Juin 2017
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Vendredi, 21 avril 2017

Les chiffres de l'aide au développement gonflés sont exposés

De nouveaux chiffres confirment que l'Union européenne et ses Etats membres ont consolidé leur place en tant que premier bailleur d'aide au monde en 2016. Mais les ONG et les députés disent que la photo est déformée et que les chiffres de l'aide sont gonflés. Les chiffres préliminaires de l'OCDE montrent que l'aide publique au développement (APD) fournie par l'UE et ses États membres a atteint 75,5 milliards d'euros en 2016. Cela représente une augmentation de 11% par rapport aux niveaux de 2015. Le niveau le plus élevé à ce jour L'assistance de l'UE a augmenté pour la quatrième année consécutive et a atteint son niveau le plus élevé à ce jour, a déclaré la Commission dans un communiqué de presse hier (11 avril). En 2016, l'APD collective de l'UE représentait 0,51% du revenu national brut (RNB) de l'UE, passant de 0,47% en 2015. Ceci est nettement supérieur à la moyenne de 0,21% des pays qui ne sont pas membres du Comité d'aide au développement de l'UE (CAD). D'une manière significative, l'Allemagne, le plus grand pays de l'UE, a répondu pour la première fois à son engagement à consacrer plus de 0,7% du RNB à la coopération au développement. MEP Neuser: «L'objectif de l'absence de 0,7% est de manquer à la crédibilité de l'Allemagne» Le manque d'investissement de l'Allemagne dans la coopération au développement nuit à la crédibilité du pays et constitue une catastrophe pour les pays en développement, affirme l'eurodéputé Norbert Neuser dans une interview accordée à EURACTIV.de. L'aide au développement pourrait réduire considérablement les souffrances dans le monde et aurait pu empêcher l'épidémie d'Ebola. Cependant, d'autres pays, y compris les Pays-Bas, ont chuté en dessous de ce chiffre. L'eurodéputé finlandais Vihreä Liitto, Heidi Hautala (Verts / ALE), a souligné que cette augmentation résultait de la confirmation par certains Etats membres de certaines dépenses associées à l'aide au développement des réfugiés. "L'UE doit trouver des fonds pour le développement et aider les réfugiés, et ne devrait pas échanger l'un contre l'autre", at-elle déclaré. "Avant de féliciter l'Allemagne de rejoindre le club de ces quelques États membres de l'UE qui ont atteint leur engagement de 0,7% du RNB à la coopération au développement, il convient de noter que plus de 20% de son aide publique au développement est consacrée à la réception des réfugiés. Dans le même temps, les aides destinées aux pays les plus pauvres sont en déclin.

Source: EuroActiv