accords européens
    Link APE: L’UE souhaite que le Kenya prenne la main


  17. L'ambassadrice du Lesotho appelle à des liens intra-ACP plus étroits
    2013-08-24
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Le 25 juillet, dans sa première intervention au Comité des ambassadeurs ACP à Bruxelles, la nouvelle ambassadrice du Lesotho auprès de l’Union européenne, S.E. Mpeo Mahase-Moila, a enjoint les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) à intensifier leurs liens mutuels, insistant sur le rôle du secteur privé en tant que principal moteur de coopération.
    « La diversité de notre groupe, ainsi que ses inclinaisons géographiques, ne devraient pas nous rebuter à ce stade. Nous avons été capables de demeurer solidaires ces dernières années... [Toutefois], les barrières aux relations inter et intra ACP doivent absolument être levées afin que nos pays puissent réaliser leur propre potentiel de développement... J’espère également que les pays ACP demeureront unis afin de garantir la réalisation des objectifs de développement des APE (accords de partenariat économique ACP-UE) », a-t-elle déclaré à l’assistance.  
    L’ambassadrice Mahase-Maila a ajouté que le Lesotho salue les initiatives telles que la création d’une infrastructure internationale de commerce et d’investissement, ainsi que le renforcement de la coopération Sud-Sud avec les pays émergents. En ce moment, le Secrétariat ACP recueille les commentaires des parties prenantes et du public sur une récente étude de faisabilité de la création d’une banque ACP pour le commerce et l’investissement international.
    L’ambassadrice Mahase-Moila est l’ancienne ministre de la justice, des droits humains, du service correctionnel et des affaires constitutionnelles du Lesotho. 

    Source : Secrétariat ACP


    Link En savoir plus [EN]


  18. Banque ACP : potentiel pour combler d’« immenses » lacunes de financement
    2013-08-24
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    Les lacunes de financement de plus de 400 milliards USD dans les pays ACP peuvent être partiellement comblées via la création d’une grande banque de commerce et d’investissement au service des 79 membres du groupe. C’est ce que conclut une étude de marché financée par l’UE sur la viabilité d’une telle initiative.
    La recherche a démontré qu’une telle entité financière pourrait également stimuler la croissance durable en aidant les entreprises ACP locales à obtenir un financement dans quatre domaines clés : les infrastructures, le commerce, les PMME (petites, moyennes et micro entreprises) et les grands projets industriels.
    Le Secrétariat ACP s’efforce actuellement d’obtenir l’avis des parties prenantes sur les conclusions, notamment sur deux autres options de « vecteur de financement », à savoir une entreprise d’investissement ACP ou un système de développement des capacités pour les organes existants dans les régions.
    Le rapport de faisabilité a conclu qu’en dépit d’un financement généreux par des organes internationaux, régionaux et locaux tels que la Banque mondiale ou des banques nationales de développement, « les variations sur les moteurs centraux du succès… ne leur ont pas permis de trouver, développer et financer des programmes et des projets réellement propices au développement effectif de l’industrie, à la création d’entreprises et à la croissance, et d’exporter leurs objectifs de performances dans la région ACP ».
    « La Banque ACP ou toute institution similaire, serait dotée des capacités et de l'expertise distinctives adaptées aux situations économiques et financières des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Ces situations peuvent être plutôt spécifiques, selon le niveau de développement, la culture d’affaires locale et les besoins et attentes locaux », a ajouté le Dr Obadiah Mailafia, coordinateur du projet de Banque ACP.

    Source : Secrétariat ACP


    Link En savoir plus [EN]
    Link BEI: Nouveau mandat de 7 ans pour la facilité d’investissement dans les ACP
    Link Fonds d’investissement ACP de la BEI: €3,4 milliards en dix ans


