Juillet 2017
L Ma Me J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

 Invité: Vincent Martin, FAO Sénégal




Choisissez les catégories :
















Twitter

Suivez le CTA Brussels Daily

 

twitter logo

 

facebook logo cta

Vendredi, 21 avril 2017

Politique Augmenter la pêche illégale sur le lac Victoria

Les délégués de l'Ouganda, du Kenya et de la Tanzanie ont dénoncé ce qu'ils appelaient l'ingérence politique dans la gestion des ressources en eau. Au cours de la récente conférence de l'Organisation des pêches du lac Victoria (LVFO) à Kampala, financée par l'Union européenne [UE] et le programme SmartFish, les délégués ont déclaré que de telles ingérences ont augmenté les cas d'activités illégales sur le lac partagées par les trois pays d'Afrique de l'Est des pays. "Notre lac n'est pas en bonne forme, mais il y a eu une intervention constante. Le problème a été aggravé par une ingérence politique, nous devons construire une résilience qui résiste à cette ingérence pour avoir un lac durable durable", Susan Amendi, déléguée Du Kenya, a déclaré. En 2015, le Président Museveni a suspendu toutes les opérations des agents des pêches, des unités de gestion de la plage et de la police, les accusant de s'engager dans des pratiques de corruption. "Il y a eu une augmentation des illégalités. Nous devons repenser et regarder les outils de surveillance que nous utilisons", a déclaré Patrick Kimani, coordinateur de SmartFish. Après avoir évalué leurs actifs et leurs moyens nationaux, les participants ont adopté un plan d'action régional. Le plan d'action conjoint consiste à organiser au moins 12 patrouilles conjointes, qui impliquent les trois pays, les opérations de licences de petits bateaux dans les trois pays et les réunions de coordination, d'ici novembre 2017. «La mise en commun des biens, des informations et des connaissances entre pays permet aux pays de partager La surveillance et le contrôle de la pêche ", a déclaré Fanjanirina Jérômine, un responsable de SmartFish. Samson Abura, directeur de la communication de l'Organisation des pêches du lac Victoria, a déclaré qu'il était grand temps que les trois pays aient fortement agi contre la pêche illégale. Il a demandé une base de données pour suivre les tendances. Les participants ont souligné l'incompréhension entre les gouvernements des comtés et le Kenya Fisheries Service, un petit nombre de navires autorisés en Ouganda et en Tanzanie, et une participation limitée des unités de gestion des plages, entre autres, comme certains des problèmes qui nécessitent une attention urgente. Au cours des dernières années, les trois pays ont tenté de lutter contre la pêche illégale sur le lac Victoria.

Source: Allafrica