Septembre 2017
L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Le Bureau du CTA à Bruxelles produit des actualités sur la coopération au développement ACP-UE. Abonnez-vous au Bulletin hebdomadaire.
« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Lundi, 25 septembre 2017

L’Union européenne (UE) et ses États membres sont déterminés à encourager la conservation et la gestion et l’utilisation durables des ressources naturelles, ainsi que la conservation et l’exploitation durable de la biodiversité et des écosystèmes. Ces derniers incluent les forêts, les océans, les zones côtières, les bassins fluviaux et d’autres écosystèmes fournissant des services écosystémiques. Conformément aux engagements internationaux, l’UE et ses États membres ont promis de lutter contre la déforestation illégale et les activités qui y sont associées – dégradation des sols et des forêts, désertification, sécheresse et perte de biodiversité – et de promouvoir les avantages connexes découlant d’une gestion durable, tels que l’amélioration des capacités de résistance et d’adaptation aux changements climatiques.

La part du total de l’aide publique au développement affectée au continent africain est en baisse, avertit ONE, l’organisation de campagne et de plaidoyer. ONE a ainsi appelé le G20 à doubler son aide publique au développement d’ici à 2020 pour la porter à 120 milliards de dollars en 2020 contre environ 60 milliards de dollars en 2015. Malgré l’augmentation de 7,4 % de l’aide publique au développement totale au cours de l’année dernière, la part de l’APD allouée aux pays africains a chuté de 4 % depuis 2012 selon un rapport publié par ONE le 11 septembre. Plus de la moitié des personnes les plus pauvres de la planète vivent en Afrique et la part de l’aide mondiale affectée à la région a baissé, passant de 36 % en 2012 à 32 % en 2016, alors que la population africaine a augmenté de 14 % pendant cette période.

Jeudi, 21 septembre 2017

L’Agence française de développement (AFD) a accordé à l’entreprise publique des abattoirs d’Addis-Abeba (AAEA), un prêt concessionnel d’un montant de 70 millions d’euros, pour le design et la construction d’une nouvelle infrastructure d’abattage en périphérie de la ville. A cela s’ajoute une subvention de 0,5 million d'euro pour l'assistance technique relative la formation du personnel, rapporte l’Agence éthiopienne de presse (ENA). Le projet de nouvel abattoir d’Addis Abeba consiste essentiellement en la fermeture de l’infrastructure actuelle, localisée au cœur de la ville.

Vendredi, 15 septembre 2017

Le gouvernement britannique a publié mardi un document expliquant sa volonté de poursuivre sa coopération avec l’UE dans le domaine de l’aide humanitaire après sa sortie de l’Union en 2019. Ce document, publié par le département britannique pour la sortie de l’Union européenne fournit peu de données chiffrées et n’inclut aucun engagement explicite quant au devenir du milliard d’euros d’aide humanitaire et au développement affecté par le pays par le biais de l’UE. Pas d’engagement spécifique non plus concernant sa participation à des fonds conjoints ou d’autres instruments.

Jeudi, 14 septembre 2017

Le Commissaire européen en charge de la coopération internationale et du développement Neven Mimica a annoncé ce renforcement considérable de l'aide européenne au Tchad lors de la Table ronde des bailleurs pour le financement du Plan National de Développement 2017-2021 du Tchad qui a lieu à Paris ces 7 et 8 septembre. Le Commissaire Mimica a commenté: "Le Tchad est engagé dans une lutte contre la montre pour faire face aux multiples défis qui se présentent à lui. L'Union européenne continuera à mobiliser tous ses instruments pour l'y aider. Entre 2017 et 2021, nous mobiliserons ainsi 925 millions d'euros. Je veux redire au peuple tchadien que le Tchad n'est pas un pays oublié. J'appelle l'ensemble de nos partenaires à être à la hauteur des enjeux et à renforcer leur soutien au Tchad."

Mercredi, 13 septembre 2017

Le président de la République française, Emmanuel Macron, vient de nommer Vanessa Moungar (directrice chargée du genre, des femmes et de la société civile à la Banque africaine de développement - BAD) au sein du nouveau Conseil présidentiel pour l'Afrique. Dix autres personnalités -entrepreneurs pour la plupart, mais aussi des scientifiques- ont été nommées à ce Conseil, parmi lesquelles Karim Sy (entrepreneur franco-libano-sénégalais) et Sarah Toumi (chef d'entreprise franco-tunisienne de 30 ans). Officiellement lancée le 29 août 2017 au palais de l'Elysée à Paris, à l'occasion de la Conférence annuelle des ambassadeurs, cette nouvelle structure a pour but de "donner un nouveau visage" aux relations entre la France et l'Afrique.

L’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Cameroun, Hans-Dieter Stell, et Louis Paul Motaze, le ministre camerounais de l’Économie, ont signé le 31 août dernier à Yaoundé un accord de coopération technique et financière portant sur un montant total de 89 milliards de francs CFA. Il s’agit des accords de coopération technique et financière du cycle de programmation 2017-2019, informe L’Anecdote en kiosque ce lundi 4 septembre 2017. Dans le détail, apprend-on, ce sont au total cinq conventions qui ont été signées, dont 66 milliards de FCFA pour le financement des interventions qui impacteront au cours des trous années sur le développement du Cameroun.

Vendredi, 08 septembre 2017

Les pays du Pacifique qui bénéficient d’aides de l’Union européenne s’inquiètent de ne pas pouvoir obtenir certains des fonds qui leur ont été alloués. Cet argent est acheminé par l’intermédiaire du Fonds européen de développement, mais l’accès aux fonds constitue un problème depuis plusieurs années. Le président de la section du Pacifique du Groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, Tu'ilaepa S’ailler Malielegaoi, a déclaré qu’environ 200 millions de dollars avaient été bloqués. Le premier ministre samoan a indiqué que les membres du groupe espèrent qu’il n’y aura pas d’autres coupes. « Avec tous les problèmes auxquels l’Europe est confrontée, les pays doivent faire attention à leurs propres budgets. Nous savons donc d’où vient leur proposition et la volonté de réallouer des fonds déjà approuvés pour nos projets régionaux. »

Cotonou joue encore un rôle, mais sous la forme d’un partenariat dénué de toutes conditions liées au développement et sans aucune culpabilité coloniale. La convention de Lomé de 1975, qui a créé le concept des pays ACP – le Groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique –, représentait essentiellement un pont construit par l’Union européenne (UE) pour permettre aux anciennes colonies de ses États membres de franchir les eaux incertaines vers leur avenir post-colonial.

« C’est extrêmement décevant de constater que la région n’a pas encore pu avoir accès à l’enveloppe régionale du 11e FED pour remédier aux problèmes prioritaires qu’elle avait définis. » Dame Meg Taylor, Secrétaire-générale du Secrétariat du Forum des îles du Pacifique, a invité les participants à la réunion des dirigeants ACP du Pacifique (PACP) à prendre de toute urgence une décision concernant l’aide au développement accordée à la région par l’Union européenne. Dame Meg a exprimé cette demande au cours d’un discours prononcé ce matin, lors de l’ouverture de la réunion PACP au Sheraton Samoa Aggie Grey’s Hotel.

« DébutPrécédent12345678910SuivantFin »
Développement agricole et rural

Développement agricole et rural

<< Préc. | Ring Hub | Rejoindre | Suiv. >>