  19. Résistance de la Namibie à l’APE: admirable mais intenable ?
    2013-08-23
    Catégorie(s) : Commerce ACP-UE

    La décision de la Namibie d’opposer à l’Union européenne (UE) son refus de signer l’Accord de partenariat économique (APE) à moins que celui-ci ne lui apporte des avantages nets est « admirable mais intenable face à sa situation comparativement vulnérable », affirme le Dr Henning Melber dans un rapport publié il y a peu et intitulé « Namibia and the Economic Partnership Agreement » (South African Foreign Policy Initiative, SAFPI, Briefing n° 39).  
    Face à l’éventuelle perte de l’accès préférentiel au marché européen fin décembre 2007, un grand nombre de pays ACP ont signé des APE intérimaires. La Namibie avait toutefois choisi de ne pas s’exécuter car ses négociateurs avaient identifié des questions en suspens qui auraient réduit la marge de manœuvre politique.
    Cependant, l'analyse de la situation d'AllAfrica se démarque de cette conclusion. La Namibie et ses partenaires ACP ne devraient en effet pas « continuer à jouer le jeu de l’héritage colonial en se cantonnant au rôle de fournisseurs de matières première à des prix ridiculement bas, comme c'est le cas depuis l'indépendance de ces pays ».
    AllAfrica appelle à la conclusion d’un partenariat avec des objectifs communs de lutte contre la pauvreté et de développement économique entre des partenaires jouissant d’une souveraineté égale et soulève la question pure et simple de savoir si les APE auraient dû être signés.

    Source : AllAfrica


    Link En savoir plus [EN]
    Link Namibie: De l’espoir pour les négociations APE en septembre
    Link Plus sur les Accords de partenariat économique


  20. Premier essais de biocarburants issus des algues
    2013-08-22
    Catégorie(s) : Environnement

    Avec le soutien financier de l’UE, une compagnie des eaux espagnole a récemment produit la première micro-algue à utiliser comme biocarburant à partir d'eaux usées.
    Bien que dans sa phase préliminaire, le projet « All gas » a montré un véritable potentiel en termes de production de méthane par biomasse d’algues, soit entre 200 et 300 litres de gaz par kg de biomasse. Il s’agit là d’un résultat particulièrement important alors que le débat fait rage sur la production de culture alimentaire à des fins énergétiques et que la pression sur les terres augmente, sans oublier la récente crise des prix alimentaires.
    Les experts ont souligné la nécessité d’accroître le volume et l’efficacité de la production. À cette fin, si le projet continue à donner des résultats satisfaisants, un site de transformation des algues sera construit dans le Sud de l'Espagne.

    Source : Euractiv


    Link En savoir plus [EN]
    Link La faim et la déforestation causés par la culture de biocarburants


  21. Feuille de route sur l’agriculture biologique dans l’UE
    2013-08-22
    Catégorie(s) : Agriculture

    En septembre prochain, la Commission européenne présentera une feuille de route sur l’agriculture biologique. Le document se focalisera principalement sur le renforcement du système de suivi de la certification et de la labellisation biologique et sur la question de l’impact des OGM.
    Christopher Stopes – président du Groupe Europe de l’International Federation of Organic Agriculture Movements (IFOAM) – a déclaré avoir bon espoir pour l’initiative et a insisté sur la nécessité de réviser la législation de l’UE sur l’agriculture biologique afin de promouvoir la demande et la production de produits de ce type. En dépit du soutien étatique dans certains pays européens, l’agriculture biologique ne représente que 2,2 % des terres cultivées européennes et est administrée par un règlement de l’UE qui remonte à 2007.

    Source: EurActiv.com


    Link En savoir plus [EN]
    Link OGM – implications pour le commerce et les pays en développement
    Link L’UE gèle l’approbation de nouveaux OGM




===========================================================
N'hésitez pas à faire circuler ce bulletin à des collègues qui pourraient être intéressés.

Mme Isolina BOTO
Manager
Bureau du CTA/Bruxelles
39 rue Montoyer
1000 Bruxelles - Belgique
Tel: + 32 (0) 2 513 74 36; Fax: + 32 (0) 2 511 38 68
Courriel: boto@cta.int
Site Web: http://www.cta.int/
Blog de Bruxelles: http://bruxelles.cta.int/
Briefings de Bruxelles: http://bruxellesbriefings.net/

 

Rédacteur : Cristina Dobos (dobos@cta.int)

NOTE
Si vous avez des questions ou suggestions, écrivez à : boto@cta.int
Pour des informations sur l'ensemble des activités du CTA, visitez http://www.cta.int/
Pour des information sur les activités du CTA à Bruxelles, veuillez consulter : http://bruxelles.cta.int/
Le CTA est une institution du Groupe des Etats ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et de l'Union Européenne, dans le cadre de l'Accord de Cotonou.
©Copyright 2011 Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE. Email: cta@cta.int
Les opinions exprimées ici sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du CTA.

Vous êtes actuellement abonné au Bulletin du Bureau CTA de Bruxelles.
Votre abonnement :

===========================================================

 

 

 

1